Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 4

 | 
Cristina Ferrante
, 
Jean-Claude Lacam
, 
Daniela Quadrino

Formiae (Formia)

Localisation inconnue (Gaeta). Magna Mater / Mater Deum

Jean-Claude Lacam et Lorenza Santoro

Texte intégral

  • 1 Arnaldi 2007, 88.

1Outre l’inscription CIL VI, 30972 (cf. fiche Localisation inconnue (Formia). Mater Deum), nous possédons quatre témoignages d’un culte de Magna Mater sur le territoire de Formies : ils ont partie liée avec Gaète, ayant été découverts dans cette cité ou mentionnant des personnages (comme Cornelius Gelasius et Q. Oppius Frontinus) qui sont attestés dans cette zone1.

Sources épigraphiques

2a. Zambelli 1968, 357, n. 9 ; AE 1969-1970, 119 ; Arnaldi 2007, 93 nt 74 ; Longo 2009, 123.

3L’inscription (fig. 84), qui se trouve aujourd’hui au Musée Diocésain de Gaète, fut découverte en 1926 durant les travaux de restauration de l’église S. Lucia. Elle est gravée sur un autel de marbre, monolithe (la largeur est d’environ 0,18 m pour le corps de l’autel, 0,29 m pour la base et 0,25 m pour la corniche supérieure ; la profondeur est de 0,29 m ; la hauteur totale est de 0,70 m). Sur la face antérieure, on devine les traces d’un bucrane en bas-relief, qui sépare l’inscription en deux parties. La hauteur des lettres varie entre 1,5 et 2 cm.

Fig. 84

Fig. 84

Localisation inconnue (Gaeta). Magna Mater / Mater deum. Inscription sur un autel de marbre, conservée dans la cathédrale de Gaète (photo M. Ortosecco).

© DR

D(ominis) n(ostris) Constan-
tino Aug(usto) III et
Maximino Aug(usto)
III consulibus
(bucrane)
XI kal(endas) Febr<u>aria[s]
Cornelius Gela-
sius sacerdos
XVuiralis M(atris) M(agnae) I(daeae)
Frygiae (sic) tauri- (sic)
bolium uouit
feliciter.

« Durant le troisième consulat de nos domini Constantin Auguste et Maximin Auguste, Cornelius Gelasius, prêtre quindécimviral de Magna Mater du mont Ida de Phrygie, eut la joie de célébrer un taurobole le 22 janvier. »

  • 2 Longo 2009, 124.

4Comme le fait remarquer P. Longo2, uouit est une correction apportée ultérieurement au texte dans lequel figurait initialement mouit.

5L’autel sur lequel est gravée l’inscription fut donc érigé en souvenir d’un taurobole célébré sous le troisième consulat de Constantin et Maximin Daia, le 22 janvier 313 ap. J.-C. La date ne doit pas surprendre : même si le christianisme était en voie de s’imposer, les cultes traditionnels demeuraient encore vivaces dans les cités italiennes et les provinces.

  • 3 Graillot 1912, 168 ; Wissowa 1912, 323.
  • 4 Coarelli 1982, 357 ; Mesolella 2008, 268.
  • 5 Solin 1996, 165.

6Cette date soulève toutefois une autre interrogation. Les témoignages épigraphiques relatifs aux célébrations de taurobolia, s’ils sont nombreux à Rome pour le ive s. ap. J.-C., disparaissent presque entièrement dans le reste de l’Italie à cette date3. On pourrait être tenté de penser que cet autel conservé à Gaète provient en réalité de Rome car nous savons que la cité médiévale, pour faire face à ses besoins édilitaires, importa souvent ses marbres d’ailleurs, et parfois précisément de Rome4. Mais la charge de sacerdos quindecimuiralis ne peut renvoyer qu’à une cité et non pas à Rome. D’ailleurs, le culte de Magna Mater est bien attesté, y compris archéologiquement (cf. fiche Gaeta. Rinchiusa (Fondo). Magna Mater), sur le territoire de Formies. D’autre part, l’épiclèse Phrygia n’a pas cours dans les inscriptions romaines. Il est donc en définitive probable que l’autel portant cette inscription ait pour origine Gaète. D’ailleurs H. Solin5 dénonce la facilité avec laquelle on a trop souvent attribué aux inscriptions de Gaète une provenance extérieure.

7b. Zambelli 1968, 356, n. 8 ; AE 1969-1970, n. 120 ; Longo 2009, 124.

8L’inscription (fig. 85) se trouve à Gaète, dans le Musée diocésain attenant à la cathédrale. Il s’agit d’un fragment de marbre brisé à ses deux extrémités, de dimensions restreintes (hauteur maximale 24 cm ; longueur maximale 20 cm ; épaisseur de 5 cm). Seule sa face antérieure est visible puisqu’il est enchâssé dans le mur du vestibule. Au-dessus du texte, est sculpté un bucrane, ceint de l’infula dont les extrémités pendent de manière rigide, traversant verticalement l’inscription. Les lettres, irrégulières, mesurent entre 1,5 et 2,3 cm pour les trois premières lignes et légèrement plus pour l’unique lettre visible de la dernière ligne.

(bucrane)
[---] Q(uintus) Oppius Fro-
ntinus sacer-
dos XVuiral(is)
[M(atris) M(agnae)] I(daeae) [---]
« [---] Quintus Oppius Frontinus prêtre quindécimviral [de Magna Mater](du mont) Ida [---] ».

  • 6 Laaksonen 1996, 142.
  • 7 Kajanto 1965, 26 et 236.

9Cette inscription est assurément à mettre en lien avec le culte de Magna Mater, comme le soulignent la qualité de sacerdos quindecimuiralis du personnage mentionné, désignation officielle des prêtres de la déesse, ainsi que le bucrane ceint de l’infula, qui évoque les taurobolia célébrés en son honneur. Cette attribution semble par ailleurs corroborée par les lettres presque effacées de la quatrième ligne : gravé en caractères plus gros, devait apparaître le nom abrégé de la déesse (il n’y a visiblement pas de place pour plus de trois lettres), comme c’est le cas sur un autre document épigraphique de Formies (CIL X, 6075). Cette inscription pourrait donc avoir été gravée sur un autel consacré après la célébration des taurobolia6, comme dans le cas de l’inscription précédente. En dépit de l’absence de patronyme dans la formule onomastique, le dédicant n’est sans doute pas un affranchi, car son cognomen n’est guère attesté parmi les esclaves ou affranchis7.

  • 8 Zambelli 1968, 356.
  • 9 Laaksonen 1996, 142.

10La forme des lettres permet à M. Zambelli8 de rattacher cette inscription à une époque relativement tardive, sans davantage de précision. H. Laaksonen9 la suppose d’une époque postérieure à la précédente.

11c. CIL X, 6075 ; Zambelli 1968, 358 ; Vermaseren 1977, 156 n. 476 ; Arnaldi 2007, 93 nt 73 ; Longo 2009, 124.

12L’inscription fut mise au jour en 1772 à Mola di Gaeta et déposée au Musée du Vatican.

Imp(eratore) Gordiano [tertium]
Aug(usto) et Pompeiano [co(n)s(ulibus)]
Heluia Stephan[is]
sacerdos M(atris) M(agnae) I(daeae)
taurobolium.
« Sous le troisième consulat de l’Empereur Gordien Auguste et celui de Pompeianus, Heluia Stephanis, prêtresse de Magna Mater du [mont] Ida, [exécuta] un taurobole ».

  • 10 Laaksonen 1996, 143.

13Heluia Stephanis appartenait à une riche famille, puisque c’est souvent au sein de telles familles qu’étaient choisies les prêtresses de la déesse, dans l’espoir d’en obtenir d’importantes donations10. Il pourrait s’agir d’une riche affranchie, comme le laisse supposer l’absence de patronyme et l’origine grecque du cognomen Stephanis.

14L’allusion au consulat de Gordien et de Pompeianus, pour autant que l’inscription soit contemporaine de l’acte dont elle fait mémoire, permet de dater précisément ce texte épigraphique de l’année 241 ap. J.-C.

15d. CIL X, 6074 ; Vermaseren 1977, 157, n. 478 ; Arnaldi 2007, 93 nt 71 ; Longo 2009, 125, n. 5.

Decimia
C(aii) f(ilia)
Candida
sacerdos
M(atris) d(eum)
Atthin
d(ono) d(edit)
« Decimia Candida, fille de Gaius, prêtresse de la Mater Deum, offrit un Attis en don. »

  • 11 Vermaseren 1977, 157.
  • 12 Graillot 1912, 250 et 425 nt 4 ; Arnaldi 2007, 87. Contra Zambelli 1968, 358, nt 5.
  • 13 Longo 2009, 125.

16La provenance de cette inscription, déjà disparue à l’époque de Th. Mommsen, a été discutée : selon M. J. Vermaseren11, elle proviendrait de Minturnes, selon d’autres auteurs12 de Gaète (Th. Mommsen donnait pour lieu d’origine le palais épiscopal de cette cité). La gens Decimia, il est vrai, n’est pas attestée à Formies même, mais elle est bien présente dans le Latium méridional13.

  • 14 Cassieri 2001a, 74-75.
  • 15 Laaksonen 1996, 142.

17L’inscription fait mémoire du don au temple d’une statue d’Attis par la prêtresse de Magna Mater, Decimia Candida (qui apparaît aussi dans l’inscription CIL VI, 30972 : cf. fiche Localisation inconnue (Formia). Mater Deum). Deux bustes d’Attis ont précisément été découverts à Formies14, mais nous ne pouvons évidemment savoir si l’un d’entre eux a quelque rapport avec la statue évoquée dans l’inscription. Tout au plus peut-on constater que Magna Mater et Attis étaient particulièrement à l’honneur sur ce territoire, ce que H. Laaksonen15 explique par le caractère maritime de la cité.

  • 16 Longo 2009, 125.

18P. Longo16 estime que le texte qui nous a été transmis est lacunaire ; en particulier, il suppose que le nom de la déesse devait être plus largement développé : M(agnae) M(atris) D(eum) I(daeae).

Bibliographie

Arnaldi 2007: A. Arnaldi, «Sacerdozi municipali a Formiae», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1999), 7, Marina di Minturno, 2007, 81-93.

Cassieri 2001a: N. Cassieri, Il Museo archeologico di Formia, Marina di Minturno, 2001.

Coarelli 1982: F. Coarelli, Lazio, Rome-Bari, 1982.

Graillot 1912: H. Graillot, Le Culte de Cybèle, mère des dieux, à Rome et dans l’Empire romain, Paris, 1912.

Kajanto 1965: I. Kajanto, The Latin Cognomina, Helsinki, 1965.

Laaksonen 1996: H. Laaksonen, «Ordo et populus Formianus», in H. Solin (éd.), Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, Acta Instituti Romani Finlandiae, 15, Rome, 1996, 129-153.

Longo 2009: P. Longo, «Iscrizioni edite e inedite da Gaeta», in Theodor Mommsen e il Lazio antico. Giornata di Studi in memoria dell’illustre storico, epigrafista e giurista, Terracina, 3 aprile 2004, Rome, 2009, 119-150.

Mesolella 2008: G. Mesolella, «Quatro capitelli corinzieggianti tra Gaeta e Montecassino», in C. Corsi, E. Polito (éd.), Dalle sorgenti alla foce. Il bacino del Liri-Garigliano nell’antichità. Culture, contatti, scambi. Atti del Convegno, Frosinone-Formia, 10-12 novembre 2005, Rome, 2008, 263-277.

Solin 1996: H. Solin, «Appunti sulla produzione epigrafica di Formiae», Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, Acta Instituti Romani Finlandiae, 15, Rome, 1996, 155-186.

Vermaseren 1977: M.J. Vermaseren, Corpus Cultus Cybelae Attidisque, 3 (Italia-Latium), Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain, Leyde, 1977.

Wissowa 1912: G. Wissowa, Religion und Kultus der Römer, Munich, 1912.

Zambelli 1968: M. Zambelli, «Iscrizioni di Formia, Gaeta e Itri», Seconda Miscellanea Greca e Romana, 19, 1968, 335-378.

Notes

1 Arnaldi 2007, 88.

2 Longo 2009, 124.

3 Graillot 1912, 168 ; Wissowa 1912, 323.

4 Coarelli 1982, 357 ; Mesolella 2008, 268.

5 Solin 1996, 165.

6 Laaksonen 1996, 142.

7 Kajanto 1965, 26 et 236.

8 Zambelli 1968, 356.

9 Laaksonen 1996, 142.

10 Laaksonen 1996, 143.

11 Vermaseren 1977, 157.

12 Graillot 1912, 250 et 425 nt 4 ; Arnaldi 2007, 87. Contra Zambelli 1968, 358, nt 5.

13 Longo 2009, 125.

14 Cassieri 2001a, 74-75.

15 Laaksonen 1996, 142.

16 Longo 2009, 125.

Table des illustrations

Titre Fig. 84
Légende Localisation inconnue (Gaeta). Magna Mater / Mater deum. Inscription sur un autel de marbre, conservée dans la cathédrale de Gaète (photo M. Ortosecco).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

Auteurs

Maître de conférences en histoire ancienne. Paris I (Panthéon-Sorbonne)
Archeologa

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr