Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des microbes et des hommes. Guerre et paix aux surfaces muqueuses

 | 
Philippe Sansonetti

Présentation de Philippe Sansonetti

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher Collègue,
Cher Philippe Sansonetti,

2« Il y aura des maladies nouvelles. C’est un fait fatal. Comment les reconnaîtrons-nous, comment soupçonnerons nous leur existence ? » Telles furent les paroles prémonitoires de Charles Nicolle, prix Nobel de médecine (pour sa découverte du vecteur du typhus) et professeur de médecine au Collège de France de 1932 à 1936. L’exigence de ne pas baisser la garde face aux maladies infectieuses a été rappelée durement avec l’apparition du SIDA, les formes nouvelles de tuberculose résistantes aux antibiotiques courants, la persistance du paludisme dans les pays émergents et la grippe aviaire.

3L’enseignement de la microbiologie et des maladies infectieuses, tel quel, n’avait jamais été dispensé au Collège de France jusqu’à la création de cette chaire que, cher Philippe, vous inaugurez aujourd’hui.

4Vous alliez une double formation de médecin hospitalier, spécialiste des maladies infectieuses, et de scientifique. Dès 1981, vous êtes chargé de recherche à l’Institut Pasteur dans l’unité des entérobactéries et vous êtes actuellement, toujours à Pasteur, directeur d’une unité de pathogénie microbienne et moléculaire, associée à l’INSERM. Vos recherches ont trait aux maladies infectieuses du tube digestif. Votre cible est une bactérie pathogène à croissance intracellulaire, shigella, une des responsable de la dysenterie bacillaire, qui provoque la mort de près de 500 000 enfants chaque année dans le monde.

5Vouloir attaquer shigella, c’est d’abord tout faire pour la comprendre. Comment cette bactérie repère-t-elle l’épithélium intestinal qu’elle va coloniser ? Comment pénètre-t-elle dans la cellule hôte ? Comment neutralise-t-elle les défenses naturelles de la barrière intestinale ? Comment détourne-t-elle à son profit le fonctionnement de la cellule réceptrice ? Autant de questions auxquelles, en véritable pionnier, vous avez apporté des réponses qui permettent de comprendre, de façon générale, comment une bactérie de type invasif peut s’introduire et se répliquer dans l’organisme humain. Ce travail débouche sur des applications thérapeutiques, notamment vaccinales, et un premier candidat vaccin contre la shigellose est en cours d’étude chez l’homme.

6Votre travail a été récompensé à maintes occasions par les plus grands prix, que je ne détaillerai pas car je voudrais, pour finir, souligner votre disponibilité et votre dévouement pour combattre les pandémies. Vous êtes impliqué dans les politiques de santé publique en matière de maladies infectieuse et de vaccinothérapie dans de nombreuse organisations, et notamment à l’Organisation Mondiale de la Santé.

7Vous voilà titulaire d’une chaire du Collège de France qui nous permettra de bénéficier d’un enseignement de grande importance et tant attendu.

© Collège de France, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540