Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

C. S. Peirce et le pragmatisme

 | 
Claudine Tiercelin

Conclusion

Testo integrale

1Conçu comme une méthode de logique, le pragmatisme peircien n’est pas en toute rigueur une philosophie : il est censé faire place à une « philosophie purifiée ». Dans l’esprit de son auteur, celle-ci sera constituée par une métaphysique scientifique et réaliste. Un jugement exact sur la philosophie de Peirce impliquerait donc une étude de celle-ci.

2Discipline moins chargée de coiffer toutes les autres sciences que de discuter les problèmes qu’elles soulèvent, la métaphysique sera en effet scientifique, moins parce qu’elle suivrait les traces d’une épistémologie naturalisée que parce qu’elle aura réussi le test pragmatiste : se situant, certes, dans le prolongement de l’histoire naturelle (et notamment des théories de l’évolution : Lamarck et Clarence King plus que Darwin), elle restera à mi-chemin entre l’approche catégorielle a priori et la dérivation empirique et génétique, cherchant surtout à expliquer (plus qu’à justifier) comment doit être la réalité pour que les principes régulateurs de la logique soient vrais absolument. Cosmogonie plus que cosmologie, cette métaphysique développera une sorte d’idéalisme objectif évolutionnaire, s’essayant à une synthèse entre le synéchisme (la réalité du continu, qui se manifeste dans la tendance de l’univers à prendre des habitudes et à faire baisser, au fil de l’évolution, la quantité de hasard objectif), le tychisme (la réalité du hasard absolu, qui interdit le nécessitarisme déterministe strict et explique que les lois soient au mieux approximativement vraies) et l’agapisme (ou amour créatif).

  • 1 8.191.
  • 2 1.14.

3Mais pour n’être pas le tout de la philosophie, le pragmatisme « implique » bien « tout un système de philosophie »1, comme il donne le ton de cette philosophie dont Peirce disait lui-même qu’elle lui paraissait entièrement issue « d’un faillibilisme pénitent, joint à un espoir éminent en la réalité de la connaissance et à un désir intense de découvrir les choses »2.

4Sans doute cela caractérise-t-il le mieux en définitive le sens profond de son pragmatisme : une entreprise méthodique, méfiante à l’égard des certitudes absolues, proche parfois du scepticisme, alliée à une confiance tout aussi permanente en les capacités rationnelles et normatives de l’intelligence scientifique.

  • 3 1.573 ; 2.197 ; 5.534.

5Le pragmatisme de Peirce est certainement celui d’un logicien et d’un homme de laboratoire, mais tout comme l’on commettrait un grave contresens en réduisant le pragmatisme à une philosophie hédoniste, matérialiste et nominaliste, on se tromperait au moins autant si l’on en concluait à une forme de pensée abstraite, formelle, positiviste ou dogmatique, par là même éloignée de la vie. Ce qui caractérise sans doute le mieux l’attitude peircienne, c’est une certaine conception de la rationalité, de sa force et de ses limites, et d’une rationalité foncièrement gouvernée par des normes. Aussi la logique de l’un des plus grands acteurs de l’histoire contemporaine de la logique formelle se définit-elle comme une « science normative » ou « science des lois de la conformité des choses à des fins » : tant il est vrai que l’art du raisonnement juste et de l’autocorrection, bref de la pensée « délibérée » n’est qu’un problème particulier de l’éthique, dépendante à son tour de l’esthétique. Pour Peirce, la façon dont on pense n’est jamais dissociable de la façon dont on se conduit3.

  • 4 Cf. les Conférences données à Cambridge en 1898 : On Vitally Important Topics <désormais accessibles en français : Peirce, 1995 [NdE]>.
  • 5 1.49 ; 1.55 ; 1.60 ; 1.61.

6Penser, c’est donc respecter un certain nombre de protocoles : ne pas se soustraire à la critique, refuser tout consensus extorqué, tenir compte de la réalité de l’expérience comme de certaines croyances du sens commun, mais se tenir prêt à tout moment à les remettre en cause. Or c’est précisément la raison pour laquelle Peirce a jugé impossible d’appliquer à la lettre les normes de l’enquête au domaine de l’éthique. Dans ce refus, Peirce est, en fait, resté jusqu’au bout kantien, et convaincu que la fin principale de l’enquête est la recherche de la vérité et la découverte de la réalité. Comble du paradoxe pour un pragmatiste, il a donc refusé systématiquement de mélanger intérêts théoriques (ou scientifiques) et « vitaux »4, dont le dogmatisme inévitable, le conservatisme, le souci de l’urgence sont incompatibles avec l’humilité, l’esprit de doute, les incertitudes, le sens du probable, le goût des nuances, caractéristiques à l’inverse, de l’homme de science5.

7La croyance en la rationalité et en la valeur du modèle scientifique ne range pourtant pas Peirce du côté des positivistes ou des scientistes : car c’est l’esprit (plus que les résultats) qui définit la science comme telle – à ses yeux, la philosophie se concevait d’ailleurs comme une science empirique. Ce qui importe, c’est de renoncer à tout égoïsme et à tout souci d’efficace technocratique : on le voit, il n’y a rien de moins utilitaire ou « pragmatique » que la conception pragmatiste de la science et de la rationalité !

  • 6 1.655 ; 5.60.
  • 7 6.476.

8Mais il n’y a ici aucun dogmatisme du type : hors la science, hors la raison, point de salut ; la vérité scientifique est infaillible. La méthode scientifique doit précisé­ment, protégée qu’elle est du pouvoir discrétionnaire des individus par son intégration dans une communauté d’échange intellectuel, mettre un terme à toute forme d’autorité ou de ténacité. En outre, le progrès de la rationalité ne se fait pas à l’encontre ou par élimination de ce qui en l’homme n’est pas rationnel : l’instinct, Peirce y revient sans cesse, est un guide plus sûr que la raison dans les affaires pratiques6, mais aussi dans la réflexion théorique ; en témoigne son importance, dans la procédure abductive notamment7.

  • 8 Cette distinction est faite par Migotti, 1988, et reprise dans Haack, 1993.

9Au xxe siècle, deux courants majeurs allaient traverser le pragmatisme8 ; tous deux répondaient à l’échec du fondationnalisme cartésien : d’un côté un pragmatisme réformiste, répudiant l’exigence de certitude absolue dans la connaissance, rappelant les liens entre savoir et action, mais ne continuant pas moins d’insister sur la légitimité de certaines questions traditionnelles telles que la recherche de la vérité et la validité de nos pratiques cognitives ; de l’autre un pragmatisme révolutionnaire (Rorty, Bernstein, Margolis), qui abandonnera l’objectivité de la vérité et ne reconnaîtra d’autre statut légitime aux questions épistémologiques que celles qui relèvent de nos conventions internes ou « conversationnelles » (Rorty). On ne prendra guère de risque en situant Peirce dans le premier courant. Ainsi du reste que ces auteurs qui se diront plus ou moins directement inspirés par lui : G. H. Mead, C. I. Lewis, F. Ramsey, W. W. Quine, H. Reichenbach, R. N. Hanson, W. Sellars, H. Putnam, N. Jardine.

10Jusqu’au bout Peirce a soutenu un pragmatisme réaliste et faillibiliste, convaincu qu’il était du caractère foncièrement indéterminé de notre connaissance et de la réalité :

  • 9 4.61.

Il est certainement concevable que ce monde que nous appelons le monde réel ne soit pas parfaitement réel, mais qu’il existe des choses semblablement indéterminées. Nous ne pouvons être assurés qu’il n’en est pas ainsi9.

  • 10 5.555.
  • 11 6.425.
  • 12 1.33.

11Mais cela n’a jamais empêché ce « pédant momifié »10, comme il se qualifiait lui-même, de refuser, à l’inverse de maints « pragmatistes » contemporains, toute forme de mysticisme spiritualiste11 et d’irrationalisme, comme toute compromission avec « l’esprit littéraire »12, et de continuer à souligner la légitimité de la plupart des questions fondamentales de la philosophie.

Note

1 8.191.

2 1.14.

3 1.573 ; 2.197 ; 5.534.

4 Cf. les Conférences données à Cambridge en 1898 : On Vitally Important Topics <désormais accessibles en français : Peirce, 1995 [NdE]>.

5 1.49 ; 1.55 ; 1.60 ; 1.61.

6 1.655 ; 5.60.

7 6.476.

8 Cette distinction est faite par Migotti, 1988, et reprise dans Haack, 1993.

9 4.61.

10 5.555.

11 6.425.

12 1.33.

© Collège de France, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540