Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’informatique du temps et des événements

 | 
Gérard Berry

Présentation de Gérard Berry

Serge Haroche

Texte intégral

1Il n’est pas très original de rappeler que l’informatique a révolutionné notre vie quotidienne. Des ordinateurs dont la puissance continue à croître exponentiellement suivant la fameuse loi de Moore font maintenant des calculs à la complexité inimaginable il y a seulement quelques années. Des algorithmes sophistiqués sont effectués par des logiciels de plus en plus puissants, comportant des nombres de lignes d’instructions de plus en plus grands. Ces logiciels sont omniprésents dans des objets dont nous nous servons tous les jours (téléphones portables, navigateurs GPS, cartes à puce, appareils embarqués dans les voitures et les avions).

2Ces logiciels localisés dans tous ces objets qui nous sont familiers échangent constamment des informations en se parlant à travers les réseaux informatiques qui forment une toile de plus en plus dense couvrant toute notre planète. Cette explosion phénoménale des données numériques, fournies par des logiciels pour être utilisées par d’autres logiciels, donne le vertige si l’on pense à la quantité d’informations qui se crée dans le monde à chaque instant, et à la nécessité de s’assurer de la fiabilité du traitement de toutes ces données, souvent cruciales pour la sécurité de nos échanges économiques, quand ce n’est pas celle de notre vie elle même (que l’on songe par exemple aux conséquences d’un dysfonctionnement dans la communication entre logiciels assistant le pilotage d’un avion). L’informatique est ainsi devenue une science multiforme qui doit maîtriser et assurer le bon fonctionnement de systèmes interconnectés de plus en plus nombreux, dont dépend notre vie quotidienne.

3À côté de ces aspects pratiques, l’informatique a une autre dimension, moins visible du grand public, mais tout aussi essentielle, qui est de servir à la recherche fondamentale pour l’élucidation de problèmes de plus en plus complexes en mathématiques, en mécanique, en physique, en chimie, en biologie ou en astrophysique. Les simulations numériques sont devenues des outils indispensables dans toutes ces disciplines. La gestion des ensembles gigantesques de données accumulées par certaines expériences de physique (au CERN par exemple), par les observations astronomiques de plus en plus complexes ou encore dans les recherches en biologie (décodage du génome) appelle également des moyens informatiques de plus en plus puissants.

4L’omniprésence de l’informatique et ses relations étroites avec les autres sciences ne sont bien sûr pas passées inaperçues au Collège de France dont la devise est, comme vous le savez, d’enseigner toutes choses : comment, dans ce cas, ne pas enseigner cette science qui irrigue en quelque sorte toutes les autres ?

5Dans une première démarche, en association avec l’INRIA, nous avons décidé de créer une chaire annuelle sur laquelle un spécialiste est invité chaque année pour présenter un aspect de ce vaste sujet. Ces cours annuels ont eu un grand succès et ont montré le besoin d’aller plus loin, par la création d’une chaire permanente dédiée à l’informatique. C’est ainsi que nous inaugurons aujourd’hui la chaire intitulée « Algorithmes, machines et langages ». Gérard Berry, vous êtes la personne idéale pour occuper la première chaire consacrée à cette discipline dans l’histoire de notre institution.

6Ancien élève de l’École polytechnique, vous avez été chercheur puis directeur de recherche à l’École des mines de Paris tout en étant responsable de projets de recherche à l’INRIA de 1970 à 2001. De 2001 à 2008, vous avez été directeur scientifique de la société Esterel Technologies créée pour exploiter les applications industrielles du langage de programmation Esterel que vous avez vous même mis au point avec vos collaborateurs. Vous avez reçu de nombreux prix, dont celui de la fondation EADS décerné par l’Académie des sciences. Vous êtes d’ailleurs devenu membre de cette Académie, le second informaticien à y être reçu.

7Je n’évoquerai pas ici vos recherches car cela deviendrait vite très technique. Je me contenterai de mentionner vos travaux sur le lambda calcul et la sémantique formelle des langages de programmation, la programmation parallèle en temps réel et la conception assistée par ordinateur de circuits intégrés. Je citerai enfin à nouveau le langage révolutionnaire de programmation synchrone Esterel, inspiré de l’automatique et destiné à des applications en automatique. Ce langage a fait votre renommée et le succès de la société Esterel Technologies, comme en témoigne le nombre de clients qu’elle a dans le monde, dans les domaines de l’aéronautique, des transports terrestres et des programmes nucléaires et spatiaux.

8C’est d’ailleurs en tant que créateur de cette société que vous aviez été choisi pour occuper en 2007-2008 la chaire annuelle d’Innovation technologique Liliane Bettencourt. Vous êtes ensuite revenu en 2009-2010 au Collège de France sur une autre chaire annuelle, celle d’Informatique et sciences numériques, et c’est donc à une troisième leçon inaugurale prononcée par vous, cette fois-ci pour inaugurer une chaire permanente, que nous allons avoir le plaisir d’assister.

  • 1 NDE : « Le Collège de France. Quelques données sur son histoire et son caractère propre », § 15 et (...)

9J’ignore si Ernest Renan a prononcé une seconde leçon inaugurale lorsqu’il a été réinstallé au Collège de France après avoir été révoqué à la fin du Second Empire. Je sais en revanche que Bergson en a prononcé deux pour inaugurer la chaire de Philosophie grecque et latine, puis celle de Philosophie moderne qu’il a occupées successivement1. Quoi qu’il en soit, la leçon d’aujourd’hui vous donne l’occasion de battre largement dans ce décompte nos illustres prédécesseurs ! Plus important bien sûr, je suis certain que vous allez encore nous faire réfléchir et rêver sur la science informatique et les défis qu’elle pose à notre société et qu’elle lui permet de relever.

Notes

1 NDE : « Le Collège de France. Quelques données sur son histoire et son caractère propre », § 15 et 18 : http://annuaire-cdf.revues.org/126.

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540