Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géométries du vivant

 | 
Alain Prochiantz

Présentation d’Alain Prochiantz

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher Alain Prochiantz,

2Vous vous intéressez depuis de nombreuses années à l’étude de la création et de l’évolution des formes, une question centrale en biologie. Et votre curiosité pour ce domaine a été stimulée par une observation tout à fait inattendue que vous avez faite lorsque, jeune normalien, vous travailliez dans le laboratoire de Jacques Glowinski au Collège de France. Vous aviez remarqué qu’un échange d’information de position s’effectuait entre deux types cellulaires et qu’il déterminait la forme d’une de ces catégories de cellules, en l’occurrence des neurones. Une observation séminale peut féconder tout un nouveau domaine de recherche mais il faut de l’intelligence, du courage, de l’opiniâtreté ; vous n’en manquez pas ; pour étayer ce qui, au départ, va à l’encontre des théories acquises. Vos résultats étaient dérangeants à plus d’un égard : des protéines censées résider dans le noyau, capables de s’exporter et de franchir des membranes cellulaires et d’induire un nouveau type de signalisation. Vous avez, en près de vingt ans, résolu pas à pas nombre des interrogations posées par ces premiers travaux : des protéines et des peptides sont effectivement capables de traverser des membranes cellulaires. Et ce système de signalisation sert à la navigation et au positionnement des neurones au cours du développement du système nerveux. Vos travaux réalisés à l’École normale supérieure – et demain au Collège de France – sont maintenant internationalement reconnus et ouvrent de nouvelles perspectives. Des vecteurs protéiques et peptidiques sont utilisés pour introduire, dans les cellules, divers composés. Vous montrez l’implication de ce système d’information non seulement dans la navigation des cellules nerveuses mais aussi dans la conservation de la mémoire lors de l’évolution, et enfin son implication possible dans la morphogenèse adulte, donc la physiologie.

3Il y a un autre Alain Prochiantz connu pour ses livres et le montage de projets théâtraux. À vrai dire, le même Alain Prochiantz, car cette activité littéraire que vous baptisez « science nocturne », vous la concevez comme consubstantielle à votre activité de chercheur. Faire entrer la science dans la culture répond, pour vous, à une exigence de démocratisation de la connaissance scientifique. Nous sommes heureux d’accueillir en vous un chercheur original, soucieux de communiquer avec un large public, et qui replacera les processus morphogénétiques – c’est le titre de votre chaire – dans une perspective évolutionniste à un moment où la question de l’évolution est philosophiquement – et même, peut-on dire, politiquement – sensible, voire très sensible dans certains pays.

© Collège de France, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540