Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art survivra à ses ruines

 | 
Anselm Kiefer

Présentation d’Anselm Kiefer

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher Collègue, cher Anselm Kiefer,

2Un mot de votre biographie est indispensable pour tenter de comprendre votre œuvre. Vous êtes né avant l’achèvement de la guerre, dans un pays en complète déliquescence qui deviendra la République fédérale d’Allemagne en 1949. Bien que n’ayant ni expérience personnelle ni souvenirs individuels du régime nazi, vous avez consacré une énergie rare à cette question existentielle : « Comment, après l’holocauste, être un artiste qui s’inscrit dans la tradition allemande ? ». Comme le grand poète juif Paul Celan, que vous vénérez, vous posez la question : comment pouvoir écrire et créer dans la « langue du bourreau » ?

3Vous accomplissez un travail de mémoire – mais d’une « mémoire sans souvenir » comme le dit Daniel Arasse –, vous assumez un héritage de peintre allemand en révélant les éléments iconographiques et mythologiques de la culture germanique qui, après avoir été exploités pas le nazisme, furent enfouis du jour au lendemain dans les strates profondes de l’inconscient collectif.

4Votre quête spirituelle se nourrit des grands mythes et de la mystique kabbalistique. Fasciné par le judaïsme, vous avez tout au long de votre œuvre exploré le thème de la kabbale avec la même persistance que ceux de la germanité ou du cosmos.

5Votre univers est immense, complexe, forgé de sédimentation, de réélaboration de thèmes qui circulent, s’entrecroisent et se superposent jusqu’à constituer une véritable constellation « kieferienne ». Quelle inventivité et quelle énergie créatrice !  Pétri de culture, vous mêlez peinture, photographie, et œuvres littéraires. Vous faites appel aux souvenirs, à la littérature et à la poésie. Votre œuvre embrasse aussi les champs de la philosophie et de l’histoire. Même si vous vous défendez de faire de la politique, votre art peut avoir, a même, une résonance politique. D’ailleurs, vous avez été élu lauréat du Prix de la paix des libraires et éditeurs allemands en 2008. La création rachète l’histoire.

6Votre travail a fait l’objet de très nombreuses expositions, dans le monde entier. Il est impossible de les énumérer toutes mais je citerai une de vos premières expositions en France en 1988 : « Saturne en Europe », organisée par Roland Recht à Strasbourg, où vous aviez développé le thème de la mélancolie dans une œuvre intitulée Le temps de Saturne. À Paris, vous avez exposé au Grand Palais à sa réouverture. Trois de vos œuvres sont entrées dans les collections du Louvre. Bien d’autres expositions encore, au MOMA, au Guggenheim à New York, à Bilbao. Et j’ajoute votre présence à la National Gallery of Arts à Washington. Vous avez reçu, entre autres, le Wolf Prize for the Arts en 1990 et le prestigieux Praemium Imperial Prize à Tokyo en 1999.

7Comme le disait Carlo Ossola, votre présentateur, en vous nommant à cette chaire, le Collège de France obéit à sa vocation et reconnaît dans le présent ce qui sera « substance » du futur : « la transformation du plomb en or », travail de l’art, rédemption de la matière, rêve d’un éternel de lumière.

8« Rêver tout haut sa recherche », disait ici même dans sa leçon inaugurale Roland Barthes, l’un de vos héros. Nous vous accompagnerons dans votre rêve en partageant, comme vous l’avez souhaité, vos sources d’inspiration et de création.

Principales expositions d’Anselm Kiefer

1978

Bilder und Bücher. Musée des Beaux-Arts, Berne.

1979

Stedelijk Van Abbemuseum, Eindhoven, Pays-Bas.

1980

Verbrennen, verholzen, versenken, versanden. Pavillon de l’Allemagne de l’ouest, 39e Biennale de Venise.

1982

Documenta 7. Kassel.

1984

Musée d’art moderne de la ville de Paris et Centre d’arts plastiques contemporains de Bordeaux.

1986

Stedelijk Museum, Amsterdam.

1987

Museum of Contemporary Art, Chigago.

  

Museum of Art de Philadelphie; Museum of Contemporary Art de Los Angeles; Museum of Modern Art de New York.

1991

Retrospective Kiefer. Neue Nationalgalerie, Berlin.

1993

Melancholia (exposition itinérante). Tokyo, Kyoto et Hiroshima, Japon

1996

Cette obscure clarté qui tombe des étoiles. Galerie Yvon Lambert, Paris

1998

Œuvres sur papier. MoMA, New York.

1999

Die Frauen Der Antike. Galerie Yvon Lambert, Paris.

1999

Anselm Kiefer – Works on Paper. Metropolitan Museum of Art, New York

2000

Chevirat Ha-Kelim. Chapelle de la Salpêtrière, Paris.

2000

Hôpital de la Salpêtrière, Chapelle, Paris.

2001

Die Himmelspaläste. Fondation Beyeler, Bâle.

2005

Lasst tausend Blumen blühen. Kunsthalle Würth.

2005

Die Frauen. Villa Médicis, Rome.

2005-2006

Himmel und Erde. Museum of Modern Art, San Francisco.

2006

Anselm Kiefer ciel-terre. Musée d’art contemporain, Montréal, Canada.

2007

Musée Guggenheim, Bilbao.

2007

Chute d’étoiles (Sternenfall). Ouverture des cycles Monumenta au Grand Palais, Paris.

2008

Mao. Triennale Bovisa, Milan.

2008-2009

Anselm Kiefer. Aus der Sammlung Großhaus. Schloss Gottorf, Schleswig

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540