Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance et ses raisons

 | 
Jean-Marie Chevalier
, 
Benoit Gaultier

II. De la justification des croyances

Connaissance, raisons adéquates et raisonnement faux

Paul Égré

Texte intégral

1Dans un travail commun avec P. Marty et B. Renne, mes coauteurs et moi-même soutenons que les cas de Gettier n’impliquent pas que toute notion de croyance vraie justifiée soit vouée à l’échec pour définir la connaissance, mais plutôt qu’une notion de croyance vraie fondée sur des raisons seulement plausibles est insuffisante. Nous proposons de définir la connaissance en termes de croyance adéquatement justifiée en considérant que l’adéquation garantit la vérité de la croyance. Dans cet essai, j’examine une objection faite par Sorensen à l’idée que savoir soit équivalent au fait de posséder des raisons adéquates. L’objection concerne les cas où un agent accepte une conclusion vraie qui suit de façon valide de prémisses vraies, mais sur la base d’un raisonnement faux. Je propose ici une réponse à l’objection de Sorensen. L’idée principale est qu’en l’espèce, il est incorrect d’identifier un argument correct, vu comme une relation abstraite entre prémisses et conclusion, à ce que nous appelons une raison adéquate en faveur de cette conclusion. Dire que l’agent raisonne mal implique plutôt qu’il accepte un argument correct sur la base d’au moins une raison inadéquate.

1. La connaissance et les cas de Gettier

2Depuis le célèbre article de Gettier (1963) « Is Justified True Belief Knowledge ? » il est admis que la connaissance n’est pas définissable en termes de croyance vraie justifiée. Gettier montre au moyen de deux exemples qu’une croyance peut être vraie mais reposer sur une justification qui n’est pas adéquate à la vérité de la proposition en question. Le premier de ces exemples est structurellement identique à un exemple antérieur dû à (Russell 1912), et concerne un cas où une proposition vraie de la forme « le x tel que φ (x) est ψ (x) » est crue par un agent, mais réfère pour l’agent à un individu qui n’est pas celui auquel s’applique en réalité la propriété singulière φ (x). Le second de ces exemples fait intervenir un processus inférentiel plus complexe : Smith a la croyance fondée sur plusieurs indices convergents que Jones possède une Ford. Il a également un ami, Brown, dont il ignore où il se trouve. Smith tire tout à fait au hasard les noms de plusieurs villes dans le dictionnaire, parmi lesquels Boston, Barcelone, Brest-Litovsk. Il infère sciemment de la proposition que Jones possède une Ford la proposition que ou bien Jones possède une Ford, ou bien Brown est à Barcelone. En réalité, Jones ne possède pas de Ford, mais il s’avère que, par l’effet d’une pure coïncidence, Brown se trouve effectivement à Barcelone. Smith se trouve donc croire la proposition disjonctive vraie que ou bien Jones possède une Ford, ou bien Brown est à Barcelone, et il la croit sur la base de l’inférence logiquement valide qu’il effectue à partir de sa croyance dans la proposition que Jones possède une Ford. Malgré cela, on ne dirait pas : « Smith sait que ou bien Jones possède une Ford, ou bien Brown est à Barcelone ».

3Depuis quelques années, plusieurs études expérimentales ont été menées pour tester la validité des intuitions sémantiques liées aux exemples de Gettier sur la base de nombreuses variantes. L’une des dernières études en date, réalisée par (Machery et al. 2015), confirme la robustesse de ces jugements à travers plusieurs langues et plusieurs cultures. Je partage ces mêmes jugements sémantiques, mais mon jugement philosophique face aux cas de Gettier est depuis longtemps que si ces exemples réfutent bel et bien la prétention d’égaler la connaissance à une certaine notion de « croyance vraie justifiée », ils n’indiquent pas pour autant que toute notion de croyance vraie justifiée soit vouée à l’échec pour définir la connaissance. Il importe donc d’examiner plus en détail la notion de croyance vraie justifiée.

  • 1 Certains auteurs, dont (Fitelson 2010), (Sorensen 2015), (Warfield 2005) soutiennent qu’il existe d (...)

4Dans un travail commun avec Paul Marty et Bryan Renne – cf. (Égré et al. 2015) –, nous soutenons que la notion de « croyance vraie justifiée » peut s’interpréter d’au moins deux manières. En un premier sens du terme, la notion renvoie à l’idée d’une croyance vraie fondée sur une justification plausible du point de vue de l’agent. Tel est bien le cas dans les exemples de Gettier : la croyance que Jones possède une Ford, par exemple, s’appuie sur le souvenir que Smith a que Jones a toujours possédé une voiture, sur le fait qu’il vient de le voir passer dans une Ford, etc. En d’autres termes, il est question d’une croyance soutenue par des inférences inductives raisonnables. Mais on peut espérer qualifier la notion de justification de telle sorte qu’elle prémunisse la croyance contre l’erreur. La justification de Smith, bien que plausible, n’est manifestement pas adéquate dans les cas de Gettier : la disjonction crue par Smith est inférée d’une proposition fausse. Bien que l’inférence faite par Smith soit logiquement valide, la prémisse dont il se sert n’est pas correcte. Ce diagnostic rejoint celui proposé par plusieurs auteurs sur les cas de Gettier : la croyance vraie n’est pas correctement justifiée si elle s’appuie sur un lemme faux ; voir (Clark 1963), (Harman 1970)1.

5La proposition que nous faisons avec mes coauteurs est de tenter de définir la connaissance comme une croyance vraie adéquatement justifiée. Plus simplement, nous concevons la connaissance comme une croyance adéquatement justifiée, en considérant que l’adéquation de la justification garantit la vérité de la croyance que soutient cette justification. Naturellement, tout le poids de notre proposition repose sur la définition de la notion de justification adéquate. Nous entendons la notion d’adéquation en un sens résolument externaliste : une justification peut être autrement plausible sans pour autant être adéquate. L’adéquation confère en ce sens un degré de justification beaucoup plus élevé à la proposition concernée que ce que donnerait toute notion de vérité seulement probable. Notre proposition de ce point de vue n’est pas nouvelle ; elle rejoint un ensemble d’approches similaires dues notamment à (Chisholm 1977), (Dretske 1971), (Goldman 1979/2005), (Sosa 1974 ; 1979), (Turri 2012). Dretske, par exemple, propose de définir la connaissance en termes de raisons concluantes. Une raison concluante pour Dretske n’est pas simplement une raison qui confère à la proposition qu’elle soutient un haut degré de probabilité, mais réellement une raison telle que, si la proposition qu’elle soutient n’était pas vraie, la raison elle-même ne serait pas vraie. Notre proposition nous place également du côté d’une analyse infaillibiliste de la connaissance. Nous sommes commis à l’idée qu’une connaissance est une croyance qui repose sur une raison telle que toute proposition que cette raison supporte soit vraie. Notre approche partage de ce point de vue un ensemble de traits communs avec d’autres théories infaillibilistes de la connaissance, en particulier avec l’approche de (Dutant (2010 ; 2015).

6Notre propre traitement de la notion d’adéquation présente néanmoins plusieurs particularités sur lesquelles j’en dirai davantage un peu plus loin. Le but de cette note est avant tout d’examiner une objection de principe au genre d’approche que nous proposons. Cette objection a été avancée récemment par (Sorensen 2015). Sorensen soutient qu’on ne saurait définir la connaissance comme une croyance fondée sur une justification adéquate, parce que pour Sorensen une justification peut être intrinsèquement adéquate tout en étant crue pour de mauvaises raisons. En examinant cette objection, mon but est par là même de mieux cerner la notion d’adéquation que mes coauteurs et moi-même jugeons pertinente. Nous pensons qu’un argument, vu comme une relation abstraite entre prémisses et conclusion, peut être correct et valide, sans pour autant que le raisonnement qui conduit des prémisses à la conclusion soit lui-même correct. Cette conception implique de distinguer les étapes du raisonnement, vues comme des raisons de la croyance en la conclusion, de la relation abstraite entre prémisses et conclusion.

2. Les cas de Gettier et les raisons adéquates

  • 2 Je suis redevable à J. Dutant de nous avoir amenés à traiter les raisons comme des objets en princi (...)

7Je commencerai par esquisser l’ensemble du système proposé dans (Égré et al. 2015), sans entrer dans tous les détails, pour montrer de quelle manière nous traitons un cas de Gettier classique. Mes collaborateurs et moi-même proposons une logique épistémique inspirée de la logique de la justification de (Artemov 2008), dans laquelle nous admettons des variables de raison et des variables propositionnelles distinctes. Nous traitons comme primitives quatre notions, à savoir les notions de croyance, de raison, de soutien entre une raison et une proposition, et enfin d’adéquation, mais nous en caractérisons les relations et les propriétés par divers postulats. Sans entrer dans une discussion détaillée de chacune de ces notions, je dirai ici un mot de la notion de raison. La notion, comme chacun sait, est polysémique ; cf. (Armstrong 1973) : une raison peut désigner une proposition donnée à l’appui d’une autre proposition, comme elle peut désigner la méthode, le processus ou encore l’expérience par laquelle la proposition en vient à être crue. Dans notre approche, nous traitons les raisons fondamentalement comme étant de ce second type, sachant qu’une même proposition peut être associée à différentes raisons, y compris pour un même agent2.

8Étant donné un terme r représentant une raison, nous écrivons r : φ pour représenter le fait que r est une raison qui soutient la proposition φ. Une formule comme représente de manière standard le fait qu’un agent donné, que nous appellerons Smith, croit que φ. Une formule de la forme B (r : φ ) représente alors le fait que Smith croit que φ en vertu de la raison r, ou encore le fait que Smith croit que r soutient φ. Nous écrirons r tout court pour représenter « r est adéquate ». Cette notation ne donne pas lieu à ambiguïté. Nous représentons donc par Br le fait que Smith croit que la raison r est adéquate. Le terme de « raison adéquate » est un terme d’art. Un autre nom pour ce que mes coauteurs et moi appelons une raison adéquate serait « une bonne raison », et un autre nom pour ce que nous appelons une raison inadéquate serait « une mauvaise raison », à condition de prendre les termes de « bon » et « mauvais » en un sens infaillibiliste.

9Nous admettons qu’un agent peut croire qu’une raison soutient une proposition sans pour autant croire que cette raison est adéquate. Par exemple, un agent peut croire que son expérience perceptive soutient la proposition que deux lignes sont de longueur différente, sans pour autant se fier à sa perception. Dans ce cas-là, si l’on représente la proposition que les lignes sont de longueur différente par l, et si r désigne l’expérience perceptive des lignes par l’agent, on écrirait : (r :) ∧ ¬Br pour dire que l’agent croit sur la base de sa perception des lignes que les lignes sont de longueur différente, mais ne croit pas que cette expérience est adéquate. Une autre manière de lire notre formalisme est de penser à une formule comme (r : φ) comme signifiant que l’agent est enclin à croire φ sur la base de r. Pour dire que l’agent croit positivement que φ sur la base de r, nous écrivons (r : φ ) ∧ Br, ce qui signifie que l’agent admet la justification ou raison comme adéquate.

10Notre définition de la connaissance est la suivante : nous disons qu’un agent sait que p s’il croit que p sur la base d’une raison adéquate, ce que nous représentons par :

(r : ) ∧ Brr

Nous caractérisons par ailleurs une raison comme étant adéquate seulement si (i) toute proposition qu’elle soutient est vraie, c’est-à-dire, telle que :

(r : φ ) → (rφ )

Pour être adéquate, une raison doit donc être infaillible. Par ailleurs une raison est adéquate si (ii) dès lors qu’un agent croit qu’une raison soutient une proposition, cette proposition soutient bel et bien la proposition. Cela signifie que pour être adéquate, il faut que, chaque fois qu’un agent croit que la raison supporte une proposition, cette relation de support ait bien lieu, ce qu’on peut représenter par :

(r : φ ) → (r → (r : φ ))

Cette clause garantit la factivité de la connaissance comme croyance adéquatement justifiée dans notre système. On peut la lire comme assurant qu’une justification soutient effectivement une proposition quand la justification est adéquate et que l’agent est enclin à croire que cette justification supporte la proposition.

11Considérons à présent le second cas de Gettier. Représentons par j la proposition que Jones possède une Ford, et par b la proposition que Brown est à Barcelone. Représentons par r l’évidence empirique de Smith en faveur de la proposition que Jones possède une Ford. On a donc (r : j ) par hypothèse. Par ailleurs, Gettier précise que Smith réalise que cette même évidence soutient la proposition disjonctive (jb ). On a donc :

(r : j)

Pour que Smith puisse être dit savoir que (j ∨ ), il faudrait d’après nos définitions et postulats qu’on ait :

(r : j) ∧ Brr

Si r était adéquate, il faudrait donc que r : j en vertu de (ii), mais aussi que j en vertu de (i). Mais par hypothèse, j est fausse, puisque que Jones ne possède pas de Ford.

Nous sommes donc dans un cas dans lequel l’agent a une raison inadéquate de croire que Jones possède une Ford, et, par là même, une raison inadéquate de croire la disjonction qui en résulte. Notre approche de la connaissance en termes de raisons adéquates est fidèle par conséquent à l’idée qu’une conclusion dérivée correctement d’une prémisse fausse ne saurait valoir comme connaissance, alors même qu’elle est vraie.

3. Sorensen sur les paralemmes

12Considérons à présent une difficulté à laquelle doit faire face notre approche. (Sorensen 2015) distingue les cas de Gettier de ce qu’il appelle des « paralemmes », à savoir des paralogismes, mais soutenant un argument correct. Dans le cas de Gettier mentionné ci-dessus, Smith infère par un raisonnement valide une proposition vraie d’une proposition fausse. Mais Sorensen fait valoir qu’il existe des cas dans lesquels un agent infère une conclusion vraie de prémisses vraies sur la base d’un raisonnement fautif, ou déductivement invalide. Néanmoins, l’argument proprement dit, vu comme pure relation entre des prémisses et une conclusion, a toutes les propriétés d’un argument valide dès lors qu’on en retire le lemme faux.

13L’un des cas discutés par Sorensen est dû au psychologue et Prix Nobel d’économie Daniel Kahneman et à l’un de ses associés. L’exemple est fondé sur le problème de savoir combien valent un croissant et une sucette respectivement si les deux articles pris ensemble valent 1.10 euros, et si le croissant vaut 1 euro de plus que la sucette. Une mauvaise réponse, que la plupart d’entre nous sommes néanmoins enclins à donner sur la base d’un calcul sommaire, est que le croissant doit valoir 1 euro, et la sucette 0.10 euros. La bonne réponse est en réalité que le croissant vaut 1.05 euros, et la sucette 5 centimes : dans ce cas, comme on peut le vérifier, la différence de prix est bien de 1 euro (au lieu de 90 centimes dans le cas précédent). Considérons un agent, appelons-le encore Smith, qui sait qu’un croissant et une sucette valent 1.10 euros, et qui sait aussi que le premier vaut un euro de plus que le second. Supposons que Smith possède dix centimes d’euros et qu’il infère de cela et des hypothèses précédentes qu’il a assez d’argent pour acheter la sucette. Dans ce cas, Smith infère de prémisses vraies une conclusion vraie, et les prémisses ont bien pour conséquence logique la conclusion en question. Mais Smith pourrait fort bien avoir tiré la conclusion qu’il a assez d’argent d’un lemme fautif, à savoir du paralemme selon laquelle la sucette vaut exactement 10 centimes.

14(Sorensen 2015) écrit de ce type d’exemple : « Les paralemmes sont des contre-exemples précis à l’évidentialisme nu – la thèse selon laquelle nous savons une proposition simplement en vertu du fait d’avoir une évidence adéquate pour cette proposition ». La remarque de Sorensen menace-t-elle l’intuition que j’ai présentée dans la section qui précède, d’après laquelle connaître consisterait à posséder une raison adéquate ? Pour y voir plus clair, il importe d’examiner la notion de paralemme de plus près.

15Représentons le prix de la sucette par x et celui du croissant par y. Nous représentons donc par x + y = 1.10 la proposition que la sucette et le croissant valent 1.10 euros, et par y = 1 + x la proposition que le croissant vaut un euro de plus que la sucette. Soit par ailleurs a = 0.10, la proposition que la somme que possède l’agent s’élève à 10 centimes d’euros.

16Une première manière de décrire la situation serait la suivante. Soit r un terme représentant l’argument valide ayant pour prémisses x + y = 1.10, y = 1 + x et a = 0.10 et pour conclusion a ≥ x. Dans ce cas, r est un argument tel que si les prémisses sont vraies, étant donné la signification de l’addition, alors la conclusion est nécessairement vraie. Il semble donc que l’on puisse écrire à la fois : (r : a ≥ ), et aussi r, à savoir : l’argument r soutient bien la conclusion que l’agent a assez d’argent pour acheter la sucette, et l’argument est adéquat, sachant qu’il est logiquement valide, et fondé sur des prémisses vraies. Supposons à présent que :

(r : ax) ∧ Brr

Alors en vertu de l’identification que nous faisons de la connaissance à la croyance fondée sur une justification adéquate, nous devrions accepter que l’agent sait que ax, autrement dit : qu’il sait qu’il a assez d’argent en poche pour acheter une sucette. Si toutefois Smith acceptait l’argument r sur la base d’un paralemme, autrement dit d’une étape de raisonnement invalide, alors nous serions conduits à faire une attribution de connaissance indue à Smith. Il ne suffit pas, semble-t-il, que l’agent accepte qu’un argument est adéquat à une conclusion donnée pour dire qu’il connaît la conclusion, si jamais l’agent accepte l’argument en question pour de mauvaises raisons.

4. Réponse à l’argument de Sorensen

17Pour répondre à l’objection de Sorensen, il importe de remarquer que dans la description qui précède, nous avons identifié raison et argument. Cela signifie que nous avons traité la raison r qui soutient la conclusion a ≥ 0.10 aux yeux de l’agent avec l’argument formel dont les prémisses sont (1) x + y = 1.10, (2) y = 1 + x et (3) a = 0.10 et la conclusion est (4) a ≥ 0.10. Vu de cette manière, un argument est simplement une suite d’énoncés, la suite ((1), (2), (3), (4)), dont le dernier énoncé est la conclusion, et dont les autres constituent les prémisses. Mais dans le cas où l’agent établit sa conclusion sur la base d’un paralemme, il semble en réalité que nous donnions une mauvaise description des raisons véritables qu’a l’agent de croire a ≥ 0.10 sur la base des prémisses qu’il accepte.

18Une description plus fine du raisonnement de l’agent consisterait justement à représenter la manière dont le paralemme intervient dans le raisonnement. Avant de l’énoncer, je mentionne un aspect de notre système que j’ai laissé de côté. Dans les logiques de la justification, il est courant d’avoir une opération de combinaison sur les raisons ; cf. (Artemov 2008). Si r : φ et s : (φψ), alors on peut combiner r et s en une raison r · s telle que r · s : ψ. Cette combinaison représente la règle de détachement du conséquent d’un énoncé conditionnel à partir de son antécédent. La proposition que je fais pour représenter l’argument de Sorensen est dans ce cas la suivante. Nous admettrons que chacune des prémisses est acceptée sur la base d’une raison propre. Nous appellerons r la raison que l’agent a de tenir pour vrai le paralemme. Nous appellerons t la raison qui soutient la dernière étape du raisonnement de l’agent. Enfin, nous traiterons l’ensemble du raisonnement à l’aide de l’opération de combinaison des raisons. Formalisée de façon plus précise, la description des croyances de l’agent est alors la suivante :

B (s1 : x + y = 1.10)

B (s2 : y = x + 1)

B (s3 : a = 0.10)

B (r : (x + y = 1.10 → (y = x + 1 → x = 0.10)))

B (s1 · r : y = x + 1 x = 0.10)

B (s2 · s1 · r : x = 0.10)

B (t : x = 0.10 → (a = 0.10 → ax ))

B (s2 · s1 · r · t : (a = 0.10 a x ))

B (s3 · s2 · s1 · r · t : ax )

19Pour parer à l’objection de Sorensen, il suffit de bloquer le fait que s3 · s2 · s1 · r · t compte comme une raison adéquate. Par hypothèse, r n’est pas une raison adéquate sachant que r soutient un lemme faux. Se peut-il que le terme plus complexe s3 · s2 · s1 · r · t décrive néanmoins une raison adéquate ? Dans notre système, la réponse est négative, car dès lors que r : φ, on peut montrer que r · s : φ pour toute raison s, et aussi que s · r : φ pour toute raison s. Par conséquent, en abrégeant la raison complexe s1 · s2 · r · s3 · t par le terme u, il n’est pas vrai que (u : ax) ∧ Buu, simplement parce que u n’est pas une raison adéquate : elle hérite de l’inadéquation de r.

20Au lieu de traiter un argument comme une raison, j’ai traité chaque étape de l’argument qui conduit l’agent des prémisses à la conclusion comme fondée sur une raison. Le terme de raison est ambigu, comme (Armstrong 1973) le fait justement remarquer. Dans l’argument ci-dessus, chaque énoncé associé à un terme de raison peut être vue comme une raison constitutive de la conclusion. Mais nous distinguons les raisons à proprement parler des propositions associées à ses raisons. Notre inspiration avec mes coauteurs est proche de celle de Dutant de ce point de vue : nous appelons raison non pas un argument formel, mais plutôt l’évidence subjective ou le processus associé à une proposition.

