Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécurité informatique

 | 
Martin Abadi

Présentation de Martin Abadi

Leçon inaugurale prononcée le 10 mars 2011. Chaire d’Informatique et sciences numériques

Pierre Corvol

Entrées d'index

Texte intégral

1Cher Collègue,
Cher Martin Abadi,

2La sécurité informatique fait régulièrement la une de l’actualité, avec aujourd’hui l’attaque par des hackers du site du ministère de l’Économie et des Finances à Bercy, et demain, qui sait, celle de centres cruciaux de décision politique ou militaire. En fait, les questions de sécurité informatique touchent des pans de plus en plus vastes de nos activités publiques et privées. Le monde devient numérique, disait Gérard Berry, votre prédécesseur dans cette chaire. La sécurité informatique aussi, dans l’industrie, le commerce, la gestion de données médicales et bien d’autres domaines.

3La sécurité informatique, tel est le thème du cours et des séminaires que vous animerez dans le cadre de la chaire annuelle d’Informatique et sciences numériques que nous avons eu le plaisir de créer en partenariat avec l’INRIA, l’Institut national de recherche en informatique et en automatique.

4Après des études à Stanford, où vous obtenez en 1987 un PhD en informatique, vous devenez associé au département d’Informatique de cette université. Vos recherches s’effectuent le plus souvent dans des laboratoires industriels, chez Compaq, aux Bell Laboratories de 1999 à 2001. Actuellement, vous êtes professeur à l’université Santa Cruz de l’université de Californie et en même temps principal researcher chez Microsoft dans la Silicon Valley.

5Votre recherche a porté sur trois grands domaines : les langages de programmation, les méthodes de spécification et de preuve formelle des programmes et la sécurité informatique. Ces trois domaines, qui étaient initialement dissociés, s’entrelacent vers le milieu des années 1990 et vos travaux actuels ont trait aux objets informatiques (théorie et programmation) et à la sécurité des systèmes informatiques.

6Il est tentant et sans doute un peu facile pour votre présentateur médecin de faire une analogie entre le monde de la sécurité informatique et celui de la santé. Pour une fois, nos langages se rejoignent (pas pour bien longtemps, hélas !) : ne parlez-vous pas de virus, de contagion virale due à des attaques coordonnées et simultanées à grande distance de nombreuses cibles, de pathogènes masqués, anonymes ? Leur identification est difficile car le choix qui a été fait dans le développement et la mise œuvre des systèmes informatiques a été celui de la protection de l’anonymat et de la vie privée.

7Le traitement d’une attaque virale informatique ne peut être individuel. Comme en santé publique, les mesures thérapeutiques et de prévention doivent concerner toute la population exposée. En l’occurrence, une population particulièrement fragile parce que les systèmes informatiques sont relativement ouverts, malléables et hétérogènes, comme le Web. La prévention d’une épidémie virale touchant les systèmes informatiques passe, entre autres, par la prescription d’antivirus qui doivent être régulièrement adaptés et remis à jour du fait des mutations rapides des virus induites par les hackers.

8Votre expertise et celle des prestigieux orateurs que vous avez invités à donner des séminaires permettront à vos auditeurs et aux nombreux internautes qui suivront vos cours en français et en anglais de suivre les derniers progrès en matière de sécurité informatique. Nous vous en remercions par avance.

Annexes

Présentation de Martin Abadi par Pierre Corvol : https://archive.org/​details/​CdfLiAbadiIntroCorvol

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540