Version classiqueVersion mobile

Sur la palette de l’artiste. La physico-chimie dans la création artistique

 | 
Philippe Walter

Introduction

Marc Fontecave

Texte intégral

1Grâce à la chaire annuelle d’Innovation technologique Liliane Bettencourt, le Collège de France peut chaque année ouvrir ses enseignements au monde des applications de la recherche fondamentale, avec l’ambition de montrer comment cette dernière peut alimenter les développements technologiques dont dépend notre avenir industriel, économique, social et culturel. L’innovation, c’est bien ce continuum extrêmement complexe, du fondamental à l’appliqué, dont on sent bien qu’il constitue l’un des enjeux de la science de demain, dans un contexte tendu de compétition mondiale. Compétition dans laquelle notre pays s’inscrit avec des atouts, mais aussi avec des faiblesses. Je voudrais donc, à l’occasion de cette nouvelle leçon inaugurale, remercier chaleureusement la Fondation Bettencourt-Schueller pour le soutien continu à cette chaire d’Innovation technologique.

  • 1 Philippe Walter et François Cardinali, L’Art-Chimie. Enquête dans le laboratoire des artistes, Pari (...)

2Après les biotechnologies, l’informatique, la recherche biomédicale et les matériaux, c’est une page originale de l’innovation que nous ouvrons aujourd’hui. Originale, elle l’est avant tout parce qu’elle associe de manière inédite l’art à la chimie et à la physico-chimie, dans un champ de recherche qu’on peut appeler, comme le fait Philippe Walter dans un ouvrage récent1, « l’art-chimie ». Les outils d’analyse chimique de la matière inerte et vivante ont fait l’objet de développements et d’améliorations considérables au cours des dernières années. Ce que ce nouvel enseignement va nous apprendre, c’est un nouveau dialogue entre ces outils techniques et les beaux-arts – peinture, sculpture et architecture en particulier.

3D’une part, l’analyse chimique peut nous permettre de comprendre comment les œuvres d’art ont été élaborées, à partir de quelles techniques, de quels matériaux, de quelles molécules naturelles ou de synthèse, nous faisant ainsi prendre conscience du pouvoir de la chimie dans l’analyse à la fois de l’œuvre et de l’artiste-créateur, au fond de leur histoire commune, celle de la société dans laquelle ils ont ensemble vécu et, en parallèle, plus spécifiquement, de l’histoire de la chimie elle-même.

4D’autre part, cette approche technologique offre de nouveaux moyens, plus efficaces, de contribuer non seulement à l’expertise des œuvres de notre patrimoine – permettant de découvrir faux, contrefaçons et escroqueries –, mais également à leur préservation.

5Enfin, l’étude de ces œuvres, à travers leur contenu chimique, du matériau et de la molécule qui les constituent, exige des développements méthodologiques spécifiques qui enrichissent ces technologies – imagerie et microscopie électronique, accélérateur de particules, spectrométrie de masse, spectroscopie de fluorescence, rayons gamma, rayons X et faisceaux d’ions, et bien d’autres encore.

6Qui d’autre, mieux que Philippe Walter, chercheur en physico-chimie de réputation mondiale, pourrait nous parler de cette aventure scientifique originale, de ce fabuleux dialogue entre chimie et art ? Qui d’autre que cet « art-chimiste », directeur de recherche au CNRS qui, après des études à l’École normale supérieure de Saint-Cloud et une thèse en géochimie à Toulouse, a fait sa carrière d’abord au Laboratoire de recherche des musées de France, au Louvre, puis, depuis 2012, au Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (LAMS) du CNRS et de l’université Pierre-et-Marie-Curie, dont il assure la direction.

7Philippe Walter a joué un rôle pionnier et fédérateur dans cette révolution scientifique. Dans le domaine des développements technologiques, il a en particulier contribué à la construction de prototypes d’instruments d’analyse, portables et légers, pour pouvoir travailler directement sur les terrains archéologiques ou dans les musées.

8Auteur de deux cents publications, aussi bien dans des revues de physico-chimie que dans le domaine de l’archéologie et de l’histoire, il a reçu plusieurs distinctions nationales et internationales, notamment la médaille d’argent du CNRS en 2008, le prix Grammatikakis-Neuman de l’Académie des sciences en 2004 et le prix franco-américain Franklin-Lavoisier en 2010. Je voudrais aussi mentionner qu’il est à l’origine de la création récente d’une nouvelle série des prestigieuses conférences américaines Gordon Research Conferences, intitulée « Scientific Methods in Cultural Heritage Research ».

9Cher Philippe, je vous laisse maintenant la parole. Pour une fois, la chimie va nous faire rêver. Je ne parle pas pour moi, vous vous en doutez.

Notes

1 Philippe Walter et François Cardinali, L’Art-Chimie. Enquête dans le laboratoire des artistes, Paris, Michel de Maule, 2013.

© Collège de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search