Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gérer les changements climatiques. Climat, croissance, développement et équité

 | 
Nicholas Stern

Gérer les changements climatiques. Climat, croissance, développement et équité

Chaire de Développement durable – Environnement, Énergie et Société. Leçon inaugurale prononcée le jeudi 4 février 2010

Nicholas Stern

Résumé

« Le changement climatique est source d’immenses défis pour toute analyse éthique, économique et politique. Nous connaissons l’ampleur de l’action requise et les domaines dans lesquels il faut agir : efficacité énergétique, technologies sobres en carbone, déforestation. Nous avons une idée des technologies à développer. Nous comprenons bien les politiques économiques élémentaires qui incitent à la réduction des émissions, à l’arrêt de la déforestation et à la promotion d’un usage plus raisonné de notre environnement naturel et de ses ressources. Le défi consiste aujourd’hui à insuffler la volonté politique d’accomplir tous ces changements. »

Note de l’éditeur

La chaire internationale de Développement durable – Environnement, Énergie et Société reçoit le soutien de TOTAL.

Texte intégral

1Monsieur l’Administrateur,
Chers collègues, chers amis,
Mesdames et Messieurs,

2Le monde et la planète sont à la croisée des chemins. Si nous n’agissons pas dès maintenant avec détermination pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, si nous poursuivons sur le chemin de la croissance intensive en carbone du siècle dernier, nous nous exposons à de véritables catastrophes géophysiques. Ces phénomènes auraient probablement pour conséquence de redessiner la carte des terres habitables et de redéfinir les modes de vie ; nous risquons ainsi d’assister à des migrations de très grande ampleur, susceptibles de déclencher un état de conflit violent, durable et global. L’immobilisme est la plus pernicieuse des politiques. Mais c’est une voie ô combien facile dans un monde dominé par des considérations politiques à court terme et égoïstes, ainsi que par la défiance envers les autres.

3Il existe une autre voie, bien plus attirante. Si nous agissons ensemble à l’échelle mondiale, fermement, en bonne intelligence, équitablement et de façon créative, nous pouvons inaugurer une nouvelle ère de croissance et de développement. Cette nouvelle ère sera plus efficace et stable sur le plan énergétique, plus juste, plus sûre, plus paisible, plus propre et davantage respectueuse de la biodiversité. Nous avons l’opportunité de redéfinir le développement – ce qui le caractérise ainsi que la façon d’y parvenir – et d’en faire une chose bien plus séduisante que ce que nous avons connu par le passé. En outre, la transition vers une croissance sobre en carbone pourrait bien s’avérer être la période la plus dynamique et passionnante de l’histoire mondiale. La croissance intensive en carbone ne peut à l’inverse que s’autodétruire : d’abord, en raison de la hausse des prix des hydrocarbures ; ensuite, et plus fondamentalement, parce qu’elle créerait un environnement physique particulièrement hostile.

4Le choix nous appartient, et c’est un choix à opérer d’urgence. Nous connaissons l’ampleur de l’action requise, que je vais analyser dans la partie qui suit, ainsi que les domaines dans lesquels il faut agir et les technologies à développer. Nous connaissons aussi les politiques économiques élémentaires qui incitent à la réduction des émissions, que j’étudierai dans une deuxième partie. Le défi consiste aujourd’hui à insuffler la volonté politique d’accomplir tous ces changements. En décembre 2009, nous avons constaté à Copenhague à quel point cela pouvait être difficile. Nous ne parviendrons pas à façonner la volonté politique et l’esprit de coopération nécessaires – et ne sommes pas dignes de le faire –, si nous ne reconnaissons pas que les deux principaux défis du xxie siècle, le changement climatique et la lutte contre la pauvreté mondiale, vont de pair. Nous réussirons ou nous échouerons sur les deux fronts ensemble. J’étudierai la construction d’un accord international dans la troisième partie. La structure de cette leçon inaugurale reflète celle du cours dans son ensemble.

