Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre n’existe pas

 | 
Jacques Nichet

Présentation de Jacques Nichet

Pierre Corvol

Texte intégral

1Il y a chez vous, cher Collègue, cher Jacques Nichet, de l’attendu et de l’inattendu dans votre parcours d’universitaire, d’artiste et d’homme de théâtre. De l’attendu, lorsqu’après une scolarité brillante, vous entrez à l’ENS et que vous êtes reçu à l’agrégation de Lettres classiques. De l’inattendu, lorsque vous créez dès votre arrivée à la rue d’Ulm le théâtre de l’Aquarium et que vous montez Les Grenouilles d’Aristophane, grâce à une audacieuse et encore inédite traduction de Victor-Henri Debidour.

2Vous tracez votre chemin de metteur en scène et d’universitaire à partir de 1970 avec un collectif d’artistes, parmi lesquels Jean-Louis Benoît et Didier Bezace. Le théâtre de l’Aquarium s’installe en 1973 à la Cartoucherie de Vincennes sur l’invitation d’Ariane Mnouchkine et invente un théâtre politique à la fois inventif et joyeux, sans jamais partir du répertoire. Vous montez en 1972 au TNP Les Marchands de ville à Paris, qui traite de la résistance des locataires face à des promoteurs immobiliers. En 1976, ce sont les acteurs qui deviennent des témoins – conteurs de leurs nuits passées avec les ouvriers dans les usines occupées, telle Lip à Besançon, ce qui donnera La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras.

3Vous dirigez à Montpellier le Théâtre des treize vents à partir de 1986, puis le Théâtre national de Toulouse de 1998 à 2007. Là, vos mises en scène sont marquées par votre désir de faire découvrir au public des auteurs contemporains, rejouer des classiques injustement méconnus, faire passer un vent de poésie de la scène à la salle. Je cite, en vrac, Le Rêve de d’Alembert de Diderot, Le Magicien prodigieux de Calderon, Alceste d’Euripide et, à Toulouse, La Tragédie du roi d’Aimé Césaire, Faut pas payer de Dario Fo, Le Suicidé de Nicolaï Erdman.

4L’homme de théâtre se double chez vous d’un traducteur attentif à donner rythme, couleur et vigueur au texte. Vous créez avec Michel Déprats un Centre international de la traduction française dont le siège, la Maison Antoine Vitez, est à Montpellier. Cette association choisit des pièces d’auteurs reconnus dans leur pays mais encore jamais représentées en France. L’aide matérielle accordée par l’association rend accessible nombre de ces œuvres.  

5Michel Zink, votre complice du temps de vos études à l’ENS et votre présentateur à cette chaire, dit de vous que vous « faites théâtre de tout », selon l’expression d’Antoine Vitez, et que votre profond désir est d’aller de surprise en surprise. D’ailleurs, n’avez-vous pas choisi d’appeler votre toute nouvelle compagnie « L’inattendu » ? Vous nous interpellez aussi en mettant en exergue à cette leçon ces mots provocateurs de Zola : « Le théâtre n’existe pas ».

6Nous sommes prêts à vous suivre dans la partie oubliée du monde qu’est le rêve, à emboîter avec vous les pas du savetier de La Savetière prodigieuse de Féderico Garcia Lorca, une pièce que vous avez ressuscitée grâce à une nouvelle et vivante traduction. Le savetier revient chez lui, incognito. Il s’invente sur le champ une profession, artiste, homme de théâtre, et il prononce ces mots que l’on serait tenté de vous attribuer : « C’est un métier de peu d’apparence et de beaucoup de science : je montre la vie ». Merci de nous montrer votre vue du théâtre.

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540