Version classiqueVersion mobile

La connaissance et ses raisons

 | 
Jean-Marie Chevalier
, 
Benoit Gaultier

I. Nature et ambitions de l’épistémologie

Connaissance, expertise et fiabilité

Réponse à Pierre Willaime

Jacques-Henri Vollet

Texte intégral

1Qu’est-ce que la connaissance ? Selon l’approche classique, répondre à cette question consiste à fournir les conditions nécessaires et suffisantes qu’un individu doit satisfaire pour qu’on puisse dire qu’il sait une proposition (par exemple, qu’il pleut). La méthode utilisée est celle de l’analyse conceptuelle. Les arguments reviennent souvent à proposer et discuter des scénarios générant des intuitions quant à la question de savoir si un sujet sait ou non la proposition en question.

2On reproche parfois à cette approche classique d’être trop centrée sur l’individu. Elle négligerait les aspects sociaux de la connaissance. Pour certains, reconnaître la dimension sociale de la connaissance suppose de réduire les notions épistémiques, comme celles de justification ou de vérité, à des notions purement sociales et descriptives. Pour d’autres, qui maintiennent une conception normative de l’épistémologie centrée sur l’idée de vérité, cela signifie simplement enrichir l’approche classique des dimensions supposées irréductiblement sociales de la connaissance comme les croyances collectives, les processus ou institutions productrices de savoir, ou encore la justification par le témoignage.

3Pierre Willaime s’intéresse à ce second type d’épistémologie sociale, et en particulier à l’épistémologie sociale de Goldman. Dans un article de 2001, intitulé « Experts : Which Ones Should You Trust ? », Goldman considère le problème du novice et des deux experts. Le problème est de savoir comment un novice peut acquérir une croyance justifiée à propos d’une question donnée sur la base du témoignage d’un expert contredit par le témoignage d’un autre expert. Goldman propose une solution faisant appel à la notion de bilan antérieur des succès et échecs (past track record) des experts. Selon Pierre Willaime, cette solution est en tension avec la théorie fiabiliste que Goldman défend par ailleurs et, si l’on considère certains cas, elle pourrait conduire à rejeter l’idée selon laquelle la connaissance est la croyance vraie justifiée.

4Ma première remarque portera sur ce point. Je ferai valoir que la solution de Goldman est compatible avec sa thèse fiabiliste et je répondrai aux cas mis en avant en montrant que ce ne sont pas des cas de croyances vraies sans justification.

5Dans un second temps, Pierre Willaime défend l’idée que l’analyse des modèles épistémiques peut jouer un rôle significatif pour répondre aux questions de l’épistémologie normative classique. Je soulèverai deux questions d’ordre méthodologique. La première portera sur la variété possible des modèles épistémiques ; la seconde, sur la possible circularité d’une telle approche.

1. La solution de Goldman au problème du novice et des deux experts

Cette solution est-elle compatible avec le fiabilisme ?

6La plupart de nos croyances sont basées sur des témoignages. En philosophie du témoignage, deux positions s’affrontent. Selon la conception réductionniste, l’autorisation que vous pouvez avoir pour croire que p sur la base d’un témoignage que p par un sujet S est inductive et indirecte. Elle dépend, par exemple, des raisons que vous avez de croire que le témoignage en général est un processus fiable, ou des raisons que vous avez de croire que le témoignage de S en particulier est fiable. Selon la conception non réductionniste, cette autorisation épistémique est directe. Par défaut, vous avez une raison de croire que p si S affirme que p. Vous n’avez pas besoin d’avoir de raison de penser, par exemple, que S sait ce qu’il dit.

7Les conceptions réductionnistes et anti-réductionnistes sont toutes deux compatibles avec l’idée que les raisons de croire un témoignage sont défaisables. En particulier, l’autorisation épistémique par défaut que vous avez de croire que p sur la base d’un témoignage, admise par l’approche anti-réductionniste, peut être défaite par une raison que vous avez de croire que le témoignage n’est pas fiable. Si S affirme que p, mais que vous vous apercevez que S est un menteur, la raison prima facie que vous avez de croire que p est défaite. Ultima facie, il n’est pas rationnel pour vous de croire que p. De même, un témoignage ultérieur contredisant un témoignage initial peut venir défaire l’autorisation de croire le témoignage initial.

8Si certaines informations concernant le témoin peuvent venir défaire l’autorisation initiale de croire, d’autres peuvent la renforcer. Si j’apprends, par exemple, que le témoin S en question est un expert, alors ma raison totale que j’ai de croire que p en vertu du fait que S a affirmé que p est plus forte que si je ne sais pas que S est un expert. De même, il semble clair que lorsque deux témoignages se contredisent, celui de l’expert fait autorité et défait celui du non-expert.

9Selon (Goldman 2001), le fait qu’une raison de croire que p que l’on a sur la base d’un témoignage peut ainsi être défaite ou renforcée permet de fournir une solution au problème du novice et des deux experts. Supposons qu’un expert affirme que p, et qu’un autre expert affirme que non-p. Il va de soi qu’il ne peut être épistémiquement rationnel de croire la contradiction ouverte p et non-p. Néanmoins, la question de savoir quel expert croire peut être résolue si le témoignage d’un des experts peut être renforcé, ou celui de l’autre affaibli, par certaines informations. Dans une situation où la parole des experts n’est plus à égalité, le témoignage de l’un peut faire autorité et défaire le témoignage de l’autre.

10Un type d’information crucial à cet égard concerne le niveau d’expertise relatif des experts. Si A est plus expert que B sur une certaine question, le témoignage de A doit peser davantage que le témoignage de B. La solution proposée par Goldman consiste donc à fournir au novice une méthode pour évaluer le niveau d’expertise relatif des experts. Le problème du novice et des deux experts est ainsi réduit au problème de l’évaluation rationnelle du niveau d’expertise des experts par un novice, c’est-à-dire, au problème de la formation d’une croyance justifiée d’un novice à propos du degré relatif d’expertise des experts. Comme l’écrit Goldman :

The novice/ experts problem is whether a layperson can justifiably choose one putative expert as more credible or trustworthy that the other with respect to the question at hand, and what might be the epistemic basis for such a choice (Goldman 2001, 92).

11Goldman considère différentes méthodes. L’une de ces méthodes consiste à faire appel au bilan antérieur (past track record) des experts. En bref, il s’agit de considérer les affirmations passées des experts concernant leur domaine d’expertise, et sur cette base, de former une croyance quant à leur niveau d’expertise relatif.

12Cette solution s’accorde-t-elle avec le fiabilisme de Goldman ? Afin de voir cela, il est nécessaire de déterminer plus précisément la thèse fiabiliste et ce qu’il faut entendre par « expert ». Si la méthode proposée par Goldman pour identifier le niveau d’expertise des experts est une méthode fiable, alors une croyance à propos d’un expert formé sur la base de cette méthode sera une croyance formée de manière fiable. Il n’y aura donc pas de tension entre le fiabilisme de Goldman et sa solution au problème des deux experts.

13Selon la thèse fiabiliste défendue par Goldman, une croyance justifiée est une croyance fondée sur un processus ou une méthode de formation de croyance (suffisamment) fiable. Un processus de formation de croyance est fiable (à un certain degré) s’il produit un nombre de croyances vraies plus élevé que le nombre de croyances fausses (le degré de fiabilité étant fonction du rapport entre le nombre de croyances vraies et le nombre de croyances fausses). La question est donc de savoir si former une croyance à propos du degré d’expertise relatif de deux experts sur la base du bilan antérieur respectif de ces deux experts produit plus de croyances vraies que de croyances fausses quant au degré d’expertise relatif de ces experts.

14Il semble que cela soit le cas. En effet, qu’est-ce qu’un expert ? Selon Goldman, un expert est un individu qui a (beaucoup) plus de croyances vraies que la majorité des gens à propos de son domaine d’expertise. En outre, l’expert possède une connaissance pratique (un savoir comment) particulière lui permettant d’acquérir davantage de croyances vraies à propos des nouvelles questions concernant son domaine d’expertise. Un individu A qui a plus de croyances vraies dans un certain domaine d’expertise peut donc être considéré comme plus expert qu’un individu B qui a (significativement) moins de croyances vraies dans ce domaine. Or il semble bien que si A, dans le passé, a eu plus de réponses vraies que B à des questions concernant un certain domaine d’expertise, alors il a plus de chances d’avoir plus de croyances vraies que B sur ce domaine. Il est donc plus probable qu’il soit plus expert que B sur la question.

15La méthode consistant à regarder le bilan antérieur des experts pour évaluer leur degré d’expertise relatif semble donc bien être une méthode fiable. (Bien sûr, un léger écart entre A et B ne sera pas nécessairement significatif en termes d’évaluation du degré d’expertise.) Affirmer qu’une croyance basée sur cette méthode est une croyance justifiée ne contredit donc nullement, il me semble, l’adoption d’une conception fiabiliste de la justification. Si, en outre, une information concernant le degré d’expertise relatif des experts peut peser pour renforcer l’autorisation épistémique que l’on a pour croire le témoignage de l’un plutôt que le témoignage de l’autre, alors le novice peut l’utiliser pour justifier sa croyance dans le témoignage d’un des experts plutôt que dans le témoignage de l’autre.

Cette solution est-elle compatible avec l’idée selon laquelle la connaissance est la croyance vraie justifiée ?

16P. Willaime soulève le problème selon lequel cette approche pourrait entrer en contradiction avec l’idée traditionnelle selon laquelle la connaissance n’est pas simplement la croyance vraie, mais la croyance vraie justifiée.

17En effet, selon l’approche de Goldman, on pourrait compter comme connaissance des cas de croyances vraies basées sur le témoignage d’un expert qui a, par chance, un bilan antérieur positif. Il semblerait que, puisque cet expert ne serait pas justifié à croire ce qu’il croit, il en soit de même pour le novice basant sa croyance sur cet expert. Un second problème viendrait d’un cas où la parole de l’expert ne générerait pas de justification testimoniale suffisante, selon l’approche de Goldman, parce que l’expert s’est souvent trompé dans le passé, bien que pour de bonnes raisons. Ces cas permettent-ils de remettre en question l’approche de Goldman ?

18Tout d’abord, il est important de noter que selon un certain nombre de conceptions de la justification testimoniale, la question concernant la manière dont le témoin a acquis la croyance en la proposition qu’il asserte n’est pas pertinente pour la question de savoir si l’auditeur possède une justification de type testimonial à croire la proposition en question. Selon certaines conceptions, même la question de savoir si le témoin croit ce qu’il dit n’est pas pertinente. Par exemple, (Lackey 2008) considère le cas d’un enseignant créationniste qui enseigne la théorie de l’évolution. On peut penser que l’élève acquiert sur cette base la connaissance de la théorie de l’évolution même en l’absence de croyance de l’enseignant dans ce qu’il enseigne. Il n’est donc pas certain que la question de savoir comment l’expert a acquis la croyance en question puisse avoir une pertinence pour la question de savoir si le novice possède une justification à croire ce que l’expert affirme, et donc, pour la question de savoir si le novice peut acquérir une connaissance de la proposition en question. Dans un cadre fiabiliste, on pourrait ainsi admettre que le témoignage est en général un processus fiable d’acquisition de croyances, et qu’une croyance basée sur le témoignage est de ce fait automatiquement justifiée.

19En second lieu, il me semble nécessaire de distinguer entre deux croyances que le novice peut avoir. La première concerne la fiabilité relative des experts, et la seconde concerne la proposition assertée par les experts (p ou non-p). Commençons par la première croyance. Supposons qu’un expert évalué a en fait un bilan positif par simple chance. Dans un tel cas, la croyance que l’expert est un bon expert est fausse. Néanmoins, cela n’empêche pas cette croyance d’être justifiée étant donné qu’elle est fondée sur une méthode fiable. Une méthode fiable n’est pas une méthode infaillible. Il ne s’agit donc pas d’un cas de connaissance qui ne serait qu’une croyance vraie sans justification, mais d’un cas de croyance fausse justifiée, qui n’est donc pas une connaissance.

20Considérons la seconde croyance. Supposons que, sur la base de la fausse croyance justifiée que le sujet évalué est un bon expert, et que cet individu affirme que p, le novice forme la croyance que p. Supposons par ailleurs que p est vrai. S’agit-il d’un cas de croyance vraie non justifiée, que Goldman devrait obligatoirement compter comme une connaissance ? Selon la théorie fiabiliste de Goldman, il semble bien que non. En effet, dans ce cas, la croyance du novice que p est formée sur la base d’un processus inférentiel conditionnellement fiable, c’est-à-dire sur la base d’un processus qui produit davantage de croyances vraies que de croyances fausses si les croyances sur lesquelles est basée l’inférence sont vraies. Selon la théorie fiabiliste de (Goldman 1979/2005), une croyance basée sur un processus inférentiel conditionnellement fiable est justifiée si les croyances sur lesquelles l’inférence est basée sont elles-mêmes justifiées, même si ces dernières sont fausses. Dans le cas qui nous préoccupe, la (fausse) croyance sur la base de laquelle le novice forme la croyance que p, à savoir que A a dit que p et est un meilleur expert que B, est effectivement justifiée. Donc, semble-t-il, le novice a une croyance vraie justifiée que p. Il ne s’agit donc pas non plus d’un cas de croyance vraie non justifiée. Même s’il est intuitivement douteux que cette croyance vraie puisse compter comme une connaissance, après tout, il semble bien que c’est par chance que le sujet en vient à avoir une croyance vraie ; en tout cas, ce n’est pas un cas dans lequel une croyance vraie sans justification est assimilée à une connaissance. On ne voit donc pas clairement pourquoi la solution proposée par Goldman au problème du novice et des deux experts conduirait Goldman à assimiler croyance vraie et connaissance.

21Un autre cas proposé par P. Willaime est celui d’un expert qui se trompe la plupart du temps pour une bonne raison. Notons tout d’abord qu’étant donné la définition que Goldman donne de l’expert, à savoir qu’un expert en un certain domaine est un individu qui a une plus grande quantité de croyances vraies sur ce domaine que la majorité des gens, et un savoir-faire particulier lui permettant d’obtenir les bonnes réponses aux nouvelles questions concernant son domaine d’expertise, il ne semble pas qu’un expert se trompant la plupart du temps pour de bonnes raisons soit possible. Néanmoins, même à supposer qu’un bon expert puisse avoir un mauvais bilan simplement parce qu’il n’a pas eu de chance dans ses expertises passées, cela n’implique pas que la croyance du novice que cet expert n’est pas un bon expert ne sera pas formée sur la base d’un processus fiable, et donc ne sera pas justifiée, bien que fausse. Dans un tel cas, en effet, ce n’est que par malchance que la croyance du novice est fausse. Elle reste justifiée. On ne voit donc pas clairement pourquoi ce cas manifesterait une tension entre la solution de Goldman au problème du novice et des deux experts et sa théorie fiabiliste initiale, ou pourquoi cela conduirait à accepter des cas de croyances vraies injustifiées comme des cas de connaissances.

2. L’analyse des modèles épistémiques et la théorie de la connaissance

22Pierre Willaime suggère également l’idée selon laquelle l’analyse des modèles épistémiques pourrait permettre de contribuer à répondre à la question « Qu’est-ce que la connaissance ? ». En particulier, il suggère que l’analyse du modèle épistémique de Wikipedia parle en faveur de l’épistémologie des vertus et contre l’épistémologie fiabiliste du processus. L’argument sous-jacent semble être le suivant :

Si un modèle épistémique A décrit mieux qu’un autre modèle épistémique B une certaine pratique productrice de connaissance, alors c’est un argument en faveur de la théorie de la connaissance qui prédit que ce modèle A produit des connaissances.

Le modèle épistémique adéquat pour rendre compte du fonctionnement de Wikipedia doit faire appel à la notion de vertu plutôt qu’à la notion de processus fiable.

Par conséquent, la conception de la connaissance en termes de vertus est préférable à la conception de la connaissance en termes de fiabilité du processus.

23Face à cette argumentation, deux questions méthodologiques méritent d’être posées. Tout d’abord, il semble que les pratiques productrices de connaissance sont multiples. Il n’est pas impossible que certains modèles d’un type A soient meilleurs que d’autres pour décrire telle ou telle pratique, et certains autres modèles d’un type B meilleurs pour décrire telle ou telle autre pratique. Si tel est le cas, il n’est pas clair qu’une généralisation à partir d’une seule pratique, celle que l’on peut observer par exemple dans le fonctionnement de Wikipedia, soit possible.

24La seconde question concerne la mesure dans laquelle l’étude des modèles épistémiques peut informer les débats classiques sur la nature de la connaissance. Les modèles épistémiques sont caractérisés sur la base d’une description d’un ensemble de comportements et de représentations conceptuelles implicites et explicites. Toute la question, il me semble, est de savoir si tel ou tel modèle épistémique est bel et bien producteur de connaissance. Mais il est difficile de voir comment la description d’un modèle épistémique particulier pourrait nous aider à répondre à cette question. Par exemple, il est difficile de voir comment la simple description du modèle épistémique de Wikipedia pourrait venir modifier la théorie de la connaissance que l’on défend par ailleurs, à moins d’accorder au préalable que le modèle épistémique de Wikipédia est effectivement producteur de connaissance. Mais cette dernière assomption doit elle-même reposer sur une théorie de la connaissance indépendante. Si tel est le cas, on ne voit pas clairement comment l’analyse descriptive des processus à l’œuvre dans Wikipédia pourrait venir modifier la théorie de la connaissance préalablement assumée.

Conclusion

  • 1 Ce travail a été effectué dans le cadre du projet de recherche FNS P1GEP1_158862.

25P. Willaime soulève les problèmes de savoir si la solution de Goldman au problème du novice et des deux experts est compatible avec une position fiabiliste, et si cette approche ne conduit pas à identifier connaissance et croyance vraie. Dans la mesure où le problème du novice et des deux experts peut se réduire au problème de la formation d’une croyance justifiée quant au niveau relatif d’expertise des experts, et où le méthode consistant à former une telle croyance sur la base du bilan des succès et échecs des experts en question est fiable, la solution de Goldman me semble compatible avec le fiabilisme. J’ai également montré que les cas mis en avant ne suggèrent pas que cette approche conduirait à identifier connaissance et croyance vraie. Pierre Willaime suggère également que l’analyse des modèles épistémiques pourrait informer les débats traditionnels sur la nature de la connaissance. À cet égard, les questions suivantes méritent d’être posées. Dans quelle mesure peut-on généraliser des résultats obtenus sur la base de la description d’un modèle épistémique particulier ? Ne faut-il pas disposer au préalable d’une théorie de la connaissance qui nous permette de distinguer les modèles épistémiques producteurs de connaissance des modèles épistémiques qui ne sont pas producteurs de connaissance ? Si oui, dans quelle mesure la description de ces modèles pourrait-elle modifier la théorie initiale1 ?

Bibliographie

Goldman, Alvin I., 1979, « What Is Justified Belief ? », George Sotiros Pappas (dir.), Justification and Knowledge, 17, p. 1–23, Philosophical Studies Series in Philosophy, Springer Netherlands, trad. fr. par Emmanuelle Glon, « Qu’est-ce qu’une croyance justifiée ? », Julien Dutant et Pascal Engel, Philosophie de la connaissance : croyance, connaissance, justification, Paris, Vrin, 2005.

Goldman, Alvin I., 2001, « Experts : Which Ones Should You Trust? », Philosophy and Phenomenological Research 63(1), p. 85-11.

Lackey, Jennifer, 2008, Learning from Words : Testimony as a Source of Knowledge, Oxford, Oxford University Press.

Notes

1 Ce travail a été effectué dans le cadre du projet de recherche FNS P1GEP1_158862.

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search