Version classiqueVersion mobile

Les toponymes paléo-babyloniens de la Haute-Mésopotamie

 | 
Nele Ziegler
, 
Anne-Isabelle Langlois

Introduction

Texte intégral

1Dans les années 1970 et 1980, la série du Répertoire géographique des textes cunéiformes (RGTC) du Tübinger Atlas zum Vorderen Orient, avait tenté de dépasser le simple recueil de toponymes d’une époque ou région donnée en ajoutant systématiquement des notices archéologiques. Cette façon de faire est restée exemplaire et nous nous en sommes inspirés lors de l’élaboration du présent volume des Matériaux pour l’étude de la toponymie et la topographie.

  • 1 Toutes les références bibliographiques peuvent être retrouvées sur www.archibab.fr.

2Or la documentation paléo-babylonienne a augmenté de manière considérable depuis la parution du troisième volume du Répertoire géographique des textes cunéiformes (RGTC 3) de B. Groneberg, en 1980, sans que les outils de travail sur lesquels la recherche s’appuie aient suivi cet accroissement. Si l’on prend comme point de repère l’année de la parution du RGTC 3, 1980, on constate qu’à cette date les archives de Mari, qui constituent la masse documentaire la plus importante concernant la Haute-Mésopotamie, comptaient 3464 textes publiés : il y en a plus de 8900 à ce jour1. De plus, le changement n’est pas seulement quantitatif, mais aussi qualitatif. À la lumière de nos connaissances actuelles, les textes anciennement publiés ont pu être collationnés et réédités, notamment les 1280 lettres publiées avant 1980 (J.-M. Durand, LAPO 16-18, 1997, 1998 et 2000), et de nombreux fragments ont pu être rattachés à des textes incomplets déjà publiés, permettant ainsi d’en connaître l’intégralité.

3En outre, des sites de la Haute-Mésopotamie qui n’avaient pas encore livré de textes, ou très peu en 1980, en ont fourni des centaines :

  • 2 Consulter aussi les études de D. Charpin, « Les pouvoirs locaux à l’époque paléo-babylonienne : le (...)

– Khirbat ed-Diniye, l’ancienne Harradum : 116 documents divers (F. Joannès, C. Kepinski & G. Colbow, Haradum II. Les textes de la période paléo-babylonienne (Samsu-iluna-Ammi-ṣaduqa), Paris, 20072) ;

– Shishin, probablement l’ancienne Yabliya Al-kapim : 8 textes (A. K. Mohammad, « Texts from Šišīn », Akkadica 123, 2002, p. 1-10, et D. Charpin & A. Millet Albà, « Yabliya, Âl-kâpim et l’identification de Šišīn », BBVO 20, Gladbeck, 2009, p. 261-274) ;

– Tall al-Ashara, l’ancienne Terqa : 106 textes publiés (cf. notamment O. Rouault, Terqa Final Reports No. 1. L’archive de Puzurum, BiMes 16, Malibu, 1984 ; A. Podany, The Land of Hana. Kings, Chronology, and Scribal Tradition, Bethesda, 2002 ; O. Rouault, Terqa Final Reports No. 2. Les textes des saisons 5 à 9, BiMes 29, Malibu, 2011) ;

– Tall Bi‘a, l’ancienne Tuttul : 378 textes (M. Krebernik, Tall Bi‘a/Tuttul - II Die altorientalischen Schriftfunde, WVDOG 100, Sarrebruck, 2001) ;

– Tall Taban, l’ancienne Ṭabatum : 2 textes (S. Yamada, « A Preliminary Report on Old Babylonian Texts from the Excavation of Tell Taban in the 2005 and 2006 Seasons: The Middle Euphrates and the Habur Areas in the Post-Hammurabi Period », Al-Rafidan 29, 2008, p. 47-62 ; S. Yamada, « A Pudûm Rotation List from Tell Taban and the Cultural Milieu of Ṭabatum in the Post-Hammurabi Period », RA 105, 2011, p. 137-156) ;

– Tall Chagar Bazar, l’ancienne Ašnakkum : 334 textes (Ph. Talon & H. Hammade, Old Babylonian Texts from Chagar Bazar, Akkadica Sup. 10, Bruxelles, 1997 et Ö. Tunca, A. Bagdo, D. Lacambre, A. Millet Albà et al., Chagar Bazar (Syrie) III. Les trouvailles épigraphiques et sigillographiques du chantier I (2000-2002), Louvain/Paris/Dudley, 2008) ;

– Tall Leilan, l’ancienne Šubat-Enlil/Šehna : 331 textes administratifs (F. Ismail, Altbabylonische Wirtschaftsurkunden aus Tell Leilān. Diss., Tübingen, 1991 ; C.-A. Vincente, The 1987 Tell Leilan Tablets dated by the Limmu of Habil-Kinu. Ph. D, Yale University, New Haven, 1991 ; M. Van De Mieroop, « The Tell Leilan Tablets 1991. A Preliminary Report », Or 63, 1994, p. 305-344) ; 219 lettres, 5 traités et fragments (J. Eidem, The Royal Archives from Tell Leilan. Old Babylonian Letters and Treaties from the Lower Town Palace East, PIHANS 117, Leyde, 2011) ;

  • 3 Voir aussi le livre en préparation d’A.-I. Langlois, Les archives de la princesse Iltani découverte (...)

 Tall Rimah, l’ancienne Qaṭṭara : 335 textes dont 203 lettres (S. Dalley, C. R. F. Walker & J. D. Hawkins, The Old Babylonian Tablets from Tell al Rimah, Hertford, 19763) ;

– Tall Kuyunjik, l’ancienne Ninet/Ninuwa : 3 textes (S. Dalley, « Old Babylonian Tablets from Nineveh; and possible Pieces of Early Gilgamesh Epic », Iraq 63, 2001, p. 155-167) ;

 on mentionnera aussi, pour un point de vue plus oriental, venant du Kurdistan irakien, les archives de Tall Shemshara, l’ancienne Šušarra : 146 textes administratifs (J. Eidem, The Shemshāra Archives 2. The Administrative Texts, Historisk-filosofiske Skrifter 15, Copenhague, 1992) et 97 lettres (J. Eidem & J. Laessøe, The Shemshara Archives 1. The Letters, Historisk-filosofiske Skrifter 23, Copenhague, 2001) ;

sans compter des sites moins prolifiques, mais néanmoins significatifs, comme :

– Lidar Höyük (1 texte administratif, G. Müller, « Eine Tontafel vom Lidar Höyük », AoF 35, 2008, p. 312-317),

– Kazane Höyük probablement l’ancienne Nihriya (1 texte administratif publié par P. Michalowski & A. Mısır, « Cuneiform Texts from Kazane Höyük », JCS 50, 1998, p. 53-58),

– Tall Hammam al-Turkman probablement l’ancienne Zalpah (1) (1 lettre publiée par W. van Soldt, « Three Tablets from Tell Hammān et-Turkmān », Mél. Houwink ten Cate, PIHANS 74, Leyde, 1995, p. 275-291),

– Tall Hadi, peut-être l’ancienne Šurnat (1 texte, D. J. W. Meijer, A Survey in Northeastern Syria, PIHANS 58, Leyde, 1986, p. 44),

– Tall al-Hawa peut-être l’ancienne Razama (1) (1 texte, A. R. George, « Inscriptions from Tell al-Hawa 1987-88 », Iraq 52, 1990, p. 41-46),

– Tall Taya (2 textes, J. N. Postgate, « Appendix 1: Tell Taya Tablets, 1972-173, apud J. E. Reade, Tell Taya (1972-73): Summary Report », Iraq 35, 1973, p. 173-175 et pl. 71-72),

  • 4 J. Eidem, « Old Assyrian Trade in Northern Syria. The Evidence from Tell Leilan », OAAS 3, PIHANS 1 (...)

ainsi que la trouvaille d’un texte paléo-assyrien tardif à Tall Arbid4.

Carte 1.

Carte 1.

Les sites ayant livré des textes de la première moitié du 2e millénaire av. J.-C.

4Cette première partie du volume MTT I concerne les toponymes mentionnés dans les textes paléo-babyloniens provenant de sites localisables en Haute-Mésopotamie au sens large du terme (voir ci-dessous). Nous souhaitons livrer ici une liste actualisée des références textuelles ainsi qu’une bibliographie raisonnée de la recherche en mettant l’accent sur les titres publiés après 1980, date de parution du RGTC 3.

Le découpage du Proche-Orient en zones-HIGEOMES5

  • 5 Voir déjà ci-dessus l’avant-propos, et C. Fink, MTT I/3.

5Les textes antiques mentionnent des toponymes qui, pour la plupart, n’ont pas d’identification précise avec un site archéologique. Parfois une identification a été proposée mais ne représente pas une certitude. Dans le présent volume, seuls 95 des 696 toponymes réunis ci-dessous (MTT I/1), soit environ 14%, possèdent une identification. Or, ces toponymes fixés dans l’espace créent une sorte de filet auquel d’autres toponymes non identifiés avec un site archéologique peuvent être raccrochés. Dans de nombreux cas, l’assyriologue-historien est capable de dire, pour diverses raisons, que tel nom de lieu peut être situé de manière plausible dans telle région du Proche-Orient, à proximité de tel cours d’eau ou de telle autre ville. Nous avons souhaité informer les utilisateurs de cette localisation approximative, créant une sorte de « mental map » aux contours peu précis. Pour y parvenir, le Proche-Orient a été découpé en zones-HIGEOMES qui correspondent grossièrement à des unités géographiques et politiques. Selon notre conception virtuelle, la Haute-Mésopotamie est composée des zones-HIGEOMES suivantes :

La zone :

correspond à :

B

la vallée de l’Euphrate au sud du royaume de Karkamis ;

C

une zone assez mal connue d’après les documents paléo-babyloniens, comprenant la haute vallée de l’Euphrate et les régions adjacentes, s’étendant assez loin à l’Ouest en-deçà de l’Euphrate ;

D

la région des affluents du Balih et les territoires montagneux adjacents ;

E

la région des affluents du Habur, mais aussi la steppe située entre ce cours d’eau et la vallée de l’Euphrate ;

F

le Sindjar et la région steppique située à l’est du Habur, délimitée par les vallées de l’Euphrate et du Tigre ;

G

la vallée du Tigre en aval des montagnes du Taurus ;

N

la grande région du Haut-Tigre. Très peu de toponymes connus par la documentation paléo-babylonienne peuvent être localisés au nord de ce fleuve, hormis les exceptions notables de Tigunanum et Hirbazanum.

6Cette carte virtuelle des régions et grands espaces que l’assyriologue a en tête a dû être transposée sur une carte réelle par C. Fink, avec l’inconvénient pour les archéologues que les limites des zones ne sont plus floues mais constituent désormais des lignes précises. Or, ces zones-HIGEOMES ne représentent des frontières ni naturelles ni historiquement attestées.

7Il est parfois difficile de localiser des toponymes à l’intérieur d’une seule de ces zones-HIGEOMES. Cette incertitude est reflétée par l’attribution à une même localité de plusieurs zones, souvent limitrophes. Par ailleurs, quelques toponymes fantômes ont été répertoriés : il s’agit parfois de mauvaises lectures ou de mauvaises interprétations. Ils sont classés dans une zone-HIGEOMES virtuelle nommée W, permettant ainsi un renvoi interne ou la correction de la lecture. Enfin, la documentation actuelle ne permet pas toujours de pouvoir situer un toponyme dans l’une des zones-HIGEOMES : pour ces cas les plus complexes, une autre zone virtuelle, appelée X, a été créée. Les toponymes appartenant à cette zone X sont réunis dans le volume en préparation, MTT II.

La région traitée dans le volume MTT I/1

8

Carte 2.

Carte 2.

Les zones HIGEOMES B, C, D, E, F, G et N, à l’intérieur desquelles les toponymes énumérés dans MTT I/1 sont localisables

9Nous avons essayé de rassembler dans ce volume toutes les attestations textuelles des toponymes et hydronymes localisables dans les zones-HIGEOMES B, C, D, E, F, G et N. La région concernée correspond donc à la Haute-Mésopotamie au sens large du terme, incluant les deux rives du Tigre et de l’Euphrate, qui s’étend même assez loin à l’ouest de l’Euphrate, avec la zone-HIGEOMES C. Par ailleurs, nous avons ajouté les gentilices lorsqu’ils sont attestés en Haute-Mésopotamie. Ces ethniques sont désignés par la « zone-HIGEOMES Z ».

  • 6 Notamment les Chroniques éponymales de Mari ; cf. M. Birot, MARI 4, 1985, p. 219-242.

10Les données rassemblées dans ce volume sont issues de documents de toutes natures écrits en langue paléo-babylonienne : des textes de la pratique, qu’il s’agisse de documents administratifs, juridiques ou de lettres, mais aussi des inscriptions royales, ainsi que quelques rares textes historiques6. En revanche, nous n’avons pas indexé les attestations des toponymes mentionnés dans les noms d’années ; le lecteur trouvera des renseignements concernant ces derniers dans le « commentaire général », ainsi que les indications bibliographiques utiles à cet endroit.

11Le corpus de Mari est prépondérant pour la région traitée. De ce fait, les commentaires se concentrent sur la première moitié du 18e siècle avant notre ère, avec une précision accrue vers la fin de cette période. Nous avons par ailleurs intégré toutes les références des toponymes de Haute-Mésopotamie attestés par des textes d’autres sites de cette région (Tall al-Hawa, Tall Bi’a, Tall Chagar Bazar, Tall Hadi, Tall Leilan, Tall Rimah, Tall Taya) ainsi que ceux du Kurdistan irakien (Šušarra) tous plus ou moins contemporains des archives de Mari. Les textes paléo-babyloniens de la Mésopotamie centrale et du Sud, quelle que soit leur datation, ont également été dépouillés. Par ailleurs, les toponymes de Haute-Mésopotamie attestés par les archives plus récentes d’Alalah, à l’Ouest ou, plus rares, de Tigunanum au Nord, ont été indexés.

12Malgré nos efforts, il se peut que des textes ou références nous aient échappé lors de l’indexation. Nous continuerons de les introduire dans la base HIGEOMES, comme nous continuerons également à dépouiller les nouvelles publications de textes. Le lecteur est invité à consulter régulièrement le site de la base HIGEOMES via la plate-forme www.higeomes.org pour y trouver les données actualisées.

La bibliographie sélective

13Pour la plupart des toponymes de Haute-Mésopotamie, le lecteur trouve dans la « bibliographie sélective » des commentaires philologiques et historiques plus ou moins pertinents sur leur signification, localisation et rôle historique. Cette bibliographie de seconde main est parfois très riche. Nous avons enregistré dans la base de données ARCHIBAB la bibliographie concernant ces toponymes, qu’il s’agisse d’hypothèses de localisation ou de commentaires plus généraux. Elle est ici ordonnée par date de parution. Nous avons cherché à résumer très succinctement le contenu des notices, rarement à donner une citation plus exhaustive. Ce travail de dépouillement était considérable et reste certainement incomplet. Les bases en ont été jetées par J. Patrier, qui a entré une bonne partie des données bibliographiques, et parfois leur résumé. Elle a pu profiter, pour ce travail, d’une base de données 4D, appelée MARDOC, créée par D. Charpin et qui a été renseignée jusqu’en 2007. Or, les informations contenues dans la base MARDOC se limitent souvent à la simple indexation du toponyme dans la bibliographie, et J. Patrier a dû filtrer les références les plus pertinentes parmi celles énumérées. À cela s’ajoute le travail d’indexation plus récent, mené par J. Patrier, A.-I. Langlois et N. Ziegler. Malgré nos efforts, on excusera l’absence toujours involontaire de certaines références bibliographiques – que leurs auteurs nous pardonnent. Nous continuons à renseigner la base bibliographique, et le lecteur pourra se reférer à www.higeomes.org.

14En revanche, nous n’avons généralement pas rentré les références bibliographiques des répertoires de toponymes des textes de Mari, ARMT XV et XVI/1, car les renseignements y sont souvent succincts, et ils sont cités par B. Groneberg, RGTC 3. De même, nous avons omis de dépouiller les divers dictionnaires, à l’exception du RlA dont les entrées sont traitées comme des articles.

15Les entrées bibliographiques peuvent être accompagnées d’un résumé ou d’une citation. L’absence de résumé ne préjuge pas de l’intérêt du commentaire, mais est due à la masse de données à traiter et au temps limité. Nous avons toutefois essayé de noter de façon systématique les tentatives de localisation d’un toponyme sur un tell précis. Ce renseignement est habituellement livré sans appréciation argumentée de la part des auteurs du présent volume. Pour celle-ci, il faut se référer au « commentaire général ».

16Les sites archéologiques mentionnés dans la bibliographie peuvent généralement être retrouvés dans la base de données SIG accessible sur le site www.higeomes.org/gis grâce aux efforts de C. Fink. C’est la raison pour laquelle nous avons orthographié les sites selon les normes choisies par le projet HIGEOMES, et avons renseigné le n° HIGEOMES, afin d’aider le lecteur à trouver le tell mentionné.

Processus de fabrication du volume

17Le présent livre est une extraction sélective des données renseignées dans la base de données concernant les textes paléo-babyloniens HIGEOMES. Nous sommes redevables à D. Charpin, qui a aménagé un espace particulier dans la base de données ARCHIBAB, en raison des besoins d’indexation de ce projet de géographie historique. Nous avons par ailleurs profité des travaux préliminaires faits par l’équipe constituée autour du projet ARCHIBAB, qu’il s’agisse de la bibliographie ou des renseignements généraux réunis autour des textes ou leur transcription.

18Ainsi la lettre A.1053 avec proposition d’un itinéraire le long du Habur, retrouvée à Mari et éditée par D. Charpin, notamment dans BBVO 20, 2009, a-t-elle été rentrée par son éditeur dans la base ARCHIBAB en 2010.

Fig 1.

Fig 1.

Capture d’écran de la fiche texte concernant A.1053 dans la base de données ARCHIBAB

19La fiche renseigne sur la bibliographie, le contenu, la date et la nature du texte, donne la transcription, la traduction et un commentaire. L’utilisateur retrouvera donc dans la table Index tous les textes tels qu’ils se trouvent dans la base de données ARCHIBAB. En se rendant sur le site http://www.archibab.fr, dans l’onglet « Textes », l’utilisateur aura accès aux renseignements utiles ainsi que, fréquemment, à la transcription et à la traduction du texte, et parfois même à des photos.

Fig. 2.

Fig. 2.

Accès aux textes via le site http://www.archibab.fr, exemple pour le texte A.1053 édité sous son numéro d’inventaire

20Les toponymes contenus dans la documentation paléo-babylonienne ont été indexés manuellement dans le cadre du projet HIGEOMES/TEXTELSEM. Ces fiches renseignent sur la graphie attestée et la ligne. Ces renseignements sont extraits de l’index et se retrouvent triés par graphie dans le présent volume.

Fig. 3.

Fig. 3.

Capture d’écran de l’indexation manuelle des données contenues dans le texte A.1053 dans la base de données ARCHIBAB

21Concernant les toponymes, D. Charpin a créé pour notre projet de géographie historique un espace particulier avec une table appelée « Sites ».

Fig. 4.

Fig. 4.

Capture d’écran de la table « Sites ». On remarquera la fiche concernant Tarnip, les trois homonymes de Terqa ou les deux de Talhayum

22Les données auxquelles le lecteur a accès dans le présent volume MTT I/1 sont issues des fiches des tables « Index » et « Sites ».

Fig. 5.

Fig. 5.

Capture d’écran de la fiche « Sites » concernant Tarnip

23Les fiches « Sites » permettent de renseigner tous les toponymes paléo-babyloniens, les variantes de graphies et les identifications éventuelles avec des toponymes médio-assyriens ou des sites archéologiques. Le cas échéant, le n° HIGEOMES et le degré de certitude de l’identification sont indiqués. Dans tous les cas, au moins une zone-HIGEOMES est attribuée, ce qui permet de trier les références et de localiser grossièrement le toponyme.

24La bibliographie sélective est entrée dans la base sous la rubrique « Proposition de localisation (historique) » et le « Résumé » sert à créer ce que nous appellons dans le présent volume le « Commentaire général ». Ce commentaire est habituellement très succinct et reflète l’opinion des deux auteurs du volume, A.-I. Langlois et N. Ziegler. Nous avons jugé utile de donner quelques indications globales aux utilisateurs du volume mais nous souhaitons souligner que nous livrons avec MTT I/1 des « Matériaux pour l’étude de la toponymie et de la topographie », et non l’étude plus détaillée. Celle-ci est en cours, et a débuté par des aires géographiques ou des itinéraires choisis.

Choix éditoriaux et problèmes rencontrés

Transcription des toponymes antiques

25Nous avons décidé de suivre la philosophie du projet Archibab et de ne pas mettre de longues aux toponymes paléo-babyloniens. Nous nous distinguons en cela des choix faits dans MTT I/2 ainsi que du RGTC 3. Nous avons conservé cette façon de faire, même dans les cas où les toponymes s’apparentent plutôt à une description qu’à un véritable nom : ainsi on trouvera ci-dessous l’entrée « Birit narim », une désignation babylonienne de la Haute-Mésopotamie, alors que le lecteur pourrait être en droit de s’attendre, en accord avec le AHw, à une entrée « birīt nārim » ou, selon les usages français hérités de F. Thureau-Dangin, à sa variante graphique « birît nârim ».

26Nous estimons néanmoins que notre ouvrage fournit un outil précieux à tous ceux qui s’intéressent aux aspects linguistiques ou aux pratiques scribales, car nous livrons toutes les références aux toponymes avec leur graphie. Le choix d’une interprétation, d’une façon ou d’une autre, concernant un toponyme peut être subjectif ou acquis en héritage d’une tradition, mais la connaissance du syllabaire et des usages scribaux paléo-babyloniens permettra aux lecteurs d’utiliser ces données de manière critique.

27Par exemple, nous connaissons pour le toponyme indexé sous la forme Tarnip deux graphies différentes : ta-ar-ni-ipki et tar-ni-ipki, mais il est évident, en l’absence d’une étymologie plausible, que la labiale finale pourrait tout aussi bien être sonore et les graphies interprétées comme ta-ar-ni-ibki et tar-ni-ibki – on observera d’ailleurs que le toponyme figure sous la forme Ternib dans MTT I/2.

28Encore une fois, nous souhaitons souligner le fait que le présent volume contient des Matériaux pour une étude de la toponymie et la topographie, et non l’étude définitive. Il n’a pas toujours été possible, dans le temps qui nous était imparti, de décider lors de l’indexation des milliers d’attestations de toponymes quelle sifflante ou quelle dentale correspondait à la lecture correcte. Ainsi, on trouvera le toponyme Hatna sous cette forme et non sous Hadna, alors que des arguments plaideraient plutôt pour cette interprétation.

Les homonymes

  • 7 D. Charpin, « La “toponymie en miroir” dans le Proche-Orient amorrite », RA 97, 2003, p. 3-34.

29Les nombreux toponymes homonymes posent problème. Des pistes pour des explications de ce phénomène ont été données par l’étude primordiale de D. Charpin, « La toponymie en miroir »7. D. Charpin avait par ailleurs livré dans cet article une première liste de toponymes homonymes qui doivent être distingués, RA 97 p. 20-33 – il leur attribuait un numéro (1), (2), etc. Nous avons adopté ce système et avons suivi dans le présent ouvrage sa numérotation des différents homonymes.

30Or, tous ces homonymes ne se trouvent pas en Haute-Mésopotamie, mais nous avons essayé de signaler dans le commentaire général l’existence et la localisation des homonymes situés en dehors de la zone traitée par MTT I.

31L’indexation des toponymes dans la base ARCHIBAB ne distingue cependant pas entre les Harbe (1), (2) et (3) : toutes sont indexées sous la forme principale « Harbe ». Il y a des cas où il est difficile de décider quelle ville homonyme est mentionnée dans un texte, et nous n’avons pas voulu priver les chercheurs de la possibilité de juger par eux-mêmes. De ce fait, les références textuelles concernant des toponymes homonymes sont énumérés ensemble et uniquement distingués par graphie, avant les descriptions plus détaillées des sites homonymes, avec leur identification éventuelle, le commentaire général et la bibliographie raisonnée. Concernant la répartition de la bibliographie relative aux homonymes, nous avons pu compter sur la collaboration importante d’A. Jacquet, qui a assisté J. Patrier dans l’indexation de la bibliographie.

32Dans le cadre de notre projet, nous distinguons systématiquement les homonymes en leur ajoutant des nombres entre parenthèses, selon la norme initiée par D. Charpin, RA 97, 2003. Or, il se trouve que d’autres auteurs ont également eu recours à ce système, par exemple M. Wäfler dans son monumental Tall-al-Ḥamīdīya 3. Pour distinguer les numérotations propres des auteurs des nôtres, nous mettons leurs chiffres entre crochets, [1], [2].

État du dépouillement

33Le présent ouvrage est une extraction des données rassemblées en mars 2016 dans la base de données relationnelle 4D ARCHIBAB. Des titres ou textes parus après cette date ne peuvent pas figurer dans notre ouvrage. Nous invitons les utilisateurs à consulter le site http://www.higeomes.org pour trouver une version actualisée, contenant les derniers ajouts.

Auteurs, collaborateurs et relecteurs

34Le travail de rédaction de cette partie de MTT I a bénéficié de la coopération de plusieurs personnes, qui ont participé à des degrés divers à l’élaboration de ce livre. La rédaction finale est due à A.-I. Langlois et N. Ziegler. Les attestations textuelles ont été entrées pour leur plus grande partie par A.-I. Langlois, mais A. Jacquet, H. Reculeau et N. Ziegler y ont également contribué. La bibliographie et les résumés brefs ont initialement été entrés par J. Patrier. Des ajouts et des améliorations ont été apportés par A.-I. Langlois et N. Ziegler. A. Jacquet a assisté aux différents stades de la rédaction, mais c’est surtout lui qui a traité les nombreux toponymes homonymes, et qui a participé au renseignement des fiches bibliographiques. N. Ziegler a rédigé avec A.-I. Langlois les entrées du « commentaire général ». Un remerciement particulier est adressé à D. Charpin, qui a adapté la base de données ARCHIBAB, déjà si riche et utile, aux besoins d’un projet de géographie historique. Il a aussi créé des outils d’extraction des données, qui ont énormement allégé la tâche d’A.-I. Langlois dans l’assemblage et la mise en forme du volume.

  • 8 Voir la note d’A.-I. Langlois, « En marge de HIGEOMES 3 : quelques collations de noms géographiques (...)

35Par ailleurs, des réunions de travail avec nos partenaires berlinois et munichois, organisées dans le cadre du projet, ont été très utiles. De plus, plusieurs collègues ont relu tout ou partie du livre, à différents stades de sa rédaction. Nous avons notamment bénéficié des remarques de nos relecteurs, que nous voulons chaleureusement remercier pour leur travail : D. Charpin et L. Marti, mais aussi J.-M. Durand, B. Fiette, A. Jacquet et M. Guichard. Nous insistons par ailleurs sur le fait que J.-M. Durand nous a fourni des collations concernant de nombreux toponymes8.

Notes

1 Toutes les références bibliographiques peuvent être retrouvées sur www.archibab.fr.

2 Consulter aussi les études de D. Charpin, « Les pouvoirs locaux à l’époque paléo-babylonienne : le cas du maire et des Anciens de Harrâdum », Mél. Donbaz, Istanbul, 2010, p. 41-54, et « Un édit du roi Ammi-ditana de Babylone », Mél. Groneberg, CM 41, Leyde/Boston, 2010, p. 17-46, concernant cette documentation.

3 Voir aussi le livre en préparation d’A.-I. Langlois, Les archives de la princesse Iltani découvertes à Tell al-Rimah (XVIIIe siècle avant J.-C.) et l’histoire du royaume de Karana/Qaṭṭara, à paraître dans la série Archibab de la collection Mémoires de NABU.

4 J. Eidem, « Old Assyrian Trade in Northern Syria. The Evidence from Tell Leilan », OAAS 3, PIHANS 111, Leyde, 2008, p. 31-42, spécialement p. 40 « Addendum ». J. Eidem considère que cette découverte favorise l’identification de Tall Arbid avec Amaz.

5 Voir déjà ci-dessus l’avant-propos, et C. Fink, MTT I/3.

6 Notamment les Chroniques éponymales de Mari ; cf. M. Birot, MARI 4, 1985, p. 219-242.

7 D. Charpin, « La “toponymie en miroir” dans le Proche-Orient amorrite », RA 97, 2003, p. 3-34.

8 Voir la note d’A.-I. Langlois, « En marge de HIGEOMES 3 : quelques collations de noms géographiques des archives de Mari », NABU 2016/6. J.-M. Durand ne voulait pas y être explicitement remercié – qu’il le soit ici !

Table des illustrations

Titre Carte 1.
Légende Les sites ayant livré des textes de la première moitié du 2e millénaire av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4622/img-1.png
Fichier image/png, 7,3M
Titre Carte 2.
Légende Les zones HIGEOMES B, C, D, E, F, G et N, à l’intérieur desquelles les toponymes énumérés dans MTT I/1 sont localisables
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4622/img-2.png
Fichier image/png, 7,6M
Titre Fig 1.
Légende Capture d’écran de la fiche texte concernant A.1053 dans la base de données ARCHIBAB
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4622/img-3.png
Fichier image/png, 273k
Titre Fig. 2.
Légende Accès aux textes via le site http://www.archibab.fr, exemple pour le texte A.1053 édité sous son numéro d’inventaire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4622/img-4.png
Fichier image/png, 188k
Titre Fig. 3.
Légende Capture d’écran de l’indexation manuelle des données contenues dans le texte A.1053 dans la base de données ARCHIBAB
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4622/img-5.png
Fichier image/png, 230k
Titre Fig. 4.
Légende Capture d’écran de la table « Sites ». On remarquera la fiche concernant Tarnip, les trois homonymes de Terqa ou les deux de Talhayum
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4622/img-6.png
Fichier image/png, 213k
Titre Fig. 5.
Légende Capture d’écran de la fiche « Sites » concernant Tarnip
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4622/img-7.png
Fichier image/png, 151k

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search