Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Leibniz et le principe de raison

 | 
Jean-Matthias Fleury

César aurait-il pu ne pas franchir le Rubicon ?

Leibniz et la raison dans l’histoire

Jean-Matthias Fleury

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Jacques Bouveresse, Dans le labyrinthe : nécessité, contingence et liberté chez Leibniz. Cours 2009 (...)

1Je me propose ici d’utiliser les commentaires que Jacques Bouveresse consacre, dans ses cours1, à la notion de « nécessité morale » et à celle de « nature » chez Leibniz, pour traiter d’un certain nombre de questions relatives au déterminisme historique en m’appuyant sur le fameux exemple de César franchissant le Rubicon, développé dans l’article 13 du Discours de Métaphysique. Dans cet article, Leibniz soutient, comme on sait, que la décision de Jules César de franchir le Rubicon n’a obéi à aucune nécessité stricte, même si cette décision et les conséquences historiques dont elle a été porteuse étaient bel et bien comprises dans la « nature » même de César. Schématiquement, il soutient donc que cette décision, tout en étant parfaitement déterminée, n’était cependant nullement nécessaire, proposant ainsi une interprétation très singulière du genre de déterminisme à l’œuvre dans le cours des événements historiques.

  • 2 En 1964, ce dernier s’est efforcé, dans un livre devenu, depuis, un classique, d’imaginer ce qu’aur (...)
  • 3 Par exemple : Geoffrey Hawthorn, Plausible Worlds, Cambridge University Press, 1991 ; Philip Tetloc (...)

2Ce qui me semble intéressant dans cet exemple, c’est qu’il se prête tout particulièrement à ce qu’on appelle la démarche contrefactuelle en histoire, c’est-à-dire à la méthode appliquée par certains historiens contemporains qui consiste à se demander, à propos d’un événement ou d’un processus historique donné, s’il aurait pu se produire d’une manière différente. Cette méthodologie historique, qui a donné lieu, à la suite des travaux de Robert Fogel2, à de nombreuses études dans le champ de la recherche historique anglo-saxonne, consiste à essayer de restituer les alternatives historiques disponibles de manière plausible à un moment crucial de l’histoire, soit pour les étudier en tant que telles (c’est ce qu’on appelle, en histoire, la démarche uchronique), soit pour chercher à identifier la raison pour laquelle les événements se sont finalement déroulés d’une certaine manière et pas autrement3.

  • 4 Le terme est de Charles Renouvier, le premier à s’être essayé au genre.
  • 5 Niall Ferguson (dir.), Virtual History : Alternatives and Couterfactuals, Basic Books, 1997.

3La démarche uchronique4, développée par certains historiens contemporains5, repose sur l’ambition de produire une connaissance historique spécifique, qui porterait uniquement sur ce qui aurait pu se passer, sur les possibilités historiques restées, en quelque sorte, en suspens. Il me semble qu’une telle démarche n’est pas sans rappeler le projet épistémique désigné par certains devanciers de Leibniz sous le terme de « science moyenne » et, quand on sait avec quelle constance Leibniz a critiqué l’idée qu’il puisse exister une connaissance authentique de cette sorte, on ne sera pas étonné du peu d’échos qu’elle rencontre dans ses analyses. En revanche, l’idée consistant à dire que les déterminations historiques requièrent toujours, pour être comprises, de faire droit à un spectre de possibilités alternatives sur lequel elles s’exercent, me semble, elle, tout à fait compatible avec les conceptions leibniziennes. C’est ce qui motive, dans ce qui suit, le rapprochement que je suggère entre les réflexions de certains historiens contrefactualistes sur le statut modal des imputations causales en histoire, et la manière dont Leibniz conçoit les déterminations portant sur les faits en général, et sur les faits historiques en particulier.

4L’intérêt de ce rapprochement tient, selon moi, à ce que le statut des possibilités en histoire est abordé par les historiens d’un point de vue purement épistémique, alors que Leibniz en propose une interprétation plus globale, qui permet aussi de préciser la nature logique et ontologique des déterminations historiques. Sur le plan logique, Leibniz soutient ainsi que les faits engageant des décisions ou des pratiques humaines obéissent à une nécessité de nature morale. Sur le plan ontologique, il soutient que le déterminisme impliqué dans ce genre de faits trouve, en dernière analyse, son fondement dans la nature des agents historiques. Ce sont donc ces deux notions, spécifiquement leibniziennes, qui me serviront de fil rouge dans cet exposé.

L’héritage wébérien

  • 6 Max Weber, Essais sur la théorie de la science, trad. (partielle) par J. Freund, Presses Pocket, 19 (...)

5Mais avant d’en venir aux analyses de Leibniz, il me faut d’abord dire quelques mots sur la manière dont les hypothèses contrefactuelles interviennent dans les imputations causales en histoire. J’ai cité, un peu plus haut, les travaux pionniers de Robert Fogel. Mais le premier à avoir perçu l’importance des possibilités alternatives dans les imputations causales en histoire est probablement Max Weber, dans le deuxième chapitre du deuxième livre des Essais sur la théorie de la Science6, intitulé, de manière significative « Possibilité objective et causalité adéquate en histoire ».

6Dans ce texte, consacré à une discussion des travaux de l’historien Meyer, Weber est amené à préciser ce qui constitue, de son point de vue, la structure logique de toute imputation causale en histoire. Selon lui, dès que l’historien propose d’expliquer la signification causale d’un événement, il procède en réalité, de manière le plus souvent implicite, à un raisonnement de la forme suivante : en disant que l’événement (ou le fait, ou le processus) A est la cause de l’événement (ou du fait ou du processus) B, on affirme que « Si A ne s’était pas produit, ou s’était produit d’une manière différente, alors B ne se serait pas produit ou se serait produit d’une manière différente ». Bref, toute imputation causale en histoire revient, en définitive, à dire que le phénomène qui est envisagé comme une cause pertinente donne la raison pour laquelle la suite des événements s’est déroulée comme elle s’est déroulée, et pas autrement.

  • 7 Ibid., p. 281-2.

7Ainsi, Weber souligne que, lorsque Meyer affirme, par exemple, que la victoire des Grecs à Marathon peut être considérée comme la cause du développement ultérieur de la civilisation occidentale (marquée, selon Meyer, par un souci d’élaboration rationnelle des normes collectives), il suppose, implicitement, que cette bataille a, en quelque sorte, tranché entre deux possibilités historiques objectivement disponibles à ce moment-là : celle d’une évolution marquée par le caractère autoritaire et théocratique de la culture perse, et celle d’une évolution marquée par les idéaux rationnels et démocratiques de la culture grecque, qui l’a finalement emporté7. L’historien procède alors à une sorte de simulation spéculative qui consiste – compte tenu, dit Weber, de « nos connaissances nomologiques » et des « règles de l’expérience » – à imaginer ce qui aurait pu se produire si tel ou tel facteur s’était trouvé modifié afin de montrer lequel d’entre eux permet, finalement, de donner la raison pour laquelle le cours de l’histoire a suivi l’orientation qui a été la sienne. L’assignation de n’importe quelle détermination causale en histoire suppose donc, pour Weber, de prendre la mesure du fait que les processus historiques, loin d’être soumis à une nécessité implacable qui exclurait la possibilité qu’ils puissent suivre un cours différent, se réalisent toujours sur le fond d’un arrière-plan de possibilités alternatives.

8Indéniablement, ces analyses de Weber présentent des similitudes frappantes avec certaines des positions de Leibniz, attaché à montrer que la série des épisodes qui constituent l’histoire du monde actuel n’est qu’une série possible parmi une infinité d’autres, contrairement à ceux qui, comme Spinoza, soutiennent que la réalité tend nécessairement à actualiser l’intégralité des possibles, ce qui revient à attribuer aux événements qui s’y produisent une forme de nécessité absolue. Mais ce qui sépare les conceptions de Weber de celles de Leibniz, c’est que le premier considère que les possibilités envisagées par l’historien sont toujours relatives à la perspective (à l’idéal-type, pour reprendre la terminologie wébérienne) que ce dernier, en fonction de sa curiosité personnelle, décide d’adopter sur les phénomènes historiques. En défenseur du pluralisme axiologique, Weber soutient donc finalement que n’importe quel phénomène historique est, en réalité, susceptible d’être déterminé causalement d’une infinité de manières différentes. Ainsi, une décision comme celle que prend César en franchissant le Rubicon est susceptible d’être envisagée sur le fond d’une infinité de décisions alternatives, et l’historien doit renoncer à lui assigner ce qui serait sa détermination causale objective, puisque les causes qu’il donnera sont toujours relatives à la perspective qu’il adopte.

9Une conception comme celle de Weber court alors le risque de brouiller considérablement le statut logique exact des déterminations causales ainsi retenues. Si les possibilités alternatives retenues pour identifier tel ou tel facteur causal dépendent uniquement de la perspective choisie par l’historien, on ne voit plus très bien, ni en quel sens, tel ou tel facteur serait plus nécessaire qu’un autre, ni en quoi, du reste, il serait finalement déterminant. À cela s’ajoute le fait que, pour qu’une cause soit pertinente, c’est-à-dire pour qu’elle possède un certain pouvoir explicatif qui donne, en un sens quelconque, la raison de ses effets, elle doit, d’une manière ou d’une autre, renvoyer à un élément auto-explicatif, à une instance qui suffit logiquement à fonder l’explication.

10C’est sur ces deux aspects, logiques et ontologiques, que les analyses leibniziennes me semblent apporter des éclairages importants sur le rôle et le statut qui doivent être attribués aux possibilités en histoire, et à la manière dont elles s’articulent au déterminisme spécifique qu’on y rencontre.

Franchir le Rubicon

11J’en viens donc maintenant à la manière dont Leibniz décrit, dans le Discours, le cas de Jules César décidant de franchir le Rubicon, et à la manière dont il conçoit le genre de détermination auquel obéit une telle décision. Il écrit ainsi :

  • 8 Leibniz, Discours de Métaphysique, art. 13 (Henry Lestienne [éd.], 4ème édition, Vrin, 1966, p. 45)

La dictature future de César a son fondement dans sa notion ou sa nature ; on y voit une raison pourquoi il a plutôt résolu de passer le Rubicon que de s’y arrêter, et pourquoi il a plutôt gagné que perdu la journée de Pharsale, et qu’il était raisonnable et par conséquent assuré que cela arrivât ; mais non pas qu’il est nécessaire en soi-même, ni que le contraire implique contradiction8.

12La position de Leibniz consiste ici à soutenir :

– sur le plan ontologique, qu’il existe bien une forme de détermination entre la décision de César et les conséquences qu’elle entraîne par la suite, lesquelles sont contenues dans la nature de César et permettent de donner la raison de cette décision ;

– sur le plan épistémique, que cette détermination peut, en dernière analyse, faire l’objet d’une connaissance certaine, dans la mesure où la « notion » de César inclut l’ensemble des prédicats qui peuvent lui être attribués, notamment, donc, celui de sa décision de franchir le Rubicon ;

– sur le plan logique, que le genre de connexion entre le sujet César et le prédicat historique qu’on lui attribue en disant qu’il a franchi le Rubicon pour des raisons qui tiennent à sa nature n’implique cependant aucune forme de nécessitarisme, contrairement à ce qui se passe dans le cas des vérités logiques ou mathématiques.

13Il convient de préciser d’emblée les conditions du rapprochement qui peut être fait entre ce que soutient ici Leibniz et la démarche contrefactuelle revendiquée par certains historiens.

14En premier lieu, il est clair qu’aux yeux de Leibniz, l’idée selon laquelle César aurait réellement pu prendre une autre décision que celle qu’il a prise effectivement, n’a pas vraiment de sens. Autrement dit, si Leibniz tient à préserver le caractère contingent des faits qui composent l’histoire du monde et celle des hommes en particulier, ce n’est certainement pas en affirmant que ces faits auraient, tout compte fait, pu ne pas se produire. Aucune chance donc, d’utiliser les propos de Leibniz pour une entreprise de justification d’une forme de connaissance spécifiquement uchronique ou alter-historique. Les événements passés qui constituent l’histoire des hommes, en tant qu’ils sont intégralement déterminés par leur appartenance à l’histoire du monde créé par Dieu, ne ménagent, en dernière analyse, aucune place pour un cours alternatif de l’histoire : l’individu historique César, tel qu’il a réellement existé, n’aurait pas pu ne pas franchir le Rubicon, à moins précisément qu’il n’ait été un autre individu engagé dans l’histoire d’un autre monde que le nôtre.

15Mais Leibniz souligne en même temps que, d’un point de vue strictement logique, les faits composant l’histoire de notre monde auraient parfaitement pu se produire de manière différente. En insistant constamment sur le fait que le caractère intégralement déterminé des événements et des processus historiques n’a, en ce sens, rien de nécessaire, il légitime donc bien une certaine forme de raisonnement contrefactuel en histoire, non pas pour spéculer sur les éventuelles alternatives historiques réellement disponibles à ce moment-là, mais pour comprendre pourquoi César, par exemple, a justement agi ainsi et pas autrement.

16Pour comprendre ce qui distingue une telle approche des faits historiques de celle défendue, par exemple, par ce lointain héritier de Spinoza qu’est Engels, on peut me semble-t-il, se référer à ce que dit ce dernier dans une lettre à Borgius :

  • 9 En français dans le texte.
  • 10 Engels à W. Borgius, le 25. 1. 1894. Je souligne [JMF].

Que tel grand homme, et précisément celui-ci, apparaît à tel moment, dans tel pays, cela n'est évidemment que pur hasard. Mais supprimons-le : il y a demande (Nachfrage) pour son remplacement, et ce remplacement se fait tant bien que mal9, mais il se fait à la longue (auf die Dauer). Que le corse Napoléon ait été précisément le dictateur militaire dont la République française épuisée par ses guerres avait besoin, ce fut un hasard ; mais qu'en cas de manque d'un Napoléon un autre eût pris la place, cela est prouvé par ce fait que chaque fois l'homme s'est trouvé, dès qu'il était nécessaire (nötig) : César, Auguste, Cromwell, etc.10.

Si l’on suit Engels, la décision de César de franchir le Rubicon serait ainsi le résultat d’une combinaison entre des éléments singuliers (empruntés à la biographie de l’individu César), dont la présence serait liée au hasard, et la nécessité d’une loi générale de l’histoire qui commanderait de manière inéluctable le déroulement de certaines situations typiques. Cette conception du déterminisme historique enlève toute pertinence aux facteurs individuels, et confère à des lois générales, pensées comme absolument nécessaires, l’essentiel du caractère épistémique et ontologique de la détermination.

17Ce que Leibniz conteste dans une conception de ce genre, c’est qu’elle puisse donner en quoi que ce soit la raison suffisante de tel ou tel événement de l’histoire du monde et de celle des hommes en particulier. L’erreur nécessitariste tient, selon lui, à une utilisation du principe de raison triplement erronée.

1. Du point de vue ontologique, elle suppose une forme d’efficacité mystérieuse dévolue aux situations historiques proprement dites, alors que seules les substances individuelles peuvent, en toute rigueur, être considérées comme agissantes.

2. Du point de vue épistémique, les explications qu’elle sous-tend reposent en réalité sur un double arbitraire : d’une part, en remettant au hasard l’instanciation singulière des lois générales qu’elle postule, et, d’autre part, en étant incapable de justifier la signification et le bien-fondé de ces lois, qui sont arbitrairement pensées comme étant les seules possibles.

3. Du point de vue logique, enfin, elle affirme une conception difficilement soutenable concernant le statut modal des régularités historiques et des propositions qu’elles engendrent. L’idée selon laquelle le cours de l’histoire suivrait une nécessité comparable à celle qu’on trouve, par exemple, mathématique ou en logique peut en effet, et à bon droit me semble-t-il, apparaître finalement indéfendable.

18En définitive, ces trois axes de critiques convergent vers l’idée selon laquelle les conceptions nécessitaristes du déterminisme historique ignorent simplement l’irréductibilité, de nature factuelle, des choix qui interviennent dans le cours des événements : choix proprement divins, dans le cas des événements physiques ; choix divins effectués par la médiation des décisions humaines, pour les événements historiques. Pour comprendre la position de Leibniz, il importe donc maintenant de préciser le sens de ces considérations en nous intéressant tout particulièrement à son analyse logique des propositions singulières contingentes, dont l’attribution à César de la décision de franchir le Rubicon constitue une illustration exemplaire.

Une nécessité hypothétique de nature morale

  • 11 Bouveresse, Dans le Labyrinthe, op. cit.,

19Comme le souligne Bouveresse dans le Cours 1411, la position de Leibniz consiste à préciser le statut modal des déterminations historiques en s’appuyant sur une double distinction : celle qu’il établit entre nécessité absolue et nécessité hypothétique, d’une part, et celle qu’il établit entre nécessité morale et nécessité aveugle, d’autre part. Le but que se donne Leibniz consiste ainsi, selon Bouveresse, à montrer comment la vérité des propositions singulières contingentes (et, partant, le type de connaissance que nous sommes en droit d’en attendre) obéit à des contraintes logiques spécifiques, irréductibles à celles qui ont cours lorsqu’on a affaire à des propositions strictement nécessaires comme c’est le cas en mathématique ou en logique. Ce faisant, il s’efforce bien de penser la singularité des déterminations qui portent sur les existants, en particulier lorsqu’il s’agit de donner la raison des épisodes qui composent l’histoire des hommes.

20Dans un extrait du De Libertate, Leibniz affirme ainsi qu’il convient de distinguer la nécessité absolue de ce qu’il appelle ici la nécessité accidentelle, laquelle est seulement conditionnelle :

Tout ce qui sera ne sera pas moins certainement et nécessairement que ce qui est passé n’est nécessairement passé. Non pas parce qu’il est nécessaire par soi, mais parce qu’il suit des circonstances posées <des choses présentes (par exemple de la prescience de Dieu, ou de la même façon de la série des choses)>. Tout ce qui sera, il est vrai en tout état de cause qu’il sera, tout ce qui est vrai est (pour celui qui sait) certainement vrai. Donc tout ce qui sera, il est certain qu’il sera. [Tout ce qui est certain, cela est d’une certaine façon, soit par soi, soit au moins par accident à partir des choses posées, nécessaire]. Tout ce qui est certain est inévitable, mais de la nécessité par accident ou hypothétique que j’ai dite, qui à coup sûr ne supprime pas la contingence ou la liberté du certain.

Dans le même texte, Leibniz précise :

  • 12 Leibniz, Textes inédits, édités par Gaston Grua, PUF, 1948, vol. 1, p. 274.

Parmi les termes complexes, [les propositions] toutes les vérités de Métaphysique, de Géométrie et toutes les autres qui peuvent être démontrées à partir des termes sont nécessaires par soi ; mais toutes les propositions historiques ou pour ainsi dire de fait, qui peuvent être sues de nous non par la démonstration mais par l’expérience, sont contingentes par soi, nécessaires seulement par accident12.

Bouveresse propose d’interpréter ce que dit Leibniz de la manière suivante :

  • 13 Bouveresse, Dans le labyrinthe, op. cit., cours 14, § 5.

Une proposition absolument nécessaire, comme c’est le cas des propositions dont la nécessité est de type logique, géométrique ou métaphysique, est une proposition dont la négation implique contradiction. Dans le cas d’une nécessité conditionnelle, où la vérité d’une proposition q résulte comme une conséquence nécessaire de la vérité d’une proposition p, c’est la négation de la proposition conditionnelle toute entière « Si p, alors q », autrement dit la proposition « p et non-q », qui implique contradiction13.

21Cela signifie que, dans le cas des propositions historiques, la vérité de la conséquence est conditionnée à celle de l’antécédent, et qu’elle manifeste, dans leur cas, une certaine dépendance à l’égard de l’existence de l’antécédent. À l’inverse, les propositions absolument nécessaires ne manifestent aucun engagement de cette sorte ; elles supposent simplement qu’on puisse faire l’hypothèse de cette existence pour pouvoir conclure, et c’est la raison pour laquelle elles sont vraies ou fausses indépendamment de toute circonstances ou, pour le dire autrement, dans tous les mondes possibles. Par exemple, une proposition absolument nécessaire comme celle affirmant que « la somme des angles d’un triangle est égale à deux droits » porte sur n’importe quel triangle possible, en n’importe quelle circonstance, sans avoir à prendre en compte les particularités de tel ou tel triangle particulier. Elle suppose seulement la possibilité, d’une figure géométrique triangulaire et non son existence. Et c’est le caractère général de cette hypothèse qui la rend absolument nécessaire, c’est-à-dire, en l’occurrence, vraie dans tous les mondes possibles. À l’inverse, une proposition affirmant que « C’est l’ambition politique de César qui le poussa à franchir le Rubicon » suppose, pour être vérifiée, l’existence réelle de l’individu César auquel le prédicat est attribué. Et cette existence suppose de prendre en compte l’ensemble des conditions dans lesquelles cette existence se trouve engagée, autrement dit le monde réel dans lequel a vécu César, lequel suppose à son tour, aux yeux de Leibniz, un choix initial présidant à sa création, à l’exclusion de tous les autres mondes possibles.

22Dans le premier cas, la négation de la proposition viole directement le principe de contradiction. Rien de tel dans le second cas, le fait que César n’ait finalement pas franchi le Rubicon supposant non pas une contradiction de nature logique, mais une contradiction avec la réalité du monde dans lequel a vécu César, c’est-à-dire une contradiction avec le monde actuel, qui n’est qu’un monde possible parmi d’autres. En ce sens, Leibniz affirme simplement que la proposition selon laquelle « C’est l’ambition politique de César qui le poussa à franchir le Rubicon » pourrait parfaitement être fausse dans un monde différent du nôtre, un monde dans lequel, par exemple, les inclinations personnelles d’un individu ressemblant à César (mais qui ne serait, en tout état de cause, pas identique au César ayant réellement existé) auraient été différentes, ou un monde dans lequel les circonstances historiques (dans lesquelles cet avatar de César aurait finalement renoncé) se seraient trouvées différentes du fait de divergences plus ou moins importantes avec le cours des événements que le nôtre a connu.

23En résumé, les propositions absolument nécessaires portent sur des individus seulement hypothétiques, ou encore « seulement » possibles, c’est-à-dire suffisamment indéterminés pour être concevables dans n’importe quel monde. À l’inverse, les propositions nécessaires de manière accidentelle voient leur vérité conditionnée à l’existence de l’individu sur lequel elles portent. Cela signifie que leur vérité suppose aussi d’emblée l’existence du monde auquel appartient cet individu. Et c’est en ce sens que leur nécessité est seulement « accidentelle » ou conditionnelle, dans la mesure où d’autres mondes que le nôtre auraient pu exister en son lieu et place, sans que cela viole quelque règle logique que ce soit. Mais une fois posée cette existence, la proposition est bien, aux yeux de Leibniz, nécessairement vraie ou nécessairement fausse : nécessairement vraie si elle décrit un fait qui s’est réellement produit dans le monde actuel ; nécessairement fausse si le contenu de la proposition ne correspond pas à un fait s’étant réellement produit, mais à une situation qui aurait impliqué un monde plus ou moins différent du nôtre.

24Si Leibniz parle bien de nécessité (« accidentelle » ou « conditionnée »), à propos des propositions historiques et des vérités de fait, c’est parce qu’il considère, sur le plan ontologique, que le monde dans lequel nous vivons est intégralement déterminé, c’est-à-dire que rien de ce qui s’y produit ne saurait y arriver sans raison (ce qui ne signifie évidemment pas que nous puissions toujours connaître la raison dont il s’agit). Autrement dit l’enchainement des faits et des circonstances qui conduisent César à prendre sa décision de franchir le Rubicon, font que cette décision, au moment où César la prend, est bien nécessaire au sens où une autre décision serait en contradiction avec cet enchainement.

25Admettre, comme le fait par exemple Aristote, que certaines propositions, lorsqu’elles portent sur des futurs contingents et des êtres en puissance ne sont, au sens strict, ni vraies ni fausses et impliquent de suspendre le principe de bivalence, est aux yeux de Leibniz inacceptable. S’il est vrai que « C’est son ambition politique qui poussa César à franchir le Rubicon », cela est vrai de toute éternité, comme il était également vrai qu’il déciderait de le faire avant qu’il ne le fasse effectivement. Bref, le principe de bivalence implique la nécessité du vrai comme celle du faux, qu’il s’agisse des propositions absolument nécessaires ou des propositions nécessaires de manière seulement conditionnelles.

26En quel sens, dès lors, Leibniz peut-il soutenir que sa conception ne conduit à aucune conclusion nécessitariste, comme le lui objecte Arnauld ?

27Dans un passage de la Théodicée, Leibniz formule les choses de la manière suivante :

  • 14 Leibniz, Essais de Théodicée, J. Brunschwig (éd.), Flammarion ‘GF’, 1969, II, § 170, p. 217.

C’est une question, si le passé est plus nécessaire que le futur. Cléanthe a été de ce sentiment. On objecte qu’il est nécessaire ex hypothesi que le futur arrive, comme il est nécessaire ex hypothesi que le passé soit arrivé. Mais il y a cette différence qu’il n’est point possible d’agir sur l’état passé, c’est une contradiction ; mais il est possible de faire quelque effet sur l’avenir : cependant la nécessité hypothétique de l’un et de l’autre est la même ; l’un ne peut pas être changé, l’autre ne le sera pas et, cela posé, il ne pourra pas être changé non plus14.

Bouveresse commente ce passage comme suit :

  • 15 Bouveresse, Dans le labyrinthe, op. cit., cours 11, § 3.

Leibniz veut dire qu’il y a une symétrie complète entre le passé et le futur pour ce qui est de la détermination, mais pas pour ce qui concerne la réalisation du possible, qui ne peut avoir lieu que dans le présent ou l’avenir. Mais, puisque l’avenir est, lui aussi, déterminé, il sera ce qu’il est prévu qu’il soit et, comme tout futur deviendra un jour présent, puis passé, il acquerra lui aussi, le moment venu, la nécessité spécifique qui appartient au passé une fois qu’il est passé15.

28Il convient ici de souligner que l’analyse proposée par Leibniz de la vérité relative aux propositions portants sur le passé, le présent et l’avenir est de nature essentiellement logique et ontologique. Ce sont toutes les vérités de faits dont Leibniz souligne le caractère nécessaire (d’une nécessité conditionnelle), et pas spécifiquement celles qui engagent des pratiques ou des décisions humaines. Autrement dit, si l’on rapporte ces analyses à ce que nous désignons aujourd’hui par le terme d’histoire, lequel porte précisément sur des faits de ce genre, il faut se garder d’interpréter ce que dit Leibniz comme une sorte d’engagement en faveur de la faisabilité de l’histoire ou de la dimension pragmatique des vérités portant sur des faits historiques. Si les vérités de fait sont nécessaires, c’est d’abord parce qu’elles renvoient à des déterminations d’ordre ontologique qui déclinent, dans le réel, le principe de raison suffisante.

29Mais en même temps, Leibniz insiste sur le fait que ce déterminisme intégral est parfaitement compatible avec une conception objective des possibilités, dès lors que les propositions auxquelles on a affaire portent sur le présent ou sur le futur. Autrement, dit, le fait que le passé comme le futur soient intégralement déterminés et que la vérité ou la fausseté des propositions qui s’y rapportent soit nécessaire, n’exclut en rien qu’on puisse s’interroger sur ce qui est ou sera possible, mais aussi sur ce qui a été possible, même si, dans ce dernier cas, les possibilités en question ne sont, bien sûr, plus réalisables.

30Ce qui distingue, aux yeux de Leibniz, le déterminisme du nécessitarisme, c’est donc le fait que, d’un point de vue logique, tant qu’ils ne se sont pas produits, les faits peuvent parfaitement ne pas se produire ou se produire d’une manière différente de celle sous laquelle ils se réaliseront effectivement. Dans l’usage qu’en propose Leibniz, le principe de raison affirme donc simplement que, une fois que les faits se sont produits, on peut considérer avec certitude qu’ils n’auraient pas pu se produire autrement. Mais cela n’exclut en rien qu’on puisse, tant que le fait ne s’est pas produit, considérer des alternatives comme étant, objectivement possibles, et cela est même requis pour qu’on puisse affirmer que la raison pour laquelle ces alternatives ne se sont finalement pas actualisées était, en définitive, la meilleure.

31Le cas des faits historiques constitue un sous ensemble des faits constituant l’histoire du monde ; mais, dans la mesure où ces faits engagent, pour la plupart d’entre eux, des décisions et des pratiques humaines, il complique encore un peu, si cela est possible, la situation. Si on revient sur l’exemple discuté à l’article 13 du Discours, il faut en effet rendre compte de ce que la décision de César implique non seulement un certain enchaînement causal de nature physique, dans l’organisme de César et dans les système physique qui l’entoure au moment de la décision, mais aussi un choix libre de sa part, lequel, Leibniz y insiste inlassablement, implique que César ait agi en fonction de ce qui lui semblait alors être le meilleur. Un événement historique de ce genre obéit donc, comme n’importe quel fait contingent, à une nécessité seulement conditionnelle, mais aussi à une nécessité dont la nature est, pour reprendre les termes de Leibniz, essentiellement morale.

Nécessité morale

32On sait que Leibniz distingue constamment trois types de nécessité : la nécessité logique ou métaphysique, la nécessité physique et la nécessité morale. La première obéit au seul principe de contradiction, c’est-à-dire qu’elle concerne les propositions dont la négation est contradictoire, comme c’est le cas pour les vérités logiques ou mathématiques. La seconde concerne les lois de la nature, qui sont, selon Leibniz, irréductibles à la logique en ce qu’elles obéissent à des principes qui, à l’image du principe de continuité ou de moindre action, manifestent le choix du Créateur orienté en vue du meilleur. La troisième décline et reconduit ce choix divin initial dans le cas des faits engageant des décisions humaines, lesquelles s’effectuent toujours, selon Leibniz, à partir de raisons orientées par ce qui nous semble être le meilleur et non selon des lois purement logiques.

33Il faut ici souligner que, dans le domaine des actions humaines qui constituent la texture même de l’histoire, le déterminisme moral défendu par Leibniz n’est pas moins rigoureux que celui qui prévaut dans le domaine physique. Qu’il faille, en histoire, faire droit à l’importance qu’y jouent les décisions et les motifs des agents ne le conduit aucunement à considérer que l’enchaînement des événements et des processus historiques serait moins déterminé que le cours du monde physique. Ainsi écrit-il dans les Nouveaux Essais :

  • 16 Leibniz, Nouveaux Essais sur l’entendement humain, J. Brunschwig (éd.), Flammarion ‘GF’, 1966, II, (...)

Il n’y a pas moins de connexion ou de détermination dans les pensées que dans les mouvements (être déterminé étant tout autre chose qu’être forcé ou poussé avec contrainte). Et si nous ne remarquons pas toujours la raison qui nous détermine ou plutôt par laquelle nous nous déterminons, c’est que nous sommes aussi peu capables de nous apercevoir de tout le jeu de notre esprit et de ses pensées, le plus souvent imperceptibles et confuses, que nous sommes de démêler toutes les machines que la nature fait jouer dans le corps16.

C’est la raison pour laquelle la décision de César, quoique non nécessaire (au sens absolu du terme) est bien, comme y insiste Leibniz dans l’article 13 du Discours, intégralement déterminée et, donc, absolument certaine au regard de Dieu. C’est pour caractériser des situations de ce type et le genre de vérités qu’on peut formuler à leur égard que Leibniz a recours à la notion de nécessité morale, laquelle a donc une importance toute particulière si on veut comprendre la manière dont Leibniz conçoit le genre de détermination auquel a affaire l’historien.

34La notion de nécessité morale caractérise d’abord, chez Leibniz, la vérité des propositions dont la négation implique non pas une contradiction logique mais une contradiction de nature morale, c’est-à-dire une perfection moindre. Ces propositions portent sur tous les faits qui procèdent de choix s’effectuant entre différentes possibilités également concevables, au premier rang desquels, bien entendu, le choix que Dieu a fait de porter à l’existence le meilleur des mondes possibles.

35À propos de la vérité des propositions de fait, Leibniz propose, comme on sait, un usage original du principe de raison qui le conduit à soutenir que leur vérité repose non pas sur le principe de contradiction mais sur le principe du meilleur. Autrement dit, il soutient que lorsqu’on a affaire à des propositions qui portent sur des faits, leur négation, qui postule donc une possibilité alternative, n’est jamais contradictoire d’un point de vue logique, mais seulement d’un point de vue moral, ce qui revient à dire que les hypothèses contrefactuelles ne sont jamais absurdes, mais seulement moins parfaites que celles qui décrivent des faits réels.

36La manière dont Leibniz présente les choses consiste à dire que le monde dans lequel nous vivons procède d’un choix divin initial qui s’est effectué parmi une infinité d’autres mondes possibles selon le principe de raison, c’est-à-dire en suivant la meilleure des raisons alors disponibles. Si la volonté divine s’est ainsi portée sur le meilleur des mondes possibles, c’est parce que tout autre choix se serait révélé arbitraire, c’est-à-dire, en définitive, irrationnel, ce qui aurait pour conséquence de rendre notre monde inintelligible. La conséquence de cela, c’est que notre monde et tous les épisodes qui constituent son histoire sont intégralement déterminés par ce choix initial qui imprime sa marque à tout ce qui existe effectivement, et notamment aux principes généraux qui gouvernent les régularités qu’on y observe. C’est la raison pour laquelle Leibniz considère que les lois de la physique elles-mêmes et la nécessité des déterminations qu’elles sous-tendent, se rapportent, en dernière analyse, à des principes de nature architectonique comme le principe de continuité, ou celui de l’équivalence entre la cause pleine et l’effet entier.

37Les faits proprement historiques n’échappent évidemment pas à cette dimension intrinsèquement morale inhérente à notre monde, et, dans la mesure où ils engagent des pratiques et des décisions humaines, on retrouve dans les déterminations historiques des mécanismes analogues à celui qui a joué dans le choix divin initial. Comme le Créateur, les hommes sont ainsi amenés à agir et à déterminer leur volonté en fonction des raisons qui leur semblent les meilleures parmi les différentes possibilités qui s’offrent à eux à un moment donné, et non en fonction de raisons « nécessitantes » comme celles qui déterminent les vérités mathématiques ou logiques. Ainsi Leibniz écrit-il :

  • 17 Ibid..

Non seulement les vérités contingentes ne sont point nécessaires, mais encore leurs liaisons ne sont pas toujours d’une nécessité absolue ; car il faut avouer qu’il y a de la différence dans la manière de déterminer entre les conséquences qui ont lieu en matière nécessaire et celles qui ont lieu en matière contingente. Les conséquences géométriques et métaphysiques nécessitent, mais les conséquences physiques et morales inclinent sans nécessiter – le physique même ayant quelque chose de moral et de volontaire par rapport à Dieu, puisque les lois du mouvement n’ont point d’autre nécessité que celle du meilleur17.

38C’est bien le fait qu’on puisse, pour chaque action humaine, envisager un certain nombre de choix alternatifs, qui justifie ainsi, selon Leibniz, qu’on doive parler à propos des déterminations historiques, de raisons qui « inclinent » le choix de ces agents sans pour autant les « nécessiter ». Ce qui est ici en jeu, c’est, bien entendu, la possibilité de maintenir la liberté des agents comme un fait irréductible, sans abandonner l’idée selon laquelle leurs actes sont toujours intégralement déterminés. Bouveresse souligne ici que :

  • 18 Bouveresse, Dans le Labyrinthe, op. cit., Cours 14, § 15.

La marge de manœuvre dont dispose ici Leibniz est évidemment étroite, pour la raison suivante. Pour que la liberté soit possible, il est indispensable que même les raisons les plus fortes ne nécessitent pas. Mais qu’elles ne le fassent pas ne peut en aucun cas signifier que nous conservons toujours la possibilité de les ignorer ou de choisir, en connaissance de cause, de nous laisser déterminer par des raisons moins bonnes, puisque cela reviendrait en fin de compte à exiger que nous disposions de la possibilité d’agir sans raison en dépit des raisons, alors qu’une raison ne peut jamais être évincée par l’absence de raison, mais seulement par une raison encore meilleure, qui incline plus fortement, mais toujours sans nécessiter. En d’autres termes, il faut trouver le moyen d’éviter à la fois la nécessité stricte, qui priverait l’action de toute valeur morale, et la liberté d’indifférence, qui est une absurdité conceptuelle18.

39Envisager, comme le fait par exemple Engels, que la décision de César de franchir le Rubicon était strictement nécessaire en vertu d’une nécessité aveugle dans l’histoire, signifie que cette décision s’est en réalité portée sur une possibilité unique, et que l’historien ne peut, en définitive, concevoir aucun autre cours de l’histoire sous peine de transgresser ses lois générales. La raison qui a poussé César à franchir le Rubicon n’aurait alors rien à voir avec ses motifs personnels, ces derniers se trouvant converger avec la nécessité du moment uniquement par hasard, c’est-à-dire de manière finalement arbitraire. Ce faisant, l’historien est conduit à proposer des explications dépourvues de toute signification morale, ce qui, selon Leibniz, revient à manquer la spécificité logique, ontologique et épistémologique des actions humaines engagées dans l’histoire. Mais il faut, bien entendu, se garder également d’une erreur symétrique qui consisterait à réduire les déterminations historiques à des choix individuels arbitraires, qui ôteraient aussi sûrement toute intelligibilité aux événements, en considérant que les agents historiques peuvent, en quelque sorte, se déterminer eux-mêmes indépendamment de toute raison prévalente.

40Toute la complexité du travail d’historien consiste ainsi à restituer les motifs ayant déterminé la décision des agents historiques, ce qui implique à la fois de montrer pourquoi ils auraient pu agir autrement, et de donner la raison pour laquelle ils ont finalement agi comme ils l’ont fait, laquelle ne saurait évidemment être que la meilleure sous peine de rendre le cours de l’histoire incompréhensible. Les partisans du nécessitarisme historique comme ceux d’un volontarisme courent ainsi deux risques symétriques : celui de s’en remettre, pour expliquer les déterminations historiques à des lois générales arbitraires, et celui de s’en remettre à des décisions individuelles ou collectives également arbitraires. Dans les deux cas, Leibniz estime que l’on manque la nécessité spécifique des déterminations à l’œuvre en histoire et le genre de contrainte qu’elles impliquent sur le déroulement effectif des événements.

41Il convient ici de préciser que, si Leibniz considère que les déterminations historiques obéissent toujours, de la part des agents, aux raisons les meilleures, cela ne signifie évidemment pas ces derniers agiraient toujours de manière rationnelle intentionnellement, ni qu’ils se détermineraient toujours en fonction de ce que leur indique leur entendement en la matière. Bouveresse souligne ainsi que :

  • 19 Bouveresse, « Dans le labyrinthe », op. cit., Cours 15, § 5.

La version de l’intellectualisme que défend Leibniz ne l’oblige pas à supposer que la volonté se conforme toujours au jugement de l’entendement, une affirmation qui est contredite par les cas nombreux dans lesquels l’entendement voit clairement le meilleur, mais la volonté ne le choisit pas. La raison de cela est que l’entendement est loin d’être seul à faire entendre sa voix dans le processus qui aboutit à faire apparaître comme étant le plus grand, et par conséquent celui qui doit être choisi, un bien déterminé19.

Il cite, à ce propos, un passage de la Théodicée dans lequel Leibniz rappelle que :

  • 20 Leibniz, Théodicée, op. cit., « Sur le livre de l’origine du mal », § 13, p. 399.

Pour moi je n’oblige point la volonté de suivre toujours le jugement de l’entendement, parce que je distingue ce jugement des motifs qui viennent des perceptions et inclinations insensibles. Mais je tiens que la volonté suit toujours la plus avantageuse représentation, distincte ou confuse, du bien et du mal, qui résulte des raisons, passions et inclinations, quoiqu’elle puisse aussi trouver des motifs pour suspendre son jugement. Mais c’est toujours par motifs qu’elle agit20.

42Soutenir, comme le fait Leibniz, qu’une compréhension correcte des déterminations historiques implique de restituer les raisons (et, du même coup, les possibilités) en jeu dans les décisions des agents en montrant comment elles obéissent toujours, en définitive, au principe du meilleur, n’implique absolument pas de considérer les individus comme des agents intégralement rationnels qui imprimeraient ainsi au cours de l’histoire, le résultat de leurs calculs moraux particuliers. Leibniz insiste simplement sur le fait que les explications historiques ne peuvent, sous peine de ne plus rien expliquer du tout, ignorer la réalité des choix qui composent la matière même du devenir historique.

Un déterminisme ancré dans la nature des agents

43Pour terminer, il me faut maintenant dire quelques mots de la manière dont Leibniz utilise à propos des agents historiques, la notion de nature, celle-ci constituant à ces yeux le point d’ancrage logique et ontologique du déterminisme auquel ils sont soumis, la raison ultime de la série d’épisodes qui constituent leur histoire personnelle. En dernière analyse, Leibniz considère en effet que les choix s’effectuent toujours à l’échelle des agents, c’est-à-dire des individus particuliers, même si les processus historiques engagent très souvent des décisions ou des choix collectifs qui combinent ces choix individuels de manière plus ou moins complexe. Tout individu est, aux yeux de Leibniz, animé d’une sorte de dynamisme propre, orienté vers la réalisation optimale de sa nature, et qui le conduit à réaliser, dans le monde actuel, la série des épisodes qui constituent son histoire personnelle contenue intégralement dans sa nature.

44Dans un extrait de la Théodicée, il écrit ainsi :

  • 21 Leibniz, Théodicée, op. cit., III, § 403, p. 354.

Il faut savoir que toute substance simple enveloppe l’univers par ses perceptions confuses ou sentiments, et que la suite de ces perceptions est réglée par la nature particulière de cette substance, mais d’une manière qui exprime toujours toute la nature universelle ; et toute perception présente tend à une perception nouvelle, comme tout mouvement qu’elle représente tend à un autre mouvement21.

Bouveresse commente ce passage de la manière suivante :

  • 22 Bouveresse, Dans le labyrinthe, op. cit., Cours 17, § 2.

C’est ce qui autorise à se représenter tout état donné d’une substance et tout état du monde dans son ensemble, pris à un moment donné comme orientés d’une certaine façon vers l’état suivant et commandés en quelque sorte par lui, à peu près comme s’ils constituaient une étape dans ce que nous appellerions la réalisation d’un programme qu’ils exécutent22.

Ce programme inhérent à chaque substance individuelle détermine chaque épisode de son histoire ; il constitue donc la raison ultime de tout ce qui lui arrive, ainsi que la cause générale de tous les prédicats qu’on est susceptible de lui attribuer. C’est lui qui constitue la nature de chaque substance, laquelle assume, en définitive, la charge de l’imputation causale concernant n’importe quel état ou événement le concernant.

  • 23 Bouveresse, Dans le labyrinthe, op. cit., Cours 16, § 2.

45Dans ses « Méditations leibniziennes », Sellars souligne l’originalité de cette conception leibnizienne de la notion de substance qui tient à ce que celle-ci inclut non seulement les faits hypothétiques et les dispositions générales d’un individu, comme c’est traditionnellement le cas, mais aussi tous les faits épisodiques qui se rapportent à son histoire individuelle. Pour Leibniz, le concept d’une substance individuelle ne détermine pas seulement son individualité, ce qui fait de lui l’individu précis qu’il est ; il inclut aussi et doit permettre en principe de déduire absolument tous les détails de son histoire individuelle. Ou peut-être faut-il dire, comme le suggère Bouveresse, « qu’avoir une histoire déterminée de façon unique fait partie du fait d’être un individu déterminé et qu’on ne peut pas supposer, d’un point de vue leibnizien, qu’un individu pourrait, tout en restant l’individu qu’il est, avoir une histoire différente de celle qu’il a »23.

46Comment comprendre, dès lors, la signification donnée par Leibniz aux déterminations causales à l’œuvre dans les faits et dans les processus historiques comme celle qui conduit César à franchir le Rubicon ? Bouveresse cite, sur ce point, Sellars, qui formule les choses de manière suivante :

  • 24 Sellars, « Méditations Leibniziennes », [1965], in R.S. Woolhouse (éd.), Leibniz : Metaphysics and (...)

La vérité sur cette question est que Leibniz, comme la plupart de ses prédécesseurs et un bon nombre de ses successeurs, interprète les propriétés causales sur le modèle de désirs, de plans, d’engagements personnels. Par conséquent, alors que nous pourrions être enclins à interpréter l’assertion « Jones a un désir fort d’aller à New York » en termes de faits conditionnels concernant Jones, Leibniz pense à un désir fort comme à une série d’épisodes qui continue et tend à se développer en une action d’aller à New York, et qui continuera à se développer si elle n’est pas empêchée24.

Sellars poursuit en disant :

  • 25 Ibid.

Effectivement, dans ces conditions, tous les faits fondamentaux concernant la substance sont des faits épisodiques. Et, par conséquent, la notion de la nature d’une substance comme étant la proposition hypothétique ayant la nature d’une loi qui fournirait une explication de chaque épisode relativement à un autre épisode est, en dernière analyse, remplacée par la notion de la nature d’une chose comme étant ce qui explique logiquement chaque épisode singulier. Et, bien entendu, la seule façon dont elle peut faire cela est en dupliquant d’une certaine façon la série d’épisodes qu’elle doit expliquer25.

47En dernière analyse, c’est donc bien la nature de chaque agent historique qui constitue la cause ultime permettant de comprendre les déterminations à l’œuvre dans les faits ou les processus historiques. Considérée de cette façon, celle-ci pourrait être caractérisée comme une sorte de plan de vie ou d’activité permanent, les deux choses n’étant pas fondamentalement différentes puisque la nature de la substance est, précisément, d’agir :

  • 26 Leibniz, Théodicée, op. cit., « Remarques sur le livre de l’origine du mal », § 20, p. 408.

Non seulement les créatures libres, mais encore toutes les autres substances et natures composées de substances sont actives26.

48Le déterminisme historique, loin de tout nécessitarisme mais aussi de tout volontarisme aveugle, apparait ainsi ancré dans la nature des substances individuelles, lesquelles apparaissent ainsi finalement comme n’étant en quelque sorte rien d’autre que les lois de développement qui permettent de comprendre la suite d’épisodes qui constitue leur existence temporelle comme étant la réalisation progressive d’un plan d’action. Or, pour qu’elles permettent de déduire (si « déduire » veut dire « déduire logiquement ») chacun des épisodes concernés, il faut évidemment qu’elles les contiennent déjà tous en un certain sens. 

49Arrivés au terme de cet exposé, il nous faut répondre à la question que nous avions posée au départ. César aurait-il pu, selon Leibniz, ne pas franchir le Rubicon ?

50La réponse est clairement négative. Parce que nous avons affaire à un fait historique avéré qui, en tant que tel, n’aurait pas pu ne pas se produire. Mais il me semble également avoir montré pourquoi et en quel sens, la question est toutefois, aux yeux de Leibniz, pleinement légitime, dès lors qu’il s’agit de comprendre la raison pour laquelle, justement, il ne pouvait en être autrement. Si cette question est légitime, ce n’est pas parce que l’histoire admettrait, parallèlement au cours qu’elle a suivi dans les faits, des alternatives restées en suspens, mais parce que, selon Leibniz, dans la mesure où les hommes ne suivent pas une nécessité aveugle qui rendrait leur histoire incompréhensible, ils sont, hier comme aujourd’hui, toujours tenus de faire de leur mieux et d’agir sagement.

Notes

1 Jacques Bouveresse, Dans le labyrinthe : nécessité, contingence et liberté chez Leibniz. Cours 2009 et 2010, Publications du Collège de France, collection ‘Philosophie de la connaissance’, 2013, http://books.openedition.org/cdf/1785 .

2 En 1964, ce dernier s’est efforcé, dans un livre devenu, depuis, un classique, d’imaginer ce qu’aurait pu être le développement industriel des États-Unis sans l’essor des chemins de fer sur lequel ce développement s’est effectivement appuyé. Les conclusions de Fogel, appuyées sur une comparaison très fouillée avec le développement d’autres pays industriels, ont consisté à dire que ce développement aurait probablement été sensiblement le même, relativisant par là même l’efficacité causale des chemins de fer, contrairement à ce que soutenait alors l’historiographie dominante qu’elle soit marxiste ou libérale (Robert Fogel, Railroads and American Economic Growth, Baltimore, John Hopkins Press, 1964).

3 Par exemple : Geoffrey Hawthorn, Plausible Worlds, Cambridge University Press, 1991 ; Philip Tetlock & Aaron Belkin (dir.), Counterfactuals Thought Experiments in World politics. Logical, Methodological, and psychological Perspectives, Princeton University Press, 1996 ; Richard N. Lebow, Forbidden Fruit : Counterfactuals and International Relations, Princeton University Press, 2010. En France, voir : Jacques Sapir, Frank Stora &Loïc Mahé (dir.), 1940. Et si la France avait continué la guerre…, Paris, Taillandier, 2010.

4 Le terme est de Charles Renouvier, le premier à s’être essayé au genre.

5 Niall Ferguson (dir.), Virtual History : Alternatives and Couterfactuals, Basic Books, 1997.

6 Max Weber, Essais sur la théorie de la science, trad. (partielle) par J. Freund, Presses Pocket, 1992, p. 269-299.

7 Ibid., p. 281-2.

8 Leibniz, Discours de Métaphysique, art. 13 (Henry Lestienne [éd.], 4ème édition, Vrin, 1966, p. 45).

9 En français dans le texte.

10 Engels à W. Borgius, le 25. 1. 1894. Je souligne [JMF].

11 Bouveresse, Dans le Labyrinthe, op. cit.,

12 Leibniz, Textes inédits, édités par Gaston Grua, PUF, 1948, vol. 1, p. 274.

13 Bouveresse, Dans le labyrinthe, op. cit., cours 14, § 5.

14 Leibniz, Essais de Théodicée, J. Brunschwig (éd.), Flammarion ‘GF’, 1969, II, § 170, p. 217.

15 Bouveresse, Dans le labyrinthe, op. cit., cours 11, § 3.

16 Leibniz, Nouveaux Essais sur l’entendement humain, J. Brunschwig (éd.), Flammarion ‘GF’, 1966, II, 21, § 13, p. 151.

17 Ibid..

18 Bouveresse, Dans le Labyrinthe, op. cit., Cours 14, § 15.

19 Bouveresse, « Dans le labyrinthe », op. cit., Cours 15, § 5.

20 Leibniz, Théodicée, op. cit., « Sur le livre de l’origine du mal », § 13, p. 399.

21 Leibniz, Théodicée, op. cit., III, § 403, p. 354.

22 Bouveresse, Dans le labyrinthe, op. cit., Cours 17, § 2.

23 Bouveresse, Dans le labyrinthe, op. cit., Cours 16, § 2.

24 Sellars, « Méditations Leibniziennes », [1965], in R.S. Woolhouse (éd.), Leibniz : Metaphysics and Philosophy of Science, Oxford UP, 1981p. 37-38.

25 Ibid.

26 Leibniz, Théodicée, op. cit., « Remarques sur le livre de l’origine du mal », § 20, p. 408.

© Collège de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter