Version classiqueVersion mobile

La connaissance et ses raisons

 | 
Jean-Marie Chevalier
, 
Benoit Gaultier

II. De la justification des croyances

Peut-on imaginer une banane invisible ?

Réponse à Santiago Echeverri

Sébastien Réhault

Texte intégral

1Si l’on devait dresser une liste des vertus qui font le tempérament philosophique, il est probable qu’on accorderait une place importante au souci d’examiner toutes les implications que comporte une thèse, y compris les implications les plus lointaines et les plus étonnantes, afin de mesurer le coût et les difficultés associés à la défense de cette thèse. Or c’est précisément cette vertu qu’illustre le texte de Santiago Echeverri : il s’attache en effet à mettre au jour une implication surprenante et potentiellement problématique d’une des théories de la connaissance perceptive les plus respectées actuellement. Comme le veut l’usage, mes remarques prendront principalement la forme de critiques, mais cela ne préjuge en rien des qualités que l’article de S. Echeverri contient par ailleurs. Mes réticences concernent principalement (1) la conception de l’imagination sur laquelle s’appuie S. Echeverri et (2) les conséquences épistémologiques anti-sceptiques qu’il pense pouvoir tirer de l’argument de la cécité modale.

2Comme le rappelle S. Echeverri, le « nouveau problème du malin génie » constitue un des principaux défis à la possibilité de la connaissance perceptive. Le nouveau problème du malin génie nous oblige, semble-t-il, à abandonner toute stratégie purement internaliste en épistémologie, puisqu’une telle stratégie ne nous permet pas de distinguer les bons cas des mauvais cas, par exemple celui où Julia voit une banane devant elle et le sait, et celui où une réplique de Julia, qui n’est qu’un cerveau dans une cuve, fait apparemment la même expérience que Julia et croit elle aussi, sur la base de son expérience visuelle, qu’il y a une banane devant elle, mais à tort. Dans la mesure où Julia pourrait être sa réplique dans une cuve, l’argument nous obligerait à conclure qu’elle ne sait pas qu’il y a une banane devant elle.

3Face à ce problème, le disjonctivisme épistémologique, formulé initialement par John McDowell et défendu aujourd’hui par Duncan Pritchard (Pritchard 2012), apparaît comme une alternative crédible à l’internalisme. Selon le disjonctivisme, la base de la croyance de Julia et la base de la croyance de la réplique de Julia ne sont pas de même nature : l’état mental de Julia est factif (il est constitué par sa perception de la banane), tandis que l’état de sa réplique n’est pas factif (il n’est pas constitué par sa perception de la banane), ce qui bloquerait l’argument du nouveau malin génie. Le disjonctivisme épistémologique de Pritchard inclut tout de même une clause internaliste : pour compter comme un bon cas de connaissance perceptive, le sujet doit pouvoir avoir un accès réflexif au fait que sa base rationnelle est factive : autrement dit, Julia doit pouvoir avoir accès au fait qu’elle voit ce qu’elle voit.

4Dans son texte, S. Echeverri évoque les raisons de préférer un disjonctivisme épistémologique comme celui de Pritchard à un disjonctivisme simplement externaliste : en effet, en l’absence d’accès réflexif au caractère factif de sa croyance perceptive, le sujet épistémique ne serait pas dans une bonne position dialectique vis-à-vis du sceptique radical (il ne pourrait pas expliquer pourquoi il est épistémiquement bien placé) et il ne pourrait pas répondre de sa responsabilité épistémique (on ne pourrait pas le tenir pour responsable de ses croyances). On peut se demander si cette concession de Pritchard à l’internalisme est vraiment judicieuse : non seulement l’idée que nous avons une responsabilité épistémique à l’égard de nos croyances perceptives est douteuse (en particulier, dans un cadre externaliste), mais c’est bien cette concession internaliste qui fragilise en définitive la réponse disjonctiviste au nouveau problème du malin génie.

5S. Echeverri montre en effet que la clause internaliste du disjonctivisme épistémologique possède une implication problématique : le problème de la cécité modale. Si le sujet a un accès réflexif au support factif de sa connaissance, alors il ne peut pas de façon cohérente imaginer se trouver dans un scénario sceptique – un scénario dans lequel il fait la même expérience perceptive, mais où il serait en fait un cerveau dans une cuve ou victime d’une hallucination. Autrement dit, dans le bon cas, le sujet serait incapable d’imaginer un scénario sceptique autocentré, c’est-à-dire un scénario où il s’imaginerait lui-même victime d’une illusion.

6Cette implication présente le risque d’une réduction par l’absurde : dans la mesure où il semble toujours possible d’imaginer des scénarios sceptiques, si la cécité modale est une implication du disjonctivisme épistémologique, alors le disjonctivisme épistémologique doit être faux.

7Cependant, selon S. Echeverri, non seulement un défenseur du disjonctivisme épistémologique peut accepter sans dommage l’implication de la cécité modale, mais il est même possible de transformer cette implication en argument contre le scepticisme (l’impossibilité d’imaginer un scénario sceptique témoignant du caractère factif de la base de la croyance perceptive).

8La première question que soulève la stratégie de S. Echeverri est la suivante : dans la mesure où le problème de la cécité modale concerne la clause internaliste du disjonctivisme épistémologique, est-ce qu’il ne devrait pas également se poser pour n’importe quel modèle épistémologique internaliste ? La cécité modale ne semble pas constituer un problème spécifique pour la théorie disjonctiviste défendue par Pritchard et dont se réclame S. Echeverri. Dans ce cas, si le problème de la cécité modale se pose réellement (et on verra par la suite que c’est loin d’être évident), alors cela peut vouloir dire que le disjonctivisme épistémologique n’est pas parvenu à résoudre de façon satisfaisante le nouveau problème du malin génie, pour la simple et bonne raison qu’il n’a pas renoncé complètement à l’internalisme. Évidemment, cette difficulté ne se pose que si l’on considère le cas de cécité modale comme un problème pour le disjonctivisme épistémologique, ce que rejette S. Echeverri.

9Mais il y a, semble-t-il, un problème plus important : le raisonnement de S. Echeverri ne repose-t-il pas sur une conception appauvrie de l’imagination ? N’impose-t-il pas des limites indues à notre capacité imaginative ? Pour déterminer si un sujet situé dans une situation de connaissance perceptive peut ou ne peut pas imaginer se trouver dans un scénario donné, il est préférable de mobiliser une conception suffisamment robuste de l’imagination et de ses modalités. Parmi les exemples que donne S. Echeverri en faveur du problème de la cécité modale, on trouve notamment celui-ci : l’astronome qui sait que Hespérus est Phosphorus ne peut pas imaginer que ce sont des étoiles distinctes. Mais est-ce que cela ne revient pas à dire qu’on ne peut pas imaginer ce que l’on sait être faux ? Une telle conclusion paraît particulièrement contre-intuitive.

10Comme l’indique Tamar Gendler dans l’article « Imagination » de la Stanford Encycopedia of Philosophy (Gendler 2013) :

Imaginer quelque chose, c’est former une représentation mentale d’une certaine sorte de chose. L’imagination se distingue typiquement d’autres états mentaux tels que la perception, la croyance ou la mémoire dans la mesure où, par contraste avec ces états, imaginer S ne requiert pas (que le sujet considère) que S soit ou ait été le cas.

11Selon cette définition, le propre de l’imagination est la formation de représentations que l’on sait être fausses ou à propos desquelles la question de la vérité est indifférente. Or on peut penser que le problème de la cécité modale implique qu’on ne peut imaginer que ce que l’on sait être vrai. Mais si c’est le cas, alors on perd un critère essentiel pour distinguer l’imagination des autres états mentaux mentionnés par Gendler, à savoir la perception, la croyance et la mémoire, qui sont des états orientés vers la vérité. Quelle différence reste-t-il entre croire et imaginer, si croire et imaginer sont tous les deux une manière de tenir pour vraie une proposition donnée ? Dès lors, on peut se demander si les cas de cécité modale évoqués par S. Echeverri sont bien réels.

12Revenons à l’exemple proposé par S. Echeverri : en quel sens l’astronome est-il incapable d’imaginer que Phosphorus et Hespérus sont distinctes ? Selon S. Echeverri, il ne peut pas simuler la perception que Hespérus et Phosphorus sont distinctes. Autrement dit, il ne peut pas faire comme s’il voyait, en première personne, Hespérus et Phosphorus comme distinctes. Appliqué au problème du nouveau malin génie, S. Echeverri affirme que le sujet qui a une connaissance perceptive ne peut pas s’imaginer dans un scénario sceptique : cela impliquerait en effet de faire des corrélations impossibles entre la perspective en première personne et la perspective en troisième personne au sein d’un même acte imaginatif.

13Cependant, contrairement à ce que semble présupposer S. Echeverri, l’imagination n’est pas seulement perceptuelle ; elle ne consiste pas seulement dans la formation d’images mentales ou de quasi-perceptions. Elle est aussi propositionnelle. L’attitude consistant à imaginer que p (au sens de supposer que p, faire comme si p était vrai ou feindre que p), sans percevoir de façon imaginative que p, est clairement une des modalités possibles de l’imagination. Le problème est que si l’on accepte l’existence d’une imagination propositionnelle, alors le problème de la cécité modale ne semble tout simplement pas se poser.

14En effet, si l’on accepte la thèse d’une imagination propositionnelle, il n’est pas clair que le sujet dans une situation de connaissance perceptive ne puisse pas supposer ou faire comme s’il était dans un scénario sceptique. Supposons par exemple que je sache que je vois une banane. La base de ma croyance est factive. Dès lors, je ne peux pas croire que je ne vois pas une banane, au sens où je ne peux pas me visualiser de façon imaginative comme ne voyant pas de banane. Cependant, à titre de supposition, je peux faire comme s’il n’était pas vrai que je vois une banane, ou faire la supposition qu’il n’est pas vrai que je ne vois pas de banane et en tirer certaines conclusions sur ce qui pourrait arriver. Par exemple, je pourrais raisonner de la façon suivante : s’il n’est pas vrai que je vois une banane, alors il n’est pas vrai que je pourrais la manger. Autrement dit, je peux raisonner sur un monde possible dans lequel je ne vois pas actuellement de banane, tout en sachant que j’en vois effectivement une. Je pourrais aussi imaginer de façon propositionnelle qu’il y a une banane invisible devant moi, alors que je sais qu’il n’y a pas de banane devant moi : dans ce cas, j’entretiens la proposition qu’il pourrait y avoir une banane invisible devant moi, quand bien même je ne parviens pas à visualiser cette situation possible en première personne. La factivité qui constitue la base de ma croyance perceptive ne semble pas pouvoir m’empêcher d’accepter de façon imaginative la possibilité d’un scénario sceptique. En ce sens, l’imagination propositionnelle semble être moins limitée que l’imagination perceptuelle. Si c’est le cas, alors S. Echeverri a tort de tirer des conclusions sur les implications modales du disjonctivisme épistémologique en se concentrant principalement sur des cas d’imagination perceptuelle.

15Pour considérer le scénario sceptique comme une possibilité qui devrait peut-être alerter le sujet sur la fragilité de sa situation épistémique, il suffit peut-être de le supposer, c’est-à-dire de faire comme si l’on acceptait la proposition sceptique. Cela suffirait à éliminer l’implication contre-intuitive de la cécité modale, mais cela montrerait aussi que le disjonctivisme épistémologique défendu par S. Echeverri n’est pas parvenu à éliminer totalement la menace sceptique. Dans ce cas, la stratégie consistant à utiliser le problème de la cécité modale comme un argument anti-sceptique devient nettement moins convaincante. La leçon à en tirer, c’est que dès qu’on admet la moindre clause internaliste dans son épistémologie, comme c’est le cas du disjonctivisme épistémologique, alors il faut s’attendre à voir resurgir le sceptique à un moment ou un autre. Du point de vue du sceptique, même quand la base de sa croyance perceptive est factive, le sujet épistémique peut toujours supposer qu’il est victime d’une illusion, quand bien même son imagination perceptuelle ne lui permettrait pas de visualiser cette situation. Dès lors, sa connaissance devient douteuse.

16Pour terminer, il ne me semble pas inutile d’indiquer que je suis en désaccord avec l’interprétation que propose S. Echeverri du problème de la résistance imaginative formulé par (Gendler 2000). S. Echeverri met en effet sur un pied d’égalité la difficulté à imaginer qu’un meurtre est une bonne chose et la difficulté à imaginer que 5 + 7 ne font pas 12, faisant de ces deux cas des cas de résistance imaginative. Mais Gendler prend justement soin de marquer la différence entre les deux cas : alors que nous pouvons imaginer que 5 + 7 ne font pas 12 (cela suppose un scénario suffisamment convaincant pour que nous puissions l’accepter comme une proposition possible et suspendre temporairement la croyance contraire), nous pouvons beaucoup plus difficilement imaginer qu’Hitler était un chic type, même sur un mode purement propositionnel. En effet, le problème de la résistance imaginative ne provient pas du fait qu’on ne parvienne pas à imaginer qu’une nécessité logique soit fausse (l’imagination propositionnelle nous le permet, dans une certaine mesure au moins), mais du fait qu’on ne parvienne pas à imaginer des situations morales imaginaires qui mettent en danger nos valeurs. En réalité, la résistance imaginative est moins modale que morale : ce mécanisme s’active quand nous résistons volontairement à imaginer que certaines de nos valeurs soient remises en cause. D’un point de vue strictement modal, l’imagination propositionnelle connaît en principe peu de limites : bien que nous sachions que 5 + 7 font 12 ou que notre croyance qu’il y a une banane devant nous est factive, nous pouvons toujours, au moins temporairement, faire la supposition que ce n’est pas le cas. Si nous pouvons pratiquer l’aveuglement moral volontaire, en refusant d’imaginer des situations beaucoup trop opposées à nos valeurs, la cécité modale postulée par S. Echeverri ne semble pas en mesure d’empêcher l’imagination de scénarios sceptiques susceptibles de déranger notre tranquillité épistémique.

Bibliographie

17Gendler, Tamar, 2000, « The Puzzle of Imaginative Resistance », Journal of Philosophy, 97(2), p. 55-81.

18Gendler, Tamar, 2013, « Imagination », Edward N. Zalta (dir.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy, URL : http://plato.stanford.edu/​archives/​fall2013/​entries/​imagination/​

19Pritchard, Duncan, 2012, Epistemological Disjunctivism, Oxford, Oxford University Press.

Auteur

Université de Lorraine, Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives Poincaré

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search