Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hilary Putnam, l’héritage pragmatiste

 | 
Claudine Tiercelin

Chapitre 1. Un point de départ anti-pragmatiste ?

Texte intégral

Un brin d’histoire

1Un étudiant à qui l’on demanderait de revenir sur les cinquante dernières années qui ont marqué l’histoire de la philosophie américaine pourrait, suggère Putnam, les raconter, comme suit :

  • 1 W. V. O. Quine, « Two Dogmas of Empiricism », 1951 ; « Les deux dogmes de l’empirisme », in P. Jaco (...)
  • 2 W. V. O. Quine, « The Scope and Language of Science », 1957 ; « Le domaine et le langage de la scie (...)
  • 3 HC, 175-176.

Jusque dans les années 1930, la philosophie américaine était informe et vide. Puis vinrent les positivistes logiques et, depuis près de cinquante ans, la plupart des philosophes américains sont devenus positivistes. Ce développement eut le mérite d’introduire en la matière de « hautes exigences de précision » ; la philosophie est devenue « claire » et chacun a dû se mettre un tant soit peu à la logique. Mais cela eut aussi d’autres conséquences. Les points de doctrine (supposés) centraux des positivistes logiques étaient faux – selon le stéréotype, les positivistes logiques soutenaient que tous les énoncés doués de sens sont soit (1) des énoncés vérifiables relatifs à des sense data soit (2) des énoncés « analytiques », tels que les énoncés de la logique et des mathématiques. Ils croyaient en une distinction tranchée entre les affirmations synthétiques (i.e. les affirmations empiriques, qu’ils identifiaient à des affirmations sur des sense data) et les énoncés analytiques : ils ne comprenaient pas que les concepts sont chargés de théorie ou qu’il existe quelque chose comme des révolutions scientifiques. Ils pensaient qu’on peut faire de la philosophie des sciences d’une manière parfaitement anhistorique. Quine montra que des questions ontologiques, telles que celle de savoir si les nombres existent réellement, ont un sens, contrairement à la thèse positiviste selon laquelle toutes les questions métaphysiques sont des non-sens – et contribua par là à la renaissance de la métaphysique réaliste aux États-Unis. Peu de temps après1, il déterminait que la distinction analytique-synthétique est intenable. Plus tard, Quine montrait que l’épistémologie pouvait devenir une partie des sciences de la nature2. Et moi je contribuais à démolir plus avant le positivisme logique en démontrant que la dichotomie entre « termes observationnels » et « termes théoriques » est intenable. Ce qui traçait la voie d’un robuste réalisme métaphysique auquel je renonçai (à regret) au milieu des années 19703.

  • 4 En fait, la scène intellectuelle est alors dominée encore par les discussions associées à l’essor e (...)
  • 5 Cf. P. Engel, « Les postquiniens : réalisme et anti-réalisme », in Meyer (dir.), 1994, p. 348-368.

2Cette histoire est certes « en partie fictive », sans nuance sur la diversité des positions, et exagère l’influence réelle exercée par le positivisme à la fin des années 19404. Mais elle comporte aussi maints éléments justes, à commencer par la mise en évidence du rôle important qu’y jouent Quine et Putnam lui-même, d’abord héritiers du positivisme logique avant d’en devenir les plus ardents critiques5. Quant au « vide » des années 1920-1930 décrit par l’histoire et qui vise la période au cours de laquelle le pragmatisme a occupé la scène philosophique, associé surtout à la figure de John Dewey (plus encore que de William James), il en dit long aussi sur le mépris dans lequel la nouvelle philosophie tient le pragmatisme.

  • 6 W. V. O. Quine, « The Pragmatists’ Place in Empiricism », 1975, repris in R. J. Mulvaney & P. M. Ze (...)
  • 7 Pour Quine, tous les problèmes philosophiques doivent être traités « de l’intérieur » des sciences (...)
  • 8 Pour un commentaire de ce texte de Quine, cf. Cometti, 1994, p. 441-445.
  • 9 Revue philosophique, 1878 : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir ê (...)
  • 10 Une analyse de la signification à partir, non pas de ce qui est « dans la tête », mais des comporte (...)
  • 11 Cette lecture est alors monnaie courante. Ainsi, C. G. Hempel lie vérificationnisme, opérationnalis (...)

3Car la position de Putnam, dans les années 1960-1970, n’est guère différente de celle qu’exprime Quine en 19756, quand il dégage ce que pourrait être l’apport spécifique du pragmatisme à la philosophie. Sur les cinq points marqués par l’empirisme au cours des deux derniers siècles et jugés par lui décisifs – le passage des idées aux mots, celui des mots aux énoncés, celui des énoncés aux systèmes d’énoncés, l’abandon du dualisme analytique-synthétique, le naturalisme7 et l’abandon corrélatif de l’aspiration à une philosophie première supérieure à la science – à l’exception du dernier, on ne trouve, selon Quine, aucun apport vraiment propre aux pragmatistes8. Au point qu’on pourrait aussi bien rayer le mot du vocabulaire. Sans doute, sur les trois premiers points au moins, Peirce mérite-t-il d’être pris en considération : il a tenté par sa maxime pragmatiste9 de développer une « sémantique behavioriste »10 qui est en partie réussie. Mais il reste confus, et sa théorie de la vérité invite à un « idéalisme » anthropocentrique, un « protagoréanisme social », justifiant la lecture « humaniste » qu’en fera F. C. S. Schiller. Dans le meilleur des cas, sa maxime n’est rien de plus que la théorie vérificationniste de la signification proposée par le Cercle de Vienne11, dont Quine considère par ailleurs qu’il faut la rejeter.

  • 12 « La signification de tout concept est synonyme de l’ensemble de ses opérations. » (P. W. Bridgman, (...)

4En présentant Peirce comme « l’un des premiers vérificationnistes », Putnam émet un diagnostic voisin. Au pire, les pragmatistes (au premier rang desquels Dewey) ont une épistémologie trop confuse pour qu’on envisage de la sauvegarder ; au mieux, le pragmatisme n’est qu’un double du vérificationnisme et de l’opérationnalisme des positivistes logiques12.

  • 13 Cf. PL, 1971, et les articles réunis dans PP-1 (pour la philosophie des mathématiques, de la logiqu (...)
  • 14 Cf. le deuxième chapitre de WL, « The Legacy of Positivism », 85-150 ; mais aussi sur Carnap : RR, (...)

5Or dans les quatre domaines où s’exerce sa réflexion entre 1964 et 197413 – mathématiques et logique, philosophie des sciences, philosophie de l’esprit, et philosophie du langage –, et en dépit de son admiration pour Carnap et Reichenbach14, Putnam prend bientôt ses distances avec ses maîtres et devient, avec Quine, l’un de leurs plus violents critiques.

  • 15 RR, 176-177.
  • 16 HC, 181. Non sans humour, Putnam rappelle que l’influence de Carnap sur lui fut telle qu’il eut d’a (...)

6Si le « robuste » réalisme scientifique adopté alors va donc de pair avec un « réalisme métaphysique » ou avec « l’idée que la manière de résoudre les problèmes philosophiques, est de cons­truire une meilleure image scientifique du monde » et que la tâche du philosophe consiste « à anticiper pour nous comment la science résoudra nos problèmes philosophiques »15, on ne s’étonnera pas que, pour Putnam et quelques autres alors, « être un réaliste », ce soit simplement « rejeter le positivisme » ou encore « l’idée que les énoncés des sciences naturelles nécessitent une réinterprétation philosophique »16.

La critique du positivisme en philosophie des mathématiques et en logique

  • 17 « Truth and necessity in mathematics », PP-1, 1.
  • 18 PL, 17, 54sq.
  • 19 HC, 175, 186.
  • 20 PP-1, viii.
  • 21 PP-1, ix.
  • 22 « Mathematics without foundations », PP-I, 43-59.
  • 23 « What is mathematical truth ? », PP-1, 60-78, p. 69-70.
  • 24 PP-1, 60, et PP-1, vii.

7À la suite de Quine, en adoptant le « principe d’indispensabilité », on peut montrer que certaines questions discréditées par les positivistes (telles que : « les nombres existent-ils ? ») ne sont pas de pseudo-questions métaphysiques17, qu’elles ont un sens et ne sont pas « linguistiquement déviantes »18. À condition « d’enrégimenter » comme il faut notre langage dans la notation quantificationnelle, on peut pratiquer une ontologie « inoffensive » qui revient moins à poser l’existence d’un monde platonicien séparé d’entités abstraites qu’à le « justifier en dernière analyse par l’utilité de ce qui est ainsi posé dans ce monde »19. Adopter une « perspective réaliste » (peut-être déconcertante, voire incompatible avec la plupart des philosophies réalistes des sciences)20, ce n’est donc pas choisir entre platonisme et nominalisme21, ni s’occuper de la question des « fondements des mathématiques », qui n’a pas grand sens22. C’est s’intéresser, comme Kreisel l’a montré, à l’objectivité, en s’aidant de « l’élégante formulation » donnée par Michael Dummett du réalisme, qui n’oblige pas du tout à « s’engager envers l’existence d’objets mathématiques » : un réaliste (relativement à une théorie ou à un discours donné) est quelqu’un qui soutient (1) que les phrases de cette théorie ou de ce discours sont vraies ou fausses, et (2) que ce qui les rend vraies ou fausses est quelque chose d’extérieur23. Ainsi, contre le vérificationnisme positiviste, « les éléments de la science sont soit vrais soit faux (même s’il arrive souvent que nous ne sachions pas quel est le cas) » et contre l’opérationnalisme et le conventionnalisme positivistes, « leur vérité ou fausseté ne consiste pas dans le fait d’être des manières extrêmement dérivées de décrire des régularités dans l’expérience humaine »24.

8Ainsi défini, le réalisme sera sans réserve et unifié.

  • 25 PP-1, 74.

Il n’est pas possible d’être réaliste relativement à une théorie physique et nominaliste relativement à une théorie mathématique25.

  • 26 Cf. « On properties », PP-1, 305-322 ; « An examination of Grünbaum’s philosophy of geometry », PP- (...)

Un réaliste cohérent doit l’être non seulement relativement à l’existence des objets matériels, au sens usuel, mais aussi relativement à l’objectivité de la nécessité mathématique et de la possibilité mathématique (ou, ce qui est équivalent, de l’existence des objets mathématiques) et aux entités qui ne sont ni des objets matériels ni des objets mathématiques, en particulier les champs et les grandeurs physiques26.

  • 27 PP-1, 74.

[Car] une interprétation raisonnable de l’application des mathématiques au monde physique exige une interprétation réaliste 27.

  • 28 PL, 36.

En réalité, les restrictions du nominalisme sont aussi désastreuses pour les sciences empiriques que pour les sciences formelles ; ce n’est pas seulement les « mathématiques », mais aussi la physique que nous devrions alors abandonner28.

  • 29 PL, 37sq.
  • 30 PL, 43.

Dans Philosophie de la logique, Putnam prend l’exemple de la loi newtonienne de la gravitation29 et montre qu’elle « transcende tout à fait ce qui peut être exprimé en langage nominaliste ». Pour dire que cette loi est vraie, il faut non seulement quantifier sur des entités telles que forces, masses, distances, mais, si l’on veut que « la mesure » ait un sens30, accepter des notions telles que celles de fonction et de nombre réel.

9Mais être réaliste, c’est avoir aussi un nouveau regard sur les concepts d’a priori et d’analytique, et sur la logique et les mathématiques, conçues désormais comme des sciences empiriques.

  • 31 Voir « It ain’t necessarily so », PP-1, 237-249 ; et aussi « The analytic and the synthetic », PP-2 (...)

10Sa réflexion sur l’histoire de la géométrie montre à Putnam que l’a priori ne peut être entendu en un sens « absolu »31, i.e. indépendamment du corps de connaissances dans lequel il s’inscrit :

  • 32 PP-1, ix.

Que les axiomes de la géométrie d’Euclide impliquent des énoncés tels que « On ne peut revenir au même endroit en se déplaçant en ligne droite » est certes une vérité nécessaire ; mais il y a toute la différence au monde entre dire que cet énoncé serait vrai si l’espace était euclidien, et dire que l’énoncé est nécessairement vrai32.

  • 33 Le deuxième principe clé de Carnap est, en effet, que « les théorèmes des sciences formelles sont a (...)
  • 34 PP-1, x.

Ce qui donne l’illusion que les axiomes de la géométrie sont a priori et analytiques33, c’est, d’une part, qu’on omet de voir en la géométrie euclidienne une théorie de l’espace physique, une théorie sur le monde (donc synthétique), qui n’avait le statut de paradigme absolu que parce qu’on n’avait pas encore conçu un autre paradigme ; et c’est, d’autre part, qu’on se trompe sur le sens des entités physiques ; or celles-ci ne sont pas littéralement définies opérationnellement, comme le veut l’imagerie positiviste : elles sont en un sens très compliqué « définies » par des systèmes de lois34.

  • 35 PP-1, vii.
  • 36 PP-1, xi.
  • 37 Voir « Is Logic empirical ? » (1968), repris sous le titre : « The Logic of Quantum Mechanics », PP (...)
  • 38 Putnam reviendra par la suite sur ce point. Sur les difficultés techniques que cela pose, voir l’im (...)

11Il faut donc rejeter l’idée que les « énoncés factuels » sont tous et toujours « empiriques », susceptibles de test expérimental ou observationnel35, et revenir sur la distinction exagérée entre mathématiques et sciences empiriques. Certes, les mathématiques ne sont pas une science expérimentale ; elles sont plus a priori que la physique (non que « ses théorèmes soient des conventions ou des règles de langage, qui, par conséquent, ne disent rien »). Mais il y a bien en mathématiques « un mélange de postulation, de test quasi empirique et de révolution conceptuelle conduisant à la formation de paradigmes contextuellement a priori »36. Il faut en dire autant de la logique, et en tirer les conséquences. Rien en mathématiques ni en logique n’est en droit non révisable. Convaincu du reste par le physicien David Finkelstein que la meilleure interprétation de la mécanique quantique implique (comme l’avait avancé von Neumann) l’abandon d’une loi logique traditionnelle, la loi distributive de la logique propositionnelle37, Putnam soutient que, de même que la géométrie euclidienne a été remplacée par la relativité générale (on a montré qu’elle était empiriquement fausse), de même, la logique aristotélicienne s’est révélée empiriquement fausse et semblablement balayée par la mécanique quantique38.

  • 39 « The analytic and the synthetic », 1962, PP-2, 33-69.
  • 40 PP-2, 34.
  • 41 PP-2, 68.
  • 42 PP-2, 69.
  • 43 Cf. l’analyse de P. Jacob, 1980b, p. 205-207.

12Mais les choses sont plus complexes, comme en témoigne l’analyse de la distinction analytique-synthétique39. Car, s’il suit le rejet quinien, Putnam admet l’existence d’une classe « triviale » d’énoncés analytiques40 : certes, si un terme est pris dans une famille de lois (comme c’est le cas des concepts de la physique), aucun des énoncés dans lesquels il figure n’est analytique. Mais le terme « célibataire » dans la phrase (a) « aucun célibataire n’est marié » semble bien analytique (i.e. invérifiable et irréfutable)41, puisqu’il semble n’avoir à première vue aucun lien systématique avec une famille de lois, et qu’on peut raisonnablement prédire qu’il en sera toujours ainsi. Sans avoir pour autant de preuves décisives, on prend donc appui sur les connaissances dont on dispose, qui donnent des « raisons » de dire que, sauf à adopter une nouvelle « définition » du mot célibataire, on ne rencontrera aucun « fait expérimental » conduisant à changer d’opinion sur la valeur de vérité de cette phrase. Partant, on peut sans remords qualifier (a) d’« analytique », et la traiter au fond comme un point inamovible de notre langage. « Les énoncés analytiques sont des énoncés que nous acceptons tous et pour lesquels nous ne donnons pas de raisons42. » Toutefois, que (a) soit analytique est désormais une assertion elle-même réfutable, qui serait par exemple réfutée si l’on découvrait qu’une loi scientifique s’applique à tous les célibataires et à eux seuls : qu’ils souffrent par exemple d’une névrose de frustration sexuelle qui leur est propre. Prédire que (a) est analytique, c’est donc faire un pari sur l’avenir de la science, pari à la fois « rationnel » et révisable43.

  • 44 On retrouve cette idée de façon constante : « L’argument positif en faveur du réalisme est que c’es (...)
  • 45 « What is mathematical truth ? », PP-1, 61.

13Comme on le voit, ce qui caractérise l’attitude réaliste est déjà lié chez Putnam à ce qui va constituer un élément clé de son pragmatisme : une certaine idée de la rationalité. D’une part, en effet, affirmer que logique et mathématiques sont proches de la connaissance empirique, c’est dire que « le critère de la vérité en mathématiques, juste autant qu’en physique, c’est le succès de nos idées en pratique »44, et que « la connaissance mathématique est corrigible et non absolue »45 ; mais c’est aussi prendre au sérieux le fait qu’on ne peut s’empêcher de voir une distinction, quel que soit par ailleurs le bien-fondé des arguments démontrant le contraire, et qu’il faut donc ici aussi se demander :

  • 46 « The analytic and the synthetic », PP-2, 35-36.

Qu’est-ce qui se passe dans un énoncé quand il est analytique ? Qu’est-ce que les gens font avec ? […] À quoi cela sert-il d’avoir une distinction ? Que fait-on de ces énoncés ainsi délimités ? […] Le vrai problème n’est pas de décrire le jeu de langage que nous jouons avec des mots tels que “signification” et “compréhension”, mais de répondre à la question plus profonde : « À quoi rime le jeu46 ? »

Le rejet du positivisme en philosophie des sciences

14Mais il faut aussi revenir sur la distinction entre termes observationnels et termes théoriques, et affirmer que les énoncés de la science sont soit vrais soit faux (et pas seulement confirmés ou non).

15Pour la plupart des positivistes, en effet, un énoncé scientifique doit pouvoir s’exprimer dans un langage qui n’emploie (en plus du vocabulaire logique) que des termes observationnels comme « rouge », « touche », etc. (termes pouvant faire référence à des « expériences subjectives » [des sense-data] plutôt qu’à des objets physiques). La science n’est dès lors rien d’autre qu’un dispositif permettant de prédire des régularités dans le comportement de ces « observables », les inobservables (les microbes, par exemple) n’étant que des « constructions » introduites pour nous aider à prédire le comportement des observables.

