Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Recentrer l’Asie centrale

 | 
Frantz Grenet

Recentrer l’Asie centrale

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 7 novembre 2013

Frantz Grenet

Texto completo

1Monsieur l’Administrateur,
Messieurs les ambassadeurs,
Mes chers collègues,
Mesdames et Messieurs,

2En créant une chaire « Histoire et cultures de l’Asie centrale préislamique », d’abord à l’initiative de Gérard Fussman et de Jean Kellens envers qui je tiens à exprimer ma gratitude, le Collège de France n’a pas totalement innové. Une chaire portant un intitulé assez proche, mais sans la spécification « préislamique », avait déjà existé de 1965 à 1977 ; le titulaire en était Louis Hambis.

3L’objet scientifique qui s’offrait alors sous le nom Asie centrale différait beaucoup de ce qu’il est devenu depuis. On restait alors dans le droit fil des études que Paul Pelliot avait consacrées à cette zone comme une partie de l’enseignement de sa chaire, intitulée « Langues, histoire et archéologie de l’Asie centrale », mais d’une Asie centrale vue presque uniquement sous l’angle de ce qu’elle avait donné à la Chine et de ce qu’elle en avait reçu. À cette époque, l’archéologie dont on pouvait se nourrir était presque uniquement une archéologie du bouddhisme, celui de l’Afghanistan où œuvrait la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) et celui du Turkestan chinois qu’avaient parcouru les grandes expéditions européennes du début du siècle, dont une mission française conduite par Pelliot lui-même. Les résultats des fouilles soviétiques étaient demeurés presque inconnus à Pelliot ; Hambis en avait reconnu l’importance mais il n’avait pas de contact avec le terrain. Quant aux sources écrites que l’on mobilisait, il s’agissait presque uniquement des sources chinoises, chroniques et récits de pèlerins bouddhistes, les seules dont on pensait alors qu’elles pouvaient fournir des repères chronologiques fiables. On prêtait aussi une grande attention aux récits des voyageurs européens du xiiie siècle, dans une perspective où l’Empire mongol était perçu comme le grand décloisonnement de l’Eurasie et où l’entreprise emblématique était l’édition et le commentaire de Marco Polo, tâche à laquelle Pelliot puis Hambis consacrèrent beaucoup d’énergie.

  • 1 Bitchourine N. Ja., Sobranie svedenij o narodakh, obitavshikh v Srednej Azii v drevnie vremena, 3 v (...)
  • 2 Paris, A. Maisonneuve, 1900 ; réimprimé en 1973.
  • 3 Journal asiatique, série 11, no 7, janvier-février 1916, p. 111-123.

4À vrai dire, la chaire de Sinologie du Collège de France n’avait jamais cessé de prêter une attention toute particulière – on peut même dire unique – à ces voisins terrestres que les Chinois avaient appelés « les Barbares d’Occident », avant de subir d’autres invasions, plus redoutables, venues par la mer sur des canonnières à partir de 1840. Dès 1820, Jean-Pierre Abel-Rémusat, premier titulaire de la chaire de Langues et littératures chinoises et tartares-mandchoues, faisait paraître son Histoire de la ville de Khotan, tirée des documents chinois. Un peu plus tard, Stanislas Julien livrait la première traduction du récit de voyage du pèlerin Xuanzang, l’une des sources principales sur l’Asie centrale et l’Inde du Nord au viie siècle. Dans le même temps, en Russie, Nikita Bitchourine, en religion frère Hyacinthe, ancien missionnaire orthodoxe à Pékin, publiait le recueil des notices sur l’Asie centrale contenues dans les chroniques chinoises, recueil qui jusqu’à aujourd’hui n’a plus quitté la table de nos collègues russophones1. Stanislas Julien et frère Hyacinthe entretenaient une correspondance préfigurant les liens d’amitié entre savants russes et français qui allaient plus tard tant contribuer au progrès des études centrasiatiques. Je suis un jour tombé par hasard sur un échange où ils déploraient de concert que Marco Polo ne soit alors accessible que par un instrument insuffisant, l’édition de Pauthier, un savant dont plus tard Pelliot, terrible comme il savait parfois l’être, écrivit qu’il avait passé sa vie à essayer d’apprendre le chinois sans jamais y parvenir tout à fait. C’est aussi à Saint-Pétersbourg qu’en 1903 Édouard Chavannes fit paraître ses admirables Documents sur les Tou-kiue (Turcs) occidentaux2, un outil de travail qui n’a pas vieilli. Puis vint Pelliot, son disciple, le premier spécialiste français de l’Asie centrale à avoir travaillé sur le terrain à l’occasion de sa mission dans le Turkestan chinois. Sa contribution majeure fut cependant la moisson de textes qu’il rapporta de Dunhuang. Parmi tous ceux qui se servirent dans le capharnaüm à manuscrits du moine Wang, lui seul pouvait se faire une idée du contenu des manuscrits écrits en d’autres langues que le chinois et le sanskrit. Grâce à la sagacité des choix de Pelliot, le jeune Émile Benveniste, qui devait enseigner au Collège de France la grammaire comparée, put faire sur les riches matériaux sogdiens rapportés à Paris ses débuts de philologue des langues iraniennes, introduisant alors dans les études centrasiatiques une culture qui, bien plus tard, allait se trouver sous les feux de la rampe. Un avenir qu’annonçait aussi Pelliot lui-même avec un article précurseur paru en 1916, « Le “Cha Tcheou Tou Fou T’ou King” et la colonie sogdienne de la région du Lob Nor3 ». Le thème des colonies sogdiennes n’allait être repris que dans l’après-guerre par Edwin Pulleyblank. Il est aujourd’hui installé au cœur de la recherche sur les routes transasiatiques.

Figure 1. La Tartarie sur l’Atlas de Mercator.

Figure 1. La Tartarie sur l’Atlas de Mercator.

Jodocus Hondius le Jeune, L’Atlas ou méditations cosmographiques de la fabrique du monde, planche 139, c. 1613, Royal Geographical Society, Londres, no d’inventaire : S0011785.

© Royal Geographical Society, Londres.

5Ce rappel de ce que les études sur l’Asie centrale doivent à la chaire de Sinologie du Collège de France était nécessaire au moment où nous nous apprêtons à en fêter le bicentenaire. En même temps, et autant que le rappel qu’eussent aussi mérité les contributions de la chaire d’Indologie, il nous instruit sur l’approche que reçut longtemps cette aire culturelle : une approche par l’extérieur. Approche dont relevaient aussi les premières recherches de géographie historique, celles de Tomaschek et de von Schwartz fondées surtout sur les historiens gréco-latins d’Alexandre, celles de Markwardt et de Barthold fondées surtout sur les géographies arabe, persane et arménienne. Les expressions propres aux peuples de l’Asie centrale, qu’elles fussent littéraires ou artistiques, ont mis beaucoup de temps à se dégager de la gangue des influences.

6L’Asie centrale est une aire culturelle tardivement reconnue car son émergence en tant que réalité géographique a été très lente. Aujourd’hui encore, quand on parle de Samarkand à un interlocuteur même éclairé, l’inévitable commentaire « Samarkand, un nom qui fait rêver » provoque immédiatement des questions sur son inscription dans des cadres géographiques, politiques et linguistiques reconnaissables. Le terme Asie centrale fut créé vers 1825, simultanément du côté russe par l’agent politique Georges de Meyendorff et du côté français par Julius Klaproth, un sinologue un peu sulfureux lancé par Jan Potocki, l’auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse, et qui n’hésitait pas à fabriquer de faux récits de voyage sans avoir pour cela le talent littéraire de son mentor. Ce terme ne tarda pas à s’imposer, à côté de sa variante Asie moyenne parfois préférée en Russie. Quand on lit cette littérature géographique du xixe siècle, on s’aperçoit vite que derrière les rationalisations sur les climats ou sur les frontières dites naturelles se joue un profond malentendu opposant la vision européenne et la vision russe. Du point de vue européen, l’Asie centrale se définit comme ce qui n’est ni la Russie, ni la Chine, ni la Perse, ni ce qui est en train de devenir l’Inde britannique, donc une sorte d’entre-deux voué à recevoir des États-tampons, dont finalement le seul sera l’Afghanistan. Du point de vue russe au contraire, et cela depuis Pierre le Grand, c’est un espace terrestre contigu, prolongement naturel de la steppe russo-sibérienne, et que l’empire des tsars se donne pour mission de contrôler, puis d’annexer, enfin de coloniser ; un projet qui sous ses avatars divers s’est nourri de nécessités stratégiques, d’un sentiment de supériorité culturelle ou d’un grand dessein idéologique, quand ce ne fut pas dans les milieux panslavistes le rêve de reconquérir le berceau des peuples aryens, un thème qui resurgit aujourd’hui chez certains savants du Tadjikistan indépendant. Le fait avéré que cet espace n’a pas de limites scientifiquement démontrables a couvert commodément diverses tentatives russes puis soviétiques pour le déborder, que ce soit au Turkestan chinois à plusieurs reprises, au Khorasan iranien pendant la dernière guerre, ou en Afghanistan plus récemment. Parmi les savants aussi la notion est longtemps restée à géométrie variable. Louis Hambis, qui travaillait beaucoup sur la Sibérie et sur la Mongolie, lui donnait une acception très large. Dans mon enseignement, j’entends pour ma part recentrer l’Asie centrale dans les limites plus resserrées sur lesquelles les archéologues se sont accordés depuis quelques décennies, en englobant sous ce terme les cinq républiques ex-soviétiques du Turkménistan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan, du Kazakhstan et du Kirghizistan, et aussi l’Afghanistan, avec en plus un intérêt pour la région autonome chinoise du Xinjiang, surtout dans les périodes où étaient vives ses affinités culturelles avec les pays situés à l’ouest du Pamir. Cependant je ne refuserai pas non plus de m’intéresser à l’Iran et en particulier à l’Iran sassanide, puissant voisin, par moments conquérant partiel, dans certains domaines modèle de référence, un point sur lequel je vais être amené à revenir dans un instant. Pas davantage je ne considérerai comme toujours infranchissable la césure entre le préislamique et l’Islam classique.

7Au préalable, il convient de se demander comment cet espace était défini en Occident avant cette invention, un peu par défaut, du terme Asie centrale. Ce qu’il est venu remplacer sur nos cartes, c’est en fait la notion de Tartarie, ou de Grande Tartarie (fig. 1), suivant la conception historiquement exacte selon laquelle la structuration politique précoloniale de toute la zone remontait au partage de l’Empire mongol entre les fils et petits-fils de Gengis Khan. Ce passé terminologique n’est pas innocent dans la façon dont ces peuples ont été perçus sur la longue durée. La Tartarie, c’est le pays des Tartares, dont Saint Louis nous disait qu’ils étaient sortis du Tartare et devaient y être renvoyés. À considérer bien d’autres épisodes historiques, dont le dernier en date fut le 11 septembre 2001, on se prend à croire que les peuples d’Asie centrale sont un peu comme les anarchistes de Léo Ferré : on ne les voit jamais que quand on a peur d’eux. Déjà en 842, à Bagdad, le calife al-Wathiq s’inquiéta en apprenant que des nomades s’apprêtaient à sortir de la muraille de Gog et Magog mentionnée dans le Coran, et il envoya là-bas une mission d’exploration. Celle-ci ramena la description d’un des longs murs réellement dressés par les sédentaires face à la steppe – à vrai dire on ne sait pas trop lequel, la Grande Muraille de Chine n’étant qu’un candidat possible parmi d’autres. Plus tôt encore, au ve siècle, s’était formé dans l’Afghanistan actuel et au nord de celui-ci l’empire des Huns hephtalites, dont l’aristocratie était peut-être apparentée au clan d’Attila (fig. 2). En 484, le souverain sassanide Pērōz partit les affronter et périt au combat avec la fleur de sa chevalerie. Quand on lit ce qu’écrivait sur eux le chroniqueur arménien Lazare de Pharp, contemporain de ces guerres, on a l’impression qu’il décrit le Fléau de Dieu ou la terreur mongole :

Même en temps de paix, la seule vue ou la seule mention d’un Hephtalite terrifiait tout un chacun. [Quand Pērōz entra dans leur pays], ses troupes s’avançaient davantage comme des condamnés à mort que comme des guerriers marchant en campagne.

Figure 2. Le souverain hephtalite Javukha (c. 490).

Figure 2. Le souverain hephtalite Javukha (c. 490).

© F. Grenet et F. Ory, 2013.

  • 4 Loginov S.D. et Nikitin A.B., « Sasanian coins of the late 4th-7th centuries from Merv », Mesopotam (...)

8En fouillant le site de l’ancienne Merv, aujourd’hui au Turkménistan, qui fut le point de départ de la campagne de Pērōz, les archéologues soviétiques ont retrouvé l’endroit où les contingents amenés des montagnes sud-caspiennes – qui étaient aux armées de l’Iran ce que la Suisse était à celles de la Renaissance – avaient dépensé leur solde à la veille du combat fatal : des pièces de cuivre émises par un atelier de leur pays avaient été laissées dans un bâtiment à petites cellules où nos collègues voulurent d’abord reconnaître un monastère chrétien, avant de l’identifier comme un établissement moins recommandable à la morale4.

9Ce microscopique exemple aura au moins le mérite de montrer que la tâche de l’archéologue d’aujourd’hui est tout autant de donner substance aux récits transmis par les auteurs anciens que de les démythifier quand il le faut. L’archéologie de l’Asie centrale est, par rapport à d’autres, très jeune. Si l’on met à part les grandes explorations du Turkestan chinois qui, à l’exception des travaux de Mark Aurel Stein, étaient surtout des collectes conduites sans méthode de fouille digne de ce nom, elle remonte principalement à deux écoles qui se sont formées dans l’avant-guerre, ne se sont pleinement rencontrées que dans les années 1980, et ont maintenant dans une large mesure fusionné sur le terrain. Ces écoles sont d’un côté l’école française d’archéologie afghane, de l’autre l’école soviétique des républiques d’Asie centrale.

10La DAFA, Délégation archéologique française en Afghanistan, fut créée en 1922 par l’indianiste Alfred Foucher et conserva longtemps le monopole des fouilles dans ce pays. Elle s’assignait pour but d’une part l’étude des très nombreux monuments bouddhiques, d’autre part la redécouverte des traces archéologiques laissées par les royaumes grecs successeurs d’Alexandre, qu’on ne connaissait encore que par leurs monnaies, dont certaines comptent parmi les plus beaux spécimens des monnayages hellénistiques. Si le premier objectif fut dès le départ largement rempli et donna lieu à une série de publications remarquables, le second fut jalonné par des échecs, avant qu’en 1964 cette longue quête ne se voie récompensée, ô combien, par la découverte de la ville d’Aï Khanoum, qu’on désigne toujours par le nom actuel du site mais qu’on s’accorde aujourd’hui à identifier à la ville ancienne d’Eucratidia, capitale d’Eucratide (171-144 av. n. è.), l’un des derniers rois grecs de Bactriane. Entre-temps, la DAFA avait su saisir l’occasion d’apporter une lumière nouvelle sur l’Empire kouchan, contemporain de l’Empire romain, qu’on connaissait jusqu’alors surtout comme protecteur d’établissements bouddhiques, mais dont des aspects plus divers surgirent à deux reprises. En 1937, ce fut la découverte par Joseph Hackin du trésor de Begram, que l’on prit longtemps pour une cache de marchand mais où l’on reconnaît maintenant une trésorerie royale murée. C’était en tout cas un dépôt très éclectique où voisinaient des verreries d’Alexandrie, des ivoires sculptés de l’Inde et des laques chinoises, toutes ces catégories du trésor étant représentées ici au musée Guimet. Puis vint dans les années 1950 la fouille du temple de Surkh Kotal par Daniel Schlumberger, éclairée par la première grande inscription connue en bactrien – la langue iranienne de la Bactriane écrite en caractères grecs –, révélant une expression religieuse officielle qui n’était pas bouddhique. On crut d’abord à un Feu dynastique unique en son genre. On sait aujourd’hui que cet édifice était le premier connu d’une série de temples à images attestée aussi en Sogdiane, et relevant de ce que l’on peut appeler la variante centrasiatique du zoroastrisme, qui se différenciait de la variante ouest-iranienne par une forte composante iconique empruntant ses modèles à la Grèce et à l’Inde. À vrai dire, la DAFA n’avait pas attendu Surkh Kotal pour rencontrer ce zoroastrisme particulier : le relevé scrupuleux qui fut alors réalisé de la peinture surmontant l’un des grands Bouddhas de Bamiyan, et qui a elle aussi péri par la fureur imbécile des talibans, allait plus tard permettre de reconnaître Mithra, le dieu solaire iranien, franchissant à l’aube sur son char la crête de l’Hindou Kouch.

  • 5 Vasil’kov Ja. V. et Sorokina M. Ju. (éd.), Ljudi i sud’by. Bibliograficheskij slovar’ vostokovedov  (...)

11Les archéologues de la DAFA étaient une poignée d’enthousiastes, travaillant avec très peu de ressources et parfois sans grand soutien des autorités françaises. L’archéologie soviétique de l’Asie centrale, plus encore qu’ailleurs en URSS, fut une entreprise étatique impliquant de très grosses équipes, certes hétérogènes dans leurs méthodes comme dans les moyens dont elles disposaient. Ceux-ci pouvaient être considérables : ainsi au Khorezm, la Chorasmie des auteurs antiques, le pays situé au sud de la mer d’Aral, le fouilleur Sergej Tolstov disposa-t-il d’avions de l’Armée rouge pour effectuer les photos aériennes qui lui permirent de dresser la première carte diachronique des anciens réseaux d’irrigation jamais réalisée à l’échelle d’un pays tout entier. Cet effort jusqu’alors sans précédent dans l’histoire mondiale de l’archéologie avait diverses motivations : l’esprit encyclopédiste qui animait la jeune science soviétique et qui rendait les expéditions archéologiques presque toutes interdisciplinaires, ce qu’indique par exemple le nom même de l’Expédition archéologique et ethnographique du Khorezm ; entrait aussi en compte un sentiment d’urgence, avec la conscience que les paysages fossiles, jonchés de châteaux antiques toujours debout bien que construits en terre, allaient disparaître sous les effets de la remise en irrigation (fig. 3) ; très présent enfin, même s’il était rarement exprimé ouvertement, fut le souci de rendre à ces peuples une mémoire historique qui ne devrait rien à l’islam. Toutes les régions d’Asie centrale, des oasis aux déserts et aux vallées les plus reculées du Pamir et de l’Altaï, bénéficièrent de cet effort poursuivi sans relâche jusqu’aux années 1970, où il commença à s’essouffler. De nos jours encore, aucun étudiant ne peut prétendre se spécialiser dans l’archéologie de la région sans s’immerger au préalable dans ces publications déjà anciennes mais dont on continue d’extraire des données essentielles. Certes, à côté de succès éclatants, cette épopée scientifique eut aussi ses zones d’ombre : des publications presque uniquement en russe, une tendance à la surinterprétation des vestiges religieux ou supposés tels, un accès limité aux publications étrangères, des catastrophes individuelles aussi, entraînant des carrières brisées et la non-publication de nombreuses fouilles. Longtemps les archéologues occidentaux, dont moi-même, ont pensé qu’en URSS la profession d’archéologue avait été bien protégée, offrant un exutoire à nombre d’intellectuels non conformistes, ou juifs, assez souvent les deux à la fois. Cette illusion n’est plus de mise depuis la parution à Saint-Pétersbourg du livre Hommes et destins. Dictionnaire bibliographique des orientalistes victimes de la répression politique à l’époque soviétique5.

Figure 3. Le château préislamique de Gjaur-kala au Khorezm (iie-ier siècle av. n. è.).

Figure 3. Le château préislamique de Gjaur-kala au Khorezm (iie-ier siècle av. n. è.).

Photographie prise dans les années 1930 (d’après Ju. A. Rapoport, E. E. Nerazik et L. M. Levina, V nizov’jakh Oksa i Jaksarta, Moskva, 2000, pl. 26).

  • 6 Ghirshman R., Iran. Parthes et Sassanides. Le Proche- et le Moyen-Orien ancien, Gallimard, coll. «  (...)
  • 7 Dernier volume paru, où l’on trouvera la bibliographie antérieure : Lécuyot G., Bernard P., Francfo (...)

12Je viens de mentionner l’isolement qui avait longtemps pesé sur cette archéologie. Il n’était partiellement rompu que par quelques passeurs, tel Roman Ghirshman, archéologue français d’origine russe, un moment directeur de la DAFA, qui publia des résumés substantiels des livres de Tolstov sur le Khorezm et intégra largement l’apport des fouilles urbaines soviétiques dans son grand livre Iran. Parthes et Sassanides6, destiné à la fois aux spécialistes et au grand public. En 1965, la banquise commença à craquer : pour la première fois, archéologues français et soviétiques travaillèrent côte à côte sur la fouille d’Aï Khanoum à la suite d’une exigence politique des autorités afghanes, plutôt bien inspirées en la circonstance. Paul Bernard, qui dirigeait la fouille, demanda dès lors à tous ses jeunes collaborateurs qui souhaitaient poursuivre dans cette voie d’apprendre le russe, et il les encouragea à entreprendre des thèses fondées en grande partie sur les matériaux des missions soviétiques. J’eus la chance d’être de ceux-là. Commençant peu après mes tournées sur les chantiers en URSS, qui n’ont jamais cessé depuis, je puis témoigner de l’intérêt que suscitaient partout les découvertes d’Aï Khanoum, cette cité dont aucun équivalent ne s’est conservé nulle part ailleurs en Asie centrale ; cité si grecque par ses hautes expressions culturelles – le théâtre, le gymnase (fig. 4), la sculpture sur pierre – mais si bactrienne par ses modes de production et de vie quotidienne, peut-être aussi par sa place dans la géographie religieuse puisqu’elle était établie sur un affluent de l’Oxus, l’Ochus, que la tradition zoroastrienne identifiait à la « Bonne Rivière » au bord de laquelle Zoroastre avait reçu sa révélation. Passé le premier mouvement d’enthousiasme, Aï Khanoum n’avait plus guère intéressé les hellénistes, quelque peu déçus d’y trouver une Grèce au rabais et un quasi-désert épigraphique. La découverte, dans la fouille du palais, d’inscriptions économiques et d’un papyrus conservant les fragments d’un dialogue philosophique, peut-être un traité perdu d’Aristote, mit fin à ces années de regrettable incuriosité. Pierre Hadot consacra au déchiffrement du papyrus philosophique une année entière de son séminaire du Collège de France. Mais ces découvertes intervinrent trop tard, à la veille des événements d’Afghanistan qui contraignirent à abandonner le site avant qu’il ne soit finalement anéanti par les pillages7.

Figure 4. Le gymnase d’Aï Khanoum (état final, milieu du iie siècle av. n. è.).

Figure 4. Le gymnase d’Aï Khanoum (état final, milieu du iie siècle av. n. è.).

© DAFA, 1975.

13Le terrain perdu ne tarda pas à s’offrir de nouveau, mais ailleurs. À la faveur de la perestroïka, les collègues soviétiques pouvaient enfin proposer à des archéologues étrangers ce qui avait toujours paru impensable, même à l’époque tsariste : ouvrir chez eux des chantiers de fouille en collaboration. En 1989, avec l’appui du CNRS et du ministère des Affaires étrangères, j’établis à Samarkand la Mission archéologique franco-soviétique de Sogdiane. Deux ans plus tard, l’Ouzbékistan devenu indépendant eut à cœur de maintenir cette ouverture, la mission étant rebaptisée « franco-ouzbèke ». Après les qualités fraternelles du peuple afghan, nous apprîmes à aimer celles du peuple ouzbek. Là continuent de travailler ensemble, désormais avec des méthodes communes et publiant de concert, des camarades d’Aï Khanoum, d’anciens fouilleurs de l’époque soviétique, de jeunes archéologues ouzbeks et, de plus en plus, des étudiants de divers pays qui viennent se former. Une autre mission issue de la DAFA nous avait précédés au Tadjikistan, où elle fouille encore sur le site clef de Sarazm remontant à la période chalcolithique. Des missions françaises, européennes, australiennes, japonaises, et maintenant russes de nouveau, travaillent sur d’autres sites et selon les mêmes principes de coopération transnationale.

14Le choix de Samarkand comme terrain de notre seconde chance s’était fait sur le fond d’un renouvellement des connaissances déjà ancien, mais qui ne donna pleinement ses fruits qu’à cette époque. Ce renouvellement, ce fut la redécouverte de la civilisation sogdienne de l’Antiquité et du haut Moyen Âge, liée principalement à la fouille de la ville de Pendjikent entamée dans l’immédiat après-guerre par le musée de l’Ermitage, et qui se poursuit encore aujourd’hui. La Sogdiane est le nom que portait depuis l’Antiquité le pays de Samarkand et de Boukhara, s’étendant au sud jusqu’à l’Amu-darya, l’Oxus des Anciens. Pendjikent, fondée au ve siècle de notre ère à soixante kilomètres à l’est de Samarkand et maintenant située en territoire tadjik, a pu être comparée à Pompéi, comparaison banale en archéologie, mais qui dans le cas présent s’appuie sur quelques analogies pertinentes. Là aussi il s’agit d’une ville moyenne, qui a pu abriter au maximum 5 000 à 6 000 personnes, faubourgs compris. Là aussi la proportion de population aristocratique ou même simplement aisée était exceptionnelle, en partie parce que Pendjikent échappa dix ans de plus que Samarkand à la conquête arabe de 712 et que pendant ces années elle accueillit un nombre important de grandes familles de la capitale, animées d’un fort esprit de compétition sociale et ayant à cœur de se faire bâtir autant de petits palais décorés de peintures. Comme Pompéi, Pendjikent s’est trouvée en quelque sorte scellée, non pas sous des cendres volcaniques, mais sous l’écroulement de ses murs de terre à la suite de son abandon rapide par la première génération islamisée. Comme Pompéi enfin, elle est maintenant fouillée sur la moitié de sa surface, ce qui entraîne un effet de seuil dans les possibilités d’interprétation des vestiges. J’ajouterai que cette fouille fut successivement dirigée par deux des plus grands esprits de l’orientalisme russe moderne. D’abord Aleksandr Belenitskij, au départ éminent spécialiste de l’arabe et du persan, qui avait dû se reconvertir en catastrophe dans l’archéologie pour échapper à l’épuration qui menaça l’école orientaliste pétersbourgeoise lors des derniers soubresauts du stalinisme. De sa première formation il garda une aptitude inégalée à mettre en résonance les documents iconographiques et les œuvres littéraires. Lui succéda mon ami Boris Marshak, mort sur la fouille en 2006, qui sut maintenir cet héritage intellectuel en l’adossant aux méthodes les plus exigeantes de l’archéologie de terrain et de l’analyse formelle. Tous les archéologues de l’Asie centrale savaient que Pendjikent était la référence. Il est juste, toutefois, de rappeler que la contribution majeure de la Sogdiane à l’histoire du ve au viiie siècle, son rôle organisateur à toutes les étapes du commerce transasiatique, de la Chine à Byzance, de la steppe mongole aux cols de l’Himalaya, n’est guère saisissable à Pendjikent, où les valeurs affichées sont surtout celles de la sociabilité aristocratique et de la prouesse guerrière. Si cette histoire du grand commerce a pu récemment recevoir un éclairage décisif dans le livre d’Étienne de La Vaissière publié au Collège de France, c’est en grande partie grâce à des documents écrits : lettres de marchands, documents douaniers chinois, graffitis de caravaniers en route vers l’Inde découverts dans les passes du haut Indus.

  • 8 Grenet F., « Regional interaction in Central Asia and Northwest India in the Kidarite and Hephtalit (...)
  • 9 Grenet F., « Religious diversity among Sogdian merchants in sixth-century China: Zoroastrianism, Bu (...)

15Paradoxalement, les découvertes sur la civilisation sogdienne ouvrirent aux études centrasiatiques des occasions nouvelles de revenir à l’Inde et à la Chine qui avaient été leurs points de départ au début du siècle dernier. En ce qui concerne l’Inde du Nord, c’est l’archéologie de la Sogdiane et de la Bactriane qui a conduit à réévaluer le bilan de la période des « Huns » et des Hephtalites, aussi sombre dans les descriptions transmises par les bouddhistes contemporains que dans celles du chroniqueur arménien que j’ai tout à l’heure cité. Sur le long terme, ce fut en réalité une période d’interaction particulièrement féconde dans le nouvel espace politique commun qui s’était formé à cheval sur l’Inde et l’Asie centrale8. C’est alors que l’Asie centrale connut une nouvelle vague d’urbanisation en villes moyennes fortifiées, c’est alors aussi que les écoles de peinture murale nées dans l’Empire kouchan migrèrent en Sogdiane, y donnant naissance à un art capable d’illustrer tant le panthéon zoroastrien que l’épopée iranienne ou les fables issues de multiples traditions. En Chine du Nord, à partir des années 1990, les découvertes répétées de tombeaux sculptés à la fin du vie siècle pour des marchands sogdiens établis à demeure ont non seulement révolutionné ce que l’on savait du statut des élites centrasiatiques dans l’empire des Zhou du Nord et des Sui, mais également fourni les images les plus détaillées que l’on connaisse des mythes zoroastriens sur l’au-delà9. Après avoir été longtemps réticents à admettre ces composantes étrangères, nos collègues chinois les assument pleinement et font appel à l’expertise des spécialistes de la Sogdiane.

16On sait maintenant beaucoup de choses sur les Sogdiens, ainsi que sur leurs voisins de Bactriane et du Khorezm. Il est vrai qu’on en ignore aussi beaucoup et que parmi les nouveaux éléments d’information dont nous disposons, certains entrent en contradiction, aussi bien entre eux qu’avec certaines notions que l’on croyait acquises. Je me bornerai à passer en revue quelques-uns de ces paradoxes constituant autant de défis qui nous sont lancés.

  • 10 Comparetti M. et La Vaissière É. de (éd.), Royal Naurūz in Samarkand. Proceedings of the conference (...)

17Un premier paradoxe tient aux structures du pouvoir et à la place de la royauté. L’Asie centrale contemporaine de l’Iran sassanide a longtemps été considérée comme une sorte d’extension culturelle de celui-ci. Nous savons aujourd’hui qu’il y a là un élément de vérité, mais qu’il touche surtout à la symbolique du pouvoir. Les souverains des diverses principautés d’Asie centrale se mettent en scène et, vraisemblablement, se perçoivent comme les équivalents des rois sassanides, plus encore à partir du moment où la royauté iranienne a vécu. En 660, neuf ans après l’assassinat à Merv du dernier Roi des Rois en fuite, le roi de Samarkand, allié de la Chine des Tang, commande ou inspire dans une riche demeure de sa capitale un cycle de peintures qui le pose en souverain de la paix universelle présidant aux festivités du Nouvel An et recevant les ambassades, c’est-à-dire dans la fonction politique publique qui était par excellence celle des rois sassanides10. Sur le mur sud de la salle, précisément la direction attribuée au Roi des Rois dans la symbolique cosmique, il conduit la procession au mausolée de ses ancêtres (fig. 5). Malgré cela, on sait que sa dynastie dura ce que duraient en général les dynasties sogdiennes, pas plus de deux ou trois générations. Sur la peinture, les visages furent biffés lors d’un épisode violent lié à un changement politique. La conquête omeyyade trouva toute la zone partagée entre des principautés rivales où le vrai pouvoir était aux mains de groupes tribaux turcs, et d’oligarchies foncières ou marchandes elles-mêmes divisées entre ce que Marshak comparait aux guelfes et aux gibelins, en l’espèce le parti des Arabes et le parti de la Chine.

Figure 5. Samarkand, Peinture des Ambassadeurs (c. 660).

Figure 5. Samarkand, Peinture des Ambassadeurs (c. 660).

Détail du mur sud : un cheval et des oies menés en procession au mausolée des ancêtres du roi ; les dignitaires montés sur des chameaux tiennent en main les massues sacrificielles.

© Mission archéologique franco-ouzbèke de Sogdiane, 1999.

  • 11 Grenet F., « Iranian gods in Hindu garb: the Zoroastrian pantheon of the Bactrians and Sogdians, se (...)

18Dans le domaine religieux aussi, les paradoxes sont nombreux. On a coutume de lire que le bouddhisme avait pour appui principal la classe marchande urbaine. On peut éventuellement faire ce raisonnement pour la Bactriane où il occupait une position importante, quoique non hégémonique. Mais en Sogdiane, la plus marchande de ces sociétés, c’est exactement l’inverse : les traces archéologiques du bouddhisme y sont très rares ; passant en 630 à Samarkand, le pèlerin chinois Xuanzang signale qu’il ne reste presque plus de moines et que les derniers sont pourchassés dans leurs monastères par des zélotes zoroastriens brandissant des feux de purification. Les bouddhistes sogdiens ont certes laissé d’abondants écrits, mais ces bouddhistes n’existaient pratiquement qu’en Chine, où ils s’étaient convertis sur place. Le zoroastrisme serait en principe un élément de continuité avec l’Iran sassanide où cette religion était celle du roi et de l’État, mais, ainsi que j’ai déjà eu l’occasion de le signaler, il se présente en Asie centrale sous un aspect très différent. Son originalité la plus spectaculaire est la large place faite aux images de culte. L’Iran n’avait su créer qu’un art religieux d’une désolante pauvreté, toute l’inventivité allant à l’art monarchique. Au contraire le zoroastrisme d’Asie centrale, non moins « authentique », si ce terme peut avoir un sens en histoire des religions, en tout cas originaire de la région, abreuvé aux mêmes textes qu’en Iran et partageant avec lui certains rituels, ce zoroastrisme-là n’a jamais manifesté de réticence à accueillir les modèles iconographiques fournis par les colons grecs, puis par les contacts avec l’Empire romain, et plus tard par l’hindouisme11. Loin d’avoir été transposés de manière servile, ces modèles furent retravaillés pour être adaptés aux personnalités du panthéon iranien auxquelles on les affectait, avec un évident souci d’exhaustivité : peut-être sera-t-il un jour confirmé que chacun des vingt-sept dieux du calendrier avait sa propre image. Il y eut aussi des créations originales étroitement inspirées par les textes. Il y avait enfin des éléments étrangers à la religion iranienne et pourtant intégrés au calendrier festif : le culte mésopotamien d’Ishtar, appelée Nana en Asie centrale et, découverte surprenante de ces dernières années, un culte à Déméter associé au précédent dans des célébrations saisonnières. On est forcé de reconnaître dans cette transplantation des mystères d’Éleusis un héritage de la période grecque, et ceci bien qu’aucune monnaie grecque de Bactriane ne comporte l’image des divinités qui leur sont associées.

19Une autre différence importante – à vrai dire plutôt sympathique – avec le zoroastrisme sassanide, souvent sinistre dans ses manifestations d’intolérance, est que la religion sogdienne ne fut pas persécutrice, sauf du bouddhisme, sans doute parce qu’elle n’avait jamais reçu l’appui complet des appareils d’État. Elle dut toujours s’accommoder de la présence d’autres croyances. En Bactriane, certaines d’entre elles, comme le bouddhisme et l’hindouisme, avaient auparavant bénéficié des faveurs du pouvoir kouchan qui pourtant n’affichait sur son monnayage presque que des divinités zoroastriennes. Contrairement à ce qui est le cas en Iran, aucun nom de martyr juif, chrétien ou manichéen ne nous a été transmis pour l’Asie centrale préislamique. Ceci ne prouve évidemment pas qu’il n’y en a jamais eu, mais il est clair que de telles persécutions n’eurent pas un caractère massif qui leur aurait permis d’alimenter les martyrologues.

  • 12 Sims-Williams N., « Nouveaux documents sur l’histoire et la langue de la Bactriane », Comptes rendu (...)

20Un autre paradoxe qui mérite qu’on s’y arrête un peu a trait aux usages de l’écrit. À coup de découvertes successives, les peuples anciens de l’Asie centrale se sont remis à nous parler avec leurs propres mots, et non plus seulement avec ceux des autres. La langue sogdienne, presque éteinte à partir du xie siècle, est maintenant bien connue – j’ai même trois collègues qui la parlent, il est vrai en la prononçant de manière assez différente, l’un plutôt à l’anglaise, l’un plutôt à la japonaise, l’un plutôt à la russe. Quant au bactrien, auparavant attesté seulement par quelques inscriptions monumentales, il a ressuscité à partir de 1991 lorsqu’une masse d’archives sur parchemin émises par un petit royaume montagneux d’Afghanistan entre le ive et le viiie siècle a surgi d’une grotte rouverte pour être aménagée en cache d’armes12. Il faut bien admettre cependant que ces documents écrits ne nous ont pas livré tout ce qu’on aurait été en droit d’espérer. Les textes sogdiens comportent certes une proportion importante de textes littéraires, mais dans leur grande majorité ceux-ci sont des traductions d’écrits des grandes religions missionnaires alors à l’œuvre sur les routes de la Chine : bouddhisme, christianisme nestorien, manichéisme. Pourtant, les Chinois nous apprennent que les Sogdiens chantaient sur les routes en s’accompagnant d’instruments de musique. S’ils chantaient, c’est qu’ils avaient des poèmes. On les cherche encore. Les murs des riches maisons de Pendjikent sont couverts de bandes dessinées peintes figurant des scènes épiques, ainsi que de tableautins représentant de manière ramassée toutes sortes d’apologues et de fabliaux. Un seul des nombreux sujets identifiables, un épisode des exploits du héros Rostam (fig. 6), s’est retrouvé dans un morceau conservé de la littérature sogdienne. Celle-ci comporte aussi divers contes transcrits par les manichéens et inspirés tantôt d’Ésope, tantôt de la Bible, tantôt du Panchatantra indien qui est à la source d’une partie des Fables de La Fontaine. Toutes ces composantes se reconnaissent ou se devinent dans le répertoire des contes illustrés par les peintures, et pourtant on n’a encore pu déceler aucun cas de correspondance directe.

Figure 6. Pendjikent, détail des exploits de Rostam (c. 740) : combat contre une dragonnesse.

Figure 6. Pendjikent, détail des exploits de Rostam (c. 740) : combat contre une dragonnesse.

© B. Marshak, 1980.

  • 13 Sims-Williams N., Bactrian Personal Names (Iranisches Personennamenbuch: Mitteliranische Personenna (...)

21Quant aux écrits bactriens, la situation est encore plus frustrante. Un collègue médiéviste à qui je montrais des photographies des parchemins récemment retrouvés s’exclama : « On dirait des chartes médiévales ! » À quoi je répondis : « Ce sont des chartes médiévales » (fig. 7). Nos médiévistes sont heureux d’avoir des chartes, ils le seraient moins si la littérature du Moyen Âge se réduisait à elles comme c’est pratiquement le cas en Bactriane, à l’exception de quelques textes de correspondance personnelle. Par éclairs, les noms de personnes laissent entrevoir une culture littéraire sous-jacente. Un sceau du ve siècle a transmis les traits d’une jeune princesse et son nom, Schéhérazade (fig. 8) : c’est la seule Schéhérazade connue avant Les Mille et Une Nuits. Avait-elle quelque chose d’intéressant à raconter ? On se plaît à l’imaginer. Plus sérieusement, un autre protagoniste des documents bactriens s’appelait Purlangzin, c’est-à-dire « l’Homme à la peau de panthère » : c’est le surnom du héros Rostam que nous venons de rencontrer à Pendjikent et que l’on retrouve dans Le Chevalier à la peau de tigre de l’épopée georgienne13.

Figure 7. Contrat de vente bactrien (document J) daté de 518 de n. è.

Figure 7. Contrat de vente bactrien (document J) daté de 518 de n. è.

L’écriture est dérivée de l’écriture grecque.

© N. Sims-Williams, 1996.

Figure 8. Tsiurâzâd, la Schéhérazade bactrienne (c. 400-430).

Figure 8. Tsiurâzâd, la Schéhérazade bactrienne (c. 400-430).

© N. Sims-Williams, 2005.

22Ayons confiance dans les découvertes futures. Même si ces littératures étaient pour l’essentiel réservées à l’oralité, il existe une probabilité non négligeable pour qu’en réapparaissent des morceaux, peut-être sous la forme des rouleaux historiés qu’on devine avoir servi de modèles aux peintres sogdiens. On n’ose espérer qu’il en ira de même pour la musique, même si les instruments anciens sont de mieux en mieux connus.

23Il ne faut pas se voiler la face : ces découvertes, notamment celles de textes et de peintures sur supports périssables, passeront moins par les fouilles régulières que par le marché des antiquités, comme cela fut déjà le cas pour les archives bactriennes. En Afghanistan, malgré la reprise de l’activité archéologique et la réouverture de la DAFA en 2002, le métier d’archéologue nourrit moins son homme que celui d’entrepreneur en fouilles clandestines. Cette profession n’est pas apparue dans les républiques ex-soviétiques, du moins à ma connaissance, mais celle d’archéologue y est devenue financièrement peu attractive et l’on peut concevoir des inquiétudes quant à la relève de l’actuelle génération, très bien formée à la période précédente. Le durcissement des barrières frontalières entre les nouvelles républiques gêne les contacts personnels entre les chercheurs. La perte d’expertise se fait déjà sentir de manière préoccupante dans la restauration des monuments, tandis que le Musée d’histoire de Samarkand, l’un des plus riches par son contenu tant archéologique qu’ethnographique, a fermé sans perspective claire de réouverture. Mais sommes-nous nous-mêmes toujours bien placés pour donner des leçons ? Le Cabinet des médailles de notre Bibliothèque nationale, qui, outre bien d’autres choses, abrite tant de trésors numismatiques et artistiques d’Iran et d’Asie centrale et où, comme je viens d’en faire l’expérience, on peut encore faire des découvertes importantes, ce Cabinet est maintenant inaccessible pour quatre ans, faute de moyens, faute aussi semble-t-il d’interlocuteurs administratifs suffisamment éclairés quant à ses richesses scientifiques.

  • 14 Fei J., Zhou J. et Hou Y., « Circa A.D. 626 volcanic eruption, climatic cooling, and the collapse o (...)

24Tournons-nous plutôt vers des signaux plus positifs qui compensent largement les autres. À l’heure où je parle, les fouilles sont de nouveau très actives dans la totalité des États concernés. Au Xinjiang, où les autorités furent longtemps réticentes à admettre des archéologues étrangers, ceux-ci sont maintenant présents sur le terrain, notamment une équipe française qui obtient des résultats remarquables dans les anciennes oasis ensablées au sud du Taklamakan. Autre facteur encourageant, la chronologie auparavant très incertaine des premiers siècles de notre ère est maintenant bien arrimée, mettant pratiquement fin à des débats qui avaient accaparé trop d’énergies au siècle dernier. L’entreprise internationale de la Sylloge nummorum lancée par une initiative conjointe à Vienne et à Paris est en train de doter la numismatique de l’Iran et de l’Asie centrale des meilleurs outils possibles. La céramique de toutes les périodes a elle aussi reçu les siens, ou est en passe de les recevoir, sous forme d’ouvrages et de tessonniers de référence, notamment grâce aux efforts successifs de Boris Marshak, de Jean-Claude Gardin et de Bertille Lyonnet. Enfin, le retard qu’avait l’archéologie centrasiatique dans l’utilisation des sciences physiques est en train de se résorber. Récemment a été proposé un modèle climatologique convaincant reliant l’écroulement du premier Empire turc de Mongolie à un épisode volcanique survenu en 62614. On va bientôt nous en proposer un autre susceptible d’apporter un nouvel éclairage sur l’expansion foudroyante de l’empire de Gengis Khan et sa fragmentation ultérieure. Les recherches sur l’ADN s’invitent aussi, peut-être un peu bruyamment en ce qui concerne le Xinjiang où s’est manifestée chez certains chercheurs occidentaux une tendance à vouloir désiniser à toute force le passé de la région en exhibant des momies aux cheveux roux, en réalité d’époques très diverses, en même temps que l’on faisait des anciens poètes koutchéens quasiment des bardes celtiques, sur la foi de rapprochements linguistiques superficiels. Le Collège de France saura accueillir ces innovations avec discernement autant qu’avec ouverture, dans des journées d’études que j’espère mettre sur pied avec des collègues scientifiques.

25Ce n’est sans doute pas un hasard si plusieurs projets d’ouvrages cumulatifs visant à afficher la notion d’Asie centrale s’engagent à peu près en même temps. J’y participe, et je prévois que mes premières années d’enseignement au Collège de France accompagneront ces efforts de synthèse. Je proposerai notamment de dresser un état des lieux des fouilles d’archéologie urbaine entre l’âge du fer, époque où émergent les grands pôles d’oasis qui ont perduré jusqu’à nos jours, et les débuts de la période islamique. Pour l’âge du bronze, qui connut une première urbanisation suivie d’un effondrement à peu près général, j’inviterai à mon séminaire des collègues directement compétents ; nous n’en manquons certes pas. Plusieurs grandes fouilles sont maintenant publiées, d’autres le sont en partie et vraisemblablement ne le seront plus guère davantage, d’autres enfin s’engagent dans ce processus. Chaque site a sa personnalité scientifique liée à son histoire propre, à l’état inégal de la documentation, aux méthodes et aux présupposés des diverses équipes d’archéologues. Le moment semble venu de mettre en série ces histoires urbaines distinctes et de les soumettre à un questionnaire commun : quand et pourquoi ces villes ont-elles pris naissance, quand et pourquoi sont-elles mortes ou se sont-elles déplacées ? Y a-t-il eu des passages de relais d’une ville à l’autre ? Les programmes monumentaux qui se révèlent à l’archéologue ont-ils toujours abrité des fonctions majeures de la vie urbaine ? Si l’on prend le cas de Samarkand, la réponse est loin d’être évidente : à l’instar de la Samarkand de l’album d’Hugo Pratt, évoquée mais jamais dessinée, le centre urbain prémongol dont nous mettons au jour les vestiges donne un peu l’impression d’une ville virtuelle où l’on a sans cesse entrepris et rarement achevé quoi que ce soit, sinon les remparts, parce que chaque pouvoir successif voulait apposer sa marque et négligeait celle de son prédécesseur.

  • 15 Bernard P., Besenval R. et Marquis Ph., « Du “mirage bactrien” aux réalités archéologiques : nouvel (...)
  • 16 Grenet F., « Découverte d’un relief sassanide dans le Nord de l’Afghanistan », CRAI, 2005, p. 115-1 (...)
  • 17 Grenet F., Podushkin A. et Sims-Williams N., « Les premiers monuments de la langue sogdienne : les (...)
  • 18 Kidd F. et Betts A. V. G., « Entre le fleuve et la steppe : nouvelles perspectives sur le Khorezm a (...)

26Une fonction de mon séminaire devrait être de contribuer à ce que j’appellerai la « veille documentaire ». En Asie centrale, davantage sans doute que dans bien d’autres domaines géographiques, il importe de savoir accueillir et gérer l’inattendu. Quand je considère ma production scientifique de ces quinze dernières années, je m’aperçois qu’un quart, au bas mot, de mes articles échappait à toute planification. Qui aurait pu prévoir ne serait-ce que quelques mois à l’avance la réouverture de l’Afghanistan à la recherche archéologique en 2002, après vingt ans de fermeture15 ? Peu de temps après me parvinrent des photographies du seul relief sassanide jamais découvert à l’est de l’Iran, sculpté sur une falaise au nord de Kaboul, ce qui m’amena toutes affaires cessantes à monter une mission de crainte qu’il ne soit détruit. On ne s’attendait pas à trouver un relief sassanide ; on s’attendait encore moins à ce que révéla son étude, c’est-à-dire un relief montrant Shāpūr Ier, le vainqueur des Romains, chassant le rhinocéros sous un manguier dans une région où il n’y avait ni rhinocéros ni manguier (fig. 9). Par le choix de ces motifs, Shāpūr nous invitait à regarder en direction de l’Inde dont il avait entamé la conquête16. Une expérience analogue survint en 2006, quand je reçus des photographies d’inscriptions trouvées au Kazakhstan, qui depuis quelque temps circulaient sous le manteau et étaient supposées hébraïques. Soupçonnant qu’elles étaient sogdiennes, je les envoyai à Nicholas Sims-Williams qui sur l’heure produisit un déchiffrement complet confirmant mon idée : c’étaient les plus anciens documents connus en cette langue, des proclamations de colonisation militaire et agricole sur le front de la steppe, datables du iie ou du début du iiie siècle, une époque où nous ne connaissions les Sogdiens que comme caravaniers sur la route de Chine17. Ceci m’amena à prendre contact avec le fouilleur du site d’où provenaient ces inscriptions et à étendre au Kazakhstan la zone d’intérêt de ma mission. Dernier exemple : en cette même année 2006, nos collègues australiens travaillant au Khorezm eurent la confirmation que le site de Kazakly-yatkan où ils fouillaient, et qui avait échappé à l’ancienne mission soviétique, avait été la première capitale de ce royaume, dans les deux ou trois siècles au tournant de notre ère, et cela notamment grâce à la découverte de peintures murales à l’étude desquelles ils m’ont associé18. Dans un contexte qui est probablement celui de la fête du Nouvel An, elles figurent des processions de chevaux comparables à celles de Persépolis, et une galerie de portraits royaux qui pourraient être des ancêtres, ce pour quoi nous n’avons dans l’aire iranienne qu’un seul point de comparaison, strictement contemporain mais géographiquement strictement opposé : la double galerie d’ancêtres iraniens et grecs au tombeau royal du Nimrud Dagh, en Turquie orientale.

Figure 9. Le relief sassanide de Rag-i Bibi en Afghanistan (c. 250-270) : Shāpūr Ier chassant le rhinocéros.

Figure 9. Le relief sassanide de Rag-i Bibi en Afghanistan (c. 250-270) : Shāpūr Ier chassant le rhinocéros.

Photographie prise lors de la mission d’étude en 2004.

© F. Grenet et F. Ory, 2004.

27Certes, en même temps que des terrains s’ouvrent d’autres risquent de se refermer, sans plus de préavis, mais les interactions historiques entre tous les pays de l’Asie centrale ainsi que le nécessaire va-et-vient méthodologique entre le terrain, les textes et les images offrent maintes possibilités de repli et de réorientation. Tous les chercheurs travaillant sur la zone ont à un moment de leur carrière connu ces contraintes, qui à l’expérience peuvent se révéler plus stimulantes que des enracinements trop confortables.

28J’ai, dans cette présentation, tenté de montrer qu’on pouvait tenir un discours sur l’Asie centrale en s’autorisant une disparition majeure dans le vocabulaire. Ce nom que sans doute vous attendiez, mais que vous n’avez pas entendu, c’est la Route de la soie. Loin de moi l’idée que ce produit n’ait joué aucun rôle historique, ni que la notion de Route de la soie forgée en 1877 par le géographe Ferdinand von Richthofen n’ait eu un rôle heuristique majeur dans le développement de nos études. Mais le terme apparaît aujourd’hui un peu fatigué à force d’avoir été mis à toutes les sauces. Il masque le fait, maintenant bien reconnu, que la soie n’était pas pour ses producteurs chinois un objet de profit mais tout simplement une monnaie servant à payer les fonctionnaires et à gratifier les souverains étrangers, notamment les menaçants nomades. Ce furent les marchands sogdiens qui la captèrent en route et en firent un objet économique. Même de leur point de vue, il ne semble pas qu’elle ait toujours été perçue comme formant l’essentiel de leur activité. À lire les lettres qu’ils échangeaient et les registres des douanes qu’ils franchissaient, ils auraient pu tout aussi bien se dire les maîtres de la route du musc, ou de la route du santal. Dans tous les cas, il s’agissait de quantités infimes à l’aune du commerce moderne et de produits peu pondéreux, dont le prix relevait presque uniquement de la valorisation symbolique. Même si le commerce lointain, par les contacts qu’il a permis, a énormément apporté à la culture religieuse, littéraire et artistique de l’Asie centrale, il faut se défaire de l’idée qu’il en ait jamais constitué la principale assise économique. Cette assise, qui par endroits remonte à l’âge du cuivre ou à l’âge du bronze, c’est le labeur toujours recommencé des creuseurs de canaux – on a envie de dire : des ingénieurs de l’hydraulique, tant leur expertise se compare favorablement à celle de la technologie moderne. C’est, corrélativement, un génie tout particulier dans la sélection et l’acclimatation des plantes, notamment des fruits : à l’époque du commerce sogdien, les « pêches d’or » de Samarkand avaient acquis une renommée légendaire en Chine (fig. 10), et bien plus tard le Grand Moghol Babur, conquérant de l’Inde, confia dans ses Mémoires avoir pleuré le jour où il put de nouveau savourer un melon de Kaboul qu’on lui avait apporté dans la glace. L’archéobotanique vient maintenant confirmer ces données longtemps fournies seulement par la littérature et par les images. L’identité de l’Asie centrale, c’est aussi la terre crue sous toutes les formes où elle peut être utilisée, ce sont les arts de la céramique, des métaux nobles, des pierres semi-précieuses mais fort peu de la pierre à bâtir, ce sont les arts du bois aujourd’hui bien raréfié, du tapis, de la tenture, du confort urbain en général, à l’exception notable des installations balnéaires qui disparurent entre les Grecs et l’arrivée de l’Islam. C’est aussi, et on saisit là un caractère plus spécifique à la zone, les relations d’échange et de complémentarité entre le monde sédentaire et le monde nomade, nouées en lisière de chaque oasis et parfois à l’intérieur même de celles-ci, et qui sur la longue durée ont beaucoup plus compté que les épisodes hostiles, avant la rupture majeure qu’a constituée l’invasion mongole de 1220, terrible saignée du peuplement qu’on lit partout sur le terrain, comparable par ses effets à la Grande Peste d’Occident qui en fut sans doute la conséquence lointaine.

Figure 10. Pendjikent, pêches et melons dans une scène de banquet (c. 740).

Figure 10. Pendjikent, pêches et melons dans une scène de banquet (c. 740).

© B. Marshak, 1980.

29Ces recherches sont maintenant reprises par des équipes jeunes et nombreuses, qui chaque année produisent des matériaux nouveaux et expérimentent de nouvelles approches. Bien au-delà des travaux que je conduis et continuerai de conduire avec mes collaborateurs à Samarkand et ailleurs, la chaire à laquelle le Collège de France m’a fait l’honneur de m’élire aura vocation à accueillir ces recherches, à les faire dialoguer et à les soutenir.

Bibliografía

Afghanistan. Les Trésors retrouvés. Collections du musée national de Kaboul, Paris, Musée national des arts asiatiques – Guimet, 2007.

Bendezu-Sarmiento J. (dir.), L’Archéologie française en Asie centrale. Nouvelles recherches et enjeux socioculturels (Cahiers d’Asie centrale, nos 21-22), IFEAC, 2013.

Chuvin P. (éd.), Les Arts de l’Asie centrale, Paris, Citadelles & Mazenod, 1999.

Foucher A., La Vieille Route de l’Inde de Bactres à Taxila, 2 vol., Paris, 1942-1947 (Mémoires de la DAFA, I).

Francfort H.-P. (dir.), Nomades et sédentaires en Asie centrale. Apports de l’archéologie et de l’ethnologie, actes du 3e colloque franco-soviétique sur l’archéologie de l’Asie centrale, Alma Ata, Kazakhstan, 17-26 octobre 1987, Paris, éditions du CNRS, 1990.

Gorshenina S., L’Invention de l’Asie centrale. Histoire du concept de la Tartarie à l’Eurasie, Genève, 2014.

Gorshenina S. et Rapin C., De Kaboul à Samarcande. Les archéologues en Asie centrale, 2e éd., Paris, Gallimard, coll. « Découvertes : archéologie », 2007.

Grenet F., « Maracanda/Samarkand, une métropole pré-mongole. Sources écrites et archéologie », Annales. Histoire, sciences sociales, nos 5-6, 2004, p. 1043-1067 : URL : www.cairn.info/revue-annales-2004-5-page-1043.htm.

Hansen V., The Silk Road. A New History, Oxford, Oxford University Press, 2012.

Hopkirk P., Bouddhas et rôdeurs sur la Route de la soie, Paris, Arthaud, 1981.

La Vaissière É. de, Histoire des marchands sogdiens, Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises, coll. « Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises » (vol. 32), diffusion De Boccard, 2e éd., 2004.

Litvinskij B. A. et Altman Bromberg C. (éd.), The Archaeology and Art of Central Asia. Studies from the Former Soviet Union, Bloomfield Hills (Mich.), 1996 (Bulletin of the Asia Institute, no 8).

Litvinskij B. A., La Civilisation de l’Asie centrale antique, traduit du russe par Louis Vaysse, Rahden, Leidorf, 1998.

Lyonnet B., Prospections archéologiques en Bactriane orientale (1974-1978), vol. 2 : Céramique et peuplement du Chalcolithique à la conquête arabe, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations, 1997.

Marshak B., Legends, Tales, and Fables in the Art of Sogdiana, New York, Bibliotheca Persica Press, 2002.

Rougemont G., Inscriptions grecques d’Iran et d’Asie centrale, Londres, 2012 (Corpus Inscriptionum Iranicarum, II.I).

Shafer E. H., The Golden Peaches of Samarkand. A Study of T’ang Exotics, Berkeley, University of California Press, 1963.

Staviskij B. Ja., La Bactriane sous les Kushans. Problèmes d’histoire et de culture, Paris, Maisonneuve, 1986.

Anexos

La vidéo de la leçon inaugurale est disponible sur le site du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/​site/​frantz-grenet/​inaugural-lecture-2013-2014.htm

Notas

1 Bitchourine N. Ja., Sobranie svedenij o narodakh, obitavshikh v Srednej Azii v drevnie vremena, 3 vol., Moskva-Leningrad, 1950-1953 (réédition du texte paru en 1851). [Les titres qui auraient dû être cités à plusieurs reprises sont donnés dans la bibliographie d’orientation, en fin d’ouvrage.]

2 Paris, A. Maisonneuve, 1900 ; réimprimé en 1973.

3 Journal asiatique, série 11, no 7, janvier-février 1916, p. 111-123.

4 Loginov S.D. et Nikitin A.B., « Sasanian coins of the late 4th-7th centuries from Merv », Mesopotamia, no 28, 1993, p. 271-312, voir en particulier p. 274.

5 Vasil’kov Ja. V. et Sorokina M. Ju. (éd.), Ljudi i sud’by. Bibliograficheskij slovar’ vostokovedov – zhertv politicheskogo terrora v sovetskoj period (1917-1991), Saint-Pétersbourg, 2003.

6 Ghirshman R., Iran. Parthes et Sassanides. Le Proche- et le Moyen-Orien ancien, Gallimard, coll. « L’Univers des formes », 1962.

7 Dernier volume paru, où l’on trouvera la bibliographie antérieure : Lécuyot G., Bernard P., Francfort H.-P., Lyonnet B. et Martinez-Sève L., L’Habitat. Fouilles d’Aï Khanoum IX (Mémoires de la DAFA en Afghanistan, XXXIV), Paris, 2013.

8 Grenet F., « Regional interaction in Central Asia and Northwest India in the Kidarite and Hephtalite periods », in Nicholas Sims-Williams (éd.), Indo-Iranian Languages and Peoples, Oxford, Oxford University Press, 2002.

9 Grenet F., « Religious diversity among Sogdian merchants in sixth-century China: Zoroastrianism, Buddhism, Manichaeism, and Hinduism », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, Toronto, vol. 27, no 2, 2007, p. 463-478.

10 Comparetti M. et La Vaissière É. de (éd.), Royal Naurūz in Samarkand. Proceedings of the conference held in Venice on the pre-Islamic paintings at Afrasiab, Pise/Rome, 2006.

11 Grenet F., « Iranian gods in Hindu garb: the Zoroastrian pantheon of the Bactrians and Sogdians, second-eighth centuries », Bulletin of the Asia Institute, no 20, 2010, p. 87-99.

12 Sims-Williams N., « Nouveaux documents sur l’histoire et la langue de la Bactriane », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres [abrégé ci-après CRAI], vol. 140, no 2, 1996, p. 633-654 ; idem, Bactrian Documents, 3 vol., Londres, 2007-2012 (Corpus Inscriptionum Iranicarum, II.VI). Sur les documents d’archives en sogdien : Livshits V. A., Sogdijskaja èpigrafika Srednej Azii i Semirech’ja, Saint-Pétersbourg, 2008.

13 Sims-Williams N., Bactrian Personal Names (Iranisches Personennamenbuch: Mitteliranische Personennamen, 7), Vienne, Austrian Academy of Sciences Press, 2010, nos 438 et 379 respectivement.

14 Fei J., Zhou J. et Hou Y., « Circa A.D. 626 volcanic eruption, climatic cooling, and the collapse of the Eastern Turkic empire », Climatic Change, no 81, 2007, p. 469-475.

15 Bernard P., Besenval R. et Marquis Ph., « Du “mirage bactrien” aux réalités archéologiques : nouvelles fouilles de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) à Bactres (2004-2005) », CRAI, 2006, p. 1175-1248.

16 Grenet F., « Découverte d’un relief sassanide dans le Nord de l’Afghanistan », CRAI, 2005, p. 115-134.

17 Grenet F., Podushkin A. et Sims-Williams N., « Les premiers monuments de la langue sogdienne : les inscriptions de Kultobe au Kazakhstan », CRAI, 2007, p. 1005-1034.

18 Kidd F. et Betts A. V. G., « Entre le fleuve et la steppe : nouvelles perspectives sur le Khorezm ancien », CRAI, 2010, p. 637-686.

Índice de ilustraciones

Título Figure 1. La Tartarie sur l’Atlas de Mercator.
Leyenda Jodocus Hondius le Jeune, L’Atlas ou méditations cosmographiques de la fabrique du monde, planche 139, c. 1613, Royal Geographical Society, Londres, no d’inventaire : S0011785.
Créditos © Royal Geographical Society, Londres.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-1.png
Archivo image/png, 4,0M
Título Figure 2. Le souverain hephtalite Javukha (c. 490).
Créditos © F. Grenet et F. Ory, 2013.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 84k
Título Figure 3. Le château préislamique de Gjaur-kala au Khorezm (iie-ier siècle av. n. è.).
Créditos Photographie prise dans les années 1930 (d’après Ju. A. Rapoport, E. E. Nerazik et L. M. Levina, V nizov’jakh Oksa i Jaksarta, Moskva, 2000, pl. 26).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 256k
Título Figure 4. Le gymnase d’Aï Khanoum (état final, milieu du iie siècle av. n. è.).
Créditos © DAFA, 1975.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 192k
Título Figure 5. Samarkand, Peinture des Ambassadeurs (c. 660).
Leyenda Détail du mur sud : un cheval et des oies menés en procession au mausolée des ancêtres du roi ; les dignitaires montés sur des chameaux tiennent en main les massues sacrificielles.
Créditos © Mission archéologique franco-ouzbèke de Sogdiane, 1999.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 1,4M
Título Figure 6. Pendjikent, détail des exploits de Rostam (c. 740) : combat contre une dragonnesse.
Créditos © B. Marshak, 1980.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 648k
Título Figure 7. Contrat de vente bactrien (document J) daté de 518 de n. è.
Leyenda L’écriture est dérivée de l’écriture grecque.
Créditos © N. Sims-Williams, 1996.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 2,1M
Título Figure 8. Tsiurâzâd, la Schéhérazade bactrienne (c. 400-430).
Créditos © N. Sims-Williams, 2005.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 88k
Título Figure 9. Le relief sassanide de Rag-i Bibi en Afghanistan (c. 250-270) : Shāpūr Ier chassant le rhinocéros.
Leyenda Photographie prise lors de la mission d’étude en 2004.
Créditos © F. Grenet et F. Ory, 2004.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 1,0M
Título Figure 10. Pendjikent, pêches et melons dans une scène de banquet (c. 740).
Créditos © B. Marshak, 1980.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3594/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 1,8M

© Collège de France, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540