Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 4

 | 
Cristina Ferrante
, 
Jean-Claude Lacam
, 
Daniela Quadrino

Formiae (Formia)

Formiae (Formia). Introduction

Jean-Claude Lacam et Alessandro Vella

Texte intégral

Le territoire de Formiae

  • 1 Conticello 1978, introduzione ; Corbo, Corbo 1985, X ; Curci 1994, 21-22.

1Située au nord du golfe de Gaète (Formianus sinus), au pied des Monts Aurunques, Formies jouit d’une position privilégiée (fig. 54), ce que les spéculations toponymiques de Strabon (Str. 5, 3, 6) avaient déjà pour objet de confirmer : le nom de Formies pourrait être rapproché du grec ὅρμος (« port »), et d’ailleurs nombreux sont les auteurs antiques qui rappellent que la cité offrait aux navires un mouillage favorable (Fest. p. 83 L. ; Plin. 3, 5, 59 ; Serv. En. 7, 695 ; Str. 5, 3, 6 ; Tac. An. 15, 46). Quant au nom de Gaète (Caieta ), il proviendrait du grec καιέτας (« creux », Str. 5, 3, 6) et, selon certains commentateurs1, aurait été donné au golfe par les navigateurs grecs qui remontaient la côte tyrrhénienne pour signifier que, de tous les lieux possibles d’accostage, celui-là était le plus sûr.

Fig. 54

Fig. 54

Le territoire de Formies

© DR

  • 2 Solin 1996, 155-156.

2Le territoire de la Formiae romaine était pris, à l’ouest et à l’est, entre celui de Fundi et celui de Minturnae. Ses limites ne sont pas totalement assurées, mais l’on peut supposer que la ligne de confins suivait le relief à l’est, de la grotte de Tibère jusqu’au Monte Vele en passant par le vallon situé entre le Monte Sarca et le Monte Rauto, puis au nord à travers la Serra Capriola jusqu’au Monte Vomero, pour enfin longer les pentes orientales de ce mont et redescendre jusqu’à la mer, à la hauteur de la pointe méridionale du Monte di Scauri2.

Formies préromaine

  • 3 Coarelli 1982, 359 ; Curci 1994, 24-25 ; Laaksonen 1996, 129-130.
  • 4 Curci 1994.
  • 5 Cf. De Sanctis 1964, 265 ; Bianchini 1969, 24 ; Curci 1994, 29 ; Di Fazio 2006, 14 ; 2014, 253.
  • 6 Curci 1994, 23.
  • 7 Cifarelli 2012 ; Gregori-Mandatori 2013, 264 contra Zucca 2000, 56.

3Plusieurs auteurs antiques (Plin. 3, 59 ; Sol. 4, 14 ; Sil. 14, 37 ; Cic., Att. 2, 13, 2 ; Hor. O. 3, 17 ; Ov. M. 14, 157 et 443 ; Sil. 7, 276-277 ; 8, 259) se font l’écho d’une légende qui fait de Formies l’antique royaume des Lestrygons3, tandis que Gaète a pu être mise en relation avec la geste troyenne (Verg. En. 7, 1-2 ; Ov. M. 14, 442 ; Str. 5, 3, 6 ; DH. 53, 2-3). En réalité, nous ne savons rien d’assuré sur la naissance de Formies4. Le site était occupé déjà au début du ier millénaire av. J.-C., mais il est probable que la cité elle-même fut fondée par les Aurunques (Ptol. 3, 1, 5 ; Flor. 1, 11), à moins qu’elle n’ait été un centre volsque dès l’origine. La présence volsque à Formies est en tout cas attestée pour les ve-ive s. av. J.-C. (Fest. s.v. sublicium5). Certains ont supposé que Formies possédait un centre religieux, rayonnant peut-être sur toute la région6, dans le quartier de Castellone où est encore observable une enceinte en opus polygonal ; mais il a été récemment montré que cette technique de construction dans le Latium méridional date de l’époque romaine7.

Les débuts de la conquête romaine

  • 8 Laaksonen 1990.
  • 9 Humbert 1978, 136, 173, 195.
  • 10 Salmon 1982, 50, 162-164.
  • 11 Humbert 1978, 196 ; 375-376.

4L’issue de la guerre latine est lourde de conséquences pour Formies : la cité passe sous la domination de Rome qui lui octroie, en même temps qu’à Fundi8, la ciuitas sine suffragio en 334 av. J.-C.9 ou dans les années suivantes10. Ce nouveau statut n’est en rien une « récompense »11 pour la neutralité relative que Formies adopta dans la guerre des années 340-338, comme l’a suggéré Tite-Live (Liv. 8, 14, 10-11): elle entre d’ailleurs en rébellion contre Rome, aux côtés de Fundi, lors de la guerre samnite de 327 av. J.-C.

  • 12 De Rossi 1980, 148 ; Ciccone 1994b, 48.
  • 13 Laaksonen 1996, 132-133.

5La construction de la uia Appia en 312 av. J.-C. constitue un événement marquant dans la vie de la cité. Celle-ci est désormais divisée en deux secteurs d’altitude inégale, une acropole au nord, une ville basse au sud, protégée par une ligne de défense des éventuelles incursions venues de la mer12. Surtout, l’aménagement de la uia Appia permet à Rome d’asseoir sa domination sur une cité sans doute encore rétive, car ses habitants ont pu souffrir d’avoir à ne partager avec les Romains que les devoirs, en particulier l’obligation militaire à laquelle ils s’assujettirent effectivement, comme en 216 av. J.-C. lors de la bataille de Cannes (Liv. 22, 42, 11), et non encore les droits. Pour autant, l’administration de la cité fut, sans doute par défaut de financement du côté romain, laissée assez largement aux mains des habitants : Formies est alors gouvernée, comme Fundi et Arpinum13, par un collège de trois édiles (CIL I2, 1563 ; 1565 ; X, 6105 et 6108).

  • 14 Coarelli 1982, 357.
  • 15 Solin 1996, 156 nt 3.
  • 16 Huelsen 1987.

6L’on peut tenir pour assurée à cette date l’appartenance au territoire de Formiae de l’antique Caieta (CIL X, 603) qui, bien que siège, sans doute, d’un pagus à l’époque préromaine14, ne constitue pas un municipe indépendant ; Gaète n’a pas d’existence urbaine autonome avant le Moyen Âge, quand elle devient une importante cité côtière et se hisse au rang de siège épiscopal15. Il y a là matière à confusion en ce qui concerne la localisation du « port de Formies » mentionné par les sources (p. ex. Tac., An. 15, 46) : l’expression peut aussi bien renvoyer au port de Formiae même (dont quelques vestiges sont encore visibles de nos jours) qu’à celui de Caieta16.

  • 17 Saccoccio 2002, 13-15 ; Quilici 2004b, 480, nt 128.
  • 18 Cf. De’ Spagnolis 1977, 14-15 ; Cassieri 2006, 6.
  • 19 Aurigemma, Bianchini, De Santis 1957, 63 ; De’ Spagnolis 1977, 16 ; Quilici 1989, 32 ; Carbonara, M (...)
  • 20 Quilici 2002, 114 ; 2003-2004, 475 ; Saccoccio 2002, 18.
  • 21 De’ Spagnolis 1977, 30.
  • 22 Solin 1996, 157.
  • 23 Cassieri 2006, 6.

7L’appartenance d’Itri au territoire de Formiae est en revanche plus problématique. La région d’Itri, habitée depuis la préhistoire17, et lieu de refuge, selon la tradition, des habitants d’Amyclae fuyant leur ville infestée de serpents18 (Plin. 3, 59 et 8, 104 ; Sol. 2, 32), connut son plein développement au moment de la construction de la uia Appia : son nom serait d’ailleurs à relier à la «route » iter19. Située à mi-chemin de la montée entre Formies et le col d’Itri, point de départ des routes menant vers Sperlonga d’un côté et Fabrateria de l’autre au-delà des monts Aurunques, Itri devait constituer une halte et être pourvue des équipements nécessaires au repos des hommes et des montures20. Ainsi furent d’abord édifiées des tabernae qui se transformèrent par la suite en maisons d’habitation. Rome envoya aussi des colons pour mettre la zone en valeur ; il reste, de fait, quelques ruines bien visibles (terrasses, citernes) de villas rustiques remontant à cette première installation romaine21. Ce centre urbain devait être modeste car les sources ne signalent explicitement aucune cité entre Formies et Fondi (même si certains identifient à Itri la Mamurrarum urbs que signale Horace dans le récit de son voyage à Brindisi : Hor., S., 1, 5, 37), si bien qu’il est fort douteux qu’Itri se soit vu octroyer le statut de municipe. Une inscription lacunaire (sur une pierre de remploi à proximité de la Porta della Costa ou Mamurra) témoigne pourtant d’une magistrature d’Itri, en l’occurrence l’édilité (CIL X, 6107) : C(aius) Magnius M(arci) f(ilius) Ae[m](ilia) / aedil(is) iter(um). Mais c’est l’unique preuve que nous ayons d’une hypothétique existence juridique d’Itri à l’époque romaine. Aussi est-il plus raisonnable de considérer, avec H. Solin22 ou N. Cassieri23, qu’Itri, à l’instar de Gaète, dépendait du municipe de Formies.

  • 24 Cf. Kubitschek 1972, 19 ; Humbert 1978, 350.
  • 25 Zambelli 1960, 450, n. 1.
  • 26 Humbert 1978, 356-360. Contra Laaksonen 1996, 134.
  • 27 Humbert 1978, 306-307.

8Il faut attendre 188 av. J.-C. pour que soit accordée la citoyenneté complète à Formiae et que celle-ci se voit intégrée, comme Fundi et Arpinum, à la tribu Aemilia24 (Liv. 38, 36, 7-9 ; Cic., Att. 2, 14, 2 ; CIL X, 1800, 6016, 6089, 6098 et 6163 ; XV, 7913). Son administration reste aux mains des édiles au moins jusqu’à la fin de l’époque républicaine (CIL I2, 3113) ; les années de recensement toutefois, ces trois édiles étaient remplacés par un seul, l’aedilis quinquennalis solus ou aedilis solus25 (CIL X, 6015, 6016 et 6111). Même si Festus (Fest., p. 262 L.) cite Formiae comme exemple de praefectura, la question est débattue de savoir si on y trouvait, comme à Fundi, un praefectus26. Rome respecte, quoi qu’il en soit, l’autonomie territoriale de la cité ; pour autant, la volonté de repeupler une région quelque peu désertée a pu expliquer qu’à l’époque des Gracques, la commission triumvirale ait procédé à des distributions de terres27 (Lib. col., p. 234 L.).

  • 28 Zucca 1998, 49.
  • 29 Zucca 2000, 56.
  • 30 Coarelli 1982, 361 ; Ciccone 2001, 80.
  • 31 Lafon 1979, 409-413 et 417-418 ; Coarelli 1982, 340-342 Corbo, Corbo 1985, VI ; Cassieri 2006, 6-7.
  • 32 Laaksonen 1996, 130.

9Durant toute cette période, la cité se développe28. À la fin du iis. av. J.-C., elle se dote d’une enceinte plus efficace en opus incertum29 (CIL X, 6105 et 6108) ; on note aussi une importante activité édilitaire dans les années précédant la guerre sociale, qui se développe dans le cadre du modèle urbanistique romain30. Rome ne manifeste encore pourtant qu’un intérêt tout relatif pour la zone, du moins pour sa partie côtière : le tracé de la uia Appia, s’il traversait Formiae de part en part, laissait à l’écart l’ensemble du promontoire de Gaète et la construction d’une voie littorale par le censeur Lucius Valerius Flaccus en 184 av. J.-C. (Liv. 39, 44, 6) n’entraîne de ce point de vue guère de changements : cette route, conçue pour assurer un contrôle politique plus efficace sur l’Italie du Sud, devait aussi permettre de relier plus commodément le territoire de Fondi, exportateur de vins réputés, au port de Terracine et surtout faciliter la circulation entre Rome et Pozzuoli, port en pleine expansion31. Toutefois, depuis l’époque des guerres puniques déjà, quelques riches Romains ont choisi de venir goûter à Gaète la douceur du climat32.

Formies à l’époque tardo-républicaine

  • 33 Aurigemma, De Santis 1964, 33-34 ; De Rossi 1980, 150-152 ; Lafon 1981 ; Coarelli 1982, 354-356 et (...)
  • 34 Aurigemma, De Santis 1964, 32-33 ; De Rossi 1980, 143-144 ; Coarelli 1982, 367 ; Ciccone 1982, 527- (...)

10C’est surtout à l’époque tardo-républicaine cependant, lorsque se diffuse parmi la classe dirigeante le goût des villas fastueuses, emprunté à la civilisation hellénistique, que Formies devient l’un des principaux centres de villégiature du Latium, comme en témoignent les nombreux vestiges de villas et de mausolées disséminés le long de la côte33. Les sources littéraires (Cic., Att. 7, 8, 4 ; Nat. 3, 35, 86 ; Phil. 13, 5, 11 ; 15, 3, 5 ; Rep. 1, 39, 61 ; Tac., An. 16, 10) nous font d’ailleurs connaître quelques-uns des propriétaires de ces luxueuses demeures : Pompée, Lutatius Catulus le Jeune, Dolabella, la famille des Cocceii à laquelle appartient le futur empereur Nerva, et bien sûr Cicéron qui trouva la mort en ces lieux, et dont la tradition prétend qu’il repose dans le grand mausolée qu’on aperçoit encore aujourd’hui à Formies le long de la uia Appia en direction d’Itri34.

  • 35 Corbo, Corbo 1985, VII.
  • 36 De Rossi 1980, 154.
  • 37 Aurigemma, De Santis 1964, 27-29 ; De Rossi 1980, 153 ; Cassieri 2003, 222 et 2006, 11.
  • 38 Quilici 2003-2004, 476.
  • 39 Colombini 1966.

11Même si, durant la période tardo-républicaine, le territoire de Formies eut à souffrir des guerres et des incursions de pirates, la construction de ces villas fut décisive pour l’économie locale. En même temps qu’elles s’élevaient, se développa l’agriculture sur les quelques terres exploitables du littoral et des pentes. Un dense réseau routier parcourut tout le promontoire et des citernes furent aménagées pour recueillir l’eau35 ; un aqueduc fut également construit, dont les vestiges sont encore visibles près de l’église S. Giovanni Battista36. Les villas elles-mêmes prirent leur part de cette effervescence, puisqu’y furent pratiquées la viticulture, mais plus encore la pisciculture, comme en témoignent les nombreux viviers découverts à leurs abords37. L’intérieur du territoire se développa également : de nouvelles villas à vocation agricole s’installèrent sur les pentes d’Itri. On peut supposer qu’elles faisaient commerce de l’huile d’olive, de l’élevage et peut-être du bois38. Formies connut, parallèlement à cette croissance économique, une intense activité édilitaire, à laquelle contribuèrent les plus riches des habitants qui financèrent de somptueux édifices39.

Formies sous l’Empire

  • 40 Corbo, Corbo 1985, VIII.
  • 41 Cassieri 2003, 227.
  • 42 Cf. Laaksonen 1996, 137.

12Une intense vie romaine se maintint ainsi à Formiae jusque dans les deux premiers siècles de l’ère chrétienne. Le port connaît une grande fréquentation, offrant une halte aux navires chargés de marchandises en provenance de tout l’Empire qui font route pour Ostie40. L’évergétisme trouve à se manifester dans un programme de rénovation édilitaire, sur le modèle augustéen41. Les témoignages épigraphiques révèlent une riche vie sociale, particulièrement sensible lors des représentations théâtrales et des jeux. Sur le plan administratif, la cité est intégrée depuis Auguste dans la première région Latium et Campania ; on a toujours une assemblée municipale (dont les membres peuvent prendre parfois le nouveau nom de decuriones) avec désormais la présence d’un praefectus quinquennalis, représentant de l’Empereur42 (CIL X, 6101) aux pouvoirs identiques à ceux d’un magistrat élu. Les initiatives privées, qu’il s’agisse des distributions frumentaires ou de l’organisation des jeux, ont toujours largement cours.

  • 43 Zucca 1998, 49.
  • 44 Zucca 1998, 49.
  • 45 Aurigemma 1926, 321, n. 5 ; Gasperini 1994b, 16 n. 1.
  • 46 Aurigemma 1926, 318, n. 2 et 320, n. 4.
  • 47 Laaksonen 1996, 148.

13Sous Hadrien, la cité devient une colonie, dont le nom (colonia Aelia Hadriana Augusta Formiae : CIL X, 6079) exprime clairement un lien à la personne de l’Empereur, qui revêt lui-même la charge de duumuir de la cité43. Son successeur, Antonin le Pieux, témoigne aussi d’un intérêt particulier pour Formies puisqu’il s’emploie à restaurer le port de Gaète (S. H. A., Anton. 8, 2-3). Du passage à ce nouveau statut, l’activité municipale, encouragée sans doute par Hadrien et ses successeurs, sort revitalisée44. Le gouvernement des édiles disparaît au profit de duumuiri45 (CIL X, 6090 ; AE 1927, 127) et d’un duouir quinquennalis46 (CIL X, 6094 ; AE 1927, 125-126), responsable du cens fiscal47. Un curator coloniae Formiae, représentant de l’Empereur chargé de contrôler les finances municipales, est par ailleurs attesté pour la première moitié du iiie s. ap. J.-C. (CIL X, 5058).

  • 48 Villa 1994, 57-58 ; Zucca 1998, 50 ; 2000, 58.
  • 49 Laaksonen 1996, 152.

14À l’époque tardo-impériale, Formies entre dans une période de décadence, sensible dans la diminution du nombre des inscriptions et le déclin de l’activité édilitaire48, même si, pour cette période, des travaux de réfection de la uia Appia sont attestés49.

Formies au temps des invasions

  • 50 Corbo, Corbo 1985, VIII ; Villa 1994, 60 ; Nicosia 1995, 66.

15Pour autant, en ces temps d’invasions (notamment par les Goths), la cité ne semble pas connaître de bouleversement institutionnel. C’est seulement lors de la reconquête byzantine de l’Italie en 550 ap. J.-C. que Formies et son territoire passent sous l’autorité de Byzance. Le désordre règne alors dans la cité qui souffre par ailleurs des incursions de pirates. C’est de cette époque que date la formation d’un habitat fortifié à Gaète, lequel va se développer en même temps que croissent la menace lombarde et le dépeuplement de Formies qui en découle50. Sur Gaète et son port ont dû se concentrer tous les efforts de protection byzantins, si bien que la forteresse franchit sans encombre ces années périlleuses et continue même de s’étendre alors que les édifices publics et religieux de Formies ne devaient déjà plus subsister qu’à l’état de ruines.

Lieux de culte et sacerdoces

Époque romaine

16La documentation de l’époque romaine nous fournit des renseignements substantiels sur la présence d’édifices religieux sur le territoire de Formies (fig. 54-55).

Fig. 55

Fig. 55

Carte archéologique de Formies (Ciccone 2000).

© DR

  • 51 Pratilli 1745, 142.
  • 52 Arnaldi 1994, 29.

17Une inscription atteste de manière certaine l’existence d’un Capitolium et, par conséquent, témoigne du culte officiel de la triade capitoline (cf. fiche Formia. Piazze Mattej et Bonomo. Capitolium). Iuppiter Optimus Maximus est par ailleurs mentionné indépendamment sur une inscription d’époque impériale (cf. fiche Formia. Piazze Mattej et Bonomo. Capitolium). On peut dès lors se demander si Minerua même, dont le nom figure dans une inscription de provenance inconnue, n’est pas justement la Minerua Capitoline (cf. fiche Formia. Piazze Mattej et Bonomo. Capitolium). Peut-être faut-il également reconnaître le temple qui a précédé le Capitolium dans l’attestation qui nous est offerte par les sources littéraires de l’existence à Formies d’un temple consacré à Iuppiter (cf. fiche Localisation incertaine (Formia). Aedes Iouis). Nous possédons en outre des témoignages littéraires sur un temple d’Apollo proche de la résidence tardo-républicaine dite « villa de Cicéron », que l’on pourrait identifier avec les restes d’un sanctuaire retrouvé dans cette zone (cf. fiche Formia. Vindicio, loc. Aedes Apollinis). La présence d’une aedes Dianae aux environs d’Itri est également bien attestée par l’épigraphie, même si les témoignages archéologiques sont douteux (cf. fiche Itri. Valle d’Itri, loc. Aedes Dianae). Nous est encore connu par une inscription (CIL X, 6104) le temple de Neptunus, mais sans autre précision (cf. fiche Localisation inconnue (Formia). Aedes Neptuni) ; F.M. Pratilli51 cite une autre inscription dédicatoire à Neptunus prétendument découverte à Gaète (CIL X, *828), mais elle s’est avérée être un faux52. D’autre part, deux inscriptions témoignent d’un culte rendu à Fortuna, mais nous ignorons en quel lieu et sous quelle forme ce culte était rendu (cf. fiche Formia. Localisation incertaine (Formia). Fortuna). Nous pouvons également déduire l’existence d’un culte à Magna Mater des découvertes archéologiques faites dans le domaine de Rinchiusa (cf. fiche Gaeta. Rinchiusa (Fondo). Magna Mater) et de plusieurs inscriptions épigraphiques qui font référence aux prêtres et prêtresses attachés à cette divinité (cf. fiches Localisation inconnue (Gaeta). Magna Mater / Mater Deum et Localisation inconnue (Formia). Mater Deum). À Formies enfin, est attesté un lieu de culte consacré à Fontanus (cf. fiche Formia. Spiaggia di Mola. Fontanus).

  • 53 Solin 1996, 184, n. 17 ; Longo 2009, 122.
  • 54 Longo 2009, 122.

18D’autres données sont plus incertaines. Il n’a pas été possible d’attribuer une divinité titulaire au temple d’époque républicaine, localisé aux environs de l’actuelle via Rubino qui reproduit le tracé de l’antique uia Appia (cf. fiche Formia. Via Rubino. Divinité inconnue). Un lieu de culte a aussi été découvert près d’Itri dans le lieu-dit S. Cristoforo, sans que puisse être identifiée avec certitude la divinité qui y était honorée ; il pourrait s’agir d’Hercules, mais nous ne disposons pas de preuve formelle (cf. fiche Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue). De même, une inscription retrouvée récemment à Gaète semble attester de l’existence d’un sanctuaire à l’extrémité sud-ouest de la péninsule, mais nous ignorons à quelle divinité il était consacré (cf. fiche Gaeta. SS. Trinità. Divinité inconnue). À l’inverse, il existe des témoignages de cultes bien vivants, mais pour lesquels il est impossible de localiser le sanctuaire dans lequel ils étaient rendus. C’est le cas du culte de Ceres attesté à Formies par une inscription (cf. fiche Localisation inconnue (Formia). Ceres) ; une seconde inscription très laconique ([---] almae Cereri [---]) découverte en 1930 sur une façade de la piazza Municipio à Gaète et aujourd’hui perdue53 (AE 1996, 392) est, semble-t-il, un faux datable de la Renaissance, au vu de la forme des caractères, même si P. Longo54 la retient pour authentique, sans avancer pourtant d’arguments très convaincants. Est aussi attesté un culte conjoint d’Augusta et Patria dont une inscription découverte dans le centre de Formies mentionne la prêtresse (cf. fiche Localisation inconnue (Formia). Augusta, Patria (temple unique ?)), mais nous ne savons rien de sa localisation. De même, nous ignorons tout du lieu de culte dédié à Genius, dont témoigne une inscription datant du principat (cf. fiche Localisation inconnue (Gaeta). Genius). Enfin, une inscription de l’époque impériale mentionne un Lucus dont on ne sait ni où il se trouvait sur le territoire de la cité, ni même à quelle divinité il était consacré (cf. fiche Localisation inconnue (Formia). Lucus. Divinité inconnue).

  • 55 Gasperini 1994a, 38.
  • 56 Orlandi 2012, 418.

19Il convient en revanche de relier à un culte domestique une dédicace sacrée (CIL X, 6076) peinte sur un mur d’une basis uillae située en face du port de plaisance de Caposele et qui fait allusion à une peinture exécutée en l’honneur d’une déesse qui serait apparue en songe à un certain Alexsander : Alexsander ex uiso Domnae / libe(n)s animo / fecit (« Alexsander à la suite d’une apparition de la Domina fit faire [ceci] de bon gré »). Cette mystérieuse Dom[i]na a été identifiée par L. Gasperini55 à Pomona, sur la foi d’une autre inscription observée à proximité du lieu de découverte de la première et qui pourrait faire allusion au tableau d’Alexsander, mais cette seconde inscription, selon les arguments convaincants de S. Orlandi56, daterait en réalité de la Renaissance.

  • 57 Zambelli 1968, 350, n. 5.
  • 58 Miltner 1939.
  • 59 Cassieri 2001a, 7.

20D’autres éléments doivent être examinés avec la plus grande prudence. Un témoignage d’un probable lieu de culte nous est fourni par une inscription mentionnée par M. Zambelli57 (AE 1969-1970, 117), dans laquelle il est question d’un geste de générosité privé accompli par deux personnages pour la restauration ou l’embellissement de triclae, tonnelles garnies de bancs58 du genre de celles dont disposaient les associations cultuelles (CIL VI, 4305 ; III, 4879), mais il ne nous est pas possible ici d’établir quels en étaient les usagers. Dans l’ancien Antiquarium détruit au cours de la dernière guerre, étaient également conservés des fragments d’un autel dédié au dieu Helios, aujourd’hui perdus et sur lesquels nous n’avons pas d’informations59.

  • 60 De’ Spagnolis 1980 ; Quilici 2004b, 523.
  • 61 De’ Spagnolis 1980, 16.
  • 62 Saccoccio 2002, 45-46.
  • 63 Mattej 1867-1869.
  • 64 Saccoccio 2002, 66.
  • 65 Carbonara, Messineo 1998, 143.
  • 66 Saccoccio 2002, 101.
  • 67 Quilici 1989, 32.

21On doit aussi écarter l’hypothèse60 selon laquelle il y aurait eu à Itri, dans le lieu-dit S. Giacomo, un lieu de culte dédié à Mithras, divinité dont certains ont voulu abusivement faire dériver le nom même de la bourgade. La découverte de structures souterraines dans une grande villa du début de l’empire située au pied du Monte Cefalo, ayant subi plusieurs restaurations successives, a conduit certains commentateurs à supposer qu’elle fut transformée en lieu de culte à mystères ; il s’agit évidemment d’une conclusion exagérée : nous ne disposons, comme l’avoue M. De’ Spagnolis elle-même61, d’aucun témoignage épigraphique ni de matériel archéologique caractéristique ; l’isolement du lieu, dont l’accès est seulement latéral et non axial, son faible éclairage, son orientation à l’est, son alimentation en eau, la présence de possibles banquettes et de sept petites cavités interprétées comme des niches ne sauraient constituer des arguments décisifs, pas plus que l’érection sur le site même d’une chapelle chrétienne qui serait venue remplacer le culte païen. Il faut également considérer avec prudence les assertions d’A. Saccoccio62 qui suppose que les bas-reliefs de la Porta Mamurra à Itri représentant serpents et têtes de chiens proviendraient d’un sanctuaire qui aurait été dédié à Aesculapius après l’avoir été à Apollo et qui serait vraisemblablement situé sous l’église S. Michele Arcangelo, dans la ville haute ; P. Mattej63 au xixe s. attribuait ce même temple supposé à Apollo ou Iuppiter. Les arguments avancés64 ne sont pas suffisamment solides : il n’est question que de traces quasiment effacées aujourd’hui, ainsi que de découvertes faites en ces lieux (marbres, médailles, vases) interprétées comme des offrandes votives ; A. Saccoccio argue aussi du fait que les sanctuaires d’Aesculapius s’élevaient fréquemment sur des hauteurs. En l’absence de fouilles systématiques, de tels éléments ne sauraient être retenus pour décisifs, d’autant que A. Carbonara et G. Messineo65 font remonter les bas-reliefs de la Porta Mamurra au Haut Moyen Âge. A. Saccoccio66 mentionne également l’existence d’un temple consacré à Pan au lieu-dit Pagnano proche d’Itri, dont les restes auraient encore été visibles avant la seconde guerre mondiale ; mais un tel témoignage demeure isolé et bien imprécis : peut-être ces vestiges doivent-ils être confondus avec ceux d’une villa que signale L. Quilici dans cette zone67.

  • 68 Miele 1976.
  • 69 Formia 1977, chap. 16 ; Cassieri 1996 ; Carbonara, Messineo 1998, 156-157.
  • 70 Miele 1976, 230.
  • 71 Corbo, Corbo 1985, VII ; De’ Spagnolis 1986, 3.
  • 72 Mesolella 1994, 74.
  • 73 Saccoccio 2002, 128.
  • 74 Saccoccio 2002, 114.
  • 75 Notarianni 1814, 79 ; Amante 1924, 63-64 ; De’ Spagnolis 1977, 34 ; Saccoccio 2002, 113-114.
  • 76 Mattej 1867-1869 in De’ Spagnolis 1977, 35.
  • 77 De’ Spagnolis 1977, 34.
  • 78 Mattej 1867-1869 in De’ Spagnolis 1977, 34.
  • 79 Quilici 2004b, 485.
  • 80 De’ Spagnolis 1977, 34.

22Certains lieux de culte n’ont d’ailleurs d’autre existence que celle que veut bien leur offrir la tradition populaire. A.G. Miele68 rappelle la croyance selon laquelle un temple à Ianus se serait élevé sur la colline de Gianola (à laquelle il aurait donné son nom), située à l’est de Formies en direction de Naples, à proximité du tracé de la uia Appia. Quelques ruines d’époque romaine, dessinant un vaste rectangle orienté est-ouest, affleurent encore aujourd’hui au sommet de cette colline et sur la pente sud, en surplomb d’une crique où subsistent les restes d’un petit port. Des portions d’enduit rouge, noir ou ocre sur les murs attestent la présence ancienne de fresques et l’on devine dans le pavement la trace des tesselles. Du matériel archéologique, sur lequel nous n’avons aucune précision, aurait été découvert parmi ces ruines, ainsi que des monnaies d’époque tardo-républicaine et des lampes en terre cuite. Plus que d’un temple, il pourrait s’agir d’une riche villa69, ou plus probablement d’un grand réservoir d’eau douce destiné à approvisionner les navires de passage, accompagné de greniers à marchandises et d’installations à l’usage des navigateurs faisant halte en ces lieux mais aussi des garnisons qui pouvaient être affectées au sommet de cette colline afin de surveiller circulations routière et maritime. Semble plaider en faveur de cette hypothèse la découverte aux environs d’une source aux eaux abondantes et de fragments de canalisation. Le toponyme Gianola pourrait s’expliquer par la présence possible d’un arc de Ianus à cet endroit de la uia Appia70. Il est aussi question à Gaète d’un temple dédié à Iuppiter Serapis sur la plage nommée Serapo71 ; or les sources archéologiques, épigraphiques ou littéraires n’apportent aucune confirmation à ce sujet et la proximité des noms Serapis et Serapo ne constitue évidemment pas un indice fiable. Pour les mêmes raisons doit être écartée l’hypothèse, formulée par G. Mesolella72, selon laquelle un antique lucus aurait existé sur le site de l’actuelle église S. Maria in Castagneto : ne peuvent être retenus comme arguments suffisamment probants l’idée de continuité des cultes et le caractère sylvestre attaché au toponyme Castagneto. Tout aussi suspecte est l’affirmation73 selon laquelle un lieu de culte consacré à Hercules aurait existé à Erchia, lieu-dit de la commune de Campello près d’Itri, duquel le toponyme porterait témoignage et qui serait attesté par une fresque, mais celle-ci, dont la nature n’est pas précisée, serait aujourd’hui perdue. De même, a été conservé le souvenir d’un culte à la déesse Isis, dont le temple aurait été situé à Masseria Giovenco, à l’est de l’actuel centre urbain d’Itri, au pied du Monte Rave Fosche ; on prétend qu’étaient visibles encore il y a une cinquantaine d’années quelques ruines de ce sanctuaire et une conduite d’eau, permettant sans doute d’exploiter la source voisine, aujourd’hui enfouie, nommée Lavetro, sur la route de la Valle del Liri. A. Saccoccio74 met en relation le site isolé avec l’interdiction du sénat romain d’honorer cette déesse. L’argument paraît bien fragile. Ont été aussi invoquées d’abusives spéculations toponymiques autour du nom Giovenco, relié par certains à iuuenca, la « génisse », forme sous laquelle aurait été honorée la déesse75. D’ailleurs, les interprétations toponymiques sont parfois contradictoires, puisque P. Mattej76 rapprochait plutôt Giovenco de Iuuentas, nymphe à qui il supposait que le temple était consacré et dont le culte se serait organisé autour d’une fontaine dans laquelle les prêtres se seraient baignés. M. De’ Spagnolis77 avance de manière tout aussi infondée l’idée qu’il s’agisse en réalité du temple de Diana lui-même attesté, nous l’avons dit, par l’épigraphie, lequel aurait été dédié par la suite à Isis. Aucun vestige archéologique permettant de valider l’une ou l’autre de ces hypothèses n’a jusqu’à présent été mis au jour dans cette zone. L’attribution de ce supposé temple à Iuuentas n’empêchait pas par ailleurs P. Mattej d’accorder foi à la tradition locale et il proposait pour sa part78 de situer le sanctuaire d’Isis dans le lieu-dit Marciano, mais sans étayer d’aucune façon cette suggestion et aucune découverte n’a pu être faite dans cette zone, aujourd’hui largement urbanisée79. C’est encore sur la tradition locale que s’appuyait cet érudit pour supposer l’existence d’un temple à Hercules dans l’actuel lieu-dit S. Nicola proche d’Itri, mais aucune source littéraire ou épigraphique n’en fait mention et aucun témoignage archéologique ne peut être pour l’heure invoqué80.

  • 81 Cassieri 2001a, 46.
  • 82 Cassieri 2001a, 74-75.
  • 83 De’ Spagnolis 1980, 25
  • 84 De’ Spagnolis 1986, 3 et 9-10.
  • 85 Arnaldi à paraître2.

23Enfin, ont été retrouvées à Formies de nombreuses statues de divinités, plus ou moins bien conservées, mais, à l’exception de la statue de Magna Mater du domaine de Rinchiusa (cf. fiche Gaeta. Rinchiusa (Fondo). Magna Mater), aucune n’est associée à un quelconque témoignage de lieu de culte et il faut supposer avec N. Cassieri81 que ces statues avaient une valeur ornementale plus que religieuse ; elles pouvaient appartenir au patrimoine décoratif des riches villas établies le long de la côte. Ainsi, les deux bustes découverts sur le territoire de la cité82 et interprétés généralement comme étant ceux d’Attis (ou plus rarement de Cautes et de Cautopates) ne peuvent-ils être invoqués, comme le fait M. De’ Spagnolis83, comme garants de l’existence d’un culte mithriaque et donc d’un mithraeum ; tout au plus peut-on affirmer, s’il s’agit d’Attis, que cette divinité était connue à Formies au iie s. ap. J.-C., date retenue pour ces deux sculptures. De même, M. De’ Spagnolis84 signale l’existence d’une statue d’Isis conservée au musée diocésain de Gaète, dont nous ignorons le lieu de provenance, ainsi que celle d’une statue de Tyche-Isis provenant d’une villa, mais ces deux statues doivent être interprétées comme des éléments de décoration et non comme des indices de lieux de culte. L’on ne peut guère non plus voir dans la dédicace, gravée sur une base de statue retrouvée à Formies (AE 1964, 220), à la diua Paulina, épouse de l’empereur Maximin le Thrace, un nouvel indice du culte impérial à Formies : la statue a peut-être en effet seulement une valeur honorifique et non pas cultuelle85.

  • 86 Momigliano 1969, 396-399 ; Bianchi 2010, 210.
  • 87 Bianchi 2010, 69-70.
  • 88 Zambelli 1968, 374, n. 35 ; De’ Spagnolis 2000, 140.
  • 89 Gasperini 1994b, 17.

24Sur le territoire de Formiae est connue la charge de rex sacrorum (AE 1995, 279) – que certains86 désignent comme un sacerdoce de tradition indigène – et celle, qui lui est vraisemblablement attachée, d’interrex87, à Formies même (CIL X, 6071 et 6101), mais aussi à Itri, au moins pour le ier s., comme en témoignent deux inscriptions88. Nous avons aussi témoignage de la corporation locale des Regales (CIL X, 6094 ; AE 1927, 124) qui a sans doute aussi rapport avec la dignité de rex sacrorum : celle-ci devait être octroyée pour une durée déterminée et lorsque celui qui la revêtait quittait ses fonctions, il rejoignait vraisemblablement le groupe de ceux qui avaient aussi exercé ce sacerdoce, les Regales89.

  • 90 Aurigemma 1926, 322, n. 6 ; Zambelli 1960, 454, n. 2 ; Solin 1996, 172, n. 7 ; Zucca 1998, 51, n. 8
  • 91 Panciera 1970, 124.
  • 92 Arnaldi 2007, 93 nt 81.

25L’épigraphie témoigne aussi d’Augustales90 (CIL X, 6104, 6112, 6113, 6115, 6116 ; XIV, 3690 ; AE 1927, 34, n. 124) et de magistri Augustales (CIL X, 6114 ; AE 1914, 224), ainsi que d’augures (CIL X, 6015 ; 6016 ; 6101 ; 6111 ; AE 1927, 126 ; AE 1962, 311). Sont en outre connus à Formies le magisterium de Iuppiter Optimus Maximus (CIL X, 6073), le sacerdoce de Magna Mater (CIL VI, 30972 ; X, 6074 ; 6075 ; AE 1969-1970, n. 119-120) et de Ceres (CIL X, 6103 – l’inscription CIL X, 6109, qui fait mention d’une prêtresse de Cérès est à caractère funéraire), celui d’Augusta et Patria (AE 1971, 79a), ainsi que le pontificat d’Hercules et de Sol91. A pu être considérée comme provenant de Formies une inscription faisant mention d’une sacerdos sans précision sur la divinité qu’elle servait (AE 1988, 76, n. 286), mais il semblerait que cette inscription provienne plutôt de Capoue92.

j.-c.l.

Époque chrétienne

  • 93 Ciampani 1995, 15-20.
  • 94 AASS, Nov. II.1, 71-73.
  • 95 303-304: Lanzoni 1927, 163-165; Josi 1950; Aubert 1971.
  • 96 Gasperini 1978, nrr. 20-30; 1995, nrr. 48-51.

26Prescindendo dai leggendari riferimenti all’ascendenza apostolica della chiesa locale93, la menzione del martire Erasmo contenuta nel Martirologio Geronimiano94 lascia ritenere che la prima diffusione del cristianesimo nel territorio di Formia non possa scendere oltre gli anni della persecuzione dioclezianea95. Poco più tardi, all’epoca di papa Silvestro (314-335), è documentata la donazione da parte dell’imperatore Costantino in favore della Chiesa di Capua di una possessio in territuriu Gaetano (LP I, 186), mentre diverse iscrizioni funerarie recuperate nell’area dell’attuale chiesa di S. Erasmo, alcune delle quali certamente pertinenti a sepolture cristiane, possono datarsi tra il IV e il V sec.96.

  • 97 Mansi VII, 1171.
  • 98 Mansi VIII, 235; 252; 315.
  • 99 Fiocchi Nicolai 2002, 178-179, nt. 55.
  • 100 Gasperini 1996.
  • 101 Chiusano 2007.
  • 102 Mansi X, 865.
  • 103 Mansi XI, 299-300.

27La più antica attestazione dell’esistenza di una diocesi a Formia risale al concilio tenutosi a Roma nel 487, al quale intervenne il vescovo formiano Martinianus97. Successivamente, un vescovo Adeodatus firmò ai concili romani tra il 499 e il 50298, mentre un vescovo Andrea, forse formiano se non di Fondi99, morì attorno al 529 dopo 27 anni di episcopato, come si leggeva in un epitaffio presso la cattedrale di Gaeta, ora perduto100 (CIL X, 6218). Dalle lettere di Gregorio Magno101 si conosce un vescovo Bacauda, menzionato per la prima volta nel 590 (Gregorio Magno, Reg. 1, 4 = MGH, Epistolae, 1, 4-5), quando il papa ne estese l’autorità episcopale sulla vicina diocesi di Minturno, a seguito dei disordini provocati dalle razzie longobarde (Gregorio Magno, Reg. 1, 8 = MGH, Epistolae, 1, 10). Il medesimo vescovo conta altre due menzioni nelle lettere di Gregorio Magno: l’una nel 591, quando fu inviato insieme al fondano Agnello a dirimere una controversia con gli ebrei di Terracina (Gregorio Magno, Reg. 2, 6 = MGH, Epistolae, 1, 104-105); l’altra nel 594, quando, su richiesta del presule, il papa ordinò al clero formiano, rifugiatosi in Sicilia, di rientrare nella propria sede (Gregorio Magno, Reg. 4, 42 = MGH, Epistolae, 1, 278). Morto Bacauda nel 597, Gregorio scrisse ad Agnello affinché visitasse la diocesi di Formia e agevolasse l’elezione del nuovo vescovo tra i membri del clero locale (Gregorio Magno, Reg. 7, 16 = MGH, Epistolae, 1, 459-460). Ancora nel 598 lo stesso Gregorio scrisse ad Alvinus, successore di Bacauda, affinché concedesse reliquie per una nuova fondazione ecclesiastica (Gregorio Magno, Reg. 9, 45 = MGH, Epistolae, 2, 72-73). Altri due vescovi di Formia firmarono ad altrettanti concili romani nel corso del VII sec.: Bonitus nel 649102 e Adeodatus II nel 680103.

  • 104 Delogu 1988, 191; Marazzi 1998a, 36; Ciampani 1995, 35.
  • 105 Kehr 1935, 85; Cardi 1995; Zanini 1998, 162 e 271.
  • 106 Zanini 1998, 64-66; Savino 2005, 126-133, 217-218.
  • 107 Marazzi 1991.
  • 108 Gay 1901; Sennis 1996, 33-41; Marazzi 1998a, 34-35; Zanini 1998, 271.

28Per il periodo successivo, non è certo se sia da localizzare presso la città di Formia la Massa Formias, costituita domusculta per iniziativa di papa Zaccaria104 (741-752: LP I, p. 435). Nel corso dell’VIII sec. era andato consolidandosi l’insediamento bizantino di Gaeta, già porto legato alla città di Formia, ormai configuratosi come un castrum105. Si è sostenuto che, negli stessi anni, l’evolversi degli equilibri politici risalenti allo stanziamento longobardo in Campania106, anche a seguito dei dissidi tra Bisanzio e Roma per la questione iconoclasta107, avessero condotto il territorio di Formia e Gaeta, come buona parte del settore costiero del Lazio meridionale, a gravitare nell’area di influenza del ducato bizantino di Napoli108; effettivamente, una fonte della seconda metà dell’VIII sec. accomuna la condizione delle città di Terracina, Gaeta e Napoli, descrivendole quasi come enclaves bizantine in territorio longobardo: Istas civitates sunt Romanorum, in Benefentis sunt, sed tamen Romanis sunt subditi («Queste città sono ‘romane’ [scil., bizantine]: si trovano in territorio beneventano, ma comunque dipendono dai ‘Romani’ [scil., dai Bizantini]»: Vita Wilibaldi episcopi Eichstetensis = MGH, Scriptores XV.1, 92-93). Tra il 764 e il 766, papa Paolo I lamentava la sottrazione ad opera dei Napoletani e dei Gaetani delle proprietà pontificie della Campania bizantina (Codex Carolinus, 37 = MGH, Epistolae, 3, 549-550); nel 778 il Patrizio bizantino di Sicilia risiedeva nel «Castro Caietano» e cospirava con gli abitanti di Terracina e con i Longobardi di Benevento ai danni dei territori pontifici (Codex Carolinus, 61 = MGH, Epistolae, 3, 588): pare, evidente che in quest’epoca la Chiesa di Roma non potesse disporre liberamente del proprio patrimonio nella zona di Gaeta.

  • 109 Gay 1901, 502; Marazzi 1994, 265, nt 43; Feniello 2011.
  • 110 Gay 1901, 501-504; Zanini 1998, 271.
  • 111 Gay 1901, 504; von Falkenhausen 1983, 348. Contra: Delogu 1988, 193-194; Marazzi 1998a, 35-36.
  • 112 Aubert 1971, 1083; Frecentese 1995, 62; Frecentese 1996, 14.
  • 113 Delogu 1988, 191; Marazzi 1994, 265, nt 43; Marazzi 1998b, 131.

29Tra fine VIII e inizi IX sec., mentre il pericolo saraceno iniziava a profilarsi all’orizzonte109, i Gaetani approfittarono di un vuoto di potere da parte bizantina per guadagnarsi una graduale autonomia, tessendo alleanze con Roma, che intanto rilanciava la propria politica territoriale con il sostegno dei Franchi110. Il papato recuperò così i possedimenti del patrimonium Caietanum, forse con il compromesso di amministratori selezionati tra i notabili locali111; non è certo se tra i notabili gaetani fosse eletto anche il vescovo Campolus (787-788 ca.), che per primo sembra essersi allontanato da Formia per risiedere ufficialmente a Gaeta112, definendosi episcopus civitatis caietanae (Codex Carolinus, 80 = MGH, Epistolae, 3, 612). È probabile che risalga a Leone III (795-816) la fondazione presso l’antica Minturnae della città di Leopoli, scelta come sede amministrativa del patrimonio papale nell’area di Gaeta113: il fervore costruttivo di età carolingia riscontrabile in molti edifici di culto del Lazio meridionale costiero, tra i quali il santuario di S. Erasmo a Formia, può forse riflettere i rinnovati interessi pontifici nella zona.

  • 114 Marazzi 1998b, 132-133; Wolf 2014.
  • 115 Delogu 1988, 192. Contra: Frecentese 1996, 18-29.
  • 116 Delogu 1988, 192; Ciampani 1995, 38 e 40.

30Nella seconda metà del secolo, mentre si registra a Gaeta l’ascesa dell’ipato Docibile, che giunse a concentrare gradualmente nelle proprie mani il potere politico e la gestione del locale patrimonio pontificio114, si consumò la crisi di Formia come centro urbano, tradizionalmente attribuita alla devastazione saracena115: dopo l’866 il Castrum Caietae, ormai sede stabile del vescovo, passò al rango di civitas, mentre dall’867 Formiae scomparve definitivamente dal titolo episcopale116.

  • 117 in sintesi, Nieddu 2010.
  • 118 Ronzani 2009, 198-199.
  • 119 Testini, Cantino Wataghin, Ermini Pani 1989.
  • 120 Sulle caratteristiche di Formiae romana, sino al tardo impero: De Rossi 1985, 145-154; Sommella, Mi (...)
  • 121 Gasperini 1978; Veselý 1982; Punzo, Miele, Frecentese 1992; Ciampani 1995; Gasperini 1995.
  • 122 Gasperini 1978, nr. 33 e 35.

31Nulla si conosce delle prime attestazioni monumentali del cristianesimo formiano, fatta eccezione per quanto emerso dagli scavi presso l’attuale parrocchia di S. Erasmo117. Di certo, una chiesa episcopale doveva esistere almeno dal V sec., quando si data la prima menzione della diocesi. Un passo tratto dalla lettera che Gregorio Magno scrisse al vescovo Bacauda nel 590 è stato generalmente utilizzato per sostenere lo status di «cattedrale» assunto nel VI sec. dal santuario martiriale suburbano di S. Erasmo: (...) Formianae ecclesiae, in qua corpus beati Erasmi martyris requiescit, cuique fraternitas tua praesidet (...) (Gregorio Magno, Reg. 1, 8 = MGH, Epistolae, 1, 10). Tale passo, tuttavia, sembra piuttosto da ricollegare all’uso di indicare la comunità ecclesiastica presieduta dal vescovo con un riferimento al martire locale118 e non fornisce alcun elemento riguardo alla consistenza delle istallazioni cultuali esistenti nel VI sec. in corrispondenza del sepolcro venerato. È dunque molto probabile che, come di norma, la chiesa episcopale di Formia si trovasse all’interno del perimetro urbano119, in un luogo ancora da identificare120. Presso il suburbio occidentale della città, subito fuori della porta settentrionale dell’acropoli (fig. 55), si estendeva, invece, un sepolcreto, probabilmente già attivo tra il III e il IV sec. e frequentato anche dalla locale comunità cristiana121; presso tale sepolcreto fu deposto il corpo del martire Erasmo, forse vittima della persecuzione dioclezianea. La sepoltura venerata del martire fu presto oggetto di culto e divenne col tempo fulcro di un prestigioso santuario; piuttosto dubbi risultano i casi di due epitaffi in cui si è proposto di leggere la menzione di altrettanti vescovi, rinvenuti nell’area della chiesa di S. Erasmo e datati attorno al V-VI sec.122.

a.v.

32Les lieux de culte attestés dans la cité et son territoire se répartissent comme suit:

33Époque romaine
LIEUX DE CULTE URBAINS
a. Lieux de culte publics
Formia. Piazze Mattej et Bonomo. Capitolium
Formia. Spiaggia di Mola. Fontanus
Formia. Via Rubino. Divinité inconnue
LIEUX DE CULTE EXTRA-URBAINS
a. Lieux de culte publics
Formia. Vindicio, loc. Aedes Apollinis
Gaeta. SS. Trinità. Divinité inconnue
Itri. S. Cristoforo, loc.
Divinité inconnue
Itri. Valle d’Itri, loc. Aedes Dianae
b. Lieux de culte privés
Gaeta. Rinchiusa (Fondo). Magna Mater
LIEUX DE CULTE DE LOCALISATION INCERTAINE OU INCONNUE
Localisation incertaine (Formia). Aedes Iouis
Localisation incertaine (Formia). Fortuna
Localisation inconnue (Formia). Aedes Neptuni
Localisation inconnue (Formia). Augusta, Patria (temple unique ?)
Localisation inconnue (Formia). Ceres
Localisation inconnue (Formia). Lucus. Divinité inconnue
Localisation inconnue (Formia). Mater Deum
Localisation inconnue (Gaeta). Genius
Localisation inconnue (Gaeta). Magna Mater / Mater Deum

34Époque chrétienne
Formia. S. Erasmo. Ecclesia

Bibliographie

AASS, Nov. II.1: Acta Sanctorum Novembris, tomi II pars prior, edentibus Iohanne Baptista de Rossi et Ludovico Duchesne, Bruxellis, 1894.

Amante 1924: B. Amante, Fra Diavolo e il suo tempo, Naples, 1924.

Arnaldi 2007: A. Arnaldi, «Sacerdozi municipali a Formiae», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1999), 7, Marina di Minturno, 2007, 81-93.

Arnaldi à paraître2: A. Arnaldi, «Il culto imperiale a Formiae», Formianum, Atti del Convegno di Studi sull’antico territorio di Formia (2002), 10, Marina di Minturno, à paraître.

Aubert 1971: R. Aubert, s.v. «Formies», Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, 17, Paris, 1971, 1082-1083.

Aurigemma 1926: S. Aurigemma, «Formia. Scoperte epigrafiche occasionate dai lavori per il prolungamento di via Vitruvio nel giardino della Signora Chiara Sorreca in Tardone», NSA, 1926, 309-327.

Aurigemma, Bianchini, De Santis 1957: S. Aurigemma, A. Bianchini, A. De Santis, Circeo, Terracina, Fondi. Itinerari dei musei e monumenti d’Italia, Rome, 1957.

Aurigemma, De Santis 1964: S. Aurigemma, A. De Santis, Gaeta, Formia, Minturno, Rome, 1964 (2e éd).

Bianchi 2010: E. Bianchi, Il rex sacrorum a Roma e nell’Italia antica, Milan, 2010.

Bianchini 1969: A. Bianchini, Romani e Volsci nella regione pontina, Priverno, 1969.

Carbonara, Messineo 1998: A. Carbonara, G. Messineo, Via Appia – III. Da Cisterna a Minturno, Rome, 1998.

Cardi 1995: L. Cardi, «Castrum Caietae (secoli VI-IX)», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1994), 2, Marina di Minturno, 1995, 79-84.

Cassieri 1996: N. Cassieri, «Primi interventi di scavo archeologico e di conservazione nella villa romana di Gianola», Formianum, Atti del Convegno di Studi sull’antico territorio di Formia (1995), 3, Marina di Minturno, 1996, 27-33.

Cassieri 2001a: N. Cassieri, Il Museo archeologico di Formia, Marina di Minturno, 2001.

Cassieri 2001b: N. Cassieri (éd.), Via Vitruvio, una strada lunga duemila anni, Rome, 2001.

Cassieri 2003: N. Cassieri, «Formia: recenti acquisizioni», in J. Rasmusbrandt, X. Dupré Raventós, G. Ghini (éd.), Lazio e Sabina, 1, Primo Incontro di Studi sul Lazio e la Sabina. Atti del Convegno, Rome, 28-30 janvier 2002, Rome, 2003, 221-228.

Cassieri 2006: N. Cassieri, La Grotta di Tiberio e il Museo Archeologico Nazionale, Sperlonga, Rome, 2006.

Cassieri 2015: N. Cassieri, «Formiae. Note di topografia antica», in Ead. (éd.), Formiae. Una città all’inizio dell’impero. Bimillenario della morte di Augusto, Formia, 2015, 11-22.

Chiusano 2007: G. Chiusano, «Gregorio Magno e le diocesi di Fondi, Terracina, Formia e Minturno», in L. Pani Ermini (éd.), L’orbis christianus antiquus di Gregorio Magno. Convegno di studi, Roma, 26-28 ottobre 2004, 2, Rome, 2007, 437-453.

Ciampani 1995: M. Ciampani, L’ex-cattedrale di S. Erasmo a Formia. Tentativo di riassunto degli scavi condotti da P. Veselý sotto la chiesa, Rome, 1995.

Ciccone 1982: S. Ciccone, «Indicazioni sul ‘Formianum’ di Cicerone presso l’Appia», in R. Lefevre (éd.), Il Lazio nell’ antichità romana, Rome, 1982, 527-538.

Ciccone 1994b: S. Ciccone, «La via Appia nell’evoluzione del sistema urbano di Formia nell’antichità e nel medioevo», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1994), 2, Marina di Minturno, 1994, 43-55.

Ciccone 2001: S. Ciccone, «Ipotesi restitutiva di Formiae e del suo territorio nei primi secoli dell’Impero», in N. Cassieri, Il Museo archeologico di Formia, Marina di Minturno, 2001, 80.

Cifarelli 2012: F. M. Cifarelli, «Tecniche costruttive nel Lazio del tardo ellenismo: la cd. opera poligonale di IV maniera bugnata», in L. Attenni et D. Baldassarre (éd.), Quarto seminario internazionale di studi sulle mura poligonali, Palazzo Conti Gentili, [Alatri], Atti del Convegno (2009), Rome, 2012.

Coarelli 1982: F. Coarelli, Lazio, Rome-Bari, 1982.

Colombini 1966: A. Colombini, «Un edile di Formia costruttore di alcuni edifici cittadini», Athenaeum 44, 1966, 137-141.

Conticello 1978: B. Conticello, Antiquarium di Formia, Formies, 1978.

Corbo, Corbo 1985: P. Corbo, M.C. Corbo, Gaeta - La storia, vol. 1, Tra Bisanzio e Roma: dalle origini alle prime decenni del mille, Gaète, 1985.

Curci 1994: F.N. Curci, «Formia prima dell’avvento dei Romani», Formianum, Atti del Convegno di Studi sull’antico territorio di Formia (1993), 1, Marina di Minturno, 1994, 21-31.

Delogu 1988: P. Delogu, «Il Ducato di Gaeta», Storia del Mezzogiorno, 2.1, Il Medioevo, Naples, 1988, 191-236.

De Rossi 1980: G.M. De Rossi, Lazio meridionale. Itinerari archeologici, Rome, 1980.

De Rossi 1985: G.M. De Rossi, Lazio Meridionale, Rome, 1985.

De Sanctis 1964: G. De Sanctis, Storia dei Romani, Florence, 1964.

De’ Spagnolis 1977: M. De’ Spagnolis, Itri, Itri, 1977.

De’ Spagnolis 1980: M. De’ Spagnolis, Il mitreo di Itri, Études préliminaires aux religions orientales dans l’empire romain, Nuovi Ritrovamenti, 86, Leiden, 1980, 1-33.

De’ Spagnolis 1986: M. De’ Spagnolis, Le Sculture del Museo Diocesano di Gaeta, Rome, 1986.

De’ Spagnolis 2000: M. De’ Spagnolis, «Iscrizioni di nuovo rinvenimento ad Itri relative alla gens Allidia e alla gens Ummidia», Formianum, Atti del Convegno di Studi sui giacimenti culturali del Lazio meridionale (1997), 5, Marina di Minturno, 2000, 137-141.

Di Fazio 2006: M. Di Fazio, Fondi ed il suo territorio in età romana. Profilo di storia economica e sociale, British Archeological Reports. International series, 1481, Oxford, 2006.

Feniello 2011: A. Feniello, Sotto il segno del leone. Storia dell’Italia musulmana, Bari, 2011.

Fiocchi Nicolai 2002: V. Fiocchi Nicolai, «I monumenti paleocristiani di Fondi attraverso gli scritti di Gregorio Magno», in Piscitelli Carpino 2002a, 165-191.

Formia 1977: AA. VV., Formia archeologica. Guida per il turista e lo studioso in cerca di antiche testimonianze, Formies, 1977.

Frecentese 1995: R. Frecentese, «Il vescovato formiano tra Bizantini e Papato in età carolingia», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1994), 2, Marina di Minturno, 1995, 59-67.

Frecentese 1996: R. Frecentese, «Gregorio Magno e la diocesi di Formia», in Id., Studi e ricerche sul territorio di Formia, Marina di Minturno, 1996, 75-90.

Gasperini 1978: L. Gasperini, «Le scoperte epigrafiche sotto S. Erasmo a Formia», in L. Gasperini (éd.), Scritti storico-epigrafici in memoria di Marcello Zambelli, Rome, 1978, 123-165.

Gasperini 1994a: L. Gasperini, «La dedica sacra CIL X, 6076 ritrovata» , Formianum, Atti del Convegno di Studi sull’antico territorio di Formia (1993), 1, Marina di Minturno, 1994, 35-39.

Gasperini 1994b: L. Gasperini, «Vecchie e nuove epigrafi romane di Gaeta», Formianum, Atti del Convegno di Studi sull’antico territorio di Formia (1994), 2, Marina di Minturno, 1994, 11-24.

Gasperini 1995: L. Gasperini, «Formiana Epigraphica», Miscellanea Greca e Romana, 19, 1995, 281-306.

Gasperini 1996: L. Gasperini, «Sul vescovo Andrea dell’elogio funebre CIL X, 6218», Formianum. Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1995), 3, Marina di Minturno, 1996, 71-75.

Gay 1901: J. Gay, «L’État Pontifical, les Byzantins et les Lombards sur le littoral campanien (d’Hadrien I à Jean VIII)», Mélanges d’archéologie et d’histoire, 21, 1901, 487-508.

Gregori, Mandatori 2013: G.L. Gregori, G. Mandatori, «Ricerche epigrafiche nel Lazio meridionale, 1. Gaeta, santuario della SS. Trinità (o della Montagna Spaccata)», Scienze dell’Antichità, 19, 1, 2013, 259-269.

Huelsen 1987: Ch. Huelsen, s.v. «Caietae portus», RE III(1), 1987, coll. 1323-1324.

Humbert 1978: M. Humbert, Municipium et ciuitas sine suffragio. L’organisation de la conquête jusqu’à la guerre sociale, Collection de l’École française de Rome, 36, Rome, 1978.

Josi 1950: E. Josi, s.v. «Formia», Enciclopedia Cattolica, 5, Florence, 1950, 1521-1522

Kehr 1935: P.F. Kehr, Italia Pontificia, VIII, Berlin, 1935.

Kubitschek 1972: J.W. Kubitschek, Imperium Romanorum tributim discriptum, Studia Historica, 121, 1889, réed. 1972.

Laaksonen 1990: H. Laaksonen, «Formiae. Zur Geschichte einer italischen Landstadt», Roman Eastern Policy and Other Studies in Roman History, Helsinki, 1990, 163-174.

Laaksonen 1996: H. Laaksonen, «Ordo et populus Formianus», in H. Solin (éd.), Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, Acta Instituti Romani Finlandiae, 15, Rome, 1996, 129-153.

Lafon 1979: X. Lafon, «La voie littorale Sperlonga-Gaeta-Formia», MEFRA, 91, 1979, 399-429.

Lafon 1981: X. Lafon, «A propos des villas de la zone de Sperlonga», MEFRA, 93, 1981, 297-353.

Lanzoni 1927: F. Lanzoni, Le diocesi d’Italia dalle origini al principio del secolo VII (an. 604), Studi e Testi, 35, Faenza, 1927.

Longo 2009: P. Longo, «Iscrizioni edite e inedite da Gaeta», in Theodor Mommsen e il Lazio antico. Giornata di Studi in memoria dell’illustre storico, epigrafista e giurista, Terracina, 3 aprile 2004, Rome, 2009, 119-150.

Mansi VII: G.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio. Tomus septimus. Ab anno CCCCLII ad annum CCCCXCII inclusive, Florentiae, 1762.

Mansi VIII: G.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio. Tomus octavus. Ab anno CCCCXCII ad annum DXXXVI, Florentiae, 1762.

Mansi X: G.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio. Tomus decimus. Ab anno DCX ad annum DCLIII, Florentiae, 1764.

Mansi XI: G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio. Tomus undecimus. Ab anno DCLIII ad annum DCLXXXVII, Florentiae, 1765.

Marazzi 1991: F. Marazzi, «Il conflitto fra Leone III Isaurico e il Papato fra il 725 e il 733, e il ‘definitivo’ inizio del medioevo a Roma: un’ipotesi in discussione», Papers of the British School at Rome, 49, 1991, 231-257.

Marazzi 1994: F. Marazzi, «Le ‘città nuove’ pontificie e l’insediamento laziale nel IX sec.», in R. Francovich, G. Noyé (éd.), La storia dell’Alto Medioevo italiano (VI-X sec.) alla luce dell’archeologia, Atti del Convegno Internazionale, Siena, 2-6 dicembre 1992, Florence, 1994, 251-277.

Marazzi 1998a: F. Marazzi, «Proprietà pontificie lungo il litorale tirrenico laziale (secoli VIII-X)», in M.G. Lauro (éd.), Castelporziano, III, Campagne di scavo e restauro 1987-1991, Rome, 1998, 33-37.

Marazzi 1998b: F. Marazzi, I «Patrimonia Sanctae Romanae Ecclesiae» nel Lazio (secoli IV-X). Struttura amministrativa e prassi gestionale, Rome, 1998.

Mattej 1867-1869: P. Mattej, L’Ausonia, ovvero storia cronologica antica e moderna delle principali città ora componenti il distretto di Gaeta, 2, Naples 1867-1869, manuscrit conservé à la bibliothèque Vallicelliana de Rome (n° inv. T 118-119).

Mesolella 1994: G. Mesolella, «Il reimpiego di spoglie antiche nella chiesa di S. Maria in Castagneto a Formia», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1993), 1, Marina di Minturno, 1994, 69-75.

Mesolella 2012: G. Mesolella, La decorazione architettonica di Minturnae, Formiae, Tarracina. L’età augustea e giulio-claudia, Rome, 2012.

Miele 1976: A.G. Miele, «Il tempio di Giano a Formia», Lazio ieri e oggi, 1976, 229-231.

Miele, Frecentese 1995: A.G. Miele, R. Frecentese, Formia. Itinerario tra origini e Alto Medioevo. Storia e Monumenti, Rome, 1995.

Miltner 1939: H. Miltner, «Trichila», RE, 7 A, col. 84.

Momigliano 1969: A. Momigliano, Quarto contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, 1969.

Nicosia 1995: A. Nicosia, Il Lazio meridionale tra antichità e medioevo. Aspetti e problemi, Marina di Minturno, 1995.

Nieddu 2010: A.M. Nieddu, «Formia. S. Erasmo», AAVV, Santuari d’Italia. Lazio, Rome, 2010, 160-161.

Notarianni 1814: F.A. Notarianni, Viaggio per l’Ausonia, Giornale enciclopedico di Napoli, 7, 11, Naples, 1814.

Orlandi 2012: S. Orlandi, «Pomona epigrafica», in S. Demougin et J. Scheid (éd.), Colons et colonies dans le monde romain, Rome, 2012.

Panciera 1970: S. Panciera, «Iulius Aurelianus, consularis Bithyniae, consularis Campaniae, in una epigrafe da Formia», Rend. Acc. Naz. Lincei, 8, 25, 3-4, 1970, §121-129, 1011-1017.

Pratilli 1745: F.M. Pratilli, Della via Appia riconosciuta e descritta da Roma a Brindisi, IV, Naples, 1745.

Punzo, Miele, Frecentese 1992: A. Punzo, A.G. Miele, R. Frecentese, Il santuario del martire Erasmo a Formia. Storia ed archeologia del complesso martiriale e ricognizione del graffito rinvenuto sulla mensa, Gaète, 1992.

Quilici 1989: L. Quilici, Via Appia, della pianura pontina a Brindisi, Rome, 1989.

Quilici 2002: L. Quilici, «La valorizzazione della via Appia al valico di Itri», in L. Quilici, S. Quilici Gigli (éd.), La via Appia. Iniziative e interventi per la conoscenza e la valorizzazione da Roma a Capua, Atlante tematico di topografia antica, 11, Rome, 2002, 107-146.

Quilici 2003-2004: L. Quilici, «La via Appia dans la gorge d’Itri et le temple d’Apollo Fundanus», Caesarodunum, 37-38, 2003-2004, 467-481.

Quilici 2004b: L. Quilici, «Santuari, ville e mausolei sul percorso della via Appia al valico degli Aurunci», in L. Quilici, S. Quilici Gigli (éd.), Viabilità e insediamenti nell’Italia antica, Atlante tematico di topografia antica, 13, Rome, 2004, 441-543.

Ronzani 2009: M. Ronzani, «L’organizzazione territoriale delle chiese», Città e Campagna nei secoli altomedievali, Settimane di Studio della Fondazione Centro Italiano di studi sull’Alto Medioevo, 56, Spoleto, 27 marzo - 1 aprile 2008, Spolète, 2009, 191-217.

Saccoccio 2002: A. Saccoccio, Itri nei tempi, Fondi, 2002.

Salmon 1982: E.T. Salmon, The Making of Roman Italy, Londres, 1982.

Savino 2005: E. Savino, Campania tardoantica (284-604 d.C.), Bari, 2005.

Sennis 1996: A. Sennis, «Un territorio da ricomporre: il Lazio tra i secoli IV e XIV», Atlante storico-politico del Lazio, Rome-Bari, 1996, 29-62.

Solin 1996: H. Solin, «Appunti sulla produzione epigrafica di Formiae», Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, Acta Instituti Romani Finlandiae, 15, Rome, 1996, 155-186..

Sommella, Migliorati 1988: P. Sommella, L. Migliorati, Italia antica. L’urbanistica romana, Rome, 1988.

Testini, Cantino Wataghin, Pani Ermini 1989: P. Testini, G. Cantino Wataghin, L. Pani Ermini, «La cattedrale in Italia», Actes du XIe Congrès International d’archéologie chrétienne, Lyon, Vienne, Grenoble, Genève, Aoste, 21-28 septembre 1986, Rome, 1989, 5-87 et 89-229.

Venditti 2011: C.P. Venditti, Le villae del Latium adjectum. Aspetti residenziali delle proprietà rurali, Bologne, 2011.

Veselý 1982: J.M. Veselý, «Sant’Erasmo di Formia. Scavi archeologici di salvataggio nella ex-cattedrale del santo», Il Paleocristiano nel Lazio costiero meridionale, Atti del Convegno, Formia, 3-4 maggio 1980, (Bessarione, quaderno 3. La cristologia nei Padri della Chiesa), Rome, 1982, 129-220.

Villa 1994: G. Villa, «Formia tra l’età tardo antica e l’alto medioevo. Note di storia urbana», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1993), 1, Marina di Minturno, 1994, 57-65.

von Falkenhausen 1983: V. von Falkenhausen, «I Longobardi meridionali», in A. Guillou, F. Burgarella, V. von Falkenhausen (éd.), Il Mezzogiorno dai Bizantini a Federico II, Turin, 1983, 249-326, 339-364.

Wolf 2014: K. Wolf, «Gli hypati di Gaeta, papa Giovanni VIII e i Saraceni: tra dinamiche locali e trans regionali», Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 116, 2014, 25-60.

Zambelli 1960: M. Zambelli, «Due iscrizioni inedite di Formia», Parola del Passato, 15, 1960, 450-457.

Zambelli 1968: M. Zambelli, «Iscrizioni di Formia, Gaeta e Itri», Seconda Miscellanea Greca e Romana, 19, 1968, 335-378.

Zanini 1998: E. Zanini, Le Italie bizantine. Territorio, insediamenti ed economia nella provincia bizantina d’Italia (VI-VIII secolo), Bari, 1998.

Zucca 1998: R. Zucca, «Le basi onorarie di Formiae», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1996), 4, Marina di Minturno, 1998, 49-56.

Zucca 2000: R. Zucca, «Gli edifici di Formiae nella documentazione letteraria ed epigrafica», Formianum, Atti del Convegno di Studi sui giacimenti culturali del Lazio meridionale (1997), 5, Marina di Minturno, 2000, 55-58.

Notes

1 Conticello 1978, introduzione ; Corbo, Corbo 1985, X ; Curci 1994, 21-22.

2 Solin 1996, 155-156.

3 Coarelli 1982, 359 ; Curci 1994, 24-25 ; Laaksonen 1996, 129-130.

4 Curci 1994.

5 Cf. De Sanctis 1964, 265 ; Bianchini 1969, 24 ; Curci 1994, 29 ; Di Fazio 2006, 14 ; 2014, 253.

6 Curci 1994, 23.

7 Cifarelli 2012 ; Gregori-Mandatori 2013, 264 contra Zucca 2000, 56.

8 Laaksonen 1990.

9 Humbert 1978, 136, 173, 195.

10 Salmon 1982, 50, 162-164.

11 Humbert 1978, 196 ; 375-376.

12 De Rossi 1980, 148 ; Ciccone 1994b, 48.

13 Laaksonen 1996, 132-133.

14 Coarelli 1982, 357.

15 Solin 1996, 156 nt 3.

16 Huelsen 1987.

17 Saccoccio 2002, 13-15 ; Quilici 2004b, 480, nt 128.

18 Cf. De’ Spagnolis 1977, 14-15 ; Cassieri 2006, 6.

19 Aurigemma, Bianchini, De Santis 1957, 63 ; De’ Spagnolis 1977, 16 ; Quilici 1989, 32 ; Carbonara, Messineo 1998, 139. Contra Quilici 2002, 107 nt 2 et 2004b, 481, qui fait dériver le nom d’un terme grec médiéval désignant la Vierge, et Saccoccio 2002, 20 qui, en référence à Amyclae, propose de le rattacher à Hydrus.

20 Quilici 2002, 114 ; 2003-2004, 475 ; Saccoccio 2002, 18.

21 De’ Spagnolis 1977, 30.

22 Solin 1996, 157.

23 Cassieri 2006, 6.

24 Cf. Kubitschek 1972, 19 ; Humbert 1978, 350.

25 Zambelli 1960, 450, n. 1.

26 Humbert 1978, 356-360. Contra Laaksonen 1996, 134.

27 Humbert 1978, 306-307.

28 Zucca 1998, 49.

29 Zucca 2000, 56.

30 Coarelli 1982, 361 ; Ciccone 2001, 80.

31 Lafon 1979, 409-413 et 417-418 ; Coarelli 1982, 340-342 Corbo, Corbo 1985, VI ; Cassieri 2006, 6-7.

32 Laaksonen 1996, 130.

33 Aurigemma, De Santis 1964, 33-34 ; De Rossi 1980, 150-152 ; Lafon 1981 ; Coarelli 1982, 354-356 et 364-366 ; Corbo, Corbo 1985, VII ; Cassieri 2001b, 11-18 ; 2006, 10 ; Venditti 2011, 57, 212-215.

34 Aurigemma, De Santis 1964, 32-33 ; De Rossi 1980, 143-144 ; Coarelli 1982, 367 ; Ciccone 1982, 527-529.

35 Corbo, Corbo 1985, VII.

36 De Rossi 1980, 154.

37 Aurigemma, De Santis 1964, 27-29 ; De Rossi 1980, 153 ; Cassieri 2003, 222 et 2006, 11.

38 Quilici 2003-2004, 476.

39 Colombini 1966.

40 Corbo, Corbo 1985, VIII.

41 Cassieri 2003, 227.

42 Cf. Laaksonen 1996, 137.

43 Zucca 1998, 49.

44 Zucca 1998, 49.

45 Aurigemma 1926, 321, n. 5 ; Gasperini 1994b, 16 n. 1.

46 Aurigemma 1926, 318, n. 2 et 320, n. 4.

47 Laaksonen 1996, 148.

48 Villa 1994, 57-58 ; Zucca 1998, 50 ; 2000, 58.

49 Laaksonen 1996, 152.

50 Corbo, Corbo 1985, VIII ; Villa 1994, 60 ; Nicosia 1995, 66.

51 Pratilli 1745, 142.

52 Arnaldi 1994, 29.

53 Solin 1996, 184, n. 17 ; Longo 2009, 122.

54 Longo 2009, 122.

55 Gasperini 1994a, 38.

56 Orlandi 2012, 418.

57 Zambelli 1968, 350, n. 5.

58 Miltner 1939.

59 Cassieri 2001a, 7.

60 De’ Spagnolis 1980 ; Quilici 2004b, 523.

61 De’ Spagnolis 1980, 16.

62 Saccoccio 2002, 45-46.

63 Mattej 1867-1869.

64 Saccoccio 2002, 66.

65 Carbonara, Messineo 1998, 143.

66 Saccoccio 2002, 101.

67 Quilici 1989, 32.

68 Miele 1976.

69 Formia 1977, chap. 16 ; Cassieri 1996 ; Carbonara, Messineo 1998, 156-157.

70 Miele 1976, 230.

71 Corbo, Corbo 1985, VII ; De’ Spagnolis 1986, 3.

72 Mesolella 1994, 74.

73 Saccoccio 2002, 128.

74 Saccoccio 2002, 114.

75 Notarianni 1814, 79 ; Amante 1924, 63-64 ; De’ Spagnolis 1977, 34 ; Saccoccio 2002, 113-114.

76 Mattej 1867-1869 in De’ Spagnolis 1977, 35.

77 De’ Spagnolis 1977, 34.

78 Mattej 1867-1869 in De’ Spagnolis 1977, 34.

79 Quilici 2004b, 485.

80 De’ Spagnolis 1977, 34.

81 Cassieri 2001a, 46.

82 Cassieri 2001a, 74-75.

83 De’ Spagnolis 1980, 25

84 De’ Spagnolis 1986, 3 et 9-10.

85 Arnaldi à paraître2.

86 Momigliano 1969, 396-399 ; Bianchi 2010, 210.

87 Bianchi 2010, 69-70.

88 Zambelli 1968, 374, n. 35 ; De’ Spagnolis 2000, 140.

89 Gasperini 1994b, 17.

90 Aurigemma 1926, 322, n. 6 ; Zambelli 1960, 454, n. 2 ; Solin 1996, 172, n. 7 ; Zucca 1998, 51, n. 8.

91 Panciera 1970, 124.

92 Arnaldi 2007, 93 nt 81.

93 Ciampani 1995, 15-20.

94 AASS, Nov. II.1, 71-73.

95 303-304: Lanzoni 1927, 163-165; Josi 1950; Aubert 1971.

96 Gasperini 1978, nrr. 20-30; 1995, nrr. 48-51.

97 Mansi VII, 1171.

98 Mansi VIII, 235; 252; 315.

99 Fiocchi Nicolai 2002, 178-179, nt. 55.

100 Gasperini 1996.

101 Chiusano 2007.

102 Mansi X, 865.

103 Mansi XI, 299-300.

104 Delogu 1988, 191; Marazzi 1998a, 36; Ciampani 1995, 35.

105 Kehr 1935, 85; Cardi 1995; Zanini 1998, 162 e 271.

106 Zanini 1998, 64-66; Savino 2005, 126-133, 217-218.

107 Marazzi 1991.

108 Gay 1901; Sennis 1996, 33-41; Marazzi 1998a, 34-35; Zanini 1998, 271.

109 Gay 1901, 502; Marazzi 1994, 265, nt 43; Feniello 2011.

110 Gay 1901, 501-504; Zanini 1998, 271.

111 Gay 1901, 504; von Falkenhausen 1983, 348. Contra: Delogu 1988, 193-194; Marazzi 1998a, 35-36.

112 Aubert 1971, 1083; Frecentese 1995, 62; Frecentese 1996, 14.

113 Delogu 1988, 191; Marazzi 1994, 265, nt 43; Marazzi 1998b, 131.

114 Marazzi 1998b, 132-133; Wolf 2014.

115 Delogu 1988, 192. Contra: Frecentese 1996, 18-29.

116 Delogu 1988, 192; Ciampani 1995, 38 e 40.

117 in sintesi, Nieddu 2010.

118 Ronzani 2009, 198-199.

119 Testini, Cantino Wataghin, Ermini Pani 1989.

120 Sulle caratteristiche di Formiae romana, sino al tardo impero: De Rossi 1985, 145-154; Sommella, Migliorati 1988, 130-131; Villa 1994; Miele Frecentese 1995; Savino 2005, 189-191; Mesolella 2012, 47-57; Cassieri 2015, 11-22.

121 Gasperini 1978; Veselý 1982; Punzo, Miele, Frecentese 1992; Ciampani 1995; Gasperini 1995.

122 Gasperini 1978, nr. 33 e 35.

Table des illustrations

Titre Fig. 54
Légende Le territoire de Formies
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 55
Légende Carte archéologique de Formies (Ciccone 2000).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteurs

Maître de conférences en histoire ancienne. Paris I (Panthéon-Sorbonne)
Archeologo

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr