Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

C. S. Peirce et le pragmatisme

 | 
Claudine Tiercelin

Introduction

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Deledalle, 1983, p. 51.

1Au pragmatisme sont communément associés l’utilité, l’efficacité, le sens du pratique et de l’action, un certain goût aussi pour le matérialisme, l’individualisme ou l’hédonisme. On sait, en général, qu’il s’agit du courant philosophique le plus influent en Amérique, né à Harvard sous l’impulsion d’une élite composée de juristes et de savants plus que de philosophes, et qui connaîtra ses plus belles heures entre les années 1870 et le premier quart du xxe siècle. Peut-être le pragmatisme est-il « la philosophie de la philosophie américaine »1. Mais c’est d’abord, pour la majorité des esprits, un courant animé par une volonté de recherche au contact de l’expérience et de l’action, le rejet critique de toute philosophie académique, et l’ambition de parvenir à certaines fins positives. C’est ainsi en tout cas qu’il séduira tous ceux qui, dégoûtés par la philosophie des abstractions et lisant James en 1907, se déclareront « pragmatistes » : parmi eux, le philosophe français de l’action Blondel, l’anglais F. C. S. Schiller, ou les italiens Papini et Vailati.

2Pour les mêmes raisons à peu près, et hormis un Bergson (qui rédigera une introduction aux conférences de James sur le pragmatisme) ou un Lalande (dont on connaît les sympathies pour Peirce), rares sont les Européens qui, associant le pragmatisme à l’anti-intellectualisme et au matérialisme les plus débridés, ne s’en détourneront pas : le pragmatisme est encore tenu aujourd’hui au mieux pour de la non-philosophie, et au pire (car il n’y a rien de pire pour un Européen) pour une vulgaire philosophie de sens commun (le transcendantalisme : passe encore, mais le pragmatisme… on nage en pleine « ploucquerie » américaine).

3En faisant preuve de bonne volonté, on sait parfois aussi que le pragmatisme a eu trois représentants majeurs : William James, Charles Sanders Peirce et John Dewey, et qu’il s’agit, pour l’essentiel, d’une théorie de la signification, d’abord développée par Peirce en 1870, reformulée par James vers 1898 (sous la forme, principalement, d’une théorie de la vérité), puis développée dans les termes d’une théorie de la recherche par Dewey avant d’être disséminée par F. C. S. Schiller et al.

  • 2 Cf. Rorty, 1979 et 1982.

4Les difficultés commencent quand on cherche à donner une définition plus exacte du pragmatisme. L’évolution rapide du concept ne devait-elle pas en effet permettre à Arthur Lovejoy d’en recenser pas moins de treize formes différentes, et à Schiller de soutenir qu’il y aurait en définitive autant de pragmatismes que de pragmatistes ? Le pragmatisme serait au fond plus un état d’esprit qu’un système philosophique ou un mouvement d’idées bien précis. D’ailleurs, ne dit-on pas que des éléments pragmatistes (ou « pragmatiques », mais au fait, y aurait-il une différence entre ces deux concepts ?) se retrouvent chez des philosophes aussi différents que Socrate, Protagoras, Francis Bacon, Aristote, Berkeley, Hume, Kant, ou Mill ? Si l’on se réfère à un exemple récent, seraient pragmatistes des auteurs aussi différents que Dewey, Sellars, Quine, Heidegger, Derrida, ou Foucault2.

  • 3 Il est impossible de citer ici l’immense littérature sur le pragmatisme, ses origines, ses différen (...)
  • 4 Perry, 1936, II, p. 409.
  • 5 5.414. Ces chiffres renvoient, selon l’usage, pour le premier au numéro de volume, et pour les seco (...)

5Dès le début en vérité, la question se pose de savoir quel est, de James ou de Peirce, l’authentique fondateur du pragmatisme3. Sans doute serait-il injuste de dire que « le mouvement moderne connu sous le nom de pragmatisme résulte en grande partie de l’incompréhension par James de Peirce »4, le premier galvaudant le pragmatisme du second en appliquant ce qui était conçu d’abord et avant tout comme une méthode de philosophie et de logique à des questions psychologiques, morales et religieuses. James est, comme Peirce, un immense philosophe. Pourtant, Peirce s’est vite séparé du pragmatisme de James, de son orientation humaniste et, plus encore, des déformations matérialistes que le concept avait subies, préférant « donner le baiser d’adieu à son enfant » et annoncer la naissance du « pragmaticisme », terme « suffisamment laid pour échapper aux kidnappeurs »5.

6Sans statuer sur la question de savoir qui détient le sens originel du mot, il reste que le pragmatisme de James sera plutôt celui d’un humaniste et d’un théologien, mais surtout, philosophiquement parlant, celui d’un nominaliste : la fonction majeure de la pensée est de satisfaire les besoins pratiques et concrets des individus. « Le vrai n’est que l’expédient dans notre manière de penser, le bien n’est que l’expédient dans notre manière de nous comporter. » Or, si telle doit être la définition authentique du pragmatisme, bref, celle d’un courant qui ne refuserait pas tant les problèmes traditionnels de la philosophie, comme ceux de vérité ou de connaissance, qu’il tendrait à réduire la pensée à ses effets utiles, pratiques ou payants, il faut dire d’emblée – et ce n’est pas un moindre paradoxe – que Peirce est à peu près tout sauf un pragmatiste. En vérité, toute l’originalité et la fécondité philosophique du pragmatisme peircien tiennent en ceci que, logicien, mathématicien et homme de science, Peirce utilise le pragmatisme, non comme une doctrine, mais comme une méthode de clarification conceptuelle qui doit, une fois éliminés les faux problèmes de la métaphysique traditionnelle, jeter les bases d’une nouvelle théorie de la signification et de la connaissance au service d’une métaphysique purifiée, dont la double caractéristique sera d’être scientifique et réaliste.

  • 6 Gallie, 1966, p. 39.
  • 7 Cf. Chauviré, 1985.

7Critique et dépassement de la métaphysique : tels sont assurément les deux aspects qui dépeignent le mieux la nature essentiellement philosophique du pragmatisme de Peirce, ce « philosophe des philosophes »6. La tendance critique est la mieux connue – elle vaudra à Peirce d’être proclamé, à la fin des années 1930, précurseur de l’empirisme logique par Ernst Nagel7 –, tendance hostile à la métaphysique, donnant l’exemple d’une philosophie adaptée à la science, se réclamant de l’empirisme et du laboratoire, et orientée vers le monde. Ainsi verra-t-on un ancêtre du critère de vérifiabilité dans la formule de l’article paru en 1879 dans la Revue philosophique : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet. » Peirce fut indéniablement l’un des premiers à mettre à l’épreuve la signification de la métaphysique par l’analyse logique de ses énoncés, et à proposer une nouvelle manière philosophique visant à clarifier plutôt qu’à produire des thèses :

  • 8 5.464 ; cf. 5.131 ; 5.18.

Le pragmatisme n’est en soi aucune doctrine de métaphysique, aucune tentative pour déterminer une quelconque vérité des choses. C’est simplement une méthode pour établir la signification des mots difficiles et des concepts abstraits8.

  • 9 8.259.

Le pragmatisme – écrit Peirce dans une veine préwittgensteinienne – ne résout aucun problème réel. Il montre seulement que les problèmes supposés ne sont pas des problèmes réels9.

  • 10 5.6.
  • 11 5.18.
  • 12 Putnam, 1975, vol. 2. p. 272.
  • 13 5.423.
  • 14 5.423.
  • 15 Cité dans Haack, 1977, p. 378.

8Le programme pragmatiste aura donc une fonction de déblayage10. Éradication des pseudo-problèmes de la philosophie, et notamment de toutes les métaphysiques du fondement qui, d’Aristote à Descartes, en passant par Locke ou Hume, croient pouvoir fonder la philosophie sur des intuitions, des données sensorielles ou des premiers ultimes, et sortir du labyrinthe des mots : voilà pour la phase négative, dont trois articles publiés dès 1868 se feront les champions. Quant à la phase positive, elle aura pour objet l’élucidation des énoncés qui ont du sens11, en fixant les critères d’une analyse correcte de la signification et la méthode à suivre pour parvenir à des croyances vraies. Le pragmatisme peircien est donc bien « la première philosophie consacrée à l’idée que la théorie de la signification peut résoudre ou dissoudre les problèmes de la philosophie »12. Mais, on l’aura compris, la position de Peirce est très différente de celle d’un positiviste, d’un philosophe du langage ordinaire, ou d’un philosophe analytique. D’abord, par les réflexions en profondeur sur le sens, sur le langage (ou plutôt sur les signes) ou sur la connaissance. Plus encore peut-être dans les conséquences tirées de l’entreprise thérapeutique. Car il ne s’agit pas de « laisser toutes choses en l’état ». La maxime pragmatiste bien comprise doit préparer à une « philosophie purifiée » et « extraire de la métaphysique une précieuse essence »13. Il y a donc une métaphysique légitime, à la double condition qu’elle soit scientifique et réaliste. Scientifique ? Entendons : justiciable de la (ou des) méthode(s) des sciences empiriques14. Réaliste ? Traduisons : opposée à toute forme de nominalisme (synonyme de réductionnisme) et s’inspirant de Duns Scot (qui sut voir l’irréductibilité du vague). C’est sur ce point sans doute que le pragmatisme peircien frise le plus la provocation et l’ésotérisme. Pour James, la métaphysique « naturelle » du pragmatisme est le nominalisme qui « fait constamment appel à des particuliers »15. Peirce pourtant n’en démordra pas :

  • 16 5.503.

Jamais le pragmatisme n’aurait pu entrer dans la tête de quelqu’un qui n’eût pas été convaincu de l’existence d’universaux réels16.

  • 17 Gallie, 1966, p. 11.
  • 18 Pour plus de détails, consulter Wiener, 1946, VII, p. 218-233 ; Fisch, 1964, p. 3-32.

9Il y aurait donc une affinité logique entre pragmatisme et réalisme. Allons plus loin : ce n’est pas le pragmatisme qui est premier, c’est le réalisme, bref la prise de conscience de la réalité de certains universaux et le projet métaphysique tout entier. Comment s’étonner dès lors qu’un tel projet porte en germe cette méthode – le pragmatisme – dont le but sera de « clarifier et, dans certains cas, d’éliminer comme dépourvues de sens des questions métaphysiques traditionnelles »17 ? Mais, en retour, ce n’est pas un hasard si Peirce devait choisir, avec James et quelques autres, d’intituler « moitié par ironie, moitié par défi » Club Métaphysique ce qui allait devenir le lieu de naissance du pragmatisme18.

Notes

1 Deledalle, 1983, p. 51.

2 Cf. Rorty, 1979 et 1982.

3 Il est impossible de citer ici l’immense littérature sur le pragmatisme, ses origines, ses différentes formes et son influence. On retiendra Perry, 1936 ; Thayer, 1981 ; Buchler, 1939 ; et surtout Fisch, 1986.

4 Perry, 1936, II, p. 409.

5 5.414. Ces chiffres renvoient, selon l’usage, pour le premier au numéro de volume, et pour les seconds au numéro de paragraphe de l’édition des Collected Papers de C. S. Peirce, 8 vol., 1931-1958 (voir la bibliographie).

6 Gallie, 1966, p. 39.

7 Cf. Chauviré, 1985.

8 5.464 ; cf. 5.131 ; 5.18.

9 8.259.

10 5.6.

11 5.18.

12 Putnam, 1975, vol. 2. p. 272.

13 5.423.

14 5.423.

15 Cité dans Haack, 1977, p. 378.

16 5.503.

17 Gallie, 1966, p. 11.

18 Pour plus de détails, consulter Wiener, 1946, VII, p. 218-233 ; Fisch, 1964, p. 3-32.

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter