Version classiqueVersion mobile

Les cornes de Moïse. Faire entrer la Bible dans l’histoire

 | 
Thomas Römer

Présentation de Thomas Römer

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher collègue,
Cher Thomas Römer,

2L’hébreu et le grec figuraient parmi les premières disciplines enseignées au Collège Royal dès 1530, donnant ainsi la possibilité de lire, comprendre et interpréter les deux langues dans lesquelles étaient écrits les textes sacrés. Depuis cette époque, les enseignements sur l’archéologie, les langues anciennes et les religions du Proche-Orient ancien ont toujours tenu une place de choix dans notre maison. C’est dans cette grande tradition que vous vous situez, mais vous apportez un éclairage radicalement nouveau en considérant que la Bible n’est pas seulement un texte essentiel de plusieurs religions mais qu’elle détient une autre valeur : c’est une source unique de connaissances. En choisissant comme intitulé de votre chaire Milieux bibliques, vous placez la Bible au centre de votre enseignement – ce qui, soit dit au passage, est une première dans l’histoire des chaires du Collège de France.

  • 1  T. Römer, 1990, Israels Väter. Untersuchungen zur Väterthematik im Deuteronomium und in der deuter (...)

3Vous avez reçu en Allemagne une solide formation en hébreu et en langues anciennes, (araméen, ougaritique, syriaque et langues de la Mésopotamie ancienne) qui vous permet de dominer le corpus biblique et les domaines connexes des littératures de comparaison. L’essentiel de votre carrière académique s’est déroulée en Suisse francophone. Vous avez été rapidement nommé professeur de Bible hébraïque à la faculté de théologie et de science des religions de l’université de Lausanne, puis doyen de cette faculté de 1999 à 2003. Votre travail a été particulièrement fécond : neuf livres publiés sous votre nom1, de nombreux comptes rendus, communications et autres.

4Vos recherches s’appuient notamment sur les découvertes archéologiques en Palestine, sur l’étude des textes assyriens contemporains de la rédaction biblique et sur l’analogie de certains récits bibliques avec des épisodes similaires de la civilisation mésopotamienne.

5Vos travaux concernent la formation du Pentateuque, la situation historique, sociologique et idéologique du judaïsme à l’époque perse, ainsi que l’étude des conditions et des époques qui ont produit la première œuvre historiographique de la Bible hébraïque. Vos découvertes vous amènent à donner un jour nouveau à nombres de passages de la Bible, ce qui ne pourra que passionner, et parfois bousculer, les lecteurs de ce livre que l’on dit le plus lu au monde.

  • 2  T. Römer, 1990, op. cit.

6Ainsi, vous avez remis en cause l’hypothèse selon laquelle un document yahviste du début du premier millénaire aurait déjà contenu toute la trame narrative du Pentateuque. En fait, les textes les plus anciens de celui-ci dateraient du viiie siècle avant notre ère, et le premier livre à avoir pris forme serait le Deutéronome. Votre thèse d’État sur l’occurrence de l’expression « Pères d’Israël »2 vous a amené à enquêter sur les deux traditions mythiques pour expliquer l’installation des Israélites dans leur pays : l’une dite autochtone, pacifique, de cohabitation, l’épopée des Patriarches ; l’autre conquérante, qui met en avant, du livre de l’Exode à celui de Josué, un peuple en guerre contre les autochtones et qui s’inspire de l’idéologie assyrienne.

7Votre premier enseignement au Collège de France a pour thème « La construction d’un ancêtre : la formation du cycle d’Abraham ». Qui peut ne pas être intéressé à comprendre pourquoi Abraham est devenu l’ancêtre par excellence, dans lequel se retrouvent les trois religions monothéistes ?

Notes

1  T. Römer, 1990, Israels Väter. Untersuchungen zur Väterthematik im Deuteronomium und in der deuteronomistischenTradition, Freiburg (CH)/Göttingen, Universitätsverlag/Vandenhoeck & Ruprecht, OBO 99. – J.-D. Macchi & T. Römer, 1994, Guide de la Bible hébraïque. La critique textuelle dans la Biblia Hebraica Stuttgartensia, Genève, Labor et Fides, (réédition 2006). – T. Römer, 1996, Dieu obscur. Le sexe, la cruauté et la violence dans l’Ancien Testament, Genève, Labor et Fides, Essais Bibliques 27 (2e éd. 1998 ; 3e éd. revue et augmentée 2009). – T. Römer, 1997, Le Peuple élu et les autres. L’Ancien Testament entre exclusion et ouverture, Poliez-le-Grand, éditions du Moulin. – T. Römer, 1999, Les Chemins de la sagesse. Proverbes, Job, Qohéleth, Poliez-le-Grand, éditions du Moulin. – T. Römer, 2002, Moïse « lui que Yahvé a connu face à face », Paris, Gallimard, Découvertes 424. – T. Römer, 2003, Jérémie. Du prophète au livre, Poliez-le-Grand, éditions du Moulin. – L. Bonjour & T. Römer, 2005, L'Homosexualité dans le Proche-Orient ancien et la Bible, Genève: Labor et Fides, Essais bibliques 37. – T. Römer, 2007, Psaumes interdits. Du silence à la violence de Dieu, Poliez-le-Grand, éditions du Moulin.

2  T. Römer, 1990, op. cit.

© Collège de France, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search