Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grandeur et misère de l’État social

 | 
Alain Supiot

Présentation d’Alain Supiot

Serge Haroche

Texte intégral

1Alain Supiot, en accueillant aujourd’hui votre chaire État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités, le Collège de France poursuit sa mission qui est de mettre au service d’un large public une pensée qui s’appuie sur un travail de recherche profond et original.

2Le droit du travail, ou plus largement le droit social, votre sujet d’étude principal, est actuellement en pleine mutation, tant en France que dans le monde, et subit les effets des transformations rapides voire brutales de nos sociétés sous l’emprise d’un marché global devenu omniprésent. Se pencher sur cet aspect du droit, intermédiaire entre le droit public et le droit privé, celui des personnes et celui des biens auxquels il emprunte tour à tour des concepts et des méthodes, est une entreprise à la fois complexe sur le plan technique, passionnante sur le plan théorique et essentielle si l’on veut apporter des remèdes à certains des maux qui frappent actuellement nos sociétés.

  • 1 Jean Pélissier, Alain Supiot et Antoine Jeammaud, Droit du travail, Paris, Dalloz, coll. « Précis » (...)

3Votre travail présente trois dimensions complémentaires, dans lesquelles vous vous êtes également illustré durant votre carrière de juriste et de chercheur. Un aspect technique d’abord, car il vous a fallu, avant toute analyse théorique, partir d’une description précise et ordonnée de la masse des textes relevant de votre objet d’étude. Votre participation à la rédaction du précis Dalloz sur le droit du travail1, un des volumes constituant la Bible de tout étudiant en droit, montre que vous êtes bien dans notre pays un des tous premiers experts du droit social.

4Mais au-delà de la compétence de l’expert, je voudrais insister sur un second aspect de votre œuvre, celui de l’analyse théorique. Vous vous êtes attaché dans plusieurs ouvrages, qui ont eu une grande influence, à démonter les ressorts du droit social et à saisir les principes de son développement. Pour cela, vous avez fait appel non seulement au droit, mais aussi à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie.

  • 2 Alain Supiot, L’Esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, Paris, Seuil, coll (...)

5C’est dans ce travail théorique que vous avez analysé avec lucidité l’influence des marchés sur l’évolution du droit, ce glissement qui fait qu’à la souveraineté du droit régulant les marchés tend à se substituer une « mise en concurrence » des lois considérées comme des « produits législatifs ». Cette analyse critique culmine dans un livre récent qui a eu un grand retentissement, L’Esprit de Philadelphie2, où vous dénoncez l’émergence d’un monde où le « gouvernement par les lois cède la place à la gouvernance par les nombres ». Vous y opposez un monde « qui repose sur la faculté de jugement », c’est-à-dire en particulier sur « des opérations de qualification juridique et d’interprétation de textes dont le sens ne peut jamais être définitivement fixé » à une gouvernance qui « repose sur la faculté de calcul », c’est-à-dire sur « des opérations de quantification et de programmation des comportements ». Vous en concluez que cette « pulvérisation du droit en droits subjectifs » conduit à une société où l’individu est désormais « réduit à l’état de monade contractante et calculante, vivant dans un monde rendu entièrement calculable et programmable », un monde devenu « plat et sans mystère ».

6Je ne suis pas juriste moi-même et les lois qui régissent les quanta, qui elles ne sont ni plates ni sans mystère, sont très différentes de celles qui ont cours dans les sociétés modernes. J’ai cependant la chance d’avoir une anthropologue dans mon entourage très proche et c’est elle qui m’a fait comprendre cet aspect essentiel et critique de votre œuvre. Je trouve d’ailleurs à vos analyses des résonances profondes dans un autre domaine, celui de la recherche dans le monde académique, où la globalisation et la loi du marché ont eu des effets pervers analogues à ceux que vous dénoncez dans le droit social. Ici aussi, les qualités individuelles des chercheurs, la part non quantifiable qu’il y a chez chacun d’entre eux tendent à ne plus être considérées et à s’effacer devant des procédures d’évaluation globales et quantitatives. La notion subjective de confiance, qui suppose l’attribution de crédits de recherche récurrents sur le long terme, est remplacée par celle de contrat à court terme, obéissant souvent à des motivations utilitaristes qui font peu de cas du « bien sans prix » que représente la recherche fondamentale.

7Mais j’arrête là cette parenthèse qui rejoint mes préoccupations personnelles de chercheur au moment où notre communauté s’intéresse à son avenir et à ce qui peut le rendre meilleur. Je voulais simplement dire que votre pensée, même si elle s’applique à un autre domaine, peut nous être d’une grande utilité pour chercher les solutions qui nous permettront de résister à la loi implacable des marchés.

8J’en viens maintenant ainsi naturellement au troisième volet de votre œuvre. À côté du technicien et du théoricien du droit, il y a aussi le clinicien qui ne se contente pas de constater des problèmes mais propose des remèdes pour y répondre. Les expertises que vous avez conduites au niveau national devant le Conseil économique et social, mais aussi au niveau international, lorsque vous avez piloté un groupe interdisciplinaire de chercheurs sur la question du droit du travail en Europe, ont conduit à un diagnostic et à des recommandations qui sont maintenant en cours de discussion au sein d’instances internationales. Et c’est sans doute cet aspect de votre activité qui intéresse au premier chef les politiques et les ministres, et qui n’est pas étranger à la présence du premier d’entre eux, Monsieur Jean-Marc Ayrault, que je tiens ici à saluer.

9Cette brève présentation ne donne qu’une vision bien incomplète de votre parcours, Alain Supiot. Il est à la fois, comme je l’ai signalé, largement international et votre audience à ce niveau se mesure par le nombre impressionnant de langues dans lesquelles vos travaux sont traduits. Il est également bien ancré à Nantes, où vous êtes professeur d’université depuis 1982, et où vous avez créé et animez depuis quelques années un Institut d’études avancées qui accueille des chercheurs venant du monde entier, du Nord comme du Sud. Ils y échangent entre eux leurs réflexions et leurs études sur le droit et les institutions, mais aussi sur les langues, la religion ou l’esthétique.

10Votre arrivée au Collège de France qui est, vous en conviendrez, également une sorte d’Institut d’études avancées, va vous permettre de combiner votre mission nationale, celle d’enseigner à Paris le droit social en train de se constituer, avec un ancrage régional auquel je sais que vous tenez beaucoup. Il y a dans le public attentif qui va maintenant suivre votre leçon inaugurale, au moins une autre personne, n’est-ce pas Monsieur le Premier Ministre, qui sera très sensible au savant équilibre que vous allez devoir trouver entre Paris et Nantes !

Notes

1 Jean Pélissier, Alain Supiot et Antoine Jeammaud, Droit du travail, Paris, Dalloz, coll. « Précis », 2004.

2 Alain Supiot, L’Esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, Paris, Seuil, coll. « Débats », 2010.

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540