  • 47 In Jacob, 1980a, 221-238 et 307-330 – au même moment, comme il le rappelle (HC, 182), que le philos (...)
  • 48 « Ce que les théories ne sont pas », in Jacob, 1980a, p. 223.
  • 49 Id., p. 225.
  • 50 Id., p. 223.
  • 51 Id., p. 225.
  • 52 Id., p. 227.
  • 53 Id., p. 227.
  • 54 Id., p. 221.

16Contre l’« idéalisme berkeleyen » qu’il voit ainsi se profiler, Putnam réagit dans « Ce que les théories ne sont pas » et dans « Explication et Référence »47. Dans le premier texte, il montre que la dichotomie positiviste entre « observationnel » et « théorique » « n’a pas les reins bien solides »48. (1) Si un terme observationnel ne peut s’appliquer à une entité non observable, autant dire qu’il n’y en a aucun. Qui ne voit en effet que, dans l’histoire des sciences, les termes dénotant des entités non observables ont toujours été expliqués à l’aide de locutions déjà disponibles et dénotant aussi des entités non observables ? Même un enfant de trois ans est capable de comprendre une histoire de « gens trop petits pour qu’on puisse les voir ». Or pas un seul terme théorique n’est intervenu dans cette expression49. (2) Maints termes dénotant principalement ce que Carnap rangerait parmi les « entités non observables » ne sont pas des termes théoriques. De plus, il existe certains termes théoriques qui dénotent principalement des entités observables. (3) Des comptes rendus observationnels peuvent contenir et contiennent souvent des termes théoriques. (4) Une théorie scientifique peut ne dénoter que des entités observables (par ex. la théorie darwinienne de l’évolution, lors de sa formulation originelle)50. 5) Enfin, il n’existe pas un seul terme dont il soit vrai de dire qu’il ne pourrait pas être utilisé (sans changer ou étendre sa signification) pour dénoter des entités non observables. « Rouge », par exemple, « fut utilisé par Newton, lorsqu’il postula que la lumière rouge est formée de corpuscules rouges »51. De même on n’a aucune peine à montrer que les énoncés observationnels peuvent contenir des termes théoriques, ou à imaginer une situation où l’on aurait la phrase suivante : « Nous avons ainsi observé la création de deux paires d’électron-positron »52. Sans nier qu’on ait besoin d’une notion comme celle de « compte rendu observationnel », Putnam nie « qu’on puisse tracer une ligne de démarcation entre les comptes rendus observationnels et les énoncés théoriques »53, et conclut qu’il faut renoncer à se représenter les théories comme des « calculs partiellement interprétés » dans lesquels seuls « les termes observationnels sont directement interprétés » (les termes théoriques étant seulement « partiellement interprétés » ou, comme le disent même certains, « partiellement compris »)54.

  • 55 HC, 182-183.

17Mais l’on doit pouvoir dire aussi des énoncés de la science qu’ils sont vrais ou faux. Or pour les positivistes, comme le notent Putnam et Smart, « seule la science formalisée dans son ensemble a un contenu empirique » 55.

  • 56 HC, 182.

Il peut donc fort bien se faire qu’un énoncé scientifique individuel, S, soit en lui-même vide de contenu empirique, au sens où cela ne changerait rien dans nos prédictions (étant donné le corps des énoncés acceptés) que nous acceptions S ou que nous acceptions sa négation. Par exemple, il se peut que la théorie scientifique d’une époque donnée, en 1970 par exemple, soit telle qu’en lui associant, soit l’énoncé que la température en un certain endroit du soleil est A, soit l’énoncé que la température en ce lieu est B (A et B étant des températures très différentes), il n’en résulte aucune nouvelle prédiction. […] Ces deux énoncés seraient tout simplement dénués de valeur de vérité, donc ni vrais ni faux56.

Or supposons que, quelques années plus tard, la théorie scientifique change : ces énoncés deviennent testables et ont désormais des valeurs de vérité, deviennent vrais ou faux au vu des nouvelles observations.

18On sait qu’à l’objection selon laquelle un même énoncé ne peut à la fois posséder et ne pas posséder de valeur de vérité, les positivistes ont une parade : « ce n’est pas tout à fait le même énoncé », le changement dans la théorie a changé la signification du terme « température ». Mais c’est précisément à cette idée, qui selon lui « fait violence à toutes celles que nous pouvons avoir sur l’identité et le changement de signification », que Putnam s’attaque dans « Explication et Référence », en en dégageant les deux difficultés majeures : si chaque nouvelle théorie sur les atomes, les gènes, la sclérose en plaques ou le virus du sida doit changer la signification même de ces termes, alors l’idée même d’en « apprendre plus » sur les atomes, les gènes ou le sida devient impensable. Toute théorie qui prétend accroître notre connaissance est bien une découverte sur quelque chose dont nous n’avons jamais parlé ou à quoi nous n’avions jamais pensé.

19Ensuite, puisque les termes observationnels sont eux-mêmes chargés de théorie, ils devraient eux aussi changer de signification au gré des changements de théorie ; on serait alors conduit à la conclusion kuhnienne que des théories scientifiques différentes ont une signification incommensurable : c’est rendre inintelligible le simple fait de pouvoir comprendre les théories scientifiques antérieures.

20De ces analyses, Putnam tire un réalisme sans compromis : la référence des termes théoriques est fixée indépendamment des théories dans lesquelles ils figurent. Les changements intervenant dans la théorie n’entraînent donc pas ipso facto de changement d’ontologie : les sciences décrivent une réalité indépendante de nous, et le changement de sens des termes théoriques (comme « masse » dans la théorie newtonienne et dans la théorie de la relativité) n’implique pas que l’on cesse de parler d’une seule et même réalité au-delà de nos théories.

  • 57 « Explication et référence », in Jacob, 1980a, p. 308.

À quelques exceptions près (comme Paul Feyerabend), les réalistes pensent que les théories scientifiques successives portent sur les mêmes choses : sur la chaleur, sur l’électricité, sur les électrons, et ainsi de suite. Ce qui implique qu’on donne aux termes comme « électricité » le statut de termes trans-théoriques (pour utiliser le nom que leur a donné Dudley Shapere), à savoir des termes ayant la même référence dans des théories différentes57.

  • 58 Aussi la lecture du volume 1 des Philosophical Papers suppose-t-elle celle des textes (plus directe (...)

Autant dire que les analyses menées au cours de la même période, en philosophie du langage, sur la signification et la référence ne sont pas sans rapport avec le réalisme défendu en philosophie des sciences58.

L’anti-vérificationnisme en philosophie du langage. La théorie causale de la référence59

  • 59 Cf. « Explication et référence », in Jacob, 1980a, 310-321 ; « Some issues in the theory of grammar (...)
  • 60 PP-2, viii.

21De même que l’introduction au volume 1 des Philosophical Papers revendiquait la perspective réaliste, l’introduction au volume 2 dit bien qu’il s’agit de défendre une « théorie non vérificationniste de la signification» et de critiquer toute philosophie « vérificationniste » de l’esprit60.

  • 61 PP-2, vii. Selon Putnam, Peirce, pour qui le sens d’un « concept intellectuel » est identique à « l (...)

22La conception positiviste de la signification est, en effet, confuse : si on identifie la signification (meaning) avec les preuves empiriques (evidence)61, et si, de surcroît, on soutient que ce qui constitue la preuve d’un énoncé est fonction de la théorie totale dans laquelle il se trouve, alors tout changement significatif dans la théorie devient un changement dans la signification de tous les termes et énoncés constituants de la théorie. Peirce, note Putnam, a vu la difficulté et admis que seul un changement dans l’« information » dont quelqu’un dispose est un changement dans « la signification de ses mots ». Mais la distinction entre la signification des mots de quelqu’un et ce qu’il croit des faits, la distinction entre le désaccord sur le sens des mots et le désaccord sur les faits est précisément centrale à tout concept de signification linguistique. Peut-être vaut-il donc mieux, comme le suggère Quine, renoncer une fois pour toutes à la notion de signification ?

  • 62 PP-2, ix-x.

23C’est ce que fait, dans un premier temps, Putnam : quels que soient en effet les changements pouvant intervenir, par exemple, dans notre théorie de la charge électrique, il y a un élément dans la signification du terme « charge électrique » qui, lui, n’a pas changé, et c’est la référence. La « charge électrique » fait référence à la même grandeur même si notre théorie de cette grandeur a énormément changé. Il faut donc commencer par substituer au problème de la signification celui de la référence62, puis réfléchir sur ce qui peut bien « fixer » cette dernière.

24Dès 1962, dans « Dreaming and “depth grammar” », Putnam refuse de définir un nom général par tels ou tels critères a priori, censés être nécessaires et suffisants. Soit l’exemple de la sclérose en plaques :

  • 63 PP-2, 310-311.

Ce que nous aimerions pouvoir dire, c’est qu’il y a (présumons-nous) dans le monde quelque chose – disons, un virus – qui cause normalement tels ou tels symptômes. Peut-être d’autres maladies produisent-elles à l’occasion (rarement) ces mêmes symptômes chez quelques patients. Lorsqu’un patient a ces symptômes, nous disons qu’il a la « sclérose en plaques » – mais, bien sûr, nous sommes prêts à dire que nous nous trompons, si l’étiologie se révèle avoir été anormale. Et nous sommes prêts à classifier des maladies comme des cas de sclérose en plaques, même si les symptômes sont relativement déviants, s’il s’avère que la condition sous-jacente était le virus qui cause la sclérose en plaques, et que la déviance dans les symptômes était, par exemple, une variation aléatoire. Selon cette conception, la question intéressante n’est pas, pourrait-on dire, l’« extension » du terme « sclérose en plaques », mais qu’est-ce qui, si c’est le cas, répond à notre notion de sclérose en plaques. Lorsque nous saurons ce qui répond à nos critères (plus ou moins parfaitement), c’est cela – quoi que ce soit – qui sera l’« extension » de « sclérose en plaques63.

  • 64 PP-3, 71sq.

25Commentant ce texte dans « Reference and Truth »64, Putnam rappelle qu’on y trouve l’une des idées centrales de la « nouvelle théorie de la référence » :

  • 65 C’est la position adoptée par exemple dans « The analytic and the synthetic », PP-2, 33-69.

L’extension de certaines sortes de termes (des termes d’espèces naturelles, c’est-à-dire des noms affectés à des choses telles que les substances naturelles, les espèces, les grandeurs physiques) n’est pas fixée par une série de « critères » posés à l’avance, mais est, en partie, fixée par le monde, c’est-à-dire, par un réseau de lois65.

  • 66 PP-3, 71.

Il y a des lois objectives auxquelles obéissent la sclérose en plaques, l’or, les chevaux, l’électricité ; et ce qu’il est rationnel d’inclure dans ces classes dépendra de ce que se révèlent être ces lois66.

C’est du reste parce que l’on ne connaît pas exactement ces lois à l’avance qu’il faut laisser ouverte l’extension de ces classes.

  • 67 RHF, 186 et « Brains and Behavior », PP-2, 325-341, note de la p. 328.

26Mais ce sont dès lors aussi les paradigmes et les programmes de recherche pour trouver ces lois (ou améliorer l’exactitude de celles que nous avons) qui remplacent l’idée de conditions nécessaires et suffisantes. Dire que la référence des termes théoriques et des termes d’espèces naturelles est généralement fixée par un réseau de lois, c’est rappeler que la liaison entre le réseau et le terme théorique ou d’espèce naturelle n’est pas représentée par une définition analytique ordinaire de la forme : « x est de l’eau (ou de la sclérose en plaques, etc.) si et seulement si x obéit (ou obéit approximativement) à la plupart des lois suivantes : (liste des lois) »67.

  • 68 PP-2, 139-152.
  • 69 PP-2, 215-271. « The Meaning of “Meaning” », PP-2, 223sq. où se trouve développée la célèbre expéri (...)
  • 70 Saul Kripke, La logique des noms propres, traduit par P. Jacob et F. Récanati, Paris, Minuit, 1982. (...)
  • 71 RHF, 187.
  • 72 « Reference and Truth », PP-3, 73.
  • 73 PP-3, 73.

27Dans « Is Semantics Possible ? »68, puis dans « The Meaning of “Meaning” »69, Putnam va bientôt détailler sa position, parvenant ainsi, indépendamment de Saul Kripke, à des analyses proches de celles que propose ce dernier dans « Identity and Necessity » et « Naming and Necessity » (1971)70. Lorsque nous pensons à de « l’eau », nous pensons bien à des lois que nous connaissons. Mais, si nous devions partir pour une autre planète (Terre Jumelle), identique à la nôtre en tous points (ses paysages, ses habitants qui parleraient la même langue que nous, etc.) à l’exception d’un seul : le liquide que les Terre-Jumelliens appellent « eau » a une autre composition chimique (XYZ) que la nôtre (H2O), « nous ne pourrions déterminer une fois pour toutes si tel liquide qui remplit les lacs et les rivières sur cette planète est de l’eau, en nous contentant de demander s’il obéit (ou obéit approximati­vement) ou pas à ces lois, ou s’il possède ces caractéristiques observables. Ce qui règlerait en définitive la question, ce serait de savoir s’il possède la composition chimique – que nous connaissions cette composition chimique ou pas, qu’il obéisse à ces lois ou pas, que nous les connaissions toutes ou pas – que possède et auxquelles obéit la matière que, sur cette Terre, nous appelons “eau” »71. L’usage d’un mot comme « eau » ou « or » dépend donc « de notre possession de paradigmes, d’exemples standards qu’on s’est accordé à reconnaître comme des modèles de l’espèce. Assurément, certains d’entre eux peuvent, au fil de la recherche, se révéler différer en nature de la plupart des autres ; auquel cas ils ne comptent plus comme des paradigmes. Mais ce qui fait que quelque chose est de l’or, c’est qu’il est de même nature que les paradigmes ou, dans la théorie physique courante, qu’il a la même composition puisque c’est la composition atomique qui détermine le comportement nomologique d’une substance »72. Un citron est ce qu’il est, parce qu’il a la même nature (le même ADN) que des citrons paradigmes, et non pas parce qu’il obéit à un ensemble de critères (couleur jaune, peau épaisse, goût de tarte…) posés à l’avance. « Les espèces naturelles n’ont pas de définitions analytiques73. »

  • 74 PP-3, 73.

28Comme dans la théorie kripkéenne des noms propres, ce sont donc des choses données existentiellement, et non par des critères, qui contribuent à fixer la référence. Les choses réelles, quelle que soit leur description, qui ont joué un certain rôle causal dans notre acquisition et notre usage des termes, déterminent ce à quoi les termes font référence. Un terme réfère à quelque chose s’il est dans la bonne relation – continuité causale avec la personne ou la chose originellement « baptisée » avec le nom, pour les noms propres ; identité de « nature », pour les termes d’espèces74.

  • 75 La nature de quelque chose peut donc déterminer la référence d’un terme avant même que cette nature (...)
  • 76 Voir aussi RR, 66sq.

29C’est donc l’évolution de nos théories sur la nature des personnes et des espèces, et non des critères a priori, qui permet d’indiquer la bonne continuité causale75, ce que veut dire « partager une nature ». Ainsi, une fois qu’on a découvert que l’eau est H2O, on ne peut plus appeler « eau » des substances dont la composition chimique est différente, même si elles ressemblent superficiellement à de l’eau76.

  • 77 PP-3, 74. En abandonnant le réalisme métaphysique, Putnam cherchera à minimiser tout ce qui peut, d (...)
  • 78 Dès 1966, Putnam a des doutes sur le programme mentaliste de ses collègues du MIT et sur l’idée imp (...)
  • 79 RTH, 33.
  • 80 RTH, 29 ; cf. RR, 59sq.

30En niant que les noms propres et les termes d’espèces naturelles soient synonymes de descriptions définies ou se réduisent à des conjonctions de critères, la théorie réhabilite donc, en un sens, l’idée que les choses et les espèces ont des « essences » : qu’elles doivent avoir certaines caractéristiques pour être les choses (ou la sorte de choses) qu’elles sont. Mais elle « libère » cette notion de ses liens avec une épistémologie aprioriste77. Elle rompt aussi avec la conception traditionnelle qui veut que la signification soit donnée par des « représentations mentales » ou par des « concepts » : « Les significations ne sont pas dans la tête78. » Nous croyons à tort que ce qui se passe dans notre tête détermine ce que nous voulons dire et ce que désignent nos mots. Des indexicaux ordinaires (je, ici, maintenant) en sont des contre-exemples : je me trouve peut-être dans le même état mental que mon frère jumeau Henri lorsque je pense : « Je suis en retard à mon travail », mais c’est moi que désigne l’occurrence du mot « je » qui accompagne mes pensées, et Henri, l’occurrence du mot « je » qui accompagne les siennes. Je me trouve peut-être dans le même état mental lorsque mardi je pense : « Je suis en retard » et lorsque mercredi je pense : « Je suis en retard » ; mais, dans chaque cas, le verbe « être » désigne un temps différent79. Supposons encore que ni vous ni moi ne sachions distinguer un orme d’un hêtre. Nous dirons quand même que la référence de « orme » dans mon parler est la même que dans le parler de tout un chacun, i.e. l’ensemble des ormes, et que, dans votre parler comme dans le mien, l’extension du mot « hêtre » est l’ensemble de tous les hêtres (i.e. l’ensemble des choses dont le mot « hêtre » peut être prédiqué véridiquement). Est-il vraiment plausible de prétendre que cette différence dans nos référents d’« orme » et de « hêtre » résulte d’une différence dans nos concepts80 ?

  • 81 PP-2, 227sq. ; RTH, 29sq. ; RR, 53sq. Dans RR, pour contrer encore plus la thèse fodorienne de l’in (...)

31Un autre trait important de la théorie ressort déjà (souligné à la fois par Kripke et par Putnam) : la référence est déterminée socialement, et non pas individuellement. Pour savoir si quelque chose est ou non de l’or, un locuteur peut avoir besoin de consulter un expert qui connaît mieux que le premier venu la nature de l’or. La fixation de la référence exige donc une chaîne de transmissions historiques (Kripke), ou tout simplement une forme de coopération sociale (ce que Putnam va appeler « la division linguistique du travail »)81.

Le réalisme scientifique et l’hypothèse fonctionnaliste en philosophie de l’esprit

  • 82 HC, 195-196.
  • 83 HC, 186.
  • 84 RR, 29sq. « La force du “mentalisme” (inhérent au programme de Chomsky, de Fodor et, jusqu’à un cer (...)

