Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter des maladies sévères ?

 | 
Patrick Couvreur

Présentation de Patrick Couvreur

par l’administrateur du Collège de France

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher collègue, Cher Patrick Couvreur,

2La thérapeutique médicamenteuse commence par la conception et la synthèse de médicaments ; mais une autre difficulté attend le pharmacologue : l’absolue nécessité que le produit pénètre bien dans la bonne cible. C’est à cette tâche difficile et délicate que vous vous êtes consacré tout au long de votre vie professionnelle.

3Après vos études de pharmacie à l’université catholique de Louvain, vous passez un doctorat d’État en Sciences pharmaceutiques en 1975, puis, après un post-doctorat à l’Institut Fédéral de Technologie à Zurich, vous revenez travailler à Louvain. Deux rencontres professionnelles avec Christian de Duve, prix Nobel de médecine, et Peter Speisser, pionnier des nanoparticules, vont jouer un rôle déterminant dans l’orientation de vos travaux.

4Vous êtes convaincu qu’il faut créer des microformes pour faire pénétrer les molécules dans les cellules, ce que vous réussissez à faire dès 1977 grâce à des capsules nanométriques. Toutefois, le polymère utilisé n’est pas dégradé dans la cellule, et donc inutilisable chez l’homme.

5Vous avez alors conçu de nouvelles nanoparticules, en tirant parti de la mise au point d’un procédé de colle chirurgicale biodégradable ; vous avez associé ces nanoparticules à plusieurs agents anticancéreux, telle que la doxorubicine, et vous avez évalué leurs effets dans différentes pathologies cancéreuses expérimentales. Vous avez démontré l‘efficacité de ces nanovecteurs dans les cancers hépatiques résistants à de nombreux médicaments. Les nanomédicaments, grâce à vos recherches, sont nés.

6L’essentiel de vos activités de recherche et d’enseignement s’est effectué en France. Je me souviens bien de notre rencontre avec Francis Puisieux, au début des années 1980, pour améliorer la biodisponibilité d’un anti-hypertenseur, et des suggestions tout à fait originales que vous aviez faites. J’ignorais que nous entrions dans le monde des nanotechnologies ; d’ailleurs, le mot n’existait sans doute pas à l’époque.

7Vous êtes depuis 1984 professeur de pharmacotechnie et de biopharmacie à l’université Paris Sud ; vous avez fondé l’école doctorale « Innovation thérapeutique » ; vous êtes à la tête d’un important laboratoire CNRS et, convaincu de la nécessité de promouvoir les transferts technologiques, vous avez créé deux sociétés de biotechnologie.

8Vos travaux nécessitent de solides connaissances en physico-chimie ; ils requièrent le développement de nouveaux matériaux et une bonne compréhension des cibles biologiques à atteindre. Ils ont été récompensés, entre autres, par le prix Galien de l’innovation thérapeutique l’année dernière.

9Dans le cadre de la chaire d’Innovation Technologique-Liliane Bettencourt, dont vous êtes le quatrième titulaire, vous nous familiariserez avec le monde des nanotechnologies intelligentes, qui offrent de nouvelles solutions pour le traitement des maladies sévères.

© Collège de France, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540