Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 4

 | 
Cristina Ferrante
, 
Jean-Claude Lacam
, 
Daniela Quadrino

Fundi (Fondi)

Fundi (Fondi). Introduction

Jean-Claude Lacam et Daniela Quadrino

Texte intégral

Le territoire de Fundi

  • 1 Conte-Colino 1901, 15 ; Forte 1998, 13-15. Contra Quilici, Quilici Gigli 2007a, 80 qui propose de r (...)
  • 2 Di Fazio 2006, 1-2.

1Le nom de Fundi provient sans doute de la localisation de cette cité (fig. 1 et 3), située à basse altitude (8 m) sur le versant oriental d’une vallée fermée quasiment de tous côtés par les monts ausoniens et qui n’offrait d’ouverture que vers le sud, en direction de la mer1. Les limites du territoire de la Fundi romaine (fig. 3) ne nous sont pas connues avec certitude : s’il est à peu près assuré qu’à l’ouest, ce territoire s’étendait jusqu’à l’actuel canal Canneto et jusqu’au pied des montagnes qui en constituaient la frontière naturelle, la ligne de confins est, au nord et à l’est, un peu plus difficile à établir. Il semble bien toutefois que cette ligne au nord passait au-delà de Lenola (dont l’épigraphie nous assure que les habitants appartenaient à la même tribu que ceux de Fondi), pour épouser ensuite le relief, le long de la Valle Funnana, jusqu’au Monte Vele, puis le long des gorges de S. Andrea jusqu’au Monte Rauto et enfin, au sud, jusqu’à la villa de Tibère2.

Fig. 1

Fig. 1

Carte des peuples pré-romains (Salmon 1985).

© DR

Fig. 3a

Fig. 3a

Carte des territoires : Fondi, Formia, Minturno.

© DR

Fig. 3b

Fig. 3b

Carte de Ponza.

© DR

  • 3 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 172-204 et 264-278.
  • 4 Di Fazio 2004, 71-72 et 2006, 43 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 156.
  • 5 cf. Cassieri 2006, 6 ; Di Fazio 2006, 44-45 ; 51-56 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 159-160.

2Au cœur de ce territoire passait la uia Appia3 qui, de Terracine à Formies, longeait les pentes (la cité était située environ à mi-chemin de Rome et de Naples). Un accès à travers les montagnes était aussi possible jusqu’à la vallée du Sacco et du Liri. La présence humaine à Fondi s’explique par sa position privilégiée, qui faisait de son territoire, très fertile, un refuge dans une zone infestée de marécages4. Des vins réputés, le fundanum et surtout le caecubum, y étaient produits et largement exportés5 (Hor., Epo. 9, 1 39 ; O. 1, 20, 9-12 ; 1, 37, 5 ; 2, 14, 25 ; 3, 28, 3 ; S. 2, 8, 15 ; Mart., 13, 113 ; 13, 115 ; Plin., 3, 60 ; Str. 5, 3, 5-6 ; Vitr. 8, 3, 12)

Fondi préromaine

  • 6 Pallottino 1984, 67, repris par Di Fazio 2006, 14 et 2008b, 189.
  • 7 Sotis 1838, 5 ; Conte-Colino 1901, 11 ; Amante, Bianchi 1903, 23.
  • 8 Forte 1966, 89-91 ; 1998, 29-30.

3L’histoire de la Fondi préromaine nous est mal connue, à tel point qu’on a pu parler d’une « zone de silence » pour désigner son territoire à cette époque6. Certains érudits7 ont supposé que Fundi existait depuis fort longtemps déjà au moment où Rome voyait seulement le jour. Plus récemment M. Forte8 a considéré que la cité était née de la réunion de petits pagi préexistants et donc que son apparition était contemporaine de celle de Rome ou de peu antérieure. Mais ces hypothèses participent plus de la reconstruction inspirée par un sentiment d’orgueil local que de la réalité historique.

  • 9 Cancellieri 1984 ; Cébeillac-Gervasoni 1984 ; Di Fazio 2008c.
  • 10 sur ces propositions, cf. Forte 1998, 40 ; Quilici, Quilici Gigli 2006, 231-234 ; 2013, 51 ; Polito (...)
  • 11 Quilici, Quilici Gigli 2006 et 2007a.
  • 12 Trotta 1986-1987, 285-289.
  • 13 Polito 2008, 97.
  • 14 Quilici, Quilici Gigli 2006, 237 et 2007a, 77, 81.

4Par ailleurs, en dépit de quelques divergences, de nombreuses sources (Verg., En. 10, 564 ; Mart. 13, 115, 1 ; Tac. An. 4, 59 ; Plin., 3, 59 ; 14, 61 ; 8, 104 ; Sil. 8, 526-531 ; Ath. 3, 121a ; Sol. 2, 32) s’accordent pour localiser, dans la zone entre Terracine, Sperlonga et Fondi, le site de l’antique Amyclae (appelée aussi Amynclae ou Amunclae), cité légendaire fondée par Glaucus, Castor et Pollux, lesquels auraient conduit sur ce territoire ausonien des colons spartiates qui auraient fusionné avec la population locale9. Les commentateurs modernes ont situé diversement cette cité : à Sperlonga, sur les rives du lac de Fondi, à Vasche di Amicle (dans la zone de Salto di Fondi) où furent autrefois observées des ruines d’époque tardo-romaine aujourd’hui non visibles, ou encore près du canal de S. Anastasia10 ; une autre localisation a été proposée récemment : sur le mont Pianara, éminence culminant à 300 m au-dessus du niveau de la mer et située à environ 2,5 km à l’est de Fondi, où a été mis en évidence un habitat partiellement fortifié, étendu sur une superficie de 33 ha (chiffre toutefois jugé trop élevé par M. Di Fazio, notamment en comparaison avec les 13 ha de la Fundi romaine : Di Fazio 2007, 9 ; 2008b, 197), qui fut fréquenté du vie au ive s. av. J.-C.11. La disparition d’Amyclae, interprétée diversement par la légende (Serv. En. 10, 564 ; Sol. 2, 32-33 ; Sil. 8, 528 ; Varr. apud Plin. 8, 43, 104), a été rattachée à l’invasion osque ou volsque du territoire au cours du ive s. av J.-C. 12ou à l’échec de l’opération d’extension tarentine sur la côte tyrrhénienne au ive s. av. J.-C.13. Selon L. Quilici et S. Quilici Gigli, il est possible qu’un séisme ait contraint les habitants d’Amyclae à migrer de la montagne (mont Pianara) vers la plaine (site de Fondi), séisme qui aurait du reste aussi affecté l’habitat préexistant de Fondi et aurait conduit à reconstruire ce centre selon le modèle romain que l’on connaît14.

  • 15 Di Fazio 2006, 13-14 et bibliographie afférente.
  • 16 Di Fazio, Biella 2005, 56-57 ; Di Fazio 2006, 27 ; 2008b, 192.
  • 17 Di Fazio 2007, 9-12 ; 2008a, 54-55 ; 2008b, 198.
  • 18 Di Fazio, Biella 2005, 60, 64 ; Di Fazio 2007, 9-10 ; 2008b, 192-193.
  • 19 Di Fazio, Biella 2005, 64 ; Di Fazio 2006, 28 ; 2008b, 192-193 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 296.
  • 20 Di Fazio 2008b, 196.
  • 21 Di Fazio 2006, 28, envisage l’hypothèse d’une initiative de la classe dirigeante locale elle-même.
  • 22 Di Fazio 2006, 16.

5Quoi qu’il en soit, il est vrai qu’il n’existe à Fondi même quasiment aucune trace d’habitat antérieur à l’arrivée des Romains (si ce n’est quelques rares traces remontant principalement à la période néolithique et à l’Âge du Bronze15), ce qui pourrait être en accord avec l’habitude préromaine (attestée justement dans le Latium méridional et la Campanie) de choisir comme lieu d’implantation non pas la plaine, mais de préférence une hauteur constituant un rempart naturel contre d’éventuels agresseurs16, même si ces pratiques ne s’appliquent pas nécessairement partout. Ainsi paraît-il plausible, passant outre les spéculations légendaires (M. Di Fazio réfute l’idée d’une identification avec Amyclae, cité à laquelle il dénie toute historicité et dont il replace la légende dans le contexte d’expansion culturelle et politique de Tarente17), de situer la Fondi préromaine (ou du moins le centre fortifié où pouvaient se réfugier les habitants dispersés sur le territoire) sur le mont Pianara, qui jouissait d’une position stratégique particulièrement favorable18. Il est aussi raisonnable d’imaginer que le site fut par la suite abandonné au profit de la plaine, lorsque les exigences commerciales prévalurent sur les impératifs défensifs19 : Fondi aurait été alors un simple forum ou conciliabulum sur une voie de communication20. Toutefois certaines obscurités demeurent à ce jour : ainsi, il n’a pas encore été possible de mettre en évidence une trace quelconque en ces lieux de nécropole préromaine ; d’autre part, on ignore qui fut à l’origine de la migration vers la plaine21 et à quelle date eut lieu cette migration ; enfin et surtout, même si M. Di Fazio estime la question vaine étant donnée la mobilité des populations de cette époque22, nous ne savons toujours pas quel peuple habitait le mont Pianara : s’agissait-il de Volsques, d’Aurunques ou de Grecs ?

Les débuts de la conquête romaine

  • 23 Di Fazio 2008b, 197.
  • 24 Bianchini 1969, 24 ; Coarelli 1982, 336 ; Di Fazio, Biella 2005, 64 ; Di Fazio 2006, 18 ; 2007, 13  (...)
  • 25 Forte 1998, 40-41.
  • 26 Di Fazio 2001.
  • 27 selon Humbert 1978, 173 et 195 nt 146 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 295.
  • 28 selon Di Fazio 2006, 18, mais qui envisage l’hypothèse d’un octroi de la citoyenneté incomplète en (...)
  • 29 Humbert 1978, 196 ; Lo Cascio 2002, 2-6 ; Di Fazio 2006, 18-19 et nt 17.
  • 30 Di Fazio 2006, 19.
  • 31 Liv. 8, 19, 4-14 ; cf. Di Fazio 2006, 19-22 ; 2008a, 43-44 ; 2008b, 190.
  • 32 Di Fazio 2006, 20-21 ; 2008a, 44-45 ; 2008b, 196.

6Toujours est-il qu’au moment où elle est mentionnée pour la première fois dans les sources romaines (à l’issue de la guerre latine), il apparaît que Fondi (mais peut-être ne portait-elle pas encore ce nom23) est déjà devenue une cité volsque de quelque importance, après avoir sans doute appartenu aux Aurunques24 ; la présence étrusque à Fondi, soutenue par certains historiens25, semble en revanche à écarter26. Victime, comme sa voisine Formiae, de la reprise de la politique d’expansion romaine vers le sud, la cité, sur l’organisation de laquelle nous ne savons que peu de choses, passe rapidement sous l’emprise de Rome : en 334 av. J.-C.27 ou autour de 33128 ; la ciuitas sine suffragio lui est accordée en même temps qu’à Formies (Liv. 8, 14, 10-11 ; Vell. 1, 14, 3), en « récompense », selon Tite-Live, de son absence d’inimitié à l’égard des Romains durant la guerre latine : il s’agit en fait pour Rome de sécuriser le territoire29 que doit bientôt (en 312 av. J.-C.) traverser la uia Appia (dont le parcours s’infléchit pour passer au cœur de la cité). D’ailleurs, événement symptomatique du mépris que ses habitants accordaient à cette citoyenneté partielle (ressentie peut-être même comme une punition30), dès 330 av. J.-C., sous la conduite de Vitruuius Vaccus et conjointement à Priuernum31, Fundi se révolte, en vain : son sénat aurait alors, par crainte des représailles, ou peut-être parce qu’existait en son sein un parti pro-romain désireux d’intégration32, entamé des démarches d’allégeance.

  • 33 Humbert 1978, 200-201.
  • 34 Storchi Marino 2002, 23-27.
  • 35 Di Fazio 2006, 22-23 ; 2008b, 193
  • 36 Di Fazio 2008b, 193.
  • 37 datée de 222 av. J.-C. par Coarelli 1982, 338 et, avec quelque incertitude, par Di Fazio 2006, 31-3 (...)
  • 38 Laaksonen 1996, 132-133.
  • 39 Sherwin-White 1973, 66-67 ; Lo Cascio 2002, 12, nt 38. Contra Di Fazio 2006, 59.
  • 40 Di Fazio 2006, 32-33 ; Storchi Marino 2002, 29.

7La question d’une éventuelle confiscation de terres infligée à Fondi à cette occasion, comme ce fut le cas à Priuernum, est débattue. Selon M. Humbert33, Fondi n’eut pas à en souffrir ; il n’était pas temps pour Rome de se faire haïr d’une cité qui brûlait de rejoindre les Samnites dans leur lutte anti-romaine, et qui fit même une tentative en ce sens en 327 av. J-C. (Liv. 8, 23, 5) ; d’autre part, des liens existaient vraisemblablement entre l’aristocratie romaine et les élites volsques du Latium méridional, lesquels pourraient expliquer une telle clémence34. Selon M. Di Fazio au contraire35, il est fort probable qu’une partie du territoire de la cité fut convertie en ager publicus, avec ou sans assignation viritane, ce que semblent suggérer le rappel par une source certes plus tardive (Cic., De Lege Agraria 2, 25, 66) de l’existence de l’ager Fundanus, ainsi que l’appartenance de l’histoire fundaine à un schéma de romanisation bien connu comprenant deditio, octroi de la ciuitas sine suffragio, confiscation et institution d’une praefectura iure dicundo, autant d’étapes bien attestées pour la cité, à l’exception de la confiscation, sur laquelle les historiens antiques seraient restés silencieux du fait de son caractère partiel. Fundi aurait été sanctionnée pour sa tentative de soulèvement, mais – comme c’est aussi le cas de Formia – se serait vue préservée du sort redoutable que les Romains infligèrent aux Aurunques situés au sud de Liris. Par ailleurs, la déduction des colonies voisines de Tarracina en 329, de Fregellae l’année suivante, de Suessa Aurunca en 313, de Interamna Lirenas en 312 et de Minturnae en 296 av. J.-C. permit aux Romains d’exercer sur la cité rebelle une surveillance plus rigoureuse (Liv. 9, 28, 7-836). Quoi qu’il en soit, Fondi semble conserver une certaine autonomie institutionnelle, avec un sénat (CIL X, 6231 : tessera hospitalis37) et des magistrats locaux – un collège de trois édiles (ILLRP, 601-60438), dans lequel certains ont pu voir une survivance volsque ou du moins préromaine39. Elle est cependant soumise, on l’a dit, à l’autorité d’un praefectus iure dicundo mandaté chaque année par Rome pour rendre la justice (Fest. 262 L ; CIL X, 6231). Peu à peu, des liens de clientélisme, dont témoigne la tessera hospitalis, se tissent entre Fundains et nobilitas romaine40, prémices de nouveaux rapports.

Fondi, de la deuxième guerre punique au ier s. av. J.-C.

  • 41 Di Fazio 2006, 46.

8Nous avons peu de renseignements sur Fondi à l’époque de la deuxième guerre punique. Mais nous pouvons supposer qu’en raison de sa situation entre Rome et Campanie, la cité a dû souffrir du conflit41.

  • 42 Di Fazio 2006, 35-36.
  • 43 Lo Cascio 2002, 7-9 ; Di Fazio 2006, 36.
  • 44 Kubitschek 1972, 21.
  • 45 cf. Lo Cascio 2002, 12-13 ; Di Fazio 2006, 59, 61.
  • 46 Humbert 1978, 377 et 393-399.

9La pleine citoyenneté est octroyée à Fundi en 188 av. J.-C., en même temps qu’à deux autres cités volsques, Formiae et Arpinum, en vertu d’une loi du tribun C. Valerius Tappo (Liv. 38, 36, 742). Il devenait impossible de maintenir ces cités dans un statut de citoyenneté incomplète quand Rome avait concédé l’année précédente la réintégration dans la ciuitas des Capouans, après qu’ils en avaient été exclus pour prix de leur trahison au cours de la deuxième guerre punique. Fundi, Formiae et Arpinum étaient demeurées, elles, toutes trois fidèles à Rome. En outre, il semblerait que des luttes d’influence, entre le clan des Scipions et leurs adversaires, aient joué dans l’admission de ces trois cités à la citoyenneté de plein droit car il va de soi que cette admission promettait d’infléchir les suffrages et, éventuellement, d’inverser la donne43. Quoi qu’il en soit, les habitants de la cité, comme ceux de sa voisine Formiae, se voient inscrits dans la tribu Aemilia (Liv. 38, 36, 7 ; Vell. 1, 1444). Pour autant, Fundi, comme en témoigne l’épigraphie, semble conserver toujours une certaine autonomie, avec encore trois édiles (attestés par quatorze inscriptions45 et un sénat, conjointement à un praefectus46.

  • 47 Venditti 2011, 56-57, 203-207.
  • 48 Di Fazio 2008a, 39.
  • 49 Di Fazio 2006, 42 ; Quilici, Quilici Gigli 2007b, 309.
  • 50 Lafon 1979, 410 ; Di Fazio 2002a, 20-21 ; 2006, 40-41 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 280-296.
  • 51 Di Fazio 2006, 38-39.
  • 52 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 159.

10La cité entre alors dans une ère de relative prospérité, en raison du développement économique que connaît son territoire, sous l’impulsion notamment des membres de la nobilitas romaine qui y sont possesseurs de domaines47 et qui cherchent à acquérir de nouvelles clientèles dans ce centre pourvu d’un tout récent droit de vote48. De cette période date sans doute une œuvre importante de centuriation, permettant une meilleure exploitation agraire, qui a laissé des traces dans le paysage49. Parallèlement, l’activité édilitaire, directement liée à la romanisation, s’accroît considérablement. En 184 av. J.-C., le censeur L. Valerius Flaccus fait construire une route secondaire (Liv. 39, 44, 5-7) – voie désignée aujourd’hui improprement par le nom uia Flacca plutôt que uia Valeria –, qui permet à la fois la mise en valeur du littoral et les échanges avec l’intérieur auquel elle est reliée par un réseau secondaire50. En 174 av. J.-C., le censeur Q. Fuluius Flaccus est à l’origine de travaux d’urbanisation tels qu’égouts, remparts et portiques et fait sans doute ériger aussi un temple dédié à Iuppiter ainsi qu’un aqueduc (Liv. 41, 27, 10-1151). Des opérations de bonification de la plaine fundaine furent aussi menées entre le début du iie s. et le milieu du ier s. av. J.-C.52.

  • 53 Micalizzi 1978, 89 ; Di Fazio 2006, 16, 26. Contra Quilici, Quilici Gigli 2007b, 297 et 308 qui pro (...)
  • 54 Giuliani 1966, 73-75 ; Giuliani 1970, 336 ; Forte 1998, 81-94 ; Di Fazio 2006, 56-57 ; Quilici, Qui (...)

11Toutefois, Fundi subit de graves dommages au début du ier s. av. J.-C., sans doute à l’époque des luttes syllaniennes. Son enceinte défensive (qui datait de la fin du ive s. ou du iiie s. av. J.-C.53) fût alors renforcée et aujourd’hui encore on peut apercevoir en divers endroits les imposants murs de fortification en opus polygonal, les tours, ainsi que l’une des quatre portes monumentales qui protégeaient l’accès de cette ville qui, située en plaine, ne disposait pas de défenses naturelles54.

Fondi à l’époque impériale

  • 55 Di Fazio 2006, 66 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 302.
  • 56 Di Fazio 2006, 67-68 ; 91-92.
  • 57 Di Fazio 2006, 69-71 ; Quilici, Quilici Gigli 2007b, 308.
  • 58 Coarelli 1982, 338, 343-354 ; Lafon 1981.
  • 59 Di Fazio 2006, 72, 75.
  • 60 Di Fazio 2006, 92.
  • 61 Conte-Colino 1901, 22 ; Humbert 1978, 306-307. Contra Aurigemma, Bianchini, De Santis 1957, 50 ; Fo (...)
  • 62 Di Fazio 2006, 83.
  • 63 Di Fazio 2006, 91.

12La cité entra dans une nouvelle phase de développement à l’époque augustéenne car la famille impériale avait des intérêts dans cette zone : Livie y avait ses racines familiales55, Tibère y serait lui-même peut-être né, selon une tradition rapportée par Suétone (Suét., Tib. 5, 1), et il est possible qu’une partie du territoire fundain, peut-être la partie littorale, entra dans le domaine impérial56. Le centre urbain est l’objet d’un élan de construction privée et publique qui se prolonge durant tout le ier s. ap. J.-C., avec notamment la construction d’un amphithéâtre, d’un macellum et d’un ensemble thermal57. Une riche production artistique s’observe dans la cité à cette époque. De grandes uillae s’établissent encore sur le territoire, principalement dans la zone côtière entre Fondi et Formies – telle la villa de Sperlonga dont hérita Tibère58 –, villas surtout résidentielles, alors que l’implantation de villas rustiques est en recul59. De fait, les intérêts de la famille impériale, bien différents des préoccupations économiques qui avaient prévalu jusque-là, entraînent en définitive un déclin de l’exploitation du territoire60. Auguste semble par ailleurs avoir procédé à des distributions de terres à Fundi, à destination des vétérans, sans pour autant que le municipe (CIL X, 6245) se voie transformé en colonie (Lib. col. p. 234 L, 8-1061) ; M. Di Fazio suppose la simple possibilité d’une cadastration définissant propriétés communales et impériales, les assignations étant plutôt l’œuvre de Tibère et de ses successeurs62. En ce qui concerne la vie politique de la cité, il semblerait que l’avènement du principat ait coïncidé avec un complet renouvellement des élites locales, au profit sans doute d’individus acquis au nouveau régime63.

  • 64 Di Fazio 2006, 78-79 ; 82; 95-98.
  • 65 Lo Cascio 2002, 15.
  • 66 Zucca 1998, 53, n. 16 ; Di Fazio 2006, 82.

13Nous avons peu de renseignements sur Fondi pour la suite de l’époque impériale. D’après Suétone, l’empereur Galba serait né dans une villa située entre Fondi et Terracine (Suét. Galb. 8), ce qui dut favoriser la carrière de certains domi nobiles. Le prestige et l’importance de Fondi semblent pourtant s’émousser peu à peu, même si un certain dynamisme urbain transparaît encore dans les quelques vestiges datant de cette période64. Sans doute la ville devait-elle jouir par ailleurs d’une large autonomie sur le plan politique, avec toujours la présence d’édiles, au moins pour les deux premiers siècles de notre ère (CIL X, 6240 ; 6241 ; 624365), ainsi que de décurions (CIL X, 6220 ; 6240 ; 6243). Est attestée aussi l’existence d’un quaestor alimentorum (CIL X, 624366) ainsi que d’un procurator Formis Fundis Caietae (CIL VI, 8583), administrateur du vaste domaine impérial qui s’établit dans cette zone. En revanche, la présence de duumuiri n’est pas assurée à Fondi, à la différence de Formies.

Fondi au temps des invasions

  • 67 Di Fazio 2006, 99.
  • 68 Nicosia 1995, 76 ; Fiocchi Nicolai 2002, 169-170 ; Zanini 1998, 64.
  • 69 Di Fazio 2006, 99.
  • 70 Di Fazio 2006, 100.

14Au vie s. ap. J.-C., Fondi entre dans une période de turbulences. Il est possible que la cité soit tombée aux mains de Totila en 546, étant située, comme sa voisine Formies, sur le trajet que le chef goth emprunta à cette date pour se rendre de Naples à Rome67. L’invasion lombarde fit aussi peser sur la ville une lourde menace, à tel point qu’en 592, l’ensemble de la population se réfugia semble-t-il à Terracine, cité fortifiée qui passait pour plus sûre68. Le territoire de Fondi devait revêtir pour les Lombards une importance capitale, étant donnée sa position intermédiaire entre les deux ports byzantins de Terracine et de Gaète. Il semble pourtant qu’ils ne se soient pas installés durablement dans la cité et l’aient quittée après l’avoir dévastée, si bien qu’elle repassa sans doute sous contrôle byzantin69. Fondi sortit affaiblie et déstructurée de ces invasions barbares qui accélérèrent un processus de déclin déjà engagé. Les efforts romains d’organisation agraire et de drainage des eaux se trouvèrent ainsi réduits à néant70.

  • 71 Aurigemma, Bianchini, De Santis 1957, 51 ; Giuliani 1966, 75-77 ; Cassieri, Quadrino 2006, 178-181  (...)

15La cité médiévale se développe pourtant sur le site même de l’antique Fundi, dont elle conserve le plan (vraisemblablement adopté à la fin du ive s. av. J.-C.) (fig. 5), à savoir un quadrilatère proche du carré, strié de rues se coupant à angle droit, avec deux axes principaux (le decumanus maximus prolongeant la uia Appia) à la croisée desquels devait se trouver le forum71. La ville moderne n’a pas modifié ce plan et il a fallu attendre les dernières décennies pour voir Fondi s’étendre au-delà des limites de la cité antique.

Fig. 5

Fig. 5

Plan de Fondi (Giuliani 1966).

© DR

Lieux de culte et sacerdoces

Époque romaine

  • 72 Forte 1998, 31.
  • 73 Conte-Colino 1901, 13 ; Forte 1966, 92-93 ; De Santis 2001, 27.
  • 74 Amante, Bianchi 1903, 14 ; Forte 1966, 92 ; Forte 1998, 32-34 ; Laaksonen 1996, 151, nt 98.
  • 75 Cesano 1906, 707 ; Boehm 1912, 585 ; Forte 1998, 36.
  • 76 Palombi 1996, 14-15 ; Coarelli 2014, 69-72.
  • 77 Coarelli 1996, 167-168 ; Di Fazio 1997, 228, nt. 23 ; 229.
  • 78 Pratilli 1745, 132 ; Conte-Colino 1901, 23 ; Amante, Bianchi 1903, 15 ; Forte 1966, 92 ; 1998, 33.

16En ce qui concerne la vie religieuse de la cité à l’époque romaine (fig. 4 et 5), sources archéologiques ou épigraphiques témoignent de lieux de culte dédiés à Hercules (cf. fiches Fondi. Via Manzoni. Hercules ; Localisation incertaine (Fondi). Hercules), sans doute honoré de longue date à Fundi – comme dans l’ensemble du territoire ausonien72 – car considéré comme son mythique fondateur : la légende prétend qu’il aurait tué en ces lieux le brigand Cacus qui voulait s’emparer des bœufs de Géryon et qu’il aurait fondé la cité en souvenir de cet exploit73. Cette importance du culte d’Hercules à Fundi a sans doute été à l’origine d’une confusion au sujet d’un document épigraphique considéré par certains74 comme une preuve supplémentaire de l’existence de ce culte. Il s’agit d’une inscription dédicatoire placée sur la base d’une petite statue en bronze d’Hercules, représenté sous la forme d’un jeune homme imberbe, brandissant une massue de sa main gauche (Montfaucon 1719, 198 ; CIL VI, 311) : Herculi Fundanio / Ti(tus) Claudius Habitus / libens uotum soluit (« Titus Claudius Habitus s’est acquitté de bon gré de [ce] voeu à Hercules Fundanius »). De la même manière, le temple d’Hercules Fundanius (Porph. 1, 1, 4), dans lequel un prodige se serait manifesté lors d’un sacrifice accompli par l’Empereur Tacite (S.H.A., Tac. 17-19) a pu être localisé par certains75 à Fundi. En réalité, l’adjectif Fundanio serait une référence au uicus portant le nom de Lacus Fundanius (à ne pas confondre avec le Fundanus Lacus du territoire de Fondi), attesté par l’épigraphie (CIL VI, 1297) : ce uicus a pu être localisé à Rome sur le Quirinal76 et son nom le rattacherait à la famille des Fundanii77 ; cette inscription n’aurait donc aucun rapport avec la cité de Fondi. Enfin, plusieurs érudits78 rapportent une inscription qui aurait été découverte dans le centre de Fondi et qui témoignerait d’un culte à Hercules Inuictus Fundanus : H{a}erculi inuicto / sac(rum) / Fundan(o) / L(ucius) Gauius L(uci) f(ilius) Lena / C(aius) Valerius Felix / patr(onus) pec(unia) sua p(osuerunt) (« Lucius Gauius Lena, fils de Lucius, et Gaius Valerius Felix, patron, déposèrent à leurs frais cette offrande sacrée en l’honneur d’Hercules Inuictus Fundanus ; mais Th. Mommsen la classe parmi les falsae uel alienae (CIL X, *845). Tout cela ne remet évidemment nullement en cause les autres témoignages.

Fig. 4

Fig. 4

Carte du territoire de Fondi.

© DR

  • 79 Conte-Collino 1901, 30.
  • 80 Forte 1998, 70 nt 32.

17Si Hercules semble avoir bénéficié d’une vénération particulière, on rencontre aussi à Fondi des lieux de culte dédiés à Apollo (cf. fiche Itri. Gola di S. Andrea. Apollinis (?) templum / oratorium), et à Diana (cf. fiche Fondi. S. Raffaele, loc. Diana), tous deux localisables. L’attribution du temple dit d’Apollo à cette divinité est cependant contestée. Les sources littéraires témoignent aussi de l’existence d’un temple de Iuppiter, mais il n’en a pas été trouvé de trace archéologique jusqu’à ce jour (cf. fiche Localisation incertaine (Fondi). Aedes Iouis). G. Conte-Colino79 et M. Forte80 signalent une inscription qui corroborerait cette présence d’un culte jovien à Fondi : Ioui Fundano Optimo Maximo / Conseruatori Statori sacr(um) / Titus Fufidius T(iti) f(ilius) Stell(atina) Autus/ Fundanus / patronus munic(ipi) praefectus / fabrum (« Titus Fufidius Autus, de la tribu Stellatina, de Fundi, fils de Titus, patron du municipe, préfet des ouvriers [a dédié] cette offrande sacrée à Iuppiter Fundanus Optimus Maximus Conseruator Stator ») ; mais Th. Mommsen a classé cette inscription parmi les falsae uel alienae (CIL X, *838).

  • 81 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 285-294 .

18Par ailleurs, les vestiges supposés d’un temple ont été découverts dans le centre de Fondi, sans qu’il soit possible cependant de déterminer avec certitude à quelle divinité il était consacré (cf. fiche Fondi. Via Vacca. Lieu de culte ?). De même, un sanctuaire extra-urbain semble attesté en surplomb de la uia Appia à la sortie de Fondi, mais l’attribution courante à Isis qui en est faite repose sur des témoignages bien fragiles (cf. fiche Fondi. Colle delle Monachelle. Lieu de culte ?). Près du Monte Rotondo ont été découverts des structures et des cippes (vraisemblablement de délimitation) que L. Quilici et S. Quilici Gigli interprètent comme appartenant à un lieu de culte81 (cf. fiche Fondi. Monte Rotondo. Lieu de culte ?). En outre, un dépôt votif a été mis au jour dans le lieu-dit Fonte di Vitruvio (cf. fiche Fondi. Fonte di Vitruvio, loc. Divinité inconnue) mais nous ignorons à quelle divinité il était destiné. Subsistent aussi sous le monastère S. Magno des vestiges d’un supposé lieu de culte d’époque tardo-républicaine dont nous ignorons la divinité titulaire (cf. fiche Fondi. S. Magno, loc. Divinité inconnue / monastère). Un sanctuaire de Mercurius pourvu de l’épiclèse Inuictus est enfin attesté par une source épigraphique à quelque distance de la uia Appia, à mi-chemin entre Fondi et Itri, mais la localisation en semble très ardue (cf. fiche Localisation incertaine (à proximité de la Gola di S. Andrea). Mercurius Inuictus).

  • 82 Notarianni 1814, 50-51.
  • 83 Sotis 1838, 39-40 et 45.
  • 84 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 159.
  • 85 Pratilli 1745, 130.
  • 86 Notarianni 1814, 72.
  • 87 Notarianni 1814, 72.
  • 88 Pratilli 1745, 130 ; Sotis 1838, 51 ; Conte-Colino 1901, 45 ; Forte 1998, 73 ; Quilici, Quilici Gig (...)
  • 89 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 278-279.
  • 90 Conte-Colino 1901, 26.
  • 91 Ciufo 1971-1972, 73.
  • 92 Forte 1998, 73.
  • 93 Giustiniani 1802.
  • 94 Di Fazio 2008a, 49.

19D’autres données se révèlent plus problématiques encore. P. Notarianni82 et G. Sotis83 signalent la possible existence d’un temple dans le lieu-dit Vasche di Amicle, à l’embouchure du canal de Canneto, mais nous ne disposons d’aucun autre renseignement à ce sujet. Près de la plage de Canneto, auraient aussi été découvertes, selon le témoignage de B. Amante et R. Bianchi, des statuettes dont L. Quilici et S. Quilici Gigli84 imaginent qu’elles pouvaient être votives et donc renvoyer à un lieu de culte, mais nous ne possédons pas davantage de précisions. De même, il paraît bien délicat de rattacher à un hypothétique sanctuaire la découverte à Fontana delle Strette, lieu-dit proche de l’actuelle Lenola, de structures archéologiques (soubassement, fragments de colonnes, d’architrave et de corniche) et de mobilier (céramique, récipients de verre), car ces vestiges pourraient plutôt appartenir à un tombeau ou même à une mansio, selon l’avis de M. Di Fazio. Il s’avère également impossible de vérifier le témoignage de F.M. Pratilli85 qui signale une grande structure carrée en marbre, dont il ne reste plus trace aujourd’hui, le long de la uia Appia, dans les environs de l’Epitaffio à peu de distance des rives du lac. F. Notarianni86 la situe aux alentours de la chapelle S. Bonifacio, située le long de cette même uia Appia, où des fouilles auraient mis au jour les vestiges d’un grand édifice ainsi que des fragments de marbre, de corniche en travertin et des bas-reliefs87 ; certains ont identifié ces ruines avec un sanctuaire consacré aux Nymphae ou aux Sirenes, mais les indices étayant une telle supposition font défaut88. L. Quilici et S. Quilici Gigli89 indiquent l’existence d’un terrassement en opus polygonal, situé via dei Greci, sous la Masseria Valle Maiuri, qui aurait pu servir de soubassement à un temple, mais tout aussi bien à une villa et qu’il est donc bien difficile de retenir au titre de lieu de culte. F.M. Pratilli (repris dans Conte-Colino 1901, 52) mentionne également une inscription qui aurait été découverte à Fondi, aux environs de la uia Appia, faisant mention d’un autel de Minerua Victrix (Mineruae uictr(ici) aram), mais nous ne disposons d’aucune autre information sur le lieu de culte auquel elle pourrait renvoyer. Il existerait aussi à Fundi, aux dires de certains, un temple dédié à Serapis, un autre aux Musae, mais cette double hypothèse ne doit pas, semble-t-il, être retenue car il peut s’agir, comme le suggère G. Conte-Colino90, d’une confusion avec le temple de Iuppiter (qui a pu revêtir le nom de Serapis) et celui d’Apollo, divinité liée aux Muses. Par ailleurs, C. Ciufo91 mentionne une inscription, signalée déjà par G. Conte-Colino, retrouvée aux environs de Sperlonga et qui pourrait témoigner de l’existence d’un culte impérial ; il s’agit d’une dédicace à Julie Sabine, femme de l’empereur Hadrien : Diuae Sabinae Aug(usta) / Hadriani Augusti / (col)onia Caieta / d(ono) d(edit) (« Gaète, colonie d’Hadrien Auguste, a donné (ceci) en don à la divine Sabine Augusta »). Cette dédicace serait à rapprocher d’une tête colossale d’impératrice couronnée retrouvée elle aussi à Sperlonga. Toutefois, Th. Mommsen classe cette inscription, aujourd’hui perdue, parmi les falsae uel alienae (CIL X, *846). Enfin, M. Forte92 suppose que les ruines signalées par L. Giustiniani à la fin du xviiie s. dans le lieu-dit Petrulo93 étaient celles d’un temple et que l’on aurait exhumé parmi elles divers objets tels qu’amulettes, lacrymatoires, et « figures symboliques ». L’absence de précisions interdit de ranger ces vestiges parmi les attestations de lieux de culte. De la même manière, M. Di Fazio94 a signalé l’existence d’un prétendu dépôt votif qui aurait été retrouvé à Lenola, dans la localité Vignolo, mais le chercheur italien rappelle la fragilité de ce témoignage.

  • 95 Arnaldi à paraître1.
  • 96 Aurigemma 1912, 57-58.
  • 97 Arnaldi à paraître1.
  • 98 Momigliano 1969, 396-399 ; Bianchi 2010, 210.
  • 99 Arnaldi, à paraître1.
  • 100 Gasperini 1994b, 17-19.
  • 101 Pesiri 1978b, 160.

20Quant aux sacerdoces95, est connue à Fundi la charge d’augure (CIL X, 6236 ; 6241 ; AE 1912, 255) ; cette dernière inscription a toutefois donné lieu à des lectures divergentes car si S. Aurigemma96 reconnaît dans augur le nom d’une charge sacerdotale à caractère municipal, A. Arnaldi97 y voit simplement un cognomen. Est attestée également la présence d’un rex sacrorum (AE 1952, 157) que d’aucuns présentent comme une prêtrise de tradition locale98. Dans cette inscription figure aussi ma---, qui pourrait, selon A. Arnaldi99, être restitué en ma[g(ister) ---] et faire référence à un magister Iouis, tel qu’il en existe dans la voisine Formies, à moins qu’il ne s’agisse, hypothèse qu’elle juge plus probable, d’un ma[g(ister) Aug(ustalis)]. Un interrex apparaît aussi dans cette cité (CIL X, 6232), comme c’est le cas à Itri et Formies ; cette charge renvoie vraisemblablement à celle de rex sacrorum : l’interrex pourrait avoir remplacé le rex sacrorum qui se trouvait dans l’impossibilité d’exercer sa fonction ou qui était décédé100. Nous est également connue l’existence d’Augustales101, de sévirs augustaux (AE 1912, 255 – mais la lecture est en ce point incertaine).

j.-c.l.

Époque chrétienne

  • 102 Conte Colino 1901, 88-93; Amante, Bianchi 1903, 273; Forte 1998, 593; Luongo 2002, 198.

21La felice ubicazione al LXXV miglio della via Appia ha contribuito allo sviluppo del cliché storiografico e agiografico che lega Fondi, come altri centri del Lazio meridionale, al passaggio lungo la consolare di Pietro e Paolo, in viaggio verso Roma102.

  • 103 Lanzoni 1927, 162; Fiocchi Nicolai 2002, 166.

22I riferimenti contenuti nelle biografie di Papa Sotero (166-175), originario de civitate Fundis (L.P., I, 135) e Antero (235-236), il quale fecit unum episcopum in civitate Fundis III Campaniae per mens. decemb. (L.P., I, 147), riflettono acquisizioni di VI secolo103 e sembrano adombrare, come aveva notato Duchesne, una predilizione dell’autore del Liber per la città (L.P., I, 135).

  • 104 Fiocchi Nicolai 2007a, 243.
  • 105 Fiocchi Nicolai 2013, 23; 2002, 174.
  • 106 Pietrobono 2004, 63-67.
  • 107 Fiocchi Nicolai 2002, 173, 176; 2013, 26-27.

23Diversamente rispetto ai confinanti centri di Terracina e Formia104, la diffusione del cristianesimo a Fondi non pare legata alla memoria di culti martiriali. I documenti agiografici medievali pongono la morte di Magno presso l’omonimo monastero fondano, all’epoca delle persecuzioni di III secolo (BHL 5167, 5169, 6478; cf. scheda Fondi. S. Magno, loc. Divinité inconnue / monastère); in realtà, come attesta il Martirologio Geronimiano, il santo fu sepolto in Fabriteria (AASS, Nov. II. 1, 107), da identificarsi probabilmente con Fabrateria Nova, presso S. Giovanni Incarico105 o, secondo un’altra ipotesi, con Fabrateria Vetus presso l’attuale Ceccano106. Il culto di San Magno trova difatti diffusione nella città pontina non prima dell’alto medioevo, probabilmente a seguito di un trasferimento di reliquie107 (cf. scheda Fondi. S. Magno, loc. Divinité inconnue / monastère).

  • 108 Fiocchi Nicolai 2002, 165; Cassieri 2002, 33-50; Di Fazio 2002b, 71-80; 2006, 97-98; Quilici, Quili (...)
  • 109 Frizzi 2013, 105, nt. 2.

24Testimonianze archeologiche delle prime comunità cristiane del territorio sono rappresentate da un sarcofago paleocristiano, rinvenuto in località Querce e databile nel primo quarto del IV secolo108, e da qualche recente rinvenimento epigrafico109. Nell’area della villa di Tiberio, ricadente nel territorio di Fondi, è attestata una fase di frequentazione in età tardoantica (cf. scheda Sperlonga. Villa de Tibère. Monastère ?).

  • 110 Lanzoni 1927, 157-163; Kehr 1935, 93-97; Galieti 1950, 1483-1484, Caraffa 1971, 793-796; Fiocchi Ni (...)

25Il primo edificio di culto di cui si ha notizia venne costruito nel 404 per iniziativa di Paolino di Nola, in sostituzione di uno più antico (Paul. Nol, Ep. 32, 17); la realizzazione della chiesa è motivata anche dalla familiarità con l’oppidum, nel territorio della quale Paolino possedeva alcuni beni, in seguito ceduti e acquisiti dalla Chiesa romana (cf. scheda Localisation incertaine (Fondi). Basilique paléochrétienne). L’esistenza della basilica, molto probabilmente la cattedrale della città, presuppone la costituzione della diocesi fondana almeno dalla fine del IV secolo110.

  • 111 Nicosia 1995, 24; Fiocchi Nicolai 2002, 167; Piscitelli Carpino 2002a, 69-70; Savino 2005, 88-89, 1 (...)
  • 112 Pietri, Pietri 1999.
  • 113 Piscitelli Carpino 2002a, 69.

26Negli stessi anni dell’intervento paoliniano, tra i beni immobili della basilica romana dedicata ai santi Gervasio e Protasio su cui poi sorgerà la chiesa di San Vitale, realizzata durante il pontificato di Innocenzo I (401-417) ex devotione cuiusdam inlustris feminae Vestinae (L.P. 45, 3-6), figura una possessionem Fundanensem in territorio Fundano cum adiacentibus attiguis XV, praestantem solid. CLXXXI, et tremissem111 (L.P. I, 220-221). Non è escluso che Vestina, personaggio non altrimenti conosciuto112 (s.vVestina, 2265-2266), titolare nel territorio di Fondi di una possessio – appezzamento intermedio come dimensione tra massa e fundus113 – poi donata alla Chiesa, possa essersi procurata alcune reliquie di Gervasio e Protasio tramite un contatto con lo stesso Paolino di Nola; quest’ultimo, com’è noto, aveva ottenuto direttamente da Ambrogio le reliquie dei santi milanesi per la basilicula di Fondi (cf. scheda Localisation incertaine (Fondi). Basilique paléochrétienne).

  • 114 Pietri, Pietri 1999, 2325-2326.
  • 115 Thiel 1867, 260; Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 609; Mansi VII, 1171; Fiocchi Nicolai 2002, 166.
  • 116 Mansi VIII, 234, 252, 315.

27Il primo vescovo fondano di cui abbiamo notizia è Vitale114, il quale sottoscrisse il concilio romano presieduto da papa Felice II, riunitosi nella basilica costantiniana il 13 marzo del 487115 ed è menzionato anche nei concili romani degli anni 499, 501 e 502116.

  • 117 Antin, de Vogüé 1979, 279-284; Fiocchi Nicolai 2002, 178-180; Colafemmina 2002, 309-312.

28Nel VI secolo, un Andrea episcopus Fundanae civitatis è attestato da un racconto, tradito da Gregorio Magno, che vede protagonisti il vescovo e un ebreo di passaggio nella città: sed ecce, dum facta fortium virorum narro, repente ad memoriam venit, quid erga Andream, Fundanae civitatis episcopum, diuina misericordia fecit117 (Greg. M., Dial. III, 7, 1-92). Il racconto si svolge in parte nei pressi di un tempio pagano sulla via Appia, in parte nella città, in riferimento alla quale sono menzionate una ecclesia, dove l’ebreo si sarebbe recato per incontrare il vescovo e dove sarebbe stato battezzato, e un episcopium (Greg. M. Dial. III, 7,7), probabilmente annesso alla basilica. Il tempio sarebbe stato trasformato dal vescovo in chiesa dedicata a Sant’Andrea (cf. scheda Localisation incertaine (Fondi). Basilique paléochrétienne e scheda Itri. Gola di S. Andrea. Apollinis (?) templum oratorium).

  • 118 Fiocchi Nicolai 2002, 179 nt. 55.
  • 119 Gasperini 1996.
  • 120 Pietri, Pietri 1999, s.vAndreas 4, 127.

29L’Andrea protagonista della vicenda narrata da Gregorio potrebbe essere identificato con l’omonimo vescovo titolare dell’iscrizione funeraria CIL X, 6218118: l’ipotesi, generalmente scartata per la non coincidenza delle date, si fonda sul possibile posticipo della data di morte del personaggio al 530-531, con conseguente data di inizio dell’episcopato – che detenne, secondo l’epigrafe, per ventisette anni – nel 502-503119. Per l’Andrea menzionato nell’iscrizione è stata proposta anche un’identificazione con il presbitero citato negli atti dei concili del 495 e 499120 che ne escluderebbe, per quegli stessi anni, una reggenza del seggio fondano.

  • 121 Jaffé, Löwenfeld 1885, nn. 1157, 1217-18, 1462, 1507, 1569.
  • 122 Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 1157; Colafemmina 2002, 312; Aulisa 2009, 116, nt. 131.

30Successore di Andrea fu Agnello, al quale Gregorio Magno indirizza numerose lettere tra il 591 e il 598121. Nella prima, scritta tra il settembre 591 e l’agosto del 592, indirizzata anche a Bacauda, vescovo di Formia, il papa chiede di verificare che la sinagoga di Terracina non sia troppo vicina alla chiesa e, nel caso in cui la vox psallentium arrechi disturbo ai cristiani, di provvedere ad assegnare agli ebrei un altro luogo122 (Greg. M., Reg. II, 45). Gli ebrei di Terracina sono menzionati anche in una lettera del 591 indirizzata dal papa a Pietro, vescovo di quella città, ordinando di restituire ai giudei il luogo delle loro riunioni (Greg. M., Reg. I, 34).

  • 123 Nicosia 1995, 76; Zanini 1998, 64; Fiocchi Nicolai 2002, 169-170; Colafemmina 2002, 312.
  • 124 Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 1365.
  • 125 Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 1507.
  • 126 Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 1569.

31Dopo la morte di Pietro, nel 592 Agnello è vescovo titolare (cardinalis sacerdos) di Terracina, dove viene trasferito da Gregorio Magno, probabilmente a causa delle invasioni longobarde che colpirono Fondi123 (Greg. M., Reg. III, 13). Le due diocesi vengono temporaneamente unite, dal momento che quella fondana era divenuta inabitabile: ob cladem hostilitatis nec in civitate nec in ecclesia tua est cuiquam habitandi licentia (Greg. M., Reg. III, 13, 8-10). I cittadini di Terracina sono informati da Gregorio dell’elezione di Agnello a vescovo della città, secondo una loro stessa richiesta (Greg. M., Reg., III, 14). Agnello partecipa al concilio riunito in basilica Petri Apostoli dal papa il 5 luglio 595124 e, nel 597, in qualità di vescovo di Terracina, è designato da Gregorio visitatore della diocesi di Formia, con la missione di vigilare sull’elezione di un nuovo vescovo che avrebbe dovuto sostituire il deceduto Bacauda (Greg. M., Reg. VII, 16). Agnello riceve in seguito una lettera dal papa, datata all’aprile del 598, che gli rimprovera la sua negligenza, ordinandogli di agire contro coloro che adoravano gli alberi e si dedicavano a pratiche non cristiane125 (Greg. M., Reg. VIII, 19). Un’ultima epistola, datata all’ottobre del 598, è indirizzata a numerosi vescovi, tra cui Agnello, con la preghiera di affidare le reliquie dei martiri ad un certo Gregorio, expraefectus, che era impegnato a costruire una basilica a sue spese126 (Greg. M., Reg. IX, 45).

  • 127 Mansi X, p. 867.

32Non si hanno ulteriori notizie della diocesi fino al 649, quando al concilio romano di quell’anno sono nuovamente attestati due diversi vescovi per le due città: Palumbo per Fondi e Felice per Terracina127. I limiti territoriali del distretto ecclesiastico restano molto labili e non determinabili fino al pieno medioevo (fig. 2).

d.q.

Fig. 2

Fig. 2

Carte des diocèses du xiiie et xive siècles (Iguanez, Mattei Cerasoli, Sella 1942).

© DR

33Les lieux de culte attestés dans la cité et son territoire se répartissent comme suit :

34Époque romaine
LIEUX DE CULTE URBAINS
a. Lieux de culte publics
Fondi. Via Manzoni. Hercules
Fondi. Via Vacca. Lieu de culte ?
Localisation incertaine (Fondi). Aedes Iouis
LIEUX DE CULTE EXTRA-URBAINS
a. Lieux de culte publics
Fondi. Colle delle Monachelle. Lieu de culte ?
Fondi. Fonte di Vitruvio, loc. Divinité inconnue
Fondi. Monte Rotondo. Lieu de culte ?
Fondi. S. Magno, loc. Divinité inconnue
Itri. Gola di S. Andrea.
Apollinis (?) templum
Lenola. Monte Appiolo, loc. Divinité inconnue
b. Lieux de culte privés
Fondi. S. Raffaele, loc. Diana
LIEUX DE CULTE DE LOCALISATION INCERTAINE
Localisation incertaine (Fondi). Hercules
Localisation incertaine (à proximité de la Gola di S. Andrea). Mercurius Inuictus

35Époque chrétienne
LIEUX DE CULTE URBAIN
a. Lieux de culte publics
Localisation incertaine (Fondi). Basilique paléochrétienne
LIEUX DE CULTE EXTRA-URBAINS
a. Lieux de culte publics
Fondi. S. Magno, loc. Monastère
Itri. Gola di S. Andrea.
Oratorium
Sperlonga. Villa de Tibère. Monastère ?

Bibliographie

Amante, Bianchi 1903: B. Amante, R. Bianchi, Memorie storiche e statutarie del ducato, della contea e dell’episcopato di Fondi in Campania dalle origini fino ai tempi più remoti, Rome, 1903.

Antin, de Vogüé 1979: P. Antin, A. de Vogüé (éd.), Grégoire le Grand, Dialogues, Tome I (Livres I-III), Sources Chrétiennes 260, Paris, 1979.

Arnaldi à paraître1: A. Arnaldi, «Sacerdozi municipali a Fundi», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (2001), 9, Marina di Minturno, à paraître.

Aulisa 2009: I. Aulisa, Giudei e cristiani nell’agiografia dell’alto medioevo, Bari, 2009.

Aurigemma 1912: S. Aurigemma, «Scoperta di un antico sacello cristiano e di alcune iscrizioni latine in località Villa di San Magno, presso Fondi», NSA, 9, 1912, 53-61.

Aurigemma, Bianchini, De Santis 1957: S. Aurigemma, A. Bianchini, A. De Santis, Circeo, Terracina, Fondi. Itinerari dei musei e monumenti d’Italia, Rome, 1957.

Bianchi 2010: E. Bianchi, Il rex sacrorum a Roma e nell’Italia antica, Milan, 2010.

Bianchini 1969: A. Bianchini, Romani e Volsci nella regione pontina, Priverno, 1969.

Boehm 1912: F. Boehm, s.v. «Hercules», RE 8, 1, 1912, coll. 550-609.

Caraffa 1971: F. Caraffa, s.v. «Fondi», Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, 17, Paris, 1971, 783-796.

Cancellieri 1984: M. Cancellieri, s.v. «Amicle», Enciclopedia Virgiliana, 1, Florence, 1984, 136-137.

Cassieri 2002: N. Cassieri, «Nuove acquisizioni sul culto funerario nel Lazio meridionale: un sepolcro lungo l’Appia a Formia e un sarcofago cristiano a Fondi», Formianum. Atti del Convegno di studi sui giacimenti culturali del Lazio meridionale (1998), 6 (Bimillenario Vitruviano 1998-2000), Marina di Minturno, 2002, 33-50.

Cassieri 2006: N. Cassieri, La Grotta di Tiberio e il Museo Archeologico Nazionale, Sperlonga, Rome, 2006.

Cassieri, Quadrino 2006: N. Cassieri, D. Quadrino, «Uno scavo urbano: nuovi elementi per l’urbanistica di Fondi», in L. Quilici, S. Quilici Gigli, La forma della città e del territorio, 3, Atlante tematico di topografia antica 15, Rome, 2006, 177-193.

Cébeillac-Gervasoni 1984: M. Cébeillac-Gervasoni, «Amicle», in G. Nenci, G. Vallet (éd.), Bibliografia topografica della colonizzazione greca in Italia e nelle isole tirreniche, 3, Pise-Rome-Naples, 1984, 221-223.

Cesano 1906: L. Cesano, «Hercules», Diz. Ep. 3, 1906.

Ciufo 1971-72 : C. Ciufo, «L’antro c.d. di Tiberio a Sperlonga nella descrizione dei viaggiatori del passsato, con un repertorio di sculture e di altri frammenti archeologici rinvenuti fino al 1957 ed in parte dispersi», BLazioMerid 7, 1971-72, 58-79.

Coarelli 1982: F. Coarelli, Lazio, Rome-Bari, 1982.

Coarelli 1996: F. Coarelli, s.v. «Lacus Fundani», in E.M. Steinby (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, 3, Rome, 1996, 167-168.

Coarelli 2014: F. Coarelli, Collis. Il Quirinale e il Viminale nell’antichità, Rome, 2014.

Colafemmina 2002: C. Colafemmina, «Gli ebrei a Fondi», in Piscitelli Carpino 2002a, 307-336.

Conte-Colino 1901: G. Conte-Colino, Storia di Fondi. Cenni dei paesi formanti il suo ex-stato e delle città limitrofe Enola, Gaeta, Formia e Terracina, Naples, 1901.

De Santis 2001: A. De Santis, «Fondi e il suo territorio», Saggi e ricerche di storia patria della Campania e del Lazio meridionale, 4, Minturnes, 2001, 27-40.

Di Fazio 1997: M. Di Fazio, «Su una questione di antiquaria Fondana», Latium, 14, 1997, 223-231.

Di Fazio 2001: M. Di Fazio, «Etruschi a Fondi? Un luogo comune storiografico», Annali del Lazio meridionale, 1, 1, 2001, 11-19.

Di Fazio 2002a: M. Di Fazio, «Appunti sulla gestione delle risorse economiche nel territorio di Fondi in epoca romana», Annali del Lazio meridionale, 2, 1, 2002, 18-25.

Di Fazio 2002b: M. Di Fazio, «Nuove acquisizioni di epoca tardo-antica dal territorio di Fondi», in Piscitelli Carpino 2002a, 71-80.

Di Fazio 2004: M. Di Fazio, «‘Questo nostro paese di confine’. Materiali per una storia economica di Fondi romana», Annali del Lazio meridionale, 4, 2, 2004.

Di Fazio 2006: M. Di Fazio, Fondi ed il suo territorio in età romana. Profilo di storia economica e sociale, British Archeological Reports. International series, 1481, Oxford, 2006.

Di Fazio 2007: M. Di Fazio, «Amyclae e dintorni: qualche osservazione», Annali del Lazio meridionale, 7, 1, 2007, 7-14.

Di Fazio 2008a: M. Di Fazio, «Il Lazio meridionale costiero tra Romani e Sanniti», Archeologia Classica, 59, 2008, 39-61.

Di Fazio 2008b: M. Di Fazio, «La romanizzazione del territorio di Fondi. Nuovi dati dalla ‘zona di silencio’», in C. Corsi, E. Polito (éd.), Dalle sorgenti alla foce. Il bacino del Liri Garigliano nell’antichità: culture, contatti, scambi, Atti del Convegno organizzato dall’Università di Cassino, Frosinone-Formia 10-12 novembre 2005, Rome, 2008, 189-204.

Di Fazio 2008c: M. Di Fazio, «Nel paese dei serpenti. Memorie greche nel Lazio meridionale costiero», PP, 63, 2008, 371-414.

Di Fazio, Biella 2005: M. Di Fazio, M.C. Biella, «L’abitato in località Pianara (Fondi-LT). Ipotesi sulla Fondi preromana», Studi Etruschi, 71, 2005, 55-68.

Fiocchi Nicolai 2002: V. Fiocchi Nicolai, «I monumenti paleocristiani di Fondi attraverso gli scritti di Gregorio Magno», in Piscitelli Carpino 2002a, 165-191.

Fiocchi Nicolai 2007a: V. Fiocchi Nicolai, «Potenziamenti funzionali dei santuari martiriali di Roma e del Lazio nella tarda antichità e nell’altomedioevo. L’inquadramento delle strutture della cura animarum», in A. Vauchez (éd.), I santuari cristiani d’Italia. Bilancio del censimento e proposte interpretative. Atti del Convegno, Roma, 5-7 giugno 2003, Rome, 2007, 243-255.

Fiocchi Nicolai 2013: V. Fiocchi Nicolai, «Il culto di S. Magno a Fondi e le origini del monastero», in Cassieri, Fiocchi Nicolai 2013, 21-38.

Forte 1966: M. Forte, «L’origine di Fondi alla luce del culto di Ercole e dei suoi antichi monumenti», Bollettino dell’Istituto di Storia e di Arte del Lazio Meridionale, 4, 1966, 89-94.

Forte 1998: M. Forte, Fondi nei tempi, Fondi, 1998 (2e éd.).

Frizzi 2013 : E. Frizzi, «I materiali epigrafici di epoca romana», in Cassieri, Fiocchi Nicolai 2013, 105-123.

Galieti 1950: A. Galieti, s.v. «Fondi», Enciclopedia Cattolica, 4, Cité du Vatican, 1950, 1483-1484.

Gasperini 1994b: L. Gasperini, «Vecchie e nuove epigrafi romane di Gaeta», Formianum, Atti del Convegno di Studi sull’antico territorio di Formia (1994), 2, Marina di Minturno, 1994, 11-24.

Gasperini 1996: L. Gasperini, «Sul vescovo Andrea dell’elogio funebre CIL X, 6218», Formianum. Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1995), 3, Marina di Minturno, 1996, 71-75.

Giuliani 1966: C.F. Giuliani, «Fondi», Studi di urbanistica antica (Quaderni dell’Istituto di Topografia antica dell’Università di Roma 2), Rome, 1966, 71-78.

Giuliani 1970: C.F. Giuliani, s.v. «Fondi», Enciclopedia dell’arte antica, classica e orientale suppl., 1970, 336-337.

Giustiniani 1802: L. Giustiniani, Dizionario geografico ragionato del Regno di Napoli, IV, Naples, 1802.

Humbert 1978: M. Humbert, Municipium et ciuitas sine suffragio. L’organisation de la conquête jusqu’à la guerre sociale, Collection de l’École française de Rome, 36, Rome, 1978.

Jaffé, Löwenfeld 1885: Ph. Jaffé, S. Löwenfeld, Regesta Pontificum Romanorum ab condita ecclesia ad annum post Christum natum MCXCVIII. Tomus primus, Lipsia, 1885.

Kehr 1935: P.F. Kehr, Italia Pontificia, VIII, Berlin, 1935.

Kubitschek 1972: J.W. Kubitschek, Imperium Romanorum tributim discriptum, Studia Historica, 121, 1889, réed. 1972.

Laaksonen 1996: H. Laaksonen, «Ordo et populus Formianus», in H. Solin (éd.), Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, Acta Instituti Romani Finlandiae, 15, Rome, 1996, 129-153.

Lafon 1979: X. Lafon, «La voie littorale Sperlonga-Gaeta-Formia», MEFRA, 91, 1979, 399-429.

Lafon 1981: X. Lafon, «A propos des villas de la zone de Sperlonga», MEFRA, 93, 1981, 297-353.

Lanzoni 1927: F. Lanzoni, Le diocesi d’Italia dalle origini al principio del secolo VII (an. 604), Studi e Testi, 35, Faenza, 1927.

Lo Cascio 2002: E. Lo Cascio, «Fondi in età romana: aspetti istituzionali», in Piscitelli Carpino 2002a, 1-17.

Luongo 2002: G. Luongo, «Agiografia fondana», in Piscitelli Carpino 2002a, 193-250.

Mansi VII: G.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio. Tomus septimus. Ab anno CCCCLII ad annum CCCCXCII inclusive, Florentiae, 1762.

Mansi VIII: G.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio. Tomus octavus. Ab anno CCCCXCII ad annum DXXXVI, Florentiae, 1762.

Mansi X: G.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio. Tomus decimus. Ab anno DCX ad annum DCLIII, Florentiae, 1764.

Momigliano 1969: A. Momigliano, Quarto contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, 1969.

Nicosia 1995: A. Nicosia, Il Lazio meridionale tra antichità e medioevo. Aspetti e problemi, Marina di Minturno, 1995.

Notarianni 1814: F.A. Notarianni, Viaggio per l’Ausonia, Giornale enciclopedico di Napoli, 7, 11, Naples, 1814.

Pallottino 1984: M. Pallottino, Storia della prima Italia, Milan, 1984.

Palombi 1996: D. Palombi, s.v. «Hercules Fundan(i)us, templum», in E.M. Steinby (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, 3, Rome, 1996, 14-15.

Pesiri 1978b: G. Pesiri, «Una testimonianza epigrafica su Alessandro Cozeio, maestro di Marco Aurelio, e su un suo discendente», Rendiconti dell’Istituto Lombardo, 112, 1978, 159-167.

Pietri, Pietri 1999-2000: Ch. Pietri, L. Pietri (éd.), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. 2. Prosopographie de l’Italie chrétienne (313-604), Rome, 1999-2000.

Pietrobono 2004: S. Pietrobono, «In Fabrateria Magni: topografia del territorio tra tardo antico ed alto medioevo», in F. Carcione (éd.), Magno di Trani. Memoria e culto di un martire paleocristiano nelle valli del Liri e del Sacco. Ricerche di agiografia, topografia, iconografia, Venafro, 2004, 43-109.

Piscitelli Carpino 2002a: T. Piscitelli Carpino (éd.), Fondi tra antichità e medioevo, Atti del Convegno, Fondi, 31 marzo - 1 aprile 2000, Fondi, 2002.

Polito 2008: E. Polito, «Santuari apollinei nel Lazio meridionale», in C. Corsi, E. Polito (éd.), Dalle sorgenti alla foce. Il bacino del Liri-Garigliano nell’antichità. Culture, contatti, scambi. Atti del Convegno, Frosinone-Formia, 10-12 novembre 2005, Rome, 2008, 89-104.

Pratilli 1745: F.M. Pratilli, Della via Appia riconosciuta e descritta da Roma a Brindisi, IV, Naples, 1745.

Quilici, Quilici Gigli 2006: L. Quilici, S. Quilici Gigli, «Ricerche di topografia intorno Amyclae», Atlante tematico di topografia antica, 15, Rome, 2006, 195-239.

Quilici, Quilici Gigli 2007a: L. Quilici, S. Quilici Gigli, «La grande mitica Amyclae perduta e ritrovata», Archeologia viva, 26, 121, 2007, 76-83.

Quilici, Quilici Gigli 2007b: L. Quilici, S. Quilici Gigli, «Ricerche di topografia su Fondi», in L. Quilici, S. Quilici Gigli (éd.), Architettura pubblica e privata nell’Italia antica, Atlante tematico di topografia antica, 16, Rome, 2007, 193-318.

Quilici, Quilici Gigli 2012a: L. Quilici, S. Quilici Gigli, «Sulle porte della mura di Fondi», Atlante tematico di topografia antica, 22, Rome, 2012, 21-34.

Quilici, Quilici Gigli 2012b: L. Quilici, S. Quilici Gigli, «Organizzazione del territorio a Fondi, tra bonifiche e romanizzazione», Atlante tematico di topografia antica, 22, Rome, 2012, 155-310.

Quilici, Quilici Gigli 2013: L. Quilici, S. Quilici Gigli, «Fondi. La romanizzazione della città e del territorio», Orizzonti, 14, 2013, 51-60.

Savino 2005: E. Savino, Campania tardoantica (284-604 d.C.), Bari, 2005.

Sherwin-White 1973: A.N. Sherwin-White, The Roman Citizenship, Oxford, 1973.

Sotis 1838: G. Sotis, Cenno istorico della città di Fondi, Naples, 1838.

Storchi Marino 2002: A. Storchi Marino, «Fondi romana: società ed economia», in Piscitelli Carpino 2002a, 19-70.

Thiel 1867: Epistolae romanorum Pontificum Genuinae et quae ad eos scriptae sunt S. Hilaro recensuit et edidit Andreas Thiel, Brunsbergae, 1867.

Trotta 1986-1987: F. Trotta, «Tradizioni di frequentazioni greche arcaiche nel Lazio meridionale», Annali della Facoltà di Lettere dell’Università di Perugia, 24, n.s. 10, 1986-1987, 283-304.

Venditti 2011: C.P. Venditti, Le villae del Latium adjectum. Aspetti residenziali delle proprietà rurali, Bologne, 2011.

Zanini 1998: E. Zanini, Le Italie bizantine. Territorio, insediamenti ed economia nella provincia bizantina d’Italia (VI-VIII secolo), Bari, 1998.

Zucca 1998: R. Zucca, «Le basi onorarie di Formiae», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1996), 4, Marina di Minturno, 1998, 49-56.

Notes de fin

1 Conte-Colino 1901, 15 ; Forte 1998, 13-15. Contra Quilici, Quilici Gigli 2007a, 80 qui propose de relier le nom de la cité à fundus, le « domaine » ; sur le cadre géomorphologique, cf. Di Fazio 2006, 11-13.

2 Di Fazio 2006, 1-2.

3 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 172-204 et 264-278.

4 Di Fazio 2004, 71-72 et 2006, 43 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 156.

5 cf. Cassieri 2006, 6 ; Di Fazio 2006, 44-45 ; 51-56 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 159-160.

6 Pallottino 1984, 67, repris par Di Fazio 2006, 14 et 2008b, 189.

7 Sotis 1838, 5 ; Conte-Colino 1901, 11 ; Amante, Bianchi 1903, 23.

8 Forte 1966, 89-91 ; 1998, 29-30.

9 Cancellieri 1984 ; Cébeillac-Gervasoni 1984 ; Di Fazio 2008c.

10 sur ces propositions, cf. Forte 1998, 40 ; Quilici, Quilici Gigli 2006, 231-234 ; 2013, 51 ; Polito 2008, 94-95.

11 Quilici, Quilici Gigli 2006 et 2007a.

12 Trotta 1986-1987, 285-289.

13 Polito 2008, 97.

14 Quilici, Quilici Gigli 2006, 237 et 2007a, 77, 81.

15 Di Fazio 2006, 13-14 et bibliographie afférente.

16 Di Fazio, Biella 2005, 56-57 ; Di Fazio 2006, 27 ; 2008b, 192.

17 Di Fazio 2007, 9-12 ; 2008a, 54-55 ; 2008b, 198.

18 Di Fazio, Biella 2005, 60, 64 ; Di Fazio 2007, 9-10 ; 2008b, 192-193.

19 Di Fazio, Biella 2005, 64 ; Di Fazio 2006, 28 ; 2008b, 192-193 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 296.

20 Di Fazio 2008b, 196.

21 Di Fazio 2006, 28, envisage l’hypothèse d’une initiative de la classe dirigeante locale elle-même.

22 Di Fazio 2006, 16.

23 Di Fazio 2008b, 197.

24 Bianchini 1969, 24 ; Coarelli 1982, 336 ; Di Fazio, Biella 2005, 64 ; Di Fazio 2006, 18 ; 2007, 13 ; 2008a, 41 ; 2008b, 189-190.

25 Forte 1998, 40-41.

26 Di Fazio 2001.

27 selon Humbert 1978, 173 et 195 nt 146 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 295.

28 selon Di Fazio 2006, 18, mais qui envisage l’hypothèse d’un octroi de la citoyenneté incomplète en deux temps, sur le modèle capouan : d’abord aux élites locales en 338, ensuite à l’ensemble de la population en 331 : Di Fazio 2006, 21 ; 2008b, 190.

29 Humbert 1978, 196 ; Lo Cascio 2002, 2-6 ; Di Fazio 2006, 18-19 et nt 17.

30 Di Fazio 2006, 19.

31 Liv. 8, 19, 4-14 ; cf. Di Fazio 2006, 19-22 ; 2008a, 43-44 ; 2008b, 190.

32 Di Fazio 2006, 20-21 ; 2008a, 44-45 ; 2008b, 196.

33 Humbert 1978, 200-201.

34 Storchi Marino 2002, 23-27.

35 Di Fazio 2006, 22-23 ; 2008b, 193

36 Di Fazio 2008b, 193.

37 datée de 222 av. J.-C. par Coarelli 1982, 338 et, avec quelque incertitude, par Di Fazio 2006, 31-33 – qui doute aussi de son appartenance à Fondi : Di Fazio 2009 –, et de la période comprise entre 222 et 152 av. J.-C. par Humbert 1978, 394.

38 Laaksonen 1996, 132-133.

39 Sherwin-White 1973, 66-67 ; Lo Cascio 2002, 12, nt 38. Contra Di Fazio 2006, 59.

40 Di Fazio 2006, 32-33 ; Storchi Marino 2002, 29.

41 Di Fazio 2006, 46.

42 Di Fazio 2006, 35-36.

43 Lo Cascio 2002, 7-9 ; Di Fazio 2006, 36.

44 Kubitschek 1972, 21.

45 cf. Lo Cascio 2002, 12-13 ; Di Fazio 2006, 59, 61.

46 Humbert 1978, 377 et 393-399.

47 Venditti 2011, 56-57, 203-207.

48 Di Fazio 2008a, 39.

49 Di Fazio 2006, 42 ; Quilici, Quilici Gigli 2007b, 309.

50 Lafon 1979, 410 ; Di Fazio 2002a, 20-21 ; 2006, 40-41 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 280-296.

51 Di Fazio 2006, 38-39.

52 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 159.

53 Micalizzi 1978, 89 ; Di Fazio 2006, 16, 26. Contra Quilici, Quilici Gigli 2007b, 297 et 308 qui proposent la période 150-50 av. J.-C.

54 Giuliani 1966, 73-75 ; Giuliani 1970, 336 ; Forte 1998, 81-94 ; Di Fazio 2006, 56-57 ; Quilici, Quilici Gigli 2007b, 204-264 et 295-298 ; 2012a.

55 Di Fazio 2006, 66 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 302.

56 Di Fazio 2006, 67-68 ; 91-92.

57 Di Fazio 2006, 69-71 ; Quilici, Quilici Gigli 2007b, 308.

58 Coarelli 1982, 338, 343-354 ; Lafon 1981.

59 Di Fazio 2006, 72, 75.

60 Di Fazio 2006, 92.

61 Conte-Colino 1901, 22 ; Humbert 1978, 306-307. Contra Aurigemma, Bianchini, De Santis 1957, 50 ; Forte 1998, 53.

62 Di Fazio 2006, 83.

63 Di Fazio 2006, 91.

64 Di Fazio 2006, 78-79 ; 82; 95-98.

65 Lo Cascio 2002, 15.

66 Zucca 1998, 53, n. 16 ; Di Fazio 2006, 82.

67 Di Fazio 2006, 99.

68 Nicosia 1995, 76 ; Fiocchi Nicolai 2002, 169-170 ; Zanini 1998, 64.

69 Di Fazio 2006, 99.

70 Di Fazio 2006, 100.

71 Aurigemma, Bianchini, De Santis 1957, 51 ; Giuliani 1966, 75-77 ; Cassieri, Quadrino 2006, 178-181 ; Di Fazio 2006, 25-26 ; Quilici, Quilici Gigli 2007b, 194, 267-268.

72 Forte 1998, 31.

73 Conte-Colino 1901, 13 ; Forte 1966, 92-93 ; De Santis 2001, 27.

74 Amante, Bianchi 1903, 14 ; Forte 1966, 92 ; Forte 1998, 32-34 ; Laaksonen 1996, 151, nt 98.

75 Cesano 1906, 707 ; Boehm 1912, 585 ; Forte 1998, 36.

76 Palombi 1996, 14-15 ; Coarelli 2014, 69-72.

77 Coarelli 1996, 167-168 ; Di Fazio 1997, 228, nt. 23 ; 229.

78 Pratilli 1745, 132 ; Conte-Colino 1901, 23 ; Amante, Bianchi 1903, 15 ; Forte 1966, 92 ; 1998, 33.

79 Conte-Collino 1901, 30.

80 Forte 1998, 70 nt 32.

81 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 285-294 .

82 Notarianni 1814, 50-51.

83 Sotis 1838, 39-40 et 45.

84 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 159.

85 Pratilli 1745, 130.

86 Notarianni 1814, 72.

87 Notarianni 1814, 72.

88 Pratilli 1745, 130 ; Sotis 1838, 51 ; Conte-Colino 1901, 45 ; Forte 1998, 73 ; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 193.

89 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 278-279.

90 Conte-Colino 1901, 26.

91 Ciufo 1971-1972, 73.

92 Forte 1998, 73.

93 Giustiniani 1802.

94 Di Fazio 2008a, 49.

95 Arnaldi à paraître1.

96 Aurigemma 1912, 57-58.

97 Arnaldi à paraître1.

98 Momigliano 1969, 396-399 ; Bianchi 2010, 210.

99 Arnaldi, à paraître1.

100 Gasperini 1994b, 17-19.

101 Pesiri 1978b, 160.

102 Conte Colino 1901, 88-93; Amante, Bianchi 1903, 273; Forte 1998, 593; Luongo 2002, 198.

103 Lanzoni 1927, 162; Fiocchi Nicolai 2002, 166.

104 Fiocchi Nicolai 2007a, 243.

105 Fiocchi Nicolai 2013, 23; 2002, 174.

106 Pietrobono 2004, 63-67.

107 Fiocchi Nicolai 2002, 173, 176; 2013, 26-27.

108 Fiocchi Nicolai 2002, 165; Cassieri 2002, 33-50; Di Fazio 2002b, 71-80; 2006, 97-98; Quilici, Quilici Gigli 2012b, 239-241.

109 Frizzi 2013, 105, nt. 2.

110 Lanzoni 1927, 157-163; Kehr 1935, 93-97; Galieti 1950, 1483-1484, Caraffa 1971, 793-796; Fiocchi Nicolai 2002, 166.

111 Nicosia 1995, 24; Fiocchi Nicolai 2002, 167; Piscitelli Carpino 2002a, 69-70; Savino 2005, 88-89, 180.

112 Pietri, Pietri 1999.

113 Piscitelli Carpino 2002a, 69.

114 Pietri, Pietri 1999, 2325-2326.

115 Thiel 1867, 260; Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 609; Mansi VII, 1171; Fiocchi Nicolai 2002, 166.

116 Mansi VIII, 234, 252, 315.

117 Antin, de Vogüé 1979, 279-284; Fiocchi Nicolai 2002, 178-180; Colafemmina 2002, 309-312.

118 Fiocchi Nicolai 2002, 179 nt. 55.

119 Gasperini 1996.

120 Pietri, Pietri 1999, s.vAndreas 4, 127.

121 Jaffé, Löwenfeld 1885, nn. 1157, 1217-18, 1462, 1507, 1569.

122 Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 1157; Colafemmina 2002, 312; Aulisa 2009, 116, nt. 131.

123 Nicosia 1995, 76; Zanini 1998, 64; Fiocchi Nicolai 2002, 169-170; Colafemmina 2002, 312.

124 Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 1365.

125 Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 1507.

126 Jaffé, Löwenfeld 1885, n. 1569.

127 Mansi X, p. 867.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte des peuples pré-romains (Salmon 1985).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 3a
Légende Carte des territoires : Fondi, Formia, Minturno.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 3b
Légende Carte de Ponza.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 5
Légende Plan de Fondi (Giuliani 1966).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4
Légende Carte du territoire de Fondi.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 2
Légende Carte des diocèses du xiiie et xive siècles (Iguanez, Mattei Cerasoli, Sella 1942).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4230/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteurs

Maître de conférences en histoire ancienne. Paris I (Panthéon-Sorbonne)
Dottore di ricerca in Storia antica e Cultore della materia presso il Dipartimento di antichità e tradizione classica dell’Università di Roma Tor Vergata (Roma)

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr