Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Chine pense-t-elle ?

 | 
Anne Cheng

Présentation d’Anne Cheng

Pierre Corvol

Texte intégral

1Chère collègue,
Chère Anne Cheng,

2Les études sur la Chine ont depuis plusieurs années une place importante au Collège de France. Elles se renforcent par cette chaire d’Histoire intellectuelle de la Chine que vous inaugurez aujourd’hui.

3Votre vie et vos études sont marquées par une double culture, chinoise et française. Vous soulignez que c’est à l’école de la République que vous avez fait l’apprentissage de la discipline critique, notamment dans les domaines historique et philosophique. Après une formation à l’ENS et à l’université Paris 7 (Denis Diderot), vous vous êtes initiée à la recherche en sinologie auprès des meilleurs spécialistes français, européens et chinois. Vous avez enseigné à l’INALCO, à l’École des Hautes Etudes en Sciences Humaines et Sociales et vous avez été nommée membre senior de l’IUF en 2005.

  • 1  Paris, Collège de France et Institut des hautes études chinoises, 1985.

4Votre premier ouvrage, Étude sur le confucianisme Han : l’élaboration d’une tradition exégétique sur les Classiques, publié en 19851, marque déjà l’approche que vous adopterez par la suite dans l’ensemble de votre œuvre : une étude spécialisée, technique de la pensée et de la tradition écrite chinoise, mais aussi l’histoire de la pensée chinoise – en l’occurrence pendant la période Han, qui couvre 4 siècles – à un moment où elle était assez proche de ses origines et suffisamment élaborée pour se constituer en tradition.

  • 2  Entretiens de Confucius (traduction intégrale du Lunyu, avec introduction, notes, cartes et chrono (...)

5De même, avec le souci de transmettre une pensée trop superficiellement connue, vous vous êtes intéressée à traduire, de façon particulièrement claire et élégante, les célèbres Entretiens de Confucius2, et aussi étudier ce qu’on pourrait appeler la résurgence postmoderne du confucianisme, avec ce qu’elle peut comporter d’intérêt ambigu dans certains pays.

  • 3  Éditions du Seuil, 1997.

6Au fond, c’est le problème de l’identité dans la Chine actuelle que vous abordez en examinant tout un foisonnement parfois contradictoire d’idées, de réflexions et de références au passé. C’est le « dilemme entre tradition et occidentalisation » que vous traitez notamment dans votre livre Histoire de la pensée chinoise3, un ouvrage qui embrasse trois millénaires d’une activité intellectuelle riche et multiple, profondément inscrite dans le siècle. Vous le faites avec une modestie qui vous caractérise, suivant en cela Confucius qui dit – dans votre traduction : « Moi, posséder la connaissance ? Loin de là ! Mais vienne l’homme le plus humble me poser une question, je suis prêt, sans y avoir nécessairement réponse, à l’envisager sous tous les angles jusqu’à en épuiser la matière. »

7Comme le dit votre présentateur à cette chaire, le professeur Pierre-Étienne Will, vous vous attachez à « faire parler les textes, déconstruire les traditions et leurs récents avatars. Vous vous interrogez sur les incertitudes, hier de l’orthodoxie, aujourd’hui de l’identité ». C’est de tout cela que nous pourrons bénéficier au Collège de France grâce à votre enseignement.

Notes

1  Paris, Collège de France et Institut des hautes études chinoises, 1985.

2  Entretiens de Confucius (traduction intégrale du Lunyu, avec introduction, notes, cartes et chronologie), Paris, éditions du Seuil, 1981 (2e édition révisée, 1985 ; rééd. « textes sacrés de l’humanité », 1992).

3  Éditions du Seuil, 1997.

© Collège de France, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540