L’ampleur du problème et les risques

5La première étape de l’analyse du changement climatique et de l’élaboration des politiques publiques appropriées consiste à examiner les conséquences des différentes actions envisageables, ainsi, bien sûr, que celles de l’immobilisme. Le problème prend sa source dans nos actions quotidiennes, et ses conséquences, en retour, modifient directement nos modes de vie. On peut résumer la chaîne causale de la façon suivante. Première étape : au cours de nos activités de production et de consommation, nous émettons des gaz à effet de serre. Pendant la plus grande partie du siècle dernier, voire plus, ces émissions ont excédé ce que la planète peut absorber au cours du « cycle du carbone ». Deuxième étape : ces flux d’émissions viennent s’ajouter à un stock, autrement dit provoquent une augmentation de la concentration de gaz à effets de serre dans l’atmosphère. Troisième étape : l’accroissement de la concentration fait qu’une plus grande proportion de la chaleur réfléchie par la Terre est piégée par l’atmosphère, d’où une augmentation des températures, qui est fonction de la « sensibilité climatique ». C’est le réchauffement. Quatrième étape : le réchauffement provoque un changement du climat, qui se manifeste lui-même par différentes sortes de perturbations des éléments aquatiques : tempêtes et ouragans, crues et inondations, sécheresse et désertification, augmentation du niveau de la mer, et modification de la carte des cours d’eau et de leur débit. Cinquième étape : ces changements affectent nos modes de vie. Nous devrons nous y adapter d’une façon ou d’une autre. Dans de nombreux cas, le changement climatique modifiera la carte des terres habitables ; l’adaptation sera synonyme, pour beaucoup de gens, de bouleversements et de migrations.

6Les éléments-clés de ce raisonnement étaient déjà bien compris à la fin du xixe siècle. Dans les années 1820, le grand mathématicien et physicien français Joseph Fourier montra, en constatant que la température de la planète était bien supérieure à sa température théorique, que quelque chose retenait la chaleur dans l’atmosphère ; le physicien britannique John Tyndall identifia en 1861 les gaz responsables de cet effet ; et le chimiste suédois Svante Arrhenius estima pour la première fois, à la fin du xixe siècle, quelles seraient les conséquences d’un doublement de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Sur le plan physique, tout provient du fait que les molécules à structure complexe (trois atomes ou plus) captent les radiations thermiques à ondes longues. Ainsi, les processus physiques fondamentaux sous-jacents au réchauffement sont-ils connus depuis longtemps.

7Des incertitudes majeures subsistent néanmoins à chacune des cinq étapes de ce raisonnement. Nous ne pouvons donc pas prédire avec certitude l’ampleur des conséquences du réchauffement. Au cours des deux dernières décennies, la science et la modélisation climatiques ont progressé de telle sorte qu’il est désormais possible d’affecter des probabilités à certains effets-clés, par exemple à la relation entre la concentration de gaz à effet de serre et la hausse des températures.

8Le niveau de concentration actuel est élevé : environ 435 parties par millions (ppm) de dioxyde de carbone équivalent (CO2e). La concentration a augmenté de plus de 150 ppm depuis le milieu du xixe – période habituellement utilisée comme point de repère –, l’essentiel de cette hausse ayant eu lieu au cours des soixante dernières années de croissance intensive en carbone. Elle augmente actuellement au rythme de 2,5 ppm par an, et ce rythme s’accélère. Si rien ne change, la concentration devrait donc atteindre, d’ici à la fin du siècle, environ 750 ppm de CO2e, voire plus. Les températures auraient alors, vers le début du xxiie siècle, environ 50 % de chance d’être supérieures de 5 °C à leur niveau du milieu du xixe siècle. La planète n’a pas connu de telles températures depuis 30 millions d’années. L’homo sapiens qui existe depuis 200 000 ans n’a jamais fait l’expérience de tels niveaux de températures, qui provoqueraient sans doute des migrations massives, probablement de centaines de millions de personnes. Des augmentations de 3 °C ou de 4 °C seraient également sans précédent pour l’humanité ; elles auraient des conséquences probablement très graves et, dans bien des endroits, catastrophiques. Le changement climatique est un problème de risque et de niveau de risque qu’il est raisonnable de tolérer, compte tenu des options disponibles et de leur coût.

9Jusqu’à quel point le risque peut-il être réduit ? On peut contrôler les températures pour qu’elles n’augmentent pas de plus de 2 °C – niveau qui, pour de nombreux scientifiques, y compris pour le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (le GIEC), doit être considéré comme « dangereux ». Au-delà de 2 °C, la probabilité d’effets d’emballement commence à augmenter fortement. Citons comme exemples de tels effets : la destruction de la forêt amazonienne, qui ferait disparaître un puits de carbone majeur, ou bien la fonte du permafrost en Sibérie et ailleurs, qui libérerait dans l’atmosphère de très grandes quantités de méthane, un puissant gaz à effet de serre. Les émissions actuelles sont d’environ 47 milliards de tonnes de CO2e par an. Il existe plusieurs scénarios d’évolution des émissions qui nous permettraient de limiter, avec une chance sur deux, la hausse des températures à 2 °C. Ce qui compte, ce sont les émissions cumulées – c’est-à-dire les concentrations. Ainsi, si la courbe d’un scénario a un pic plus élevé ou atteint celui-ci plus tard, il faut qu’elle décroisse ensuite plus vite que dans un autre scénario où le pic est moins élevé ou atteint plus tôt.

10Le scénario d’évolution le plus plausible est le suivant : des émissions d’environ 44 milliards de tonnes en 2020, sensiblement inférieures à 35 milliards de tonnes en 2030, et sensiblement inférieures à 20 milliards de tonnes en 2050. Autrement dit, une réduction des émissions d’au moins 50 % à l’échelle mondiale sur la période 1990-2050, puisque les émissions étaient de 40 milliards de tonnes environ en 1990. Ce scénario permettrait d’éviter que la concentration n’excède 500 ppm. Il faudrait ensuite que les concentrations diminuent graduellement vers 450 ppm et moins. On comprend à partir de cette analyse que, si nous souhaitons atteindre l’objectif 2 °C, le pic d’émissions doit être atteint au cours des 10 prochaines années. L’immobilisme est dangereux et coûteux. Il est dangereux parce qu’il réduit nos chances d’atteindre l’objectif 2 °C, et il est coûteux parce que nous devrions adopter plus tard des mesures qui s’avéreraient très chères si nous voulions rattraper le temps perdu.

11Les chiffres à l’horizon 2050 sont porteurs de leçons importantes pour les objectifs à moyen et long terme. Comme la Terre comptera probablement environ 9 milliards d’habitants en 2050, il faudra émettre moins de 2 tonnes par personne pour que les émissions totales soient sensiblement inférieures à 20 milliards de tonnes. Aujourd’hui, les émissions sont de l’ordre de 10 à 12 tonnes par tête en Europe, et bien supérieures à 20 tonnes par tête aux États-Unis. Comme peu de monde émettra moins que la moyenne en 2050, il ne pourra pas y avoir grand monde émettant plus. C’est la raison pour laquelle l’Europe doit réduire ses émissions d’au moins 80 %, afin de passer de 10 ou 12 tonnes par tête à 2 tonnes environ.

12Voilà d’où proviennent les pourcentages de réduction fréquemment cités pour le monde dans son ensemble, et pour les pays riches en particulier. Je préfère néanmoins raisonner en termes de flux d’émissions totaux plutôt qu’en termes de pourcentages de réductions. Avec les pourcentages, il est en effet trop tentant de jouer sur l’année de départ afin de se ménager davantage de marges de manœuvre. Le problème, dans sa dimension physique, se pose en termes d’émissions globales.

13Les cinq principaux émetteurs (Chine, États-Unis, Union européenne, Indonésie et Brésil) sont responsables de plus de 60 % des émissions actuelles. Ce groupe d’acteurs restreint doit être impliqué de façon centrale si nous voulons parvenir aux réductions d’émissions nécessaires. Par exemple, les émissions chinoises sont déjà de l’ordre de 6 tonnes par habitant, et un pays de cette taille doit réduire ses émissions à environ 2 tonnes par tête d’ici à 2050 si l’on veut que la contrainte d’émissions mondiale soit satisfaite. Pour cela, il faudrait probablement que les émissions chinoises atteignent leur pic dans les 10 ou les 15 prochaines années au plus.

14Les analyses précédentes montrent l’ampleur et l’intensité de certains défis éthiques qui ont trait à l’équité entre collectivités et au cours du temps, ainsi qu’aux responsabilités des différentes générations et des différents pays. Nous allons à présent examiner brièvement certains de ces problèmes éthiques.

15Une grande partie de l’approche économique formalisée des questions d’équité passe par un examen de l’équité intra- et intergénérationnelle. Une grave erreur, commise par de trop nombreux économistes, consiste à utiliser directement les taux d’intérêt ou les taux de rendement qu’on observe sur les marchés pour les décisions en matière de changement climatique. Ces taux sont en général relatifs au court terme ou au moyen terme ; les marchés du capital sont très étroits pour des horizons de deux ou trois décennies. En outre, ces taux ne sont en général pertinents que pour de petites déviations par rapport à un chemin de court ou de moyen terme. Quand les niveaux de revenus de long terme dépendent de façon cruciale des décisions prises aujourd’hui, comme c’est le cas pour le changement climatique, les utiliser conduit à faire une erreur analytique extrêmement trompeuse. Les générations futures pourraient être bien moins riches que nous le sommes, ce qui affaiblit les arguments en faveur d’un taux d’actualisation élevé, car des ressources supplémentaires ont plus de valeur quand on est plus pauvre. J’en parlerai davantage dans la deuxième leçon. En fait, l’utilisation des taux observés provoque de nombreuses autres erreurs, mais celle que je viens de décrire se trouve au cœur de la plupart d’entre elles. La première journée du colloque Gérer le changement climatique – qui sera organisé en juin conjointement avec la chaire de mon ami et collègue au Collège de France Roger Guesnerie (chaire de Théorie économique et organisation sociale) sera consacrée à l’évaluation économique du long terme. Les spécialistes les plus visibles internationalement présenteront toutes les facettes de ce débat intellectuel. J’expliquerai aussi dans mes cours que les enjeux de responsabilité et de soutenabilité dépassent largement la question de la distribution des richesses, aussi fondamentale soit-elle.

16Compte tenu de la nature des risques en jeu, de leur importance et des problèmes éthiques qu’ils soulèvent, il me semble préférable d’aborder la question du changement climatique en termes de gestion des risques plutôt que d’analyse coût-bénéfice standard. La crédibilité des analyses coût-bénéfice formelles est en effet particulièrement mise à l’épreuve lorsqu’il s’agit, comme c’est ici le cas, d’évaluer des effets potentiellement immenses, globaux, concernant tous les aspects de l’existence, et très incertains.

17Je peux à présent évoquer brièvement la position de ceux qui nient la nécessité d’agir. Grosso modo, on peut (1) nier que la science affirme qu’il existe de sérieux risques ; on peut (2) soutenir qu’il sera toujours possible de s’adapter en cas de changement, (3) qu’on pourra résoudre le problème grâce à la géo-ingénierie, ou bien encore (4) que le futur est un problème pour les autres mais pas pour nous. Comme je l’ai expliqué, la position (1) est absurde compte tenu des preuves disponibles ; les positions (2) et (3) doivent être considérées comme irresponsables compte tenu des risques que j’ai décrits ; quant à la position (4), la plupart d’entre nous la considèrent comme moralement contestable.

18La science dont il est question est largement testée depuis le xixe siècle ; la physique qui se trouve en son cœur n’est pas compliquée. La calibration des risques est plus difficile et exige d’avoir largement recours à la modélisation ; mais l’identification des risques ne fait appel qu’au b.a.-ba de la science. Posé en termes de gestion des risques, le problème est très simple : si nous agissons comme si la science avait raison mais que les risques s’avèrent moins importants que prévus, nous aurons découvert de nombreuses technologies utiles, nous aurons un monde plus propre, nous aurons sécurisé nos approvisionnements énergétiques et protégé nos forêts. En revanche, si nous agissons comme si la science se trompait, nous nous serons mis dans une position extrêmement dangereuse dont nous serons probablement incapables de nous sortir.

19S’en remettre seulement à l’adaptation ou à la géo-ingénierie, c’est ne pas reconnaître l’ampleur des risques et les bénéfices de la réduction des émissions. Nous devrons certes nous adapter, mais les conséquences du changement climatique pourraient être tellement importantes que l’adaptation risque de ne pas suffire. Et nous devrions examiner les possibilités de faire de la géo-ingénierie. Mais il serait irresponsable de ne pas faire plus pour réduire les risques.

20Les sceptiques ont le droit de s’exprimer et de débattre, mais pas celui d’avoir des arguments mal fondés, confus, ou qui ne sont ni sages ni raisonnables.

Politiques publiques et opportunités

21Avant d’adopter toute politique, le point de départ consiste à reconnaître que l’émission de gaz à effet de serre (GES) constitue ce que les économistes appellent une externalité ou une défaillance du marché. Plus précisément, les émissions de GES causent des dommages à autrui, mais, en l’absence d’intervention publique, les émetteurs ne payent pas le prix de ces dommages. Ils payent leur main d’œuvre, l’énergie, les matières premières, le capital, etc., qu’ils utilisent pour produire ou consommer, mais, sans intervention publique, les prix de marché envoient un mauvais signal. C’est la plus grande défaillance du marché que le monde ait jamais connu, compte tenu de son ampleur et du fait qu’elle nous concerne tous. Pour corriger cette défaillance, il faut mettre un prix sur l’émission de gaz à effet de serre, que ce soit par l’intermédiaire d’une taxe ou d’un marché de permis.

22Les politiques doivent aller au-delà de cette défaillance fondamentale du marché. Il en existe d’autres. La technologie sera la clé d’un futur sobre en carbone. Les idées, plus généralement, constituent une externalité positive ; il revient aux politiques publiques de favoriser leur émergence. Compte tenu de l’importance et de l’urgence de l’enjeu, les politiques d’incitation technologique devraient avant toute chose se concentrer sur le climat, en soutenant directement la recherche et en incitant à l’adoption des énergies renouvelables-clés via des tarifs réglementés.

23Un troisième type de politique publique, outre la fixation d’un prix du carbone et l’incitation au changement technologique, est de nature réglementaire. Les émissions des logements en sont un bon exemple. Les constructeurs et les promoteurs immobiliers expliquent qu’ils ont souvent du mal à récupérer, sous forme de loyers, les investissements qu’ils réalisent dans les innovations sobres en carbone ou dans les économies d’énergie, en raison d’une série de défaillances de marché. En outre, la remise à neuf d’anciens bâtiments est souvent beaucoup moins chère quand elle est faite quartier par quartier plutôt que maison par maison. Ceci justifie que les politiques publiques édictent des normes pour les nouveaux bâtiments. Le même raisonnement s’applique aux transports privés et publics.

24Enfin, il faut bien comprendre que l’intervention publique touche également aux représentations et aux comportements. Nous savons que conduire après avoir bu est dangereux ; la plupart d’entre nous se sentiraient mal à l’aise de le faire. Nous laissons donc le volant parce que nous considérons que faire l’inverse serait mauvais. Il existe bien sûr des sanctions, c’est-à-dire des incitations à ne pas conduire après avoir bu, mais leur effet vient s’ajouter à notre propre sens de la responsabilité. Je pense que la science économique n’a pas prêté suffisamment attention au rôle du débat public sur ce qui est responsable et ce qui ne l’est pas. Cette idée n’a pourtant rien de nouveau, puisqu’elle remonte au moins au milieu du xixe siècle et à John Stuart Mill.

25Les politiques que je viens de décrire ne consistent pas seulement à limiter le coût et les conséquences des émissions. Leur but est de mettre en place les incitations qui pourraient déclencher un processus dynamique de changement radical. Les historiens de l’économie ont montré comment certaines de nos périodes de croissance les plus exceptionnelles ont été alimentées par des investissements dans les innovations technologiques comme les chemins de fer, l’électricité et les technologies de l’information, et l’importance centrale qu’ont eue les financements dans leur développement. Des petites lanternes solaires des villages indiens aux grandes infrastructures de chemins de fer et de production d’électricité, la révolution verte – combinant nouveaux biens et équipements d’un côté et financements de l’autre – a déjà commencé.

26La profusion des idées dans ce domaine est, à bien des égards, remarquable. En matière d’efficacité énergétique par exemple, les techniques d’isolation se transforment rapidement, en partie grâce à l’utilisation de technologies développées dans d’autres secteurs, comme l’industrie aérospatiale. Le coût en capital de l’énergie solaire s’effondre grâce à l’utilisation de nouveaux matériaux. De nouveaux types de produits et d’équipement agricoles voient le jour pour l’agriculture à labour superficiel. Les exemples sont légions et plus nombreux de jour en jour. Les investisseurs à long terme prennent conscience que la croissance sobre en carbone est la croissance du futur. L’esprit d’entreprise et les marchés peuvent apporter beaucoup, si l’action nationale et internationale est suffisamment déterminée.

27Un autre domaine essentiel d’intervention publique, qui fera la transition vers les aspects internationaux, a trait à l’arrêt de la déforestation et de la dégradation des forêts ainsi qu’à l’incitation à la reforestation. En poussant, les arbres capturent du dioxyde de carbone. C’est une externalité positive : les arbres ont de la valeur pour nous tous ; les abattre ou les brûler nous coûte à tous. Il est donc de notre responsabilité à tous de protéger la forêt et de décourager la déforestation, et cela nous profitera à tous.

28Les politiques relatives à la déforestation sont multiformes : elles vont de l’action sur les facteurs qui déterminent la demande de terre et de produits en bois, à l’établissement de structures légales et de gouvernance appropriées, en passant par la fixation d’un prix pour la protection des forêts et la reforestation. Il convient, plus généralement, de mener des politiques de développement qui protègent les droits et les modes de vie de ceux qui dépendent des forêts et de fournir des activités alternatives à ceux qui, sinon, sont incités à les couper. On est là en présence d’un exemple important d’intrication entre les politiques de développement et les politiques relatives au changement climatique.

29L’intervention publique doit faire bien plus que réduire les émissions ; elle doit traiter de l’adaptation au changement climatique en cours et futur. Il n’y a pas grand sens à établir des codes de construction, des normes de chauffage, des règles de protection contre les inondations, et des plans de transport, d’irrigation ou d’agriculture comme si les changements en cours n’allaient pas profondément bouleverser la météo, les inondations, les sécheresses et l’érosion des côtes.

30Une bonne information et de bonnes anticipations seront à l’évidence déterminantes en matière d’adaptation. Nous devons continuer à analyser et à réévaluer les risques. La modélisation climatique actuelle a largement progressé dans sa capacité à prédire des effets régionaux ou globaux, mais une modélisation et des prédictions plus locales restent encore difficiles. Les structures globales et les conditions locales sont susceptibles d’interagir de façon si complexe qu’il faut beaucoup d’informations et de capacités de modélisation pour pouvoir faire des prédictions. Or, les observations et les informations sont rares dans bien des zones parmi les plus importantes et les plus sensibles, comme l’Himalaya – une réserve d’eau pour des milliards de personnes –, l’Afrique – particulièrement vulnérable avec sa population approchant le milliard –, et les forêts amazoniennes, élément-clé du système global.

31Les politiques publiques et les arguments relatifs aux responsabilités en matière d’atténuation, de développement et d’adaptation diffèrent par certains aspects, mais se recoupent aussi par bien d’autres, notamment – et ce sont des exemples importants – en matière de construction et d’irrigation. Les actions que les différentes politiques tentent de promouvoir auront, de même, leurs points de divergence et de convergence. Les politiques de développement, ainsi que les institutions bilatérales et multilatérales, devraient donc prêter attention à ne pas établir de structures séparant le financement de l’atténuation, du développement et de l’adaptation. En particulier, toute nouvelle institution de financement ou nouveau programme au sein d’une institution existante devrait permettre à différentes sources de financement d’être facilement combinées.

32Il ne fait guère de doute que contrôler les émissions sera bien plus difficile avec une population de neuf milliards d’habitants en 2050. Je fais l’hypothèse, ou du moins j’espère pouvoir faire l’hypothèse, que personne ne souhaite augmenter le taux de mortalité. Les études démographiques ont mis en évidence les principaux facteurs déterminant les taux de natalité : le revenu familial et individuel, les possibilités pour les femmes de trouver un emploi, l’éducation, les droits et les statuts des femmes et des jeunes filles, les taux de mortalité infantile et l’accès à la santé reproductive. Tous ces aspects constituent en eux-mêmes d’importants objectifs de développement. Qu’ils aient un effet sur le changement climatique ne fait que renforcer les arguments déjà très puissants en faveur des politiques contribuant à leur promotion.

33Avec le recul, les risques me semblent aujourd’hui plus inquiétants qu’il y a quatre ans, quand nous travaillions au rapport Stern. Les émissions ont augmenté plus vite que ce que nous avions supposé, la capacité d’absorption de la planète semble être plus faible, et les effets du réchauffement se font sentir plus vite. Je pense à présent que nous devrions chercher à stabiliser la concentration entre 450 et 500 ppm, et non entre 450 et 550 ppm comme le rapport le proposait. Cela ferait augmenter le coût de l’atténuation d’environ 1 à 2 % du PIB par an au cours des quelques décennies à venir. Mais, d’un autre côté, la technologie progresse si rapidement que ces coûts pourraient in fine s’avérer beaucoup plus faibles. Le nouveau chemin de croissance sur lequel nous nous engageons pourrait déclencher une dynamique positive et avoir d’autres avantages encore. Il me semble que ceci renforce la conclusion du rapport Stern : les coûts de l’inaction sont bien supérieurs à ceux de la lutte contre le changement climatique.

Vers un accord mondial

34Venons-en à présent à la conférence de Copenhague de décembre 2009 et à l’émergence d’un accord international. Commençons par nous demander à quoi devrait ressembler un tel accord, compte tenu des risques scientifiques connus, des technologies présentes et futures, des situations futures, présentes et passées des différents pays et collectivités, de quelques critères élémentaires, et de ce que nous dit la science économique.

35Un accord mondial devrait être efficace (c’est-à-dire d’ampleur appropriée), être efficient (c’est-à-dire limiter les coûts) et être équitable (c’est-à-dire prendre en compte les différences de situations, notamment entre pays). Les analyses précédentes ont mis en lumière les composantes principales d’un accord de ce type. Il s’agit maintenant de les assembler simplement.

36Tout d’abord, le monde doit s’engager à suivre un scénario d’évolution des émissions qui soit cohérent avec l’objectif de limiter, avec une chance sur deux, l’augmentation des températures à 2 °C. Il faut pour cela que les émissions se situent aux alentours de 44 milliards de tonnes de CO2e d’ici à 2020, donc que le pic soit atteint avant cette date, et qu’elles soient bien inférieures à 35 milliards de tonnes en 2030 et à 20 milliards de tonnes en 2050. Les pays riches devraient viser une réduction de leurs émissions d’au moins 80 % en 2050 par rapport à 1990, et se doter de solides objectifs intermédiaires.

37En second lieu, les pays en développement doivent lancer d’importants plans d’action climatique, comprenant des cibles d’émissions indicatives et des programmes d’adaptation. Combinés avec ceux des pays riches, ces plans devraient être compatibles avec la contrainte d’émissions globale pour la période 2010-2050, ce qui implique qu’à l’horizon 2050 les émissions dans les pays en développement comme celles des pays riches ne dépassent pas 2 tonnes par tête.

38Troisièmement, le système d’échange international de permis d’émissions doit être réformé et étendu. Tant que les pays en développement n’auront pas de cibles d’émissions contraignantes, un système tel que le mécanisme de développement propre (MDP) restera sans doute nécessaire, mais il est urgent de réformer son fonctionnement si l’on veut que l’échange se généralise. À plus long terme, l’allocation de permis dans le cadre d’un système d’échange incluant les pays en développement soulèvera des problèmes d’équité majeurs, car ces permis constituent de très importants actifs financiers.

39Quatrièmement, il faut mettre en place un solide programme pour arrêter la déforestation et encourager la reforestation, avec d’ambitieux objectifs intermédiaires, par exemple une réduction de moitié de la déforestation d’ici 5 à 10 ans.

40Cinquièmement, il faut un programme technologique mondial, prévoyant, en premier lieu, une coordination des normes et un partage des technologies, et, en second lieu, un accroissement des montants consacrés à la recherche publique. Une partie des investissements de recherche et développement devrait être consacrée à l’étude des risques relatifs aux énergies alternatives : la plupart d’entre elles, que ce soit le nucléaire, les biocarburants, ou l’énergie éolienne ou solaire, posent des problèmes environnementaux et de développement qui méritent d’être examinés minutieusement.

41Sixième élément : l’adaptation. Les calculs du PNUD suggèrent qu’il faudrait sans doute près de 100 milliards de dollars de plus chaque année à l’horizon 2020 pour atteindre les objectifs de développement du millénaire (et leurs successeurs jusqu’en 2050).

42Voilà quels sont les ingrédients essentiels d’un accord mondial efficace, efficient et équitable. Comment évaluer les résultats de Copenhague à l’aune de cette feuille de route, et dans quelle direction allons-nous ? La tenue de la quinzième conférence des États parties à la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP15 de la CCNUCC) avait été décidée à la COP13 de Bali en décembre 2007 pour trouver un successeur au protocole de Kyoto adopté à la COP5 de 1997 et qui court jusqu’à 2012. Les débats se sont déroulés de façon quelque peu chaotique à Copenhague, mais plus de cent chefs d’Etat et de gouvernement se sont rendus sur place au cours des derniers jours. Les décisions ne pouvaient être adoptées qu’à l’unanimité des cent-quatre-vingt-douze pays participant, ce qui est particulièrement difficile quand une action énergique est nécessaire. À la fin de la conférence, un « accord de Copenhague » a été rédigé par cinq pays – les États-Unis, la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud – et la convention en a « pris acte ». Cet accord est activement soutenu par de nombreux pays.

43L’accord de Copenhague ne comporte que douze paragraphes. Il comprend principalement : (1) l’objectif de limiter le réchauffement à 2 °C et d’atteindre le pic des émissions nationales et mondiales aussi rapidement que possible ; (2) des engagements contraignants pour les pays développés et des plans d’atténuation pour les pays en développement, à soumettre avant le 31 janvier 2010 (de nombreux plans ont été effectivement soumis) ; (3) la mise en œuvre immédiate de mécanismes destinés à financer la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (« REDD+ ») ; (4) des financements à plus court terme des pays riches de 10 milliards de dollars par an sur 2010-2012, et l’engagement de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020. Un groupe de haut niveau étudiera la provenance des financements et les nouvelles sources mobilisables ; certains financements transiteront par un « Fonds climatique vert de Copenhague ».

44Tous ces éléments sont précieux et cohérents avec les principes que j’ai explicités. De plus, dans les mois qui ont précédé Copenhague, certains pays-clés ont, pour la première fois, présenté des politiques et des objectifs de réduction d’émissions. Il faut aussi se féliciter que les États-Unis et la Chine aient, pour la première fois, travaillé ensemble à l’élaboration d’un accord.

45Ne taisons pas néanmoins de grosses déceptions. Les participants ne sont pas parvenus à s’entendre sur des réductions globales d’émissions qui, comme celles que j’ai décrites précédemment, soient cohérentes avec l’objectif 2 °C. Il n’y a aucune raison que, pris tous ensemble, les plans nationaux se révèlent cohérents avec l’objectif 2 °C. En outre, même si on n’attendait qu’un « accord politique », la façon dont celui-ci a été conclu (un accord dont il a été « pris acte ») fait que le résultat de la conférence est moins contraignant pour les pays que ce que l’on aurait pu espérer, même d’un simple « accord politique ».

46Dans l’ensemble, j’estime que, bien que le résultat soit décevant, il aurait pu être bien pire. Nous disposons d’une base sur laquelle nous appuyer. Peut-être devrions-nous considérer « Copenhague » comme un événement qui a commencé en décembre 2009 et qui s’achèvera à la COP16 de Mexico fin 2010. En ce qui concerne l’objectif 2 °C, le financement, la déforestation, la surveillance et le signalement des émissions, la route est tracée. Je présenterai des perspectives pour l’avenir dans mes derniers cours.

47Mais concluons, pour le moment, sur les enseignements à tirer pour la coopération internationale. Les progrès réalisés n’auraient pas été possibles en l’absence d’un fondement scientifique solidement établi. D’importantes incertitudes demeurent, et il reste du travail à faire ; mais il est manifeste que les risques sont très importants. Le sentiment d’urgence que ce constat suscite a permis à des pays entretenant des relations difficiles d’entamer un dialogue sur la meilleure façon de gérer les dangers. Des progrès majeurs ont été réalisés en ce qui concerne l’analyse des politiques et la reconnaissance de l’importance de travailler ensemble en matière de technologie et de déforestation.

48Néanmoins, il existe un profond sentiment d’injustice dans le monde en développement ; c’est un sentiment compréhensible, mais aussi une véritable réalité politique. L’injustice est double, en ceci que les pays riches sont responsables de plus de 60 % des niveaux actuels de concentration dans l’atmosphère, et que les pays pauvres seront les plus durement affectés par le changement climatique. Pour surmonter ce sentiment d’injustice, les pays riches doivent absolument progresser concrètement dans l’atteinte de leurs objectifs, et aider financièrement et technologiquement les pays en développement.

49L’exemplarité jouera un rôle crucial. Les pays qui s’engagent précocement sur le chemin de la croissance sobre en carbone, comme la Corée du Sud, certains pays scandinaves et certains pays en développement – tels que le Costa Rica, le Guyana et l’Éthiopie – montreront sans doute tout ce qu’il est possible d’accomplir. Mais les pays en développement attendent pour être convaincus des progrès significatifs de la part de l’Europe dans son ensemble, du Japon et des États-Unis. Or, le temps presse.

50Espérons que seront bientôt largement entendus les arguments de tous ceux qui pensent que l’ère de la croissance sobre en carbone pourrait être une époque dynamique et passionnante, car c’est le modèle de croissance du xxie siècle. Nous devons néanmoins faire plus que gagner la bataille intellectuelle. Nous devons témoigner, à l’échelle planétaire, d’un nouvel esprit de communauté. Plus que jamais, le monde fait face à des problèmes qui ne peuvent être résolus qu’au niveau international ; le plus important d’entre eux, puisqu’il touche à la survie de la planète, est le changement climatique. Nous avons besoin de la plus vaste coopération que le monde ait jamais connue.

51Il nous faudra de nouvelles institutions. Je pense que si John Maynard Keynes et Harry Dexter White dirigeaient aujourd’hui, plutôt qu’en 1944, une conférence de Bretton Woods, ils créeraient d’autres institutions que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l’Organisation mondiale du commerce. Nous avons bien sûr besoin d’institutions pour la finance et le commerce, mais nous avons aujourd’hui besoin d’une Organisation mondiale de l’environnement.

52Comme nous sommes ici à un rassemblement d’intellectuels, réfléchissons aussi à nos rôles en tant qu’universitaires et conseillers. Nos responsabilités et nos chances n’ont jamais été aussi importantes. Il nous faut penser à l’avenir et anticiper. Nous ne devons pas nous contenter d’attendre que des catastrophes – comme les deux guerres mondiales et la grande dépression qui ont rendu possible Bretton Woods – se produisent. Quand des villes ou des régions sont sur des chemins qui mènent à leur destruction, la sélection naturelle et les expériences permettent de mettre en lumière les erreurs et les façons d’aller de l’avant. Quand une zone localisée est dévastée, ses habitants peuvent émigrer ou la reconstruire. Mais nous n’avons qu’une seule planète, et nous ne pouvons pas attendre que les effets les plus graves du changement climatique se manifestent avant de prendre finalement conscience qu’il faut agir : il serait alors trop tard.

53L’heure est à un débat et à une discussion raisonnés, impliquant toutes les disciplines et les universitaires du monde entier. Le changement climatique est le sujet interdisciplinaire par excellence, et la communication des arguments et des savoirs constitue une dimension-clé de l’action. C’est pourquoi je suis particulièrement honoré de prononcer cette leçon inaugurale ici, au Collège de France, l’une des institutions universitaires de premier plan les plus prestigieuses du monde.

54Je vous remercie.

55Leçon inaugurale de Nicholas Stern, 4 février 2010 : Gérer les changements climatiques. Climat, croissance, développement et équité https://archive.org/​details/​CdfLiStern

© Collège de France, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540