21Cette manière plus fine de traiter l’exemple de Sorensen montre aussi en quoi le type d’approche que je défends avec mes collaborateurs évite le reproche d’« évidentialisme nu » que Sorensen adresse à l’idée selon laquelle connaître signifie posséder une justification adéquate. Si nous identifions l’argument abstrait qui va de (1), (2) et (3) à (4) à la raison que l’agent a de croire (4), et si nous identifions l’adéquation de cette raison à la validité-et-correction de cet argument, alors nous sommes en effet contraints de dire que l’argument, envisagé comme une raison, est une raison adéquate. Mais cet « évidentialisme nu » ne donne pas une description adéquate du raisonnement de l’agent, et donc de ses véritables raisons de croire la conclusion de l’argument, vues comme des processus de formation de sa croyance. De ce qui précède, je conclus donc que les paralemmes ne constituent pas une objection valable à la thèse selon laquelle savoir signifierait croire sur la base d’une raison adéquate. Les paralemmes indiquent plutôt qu’il est inapproprié d’identifier un argument abstrait, vu comme un simple enchaînement de propositions, avec une raison de croire.

5. Raisonnement approximatif et raisons mixtes

22Pour conclure cet essai, considérons une manière distincte dont le même agent pourrait aboutir à la conclusion que (4) est vraie sur la base de (1), (2) et (3). Imaginons que notre agent établisse la conclusion cette fois sur la base du lemme vrai d’après lequel les prémisses impliquent que x ne vaut pas plus de 10 centimes, sans pour autant se faire une représentation du prix exact de x. Supposons donc que l’agent utilise le lemme vrai ci-dessous, qu’il accepte comme une raison r’ de mener à bien son raisonnement, et qu’il accepte également comme autre raison l’analogue t’ du lemme t ci-dessus :

r’ : (x + y = 1.10 → (y = x + 1 → x ≤ 0.10))

t’ : (x ≤ 0.10 → (a = 0.10 → ax ))

En calquant l’argument précédent, on aboutit à la conclusion que

B (s3 · s2 · s1 · r’ · t’: a x )

23Notons que dans ce cas, la raison r’ que l’agent a d’accepter le lemme associé pourrait fort bien provenir de ce que Kahneman (2011) appelle le système 1 de raisonnement, à savoir le système qui donne un verdict rapide et automatique, bien que plus approximatif que le système 2. L’objet de cette remarque est de souligner qu’en raisonnant sur la base d’un lemme moins précis que le lemme associé à r ci-dessus, notre agent peut toutefois raisonner de façon juste, sans que sa raison en soit inadéquate pour autant. Pour le dire autrement, un raisonnement juste peut être approximatif, sans pour autant perdre en justesse, et une raison, pour être adéquate, ne requiert pas d’être fondée sur une méthode de formation de croyance qui soit aussi précise que possible.

  • 3 Dans le cas de l’exemple de Sorensen, la croyance que x = 10 implique la croyance que x ≤ 10, donc (...)

24En outre, le même agent pourrait aboutir à la conclusion (4) qu’il a assez d’argent pour faire son achat sur la base de raisons concurrentes et distinctes, à savoir le raisonnement incorrect s3 · s2 · s1 · r · t, et le raisonnement correct s3 · s2 · s1 · r’ · t’. Faudrait-il alors nier que l’agent sache qu’il a assez d’argent pour réaliser son achat, parce que l’une de ses raisons de croire qu’il a assez d’argent est inadéquate ? Dans (Égré et al. 2015), mes coauteurs et moi donnons une réponse négative à cette question. Nous caractérisons comme des situations de « raisons mixtes » les cas dans lesquels un agent croit une seule et même proposition sur la base de raisons adéquates et de raisons inadéquates. L’intuition que je défends avec mes coauteurs est qu’il suffit d’au moins une raison adéquate, dès lors que cette raison joue un rôle effectif dans l’acquisition et le maintien de la croyance de l’agent, pour attribuer à cet agent du savoir3.Cette thèse permet en outre de différencier les agents connaissants par l’étendue de leurs raisons, considérées à nouveau comme des processus ou des méthodes distincts de formation des croyances ; voir à nouveau (Dutant 2010 ; 2015), à qui j’emprunte sa terminologie. Deux agents pourraient croire exactement les mêmes propositions, mais un agent qui aurait, pour chaque proposition qu’il croit, deux raisons adéquates distinctes et indépendantes, là où le premier n’en posséderait qu’une seule, serait un agent plus compétent que le premier, et plus vertueux en ce sens, car muni de connaissances plus solides.

Remerciements

Remerciements à ANR-10-LABX-0087 IEC, ANR-10-IDEX-0001-02 PSL* et au programme « Trivalence and Natural Language Meaning ». Outre mes collaborateurs Paul Marty et Bryan Renne, je remercie particulièrement Anne Meylan pour ses commentaires lors du colloque du Groupe de Recherche en Épistémologie qui s’est tenu au Collège de France au mois de septembre 2015, ainsi que Julien Dutant, Roy Sorensen et Fabrice Correia pour plusieurs échanges et remarques spécifiques en lien avec ce travail.

Bibliographie

Armstrong, D. M., 1973, Belief, Truth and Knowledge, Cambridge University Press.

Artemov, S. N., 2008, « The Logic of justification », Review of Symbolic Logic 1(4), p. 477-513.

Chisholm, R. M., 1977. Theory of Knowledge, Prentice Hall, Englewood Cliffs, NJ, 2nd edition.

Clark, M., 1963, « Knowledge and Grounds : A comment on Mr. Gettier’s paper », Analysis 24(2), p. 46–48.

Dretske, F., 1971, « Conclusive reasons ». Australasian Journal of Philosophy 1(49), p. 1-22.

Dutant, J., 2010, Knowledge, Methods, and the Impossibility of Error, PhD, Université de Genève.

Dutant, J., 2015, « Methods models for belief and knowledge », manuscrit.

Égré, P., P. Marty & B. Renne, 2015, « Knowledge, justification and adequate reasons », manuscrit.

Fitelson, B., 2010, « Strengthening the case for knowledge from falsehoo», Analysis 70 (4), p. 666–669.

Gettier, E., 1963, « Is justified true belief knowledge? », Analysis 23, p. 121–123.

Goldman, Alvin I., 1979, « What Is Justified Belief ? », George Sotiros Pappas (dir.), Justification and Knowledge, 17, p. 1–23, Philosophical Studies Series in Philosophy, Springer Netherlands ; trad. fr. par Emmanuelle Glon, « Qu’est-ce qu’une croyance justifiée ? », in Julien Dutant et Pascal Engel, Philosophie de la connaissance : croyance, connaissance, justification, Paris, Vrin, 2005.

Harman, G. H., 1970, « Knowledge, reasons, and causes », The Journal of Philosophy, p. 841–855.

Kahneman, D., 2011, Thinking, Fast and Slow, Farar, Straus and Giroux.

Machery, E., S. Stich, D. Rose, A. Chatterjee, K. Karasawa, N. Struchiner, S. Sirker, N. Usui, et T. Hashimoto, à paraître, « Gettier across cultures », Noûs.

Russell, B., 1912, The Problems of Philosophy, Oxford University Press.

Sorensen, R., à paraître, « Fugu for logicians », Philosophy and Phenomenological Research.

Sosa, E., 1974, « How do you know ? », American Philosophical Quarterly, p. 113–122.

Sosa, E., 1979, « Epistemic presupposition », G. Pappas (dir.), Justification and Knowledge, Springer, p. 79–92.

Turri, J., 2012, « Is knowledge justified true belief ? », Synthese 184(3), p. 247–259.

Warfield, T., 2005, « Knowledge from falsehoo», Philosophical Perspectives, p. 405-416.

Notes

1 Certains auteurs, dont (Fitelson 2010), (Sorensen 2015), (Warfield 2005) soutiennent qu’il existe des cas de connaissance reposant sur des lemmes faux. Je laisse ici de côté la discussion de ces cas, abordée dans (Égré et al. 2015).

2 Je suis redevable à J. Dutant de nous avoir amenés à traiter les raisons comme des objets en principe distincts de simples propositions.

3 Dans le cas de l’exemple de Sorensen, la croyance que x = 10 implique la croyance que x ≤ 10, donc on pourrait penser que la première doit supplanter la seconde. Mais ce n’est pas nécessairement le cas si le processus de formation de croyance en chacune de ces propositions est distinct, par exemple si l’un relevait du système 2 dont parle Kahneman, et l’autre du système 1.

Auteur

CNRS, Institut Jean-Nicod

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter