Version classiqueVersion mobile

Les toponymes paléo-babyloniens de la Haute-Mésopotamie

 | 
Nele Ziegler
, 
Anne-Isabelle Langlois

Avant-propos

Vorwort

Foreword

Texte intégral

  • 1 Cette coopération franco-allemande, commencée dès 2007, a donné lieu à deux projets financés par l’ (...)
  • 2 L’équipe philologique de Berlin, dirigée par Eva Cancik-Kirschbaum, est composée de Christian Hess (...)
  • 3 L’équipe archéologique de Mayence (2011-13) puis Munich (depuis 2013), dirigée par Adelheid Otto, e (...)
  • 4 L’équipe informatique de Mayence est composée de Kai-Christian Bruhn, Frank Boochs, Ashish Karmacha (...)

1La présente publication, composée de trois tomes, est le fruit d’une coopération interdisciplinaire franco-allemande consacrée à la géographie historique de la Haute-Mésopotamie au IIe millénaire avant J.-C.1 Elle tente d’introduire de nouvelles perspectives permettant de mieux comprendre l’histoire des régions situées entre le Tigre et l’Euphrate sur la longue durée pendant le IIe millénaire, en comparant les données textuelles paléo-babyloniennes et médio-assyriennes et en les confrontant aux données archéologiques provenant des sites datant du Bronze moyen et récent. Pour ce faire, elle ne se limite pas à renseigner les différentes bases de données informatiques, mais teste également l’emploi de techniques de géoinformatique et de modélisation sémantique. Ce projet interdisciplinaire et binational est constitué de trois composantes qui coopèrent entre elles : une philologique, située à Berlin et à Paris2, une autre archéologique à Mayence puis Munich, à Paris et à Nanterre3 et une dernière informatique à Mayence et à Dijon4.

2Les études de géographie historique nécessitent des bases solides concernant les réalités du terrain et la topographie antiques. Parmi les études sur le Proche-Orient ancien, l’un des enjeux majeurs de la géographie historique réside dans le travail d’identification des réalités environnementales et archéologiques. Or, un grand nombre des réalités modernes reste sans identification avec un nom ancien et de multiples toponymes anciens demeurent sans localisation précise ou même approximative. Les textes contiennent de nombreux toponymes et hydronymes qui peuvent être situés de manière relative, les uns par rapport aux autres, et qui forment un réseau. Ce dernier doit être confronté à un réseau « absolu » formé par les éléments naturels (cours d’eaux, montagnes etc.) et les sites archéologiques connus grâce aux prospections et fouilles. Tel est l’objet de notre projet de recherche.

3Dans le cadre du projet HIGEOMES, nous nous sommes tout d’abord limités à la Haute-Mésopotamie au sens strict, c’est-à-dire la zone située entre le Tigre et l’Euphrate, depuis les sources des deux fleuves, au nord, jusqu’aux villes actuelles de Ramadi et Samarra, au sud. Cette zone est avant tout connue, pour le IIe millénaire av. J.-C., par deux grandes documentations riches et complémentaires : les archives paléo-babyloniennes issues de sites de la Mésopotamie du Nord et celles de la période médio-assyrienne. Ces deux grands corpus fournissent à l’heure actuelle la majorité des données concrètes concernant la toponymie et la topographie. Or, elles ne se limitent pas à livrer les toponymes anciens, mais elles révèlent également les relations existant entre eux. Leur étude permet d’élaborer une certaine représentation géopolitique de la Haute-Mésopotamie au IIe millénaire av. J.-C. En complément, la réalité physique de cette région peut être appréhendée grâce aux recherches archéologiques. C’est pourquoi les informations livrées par les sources textuelles doivent être confrontées aux données archéologiques.

  • 5 Il s’agit des volumes de Brigitte Groneberg, RGTC 3, Die Orts- und Gewässernamen der altbabylonisch (...)

4Un remarquable travail pionnier avait été réalisé par le Tübinger Atlas zum Vorderen Orient. Il avait édité la série des Répertoire(s) Géographique(s) des Textes Cunéiformes, permettant à ses utilisateurs de se faire une idée sur les connaissances acquises. Les volumes concernant les documentations paléo-babylonienne et médio-assyrienne ont été publiés au début des années 19805. Ils représentent encore aujourd’hui un outil de recherche indispensable bien qu’ils soient figés depuis leur impression et qu’ils n’aient pas trouvé de supplément. Or, ce travail devait être poursuivi en raison de l’accroissement rapide, ces dernières décennies, des sources textuelles dont le nombre a plus que doublé. Par conséquent, la première tâche de notre projet consista en un catalogage des toponymes contenus dans les textes. Un travail équivalent a dû être accompli concernant les sites connus par l’archéologie. Dans l’esprit des Répertoires, une première partie des informations concernant les toponymes est donnée dans le présent volume des Matériaux pour l’étude de la toponymie et de la topographie (MTT).

5MTT I est composé de trois parties se référant les unes aux autres. Les toponymes contenus dans les textes paléo-babyloniens sont énumérés dans une première partie (I/1), et ceux livrés par les documents médio-assyriens dans une deuxième (I/2). Des références complémentaires aux documentations contemporaines, paléo-assyrienne, hittite, etc. sont données dans la bibliographie. La troisième partie (I/3) livre les progrès concernant nos connaissances des sites occupés pendant le IIe millénaire av. J.-C., notamment grâce aux prospections, rapports de fouilles et récits de voyages, ainsi que leur géoréférencement.

Comment utiliser le présent volume ?

6Dans MTT I/1 et I/2, les toponymes sont classés par ordre alphabétique. Dans MTT I/3, les sites archéologiques sont ordonnés, de manière suivie, selon le numéro-HIGEOMES qui leur a été assigné. Pour plus de précisions, se reporter à l’introduction respective de chaque partie. Le lecteur trouvera, au sein de chaque volume, des informations qui le guideront vers les deux autres parties, facilitant ainsi la consultation de MTT I.

7On peut illustrer le fonctionnement des trois parties MTT I/1-3 avec l’exemple de la ville d’Apqum d’époque paléo-babylonienne, identifiée à l’Apqu médio-assyrienne et au site de Tall Abu Maria.

8Dans MTT I/1, l’en-tête de l’entrée se présente comme suit :

APQUM (1)   Zone : F

Nom(s) OB : Apqum ; Apqum ša Addu
Nom(s) MA : Apku ; Apqu
Identification : Abu Maria, Tall (Abū Mārijā, Tall)
Degré de certitude : 2   N° HIGEOMES : 3
Attestations : (…)
Commentaire général : (…)
Bibliographie sélective par ordre chronologique : (…)

9L’en-tête de l’entrée correspondante dans MTT I/2 se présente ainsi :

APQU   Zone: F

AB Name(n): Apqum (1) ; Apqum ša Addu
MA Name(n): Apku ; Apqu
Identifizierung: Tall Abu Maria (Abū Mārijā)
Sicherheit: 2 HIGEOMES Nr.: 3
(Belege nach Graphien geordnet)
Lokalisierung: (…)

10Enfin, l’entrée correspondant à Tall Abu Maria dans MTT I/3 se présente de la manière suivante :

Abu Maria, Tall (أبو مارية)   HIGEOMES Nr. 3

Bumarije, Abū Māriyā, Abu Maryam   Zone: F
Ost: 42.597719
Nord: 36.429694
Toponyme:   aB: APQUM (1); mAss: APQU   
Lokalisierung: sicher    
Erforschung:   Grabung, Survey
Datierung:   MBZ (3)

Bibliographie: Anastasio 2007, Lloyd 1938, Oates 1968, 1968a, Reade 1968

  • 6 Un n°-HIGEOMES a été attribué lors de l’indexation des sites archéologiques. Ce numéro permet une i (...)

11Dans MTT I/1 et I/2, l’entrée commence à gauche par la forme usuelle du toponyme. À droite, une aire géographique, appelée « zone »-HIGEOMES, lui est attribuée sous forme de lettre. Dans MTT I/3 se trouve à cet endroit le n°-HIGEOMES6 attribué au site archéologique et, en dessous, la zone-HIGEOMES ainsi que les coordonnées géographiques. Ce système de numérotation permet une identification unique de chaque site.

  • 7 Dans les trois tomes de MTT I ici présentés, des différences mineures concernent la répartition des (...)

12Pour des raisons pratiques, nous avons artificiellement découpé le Proche-Orient en secteurs appelés « zones-HIGEOMES », permettant de réaliser une première répartition des toponymes anciens à l’intérieur de régions plus vastes. Les limites de ces zones-HIGEOMES ne représentent aucune réalité historique mais suivent plutôt de manière schématique notre compréhension des structures géopolitiques associée aux limites environnementales naturelles (voir carte 2, les zones-HIGEOMES). Ce découpage permet aussi d’effectuer des requêtes dans notre base de données ou d’effectuer des tris. La Haute-Mésopotamie, comme définie précédemment, correspond aux zones-HIGEOMES B, D, E, F, G et N. Les vallées de l’Euphrate et du Tigre constituent respectivement les zones-HIGEOMES B et G, qui comprennent leurs deux rives7. Cependant, certains toponymes ne peuvent pas être assignés à une zone unique : cette incertitude est reflétée par l’attribution de multiples zones à un toponyme donné.

13Les ethniques représentent une réalité particulière des recherches historico-géographiques. Pour eux, une zone-HIGEOMES virtuelle, appelée Z, a été créée. La zone géographique réelle dans laquelle l’ethnique est situé par le texte est ensuite ajoutée dans la mesure du possible.

14Quelques toponymes fantômes ont été répertoriés : il s’agit parfois de mauvaises lectures ou de mauvaises interprétations des données textuelles. Nous les avons classés dans une autre zone-HIGEOMES virtuelle nommée W, permettant ainsi un renvoi interne ou la correction de la lecture. Enfin, une dernière zone-HIGEOMES abstraite, appelée X, comprend les toponymes qui ne peuvent être localisés pour le moment. Ces toponymes seront livrés dans le prochain volume en préparation, MTT II.

15Comme illustré ci-dessus par l’exemple d’Apqum/Apqu/Tall Abu Maria, les différentes parties de MTT I se réfèrent les unes aux autres grâce à un système standardisé de renvois internes. Sous l’entrée du toponyme, ses éventuelles variantes sont indiquées, quelle que soit la période, et, le cas échéant, l’identification avec un site archéologique suivi de son n°-HIGEOMES est précisée. Ces informations facilitent la consultation des entrées dans les autres parties du volume.

16La notation des toponymes reste un problème de taille. En effet, non seulement les textes anciens donnent différentes variantes d’un même nom mais les adaptations et transcriptions modernes suivent différentes conventions qui peuvent de surcroît varier selon les traditions linguistiques propres. Une situation analogue se retrouve dans les transcriptions française et allemande de toponymes modernes kurdes ou arabes. Nous avons décidé – selon l’habitude prise dans les volumes collectifs BBVO 20 et 24, de respecter les usages propres à chaque pays. Ainsi, dans MTT I/1, partie francophone, avons-nous suivi les normes de transcription des toponymes anciens du projet ARCHIBAB, ne notant ni les longues ni la lunule sous le “Ḫ”. MTT I/2, partie germanophone, garde la distinction entre longue étymologique et longue par contraction, ainsi que le Ḫ.

17Ces difficultés de normalisation des toponymes touchent également les noms modernes des sites. Par pragmatisme, nous utilisons comme forme de base la forme très simplifiée enregistrée par C. Fink pour les noms des sites archéologiques — leur transcription selon les conventions de la DOG est donnée entre parenthèses. MTT I/3, partie germanophone consacrée aux sites archéologiques, précise souvent entre parenthèses le nom arabe de ces derniers et donne des variantes fréquemment attestées dans la production écrite archéologique.

  • 8 Pour un système similaire, voir S. Parpola & M. Porter (éd.), The Helsinki Atlas of the Near East i (...)

18L’identification d’un toponyme ancien avec un site archéologique représente un problème particulier. Seule une minorité des toponymes connus peut être localisée de façon certaine. L’état de la recherche concernant ce problème d’identification d’un toponyme antique avec un site est donné ici : les principales propositions de localisation ont été précisées dans la bibliographie relative à chaque toponyme. Nous avons choisi d’adopter certaines de ces propositions, d’en rejeter d’autres, principalement en raison d’un manque d’éléments probants. Dans certains cas, le projet a pu en introduire de nouvelles. Nous utilisons un système simple notant le degré de certitude que nous accordons à l’identification du toponyme ancien avec un site8:

0

inconnu

il n’y a actuellement aucune proposition plausible de localisation

1

possible

la proposition d’identification paraît possible pour des raisons archéologiques ou historiques

2

vraisemblable

la plausibilité de l’identification est étayée par des informations plus nombreuses et plus détaillées

3

sûr

l’identification est assurée grâce à des découvertes archéologiques concluantes

19Après cet en-tête des entrées de MTT I/1-3, permettant une navigation facile entre les trois parties, les présentations diffèrent d’un volume à l’autre. On consultera pour cela les introductions particulières aux trois tomes.

  • 9 Les notifications concernant des ajouts à introduire dans MTT I seront accueillies avec reconnaissa (...)

20Le présent volume représente un état intermédiaire de notre coopération. Le projet de coopération franco-allemande TEXTELSEM n’étant pas encore achevé, nous ne prétendons pas à l’exhausivité de l’inventaire des toponymes documentés et des sites découverts : le volume livré ici représente une étape. Néanmoins, nous espérons qu’il sera utile pour la recherche en histoire, archéologie et philologie. Toute notification de références bibliographiques ou textuelles manquantes est bienvenue de la part de ses utilisateurs : celles-ci pourront être ajoutées à la base de données HIGEOMES et consultées lors de la mise en place du site Web9. Pour les toponymes appartenant à la Haute-Mésopotamie du nord qui ont été écartés de ce volume, principalement ceux situés à l’est du Tigre, on se référera au second volume, MTT II, actuellement en préparation.

21Nos remerciements vont aux institutions qui ont rendu ce travail de recherche possible : l’Agence Nationale de la Recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft ainsi que les Universités de Berlin, Dijon, Mayence, Munich et les équipes CNRS de Paris et Nanterre. Nous remercions également le Collège de France pour avoir accueilli cet ouvrage dans la série Proche-Orient antique, publications OpenEdition du Collège de France, et Jean-Michel Roynard pour la création et le formatage de l’édition électronique.

22Lors de la préparation de ce volume, beaucoup de collègues ont participé à des discussions, ont attiré notre attention sur des documents, parfois encore inédits, et ont relu plusieurs phases du manuscrit. Nos remerciements à eux tous.

Eva Cancik-Kirschbaum, Adelheid Otto, Nele Ziegler
Berlin, Munich, Paris, Avril 2016

Notes

1 Cette coopération franco-allemande, commencée dès 2007, a donné lieu à deux projets financés par l’Agence Nationale de la Recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft : HIGEOMES, de 2011 à 2014, et TEXTELSEM de 2014 à 2017. Les acronymes, HIGEOMES (« La géographie historique de la Haute-Mésopotamie du IIe millénaire av. J.-C. : projet de recherche interdisciplinaire ») et TEXTELSEM (« Textes, tells, sémantique : modéliser la géographie historique de la Mésopotamie du nord du 2e mill. av. J.-C. grâce à l’analyse intégrée des textes, des données archéologiques et au recours au Web sémantique et à la géoinformatique », illustrent l’objet et la région étudiés, les disciplines abordées ainsi que les méthodes employées.

2 L’équipe philologique de Berlin, dirigée par Eva Cancik-Kirschbaum, est composée de Christian Hess (2014-15), William Pethe (2011-2014) et Kristina Petrow (depuis 2014). L’équipe philologique de Paris, dirigée par Nele Ziegler, est composée d’Antoine Jacquet (2013-14), Anne-Isabelle Langlois (depuis 2013), Hervé Reculeau (2011-12), et Boris Alexandrov (2012-13 en tant que Maître de conférences invité au Collège de France). Julie Patrier fut chargée du dépouillement de la bibliographie (2014-15). Par ailleurs, Dominique Charpin, Jean-Marie Durand, Denis Lacambre, Lionel Marti et Michaël Guichard sont impliqués dans le projet de recherche.

3 L’équipe archéologique de Mayence (2011-13) puis Munich (depuis 2013), dirigée par Adelheid Otto, est composée de Christoph Fink et a bénéficié de la coopération de Berthold Einwag, Albert Dietz et Katleen Deckers, d’Aline Tenu à Nanterre, Christophe Nicolle et Bertille Lyonnet à Paris.

4 L’équipe informatique de Mayence est composée de Kai-Christian Bruhn, Frank Boochs, Ashish Karmacharya et Martin Unold. Celle de Dijon est dirigée par Christophe Cruz et compte sur la collaboration de Mélodie Poncet depuis 2014.

5 Il s’agit des volumes de Brigitte Groneberg, RGTC 3, Die Orts- und Gewässernamen der altbabylonischen Zeit, paru en 1980, et de Khaled Nashef, RGTC 5, Die Orts- und Gewässernamen der mittelbabylonischen und mittelassyrischen Zeit, paru en 1982.

6 Un n°-HIGEOMES a été attribué lors de l’indexation des sites archéologiques. Ce numéro permet une identification sans équivoque de chaque site en dépit des nombreux homonymes et variantes. Ce numéro est indiqué de manière systématique et sert de lien principal entre les réalités du terrain archéologique et les toponymes des textes identifiés ainsi que leur bibliographie.

7 Dans les trois tomes de MTT I ici présentés, des différences mineures concernent la répartition des informations et leur présentation ; une différence notable constitue le traitement de quelques toponymes de la rive gauche du Tigre qui ont connu une occupation continue durant tout le IIe millénaire, notamment Ninet OB/Ninua MA, Kawalhum OB/Kalhu MA et Sugagu OB/Suqaqu MA. Alors que MTT I/1 traite les toponymes des deux rives du Tigre, MTT I/2 ne traite que les sites de la rive droite. Pour les toponymes médio-assyriens situés sur la rive gauche, on se reférera au volume MTT II. Voir les introductions spécifiques de chaque tome.

8 Pour un système similaire, voir S. Parpola & M. Porter (éd.), The Helsinki Atlas of the Near East in the Neo-Assyrian Period, 2001, S. 3, où quatre niveaux de probabilité sont donnés, allant de 1 = sûr à 4 = “conjectural or speculative”.

9 Les notifications concernant des ajouts à introduire dans MTT I seront accueillies avec reconnaissance et peuvent être envoyées au projet via l’adresse électronique disponible sur www.higeomes.org.

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search