Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction de la raison

 | 
Claudine Tiercelin

Quel rationalisme?

Lichtenberg ou les Lumières inquiètes

Christian Bonnet

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Jacques Bouveresse, Le Philosophe et le réel, Entretiens avec Jean-Jacques Rosat, Paris, Hachette, (...)
  • 2 Les deux conférences données par Jacques Bouveresse les 2 avril et 25 juin 2010 au Collège de Franc (...)

1Si Lichtenberg n’occupe certes pas dans l’œuvre de Jacques Bouveresse la place qu’y occupent Wittgenstein ou Musil, sa présence discrète mais continue témoigne d’une profonde affinité, voire d’une complicité, tant par le ton – l’ironie – que par la manière de concevoir le rôle et le pouvoir de la raison : toutes choses qui font de Lichtenberg, aux yeux de Bouveresse, « le représentant de ce qu’on pourrait nommer l’Aufklärung « inquiète », celle qui a déjà une perception très aiguë de ses limites, de la nécessité, par exemple, de rendre justice au sentiment, à l’affectivité1 ». Pour le dire autrement, Lichtenberg est un « rationaliste sceptique2 ».

  • 3 Kant, Beantwortung der Frage : Was ist Aufklärung (Akademie-Ausgabe, III, 35) ; Réponse à la ques (...)
  • 4 Sudelbücher, L 114, in Georg Christoph Lichtenberg, Schriften und Briefe, herausgegeben von Wolfgan (...)

2Bien que Lichtenberg partage l’idée de Kant, selon laquelle les Lumières consistent dans « la sortie de l’homme hors de l’état de minorité où il se maintient par sa propre faute3 », son inquiétude ou son scepticisme porte sur la capacité effective des hommes – il faudrait sans doute ajouter sur leur volonté – à se servir de leur entendement et à oser penser par eux-mêmes comme les y exhorte Kant. « L’une des plus singulières applications que l’homme ait fait de la raison est certes – écrit Lichtenberg – de la tenir pour un chef-d’œuvre mais de ne pas s’en servir, et de s’être coupé les ailes avec lesquelles il est né.4 »

  • 5 Cf. sur ce point Jacques Bouveresse, « Qu’est-ce que s’orienter dans la pensée ? » : Essais IV, Pou (...)
  • 6 Sudelbücher, D 339 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 283.
  • 7 Sudelbücher, E 412 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 433.
  • 8 Sudelbücher, F 191: Schriften und Briefe, vol. 1, p. 488-489.
  • 9 Sudelbücher, F 348 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 509.
  • 10 Sudelbücher, E 199 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 390.

3On chercherait donc en vain chez lui cet optimisme un peu naïf que l’on prête habituellement, sans doute à tort du reste dans bien des cas5, aux représentants des Lumières. Lichtenberg ne pense pas que l’homme soit bon par nature (« L’un de nos aïeux doit avoir lu un livre interdit6 ») et il n’est ni convaincu qu’il soit possible d’éduquer les hommes, ni que cela suffise à les rendre meilleurs et plus sages. Ce qui ne signifie pas non plus, précise-t-il, qu’ils soient nécessairement méchants : « N’aie pas une idée trop artificielle de l’homme, mais juge-le naturellement, ni trop bon, ni trop mauvais.7 » Pour Lichtenberg – on pense ici à Musil et à son théorème de l’amorphisme humain – l’homme est capable du meilleur comme du pire8. Rien n’est en outre, selon lui, « plus insondable que le ressort de nos actions9 ». Ce qui fait, pour le dire avec ses mots, qu’« il y a de très braves gens, mais [que] la moitié du bien et du mal que l’on dit d’eux n’est pas vrai10 ».

  • 11 Sudelbücher, E 423 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 435.
  • 12 Sudelbücher, C 332 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 218.
  • 13 Sudelbücher, L 878 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 516.
  • 14 Sudelbücher, L 406 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 911.

4L’un des reproches régulièrement adressé par Lichtenberg aux philosophes est d’oublier que l’homme n’est pas un être de pure raison et d’entendre « trop peu la voix du sentiment [die Stimme der Empfindung]11 ». Or la nature n’a pas voulu faire dépendre nos actions uniquement de nos raisonnements et le plus souvent ce ne sont pas de la raison que nos convictions tirent leur force : « Croyez-vous que vos convictions dépendent de la force de vos arguments ? Vous vous trompez certainement, sinon ceux qui vous écoutent devraient en être aussi convaincus que vous.12 » Bref, « c’est encore une grande question – juge Lichtenberg – que de savoir si c’est par le cœur ou par la raison que nous sommes le plus fortement liés au monde qui nous entoure13 ». Quant à la raison elle-même, elle « émerge au-dessus de l’empire des sentiments obscurs et chauds comme au-dessus des nuages les sommets des Alpes. Ils voient le soleil plus nettement et plus clairement, mais ils sont froids et stériles. Elle est imbue de sa hauteur [Brüstet sich mit ihrer Höhe]14 ».

  • 15 Cf. par exemple Albert Schneider, Georg Christoph Lichtenberg, précurseur du romantisme, vol. 1 : L (...)
  • 16 Sudelbücher, F 516 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 531. À propos du Werther de Goethe voir égale (...)
  • 17 Sudelbücher, F 345 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 508.

5Le fait que Lichtenberg fasse ainsi droit au sentiment et à l’affectivité a conduit certains commentateurs à en faire un préromantique15. Or le moins que l’on puisse dire est que cela ne va de soi. Il suffit pour s’en convaincre de lire, par exemple, les jugements portés sur le Werther de Goethe dont la sentimentalité larmoyante le révulse : « Le plus beau passage dans Werther, est celui où il brûle la cervelle du poltron.16 » Ou encore cette remarque dirigée à l’évidence contre le Sturm und Drang : « Si une autre génération devait un jour reconstituer l’homme à partir de nos écrits sentimentaux, ils croiront que c’était un cœur avec des testicules. Un cœur avec un scrotum [ein Herz mit Testikeln. Ein Herz mit einem Hodensack].17 »

  • 18 Sudelbücher, F 433 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 519.

6Si Lichtenberg ne partage pas entièrement l’optimisme rationaliste de certains de ses contemporains, il n’en est pas moins assurément un authentique Aufklärer. On retrouve chez lui les idées et les thèmes classiques généralement considérés comme caractéristiques de l’Aufklärung. Ainsi, un aphorisme comme « Dieu fait les animaux et l’homme se fait lui-même18 » évoque de nombreuses formules du même genre, comme celles que l’on trouve dans l’Idée d’une histoire universelle du point de vue cosmopolitique de Kant.

  • 19 Sudelbücher, G 41 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 141.
  • 20 Vermischte Gedanken über die aerostatischen Maschinen [1783] : Schriften und Briefe, vol. 3, p. 63. (...)

7En dépit de son scepticisme voire de son pessimisme, Lichtenberg croit au progrès. Il juge qu’« on se trompe lorsque l’on croit que toute nouveauté relève uniquement de la mode. Il y a quelque chose de solide en dessous. Le progrès de l’humanité ne doit pas être méconnu [Fortgang der Menschheit muß nicht verkannt werden]19 ». Lichtenberg ne méconnaît lui-même nullement les progrès accomplis par son siècle, comme en témoignent, par exemple, les Pensées mêlées sur les machines aérostatiques : « Notre dix-huitième siècle n’aura certainement pas à avoir honte – juge-t-il – le jour où il transmettra au dix-neuvième siècle son inventaire des connaissances récemment acquises, quand bien même cette transmission devrait avoir lieu demain.20 . Et Lichtenberg d’imaginer, en une longue prosopopée du xviiie siècle, ce que ce dernier « pourrait répondre au xixe siècle si demain celui-ci lui demandait : qu’as-tu apporté et qu’as-tu vu de neuf ? » :

  • 21 Op. cit., p. 63-64.

Il pourrait hardiment répondre : « J’ai précisé la forme de la Terre ; j’ai enseigné comment affronter le tonnerre ; j’ai mis l’éclair en bouteille comme du Champagne ; j’ai trouvé des animaux qui dépassent en prodige la fable de l’hydre de Lerne ; découvert des poissons qui peuvent ce dont Jupiter olympien n’est pas capable – tuer les plus faibles même sous l’eau avec un éclair invisible ; j’ai esquissé, avec Linné, le premier inventaire utilisable des œuvres de la nature ; j’ai vu le retour d’une comète à la fin du congé que mon Halley lui avait donné et j’attends la deuxième pour ma quatre-vingt-neuvième année ; au lieu du seul air que connaissaient mes ancêtres, j’en compte treize variétés. J’ai changé de l’air en corps solides et des corps solides en air ; j’ai forgé du vif-argent ; soulevé des charges colossales avec le feu ; tiré avec de l’eau comme avec de la poudre ; j’ai débauché les plantes pour qu’elles fassent des enfants hors mariage ; j’ai fait couler du métal comme du beurre avec de l’amadou brûlant ; j’ai fondu du verre sous l’eau ; chassé l’or du trône du plus lourd des métaux qu’il usurpait depuis des millénaires pour y mettre un métal blanc ; j’ai prescrit une nouvelle sorte d’excellente lunette que même Newton tenait pour impossible ; j’ai inversé en une seconde les pôles de l’aimant naturel dans les deux sens ; j’ai couvé des œufs sans poule et sans chaleur d’incubation. J’ai fait que l’on ait un évêque aussi bien à Rome qu’à Hildesheim. J’ai écrasé la tête d’un ordre tentaculaire puissant et redoutable. Et ce que j’ai vu ? Juge un peu ! J’ai vu Pierre 1er et Catherine et Frédéric et Joseph et Leibniz et Newton et Euler et Winckelmann et Mengs et Harrison et Cook et Garrick. Es-tu satisfait ? Parfait. Mais considère encore ici quelques broutilles : ici un nouvel État gigantesque, ici un cinquième continent, là une nouvelle planète et une petite preuve pour nous convaincre que notre Soleil est un satellite, et vois encore ici : j’ai enfin fabriqué un vaisseau des airs dans ma quatre-vingt-troisième année, et là j’ai un petit plan, dont je ne te dévoilerai que quelques mots de l’adresse : – – – – – de l’empire turc – – – – – à Constantinople.21 »

  • 22 Op. cit.., p. 64 : « Beaucoup des découvertes citées ici, aussi grandes puissent-elles paraître, ne (...)

Après quoi Lichtenberg envisage quelques-unes des découvertes susceptibles d’être faites à l’avenir22.

  • 23 Lichtenberg fait allusion (voir note précédente) à la découverte par hasard des sources d’eau salée (...)
  • 24 Sudelbücher, L 472 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 918.

8Cet hymne au progrès est cependant teinté, comme souvent chez Lichtenberg, d’ironie et de mélancolie. On notera ainsi que ce progrès n’est en rien nécessaire. Les découvertes se font au hasard. Ceux qui les font ne sont pas certains d’en être toujours récompensés et peuvent très bien subir le sort du cochon de Lunebourg23. On peut également s’interroger sur le réel progrès que constituent certaines des découvertes imaginées par Lichtenberg. Enfin et surtout, on peut se demander si toutes ces découvertes et ces nouvelles connaissances sont réellement de nature à favoriser un véritable progrès de l’homme lui-même. « On parle beaucoup des Lumières et l’on dit que l’on en souhaite davantage. Mon Dieu ! À quoi bon toute cette lumière si les gens n’ont point d’yeux ou bien ferment volontairement ceux qu’ils ont24 ? »

  • 25 Sudelbücher, J 971 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 790.
  • 26 Sudelbücher, K 257 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 443.
  • 27 Sudelbücher, J 1249 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 831 : « In Frankreich gärt es, ob [es] Wein (...)

9De manière générale, lorsque Lichtenberg a recours à la métaphore des Lumières, il ne manque jamais d’évoquer ce qui les obscurcit, leur fait obstacle ou menace de se retourner contre elles. « Je voudrais proposer comme signe des Lumières celui bien connu du feu (∆). Il dispense lumière et chaleur et est indispensable à la croissance et au progrès de tout ce qui vit, mais — utilisé de façon inconsidérée, il sait aussi brûler et détruire.25 » Ou encore : « Ce que l’on raconte sur les bienfaits et les désavantages des Lumières peut bien sûr être représenté par une fable sur le feu. Il est l’âme de la nature inorganique et son usage modéré rend la vie plaisante, il réchauffe nos hivers et éclaire nos nuits. Mais pour ce faire, il faut des torches et des chandelles ; éclairer les rues en mettant le feu aux maisons est un fort méchant moyen d’éclairage. C’est pourquoi il faut éviter de laisser les enfants jouer avec le feu.26 » Il faudrait encore évoquer ici l’attitude de Lichtenberg à l’égard de la Révolution française. Disons que ce n’est ni le rejet de Burke, ni l’enthousiasme de Fichte. Un aphorisme d’avril 1793 commente les événements en ces termes : « La France est en fermentation. Cela donnera-t-il du vin ou du vinaigre, on l’ignore ?27 »

  • 28 Sudelbücher, B 1 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 47.
  • 29 Sudelbücher, F 595 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 542.

10Quoi qu’il en soit de son inquiétude ou de son scepticisme quant à la capacité des hommes à se servir de leur raison (« Lorsqu’il se servait de son entendement, on aurait dit un droitier obligé de se servir de sa main gauche28 »), Lichtenberg ne pense pas pour autant qu’il faille renoncer à les instruire. Cela est même, selon lui, un devoir : « La vérité, l’instruction et l’amélioration de l’homme doit être le but principal d’un écrivain.29 » C’est le sens de son combat sans relâche contre la Schwärmerei, la superstition et le fanatisme.

  • 30 Sudelbücher, F 38 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 466.
  • 31 Sudelbücher, F 33 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 464.
  • 32 Sudelbücher, F 448 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 521.

11Mais la confiance de nombre de ses contemporains dans la possibilité d’une éducation du genre humain le laisse perplexe. Aussi s’interroge-t-il sur le bien-fondé des projets pédagogiques qui fleurissent en Allemagne – comme en France – à son époque. « Je crois que si nos pédagogues atteignaient leur but, je veux dire, s’ils pouvaient faire que la formation des enfants soit entièrement soumise à leur influence, nous n’aurions plus aucun grand homme véritable. Ce qu’il y a de plus utile dans notre vie, généralement personne ne nous l’a appris [Das Brauchbarste in unserm Leben hat uns gemeinglich niemand gelehrt].30 » Et il est même « convaincu que, si un jour Dieu créait un homme selon l’idée qu’en ont les maîtres et les professeurs de philosophie, cet homme devrait être enfermé à l’asile dès le premier jour. On pourrait en tirer une jolie fable : un professeur prie la Providence de faire de lui un homme à l’image de sa psychologie ; elle le fait et il est conduit à l’asile31 ». Aussi conseille-t-il de laisser faire le hasard, en matière d’éducation, plutôt que de procéder de manière volontariste et, pour finir, de « sélectionner les esprits auxquels le hasard a fait présent d’une bonne éducation32 ».

  • 33 Sudelbücher, K 246 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 442.
  • 34 Voir, par exemple, sur ce point K 65 (Schriften und Briefe, vol. 2, p. 409) : « Non ! On n’a pas be (...)
  • 35 Rappelons, pour l’anecdote, que Wittgenstein avait souligné cette phrase dans l’édition de Lichtenb (...)
  • 36 Sudelbücher, C 142 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 183.

12Si Lichtenberg éprouve une certaine méfiance à l’égard des philosophes, des professeurs de philosophie – de ceux qui « [font] commerce de la pensée d’autrui33 » – et de leurs projets pédagogiques, il n’est par ailleurs pas convaincu qu’il soit absolument indispensable que tout le monde fasse la philosophie34. C’est sans doute le sens qu’il faut donner à la célèbre réponse donnée par Lichtenberg à la question de savoir si on doit philosopher soi-même, question qui lui semble susceptible de la même réponse que la question « Doit-on se raser soi-même ? » : « Si quelqu’un me faisait une telle question, je répondrais que, si on le peut le faire comme il faut, alors c’est une excellente chose35. Je pense toujours qu’il faut tâcher d’apprendre le second par soi-même, mais ne pas faire les premiers essais sur la gorge. Agis comme les plus sages ont agi avant toi, et ne commence pas tes exercices philosophiques à des endroits où une erreur peut te livrer aux mains du bourreau.36 » La question des exercices ou de l’apprentissage philosophique est en effet une question d’autant plus délicate, poursuit Lichtenberg dans ce texte, que s’il est facile de trouver quelqu’un pour corriger ses exercices lorsque l’on apprend les mathématiques, on ne sait pas en revanche à qui s’en remettre en philosophie.

  • 37 Sudelbücher, J 292 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 697.

13Cela ne signifie toutefois pas que Lichtenberg pense que l’on ne puisse pas apprendre des philosophes qu’il pratique assidûment, avec une prédilection marquée pour deux d’entre eux : Spinoza, dont il juge qu’« il a eu la plus grande idée qui soit jamais venue à l’esprit d’un homme37 », et Kant.

  • 38 Sudelbücher, J 1538 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 285.
  • 39 Schriften und Briefe, vol. 4, p. 679.
  • 40 C’est-à-dire l’application de ce que Lichtenberg tient pour la « Hauptregel : il faut reculer les c (...)
  • 41 Lettre à Ramberg du 3 juillet 1786 : Schriften und Briefe, vol. 4, p. 679.
  • 42 Sudelbücher, H 143 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 197.

14Chez Spinoza, Lichtenberg est bien sûr sensible à la critique de la superstition. Il se reconnaît, en outre, dans son déterminisme ainsi que dans l’idée que notre croyance au libre-arbitre n’est que l’ignorance des causes qui nous font agir : « […] Il nous est en général impossible de percevoir les premiers commencements, nous ne percevons partout que ce qui est arrivé et non comment cela est arrivé : quand donc nous croyons que maintenant nous faisons une chose, elle est déjà faite.38 » Mais la « grande idée » de Spinoza est avant tout à ses yeux, semble-t-il, celle de l’unicité de la substance, c’est-à-dire le refus du dualisme – le corps et l’âme, le monde et Dieu – ou ce qu’il appelle dans une lettre à Ramberg du 3 juillet 178639, « l’infâme DEUX [das infame ZWEI] ». Lichtenberg pense que « l’approfondissement de l’étude de la nature poursuivie pendant des siècles40 conduira enfin au spinozisme41 ». Et que « si le monde dure un nombre incalculable d’années, la religion universelle deviendra du spinozisme épuré. La raison laissée à elle-même ne conduit à rien d’autre et il est impossible qu’elle conduise à autre chose42 ».

  • 43 Sudelbücher, J 569 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 737.

15Mais le philosophe le plus souvent cité par Lichtenberg, surtout à partir des années 1780, est Kant, dont la révolution copernicienne fait écho à ses propres intuitions : « Dans la préface aux seconde et troisième éditions de la Critique de Kant […], il y a des choses fort singulières que j’ai souvent pensées sans les avoir jamais dites – observe Lichtenberg. Nous ne trouvons aucune cause dans les phénomènes, nous relevons seulement ce qui correspond à quelque chose en nous. Où que se portent nos regards, nous ne voyons jamais que nous-mêmes.43 »

  • 44 Sudelbücher, K 74 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 411.
  • 45 Ibid.

16L’idée fondamentale de Kant, tel que le comprend Lichtenberg, est que « nous ne sommes nous-mêmes pas moins quelque chose que les objets hors de nous. Si donc quelque chose agit sur nous, cette action dépend non seulement de l’objet qui agit, mais encore de celui sur lequel l’action s’exerce44 », ce qui n’est dans l’esprit de Lichtenberg, lui-même physicien, que l’application au cas particulier de la perception ou de la représentation d’un principe physique tout à fait général, à savoir que la chose qui agit et la chose sur laquelle elle agit « sont, comme dans le choc, à la fois actives et passives45 ».

17Bref, Lichtenberg crédite Kant d’avoir tiré toutes les conséquences (1) du fait qu’un effet quelconque est toujours une coproduction de la chose qui agit et de celle sur laquelle elle agit ; (2) et du fait que nous ne sentons ou ne percevons toujours qu’en nous-mêmes et que tout ce que nous sentons n’est jamais rien d’autre qu’une modification de nous-mêmes.

  • 46 Sudelbücher, K 313 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 455.
  • 47 Cf. par exemple L 911 (Schriften und Briefe, vol. 2, p. 523) : « Il revient à Kant le mérite, qui n (...)
  • 48 Jacques Bouveresse, Langage, perception et réalité. 1. La perception et le jugement, Nîmes, Jacquel (...)
  • 49 Friedrich Albert Lange, Geschichte des Materialismus, Francfort/Main, Suhrkamp, 1974, vol. 2, p. 85 (...)

18Cette lecture physicaliste ou physiologique de Kant est confirmée par de nombreuses déclarations : « Je crois, note-t-il, que l’on aurait pu parvenir à la philosophie kantienne à partir d’un paradigme emprunté à la physique.46 » À plusieurs reprises, Lichtenberg parle à propos de Kant de « physiologie de l’esprit47 ». Dans son ouvrage Langage, perception et réalité48, Jacques Bouveresse a souligné l’étroite parenté entre le kantisme de Lichtenberg et celui de Helmholtz, dont les travaux sur la perception sont en quelque sorte la traduction physiologique concrète. Un autre représentant du kantisme physiologique en Allemagne au xixe siècle, Friedrich Albert Lange, invoquera lui aussi Lichtenberg pour caractériser ce en quoi consistent selon lui les découvertes fondamentales de Kant49.

  • 50 Sudelbücher, J 28 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 655-656.

19Cette lecture physiologique de Kant est également une lecture réaliste qui s’exprime parfois d’une manière que l’on pourrait qualifier de prémonitoire, si l’on songe à ce qui allait bientôt devenir la tendance dominante du postkantisme : « La philosophie kantienne peut bien fonder le royaume qu’elle veut – écrit Lichtenberg en janvier 1789 –, il lui faudra pourtant admettre que quelque chose dans le monde correspond à nos représentations, si elle ne veut pas retomber dans les vieilles fadaises [Lappereien] bien connues.50 »

  • 51 Sudelbücher, H 151 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 200.
  • 52 Sudelbücher, L 805 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 501.
  • 53 Sudelbücher, H 19 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 180.
  • 54 Ibid.

20Le fait que « connaître des objets extérieurs [soit] une contradiction, [car] il est impossible à l’homme de sortir de lui-même51 » et qu’« il n’y [ait] pas de pont qui conduise de nos pensées aux objets52 » ne justifie en effet en rien, pour Lichtenberg, « l’erreur radicale [Radikalirrtum] de ceux qui, disputant contre ces idées de Kant, les tiennent pour de l’idéalisme ou pour une tromperie de l’auteur de la nature, s’il en était ainsi53 ». Car, ajoute-t-il, comme toutes les choses dans la nature sont en relation avec d’autres, que peut-on imaginer de plus réel et de plus vrai que ces relations54 ? Cette idée que rien n’est plus réel que les relations évoque là encore, à bien des égards, le réalisme structural de Helmholtz et de ses successeurs.

  • 55 Sudelbücher, L 811 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 503.

21Cependant, on perçoit parfois chez Lichtenberg, sur cette question du réalisme, une hésitation analogue à ce que l’on trouve également dans les textes tardifs de Helmholtz. Et Lichtenberg donne de plus en plus l’impression, dans certains textes de la fin des années 1790, de considérer la question du réalisme et de l’idéalisme (pour exprimer la chose en termes positivistes) comme une question métaphysique dénuée de sens : « Il m’importe vraiment peu que l’on veuille appeler cela de l’idéalisme. Ce ne sont pas les noms qui comptent. C’est du moins un idéalisme qui, dans son idéalisme, reconnaît qu’il y a des choses hors de lui et que tout a ses causes : que veut-on de plus ?55 »

22Quoi qu’il en soit, si l’on nous accorde que l’idéalisme spéculatif n’est peut-être pas le prolongement naturel et obligé du kantisme, mais qu’il existe une autre postérité tout aussi légitime, en dépit d’une présence infiniment plus modeste dans les manuels d’histoire de la philosophie – celle d’un kantisme que l’on peut qualifier, pour faire bref, de réaliste et d’épistémologique, Lichtenberg est, nous semble-t-il, l’un des tout premiers, dans les années qui suivent la parution de la Critique de la raison pure, à avoir exploré cette voie.

  • 56 Lettre à Ludwig Christian Lichtenberg du 18 février 1799 [Lichtenberg meurt le 24 février], Schrift (...)
  • 57 Sudelbücher, J 472 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 722-723.

23Son kantisme est tout sauf dogmatique. « Un kantien dogmatisant n’est certainement pas un kantien authentique56 », écrit-il à son frère quelques jours avant sa mort. D’où son ironie fréquente à l’égard des disciples de Kant : « Je crois que, de même que les partisans de Monsieur Kant reprochent à leurs adversaires de ne pas le comprendre, de même beaucoup d’entre eux croient que Kant a raison parce qu’ils le comprennent. […] On devrait toujours se souvenir que le fait de le comprendre n’est pas encore une raison de le tenir lui-même pour vrai.57 »

  • 58 Sudelbücher, L 911 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 523.
  • 59 Sudelbücher, L 910 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 523. Toujours à propos de la morale de Kant : (...)

24Kant lui-même, estime-t-il, s’est au demeurant parfois « laissé porter trop loin par le succès de sa Critique de la raison pure58 ». Lichtenberg a, par exemple, de sérieux doutes, c’est le moins que l’on puisse dire, à l’égard de sa philosophie pratique. Sans même parler de ce qu’ont d’absurdes à ses yeux la reconduction du dualisme et l’affirmation de la liberté nouménale, cette morale exclusivement fondée sur des principes rationnels lui semble une morale de vieux : « Plusieurs choses enseignées par Monsieur Kant, en particulier à propos de la loi morale, pourraient-elles être une conséquence de l’âge, quand, la passion et les inclinations ayant perdu de leur force, il ne reste plus que la raison ? Si le genre humain mourait à quarante ans, dans la force de l’âge, quelle influence cela aurait-il sur le monde ? Nombre de choses étranges naissent du lien avec la tranquille sagesse de l’âge. N’y aura-t-il pas un jour un État où l’on décapitera tous les hommes de quarante-cinq ans ?59 »

  • 60 Josef Dostal-Winkler, Lichtenberg und Kant : Bausteine zu einer Philosophie des « Als-Ob », Munich, (...)
  • 61 Sudelbücher, J 278 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 694
  • 62 Sudelbücher, J 1491 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 276.
  • 63 Sudelbücher, L 972 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 536.
  • 64 On peut citer, par exemple, Sudelbücher, J 855 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 771-772 : « « Un (...)
  • 65 Ernst Mach, L’Analyse des sensations, trad. F. Eggers et J.-M. Monnoyer, Nîmes, Jacqueline Chambon, (...)
  • 66 Sudelbücher, K 76 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 412.

25Sur ces matières – et en particulier sur la question de la liberté – le kantisme de Lichtenberg évoque fréquemment ce que Vaihinger appellera la « philosophie du comme si ». Ce rapprochement (qui a été développé par Josef Dostal-Winkler60) peut s’autoriser d’un certain nombre de textes où la liberté, c’est-à-dire plus exactement pour Lichtenberg la croyance en la liberté, semble bel et bien être une fiction nécessaire : « Qu’il faille parfois préférer une hypothèse fausse à celle qui est exacte, on le voit avec la doctrine de la liberté humaine.61 » Et Lichtenberg de s’émerveiller de ce « chef-d’œuvre de la création » qu’est l’homme, « ne serait-ce que pour cette raison que, alors que tout est déterminisme, il agit comme un être libre62 ». Si bien que – estime-t-il – « l’homme est en fin de compte un être si libre qu’on ne peut pas lui contester le droit d’être ce qu’il croit être63 ». On trouve des textes de même tonalité touchant la religion64. Va, enfin, dans le même sens le texte – dans lequel Mach65 verra l’anticipation de son unrettbares Ich – selon lequel « supposer, postuler le Je est un besoin pratique66 ».

  • 67 Sudelbücher, A 130 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 38.

26Le scepticisme ou le pragmatisme de Lichtenberg, sur ces questions comme sur d’autres, tiennent dans une large mesure à sa conception du langage, qui n’est pas sans conséquence sur sa conception de la philosophie elle-même. Lichtenberg distingue en effet entre ce qu’il appelle la « philosophie pure » et la « philosophie impure ». Qu’est-ce que la philosophie impure ? C’est celle qui se trouve dans nos représentations communes, c’est-à-dire pour l’essentiel dans nos manières de parler, car « nous pensons assez tôt, mais nous ne savons aussi peu que nous pensons que nous savons que nous croissons ou digérons ; beaucoup d’hommes du commun ne l’apprennent jamais67 ».

  • 68 Sudelbücher, H 146 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 197.
  • 69 Ibid.

27La philosophie impure, que Lichtenberg appelle parfois aussi la « fausse philosophie », est « incorporée à tout notre langage68 » au point, estime-t-il, « que nous ne pouvons pas pour ainsi dire raisonner, sans raisonner faussement. On ne songe pas que parler, que ce soit sur n’importe quoi, est une philosophie. Quiconque parle allemand est un philosophe populaire [Volksphilosoph]69 ». Bien des erreurs ou des préjugés reconduits par les philosophes eux-mêmes viennent précisément de là.

  • 70 Ibid.
  • 71 Cf. par exemple l’avant-propos de Waismann aux Gesammelte Aufsätze de Schlick (Vienne, Gerold, 1938 (...)
  • 72 Sudelbücher, A 59 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 23.
  • 73 Sudelbücher, K 19 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 842.
  • 74 Sudelbücher, H 146 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 198.
  • 75 Ibid.
  • 76 Sudelbücher, L 35 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 856.
  • 77 Sudelbücher, J 2148 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 393.

28D’où l’idée selon laquelle « toute notre philosophie est rectification de notre usage du langage [Unsere ganze Philosophie ist Berichtigung des Sprachgebrauchs]70 ». Cette caractérisation de la philosophie comme Sprachkritik a des accents contemporains qui n’ont pas manqué d’être remarqués71. L’une des tâches que s’assigne Lichtenberg est en effet, en un sens, de clarifier notre usage du langage et d’en déjouer les pièges. Toutefois, à aucun moment on ne trouve chez lui le projet d’une langue parfaite transparente à elle-même. On notera même, à ce propos, son scepticisme et son ironie à l’égard du projet leibnizien de caractéristique universelle : « Une langue qui exprimerait toujours en même temps la ressemblance [Verwandschaft] des choses serait plus utile à l’État que la caractéristique leibnizienne. Je pense par exemple à directeur de conscience [Seelsorger] plutôt que prêtre, à crétin [Dummkopf] au lieu de dandy [Stutzer], buveur d’eau au lieu de poète anacréontique.72 » Un projet comme celui de Leibniz suppose en effet que l’on puisse procéder par définition. Or Lichtenberg pense que « l’avantage incommensurable que le langage présente pour la pensée consiste à lui fournir de manière générale des signes pour les choses plutôt que des définitions », et que c’est précisément lorsque l’on cherche à tout prix à définir que « l’utilité du langage est en partie supprimée. Dire ce que sont les choses est la tâche de la philosophie. Le mot ne doit pas être une définition, mais un simple signe […]73 ». Lichtenberg est convaincu qu’« expliquer les mots ne sert à rien, car en expliquant les mots, je ne change pas les pronoms et les déclinaisons74 ». Ces pronoms et ces déclinaisons sont ceux de la « fausse philosophie » ou « philosophie impure », ce qui fait que « l’on nous enseigne toujours la vraie philosophie avec le langage de la fausse75 ». Les deux philosophies sont, en effet, inextricablement mêlées : « La philosophie pure entretient encore et toujours en catimini (et ne peut pas faire autrement) une liaison amoureuse avec l’impure – et il en ira ainsi jusqu’à la fin des temps.76 » La philosophie ne parlera donc pas une autre langue que celle de cette philosophie commune – incorporée à notre grammaire, aux pronoms et aux déclinaisons (on pense bien sûr ici à Nietzsche). Et c’est par conséquent dans notre langue commune que s’opèrera la clarification qui est sa tâche propre. « Le paysan utilise toutes les propositions de la philosophie la plus abstraite, simplement emmêlées, cachées, entravées, latentes [eingewickelt, versteckt, gebunden, latent], comme disent le physicien et le chimiste ; le philosophe nous donne les propositions pures.77 »

  • 78 Sudelbücher, J 443 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 718.
  • 79 Sudelbücher, K 19 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 842-843.

29Il reste, pense Lichtenberg, que « quand on y réfléchit bien, on trouve beaucoup de sagesse déposée dans le langage78 ». Ainsi « le meilleur mot est celui que tout le monde comprend. Que l’on se garde donc de rejeter les mots compris de tous et surtout pas sous le prétexte qu’ils donneraient un faux concept de la chose ! Car il n’est pas vrai qu’il donne un mauvais concept, puisque je sais et que je présuppose qu’il sert à distinguer la chose ; pour le reste, ce n’est pas par le mot que je vais apprendre quelle est la nature de la chose79 ».

  • 80 Sudelbücher, J 417 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 715.
  • 81 Sudelbücher, J 732 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 757.

30D’où l’écriture et le style si singuliers de Lichtenberg. Ne pouvant s’exprimer avec une autre langue que celle de cette « philosophie commune » déposée dans le langage, le philosophe parlera, « avec les mots de la philosophie commune, de choses qui la dépassent, par paraboles [in Gleichnissen]80 ». Il en va ici, pour ainsi dire, « comme de la peinture : la philosophie ne peut regarder aucun objet en face, et encore moins en représenter tous les traits. Chacune tente une certaine tournure, un certain profil et choisit certains traits qui y conviennent81 ».

  • 82 On lui doit un certain nombre de découvertes, dont l’invention de l’électrophore, l’utilisation des (...)
  • 83 Sudelbücher, K 308 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 454.
  • 84 Ibid, p. 453-454.

31Il ne faut pas non plus perdre de vue, touchant le style philosophique de Lichtenberg, que ce dernier est avant tout un scientifique, un physicien et, qui plus est, un expérimentateur82. Son rationalisme est lui-même un rationalisme expérimental. Ce que Lichtenberg revendique expressément : « On doit expérimenter avec les idées [man muß mit Ideen experimentieren].83 » En effet « lorsque, en réfléchissant, nous nous en remettons aux liaisons naturelles des formes de l’entendement et de la raison, les concepts adhèrent [kleben] si souvent à d’autres qu’ils ne peuvent pas se joindre à ceux auxquels ils conviennent véritablement. S’il seulement il y avait, comme en chimie, une solution où les différentes parties flotteraient légèrement en suspension et pourraient par conséquent suivre chaque impulsion. Mais comme ce n’est pas le cas, on doit mettre les choses en relation intentionnellement84 ».

  • 85 Sudelbücher, J 1646 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 302.
  • 86 Sudelbücher, J 1620 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 297.
  • 87 Sudelbücher, J 959 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 788.
  • 88 Sur cette méfiance à l’égard des hypothèses, voir par exemple Sudelbücher, J 1438 : Schriften und B (...)

32L’un des procédés favoris de Lichtenberg consiste à rechercher les ressemblances. « Si je suis fort en quelque chose, concède-t-il, c’est pour trouver des ressemblances.85 » La faculté de découvrir ces similitudes est ce qu’il appelle le Witz – l’esprit – et qu’il distingue de l’entendement : « Le Witz est le découvreur [Finder], l’entendement, l’observateur [Beobachter].86 » Et sans cette faculté de repérer les similitudes qu’est le Witz, « l’homme ne serait rien du tout, car la ressemblance des circonstances [die Ähnlichkeit in den Umständen] est assurément la seule chose qui nous conduise à la connaissance scientifique87 ». Cette manière de concevoir la connaissance comme ce qui permet aux hommes de repérer les circonstances identiques et sans quoi notre existence serait impossible est, là encore, assez caractéristique d’une conception que nous appellerions aujourd’hui « positiviste ». Comme l’est aussi la méfiance de Lichtenberg à l’égard des hypothèses88.

  • 89 Sudelbücher, D 469 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 301. Un exemple parmi d’autres : « Deux douza (...)
  • 90 Cf., par exemple Sudelbücher, J 48 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 659 : « L’âge (le nombre des (...)

33Parmi les autres procédés qu’affectionne Lichtenberg, on peut indiquer le changement d’échelle, qu’il s’agisse de grossir ou de rapetisser. « Si la sagacité [Scharfsinn] est un verre grossissant, l’esprit [Witz] est un verre rapetissant. Croyez-vous donc que les découvertes se font seulement au moyen de verres grossissants ? Je crois que bien plus de découvertes ont été faites, dans le monde intellectuel, au moyen de verres rapetissants ou du moins d’instruments semblables.89 » Procèdent du même esprit les variations, les changements de point de vue ou encore les inversions ou les déplacements de maximes ou de proverbes90.

  • 91 Sudelbücher, H 21 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 181.
  • 92 Sudelbücher, L 572 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 929.
  • 93 Sudelbücher, E 146 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 371.
  • 94 Cf. Albrecht Schöne, Aufklärung aus dem Geist der Experimentalphysik : Lichtenbergsche Konjuktive, (...)
  • 95 Sophie Djigo, La raison vivante. Robert Musil et la vérité romanesque, Paris, L’Improviste, 2013, p (...)

34Le goût de Lichtenberg pour ces procédés parfois poussé jusqu’à l’absurde tient, de manière générale, à sa volonté d’aller contre les préjugés ou ce qu’il appelle l’habitude. « Je voudrais pouvoir me déshabituer de tout – écrit-il – pouvoir voir de manière neuve, entendre de manière neuve, sentir de manière neuve. L’habitude corrompt [verdirbt] notre philosophie91 » et « fait que l’on tient l’injustice pour le droit et l’erreur pour la vérité92 ». Tout ce qui va contre cette paresse de la pensée est bon. « L’un des moyens d’invention les plus féconds » consiste ainsi « dès que l’on entend quelque chose, à se dire à soi-même : ce n’est pas vrai ? et à chercher ensuite les raisons pourquoi on le dit93 ». Albrecht Schöne94 a rapporté cette démarche à la méthode expérimentale du physicien qu’est Lichtenberg. Il a relevé l’usage fréquent chez lui de formes grammaticales ou verbales exprimant l’irréel et a souligné en particulier le rôle de ce qu’il appelle les « hypothèses au subjonctif [Konjuktiv] » lesquelles consistent à se demander « ce qui se passerait si ». S’appuyant sur ces analyses, Sophie Djigo, a tout récemment rapproché cette « philosophie expérimentale » de Lichtenberg de la manière dont Musil, qui partage avec lui bien des traits – dont l’ironie et le souci de prendre en considération le sentiment sans sacrifier les exigences de la rationalité –, procède lui-même en littérature95.

  • 96 Jacques Bouveresse, Le Philosophe et le réel, op. cit., p. 15.
  • 97 Jacques Bouveresse, Rationalité et cynisme, Paris, Minuit, 1984, p. 11.
  • 98 Sudelbücher, J 246 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 688 : « Aufklärung in allen Ständen besteht e (...)

35Autant de traits qui esquissent le portrait d’un Lichtenberg rationaliste et sceptique au point d’admettre que l’erreur ou l’ignorance sont parfois préférables à la vérité, ce que Jacques Bouveresse résume en notant que Lichtenberg est conscient que « la dose de vérité que l’être humain est prêt à supporter est probablement plus réduite qu’on n’aimerait le croire. Mais [que] cela ne peut pas constituer un argument en faveur de l’erreur et de l’illusion96 ». Pour humbles et modestes qu’elles soient, les Lumières inquiètes de Lichtenberg ne nous invitent en effet nullement à renoncer à la raison et à l’idéal d’émancipation par le savoir qui fut celui de l’Aufklärung. Elles nous engagent simplement à lui donner une forme qui soit réellement à notre mesure. Ce qu’exprime, à sa manière, un aphorisme de Lichtenberg, dont Jacques Bouveresse a écrit97 que c’était là, à ses yeux, la plus belle définition que l’on n’ait jamais donnée de l’Aufklärung, à savoir qu’elle « consiste, à proprement parler, en concepts corrects de nos besoins essentiels98 ».

Notes

1 Jacques Bouveresse, Le Philosophe et le réel, Entretiens avec Jean-Jacques Rosat, Paris, Hachette, 1998, p. 14.

2 Les deux conférences données par Jacques Bouveresse les 2 avril et 25 juin 2010 au Collège de France, dans le cadre du séminaire « Georg Christoph Lichtenberg et la physionomie du monde : philosophie, physique, littérature, critique », s’intitulaient précisément « Forces et faiblesses de l’Aufklärung : le rationalisme sceptique de Lichtenberg ».

3 Kant, Beantwortung der Frage : Was ist Aufklärung (Akademie-Ausgabe, III, 35) ; Réponse à la question : Qu’est-ce que les Lumières ? trad. Heinz Wismann in Kant, Œuvres philosophiques, vol. 2, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1985, p. 209.

4 Sudelbücher, L 114, in Georg Christoph Lichtenberg, Schriften und Briefe, herausgegeben von Wolfgang Promies,  6 vol., Munich, Carl Hanser Verlag, 1968-1992 (qui sera désormais l’édition de référence), vol. 1, p. 867-868.

5 Cf. sur ce point Jacques Bouveresse, « Qu’est-ce que s’orienter dans la pensée ? » : Essais IV, Pourquoi pas des philosophes ? Marseille, Agone, 2004, p. 9.

6 Sudelbücher, D 339 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 283.

7 Sudelbücher, E 412 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 433.

8 Sudelbücher, F 191: Schriften und Briefe, vol. 1, p. 488-489.

9 Sudelbücher, F 348 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 509.

10 Sudelbücher, E 199 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 390.

11 Sudelbücher, E 423 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 435.

12 Sudelbücher, C 332 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 218.

13 Sudelbücher, L 878 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 516.

14 Sudelbücher, L 406 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 911.

15 Cf. par exemple Albert Schneider, Georg Christoph Lichtenberg, précurseur du romantisme, vol. 1 : L’Homme et l’œuvre, Nancy, Société d’impressions typographiques, 1954 ; vol. 2 : Georg Christoph Lichtenberg penseur, Paris, Les Belles Lettres, 1954.

16 Sudelbücher, F 516 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 531. À propos du Werther de Goethe voir également F 353 (Schriften und Briefe, vol. 1, p. 510) : « Celui qui n’emploie pas son talent à l’enseignement et à la réforme d’autrui est ou bien un homme exécrable ou bien un esprit étriqué au dernier point. L’auteur du souffreteux Werther [des leidenden Werthers] doit être l’un et l’autre. »

17 Sudelbücher, F 345 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 508.

18 Sudelbücher, F 433 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 519.

19 Sudelbücher, G 41 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 141.

20 Vermischte Gedanken über die aerostatischen Maschinen [1783] : Schriften und Briefe, vol. 3, p. 63. 

21 Op. cit., p. 63-64.

22 Op. cit.., p. 64 : « Beaucoup des découvertes citées ici, aussi grandes puissent-elles paraître, ne sont toutefois que des enfants qui attendent encore de recevoir une éducation. Que ne va-t-il advenir de nombre d’entre elles, si l’on songe que la force, qui jadis a lentement mis en mouvement la barre de la presse, fait maintenant trembler le Vatican, qu’une aiguille aimantée a relié des continents séparés et que le salpêtre et le souffre, avec lesquels on ne faisait au début que se brûler les doigts, pourraient séparer les continents reliés entre eux, si on le voulait. Ah, si seulement quelqu’un trouvait la clé de la voûte sacrée où sont encore probablement cachées des milliers de choses semblables ! Qui sait si nous n’étendrions pas un jour notre vie d’un demi-millénaire ; si nous n’attellerions pas la baleine et n’irions pas avec cet attelage d’un pôle à l’autre sous l’eau et sur l’eau ; si nous n’inverserions pas les pôles magnétiques de la Terre ou si nous ne pourrions pas en installer deux autres à Cayenne et à Bornéo afin de trouver plus facilement la longitude et les armer d’un Caucase en fer doux ; ou si un fermier général n’inventerait pas une pommade dont on enduirait les paysans pour qu’ils donnent de la laine et qu’on les tondent en juin ? Mais hélas ! Hélas tout se trouve dans un labyrinthe où Bacon a cherché son fil, mais ne l’a pas trouvé, et l’homme doit aujourd’hui encore, comme il y a des millénaires, découvrir les plus grandes choses comme les cochons les sources salées ou les eaux thermales. Cela est fort triste. Et sa découverte alors ne doit pas être trop importante, sans quoi il court ici ou là le risque, sinon d’être mis en quartiers comme l’était le cochon de Lunebourg en récompense de sa découverte, du moins d’être, comme le cheval de Lord Clive, gavé à en mourir au fond d’une écurie avec des fenêtres à barreaux dans quelque château de montagne, ce qui est encore plus triste. »

23 Lichtenberg fait allusion (voir note précédente) à la découverte par hasard des sources d’eau salée de Lunebourg, auxquelles la ville a longtemps dû sa prospérité, par un cochon qui fut ensuite coupé en quartiers, fumé et suspendu à un clou dans l’hôtel de ville.

24 Sudelbücher, L 472 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 918.

25 Sudelbücher, J 971 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 790.

26 Sudelbücher, K 257 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 443.

27 Sudelbücher, J 1249 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 831 : « In Frankreich gärt es, ob [es] Wein oder Essig werden ist ungewiß. »

28 Sudelbücher, B 1 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 47.

29 Sudelbücher, F 595 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 542.

30 Sudelbücher, F 38 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 466.

31 Sudelbücher, F 33 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 464.

32 Sudelbücher, F 448 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 521.

33 Sudelbücher, K 246 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 442.

34 Voir, par exemple, sur ce point K 65 (Schriften und Briefe, vol. 2, p. 409) : « Non ! On n’a pas besoin de savoir ça ; mais l’on n’a pas besoin non plus d’être philosophe. »

35 Rappelons, pour l’anecdote, que Wittgenstein avait souligné cette phrase dans l’édition de Lichtenberg qu’il avait offerte à Russell.

36 Sudelbücher, C 142 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 183.

37 Sudelbücher, J 292 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 697.

38 Sudelbücher, J 1538 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 285.

39 Schriften und Briefe, vol. 4, p. 679.

40 C’est-à-dire l’application de ce que Lichtenberg tient pour la « Hauptregel : il faut reculer les causes intelligibles tant qu’on peut [en français dans le texte] » (Sudelbücher, L 814 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 503).

41 Lettre à Ramberg du 3 juillet 1786 : Schriften und Briefe, vol. 4, p. 679.

42 Sudelbücher, H 143 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 197.

43 Sudelbücher, J 569 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 737.

44 Sudelbücher, K 74 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 411.

45 Ibid.

46 Sudelbücher, K 313 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 455.

47 Cf. par exemple L 911 (Schriften und Briefe, vol. 2, p. 523) : « Il revient à Kant le mérite, qui n’est pas le moindre, d’avoir mis de l’ordre dans la physiologie de notre esprit [in der Physiologie unseres Gemütes aufgeräumt zu haben]. » Ou encore L 662 (Schriften und Briefe, vol. 1, p. 942) : « Kant se distingue des autres philosophes en ce qu’il a principalement fait porter son attention sur l’instrument ; il en a examiné la qualité [die Güte] et principalement l’extension, savoir jusqu’où il porte et s’il est apte à faire les choses que l’on veut lui faire faire, c’est-à-dire qu’il a examiné la nature de notre faculté de connaître. »

48 Jacques Bouveresse, Langage, perception et réalité. 1. La perception et le jugement, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1995, p. 95.

49 Friedrich Albert Lange, Geschichte des Materialismus, Francfort/Main, Suhrkamp, 1974, vol. 2, p. 852-853 ; trad. fr. B. Pommerol : Histoire du matérialisme, Paris, Schleicher, 1911, vol. 2, p. 434. Lange cite H 151 et K 74.

50 Sudelbücher, J 28 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 655-656.

51 Sudelbücher, H 151 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 200.

52 Sudelbücher, L 805 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 501.

53 Sudelbücher, H 19 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 180.

54 Ibid.

55 Sudelbücher, L 811 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 503.

56 Lettre à Ludwig Christian Lichtenberg du 18 février 1799 [Lichtenberg meurt le 24 février], Schriften und Briefe, vol. 4, p. 1011.

57 Sudelbücher, J 472 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 722-723.

58 Sudelbücher, L 911 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 523.

59 Sudelbücher, L 910 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 523. Toujours à propos de la morale de Kant : « Que Dieu ou qui que ce soit ait induit l’homme à la propagation de l’espèce par le plaisir de l’accouplement est une chose à prendre en considération lorsque l’on pense au principe suprême de la morale chez Kant. » (Sudelbücher, J 1071 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 803)

60 Josef Dostal-Winkler, Lichtenberg und Kant : Bausteine zu einer Philosophie des « Als-Ob », Munich, Rösl, 1924.

61 Sudelbücher, J 278 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 694

62 Sudelbücher, J 1491 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 276.

63 Sudelbücher, L 972 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 536.

64 On peut citer, par exemple, Sudelbücher, J 855 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 771-772 : « « Un des arts les plus difficiles pour l’homme est sans doute celui de se donner du courage. Ceux à qui il manque le trouvent pour commencer sous la protection puissante de quelqu’un qui le possède et qui peut alors nous aider quand tout fait défaut. Or étant donné qu’il y a dans le monde un nombre si grand de souffrances telles qu’aucun être humain, pour les affronter avec courage, ne peut donner assez à une faible consolation, la religion est excellente. Elle est véritablement l’art de se procurer par des pensées concernant Dieu, sans avoir besoin pour cela d’autres moyens en plus, la consolation et le courage dans la souffrance, et la force de s’y opposer. J’ai connu des hommes dont leur bonheur était leur Dieu. Ils croyaient à un bonheur, et la croyance leur donnait du courage. Le courage leur donnait du bonheur et le bonheur du courage. C’est une grande perte pour l’homme quand il a perdu la conviction de l’existence d’un être sage, qui dirige le monde. Je crois que c’est une conséquence nécessaire de toute étude de la philosophie et de la nature. On ne perd assurément pas la croyance en un Dieu, mais ce n’est plus le Dieu secourable de notre enfance ; c’est un être dont les voies ne sont pas nos voies et les pensées ne sont pas nos pensées, et cela ne procure pas un secours particulièrement important à celui qui est dans la détresse. »

65 Ernst Mach, L’Analyse des sensations, trad. F. Eggers et J.-M. Monnoyer, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1996, p. 30. Un autre texte de Lichtenberg fait irrésistiblement penser à un passage de Mach : « Cette chose dont nous ne voyons ni les yeux, ni les oreilles et dont nous ne voyons que très peu le nez et la tête, bref notre corps » (Sudelbücher, B 109 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 76). Sur ce point chez Mach, cf. op. cit., p. 21-22.

66 Sudelbücher, K 76 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 412.

67 Sudelbücher, A 130 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 38.

68 Sudelbücher, H 146 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 197.

69 Ibid.

70 Ibid.

71 Cf. par exemple l’avant-propos de Waismann aux Gesammelte Aufsätze de Schlick (Vienne, Gerold, 1938, p. XXIV) : « Le grand logicien Frege a assigné comme tâche à la philosophie de briser la domination du mot sur l’esprit, en mettant au jour les illusions qui naissent inévitablement de l’usage de la langue. Nietzsche était en possession de cette vérité, lorsqu’il percevait, derrière les ressemblances des philosophies indienne, grecque et allemande, la domination inconsciente des mêmes catégories grammaticales. Cette idée est formulée de manière merveilleusement claire par Lichtenberg : toute la philosophie est rectification de l’usage du langage. » Cf. également sur ce point l’article de G. H. von Wright, « Georg Christoph Lichtenberg als Philosoph », Theoria, 8(3), décembre 1942, p. 201-217.

72 Sudelbücher, A 59 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 23.

73 Sudelbücher, K 19 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 842.

74 Sudelbücher, H 146 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 198.

75 Ibid.

76 Sudelbücher, L 35 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 856.

77 Sudelbücher, J 2148 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 393.

78 Sudelbücher, J 443 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 718.

79 Sudelbücher, K 19 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 842-843.

80 Sudelbücher, J 417 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 715.

81 Sudelbücher, J 732 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 757.

82 On lui doit un certain nombre de découvertes, dont l’invention de l’électrophore, l’utilisation des signes + et – en électricité, ainsi que la découverte, en 1777, de ce que l’on appelle les « figures de Lichtenberg » (images produites par une décharge électrostatique).

83 Sudelbücher, K 308 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 454.

84 Ibid, p. 453-454.

85 Sudelbücher, J 1646 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 302.

86 Sudelbücher, J 1620 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 297.

87 Sudelbücher, J 959 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 788.

88 Sur cette méfiance à l’égard des hypothèses, voir par exemple Sudelbücher, J 1438 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 264 : « Rien ne fait davantage obstacle au progrès de la science que de croire que l’on sait, quand on ne sait pas encore. C’est dans cette erreur que tombent habituellement les inventeurs enthousiastes d’hypothèses. »

89 Sudelbücher, D 469 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 301. Un exemple parmi d’autres : « Deux douzaines de millions de minutes font une vie de 45 ans et même un peu plus » (Sudelbücher, D 564 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 315).

90 Cf., par exemple Sudelbücher, J 48 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 659 : « L’âge (le nombre des années) rend sage, c’est vrai, mais cela ne signifie rien d’autre que l’expérience rend sage. A l’inverse, la sagesse rend vieux (c’est-à-dire que le remords, l’ambition, le dépit creusent les joues, rendent les cheveux gris et les font tomber) n’est pas moins vrai. Ces leçons quotidiennes inculquées au moyen de corrections, non certes au derrière mais au parties les plus fragiles, sont un véritable poison. »

91 Sudelbücher, H 21 : Schriften und Briefe, vol. 2, p. 181.

92 Sudelbücher, L 572 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 929.

93 Sudelbücher, E 146 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 371.

94 Cf. Albrecht Schöne, Aufklärung aus dem Geist der Experimentalphysik : Lichtenbergsche Konjuktive, Munich, C.H. Beck, 1982 ; voir en particulier les analyses des pages 55 à 101.

95 Sophie Djigo, La raison vivante. Robert Musil et la vérité romanesque, Paris, L’Improviste, 2013, p. 160-162.

96 Jacques Bouveresse, Le Philosophe et le réel, op. cit., p. 15.

97 Jacques Bouveresse, Rationalité et cynisme, Paris, Minuit, 1984, p. 11.

98 Sudelbücher, J 246 : Schriften und Briefe, vol. 1, p. 688 : « Aufklärung in allen Ständen besteht eigentlich in richtigen Begriffen von unsern wesentlichen Bedürfnissen»

© Collège de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter