Version classiqueVersion mobile

La reconstruction de la raison

 | 
Claudine Tiercelin

Les raisons de croire et les raisons d'agir

« Rationaliser l’action » : causalité et normativité

Sophie Djigo

Entrées d'index

Mots-clés :

action, causes, normes, raisons

Texte intégral

1Dans un fameux passage de L’homme sans qualités, Musil met en scène Ulrich, jeune mathématicien, et sa sœur Agathe cherchant « après-coup » une raison afin de justifier la falsification du testament de leur défunt père, destinée à léser l’époux d’Agathe, dont celle-ci souhaite divorcer. La jeune femme reçoit une lettre de l’époux s’indignant du procédé et réclamant une explication. Là où l’on s’attendrait à ce qu’Agathe invoque sa haine de son mari, son intention de lui nuire ou son but de divorcer, la jeune femme se retrouve désemparée, absolument incapable de rendre raison de l’acte qu’elle a commis. Il s’ensuit une conversation entre frère et sœur sur la nécessité de rationaliser l’action, dont voici un bref extrait:

Ulrich parla de l’étui à cigarettes qu’un homme fortuné vole dans un hôtel. Il avait échafaudé une théorie selon laquelle un tel délit ne pouvait avoir que trois raisons : la misère, la profession ou, sinon, une défectuosité du psychisme. « Lorsque nous parlions de cela, tu m’as objecté qu’on pouvait aussi le faire par conviction.

― J’ai dit qu’on pouvait le faire, tout simplement !

― Par principe, autrement dit !

― Non, pas par principe !

  • 1 Robert Musil, L’homme sans qualités, éd. Jean-Pierre Cometti d’après l’édition d’Adolf Frisé, tr. f (...)

― Mais justement ! dit Ulrich. Si on fait quelque chose de ce genre, on doit au moins y associer une conviction ! Je ne sors pas de là ! On ne fait rien simplement ! Ou bien c’est fondé de l’extérieur, ou bien de l’intérieur. Peut-être n’est-ce pas facile de le distinguer, mais nous n’allons pas philosopher là-dessus aujourd’hui. Je dis simplement que, si l’on juge juste un acte dénué de fondement ou si une décision naît de rien, on est suspect de maladie ou d’insuffisance psychique1

Et c’est bien ainsi que par la suite, Ulrich va désigner sa sœur du double qualificatif d’idiote morale et d’idiote sociale.

2L’intérêt de cette scène est multiple.

1) D’abord, elle présuppose une distinction bien connue entre ce qui arrive et ce que l’on fait, c’est-à-dire entre l’évènement et l’action intentionnelle.

  • 2 Elizabeth Anscombe, Intention, traduit par M. Maurice & C. Michon, Gallimard, 2002, § 20, p. 75.

2) Ensuite, elle indique que l’action intentionnelle exige d’être rendue intelligible d’une manière spécifique, en en rendant compte par des raisons. On ne peut pas faire une action intentionnelle « sans raison », simplement. Comme le dit également Anscombe, dans Intention2, il n’y a pas d’action volontaire ou intentionnelle si l’on se contente de répondre « Je l’ai fait » (tout simplement) à la question « Pourquoi ? ».

3) Enfin, on doit distinguer le sujet, en tant qu’être empirique soumis à des causes indépendantes de sa volonté et l’agent rationnel, qui agit pour des raisons dont il est capable de rendre compte, et ce, de manière intelligible pour la communauté sociale. C’est toute la différence entre écraser la queue du chien (par inadvertance, parce qu’on a été bousculé) et écraser la queue du chien pour lui faire mal.

3On serait tenté de dire que, dans le premier cas, le comportement du sujet est dicté par des causes indépendantes de sa volonté, qu’il est pour ainsi dire « causé », alors que, dans le second, il est motivé à agir par des raisons qui lui sont propres. Le registre de l’explication causale vaudrait donc en ce qui concerne les comportements naturels, les actes involontaires, et le registre de la justification par des raisons concernerait l’action intentionnelle. Cependant, il est fréquent, pas seulement en philosophie, de recourir au lexique de la causalité lorsqu’il s’agit de rationaliser nos actions. En effet, le sujet n’est pas seulement mû par des causes, mais il dispose lui-même d’un certain pouvoir causal, notamment celui d’être cause de ses propres actions.

4Une telle causalité de l’agent est centrale dans la figure de l’agent rationnel telle qu’elle apparaît chez Kant. Pour Kant, ce qui caractérise l’action intentionnelle, c’est le pouvoir que possède l’agent de s’auto-déterminer en vue d’une certaine fin, la capacité de se constituer comme cause d’une certaine fin voulue. L’autonomie kantienne, comme capacité rationnelle d’être la propre cause de son action, offre une certaine version de la causalité qui contraste avec la première image d’une causalité externe que subirait un sujet purement empirique. À partir de là, que vaut la distinction entre raison et cause de l’action ? Comment comprendre le pouvoir causal spécifique de l’agent rationnel, en le distinguant du sens ordinaire de la causalité ?

5La distinction entre les raisons d’agir et les causes de l’action a été récemment soutenue aussi bien par des arguments wittgensteiniens que par les défenseurs d’une causalité rationnelle, comme Donald Davidson. Si l’agent rationnel est doté d’un pouvoir causal, celui de déterminer les causes de son action, quelle est alors la pertinence de la distinction entre les causes et les raisons d’agir, et, plus encore, de la thèse d’une irréductibilité des raisons aux causes ?

1. L’idée de causalité rationnelle et les arguments wittgensteiniens

  • 3 Jacques Bouveresse, Essais III. Wittgenstein et les sortilèges du langage, Marseille, Agone, 2003, (...)
  • 4 Jacques Bouveresse, Philosophie, mythologie et pseudo-science. Wittgenstein, lecteur de Freud, Édit (...)
  • 5 Jacques Bouveresse, Essais III, op. cit., p. 188.

6Dans son essai consacré à « La “causalité” des raisons 3», Jacques Bouveresse poursuit une réflexion d’abord menée dans un précédent ouvrage, Philosophie, mythologie et pseudo-science. Wittgenstein, lecteur de Freud, où il affirmait que « même si la raison ou le motif peuvent être éventuellement une cause, ils ne peuvent, en tout cas, pas être simplement une cause »4. Il faut rappeler que la thèse de l’irréductibilité des raisons aux causes est introduite dans le contexte d’une réflexion sur la méthode employée par Freud pour rationaliser nos actions. Il s’agit en premier lieu de savoir « si Freud a, ou non, commis la faute qui consiste à prétendre découvrir des causes par une méthode qui est en réalité appropriée uniquement à la recherche de raisons, c’est-à-dire si, après avoir admis que les raisons peuvent être des causes, nous devons également admettre que, lorsque les causes sont des raisons, l’explication par des raisons apparaît comme une explication causale qui procède simplement d’une façon différente et, en fait, complètement différente de ce qui se passe lorsque la relation concernée est la relation de causalité ordinaire »5.

7La question ainsi posée nous met en présence de deux thèses bien distinctes :

1) Les raisons peuvent être des causes.

Il faudrait alors distinguer trois manières de rendre compte de nos actions: (a) par des raisons qui ne sont pas des causes ; appelons-les « pures raisons » ou « raisons externes » ; (b) par des raisons qui sont aussi des causes : les causes rationnelles de Davidson ; (c) par des causes qui ne sont pas des raisons, qui sont hors du champ de la rationalité (ni rationnelles ni irrationnelles), et qui sont, dans une certaine mesure, aveugles, ignorées, totalement subies.

  • 6 Id., p. 164.

Cette tripartition recoupe une autre distinction proposée par Waismann entre les raisons proprement dites, qui ne peuvent être identifiées par l’observation, mais seulement par ce qu’en dit l’agent lui-même ; les raisons qui peuvent être déduites de l’observation du comportement, qui sont des raisons en un sens différent ; et, enfin, les causes, qui ne peuvent être découvertes que par l’observation, qui sont généralement ignorées du sujet lui-même et sur lesquelles son opinion ne bénéficie d’aucun privilège particulier 6».

8Une seconde thèse est impliquée par l’analyse des méthodes freudiennes:

2) Le mode de connaissance des causes rationnelles est distinct du mode de connaissance des causes ordinaires.

Cela signifie que :

2a) Les causes rationnelles sont des causes d’un type spécifique. La « causalité rationnelle » est distincte de la causalité ordinaire.

2b) L’explication causale dans ce cas requiert une connaissance spéciale.

9Ces deux éléments, trop souvent amalgamés, ne vont pas nécessairement de pair, et c’est justement pour éviter la confusion des deux thèses que Jacques Bouveresse mène ce travail de clarification des raisons et des causes dans l’essai évoqué. D’une part, il est d’accord avec Davidson sur le premier point et admet, ce qui est également le cas de Wittgenstein, que les raisons puissent aussi être des causes. D’autre part, sa discussion de la notion de causalité rationnelle chez Davidson montre que la théorie de Davidson ne rend pas compte du second point de manière satisfaisante, et Bouveresse s’accorde avec Wittgenstein pour rejeter le second point. Il pense que la causalité rationnelle, une fois admise, n’est pas un type spécial de causalité impliquant un mode de connaissance propre. Par exemple : ce n’est pas une causalité intérieure impliquant un mode de connaissance par introspection ou une perception interne. L’observateur extérieur peut conjecturer les causes de mon action au même titre que moi. Je ne suis pas mieux placé car doté d’un sens interne comme voie d’accès à des données intérieures. Le nœud du désaccord avec la position davidsonienne porte sur l’asymétrie entre le point de vue en première personne sur mon action (et mes attitudes) et le point de vue en troisième personne, asymétrie que Bouveresse tient à préserver là où la conception de Davidson euphémise la spécificité de la perspective en première personne sur soi-même.

  • 7 Voir Id., p. 177 : « Lorsque la raison est en même temps une cause, l’existence de la relation caus (...)

10Le rejet de la seconde thèse explique l’importance de maintenir la distinction entre les raisons et les causes : si l’explication causale de mon action procède à l’identique, qu’elle s’applique à la causalité rationnelle ou à la causalité ordinaire, qu’elle soit menée indifféremment en première ou en troisième personne, il n’en va pas de même de l’explication par les raisons7.

11On peut donc repérer deux manières différentes de rationaliser l’action. La première est l’explication causale, qui consiste à faire des hypothèses sur ce qui a provoqué l’action, conjectures élaborées à partir de faits empiriques, de données observables, donc, d’un point de vue extérieur, en troisième personne. Cela ne signifie pas que l’explication causale est réservée à l’interprétation de mon action par autrui : je peux très bien moi-même, et c’est justement un problème, adopter sur mon action un tel point de vue en troisième personne, et inférer de ce que je peux observer de moi-même les causes de mon action. Cela suggère une certaine aliénation du sujet, qui renonce en quelque sorte à son pouvoir d’agent.

12La seconde manière de rationaliser l’action consiste à la justifier par des raisons que seul l’agent peut connaître et énoncer avec une autorité incomparable, non pas parce qu’il les aurait découvertes en lui-même suite à une observation intime ou à une inférence bien menée, mais parce qu’il y adhère ; et cette adhésion se manifeste justement par son action. Autrement dit, l’irréductibilité des raisons aux causes est avant tout présentée comme la conséquence de l’asymétrie entre le rapport à soi en première et en troisième personne. La question du mode de connaissance de l’action intentionnelle est ce qui nous oblige à préserver la distinction entre les raisons et les causes. Dans une perspective freudienne, il faudrait dire que le psychanalyste peut faire une explication causale de l’action du patient, explication que le patient peut « apprendre » ; mais seul le patient peut justifier son action en admettant une telle explication ou en en proposant une autre de son cru, qui a son approbation.

13Dans ce cas, on peut se demander quelle est la pertinence d’une notion comme celle de « cause rationnelle ». En effet, pourquoi ne pas tenir les éléments explicatifs pour des causes et les éléments justificatifs pour de pures raisons? Est-il bien nécessaire d’introduire un troisième terme entre les « simples raisons » et les « simples causes », à savoir ces raisons qui sont aussi des causes? Il est clair que l’attachement à la notion de causalité, y compris dans le cas des raisons justificatives, relève, sinon d’une confusion entre causalité et motivation, du moins d’une exigence d’efficacité pratique des raisons. Il semble difficile de renoncer à l’idée qu’une raison d’agir soit dotée d’un certain pouvoir pratique qui en fait la raison de mon action, et pas seulement une raison théorique que je pourrais avoir d’accomplir éventuellement une action.

14Jacques Bouveresse rappelle que :

  • 8 Ibid.

Si on admet, comme il semble effectivement nécessaire de le faire, que l’indication d’une raison peut être en même temps celle d’une cause, il est normal de supposer que la cause, lorsqu’elle est une cause rationnelle, autrement dit, une raison, peut avoir avec son effet le même genre de relation qu’une raison avec ce qu’elle justifie. Davidson fait remarquer à juste titre qu’une raison ne peut expliquer ce dont elle est la raison qu’à la condition de pouvoir également contribuer causalement à sa production. Car c’est bien ainsi que nous utilisons la notion de « raison ». Sur ce point, la conception traditionnelle et le sens commun sont certainement dans le vrai8.

L’intérêt de la cause rationnelle est donc d’être à la fois dans une relation empirique d’efficience avec ce dont elle est la cause, et dans une relation logique, interne, avec l’action qu’elle justifie. Ce que souligne ce passage, c’est à la fois la difficulté et l’exigence de concilier la force psychologique, motivationnelle des raisons avec leur normativité. L’idée de causalité renvoie à la force psychologique, à la capacité de motiver l’action. L’idée de justification rationnelle fait appel à la normativité de ce genre de causes, qui sont aussi des raisons. Penser les raisons comme des causes présuppose sans doute que les raisons sont des considérations purement normatives, auxquelles il serait nécessaire d’adjoindre un supplément de force psychologique pour qu’elles aient une véritable efficace pratique. À cela, ne peut-on opposer l’idée que les raisons sont à la fois normatives et motivantes ou même « normativement » motivantes – autrement dit, sans que l’on ait besoin de leur adjoindre un pouvoir causal pour penser leur caractère motivant ?

15Si l’on met cela en perspective avec la version kantienne de l’agent rationnel, on pourrait dire qu’être un agent, ce n’est pas énoncer les causes de son action, (explication causale), c’est se déterminer comme cause de sa propre action en vertu de raisons dont on reconnaît la dimension normative.

2. Le rapport entre l’action et ses raisons

16Avant de poursuivre cette description de l’agent rationnel comme cause de ses actions, il faut revenir sur l’activité même de rationalisation de l’action et ce qu’elle nous suggère quant au rapport entre l’action et ses raisons. Si l’on reprend le paradigme causal de la rationalisation de l’action – disons, l’idée que l’action est l’effet produit par une cause qui en rend raison –, il apparaît que, même si la rationalisation s’opère « après coup », la connexion causale implique un antécédent causal. C’est d’ailleurs ce qui justifie le recours à la terminologie de l’évènement pour penser la causalité mentale rationnelle : un événement mental A est la cause d’un autre événement, physique, l’action B. Par exemple, si Agathe falsifie le testament paternel dans l’intention de léser son époux, l’intention est la cause de l’action. Ou, si Agathe éprouve le désir de nuire à son époux, ce désir sera la cause de son action. Cette logique évènementielle de l’action sur le modèle de la causalité ordinaire implique de séparer la cause de l’effet, la raison de l’action dont elle est la raison. Même si la rationalisation a lieu a posteriori, elle consiste à décrire l’action comme l’effet d’une attitude mentale pré-existante.

17Dans son essai intitulé « La liberté d’action », Davidson affirme que :

  • 9 Donald Davidson, « Liberté d’action », in Donald Davidson Actions et évènements, tr. fr. Pascal Eng (...)

Pour pouvoir être considéré comme une cause, l’évènement mentionné doit être distinct de l’action9.

Ou encore:

La condition antécédente (A a des désirs et des croyances qui rationalisent x) est antérieure à l’action et distincte d’elle ; elle est donc propre à en être la cause (dans ce cas, c’est un état plutôt qu’un événement – mais on pourrait modifier la condition ainsi : « venir à avoir des désirs et des croyances qui rationalisent x »).

Dans ce passage, Davidson critique les théories qui considèrent la causalité mentale en termes d’actes mentaux que le sujet est libre ou non de faire, de volitions qui doivent elles-mêmes être accomplies au même titre que des actions afin de pouvoir causer l’action en tant que telle. C’est pourquoi, d’après lui, les causes mentales de l’action ne peuvent pas être elles-mêmes considérées comme des actions à effectuer, selon une analyse régressant à l’infini. L’agent adopte certaines attitudes (désirs, croyances) qui peuvent jouer le rôle de conditions causales sous une certaine description rationalisante de son action. Le contrôle rationnel sur ces évènements mentaux n’est pas semblable à l’auto-détermination à agir : l’agent ne délibère pas pour savoir quel désir choisir, mais plutôt, à partir du désir qu’il possède, il réfléchit pour savoir si ce désir lui fournit une raison d’agir.

18L’une des réserves que l’on peut concevoir envers l’idée de causalité rationnelle est de suggérer la séparation entre l’action et ses raisons, et le caractère antécédent des raisons pensées comme des causes. Il ne s’agit pas de dire qu’il y aurait des causes rationnelles sans effet, tant elles sont distinctes de l’action et lui préexistent. Ce serait dissoudre la notion même de cause. Cela revient plutôt à considérer l’action comme le produit, le résultat de conditions antécédentes alors même que le point de départ de la rationalisation de l’action est l’action même.

19C’est un point que rejette justement un philosophe comme Davidson. À de nombreuses reprises, il insiste sur l’inséparabilité de la raison et de l’action dont elle est la raison, ne voyant pas en quoi l’explication causale de l’action impliquerait une telle séparation. En effet, il revient sur l’objection de Melden, qui porte sur la distinction logique entre la cause et son effet, distinction spécifique au concept même de causalité. À l’inverse de la relation causale, la relation logique entre une action et sa raison n’implique aucune distinction entre les deux, aucune référence à un antécédent. Si Davidson ne voit pas non plus pourquoi la causalité serait à penser sur le plan empirique, là où la justification renverrait à une relation logique entre action et raison, il n’en demeure pas moins une ambiguïté fondamentale du concept de cause appliqué à l’action.

20Dans le monde naturel et physique, les lois causales ne permettent pas seulement d’expliquer les phénomènes, mais aussi, justement, de les produire en reproduisant les conditions de leur apparition, ce qui suppose une certaine régularité et stabilité de la relation entre un certain type de phénomène A et un certain type de phénomène B. Dans le domaine de l’action, nous avons non seulement affaire à une cause qui est un événement mental, et non physique ; mais, en plus, la relation causale est singulière et contingente, car nous entrons dans ce que Musil appelait le royaume des exceptions, le « domaine non ratioïde ».

21Bien que la cause ne puisse exister indépendamment de l’effet dont elle est la cause, l’explication causale de l’action suggère néanmoins l’existence d’un état mental ou d’une attitude distincte de l’action et lui préexistant. Il y a d’abord la volonté de nuire à l’époux, le désir de divorcer, et cette volonté ou ce désir, assortis de la croyance que la falsification du testament est le moyen adéquat d’arriver à la fin voulue, peuvent être ou non suivis d’effet. Si c’est le cas, ils sont bien la cause de l’action. Même si Davidson a raison de souligner que la relation causale est tout aussi interne que la relation logique, que la cause est inséparable de l’action dont elle est la cause, cependant elle laisse penser l’existence d’un état mental dissocié, ou d’un événement mental, qui peut ou non revêtir un rôle causal selon les circonstances. Ainsi, la volonté de nuire à son époux peut exister indépendamment de l’acte de falsification, et demeurer sans effet ; elle n’est alors pas une cause de l’action et l’action elle-même n’est pas réalisée. Cependant, dès lors que l’action est réalisée, et qu’on la décrit en termes causaux, on devrait pouvoir éviter cette idée de cause antécédente ou d’intention préexistante, qui appartient au schéma de la distinction événement A/évènement B. Mais il semble que nous restions prisonniers de ce schéma et que nous le projetions sur la relation entre l’action et sa cause rationnelle, selon le paradoxe suivant : d’un côté, on part de l’action déjà réalisée pour en rendre raison, de l’autre, on abstrait de l’action sa raison en en faisant un antécédent causal dissocié.

22Si l’on suit ce genre de raisonnement, il faudrait alors, en poursuivant notre tentative de rationalisation de l’action commise par Agathe, expliquer ce qui permet le passage de l’état mental à l’action, ce qui dote un événement mental du pouvoir d’en causer un autre (physique). L’intention de nuire à l’époux honni aurait bien pu rester lettre morte, et l’intérêt du chapitre de Musil est précisément d’attirer notre attention sur la réaction d’Agathe, qui semble surprise par la relation causale entre son intention et son action, presque incapable de faire le lien entre les deux, perdant du même coup le caractère intentionnel de son action. L’action a bien été causée, mais Agathe peine à mettre le doigt sur la cause de son action, qui lui apparaît dans une certaine étrangeté.

23Dans le même essai cité plus haut, Davidson précise aussi que :

  • 10 Id., p. 96.

Une action peut être causée sans que l’action de l’agent soit elle-même l’effet d’une quelconque cause10.

N’est-ce pas ce qui arrive à Agathe, à savoir que la falsification a bel et bien eu lieu, causée par le désir de nuire, tandis qu’Agathe apparaît incapable de rendre raison de son action, d’assumer son désir en tant que cause de l’action, envers laquelle elle éprouve un sentiment d’étrangeté ? L’action peut alors être l’effet d’une cause autre que l’agent, qu’elle soit externe (dans l’exemple de Davidson, la chaleur qui fait revenir Samantha à Patna) ou même interne (un désir incontrôlable). Ce que souligne la remarque de Davidson, c’est que la distinction pertinente n’est peut-être pas celle des raisons et des causes, ou entre les causes rationnelles et les causes non rationnelles, mais entre les causes indépendantes de l’agent et celles qui appartiennent à sa propre agentivité. La question serait donc plutôt de savoir ce que l’agent assume, ou dans quelle mesure il manifeste ou non un certain pouvoir causal et, donc, sa liberté d’agir.

24L’action n’est pas un effet (conséquence, résultat) ou une réaction appropriée à une cause mentale : elle exprime l’adhésion de l’agent à cette raison. Une certaine compréhension de l’explication causale de l’action, qui envisage l’action comme un résultat, comme quelque chose que l’agent a produit, laisse de côté la question du rapport de l’agent à son action, de son pouvoir d’auto-détermination. En revanche, rationaliser l’action en faisant fond sur le pouvoir causal de l’agent, c’est prendre en compte ce qui compte pour lui comme une raison d’agir.

25Cela rejoint les considérations, sur un plan moral plus que pratique, de Christine Korsgaard, qui reproche aux théories conséquentialistes de l’action ou de la morale, de se focaliser sur ce que l’agent effectue plutôt que sur la manière dont il se rapporte à autrui:

  • 11 Christine Korsgaard, « The reasons we can share : An attack on the distinction between agent-relati (...)

L’objet de la morale n’est pas ce que nous devrions effectuer, mais comment nous devrions nous rapporter les uns aux autres11.

26De la même façon, on pourrait dire que l’objet de la réflexion pratique n’est pas l’effet produit par l’agent (action), mais sa manière de se rapporter aux autres en agissant d’une manière justifiée par des raisons qui rendent en même temps son action intelligible pour autrui. Au lieu de déterminer l’effet du pouvoir causal de l’agent, la tâche éthique serait bien plutôt de déterminer quelles sont les raisons d’agir communes aux agents rationnels, raisons publiques et partageables par les autres. Voici donc deux modèles différents de l’action : produire un effet, obtenir un résultat / déterminer ce qui compte comme une raison d’agir. Dans le premier cas, l’action est bien le résultat d’une volonté libre, pensée sur le mode de la cause efficiente. Dans le second, l’action est l’expression de la raison d’agir du sujet. À défaut d’action, on ne peut pas dire que l’agent avait une raison d’agir. La raison d’agir se confond avec l’action qu’elle motive. C’est bien en agissant que l’agent détermine ce qui compte pour lui comme une raison.

3. L’explication de l’action par les raisons normatives

  • 12 Bernard Williams, « Internal and external reasons », in Bernard Williams, Moral Luck, Cambridge, Ca (...)

27Comment concilier la force psychologique des désirs et autres attitudes de l’agent avec l’apparente inertie des considérations normatives ? Ce questionnement est au cœur du débat bien connu entre l’internalisme et l’externalisme des raisons, débat qui a été ravivé dans les années 1980 par le philosophe Bernard Williams12. Selon l’interprétation internaliste (défendue par Williams), un agent a une raison de faire X si une délibération rationnelle ainsi que la connaissance des faits pertinents lui montrent que faire X peut l’aider à satisfaire un ou plusieurs éléments parmi ses motivations. Au contraire, selon l’interprétation externaliste, un agent a une raison de faire X indépendamment de ses motivations. Une telle opposition a l’intérêt d’interroger avec une acuité particulière les rapports entre l’explication causale de l’action, autrement dit : les raisons explicatives, et les raisons justificatives qui ont une force normative. En effet, les raisons « internes » se caractérisent par leur pouvoir causal et, donc, leur capacité à expliquer l’action, alors que les raisons externes, objectives, justifient l’action d’un point de vue normatif sans pour autant contribuer à sa réalisation effective. En ce sens, les raisons normatives semblent manquer d’efficace pratique et peuvent même s’avérer, selon certaines positions morales, des raisons absolues totalement séparées de l’action. La force motivationnelle et la force normative des raisons seraient ainsi grossièrement dissociées, voire mutuellement exclusives.

28L’une des façons de comprendre cette opposition est de partir de ce genre d’exigence « externaliste » de raisons absolues, indifférentes au rapport que l’agent entretient envers ses propres raisons d’agir et de la sphère de ses motivations. L’internalisme se développe sous forme d’une critique des approches optimistes qui voudraient que la connaissance du bien suffise à nous le faire aimer, et que les raisons morales aient nécessairement un pouvoir pratique. C’est donc la prise en compte réaliste du hiatus entre les raisons morales et les raisons pratiques, qui sont les véritables raisons des actions que nous avons réalisées, qui motive un tel débat. Cela ne signifie pas que les positions dites internalistes sont des théories descriptives sur la nature des motivations psychologiques de l’agent. En réalité, l’internalisme des raisons est d’emblée une thèse normative qui se préoccupe de déterminer les raisons d’agir à partir des motivations de l’agent, sous réserve de certaines conditions de rationalité. En se focalisant sur l’aspect motivationnel, l’internalisme intègre l’exigence manifestée par quelqu’un comme Davidson d’une « contribution causale » des raisons à l’action dont elles sont les raisons.

  • 13 Joseph Raz, From Normativity to Responsability, Oxford: Oxford University Press, 2011 (en particuli (...)
  • 14 Derek Parfit, On What Matters, Oxford, Oxford University Press, 2011, vol. II, ch. 24: « Distinguis (...)

29À cet égard, la contribution de Joseph Raz dans From Normativity to Responsability13 est une tentative intéressante pour rejeter la thèse d’une inertie des raisons normatives et intégrer ces raisons, avec leur pouvoir de justification, dans une explication causale de l’action. La question se pose d’abord de savoir s’il existe quelque chose comme des raisons normatives, dont le rôle serait de justifier ou d’exiger une certaine action, et en quoi de telles raisons seraient différentes des raisons explicatives. Si l’on considère, comme Raz, que les raisons, quelles qu’elles soient, sont des faits, et portent donc sur le monde, alors, on pourrait tout à fait considérer qu’il n’y a qu’un seul type de raisons, mais qui portent sur plusieurs types de faits : la différence entre raisons explicatives et raisons justificatives tiendrait à la nature des faits qui fournissent des raisons d’agir. On peut imaginer des faits naturels, fournissant des raisons explicatives, et, à côté de ceux-ci, des faits normatifs14, correspondant à des raisons qui auraient exactement le même rôle explicatif de l’action motivée par la saisie de ces faits. Il n’y aurait donc de raisons qu’en un seul sens, explicatif.

30Derek Parfit propose un exemple qui illustre cette distinction entre types de faits : le fait (J) que ton vin soit empoisonné est un fait naturel, alors que le fait (K) que le fait (J) que le vin soit empoisonné te donne une raison de ne pas le boire, est un fait normatif.

Si l’on considère le concept de raison comme univoque, il y aurait donc deux manières d’expliquer l’action (ou plutôt l’omission) de ne pas boire le verre :

1. Je ne bois pas le verre parce que le vin est empoisonné (raison explicative correspondant à un fait naturel). L’empoisonnement du vin est la cause du refus de le boire.

2. Je ne bois pas le verre parce que le fait que le vin soit empoisonné me donne une raison de ne pas le boire (raison explicative correspondant à un fait normatif). Cette raison n’est pas seulement la cause de mon refus de boire, mais elle le justifie.

3. Comparons avec un second exemple : (i) Le vin a la couleur du sang (fait naturel). Il n’existe pas de fait normatif tel que la couleur sanguine du vin donne une raison de ne pas le boire. Ainsi, si je refuse de boire mon verre parce que le vin a la couleur du sang, je ne peux expliquer mon action que par sa cause, sans faire intervenir de considération normative qui justifierait mon action et affirmerait son caractère raisonnable.

31Considérer ces deux interprétations, explicative et normative, de l’action sur le même plan, comme impliquant le même type de raison, revient à rejeter l’équivocité du concept de raison et à nier la différence qualitative, déjà soulignée par Parfit, entre la signification normative que peut revêtir un fait naturel et la normativité propre à une raison en tant que telle. En effet, l’agent peut très bien échouer à saisir la signification normative d’un fait naturel, lui ôtant par là-même sa force normative. Mais il ne peut pas ignorer la force normative des raisons normatives elles-mêmes. Cela ne signifie pas pour autant qu’il agira conformément à la raison normative qu’il a d’agir. Celle-ci peut être mise en balance avec d’autres raisons, selon les contextes. Ainsi, Juliette a tout intérêt à boire la coupe empoisonnée pour feindre sa mort et retrouver Roméo à son réveil. Le fait normatif que l’empoisonnement du vin lui donne une raison de ne pas le boire est contrebalancé par le fait que son empoisonnement est un moyen de simuler la mort et que cette feinte lui offre la possibilité de retrouver librement son bien-aimé. Autrement dit, dans ce contexte, le fait normatif est supplanté par une autre raison normative qui donne à l’action un but déterminé :

(J) Le vin est empoisonné + (L) Le poison va simuler la mort.

Le fait que (L) le poison permette de simuler sa mort donne à Juliette une raison de boire le verre, ne peut se comprendre qu’au regard du contexte particulier de l’action, prenant en compte à la fois l’action et sa fin (non pas s’empoisonner, mais simuler la mort)

32La difficulté consiste à saisir à la fois la différence entre les raisons explicatives et justificatives, et leur profonde imbrication dans l’action. C’est en ce sens que Raz défend la thèse d’un nexus entre les deux types distincts de raisons, nexus qui intègre les raisons normatives à l’explication de l’action.

33La position de Raz peut être résumée en trois points:

a) Toutes les raisons peuvent être explicatives, dans la mesure où elles sont des faits. N’importe quel fait peut figurer dans une explication ; donc si ce fait constitue une raison, celle-ci est toujours potentiellement explicative. (Cela rejoint l’idée formulée plus haut par Jacques Bouveresse que les raisons peuvent être des causes.)

b) Cependant, Raz rejette l’univocité du concept de « raison » : certains faits peuvent être des raisons en un sens différent, tout en étant des raisons explicatives. Donc certaines raisons ne sont pas seulement explicatives, mais aussi normatives (on retrouve la thèse d’irréductibilité des raisons aux causes.)

c) Les raisons normatives jouent un certain rôle explicatif, mais la manière dont elles jouent ce rôle implique qu’elles soient aussi des raisons en un sens différent, normatif. Elles peuvent justifier ou exiger ce dont elles sont les raisons (ce en faveur de quoi elles comptent comme des raisons). Il s’agit de la thèse du nexus explicatif/normatif. Cette thèse affirme à la fois la contribution causale des raisons et l’irréductibilité de leur caractère normatif à leur pouvoir explicatif.

34Comment démêler ce nœud, cette étroite imbrication entre le rôle explicatif des raisons et leur force normative ? Les raisons normatives peuvent motiver les agents et guider leur action à condition qu’ils en aient conscience. Au titre de cette « contribution causale », elles peuvent entrer en ligne de compte dans l’explication de l’action. Mais comment les raisons normatives expliquent-elles l’action et qu’est-ce qu’elles expliquent exactement ?

35En effet, lorsque quelqu’un accomplit une action et qu’il a une raison normative de le faire, cela ne signifie pas qu’il ait agi pour cette raison. L’action réalisée, « l’œuvre », ne préjuge pas des raisons de cette action, de ses motifs réels. L’action a pu se produire accidentellement, ou bien, s’il s’agit d’une action intentionnelle, elle peut avoir été motivée par des raisons concurrentes, ou par une fausse croyance portant sur une autre raison d’accomplir la même action. L’existence d’une raison normative potentielle n’est donc pas suffisante pour expliquer l’action. On retrouve la distinction entre la cause de l’action et le pouvoir causal de l’agent. À cet égard, la distinction entre raisons explicatives et normatives ne recoupe pas la distinction entre conjecturer une cause et connaître une raison (en première personne). Un observateur extérieur peut très bien inférer du comportement de l’agent une raison normative, qui aura également un pouvoir explicatif (pouvoir secondaire certes, mais qui sera à la mesure du degré d’adhésion de l’agent à cette raison normative).

36Si l’on veut défendre l’articulation entre force motivationnelle et force normative, il faut que les raisons normatives puissent fournir l’explication de l’action dont elles sont les raisons: Si R est une raison de faire X, alors il doit être possible que les gens fassent X pour la raison R, et lorsqu’ils le font, c’est cela qui explique leur action. Sur ce point, Raz rejoint le point de vue internaliste de Bernard Williams. Plus loin, le rôle explicatif que jouent les raisons normatives doit avoir une certaine forme et cette forme fait intervenir la réflexivité de l’agent, sa croyance consciente qu’il a une raison d’agir : si R est une raison de faire X, alors il doit être possible que la conscience de R ait motivé l’agent à faire X. L’introduction de l’opérateur psychologique de la croyance pose évidemment un problème : cela suggère que la raison normative, pour avoir un pouvoir causal et ensuite explicatif, a besoin d’une sorte de supplément d’âme, d’être doublée d’une attitude du sujet, sa croyance devenant la véritable « cause mentale » de l’action.

37Le choix de la croyance, plutôt que d’autres attitudes comme les désirs, les émotions, etc., a l’avantage de concilier la dimension psychologique de la conviction motivante (on est supposé adhérer à sa croyance, elle a une valeur subjective, jouit de l’assentiment du sujet) et la dimension cognitive qui a trait aux raisons épistémiques de croire. Bien entendu, cela resserre le lien entre les raisons épistémiques de croire et les raisons pratiques d’agir. Il nous faut donc spécifier les conditions pour qu’une raison normative puisse être motivante, et dotée d’un rôle explicatif, même si celui-ci est secondaire.

38On peut ainsi dégager trois versions de la relation entre la raison et la motivation:

a) Sens général : les raisons motivantes sont des raisons qui expliquent l’action par ses motivations.

b) Sens étroit : les raisons motivantes expliquent l’action par le fait que l’agent est motivé par sa conscience de ces raisons (position de Dancy ou Korsgaard).

c) Intermédiaire (Raz) : les raisons motivantes sont des raisons qui expliquent l’action par le fait qu’elle soit motivée par la croyance en l’existence d’une raison normative.

  • 15 Le fait que la conscience d’avoir une raison normative d’agir non seulement pousse l’agent à agir, (...)

39Il apparaît ainsi que le pouvoir explicatif potentiel des faits normatifs tient justement à leur force normative : n’importe quelle raison normative peut ainsi jouer un rôle dans l’explication de l’action, en tant que fait dont la reconnaissance a motivé et a guidé l’agent dans la réalisation de cette action15. Raz propose l’exemple de la promesse, où le fait que l’agent a promis peut expliquer son action de tenir sa promesse. En ce sens, ce fait constitue une raison explicative ; mais ce potentiel explicatif tient justement au fait normatif admis que faire une promesse donne à l’agent une raison de la tenir et de réaliser l’action promise. L’agent peut ainsi considérer sa promesse comme une raison d’agir, il la reconnaît en tant que fait normatif qui peut guider une action raisonnable.

40Cette analyse, ainsi que les idées suggérées à l’instant, offre un rôle considérable à la reconnaissance par l’agent de ses propres raisons. Or, la perception de ces faits ne déclenche pas l’action de façon mécanique : l’action n’est pas une réaction appropriée instinctive ; sinon, nous serions des sortes d’automates rationnels. L’action intentionnelle suppose que l’agent soit conscient de ces faits et les reconnaisse comme des raisons d’agir. Autrement dit, il est nécessaire qu’il croie que ces faits lui donnent des raisons d’agir, et c’est cette croyance qui motive son action. Raz rejoint ici un point cher à Bernard Williams (et à d’autres, comme Richard Moran) : celui de l’acquisition de croyances motivantes. En effet, le lien entre la croyance de l’agent et sa motivation à agir n’est pas arbitraire : c’est parce qu’il croit qu’il a une raison d’agir que ce dernier passe à l’action, et cette croyance elle-même provient, selon Williams, de sa capacité à voir les choses de manière appropriée, correcte. Or, cette justesse du regard est problématique, car elle intègre une certaine image des pouvoirs de l’agent rationnel, et des normes de la rationalité.

  • 16 Christine Korsgaard, « Acting for a Reason », in Christine Korsgaard, The Constitution of Agency, O (...)

41Un exemple issu des réflexions de Christine Korsgaard, dans « Acting for a Reason » 16, illustre ce type de rationalisation de l’action sous forme d’explication par des causes indifférentes à l’agent : on peut très bien donner une description rationnelle du comportement de la lionne qui protège ses petits de la présence du mâle. Celle-ci a bien des raisons d’agir ainsi. Mais ce n’est pas ce type de rationalisation que nous cherchons lorsque nous décrivons nos actions intentionnelles et que nous tentons d’en rendre compte. En un sens différent, rationaliser l’action implique que l’agent soit conscient qu’il a une raison d’agir, qu’il la considère comme une raison, identifiée à la propriété bienfaisante de l’action en question. C’est la croyance consciente que certains faits constituent des propriétés bienfaisantes de l’action qui fournit une raison d’agir. Ici, la croyance que ce que l’on fait est bon, juste, approprié, est ce qui rationalise l’action et ce qui donne à la raison d’agir sa force psychologique et normative.

42Dès lors, avoir une raison d’agir, ce n’est rien d’autre qu’être motivé par sa conscience du caractère approprié de l’action. La raison explique l’action parce qu’elle l’a motivée, et la justifie par la conscience que l’action était appropriée, que c’était bien ce qu’il fallait faire. Cela dit, la proposition de Korsgaard a tout de même un caractère tautologique : finalement, l’agent est motivé parce qu’il a conscience d’être motivé (d’avoir des raisons motivantes). Loin d’éluder ce problème, Korsgaard le situe au cœur de sa réflexion sur les raisons d’agir, comme problème de la structure réflexive des raisons. L’agent est motivé à agir par la conscience de ses motivations. Cette structure réflexive implique une ambiguïté problématique entre, d’une part, le fait empirique, psychologique, d’être motivé, et, d’autre part, le fait, normatif, d’avoir des raisons motivantes, ou, pour utiliser une formule encore plus neutre, qu’il y a des raisons motivantes pour l’agent de faire telle ou telle action.

43L’idée que les faits ne suffisent pas à fournir des raisons motivantes, qu’il faudrait que l’agent se représente lui-même comme ayant des raisons, comme étant motivé, fait intervenir une réflexivité superflue. L’insistance de Korsgaard sur la réflexivité invite à analyser les motivations de l’agent en termes d’attitudes de second ordre sur ses attitudes de premier ordre : l’agent n’aurait pas seulement des raisons de faire X, mais aussi la croyance consciente qu’il a bien ses raisons. Comme l’indique la position de Raz, ce qui compte pour la motivation à agir, c’est la croyance sur le monde comme source de raisons, et non la croyance du sujet sur lui-même et ses motivations au sens psychologique.

  • 17 Roy Edgley, Reason in Theory and Practice, Hutchinson, London, 1969.
  • 18 Gareth Evans, The Varieties of Reference, Oxford, Oxford University Press, 1982.

44Pour comprendre le rôle de la croyance sans le réduire à celui de simple opérateur psychologique, pour préserver la rationalité de l’agent sans introduire de point de vue réflexif, il faut prendre en compte ce sur quoi Roy Edgley17, Gareth Evans18 et d’autres ont insisté, à savoir la condition de transparence entre la croyance comme attitude mentale et son contenu propositionnel :

  • 19 Richard Moran, Autorité et aliénation, traduit par Sophie Djigo, Paris, Vrin, 2014.

Quiconque possède le concept de croyance sait que, bien que l’on croie que quelque chose est vrai, le fait auquel on croit et le fait d’y croire sont deux choses différentes. Du point de vue de la perspective en première personne, je reconnais que ces deux questions sont distinctes en vertu du fait que je reconnais que c’est sur un monde indépendant que mes croyances portent, et elles pourraient donc échouer à se conformer à lui. Ainsi, la relation de transparence, plutôt que de réduction ou de confusion, que visent ces auteurs, porte sur la façon dont il faut répondre à un ensemble de questions, et sur les types de raisons qu’il faut considérer comme pertinentes. Ils disent alors qu’on répond à une question au présent de la première personne portant sur une croyance en faisant référence aux (ou en tenant compte des) mêmes raisons qui justifieraient une réponse à la question analogue portant sur le monde19.

45Si l’adoption d’une croyance peut avoir des causes psychologiques, il ne s’ensuit pas que celles-ci suffisent à rendre compte de l’action motivée par cette croyance. La croyance motivante, pour être plus qu’une simple cause de l’action, doit être motivante par son propre contenu. Les raisons épistémiques qui rendent la croyance vraie lui apporte aussi une force motivationnelle. La condition de transparence montre l’inanité d’une conscience réflexive des raisons d’agir, et révèle la confusion relative au rôle de la croyance dans l’action. En effet, les raisons de l’action supposent bien la croyance de l’agent en leur existence, donc une croyance portant sur les faits. Et en ce sens, les actions intentionnelles, comme d’autres attitudes (désirs, intentions, … ) sont « sensibles au jugement », ou imprégnées par la pensée – en l’occurrence, par le jugement ou la croyance portant sur le monde. La confusion qu’introduit le réquisit d’une croyance consciente sur un mode réflexif consiste à interpréter la dépendance de l’action rationnelle à une certaine croyance en termes de croyance portant sur le sujet, à savoir une croyance de second ordre sur lui-même et ses motivations, comme si, encore une fois, les raisons étaient en elles-mêmes inertes si l’agent ne se reconnaissait pas comme étant motivé par elles.

46Raz a raison de dire qu’une raison normative est elle-même une partie de l’explication de l’action qu’elle justifie, parce qu’elle est étroitement liée aux croyances de l’agent. Mais il s’agit bien d’une croyance sur le monde, obéissant à la condition de transparence. Ce qui me donne une raisons d’agir, ce sont les faits, et non ma croyance au sujet de ces faits. La thèse ainsi développée par Raz peut être récapitulée en 4 points:

1. La croyance de l’agent doit être une croyance en un fait qui est une raison et dont il est conscient en tant que telle. La croyance en un fait normatif porte donc sur le fait que quelque chose me donne une raison d’agir.

2. La croyance elle-même doit être expliquée par l’existence d’une raison de croire, et elle doit être acquise et maintenue par un examen rationnel.

3. La raison normative figure dans l’explication de l’action, puisqu’elle est un élément de l’explication de la croyance qui a motivé cette action.

4. La croyance consciente qu’il y a une raison d’agir doit non seulement provoquer mais guider l’action.

47La position de Raz consiste à rationaliser l’action, en tenant compte à la fois de l’exigence internaliste d’une croyance consciente, et de l’exigence externaliste attachée à la croyance portant sur les raisons normatives. En effet, ce qui nous fait agir pour des raisons, c’est la croyance consciente que de telles raisons existent, croyance elle-même fondée sur des raisons. Les raisons normatives ont donc le pouvoir non seulement d’expliquer la croyance de l’agent en leur existence (en tant que faits qui sont des raisons), mais bien l’action elle-même, motivée par cette même croyance. Ce qui explique la croyance explique aussi ce que nous faisons quand nous y réagissons de façon rationnelle. Ce n’est d’ailleurs pas toujours le cas. Ce n’est pas parce l’agent possède une croyance rationnelle que celle-ci va motiver ou guider son action rationnelle. Je peux avoir une croyance rationnelle (je crois qu’il y a un arbre dans mon jardin. La raison en est qu’il y a bien un arbre dans mon jardin) et (ré)agir de façon irrationnelle (j’éprouve une peur panique que l’arbre me tombe dessus le jour de mon anniversaire). Mais si j’agis de façon rationnelle, alors l’explication de mon action comprendra cette croyance en mes raisons. Si, par exemple, un après-midi ensoleillé, je sors mon transat pour le mettre à l’ombre de l’arbre et lire dans mon jardin, je peux expliquer cette action de déplacer le transat par ma croyance en l’existence de l’arbre, au sens où celle-ci est transparente aux faits sur lesquels elle porte. Autrement dit, le fait qu’il y a bien un arbre dans mon jardin ne me donne pas seulement une raison de croire en l’existence de cet arbre, mais aussi une raison d’agir en déplaçant mon transat à l’ombre de l’arbre. Le même fait explique aussi bien la croyance que l’action rationnelle, en vertu de la transparence entre la croyance et son contenu objectif. Mais si, en dépit des faits, je ne croyais pas à l’existence de cet arbre (fausse croyance), je n’aurais alors aucune raison d’y placer mon transat. La croyance est la forme de la conscience en première personne de l’agent et de son rapport aux faits susceptibles d’être considérés comme des raisons d’agir.

Conclusion

48Nous pouvons tirer de ce qui précède quelques remarques conclusives sur la figure de l’agent qui se dégage de la réflexion sur les raisons d’agir. En effet, nous nous sommes attachés :

(i) à préserver la distinction entre les raisons et les causes, à travers la thèse de l’irréductibilité des raisons aux causes. On a proposé de penser cette irréductibilité comme existence de deux sens différents des raisons d’agir : un sens explicatif, qui renvoie au pouvoir causal des motivations de l’action, et un sens normatif, qui renvoie aux faits qui justifient l’action et permettent aussi son évaluation objective ou intersubjective, publique.

(ii)à ne pas tenir cette irréductibilité pour une dissociation entre les raisons et leur contribution causale à l’action. Autrement dit, nous avons voulu montrer en quel sens des raisons normatives, sans dimension psychologique ou mentale, pouvaient avoir un pouvoir explicatif et une force motivante. La normativité d’un fait consiste précisément dans sa capacité à fournir des raisons d’agir.

49Si ces deux points sont admis, nous pouvons en tirer quelques conséquences pour notre compréhension de l’agent rationnel, qui n’est pas un sujet empirique traversé par des causes sur lesquelles il n’a pas (ou peu) de prise, qui apprendrait par l’observation et le raisonnement inférentiel quelles sont ses raisons d’agir. L’existence de raisons normatives irréductibles aux causes implique un agent rationnel au sens où il est capable de percevoir, de reconnaître les faits qui lui donnent des raisons d’agir, de saisir la signification normative des faits et d’y réagir de manière appropriée (en étant motivé par ces raisons). On est donc fondé à réhabiliter une version de l’agent rationnel autonome, selon laquelle être un agent, c’est se déterminer comme cause de sa propre action en vertu de raisons dont on reconnaît la dimension normative.

Notes

1 Robert Musil, L’homme sans qualités, éd. Jean-Pierre Cometti d’après l’édition d’Adolf Frisé, tr. fr. Philippe Jaccottet, et Jean-Pierre Cometti et Marianne Rocher-Jacquin, Paris, Seuil, 2004, t. II, p. 289-290.

2 Elizabeth Anscombe, Intention, traduit par M. Maurice & C. Michon, Gallimard, 2002, § 20, p. 75.

3 Jacques Bouveresse, Essais III. Wittgenstein et les sortilèges du langage, Marseille, Agone, 2003, p. 159-188.

4 Jacques Bouveresse, Philosophie, mythologie et pseudo-science. Wittgenstein, lecteur de Freud, Éditions de l’Éclat, 1991, p. 124.

5 Jacques Bouveresse, Essais III, op. cit., p. 188.

6 Id., p. 164.

7 Voir Id., p. 177 : « Lorsque la raison est en même temps une cause, l’existence de la relation causale ne peut pas être reconnue et testée autrement que de la façon habituelle ». (Il n’y a pas de perception directe, ou interne, des causes rationnelles.) « Autrement dit, même si les raisons peuvent effectivement être des causes, la connaissance des raisons ne constitue pas une manière nouvelle et tout à fait spécifique de connaître des causes. »

8 Ibid.

9 Donald Davidson, « Liberté d’action », in Donald Davidson Actions et évènements, tr. fr. Pascal Engel, Paris, PUF, 1993, p. 105.

10 Id., p. 96.

11 Christine Korsgaard, « The reasons we can share : An attack on the distinction between agent-relative and agent-neutral values », Social Philosophy and Policy, 1993, 10, no. 1, p. 24-51; republié dans Ellen Frankel Paul, Fred Dycus Miller & Jeffrey Paul, Altruism, Cambridge: Cambridge University Press, 1993.

12 Bernard Williams, « Internal and external reasons », in Bernard Williams, Moral Luck, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p 101-113.

13 Joseph Raz, From Normativity to Responsability, Oxford: Oxford University Press, 2011 (en particulier le chapitre « Reasons: Explanatory and Normative », p. 13-35).

14 Derek Parfit, On What Matters, Oxford, Oxford University Press, 2011, vol. II, ch. 24: « Distinguish facts that are normative and facts that have normative importance in the sense that these facts give us reasons. Two examples would be the facts that (J) your wine is poisoned and that (K) the fact stated by (J) gives you a reason not to drink your wine. Of these facts, (J) is natural and (K) is normative. But it is (J), the natural fact, which has normative importance, in the sense of reason-giving force. […] Whenever some natural fact gives us a reason, there is also the normative fact that this natural fact gives us this reason. It is easy to overlook such normative facts [...] If we say that natural facts of certain kinds are reasons to act in certain ways, we may be led to assume that, to defend the view that there are normative reasons, it is enough to claim that there are natural facts of these kinds. That is not so. We must also claim that these natural facts have the normative property of being reasons. And this claim, property, and fact might all be irreducibly normative. »

15 Le fait que la conscience d’avoir une raison normative d’agir non seulement pousse l’agent à agir, mais aussi guide l’exécution de l’action, permet de parer au problème des causes déviantes soulevé par Davidson.

16 Christine Korsgaard, « Acting for a Reason », in Christine Korsgaard, The Constitution of Agency, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 214.

17 Roy Edgley, Reason in Theory and Practice, Hutchinson, London, 1969.

18 Gareth Evans, The Varieties of Reference, Oxford, Oxford University Press, 1982.

19 Richard Moran, Autorité et aliénation, traduit par Sophie Djigo, Paris, Vrin, 2014.

Auteur

CURAPP (Amiens)

© Collège de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search