Version classiqueVersion mobile

Épigénétique et mémoire cellulaire

 | 
Edith Heard

Présentation d’Edith Heard

Alain Prochiantz

Texte intégral

1Chère Edith Heard,

2Il n’y a pas grand-chose à ajouter à l’enregistrement de Serge Haroche qui m’a demandé de le remplacer alors qu’il est retenu à Stockholm... Je me contenterai de rappeler qu’ayant défendu une thèse en cancérologie à Londres, vous avez traversé la Manche en 1990 pour venir travailler à l’Institut Pasteur sous la direction de Philip Avner. Dix ans plus tard, après un court séjour sabbatique à Cold Spring Harbor, vous rejoignez l’Institut Curie comme récipiendaire d’un contrat ATIP/Avenir. Vous êtes toujours à l’Institut Curie où vous dirigez, depuis quelques années déjà, l’unité de Biologie du développement.

3Votre carrière intellectuelle est marquée par un grand nombre de découvertes importantes issues de votre intérêt porté à l’inactivation d’un chromosome X, chez les individus qui ont le privilège d’en avoir deux, bien entendu. Les gènes sont présents sur les deux chromosomes X, mais rendus silencieux sur l’un d’entre eux par des mécanismes que vous avez contribué à mettre en évidence. Cette ligne de recherche vous a conduite à plonger dans le monde de l’épigénétique, celui aussi des empreintes génétiques, dont nous saisissons de mieux en mieux l’importance physiologique.

4Si je peux me permettre un choix personnel, parmi vos nombreux et élégants travaux, je dirai que l’un des aspects les plus frappants de cette inactivation du X est son caractère dynamique, voire momentanément réversible, et la diversité des mécanismes mis en jeu à travers les espèces que vous avez étudiées.

5Par-delà cet exemple inattendu de convergence évolutive, vos idées sont aussi à mettre en relation avec l’intérêt porté aujourd’hui aux ARN non codants dans la régulation de l’expression des gènes, et surtout d’ensemble de gènes, à travers leur impact sur la structure tridimensionnelle des chromosomes, un de vos récents objets d’étude. Je n’aurai garde, pour finir, de passer sous silence le rôle de ces ARN non codants dans l’instabilité des génomes, dont nous savons qu’elle joue un rôle majeur dans l’évolution des espèces et la physiologie, donc aussi dans bon nombre de pathologies.

6Ces quelques mots ne suffisent certainement pas à rendre compte de l’apport qui est le vôtre à notre compréhension des mécanismes épigénétiques, mais je suis certain que votre leçon inaugurale, et les cours qui suivront, nous renseigneront sur ce domaine qui éclaire d’un jour nouveau l’ensemble des sciences du vivant et qui nous invitent aussi, comme cela a été remarqué par Serge Haroche, à rouvrir des débats épistémologiques que l’on avait cru définitivement tranchés.

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search