Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hilary Putnam, l’héritage pragmatiste

 | 
Claudine Tiercelin

Introduction

Entrées d'index

Mots clés :

Hilary Putnam, pragmatisme

Texte intégral

  • 1 RHF, 15.

1Le pragmatisme a près d’un siècle et demi d’existence. C’est assez pour marquer l’histoire intellectuelle d’un pays, trop peu sans doute pour marquer l’histoire de la philosophie tout court. Il semble bien pourtant que va en augmentant le nombre de ceux pour qui le pragmatisme n’est plus seulement « la tradition la plus significative de la philosophie américaine »1, mais une approche philosophique à part entière, voire pour certains, « la » position philosophique correcte.

  • 2 Cf. Tiercelin, 1993a, p. 5 ; Cometti, 1994, p. 439sq.
  • 3 DL, 447.
  • 4 D’où une exhortation conjointe, parfois, à revenir aux authentiques « pionniers » (ou interprètes) (...)
  • 5 Par ex. C. Diamond, The Realistic Spirit, Wittgenstein, Philosophy, and the Mind, Cambridge (Mass.) (...)

2Bonnes ou mauvaises, à l’image des lectures et des contresens qui entourent depuis toujours le pragmatisme2, les raisons de ce regain d’intérêt sont aussi diffuses que diversifiées, et difficiles à évaluer : elles passent d’abord, depuis une trentaine d’années, par une meilleure connaissance des pragmatistes classiques, mal jugés (James ou Dewey), voire ignorés y compris chez eux (Peirce), et par une quantité de travaux éminents sur le plan de la simple histoire de la philosophie. Mais elles procèdent aussi, chez certains philosophes de la tradition analytique – héritière, puis critique (à partir des années 1960) de l’empirisme logique –, de la déception suscitée par leur propre courant, jugé incapable d’adapter aux fins humaines (éthiques et politiques) ses indéniables succès en philosophie des sciences, du langage ou de l’esprit. Le pragmatisme serait ce nouveau souffle, « une voie médiane »3 qui permettrait aussi la réconciliation de deux courants majeurs de la philosophie contemporaine : les continentaux (plus volontiers lecteurs de Heidegger, Foucault ou Derrida) et les analytiques (plus proches de Quine, Davidson ou Fodor). Mais l’engouement pour le pragmatisme relève aussi parfois de l’idéologie nostalgique du « retour aux sources », vers une tradition, « typiquement » américaine certes, mais dont on se prend à rêver qu’elle pourrait réapprendre aux Européens ce qu’ils lui avaient appris hier et ont eu le tort d’oublier4. D’où l’insistance sur les liens profonds qui uniraient le pragmatisme avec le terroir transcendantaliste américain aux racines si européennes (propre à des auteurs comme Emerson, remis à l’honneur par Stanley Cavell), mais aussi avec certains auteurs (au premier rang desquels, Wittgenstein et Austin) qui, sans tomber dans l’illusion métaphysique du « réalisme robuste », n’en ont pas moins prôné le retour à l’« esprit réaliste5 » – entendons : un esprit qui se sent chez lui (at home, down to earth) et qui sait voir, en séjournant dans le banal et l’ordinaire.

  • 6 Putnam a soutenu sa thèse sur les probabilités en 1951 avec H. Reichenbach, The Meaning of Probabil (...)
  • 7 Cf. « Peirce le logicien » (1982), repris dans RHF, 450-463 ; « Vagueness and alternative logic » ( (...)
  • 8 Cf. « William James’s Theory of Truth », in R. A. Putnam (éd.),The Cambridge Companion to William J (...)

3À des degrés divers, l’appartenance aujourd’hui revendiquée par Hilary Putnam au courant pragmatiste relève de ces trois grands registres : d’abord parce que celui qui, né en 1926 à Chicago, fut l’élève de Reichenbach6 et le jeune collègue de Carnap, n’est pas seulement, avec Quine, Davidson ou Rawls, l’une des grandes figures de la philosophie analytique du xxe siècle : il est aussi un remarquable historien du pragmatisme classique. Sur son fondateur, Peirce – et à une époque où il semblait aller de soi qu’il n’y avait pas d’autre tradition logique en dehors de Frege et Russell –, on doit, entre autres, à Putnam des articles sur le vague et la logique trivalente, ou plus récemment, en philosophie des mathématiques, sur le traitement du continu7 ; sur James, souvent présenté comme « la figure majeure du pragmatisme », ce sont de minutieuses analyses consacrées à la théorie de la vérité, mais aussi, en collaboration avec Ruth Anna Putnam, à la perception, ou à l’éthique ; sur Dewey, enfin, dont Putnam se dit de plus en plus proche, se multiplient les hommages et les textes (ici encore en collaboration avec R. A. Putnam) sur l’épistémologie ou sur le rôle de l’éducation dans l’accès à la démocratie8.

  • 9 POP, 2.
  • 10 DL, 447.

4Mais, aussi bien dans Renewing Philosophy que dans Words and Life ou, plus nettement encore, dans ses Dewey Lectures comme dans la préface de Pragmatism an open question, Putnam dit aussi avoir été progressivement conduit au pragmatisme par sa prise de conscience d’une difficulté centrale : comment continuer à promouvoir les idées de tolérance et de pluralisme inhérentes à la société ouverte (ou des Lumières) sans sombrer dans « le scepticisme épistémologique, voire le scepticisme moral corrosif, qui vont nécessairement de pair avec cette tolérance et ce pluralisme, et qui risquent toujours d’amener l’autoritarisme moral »9 ? Face au réalisme métaphysique et scientiste – à cette « métaphysique réactionnaire » issue, selon lui, d’une certaine interprétation de la tradition empiriste (et analytique), présente par exemple chez Hartry Field ou Graham Harman, mais aussi, comme on le verra, chez Quine et Putnam lui-même –, et face aux réactions « relativistes » tout aussi « irresponsables »10 que ce réalisme a engendrées (dont Richard Rorty est l’une des figures), le pragmatisme semble désormais à Putnam la meilleure réponse à « notre crainte de la perte du monde », la meilleure manière, pour reprendre le titre (deweyen) de Renewing Philosophy, de « renouer avec » la philosophie et de la « renouveler ».

5Car ce que Putnam trouve « attirant » dans le pragmatisme, ce n’est pas une « théorie systématique », c’est plutôt « un certain groupe de thèses » – en lesquelles peuvent se retrouver selon lui des auteurs aussi variés que Peirce, James ou Dewey, mais aussi Wittgenstein, Austin, voire Husserl et Aristote – et qu’il résume ainsi :

  • 11 WL, 152.

(1) l’antiscepticisme […] ; (2) le faillibilisme […] ; (3) la thèse selon laquelle il n’y a pas de dichotomie fondamentale entre les « faits » et les « valeurs » ; (4) et la thèse selon laquelle, en un certain sens, la pratique est première en philosophie11.

  • 12 Peirce, 5.414 (The Collected Papers of C. S. Peirce, auxquels nous renvoyons, selon l’usage, par nu (...)
  • 13 La recherche obstinée par Putnam de « ce qui peut être sauvé de la tradition Réaliste » est ce que (...)

6Mais à tant s’élargir, le pragmatisme ne risque-t-il pas de se vider de tout contenu ? C’est l’une des questions qui se pose, en fait, dès sa naissance à Harvard en 1870, le concept prenant très vite, comme le note Peirce, « une signification bien plus large que celle initialement visée »12. Schiller allait finir par trouver autant de pragmatismes que de pragmatistes : devient alors délicate, voire saugrenue, l’idée d’une contribution spécifique du pragmatisme à la philosophie. Le mérite d’une analyse comme celle de Putnam est sûrement au départ – sans négliger les différences, y compris chez les fondateurs – de se concentrer sur les points communs et, surtout, de se les réapproprier. Aussi, plus encore que l’appréciation du pragmatisme, est-ce l’itinéraire philosophique qui est ici précieux, ce « voyage du familier au familier », ou cet « aller-retour du réalisme au réalisme », ainsi que Putnam décrit lui-même son évolution vers le réalisme « naturel » ou « pragmatique »13.

  • 14 On se fera une petite idée de l’amplitude de l’œuvre putnamienne en consultant la liste des quelque (...)

7Ce sont les grandes étapes de ce parcours que nous nous proposons, dans ce qui suit, de présenter. Il ne s’agira évidemment pas de détailler les contributions aussi multiples que considérables de Putnam aux mathématiques, à la physique quantique, à la philosophie des sciences, à la philosophie du langage ou à la philosophie de l’esprit, ou encore à la philosophie morale et politique14. Simplement, à la lumière des transformations du réalisme et de l’interprétation du pragmatisme qui est proposée, on tentera de saisir le sens de cet héritage chez le philosophe Putnam, afin de mieux cerner, chemin faisant, par ce qui est mis en évidence et peut-être aussi par ce qui est tu, la nature de la possible contribution du pragmatisme à la philosophie. Sans refuser d’emblée d’envisager que le terme « pragmatisme » puisse se révéler n’être en définitive qu’une coquille vide.

Notes

1 RHF, 15.

2 Cf. Tiercelin, 1993a, p. 5 ; Cometti, 1994, p. 439sq.

3 DL, 447.

4 D’où une exhortation conjointe, parfois, à revenir aux authentiques « pionniers » (ou interprètes) du positivisme logique, Européens exilés aux Amériques, que la philosophie anglo-saxonne des quarante dernières années a trop vite décriés.

5 Par ex. C. Diamond, The Realistic Spirit, Wittgenstein, Philosophy, and the Mind, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1991 ; S. Laugier, Du réel à l’ordinaire, Paris, Vrin, 1999.

6 Putnam a soutenu sa thèse sur les probabilités en 1951 avec H. Reichenbach, The Meaning of Probability in Application to Finite Sequences, New York and London, Garland, 1990.

7 Cf. « Peirce le logicien » (1982), repris dans RHF, 450-463 ; « Vagueness and alternative logic » (1983), repris dans PP-3, 271-282 ; l’introduction (en collaboration avec K. Ketner) à C. S. Peirce, Le raisonnement et la logique des choses, 1995.

8 Cf. « William James’s Theory of Truth », in R. A. Putnam (éd.),The Cambridge Companion to William James, Cambridge UP, 1997, 166-185 ; RHF, chap. 16-17 ; POP, chap. 1 ; les Dewey Lectures ; WL, chap. 8. – Les références à Dewey se multiplient à partir de 1989 : « Dewey’s Logic : Epistemology as Hypothesis », Transactions of the C. S. Peirce Society, XXVI, 1989, p. 407-434, repris in WL, chap. 10 ; RHF, chap. 11 ; Ph, chap. 9, p. 180-200. – Sur l’apport du pragmatisme en général, voir le chapitre : « The Inheritance of Pragmatism », WL, 151-244.

9 POP, 2.

10 DL, 447.

11 WL, 152.

12 Peirce, 5.414 (The Collected Papers of C. S. Peirce, auxquels nous renvoyons, selon l’usage, par numéro de volume puis de paragraphe.)

13 La recherche obstinée par Putnam de « ce qui peut être sauvé de la tradition Réaliste » est ce que Rorty, qui s’est souvent étonné que Putnam juge si différents leurs pragmatismes respectifs, tient finalement pour leur vrai point de désaccord. Cf. R. Rorty, « Réponses à Hilary Putnam », in Cometti, 1992, p.  249.

14 On se fera une petite idée de l’amplitude de l’œuvre putnamienne en consultant la liste des quelque 200 articles et 16 ouvrages recensés par les éditeurs de POQ (pour la période 1964-1994).

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter