Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance métaphysique

 | 
Claudine Tiercelin

Présentation de Claudine Tiercelin

Pierre Corvol

Texte intégral

1Chère collègue,
Chère Claudine Tiercelin,

2Depuis sa création, le Collège de France a accueilli de nombreuses chaires de philosophie, ancienne ou moderne ; mais c’est avec la vôtre que, pour la première fois, le terme vénérable de métaphysique apparaît dans le titre de l’une d’entre elles. Une telle innovation peut surprendre : on n’a pas cessé, tout au long du xxe siècle, de déclarer que la métaphysique était un archaïsme et qu’il fallait la dépasser, ou encore la « déconstruire ».

3Ces proclamations ne vous impressionnent pas beaucoup. Vous tenez la métaphysique pour inséparable de toute entreprise de connaissance et, plus particulièrement, de l’enquête scientifique : aussi longtemps que la science sera obligée de se servir de notions comme celles de cause ou de loi, d’objet, de propriété ou d’événement, et même simplement de réalité ou de vérité, il lui sera impossible, selon vous, de rompre tout lien avec la métaphysique. Et il ne s’agit pas seulement d’analyser les concepts en question pour dissiper des confusions, mais bien de s’interroger sur les réalités qu’ils désignent. Ainsi, refusant la représentation classique d’un univers contingent de substances atomisées et passives, vous soutenez l’idée d’un réel foncièrement dynamique, constitué de capacités, de dispositions et d’interactions causales régies par des lois.

  • 1 Claudine Tiercelin, Le Ciment des choses. Petit traité de métaphysique réaliste, Paris, Ithaque, 20 (...)

4Cette conception vous paraît plus proche de l’image que nous renvoient aujourd’hui les sciences de la nature. C’est ce qu’exprime votre récent ouvrage, Le Ciment des choses1, où vous rejetez tout à la fois les illusions d’une métaphysique en apesanteur et le piège d’une métaphysique à prétention scientiste.

5Le projet que vous défendez, en effet, est celui d’une métaphysique scientifique, rationaliste et réaliste. Celle-ci n’a rien à voir avec le scientisme : il ne s’agit nullement de mimer la science ou de courir derrière ses résultats ; la philosophie a ses méthodes et ses problèmes propres ; mais elle doit tenir le plus grand compte de l’état présent des connaissances scientifiques et, surtout, adopter à l’égard du réel l’attitude scientifique, au sens où l’entendait Peirce : « un ardent désir de savoir comment les choses sont réellement ».

  • 2 Claudine Tiercelin, C.S. Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF, 1993 ; La Pensée-Signe, Nîmes, Jacqu (...)
  • 3 Claudine Tiercelin, Hilary Putnam, l’héritage pragmatiste, Paris, PUF, 2002 ; Le Doute en question. (...)

6C’est sous l’égide de ce grand philosophe et scientifique américain du xixe siècle, que vous qualifiez de « Leibniz américain », fondateur du pragmatisme et de la sémiotique, qu’a commencé votre itinéraire philosophique. Vous lui avez consacré votre thèse d’État, qui a fait de vous une des meilleurs spécialistes mondiales de son œuvre2. Puis, prenant appui sur ses idées, vous en êtes arrivée, par un chemin que vous décrivez vous-même comme ayant été long et difficile3, à ce programme de recherche métaphysique novateur que vous allez pouvoir maintenant déployer ici dans vos cours.

7Vous refusez en effet, avec la plus grande énergie, toute séparation entre la recherche et l’enseignement philosophiques, et vous avez toujours voulu mener de front ces deux activités : comme professeur à l’université Paris-XII, comme membre senior de l’Institut universitaire de France, ou comme titulaire de la chaire Charles Sanders Peirce à l’université de Fordham à New York. C’est dans le même esprit que vous avez assumé la présidence des agrégations de philosophie de 2000 à 2003.

8Vous aimez dire que vous devez tout à l’École de la République. Et ce n’est certainement pas un hasard si vous avez choisi pour thème de votre première année de cours « La valeur de la connaissance ».

9C’est dans cette dans « maison de la connaissance » qu’est le Collège de France que nous sommes heureux de vous accueillir. Vous y êtes désormais chez vous.

Annexes

Présentation de Claudine Tiercelin par Pierre Corvol : https://archive.org/​details/​CdfLiTiercelinIntroCorvol

Notes

1 Claudine Tiercelin, Le Ciment des choses. Petit traité de métaphysique réaliste, Paris, Ithaque, 2011.

2 Claudine Tiercelin, C.S. Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF, 1993 ; La Pensée-Signe, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1993.
Charles Sanders Pierce, Œuvres philosophiques, édition en 10 volumes dirigée par Claudine Tiercelin et Pierre Thibaud, Paris, Éditions du Cerf : tome 1, Pragmatisme et Pragmaticisme, trad. C. Tiercelin, 2002 ; tome 2, Pragmatisme et sciences normatives, trad. C. Tiercelin, P. Thibaud & J.-P. Cometti, 2003 ; tome 3, Écrits logiques, trad. C. Tiercelin & P. Thibaud, 2006 (les autres volumes sont en préparation).

3 Claudine Tiercelin, Hilary Putnam, l’héritage pragmatiste, Paris, PUF, 2002 ; Le Doute en question. Parades pragmatistes au défi sceptique, Paris, L’Éclat, 2005.

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540