32S’il s’agit bien d’abord dans les années 1960 de critiquer le positivisme, et si les thèses défendues dès 1966-1967 en philosophie du langage et de l’esprit ne sont pas issues du « réalisme scientifique », mais plutôt déjà d’une réaction négative aux thèses que Putnam avait soutenues lors de son séjour au MIT82, les thèses en question, en l’occurrence l’hypothèse fonctionnaliste, procèdent bien sinon d’un « panscientisme » (tous les problèmes philosophiques sont destinés à être un jour résolus par la science), du moins du désir général de voir comment les sciences de la nature pourraient résoudre certains problèmes philosophiques. En fondant le programme de recherche, en relation avec Judith Jarvis Thompson, Jerry Fodor et Jerrold Katz (proches de Chomsky), il s’agit bien dans l’esprit de Putnam et de chacun – l’influence de Quine sur le groupe est là encore présente – de tenter de résoudre les problèmes de la philosophie de l’esprit et du langage à partir d’une modélisation informatique de l’esprit, de la grammaire générative et de la « sémantique », « ou, du moins, de les reformuler comme des problèmes directement scientifiques »83. Putnam le redira dans Représentation et réalité, soulignant du reste les espoirs « humanistes » suscités par ce projet84.

  • 85 Les fonctions récursives sont une classe de fonctions qui, conformément à une thèse due à Church et (...)
  • 86 HC, 180.

33À peu près au même moment où il critique les dichotomies positivistes, Putnam poursuit donc ses travaux, dans ses cours de logique mathématique, sur le concept de « machine de Turing » et sur la théorie de la calculabilité. C’est aussi l’époque où Noam Chomsky et Paul Ziff publient respectivement Structures syntaxiques (1957) et Semantic Analysis (1960). L’image chomskienne d’un langage comme système « récursif » (un système de structures dont un ordinateur est capable en principe de donner la liste)85fait désormais partie du vocabulaire, de même que l’image, due à Ziff, des significations comme système récursif de conditions associées aux phrases du langage86.

  • 87 PP-2, 362-385. Outre ce texte, pour mieux se faire une idée du « fonctionnalisme » de Putnam (parfo (...)
  • 88 RR, 15. Même quand il renoncera au fonctionnalisme, Putnam ne retombera pas dans l’erreur « de rame (...)
  • 89 Putnam renoncera à cette hypothèse, cf. ici le chapitre 2 « Vers le réalisme interne ou pragamtique (...)

34En présentant à ses étudiants le concept de « machine de Turing », quelque chose frappe Putnam : dans les travaux de Turing, comme dans la théorie contemporaine de la calcula­bilité, les « états » de la machine sont décrits d’une manière très différente de celle à laquelle on est habitué en physique. L’état d’une machine de Turing est identifié par son rôle dans certains états computationnels, indépendamment de la manière dont elle est physiquement réalisée. Un ordinateur, un humain travaillant avec du papier et un crayon, une machine à calculer mécanique du genre de celles qu’on construisait au xixe siècle, tous peuvent être dans le même état computationnel relativement au calcul particulier qu’ils exécutent, sans être dans le même état physique. Putnam applique alors les images suggérées par la théorie de la calculabilité à la philosophie de l’esprit et, dans une (désormais célèbre) conférence en 1960 « Minds and Machines »87, il émet une hypothèse qui sera très influente : le fonctionnalisme, dont Putnam dit qu’elle fut « une réaction à l’idée que notre matière est plus importante que notre fonction », que notre quoi est plus important que notre comment88. D’après ce modèle, les états mentaux d’un être humain (« croire que p », « désirer que p », etc.) ne sont que des états « computationnels » du cerveau. Se représenter correctement ce dernier, c’est se le représenter comme un ordinateur digital. Notre psychologie doit être décrite comme le logiciel de cet ordinateur, son « organisation fonctionnelle ». Pour comprendre les états mentaux (dans la psychologie scientifique), il faut simplement s’abstraire des détails de la neurologie, tout comme on fait abstraction des détails du matériel (le hardware) quand on programme ou utilise des ordinateurs, et décrire les états mentaux dans les termes des calculs où ils sont impliqués ; bref, considérer les états mentaux comme des logiciels (software). Un mot, une machine (un robot), une créature composée de silicium et un esprit désincarné peuvent tous marcher de la même manière, à condition d’être décrits au niveau d’abstraction qui convient89.

Vers le réalisme métaphysique

  • 90 Cf. « Language and reality », PP-2, 272-290.
  • 91 « Convention : a theme in philosophy », PP-3, 170-183 ; « Beyond Historicism », PP-3, 1983, 287-303

35On comprend mieux, dès lors, pourquoi le réalisme pouvait prendre des allures « métaphysiques ». Non pas au sens de l’« engagement ontologique » interprété au sens quinien, mais dans une certaine manière de comprendre les relations entre les mots et le monde (déjà en germe dans la théorie causale de la référence) comme une forme de correspondance unique90. Car quelle est, dans tout cela, « la position épistémologique du philosophe » ? Comment notamment tenir compte de l’évolution de la rationalité dans l’histoire – question à laquelle Putnam devient de plus en plus sensible91 – et, par ailleurs, comment le langage s’accroche-t-il au monde ?

  • 92 On suit ici la présentation de Putnam dans HC, 196-198.

36C’est surtout cette dernière interrogation – liée une fois encore à un problème mis en évidence par Quine : comment (ou simplement : si) les mots peuvent avoir une référence déterminée ? – qui va vraiment, à partir de 1972, creuser la brèche déjà ouverte dans le réalisme scientifique. Quel est en effet le problème92 ? Pour quelqu’un qui, comme Putnam, souscrit alors à un modèle computationnel de l’esprit :

  • 93 HC, 197.

Voir et entendre des événements dans le monde, c’est avoir certains sense-data visuels ou auditifs produits dans notre esprit/cerveau. Ces sense-data sont ce que l’esprit/cerveau traite cognitivement. Les relations entre les tables et les chaises que nous percevons et les sense-data se ramènent simplement à des impacts causaux sur la rétine et sur le tympan, et à des signaux causaux venus de la rétine et du tympan vers les objets de la perception. Nos sense-data sont, en quelque sorte, l’interface entre nos processus cognitifs et le monde. (Tel est ce que devient l’image cartésienne de l’esprit quand l’esprit est identifié au cerveau.) La possibilité de soutenir que ce que dont nous sommes immédiatement conscients dans la perception véridique, ce sont des propriétés authentiques des choses extérieures, et non des « représentations », était quelque chose que je rejetais absolument. Selon cette image néo-cartésienne de l’esprit, savoir comment l’esprit (conçu comme un ordinateur) peut bien connaître les « expériences subjectives » (les sense-data) n’avait rien d’un problème, puisque celles-ci étaient pensées comme des événements à l’intérieur de l’ordinateur lui-même et, par là même, « disponibles » pour l’ordinateur. Mais qu’est-ce que cela signifie de dire que ces expériences « représentent » des objets à l’extérieur de l’esprit/ordinateur ? […] Sans doute peut-on comprendre comment l’esprit, conçu comme un ordinateur, peut « comprendre » une théorie scientifique, en d’autres termes, sait l’utiliser comme un instrument de prédiction ; mais comment peut-il comprendre une théorie scientifique « de façon réaliste », comprendre que des termes comme « atome » et « microbe » font référence à des choses réelles – question que je posais depuis mon essai « Ce que les théories ne sont pas »93 ?

  • 94 PP-3, viii-ix.
  • 95 DL, 459.
  • 96 HC, 198.

37Or le problème ne vient pas de ce que l’on accepte telle théorie (humienne, gestaltiste, ou fonctionnaliste) des phénomènes mentaux. Quelle que soit la théorie, elle ne peut expliquer comment se fixe la correspondance entre un mot ou une « représentation » et quelque chose d’extérieur à l’esprit (ou au cerveau). Peut-on donc raisonnablement continuer à soutenir ce qui est pourtant au cœur de la position réaliste, à savoir que « nos mots “correspondent” à des objets déterminés, étant entendu que par “objet” on entend : possédant une référence déterminée qui est indépendante du schème conceptuel94 ?» C’est ainsi, dit Putnam dans les Dewey Lectures, qu’il en était venu à se débattre dans des antinomies désespérées95. En effet, « le réalisme scientifique semble davantage exacerber que résoudre ces problèmes profonds parce que, pour les réalistes scientifiques, il n’y a que deux possibilités : soit réduire la référence à des notions employées dans les sciences physiques, ce qui paraît impossible ; soit dire (avec Quine) que l’existence d’une relation déterminée de référence est une illusion »96.

  • 97 Cf. « Why there isn’t a ready-made world », PP-3, 205-228.

38Or Putnam refuse ces deux réponses. La première, parce qu’une réponse de type causaliste ne fait qu’aiguiser le problème97.

  • 98 PP-3, vii

Prétendre que la référence est fixée par la causalité elle-même, c’est prendre la position que l’on occupe pour la position absolue. C’est ensuite revenir à un essentialisme médiéval, à l’idée que la nature elle-même détermine ce pour quoi nos mots sont mis, qu’une relation-signe est inscrite dans la nature, retomber dans les espèces thomistes et autres. Dans le contexte du xxe siècle, dire d’un ton pénétré « je crois que les connexions causales déterminent ce à quoi nos mots correspondent », c’est seulement dire que l’on croit en un je ne sais quoi qui résout notre problème on ne sait comment98.

  • 99 PP-3, 1-25.
  • 100 MMS, 123-140.
  • 101 DL, 457.
  • 102 Un système est isomorphe à un autre s’il y a une correspondance bi-univoque entre ses propriétés et (...)
  • 103 DL, 459. Outre les formulations de l’argument modèle-théorique que l’on doit à Putnam (par ex. la p (...)

39Dans « Models and Reality »99, puis dans « Realism and Reason »100 – premiers textes où il dit prendre vraiment conscience de la « profondeur » du problème du réalisme101 –, Putnam entreprend moins de « résoudre » le problème (comment est « fixée » la référence ?) que d’en vérifier l’existence. Ce qui l’y conduit, c’est le « paradoxe de Skolem-Löwenheim » en philosophie des mathématiques, qui veut que toute théorie consistante a un nombre considérable d’interprétations différentes possibles, y compris des interprétations non isomorphes102 ; ainsi, la totalité des vérités relatives aux « objets mathématiques » exprimables dans le langage des mathématiques ne peut fixer quels sont les objets auxquels on fait référence, même pas de façon isomorphe103. Admettant qu’il est possible d’appliquer ces résultats au langage, Putnam démontre que, quelles que soient les contraintes opérationnelles et théoriques que notre pratique peut imposer à notre usage d’un langage, il y a toujours toutes sortes de relations de référence infiniment nombreuses (des relations de « satisfaction » différentes, au sens de la sémantique formelle, ou différentes « correspondances ») qui satisfont toutes les contraintes.

  • 104 PP-3, ix-x ; WL, 352-354.

S’il y a une correspondance entre les termes d’un langage et les choses du monde (à savoir, la relation de référence que nous sommes tous censés avoir dans l’esprit), alors il y en a une infinité qui rendent les mêmes phrases vraies (et pas seulement dans le monde réel, mais dans tous les mondes possibles)104.

Il s’ensuit immédiatement que

  • 105 HC, 198.

s’il y a un fait décisif (a fact of the matter) permettant de dire quelle correspondance est la relation de « référence » entre les mots de ma théorie et tels ou tels éléments du monde, ce fait ne peut être établi simplement en faisant des prédictions et en les testant. Si A et B sont deux correspondances différentes telles que cela ne ferait aucune différence quant à la vérité de n’importe quelle phrase (dans n’importe quel monde possible) que A ou B soit la relation de référence, alors il est absolument impossible qu’aucun test empirique puisse déterminer si A ou B est la « bonne » relation. L’idée même de « bonne relation » menace de devenir désespérément métaphysique105.

  • 106 WL, 354.

Si le réaliste veut être un réaliste métaphysique – s’il veut maintenir l’image de la relation de référence comme (1) unique, (2) associée à une théorie vraie unique (on notera qu’il y a deux sortes d’unicité dans le réalisme métaphysique : unicité de la théorie vraie et unicité de la relation de référence), et (3) radicalement non épistémique (au sens où même une théorie idéale peut être fausse, sous la relation de référence) –, alors il doit souligner que c’est quelque chose d’autre que des contraintes opérationnelles et théoriques qui choisit la relation de référence. Mais c’est là, comme je l’ai montré, une idée incohérente106.

40Mais Putnam n’accepte pas non plus la seconde réponse, celle de Quine : il n’y a tout bonnement pas de fait décisif permettant de dire à quoi les mots font référence (« relativité de l’ontologie »). L’accepter serait faire de la notion d’objet une notion totalement métaphysique. Or, dit Putnam :

  • 107 PP-3, xiii.

Je sais ce que sont les tables et ce que sont les chats et ce que sont les trous noirs. Mais que vais-je bien pouvoir faire de la notion d’un X qui est une table ou un chat ou un trou noir (ou le nombre trois, ou…) ? Un objet qui n’a pas du tout de propriétés en soi et qui a n’importe quelle propriété « dans un modèle » est une Ding an sich inconcevable. La doctrine de la relativité de l’ontologie évite les problèmes de la philosophie médiévale (du réalisme classique), mais pour récupérer à la place les problèmes de la métaphysique kantienne. De plus, on ne peut accepter la doctrine pour des langages autres que le mien ; la situation humaine est symétrique. Si les mots d’autres personnes n’ont pas de référence déterminée, alors les miens non plus »107.

  • 108 W. v. O. Quine, Pursuit of Truth, Harvard UP, 1990, p. 33 (La poursuite de la vérité, traduit par M (...)
  • 109 HC, 198. Si telle est la raison principale pour laquelle Putnam a commencé à s’éloigner du réalisme (...)

À en croire Quine, lorsque je pense que je fais référence à mon chat Tabitha, il n’y a pas de fait décisif qui permette de dire si mes mots désignent Tabitha ou « l’univers entier moins le chat »108. Or « il m’a toujours semblé, note Putnam, qu’une conception qui est si contraire au sentiment que nous avons d’être en contact intellectuel et perceptuel avec le monde ne peut pas être juste »109.

  • 110 PP-3, xiii.

41Il faut donc abandonner « la notion d’une correspondance particulière entre ce qui est “à l’intérieur” de l’esprit ou du cerveau (y compris le langage) et ce qui est “à l’extérieur” : elle conduit à la fiction métaphysique d’un “monde tout fait” avec des objets auto-identifiants, une structure « inscrite”, des essences ou autres » ; mais il faut aussi renoncer à « l’image modifiée de l’esprit ou du cerveau comme se contentant d’accepter tout un ensemble de correspondances différentes sans essayer d’en “fixer” une en particulier comme étant la correspondance entre mot et objet : cela conduit à la fiction métaphysique d’un monde nouménal, sans aucune relation déterminée avec le monde de notre expérience ». Tout ceci est l’indice que le problème « doit se situer à un niveau plus profond ; il doit résider dans le postulat commun à ces deux conceptions : que nous comprenons des notions telles que “fait référence à” et “correspond à” en associant ces notions à des objets platoniciens (“des correspondances”). Mais peut-on éviter ce postulat110 ? »

Le problème est isolé. Mais comment le résoudre ?

Un réalisme anti-pragmatiste donc ?

  • 111 Tiercelin, 1993a, p. 31-36.
  • 112 Tiercelin, 1993b, chap. 4.
  • 113 C. Tiercelin, « Peirce’s realistic approach to mathematics : or can one be a realist without being (...)
  • 114 Peirce, 5.503.
  • 115 Tiercelin, 1993a, 11-17.

42Au cours de ces années, le pragmatisme est sûrement, dans l’esprit de Putnam, aux antipodes du réalisme. Pourtant, un examen comparé des textes pourrait occasionner des surprises. À titre d’exemples : n’est-ce pas son fondateur, Peirce qui, loin de proposer une analyse vérificationniste de la signification prône l’irréductible indétermination de celle-ci, et refuse de réduire le sens comme la pensée à la pratique ou à l’action111 ? Ou qui souligne la nécessité d’index pour ancrer causalement nos énoncés dans une réalité que les sym­boles ne peuvent que « décrire », et celle aussi de l’information collatérale donnée par l’environnement physique et social pour « fixer » la référence de nos mots ? Qui envisage un modèle sémiotique du mental (que l’on a pu comparer au modèle fonctionnaliste) assez large et non psychologique pour rendre compte des phénomènes mentaux, sans les limiter à la seule pensée humaine112 ? Qui reprend sur d’autres bases la distinction analytique-synthétique comme celle entre mathématiques et sciences empiriques113 ? Qui envisage une révision de la logique et la possibilité d’une logique tria­dique? N’est-ce pas lui, enfin, qui considère que « jamais le pragmaticisme n’aurait pu entrer dans la tête de quelqu’un qui n’eût pas déjà été convaincu de la réalité des universaux »114 ? En vérité, rien ne ressemble peut-être plus au Put­nam de ces vingt premières années que le réaliste scientifique et métaphysicien Peirce, à une illusion près en moins : le réalisme métaphysique, que Peirce a d’emblée dénoncé pour lui opposer un réalisme scotiste115. Mais est-il dès lors si surprenant que ce soit justement par l’abandon du réalisme métaphysique que le « réaliste » Putnam s’achemine juste­ment, dans les années 1980, vers une forme de plus en plus déclarée de « pragmatisme » ?

Notes

1 W. V. O. Quine, « Two Dogmas of Empiricism », 1951 ; « Les deux dogmes de l’empirisme », in P. Jacob (éd.), 1980, p. 87-112.

2 W. V. O. Quine, « The Scope and Language of Science », 1957 ; « Le domaine et le langage de la science », in P. Jacob (éd.), 1980, p. 200-219.

3 HC, 175-176.

4 En fait, la scène intellectuelle est alors dominée encore par les discussions associées à l’essor et au déclin du pragmatisme, celles des Nouveaux Réalistes, du Réalisme Critique (conduit par Roy Wood Sellars), ou de l’idéalisme absolu (représenté par Josiah Royce). Carnap (qui n’a pas de thésard durant les dix ans passés à l’université de Chicago), Herbert Feigl au Minnesota, Hans Reichenbach à UCLA sont peu lus et quasiment pas enseignés. Même Quine, note Putnam, n’eut pas d’« alliés permanents » à la faculté avant 1948, lorsque Morton White rejoignit le département (cfHC, p. 176-177).

5 Cf. P. Engel, « Les postquiniens : réalisme et anti-réalisme », in Meyer (dir.), 1994, p. 348-368.

6 W. V. O. Quine, « The Pragmatists’ Place in Empiricism », 1975, repris in R. J. Mulvaney & P. M. Zeltner (éd.), Pragmatism, its Sources and Prospects, Univ. of South Carolina Press, 1981, p. 23-39.

7 Pour Quine, tous les problèmes philosophiques doivent être traités « de l’intérieur » des sciences de la nature : l’épistémologie elle-même est « assimilée » à la « psychologie empirique », nos informations sur le monde « se limitant à des irritations de notre surface » (id, p. 28).

8 Pour un commentaire de ce texte de Quine, cf. Cometti, 1994, p. 441-445.

9 Revue philosophique, 1878 : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet. » Sur les liens et différences entre cette maxime et le critère de vérifiabilité des positivistes, cf. Tiercelin, 1993a, p. 34-35.

10 Une analyse de la signification à partir, non pas de ce qui est « dans la tête », mais des comportements ou des dispositions à l’action.

11 Cette lecture est alors monnaie courante. Ainsi, C. G. Hempel lie vérificationnisme, opérationnalisme et pragmatisme. « Car on peut aisément faire dire à la maxime pragmatiste une différence doit faire la différence pour être une différence que toute différence verbale entre deux énoncés ne sera considérée comme une différence de signification que si elle se traduit par une différence entre leurs implications expérimentales. » (C. G. Hempel, « Les critères empiristes de la signification cognitive : problèmes et changements », in P. Jacob (éd.), 1980a, p. 61.

12 « La signification de tout concept est synonyme de l’ensemble de ses opérations. » (P. W. Bridgman, The Logic of Modern Physics, New York, The Macmillan Co, 1927, p. 5.)

13 Cf. PL, 1971, et les articles réunis dans PP-1 (pour la philosophie des mathématiques, de la logique et des sciences) et PP-2 (plus spécifiquement centrés sur la philosophie du langage et de l’esprit). Dans les textes traduits, voir aussi in P. Jacob (dir.), 1980, « Ce que les théories ne sont pas », p. 221-238 ; « Explication et référence », p. 307-330 ; (avec P. Oppenheim) : « L’unité de la science : une hypothèse de travail », p. 337-378. Et, un peu plus tardif : « Il y a au moins une vérité a priori », trad. T. Morran, Revue de métaphysique et de morale, 1979, 2, p. 195-208.

14 Cf. le deuxième chapitre de WL, « The Legacy of Positivism », 85-150 ; mais aussi sur Carnap : RR, 111-119. Quelques rappels biographiques : à l’université de Pennsylvanie où il étudie de 1944 à 1948, bien que formé par des professeurs s’inscrivant dans la tradition pragmatiste (C. West Churchman, Sidney Morgenbesser ou Morton White), Putnam est plutôt attiré par le positivisme (par la lecture de A. J. Ayer, Language, Truth and Logic). Quand il rejoint Harvard en 1948-1949 pour y étudier surtout les mathématiques et la logique mathématique, il commence à se sentir proche des réflexions de Quine sur l’ontologie, à partager son scepticisme à l’égard de la distinction analytique-synthétique, et il reste convaincu que « les grands problèmes de la philosophie se sont révélés être des pseudo-problèmes », au point d’hésiter entre la philosophie et les mathématiques (on lui doit une cinquantaine d’articles sur le sujet). C’est Reichenbach (qui refusait le qualificatif de « positiviste », associé pour lui à l’échec du phénoménisme, et se disait « empiriste logique ») qui, à UCLA entre 1949 et 1951, va diriger sa thèse sur le concept de probabilité et lui apprendre « qu’être un « philosophe analytique » ne signifie pas simplement rejeter les grands problèmes » (WL, 100). C’est à Princeton, où il restera de 1953 à 1961, dans un département réunissant Gregory Vlastos, Ledger Wood et un C. G. Hempel convaincu, dès 1955, que les attaques de Quine visant la distinction analytique-synthétique sont correctes (HC, 180), que Putnam rencontre aussi Carnap, J. C. Smart, ainsi que P. Ziff et N. Chomsky.

15 RR, 176-177.

16 HC, 181. Non sans humour, Putnam rappelle que l’influence de Carnap sur lui fut telle qu’il eut d’abord tendance, en dépit d’un séjour à Oxford en 1960, où il apprend à apprécier Austin ou Strawson, à rejeter avec mépris cette philosophie du langage ordinaire et à défendre la « reconstruction rationnelle », i.e. l’idée selon laquelle la méthode correcte en philosophie est de construire des langages formalisés, capables de remédier à l’imprécision du langage ordinaire par les substitutions formelles appropriées. Il y renonce toutefois, n’ayant pu trouver plus de deux ou trois exemples de « reconstructions rationnelles » réussies. « Je me souviens de ce qui m’a alors traversé l’esprit : “Si Carnap a raison, alors la véritable tâche de la philosophie c’est de faire cette chose qu’on appelle ‘explication’. Mais quelle raison y a-t-il de penser que ‘l’explication’ soit possible ? En outre, même si l’on pouvait parvenir à des explications réussies, qui, en dehors de Carnap, peut croire que les savants accepteraient vraiment ces explications ou adopteraient ce langage artificiel pour résoudre les controverses, et tout cela ?” » (HC, 178-179).

17 « Truth and necessity in mathematics », PP-1, 1.

18 PL, 17, 54sq.

19 HC, 175, 186.

20 PP-1, viii.

21 PP-1, ix.

22 « Mathematics without foundations », PP-I, 43-59.

23 « What is mathematical truth ? », PP-1, 60-78, p. 69-70.

24 PP-1, 60, et PP-1, vii.

25 PP-1, 74.

26 Cf. « On properties », PP-1, 305-322 ; « An examination of Grünbaum’s philosophy of geometry », PP-1, 93-129.

27 PP-1, 74.

28 PL, 36.

29 PL, 37sq.

30 PL, 43.

31 Voir « It ain’t necessarily so », PP-1, 237-249 ; et aussi « The analytic and the synthetic », PP-2, 33-69.

32 PP-1, ix.

33 Le deuxième principe clé de Carnap est, en effet, que « les théorèmes des sciences formelles sont analytiques, pas exactement au sens kantien, mais au sens où ils “ne disent rien” et n’expriment que nos règles linguistiques » (« Truth and necessity in mathematics », PP-1, 1).

34 PP-1, x.

35 PP-1, vii.

36 PP-1, xi.

37 Voir « Is Logic empirical ? » (1968), repris sous le titre : « The Logic of Quantum Mechanics », PP-1, 174-197. « Est-ce que certaines des “vérités nécessaires” de la logique pourraient se révéler fausses pour des raisons empiriques ? Je soutiendrai que la réponse à cette question est oui, et que la logique est, en un certain sens, une science de la nature » (p. 174). « La logique est aussi empirique que la géométrie » (p. 184).

38 Putnam reviendra par la suite sur ce point. Sur les difficultés techniques que cela pose, voir l’importante « Reply to M. Redhead on Quantum Logic », RP, 265-280. En 1978, dans « There is at least one a priori truth », PP-3, 98-114 (« Il y a au moins une vérité a priori », Revue de métaphysique et de morale, 1979, 2, p. 195-208), Putnam reprend notamment la question de savoir s’il est « rationnel » d’affirmer que tous les énoncés sont révocables, et montre pourquoi il est moins facilement « concevable » ou « rationnel » d’envisager de modifier le principe minimal de non-contradiction que ce le fut de changer d’opinion sur l’espace (voir sur ce point le commentaire de P. Jacob, 1980b, p. 207-209).

39 « The analytic and the synthetic », 1962, PP-2, 33-69.

40 PP-2, 34.

41 PP-2, 68.

42 PP-2, 69.

43 Cf. l’analyse de P. Jacob, 1980b, p. 205-207.

44 On retrouve cette idée de façon constante : « L’argument positif en faveur du réalisme est que c’est la seule philosophie qui ne fait pas du succès de la science un miracle » (PP-1, 73).

45 « What is mathematical truth ? », PP-1, 61.

46 « The analytic and the synthetic », PP-2, 35-36.

47 In Jacob, 1980a, 221-238 et 307-330 – au même moment, comme il le rappelle (HC, 182), que le philosophe J. C. Smart, né en 1920, auteur de Philosophy and Scientific Realism (Londres, Routledge & Kegan Paul, 1963).

48 « Ce que les théories ne sont pas », in Jacob, 1980a, p. 223.

49 Id., p. 225.

50 Id., p. 223.

51 Id., p. 225.

52 Id., p. 227.

53 Id., p. 227.

54 Id., p. 221.

55 HC, 182-183.

56 HC, 182.

57 « Explication et référence », in Jacob, 1980a, p. 308.

58 Aussi la lecture du volume 1 des Philosophical Papers suppose-t-elle celle des textes (plus directement consacrés à la philosophie du langage et de l’esprit) réunis dans le volume 2, même si, y insiste Putnam, la théorie causale de la référence développée dans « The Meaning of “Meaning” » en 1972, s’est élaborée indépendamment du projet « panscientiste » qui était par ailleurs le sien à cette époque – voire en partie contre lui, du moins tel qu’il s’incarnait dans son fonctionnalisme, puisque ce texte se démarque déjà des thèses dont Putnam s’était d’abord senti proche, au contact de Chomsky, Fodor et Katz, lors de son séjour au MIT entre 1961 et 1965 (cf. HC, 195-196).

59 Cf. « Explication et référence », in Jacob, 1980a, 310-321 ; « Some issues in the theory of grammar », PP-2, 85-106 ; « The “innateness hypothesis” and explanatory models in linguistics », PP2, 107-116 ; « How not to talk about meaning », PP-2, 117-131 ; « Dreaming and “depth-grammar” », PP-2, 304-324 ; « Is Semantics possible ? », PP-2, 139-152 ; « The Meaning of “Meaning” », PP-2, 215-271 ; et les chapitres 1 à 4 de RR.

60 PP-2, viii.

61 PP-2, vii. Selon Putnam, Peirce, pour qui le sens d’un « concept intellectuel » est identique à « la somme de ses conséquences pratiques », serait à l’origine de cette fâcheuse définition (« Language and Reality », PP-2, 272-273).

62 PP-2, ix-x.

63 PP-2, 310-311.

64 PP-3, 71sq.

65 C’est la position adoptée par exemple dans « The analytic and the synthetic », PP-2, 33-69.

66 PP-3, 71.

67 RHF, 186 et « Brains and Behavior », PP-2, 325-341, note de la p. 328.

68 PP-2, 139-152.

69 PP-2, 215-271. « The Meaning of “Meaning” », PP-2, 223sq. où se trouve développée la célèbre expérience de pensée de « Terre-Jumelle » ; cfRR, 65sq. ; RTH, 33sq. ; RHF, 188sq.

70 Saul Kripke, La logique des noms propres, traduit par P. Jacob et F. Récanati, Paris, Minuit, 1982. Sur les rapports avec Kripke, cfRHF, chap. 4 ; PP-3, 218sq.

71 RHF, 187.

72 « Reference and Truth », PP-3, 73.

73 PP-3, 73.

74 PP-3, 73.

75 La nature de quelque chose peut donc déterminer la référence d’un terme avant même que cette nature soit découverte (WL, 443-443 ; RR, 76-77) ; mais, de même, aucun ensemble de critères opérationnels ne peut totalement fixer la signification du mot « or » car, au fur et à mesure que nous développons de meilleures théories de la constitution de l’or et des tests plus élaborés du comportement des substances, nous pouvons toujours découvrir des défauts dans les tests précédents. « Ainsi, le fait que l’environnement même contribue à fixer la référence est aussi une des raisons pour lesquelles l’opérationnalisme et le vérificationnisme naïfs sont de mauvaises explications de la signification des termes d’espèce naturelle » (RR, 77).

76 Voir aussi RR, 66sq.

77 PP-3, 74. En abandonnant le réalisme métaphysique, Putnam cherchera à minimiser tout ce qui peut, de près ou de loin, avoir donné l’impression qu’il faisait appel à une forme d’essentialisme substantialiste ou à une nécessité métaphysique. Cf. « Why there isn’t a ready-made world », 1981, PP-3, 220-228, où il rattache son « essentialisme », non pas à quelque chose d’inscrit dans le monde, mais aux « intentions » ou « pratiques référentielles » des locuteurs (p. 221). Voir aussi RHF, chap. 4, « L’eau est-elle nécessairement H2O ? », p. 179-215, où Putnam se démarque de Kripke comme de toute interprétation « métaphysique » de la nécessité.

78 Dès 1966, Putnam a des doutes sur le programme mentaliste de ses collègues du MIT et sur l’idée implicite selon laquelle la connaissance qu’a le locuteur du sens des mots se ramène simplement à la connaissance tacite d’une batterie de « règles sémantiques » stockée « à l’intérieur de son esprit ».

79 RTH, 33.

80 RTH, 29 ; cf. RR, 59sq.

81 PP-2, 227sq. ; RTH, 29sq. ; RR, 53sq. Dans RR, pour contrer encore plus la thèse fodorienne de l’innéité inhérente au programme mentaliste, Putnam ajoutera un nouvel élément : la contribution de l’environnement (RR, 43 et 65sq.).

82 HC, 195-196.

83 HC, 186.

84 RR, 29sq. « La force du “mentalisme” (inhérent au programme de Chomsky, de Fodor et, jusqu’à un certain point, du fonctionnalisme) venait, en effet, de ce qu’il mettait à mal non seulement une conception matérialiste de l’esprit, mais aussi le béhaviorisme, en rappelant la solidité du schéma d’explication de nos opérations mentales (en termes de croyances et de désirs). Associé au modèle computationnel de l’esprit (l’esprit comme cryptographe, pensant ses pensées en mentalais, les encodant dans un langage naturel local et les transmettant alors, en les parlant pour ainsi dire à haute voix), il permettait de faire revivre l’espoir (avec notamment cette idée d’une “grammaire universelle”) que l’humanité tout entière a une seule et même nature, ainsi que le croyaient les penseurs du xviie siècle. Chomsky a souligné ce lien avec les Lumières et avec les idéaux politiques de liberté, d’égalité et de fraternité » (RR, 30).

85 Les fonctions récursives sont une classe de fonctions qui, conformément à une thèse due à Church et défendue par Church et Turing dans les années 1930, comprend exactement les fonctions que peut en principe calculer un ordinateur.

86 HC, 180.

87 PP-2, 362-385. Outre ce texte, pour mieux se faire une idée du « fonctionnalisme » de Putnam (parfois présenté par lui comme « la théorie matérialiste moderne des états mentaux »), le lecteur lira avec profit dans le même volume, les textes de référence (chap. 14, 18, 19, 20 et 21) : « Robots : machines or artificially created life ? » ; « The mental life of some machines » ; « The nature of mental states » ; « Logical positivism and the philosophy of mind », mais aussi « Reference and Understanding », MMS, 97-122. Sur l’importance du fonctionnalisme dans la philosophie contemporaine de l’esprit, sur ses différentes versions et leurs difficultés, voir P. Engel, Introduction à la philosophie de l’esprit, Paris, La Découverte, 1994, p. 30sq.

88 RR, 15. Même quand il renoncera au fonctionnalisme, Putnam ne retombera pas dans l’erreur « de ramener l’essence de notre esprit à notre composition matérielle ». En témoigne son éloge appuyé, dans WL, du modèle aristotélicien de l’esprit.

89 Putnam renoncera à cette hypothèse, cf. ici le chapitre 2 « Vers le réalisme interne ou pragamtique ».

90 Cf. « Language and reality », PP-2, 272-290.

91 « Convention : a theme in philosophy », PP-3, 170-183 ; « Beyond Historicism », PP-3, 1983, 287-303.

92 On suit ici la présentation de Putnam dans HC, 196-198.

93 HC, 197.

94 PP-3, viii-ix.

95 DL, 459.

96 HC, 198.

97 Cf. « Why there isn’t a ready-made world », PP-3, 205-228.

98 PP-3, vii

99 PP-3, 1-25.

100 MMS, 123-140.

101 DL, 457.

102 Un système est isomorphe à un autre s’il y a une correspondance bi-univoque entre ses propriétés et celles de l’autre système (si elles partagent la même structure).

103 DL, 459. Outre les formulations de l’argument modèle-théorique que l’on doit à Putnam (par ex. la parabole utilisée dans l’introduction à PP-3, ix-x, son analyse dans DL, 459sq., le chapitre 18 de WL, 351sq.) et les versions moins techniques (comme celle des cerveaux dans une cuve, chapitre 1 et 2 de RHT), on trouvera une reconstruction de l’argument par C. Wright, 1994 (RP, 216-241) et la réponse de Putnam (RP, 283-295). Voir aussi B. van Fraassen, « Putnam’s paradox : Metaphysical Realism revamped and evaded », Philosophical Perspectives, 11, Mind, Causation and World, 1997, 17-42 ; et Igor Douwen, « Putnam’s Model-theoretic Argument Reconstructed », Journal of Philosophy, septembre 1999, vol. XCVI, no 9, 479-490.

104 PP-3, ix-x ; WL, 352-354.

105 HC, 198.

106 WL, 354.

107 PP-3, xiii.

108 W. v. O. Quine, Pursuit of Truth, Harvard UP, 1990, p. 33 (La poursuite de la vérité, traduit par M. Clavelin, Le Seuil, 1993, p. 60).

109 HC, 198. Si telle est la raison principale pour laquelle Putnam a commencé à s’éloigner du réalisme scientifique pur et dur, une autre était qu’il découvrait les travaux d’un philosophe « qui avait toujours insisté sur le fait que comprendre les arts est aussi important que comprendre la science pour comprendre la connaissance » : Nelson Goodman (HC, 198). Sur un point décisif, Putnam s’accordait avec lui : l’insistance de Goodman sur le fait que le monde n’a pas une description « toute faite » ou « préinscrite » ; que de nombreuses descriptions « conviennent » (fit) selon les intérêts et les buts qui sont les nôtres. Mais Putnam refuse la thèse goodmanienne qu’il n’y a pas qu’un « monde » mais plusieurs, et que ceux-ci sont le produit de notre création. Sur Goodman, voir RHF, chap. 19.

110 PP-3, xiii.

111 Tiercelin, 1993a, p. 31-36.

112 Tiercelin, 1993b, chap. 4.

113 C. Tiercelin, « Peirce’s realistic approach to mathematics : or can one be a realist without being a Platonist ? », in E. C. Moore (éd.), C. S. Peirce and the Philosophy of Science, The University of Alabama Press, 1993 ; C. Chauviré, « Schématisme et analyticité chez C. S. Peirce », Archives de philosophie, 1987, t. 50, 413-438.

114 Peirce, 5.503.

115 Tiercelin, 1993a, 11-17.

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter