Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobiliser le savoir pour éradiquer la faim

 | 
Ismail Serageldin

Présentation

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher Collègue, cher Ismail Serageldin,

2Vous êtes le troisième titulaire de la chaire « Savoirs contre pauvreté », créée avec l’aide de l’Agence française de développement dont je salue ici la présence de son nouveau directeur, M. Dov Zerah. Cette chaire a pour but de mobiliser les savoirs pour combattre les grands problèmes de la pauvreté, c’est à dire les problèmes de la majorité de l’humanité. L’enseignement de cette chaire  est assuré par des scientifiques qui savent s’adapter aux différents terrains d’intervention et qui sont désireux de formaliser, de partager et d’enseigner leurs savoirs.

3Après Esther Duflo sur la question de l’économie du développement puis Peter Piot sur le combat contre le SIDA à l’échelle mondiale, vous aborderez dans votre cycle d’enseignement au Collège une autre question vitale, celle de la faim et de la sécurité alimentaire dans le monde.

4À la suite de vos études d’ingénieur à l’université du Caire, vous avez obtenu un doctorat en économie à l’université de Harvard. Dès 1972, vous avez occupé de nombreux postes liés au développement au sein de la Banque mondiale, en dirigeant notamment une série de programmes en Afrique occidentale et sub-saharienne. Ainsi avez-vous accumulé une grande expérience de terrain sur la faim et la pauvreté en milieu rural et urbain. Vous avez par ailleurs présidé des groupes de travail internationaux majeurs comme le Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale, le Groupe d’assistance aux plus pauvres.

5Depuis toujours, vous avez montré un engagement inébranlable en faveur de la science du développement. Vous dites, je vous cite « Il est inconcevable de dénombrer un milliard de personnes souffrant de la faim dans un monde aussi productif et aussi interconnecté que le nôtre. Il est temps d’utiliser notre savoir scientifique et les avancées technologiques pour relever les grands défis écologiques et pour assurer que tous les hommes jouissent de leur droit humain à la sécurité alimentaire. » Vous ajoutez qu’il « faut transporter les nouvelles pratiques technologiques du laboratoire au terrain et veiller à ce que les ressources financières de la recherche, notamment agronomiques, soient mobilisées pour s’attaquer aux problèmes des pauvres ».

6Je voudrais donner un témoignage concret de votre vue à long terme et de votre engagement en citant l’avertissement que vous avez lancé en 1995 sur les ressources en eau de la planète : « Les guerres de ce siècle, disiez-vous, auront été bien souvent des guerres de pétrole, mais les guerres du siècle prochain seront des guerres de l’eau à moins que nos comportements vis à vis de la gestion de l’eau évoluent. » Vous avez œuvré pour la création d’organismes mondiaux s’occupant de cette question, comme la Commission mondiale sur l’eau au xxie siècle et, grâce à vous, l’eau est inscrite à l’ordre du jour des grandes problématiques du développement international.

7Vous êtes actuellement directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie, qui constitue un véritable phare dans le Moyen-Orient et dans une partie de l’Islam. Vous en avez fait un lieu culturel majeur et une plateforme où l’on débat de différents aspects du développement, comme le rôle des biotechnologies dans l’agriculture. Votre voix est d’autant plus forte qu’elle s’élève d’Égypte et non de nos pays riches, parce que courageusement vous avez décidé de mettre vos compétences au service de votre pays et des pays émergents. Votre enseignement au Collège de France sera disponible en version électronique, audio et vidéo, en français et anglais, et grâce aux possibilités qu’offre l’Agence française de développement, nous pourrons faire venir au Collège de jeunes chercheurs et enseignants provenant de pays émergents pour suivre vos cours en janvier prochain. Un grand merci, donc, d’avoir accepté de nous faire bénéficier de votre enseignement et de votre expérience sur un sujet si important.

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540