Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études de philosophie du langage

 | 
Jacques Bouveresse

Wittgenstein, Kripke
et le problème de la longueur du mètre

Note de l’éditeur

Ce texte est initialement paru, sous le même titre, dans Wittgenstein et la philosophie aujourd’hui, Jan Sebestik et Antonia Soulez (dir.), Méridiens-Klinksieck, 1992, p. 67-99.

Texte intégral

1Dans le § 50 des Recherches philosophiques, Wittgenstein écrit :

  • 1 Lorsqu’il discute la conception philosophique selon laquelle les éléments peuvent uniquement être n (...)

Qu’est-ce que cela signifie à présent que de dire des éléments que nous ne pouvons leur attribuer ni l’être ni le non-être ? — On pourrait dire : si tout ce que nous appelons « être » ou « non-être » consiste dans l’existence et la non-existence de combinaisons entre les éléments, alors cela n’a pas de sens de parler de l’être (ou du non-être) d’un élément ; de même que, si tout ce que nous appelons « détruire » consiste dans la séparation d’éléments, cela n’a pas de sens de parler de la destruction d’un élément1.

Mais on aimerait dire : on ne peut pas attribuer l’être à l’élément, car s’il n’était pas, alors on ne pourrait même pas non plus le nommer ni par conséquent énoncer quoi que ce soit de lui. — Considérons cependant un cas analogue ! Il y a une chose dont on ne peut pas énoncer qu’elle a 1 m de long, ni qu’elle n’a pas 1 m de long, et c’est le mètre-étalon de Paris. — Mais, ce disant, nous n’avons naturellement pas attribué à celui-ci une quelconque propriété remarquable, mais simplement caractérisé son rôle spécifique dans le jeu de la mesure effectuée avec le mètre. — Imaginons que, de la même façon que le mètre-étalon, les modèles de couleurs soient également conservés à Paris. Cela étant, nous expliquons : « sépia » veut dire la couleur du sépia-étalon qui est conservé là-bas à l’abri de l’air. Dans ce cas-là, cela n’aura pas de sens d’énoncer à propos de ce modèle qu’il a cette couleur, ni qu’il ne l’a pas.

  • 2 Ludwig Wittgenstein, Philosophische Untersuchungen / Philosophical Investigations, texte allemand e (...)

Nous pouvons exprimer cela ainsi : ce modèle est un instrument du langage qui nous sert à formuler des énoncés de couleur. Il est dans ce jeu non pas un représenté, mais un moyen de représentation2.

2L’exemple du mètre-étalon est utilisé par Wittgenstein dans un but précis, qui est de clarifier ce que l’on peut vouloir dire lorsqu’on affirme que non seulement, étant donné la manière dont on a défini l’existence et la non-existence, on n’a pas encore donné de sens à l’idée d’une existence ou d’une non-existence de l’élément lui-même, mais, en outre, il n’est pas possible de donner un sens quelconque à l’idée qu’un élément existe, puisque, si « X » désigne un élément, l’utilisation de « X » comme nom présuppose l’existence de ce qu’il désigne ; et l’on ne peut par conséquent se servir de « X » pour dire de façon douée de sens que l’objet désigné X existe ou n’existe pas. On pourrait dire que les éléments donnent l’impression de fonctionner comme paradigmes pour l’attribution du prédicat « existe » lui-même. Ils constituent ce qui doit exister, en tout état de cause, pour que l’on puisse dire de quoi que ce soit qu’il existe ou n’existe pas (et même pour que l’on puisse dire quelque chose en général). Mais précisément pour cette raison, parce qu’ils ne peuvent pas ne pas exister, cela n’a pas de sens d’énoncer qu’ils existent.

3La solution de ce paradoxe apparent est fournie à la fin du § 50, lorsque Wittgenstein conclut :

  • 3 PU, § 50.

Et dire « Si ce n’était pas, alors cela ne pourrait pas avoir de nom », dit dans ces conditions autant, et aussi peu, que : s’il n’y avait pas cette chose, alors nous ne pourrions pas l’utiliser dans notre jeu. — Ce que, apparemment, il doit y avoir fait partie du langage. C’est dans notre jeu un paradigme ; quelque chose avec quoi l’on compare. Et constater cela peut vouloir dire faire une constatation importante ; mais cela n’en est pas moins une constatation concernant notre jeu de langage — notre mode de représentation3.

En d’autres termes, un énoncé qui donnait l’impression d’attribuer une propriété extraordinaire à un objet s’avère être en réalité un énoncé concernant l’usage tout à fait particulier que nous faisons de cet objet dans notre jeu de langage. Constater qu’on ne peut dire du mètre-étalon de Paris ni qu’il a 1 m de long ni qu’il n’a pas 1 m de long revient simplement à constater qu’il est utilisé comme paradigme de l’unité de longueur dans le système métrique. Ce qui, à première vue, pouvait apparaître comme une conséquence paradoxale du fait que nous l’utilisons de cette façon dans notre jeu de langage est en fait simplement une autre façon de dire que nous l’utilisons de cette façon. Quant à l’idée que les choses qui, comme le mètre-étalon, constituent des moyens de représentation, doivent nécessairement exister, elle ne contient rien de plus que la constatation triviale du fait que, si les choses que nous utilisons comme paradigmes pour expliquer l’usage de certains mots n’existaient pas, nous ne pourrions pas en faire l’usage tout à fait spécifique que nous en faisons.

4Dans un passage d’une leçon de 1935, qui anticipe directement le § 50 des Recherches philosophiques, Wittgenstein s’exprime de la façon suivante :

  • 4 Ludwig Wittgenstein, Les Cours de Cambridge, 1932-1935, texte anglais établi par A. Ambrose et trad (...)

Nous disons du mot « jaune » que, s’il doit avoir une signification, il faut qu’il y ait quelque chose de jaune quelque part. Mais pourquoi ce « il faut » ? Tout ce qui est jaune ne pourrait-il pas avoir été détruit ? Supposons que vous ayez appris les noms des couleurs dans un atlas qui mettait en relation des taches colorées avec certains mots comme « jaune », « vert », etc. Il n’est pas nécessaire, pour que l’on puisse comprendre le mot « orange », que quelque chose d’orange doive exister. Et si nous avons un jeu dans lequel l’échantillon est orange, alors c’est un non-sens de citer l’échantillon à l’appui de l’affirmation que quelque chose d’orange doit exister. Cela serait comme dire qu’il doit y avoir quelque chose d’un pied de long parce que le pied de Greenwich, le paradigme, a un pied de long. Ou comme dire que, pour parler de cinq choses, il doit y avoir cinq choses, les cinq choses en question, cinq lettres par exemple, étant le paradigme4.

Il est effectivement tentant de dire que, si le mot « jaune », par exemple est utilisé en liaison avec un paradigme, il doit y avoir au moins une chose qui est incontestablement jaune, à savoir le paradigme lui-même, de la même façon que, si l’expression « 1 m » est utilisée en liaison avec un paradigme, en l’occurrence le mètre-étalon de Paris, alors, même si aucun objet au monde ne se trouvait avoir exactement une longueur d’un mètre, il y aurait tout de même forcément une chose qui a cette longueur, à savoir celle qui l’a en quelque sorte par définition : le mètre-étalon lui-même. Mais Wittgenstein soutient que c’est précisément parce que et dans la mesure où nous utilisons l’objet concerné comme paradigme pour l’attribution d’une longueur donnée ou, plus généralement, d’une propriété quelconque que cela n’a pas de sens de lui attribuer à lui-même cette propriété. Contrairement à ce que semblent supposer certains interprètes, il ne nie certainement pas que des énoncés comme « Le mètre-étalon a 1 m » et « Le mètre-étalon n’a pas 1 m » puissent être utilisés de façon douée de sens à propos de la barre de métal en platine-iridium qui est déposée au Pavillon des Poids et Mesures à Sèvres. Mais, pour qu’ils le soient, il faut que la barre de métal en question cesse justement d’être utilisée comme paradigme et que l’indication de longueur qui est formulée à son sujet se réfère à un autre objet utilisé comme paradigme ou à un autre mode de définition du mètre, comme par exemple la distance parcourue par la lumière (dans le vide) pendant une certaine fraction de seconde. Un objet qui est utilisé normalement comme paradigme peut parfaitement être traité à un moment donné comme un objet à mesurer. Wittgenstein insiste précisément sur le fait que l’impossibilité de dire du mètre-étalon qu’il a 1 m de longueur ou qu’il n’a pas 1 m de longueur est une caractéristique de notre jeu de langage, et non de l’objet physique auquel nous faisons référence. C’est seulement si c’était une propriété de l’objet lui-même qu’il s’agirait effectivement d’une propriété tout à fait étrange et incompréhensible.

5Le parallélisme que Wittgenstein cherche à établir entre le cas des éléments et celui du mètre-étalon de Paris peut donc être résumé ainsi. Il semble que nous attribuions une propriété métaphysique tout à fait particulière à un objet non physique lorsque nous constatons qu’on ne peut dire d’un élément (par exemple, la couleur rouge) ni qu’il existe ni qu’il n’existe pas. Mais, en réalité nous ne faisons rien de tel, pas plus que nous ne conférons une propriété physique extraordinaire à un objet de l’espèce ordinaire lorsque nous disons du mètre-étalon qu’on ne peut énoncer de lui ni qu’il a 1 m de long ni qu’il n’a pas 1 m de long. Dans les deux cas, un énoncé qui porte sur l’usage d’une expression dans un jeu de langage est interprété à tort comme un énoncé portant sur un objet qui est représenté dans le jeu de langage. Même s’il n’y avait plus dans le monde aucune chose rouge, on devrait au moins pouvoir dire qu’il n’y en a plus aucune. Et pour que le mot « rouge » puisse encore être utilisé de façon douée de sens, il faut bien, semble-t-il, que le rouge existe ; mais il doit exister en un sens métaphysique, qui interdit précisément de dire de lui, au sens auquel on le dirait d’une chose ordinaire quelconque, qu’il existe. Russell observe que, si « X » est un nom propre proprement dit (un nom propre logique), il ne doit pas pouvoir être utilisé dans des assertions du type « X existe » (qui est en pareil cas une sorte de tautologie) ou « X n’existe pas » (qui a toutes les apparences d’une contradiction). Le même genre d’interdit pèse sur « X », s’il désigne un objet, au sens du Tractatus. La version métaphysique de cette constatation consiste à dire que les objets sont intemporels, immuables et indestructibles :

« Je ne veux appeler “nom” que ce qui ne peut pas figurer dans la combinaison “X existe”. — Et de ce fait on ne peut pas dire “Rouge existe”, parce que, s’il n’y avait pas le Rouge, on ne pourrait tout simplement pas parler de lui. » Plus exactement : si « X existe » est censé dire la même chose que : « X » a une signification, — alors ce n’est pas une proposition qui traite de X, mais une proposition concernant notre usage linguistique, à savoir notre usage du mot « X ».

  • 5 Cf. le passage du Théètète cité dans la note 1.

Nous avons l’impression que nous disons quelque chose sur la nature de Rouge en disant : les mots “Rouge existe” ne donnent pas de sens. Il existe justement « en soi et par soi »5. La même idée, — qu’il s’agit là d’un énoncé métaphysique portant sur Rouge — s’exprime également dans le fait que nous disons par exemple que Rouge est intemporel, et peut-être plus fortement encore dans le mot « indestructible ».

  • 6 PU, § 58.

Mais, à proprement parler, nous ne voulons justement concevoir « Rouge existe » que comme énoncé qui dit : le mot « rouge » a une signification. Ou peut-être plus exactement : « Rouge n’existe pas » comme « “Rouge” n’a pas de signification ». Seulement nous ne voulons pas dire que l’expression dit cela, mais que c’est cela qu’elle devrait dire, si elle avait un sens. Que, cependant, lorsqu’elle essaie de dire cela, elle se contredit elle-même — puisque justement Rouge est « en soi et par soi ». Alors que, s’il y a une contradiction éventuelle, elle ne réside que dans le fait que la proposition a l’air de parler de la couleur, alors qu’elle est censée dire quelque chose sur l’usage du mot « rouge » 6.

6Or, précisément, une signification n’existe pas « en soi », elle n’a rien d’indestructible et il est parfaitement concevable qu’elle se perde. Ou, plus exactement, « X a une signification » dit à propos de l’usage du mot « X » quelque chose qui pourrait très bien devenir faux :

  • 7 PU, § 57.

Si nous oublions quelle est la couleur qui a ce nom, alors il perd sa signification pour nous ; c’est-à-dire que nous ne pouvons plus jouer avec lui un jeu de langage déterminé. Et la situation peut alors être comparée à celle dans laquelle le paradigme, qui était un instrument de notre langage, a été perdu 7.

7Dans les Remarques sur les fondements des mathématiques, Wittgenstein soulève explicitement la question de savoir si l’instrument qui nous sert de paradigme pour la mesure ne peut pas lui-même être mesuré dans certains cas :

Je mesure une table, et elle a 1 m de long. — À présent, j’applique un mètre contre un autre mètre. Est-ce que je le mesure ce faisant ? Est-ce que je trouve que le deuxième mètre en question a 1 m de long ? Est-ce que je fais la même expérience de mesure, seulement avec cette différence que je suis sûr de ce que je vais obtenir ?

  • 8 Ludwig Wittgenstein, Bemerkungen über die Grundlagen der Mathematik, Suhrkamp, 1984, I, § 93-94, p. (...)

En vérité, lorsque j’applique la règle graduée contre la table, est-ce que je mesure toujours la table ? Est-ce que je ne contrôle pas parfois la règle ? Et en quoi consiste la différence entre l’un de ces processus et l’autre8 ?

8À un moment donné, les deux usages très différents que l’on peut faire d’un énoncé comme « Le pied-étalon de Greenwich a un pied » sont utilisés précisément comme exemple pour illustrer la différence qui existe entre une proposition proprement dite et une règle de grammaire.

  • 9 Les Cours de Cambridge, 1932-1935, op. cit., p. 70/91.

Pour illustrer les rôles différents de la proposition et de la règle de grammaire, supposez que l’étalon d’un pied de longueur soit une barre dans ma chambre, et supposez que la barre de Greenwich concorde exactement avec cette barre. Dire « La barre de Greenwich a dans les faits un pied de longueur », consiste à asserter une proposition, alors que pour le moment cela n’a pas de sens de dire cela. C’est une définition9.

9Il est important de remarquer que, si Wittgenstein utilise à l’occasion l’opposition traditionnelle a priori – a posteriori, il le fait toujours avec une certaine distance et sur le mode d’une simple concession à la terminologie en usage. Chez lui, la distinction ne renvoie pas à deux façons différentes de reconnaître la vérité d’une proposition, mais à une différence d’usage ou de fonction, une différence dans la façon d’utiliser la proposition, dont rien n’autorise à supposer qu’elle devrait nécessairement coïncider avec la première, à supposer que celle-ci ait réellement un sens acceptable. Wittgenstein ne dit pas, par exemple, que les propositions mathématiques ont été reconnues comme vraies « indépendamment de l’expérience » ; il dit qu’elles ont été acceptées sur la base de l’expérience et, ensuite, rendues indépendantes de l’expérience. La distinction a priori – a posteriori n’est donc pas chez lui, comme elle l’est chez Kripke, épistémique. « A priori » ne signifie et n’implique pas non plus rien de tel que « connu a priori », ou même simplement « connaissable a priori ».

  • 10 BGM IV, § 4, p. 225/197.
  • 11 BGM VII, § 74, p. 437/345.

10Dans les Remarques sur les fondements des mathématiques, Wittgenstein souligne qu’« une proposition que l’on ne doit pas pouvoir se représenter autrement que comme vraie a une autre fonction que celle pour laquelle les choses ne sont pas ainsi10 ». Mais une même proposition, comme par exemple « Le pied‑étalon de Greenwich a un pied » peut être utilisée soit pour formuler un énoncé qui est tel que l’on ne peut pas se représenter sa négation comme vraie, soit pour formuler un énoncé pour lequel ce genre de chose est tout à fait possible. Tout à la fin des Remarques sur les fondements des mathématiques, Wittgenstein constate : « Toute proposition d’expérience peut servir de règle, si – comme une partie de machine – on la fixe, la rend immobile, de sorte qu’à présent toute la représentation tourne autour d’elle et elle devient une partie du système de coordonnées et indépendante des faits11. »

11Le point important est que l’acte par lequel une proposition acceptée initialement sur la base de l’expérience est rendue ensuite indépendante de l’expérience et érigée en forme de description pour l’expérience ne doit pas être compris comme un acte de connaissance d’un type tout-à-fait spécifique. Lorsqu’il discute le statut de l’axiome en mathématiques, Wittgenstein remarque :

Que nous ne fassions pas ici des expériences (Versuche) mais reconnaissions l’évidence (das Einleuchten), cela fixe déjà l’utilisation. Car, en vérité, nous ne sommes pas naïfs au point de faire valoir l’évidence de préférence à l’expérimentation.

  • 12 BGM IV, § 3, p. 224/196.

Ce qui en fait une proposition mathématique n’est pas qu’il nous apparaît comme évidemment vrai, mais que nous donnons cours à l’évidence (das Einleuchten gelten lassen)12.

  • 13 BGM IV, § 5, p. 226/197.

Par conséquent, même si une intuition ou une évidence spécifiques peuvent jouer un rôle dans le processus qui conduit à la reconnaissance de l’axiome, ce qui est déterminant n’est pas, aux yeux de Wittgenstein, l’évidence elle-même, mais le fait que nous choisissions de lui donner raison une fois pour toutes, de la valider indépendamment de tout ce qui peut normalement être entrepris pour vérifier ou réfuter une proposition. En d’autres termes, qu’il soit ou non évident, « nous donnons à l’axiome un autre mode de reconnaissance qu’à la proposition d’expérience. Et, par là, je ne veux pas dire que l’“acte mental de la reconnaissance” est autre13 ».

  • 14 BGM IV, § 5, p. 226-227/197.

12Une théorie cognitiviste de la nécessité, pour laquelle l’adhésion que nous donnons à des propositions nécessaires repose sur la reconnaissance de faits objectifs d’un type particulier, peut se sentir obligée de répondre à la question de savoir si le fait qu’exprime une proposition nécessaire ne peut être reconnu que d’une seule façon, à savoir a priori, ou si au contraire, comme l’affirme Kripke, une proposition ne pourrait pas être nécessaire, et néanmoins connue a posteriori. Mais il est difficile de donner un sens quelconque à cette question dans une perspective comme celle de Wittgenstein, puisque, pour lui, l’apriorité d’une proposition ne consiste pas dans le fait qu’elle est (ou en tout cas peut être) reconnue comme vraie indépendamment de l’expérience, mais dans le fait que – même si des faits d’expérience de nature diverse ont pu nous amener à l’accepter et des faits d’expérience pourraient d’ailleurs également nous convaincre, le cas échéant, de l’abandonner – on peut dire d’elle ce qu’il dit de l’axiome, à savoir que « nous lui conférons une fonction déterminée et qui contredit celle de la proposition d’expérience14 ».

II

13Dans le § 50 des Recherches philosophiques, Wittgenstein cherchait, comme on l’a vu, à dissiper l’impression que l’on a attribué une caractéristique tout à fait singulière au mètre-étalon de Paris en constatant qu’on ne peut dire de lui ni qu’il a 1 m de long ni qu’il n’a pas 1 m de long. Cela revient, en un certain sens, simplement à observer qu’un élément de représentation n’est pas lui-même représentable dans le système de représentation qu’il contribue à déterminer. Fixer une unité de mesure est une opération totalement différente de celle qui consiste à donner une indication de longueur. La différence est la même que celle qui existe entre mettre sa montre à l’heure et indiquer l’heure qu’il est. Et Wittgenstein soutient que toutes les propositions grammaticales sont des propositions qui expriment notre adhésion à une forme de description et qui, pour cette raison, ne sont pas elles-mêmes descriptives. C’est la raison pour laquelle il affirme à un moment donné que celui qui sait une proposition mathématique n’est pas encore censé rien savoir :

  • 15 BGM VII, § 2, p. 356/288.

La proposition mathématique ne doit fournir que l’armature (Gerüst) pour une description15.

14La difficulté particulière, dans le cas de la proposition selon laquelle le mètre-étalon de Paris a 1 m, est que cette proposition peut évidemment aussi être utilisée comme une proposition empirique portant sur la longueur de la barre de métal concernée. Et c’est cette dualité d’usage qui peut faire naître la tentation de considérer qu’il s’agit, comme le pense Kripke, d’une proposition qui est contingente et néanmoins a priori. Dans les Remarques sur les fondements des mathématiques, Wittgenstein observe à propos de cette question :

Le rôle des propositions qui traitent des mesures et ne sont pas des « propositions d’expérience ». — Quelqu’un me dit : « Cet intervalle a 240 pouces de long. » Je dis : « Cela fait 20 pieds, donc environ 7 pas » et j’ai à présent obtenu un concept de la longueur. — La transformation repose sur des propositions arithmétiques et sur la proposition selon laquelle 12 pouces = 1 pied.

  • 16 BGM VII, § 1, p. 355/287.

Cette dernière proposition, personne, d’ordinaire, ne la déclarera comme une proposition d’expérience. On dit qu’elle exprime une convention. Mais la mesure perdrait son caractère usuel si, par exemple, l’alignement bout à bout de 12 morceaux d’un pouce ne donnait pas d’habitude une longueur qui, à son tour, peut être préservée de façon spéciale16.

15La proposition « 12 pouces = 1 pied » n’est pas une proposition d’expérience, parce que, même si la possibilité de mesurer, comme nous le faisons, les choses en pouces et en pieds dépend de conditions empiriques diverses, qui pourraient très bien ne pas être réalisées, la proposition n’énonce pas que les conditions en question sont réalisées. Elle est utilisée précisément de façon intemporelle et sans aucune référence à des circonstances empiriques quelconques. De la même façon, la proposition selon laquelle le mètre-étalon a 1 m ne signifie pas qu’une longueur, qui a été distinguée pour certaines raisons, peut être préservée et l’est effectivement avec un soin particulier dans un endroit spécial aménagé à cet effet. Mais que personne ne considère normalement la règle de conversion « 12 pouces = 1 pied » comme une proposition d’expérience ne signifie pas que même l’énoncé « 12 pouces = 1 pied » ne pourrait pas éventuellement jouer le rôle d’une proposition d’expérience.

  • 17 G.P. Baker and P.M.S. Hacker, Wittgenstein : Meaning and Unterstanding, An Analytical Commentary on (...)

16Ce qui est dit à propos du mètre-étalon de Paris est en un certain sens incontestable, puisque, comme le disent Baker et Hacker, « ce que Wittgenstein veut souligner est simplement que les objets, lorsqu’ils sont utilisés comme échantillons (samples), ont un rôle normatif ; ils font partie, pour ainsi dire, des moyens utilisés pour mesurer, et non de ce qui est mesuré 17 ». Si indiquer la longueur d’un objet en mètres veut dire comparer sa longueur avec celle de la barre de métal qui sert de mètre-étalon, que pourrait-on vouloir dire en disant du mètre-étalon lui-même qu’il a 1 m de long, sinon qu’il a la longueur qu’il a ? De même, si dire d’un objet qu’il a la couleur rouge consiste à dire qu’il a la couleur de l’objet qui sert de paradigme pour l’attribution de cette couleur, que pourrait-on vouloir dire en disant du paradigme lui-même qu’il est rouge, si ce n’est qu’il a la couleur qu’il a ? Le paradigme ne peut apparemment pas avoir, au sens usuel, la propriété concernée et, en même temps, servir à la définir.

17Pourtant, il est difficile d’échapper à l’impression qu’a eue Kripke, à savoir que l’on aboutit bel et bien à un paradoxe insoutenable. Si la barre de métal que nous utilisons comme paradigme pour la mesure des longueurs dans le système métrique a, comme tout objet de ce genre, une longueur, pourquoi cette longueur ne serait-elle pas, comme celle de n’importe quel autre objet, exprimable dans le système métrique ? Et puisque c’est, de toute évidence, une propriété contingente de la barre de métal en question que d’avoir la longueur qu’elle a à un moment donné (même si l’on fait en sorte qu’elle conserve, autant que possible, toujours exactement la même longueur), pourquoi ne pourrait-on pas dire de façon douée de sens qu’elle a précisément cette longueur ? De même, si l’on ne peut pas dire du paradigme utilisé pour l’attribution de la couleur sépia – du sépia prototypique – qu’il est sépia, de quel autre objet pourrait-on bien le dire ? Or Wittgenstein soutient également qu’on ne peut dire de lui ni qu’il est sépia ni qu’il ne l’est pas, et que cela n’a pas de sens de dire qu’il est sépia précisément parce que, et pour autant que, cela n’a pas de sens de dire qu’il ne l’est pas.

  • 18 Nathan Salmon, « How to Measure the Standard Metre », Proceedings of the Aristotelian Society, vol. (...)

18La plupart des philosophes qui ont réagi à cette affirmation de Wittgenstein ont évidemment admis sans difficulté la deuxième impossibilité, à savoir qu’il n’est pas possible de dire du mètre-étalon qu’il n’a pas 1 m de long. Ce qui fait problème est l’impossibilité corrélative supposée d’asserter la proposition positive : « Le mètre-étalon a 1 m de long ». Comme l’écrit Nathan Salmon, « Wittgenstein soutient que l’on ne peut dire de S [le mètre-étalon] ni qu’il a un mètre de long ni qu’il n’a pas un mètre de long. Sur une partie de cette affirmation, il ne peut y avoir de contestation. On ne peut assurément pas dire proprement de S qu’il n’a pas un mètre de long 18. » Or si l’on ne peut pas dire que le mètre-étalon n’a pas 1 m de long, parce que cela reviendrait à asserter une chose qui est évidemment fausse, pourquoi ne peut-on pas asserter correctement la vérité évidente corrélative, à savoir qu’il a 1 m de long ?

  • 19 Michael Dummett, Frege : Philosophy of Language, Londres, Duckworth, 1973, p. 112-113.

19L’argument essentiel que Kripke utilise pour réfuter la conception de Wittgenstein consiste à faire remarquer que, puisque l’on peut dire de façon parfaitement douée de sens et en outre vraie : « La longueur du mètre-étalon de Paris pourrait ne pas être 1 m », on doit pouvoir dire également : « La longueur du mètre-étalon de Paris est 1 m ». On peut tout à fait dire du mètre-étalon qu’il a 1m de long et également qu’il n’a pas 1 m de long. La première proposition est vraie et la seconde fausse ; mais elles le sont de façon contingente et donc parfaitement dicible. Comme le fait remarquer Dummett19, l’argument de Kripke a une certaine ressemblance avec un argument que l’on trouve exposé chez Moore et qui est supposé remettre en question la thèse selon laquelle « existe » n’est pas un prédicat, plus précisément la thèse russellienne selon laquelle on ne peut pas dire de façon douée de sens « Ceci existe ». L’objection consiste à invoquer le fait que, dans tous les cas où l’on peut dire « Ceci aurait pu ne pas exister », on devrait pouvoir dire également de façon douée de sens « Ceci existe ». Moore écrit :

  • 20 G.E. Moore, « Is Existence a Predicate ? », in Alvin Plantinga (éd.), The Ontological Argument, New (...)

Il me semble que vous pouvez clairement dire avec vérité d’un objet quelconque de ce genre [un tigre apprivoisé] : « Ceci pourrait ne pas avoir existé », « Il est logiquement possible que cela n’ait pas existé » ; et je ne vois pas comment il est possible que « Ceci pourrait ne pas avoir existé » soit vrai, à moins que « Ceci existe en fait » ne soit vrai et donc également signifiant20.

20Nathan Sa1mon est en désaccord à la fois avec Wittgenstein et avec Kripke, puisqu’il estime que l’énoncé « La longueur du mètre-étalon est 1 m » est effectivement contingent, mais a posteriori. Il admet cependant que, de même que Kripke a raison en partie, il pourrait y avoir quelque chose de vrai dans la remarque déconcertante de Wittgenstein à propos du mètre-étalon, en ce sens que la proposition apparemment anodine selon laquelle le mètre-étalon a 1 m est peut-être une proposition que nous ferions mieux de nous abstenir d’asserter, si nous ne voulons pas avoir à affronter un paradoxe sceptique du type suivant :

  • 21 N. Salmon, op. cit., p. 210. Si nous persistions à dire que nous savons exactement quelle est la lo (...)

Le jeu de langage consistant à mesurer les choses avec un mètre implique un critère simple pour savoir quelle est la longueur d’une chose. Pour que la personne qui fixe la référence sache quelle longueur a une chose quelconque, elle doit être capable de spécifier sa longueur en mètres et elle doit savoir quelle est la longueur du mètre-étalon. Dire qu’elle sait que S a exactement un mètre de long lui attribue une connaissance de la longueur exacte qu’a le mètre-étalon. Mais elle ne pourrait pas avoir acquis cette connaissance par la mesure. Si elle a une telle connaissance, elle ne peut l’avoir acquise qu’en regardant simplement S. Cela exigerait que S soit ce qu’il ne peut pas être : connaissable d’une manière unique dont aucun autre objet n’est connaissable et dont lui-même ne serait pas connaissable s’il n’avait pas été choisi arbitrairement comme l’étalon. Ces considérations suggèrent la conclusion sceptique que la personne qui fixe la référence ne sait pas en fin de compte que S a exactement un mètre de long. Cela, à son tour, amène à une conclusion sceptique qui est même encore plus forte. Car si la personne qui fixe la référence ne sait pas quelle est la longueur de S, elle ne peut pas savoir, et ne peut même pas découvrir, quelle est la longueur de quoi que ce soit. Mesurer la longueur d’un objet en utilisant S lui dit seulement quel est le rapport de la longueur de l’objet à la longueur de S21.

21La difficulté provient du fait que nous voudrions pouvoir considérer la proposition « Le mètre-étalon de Paris a 1 m » à la fois comme un énoncé portant sur notre système de mesure et indiquant que la barre de métal en question est utilisée comme paradigme dans ce système, et comme une indication de longueur formulée à propos de cette barre. Wittgenstein soutient que ces deux rôles sont complètement différents et incompatibles. La question « Comment savons-nous que la longueur de cette barre de métal est exactement 1 m ? » a un sens clair si la proposition est utilisée de la deuxième façon ; mais elle n’en a aucun si la réponse est condamnée à enregistrer simplement le fait que l’objet dont il s’agit est le représentant canonique de l’unité de longueur dans le système métrique. C’est seulement si l’on amalgame abusivement ces deux usages que l’on risque de se heurter à un problème d’« accessibilité épistémique » insoluble du genre de celui qui est formulé par Salmon. Le paradoxe provient du fait que nous continuons à chercher pour le paradigme lui-même un équivalent de ce qui nous permet, dans le cas d’un objet ordinaire x quelconque, de savoir quelle est la longueur exacte de x (la réponse est donnée justement par la mesure) et que, par définition, il ne peut y avoir rien de tel dans le cas du paradigme.

22Comme le font remarquer Baker et Hacker, on pourrait s’imaginer que toute expression expliquée ou appliquée en référence à un paradigme est implicitement relationnelle : que, par exemple, dire qu’un objet est rouge consiste à dire qu’il a la même couleur que le paradigme utilisé pour l’attribution de la couleur rouge, ou dire qu’un objet a 1 m de long consiste à dire qu’il a la même longueur que le mètre avec lequel nous le mesurons (et en dernière analyse que le mètre-étalon dont nous nous servons pour contrôler les mètres ordinaires). Les deux énoncés risquent cependant de ne rien nous apprendre sur la couleur (ou la longueur) de l’objet, si la couleur (resp. la longueur) du paradigme n’est pas simultanément décrite d’une façon quelconque. Or Wittgenstein conteste justement que, si le mot « rouge » est utilisé en liaison avec un paradigme P, « A est rouge » veuille dire quelque chose comme « A a la même couleur que P et la couleur de P est le rouge ». Lorsque j’explique la signification de « rouge » en montrant du doigt un échantillon, je ne décris pas la couleur de l’échantillon et aucune description de ce genre n’intervient dans l’application qui est faite ensuite du mot « rouge ».

  • 22 Baker and Hacker, op. cit., p181.

Une définition ostensive de « rouge » ne décrit aucun objet comme étant rouge ; a fortiori, il n’y a rien de tel qu’attribuer à un autre objet la même propriété qui est attribuée à l’échantillon dans l’explication de « rouge » 22.

De la même manière, lorsqu’on explique ostensivement la signification de l’expression « 1 m » en référence au mètre-étalon, on ne décrit pas le mètre-étalon comme ayant 1 m de long et dire d’un autre objet qu’il a une longueur d’un mètre ne consiste pas à lui attribuer la même propriété que l’on avait attribuée initialement au mètre-étalon. Si c’était le cas, on pourrait difficilement éviter de conclure, comme Salmon, qu’ou bien on ne connaît pas du tout la longueur exacte du mètre-étalon ou bien on la connaît d’une façon qui est absolument unique en son genre et impossible à expliquer.

23Comme le notent Baker et Hacker :

  • 23 Ibid., p. 200.

Un échantillon standard [par exemple, un mètre pliant ou un mètre ruban ordinaire] utilisé comme objet de comparaison dans l’application d’une expression n’est pas quelque chose qui est décrit par là ; par exemple, en mesurant une table avec un mètre, une personne ne décrit pas du tout le mètre. A fortiori, en justifiant l’assertion que la table a un mètre de long en la mesurant avec le mètre, elle ne décrit pas la table comme ayant la même longueur que le mètre est dit avoir. Utiliser un mètre comme échantillon standard n’est pas le caractériser comme ayant (réellement) un mètre de long, mais l’incorporer à la méthode de représentation. Dire qu’une barre a un mètre de long parce qu’elle coïncide avec le mètre n’asserte rien de plus que le fait qu’elle a un mètre de long. Le membre de phrase « parce que » récapitule simplement une explication de ce que c’est pour quelque chose que d’avoir un mètre de long. En conséquence, une expression expliquée ou appliquée en référence à un échantillon n’est pas rendue par là implicitement relationnelle23.

Dans la conception que l’on se fait habituellement de la nature d’un paradigme, celui-ci est supposé posséder en quelque sorte par excellence la propriété concernée ; et les autres objets ne la possèdent que par comparaison, généralement de façon moins certaine ou à un moindre degré. Wittgenstein renverse à première vue complètement cette conception puisque, pour lui, c’est seulement des objets qui sont comparés avec le paradigme, et non du paradigme considéré en tant que tel, que l’on peut dire qu’ils ont ou n’ont pas la propriété en question.

24Si cette position semble éminemment paradoxale, c’est, semble-t-il, parce que je ne peux utiliser un objet comme paradigme pour l’attribution de la couleur rouge qu’à la condition qu’il soit effectivement de cette couleur. Et s’il a cette couleur, pourquoi ne devrait-on pas dire qu’il l’a ? Si l’on refuse d’attribuer à un objet empirique ordinaire la couleur rouge, cela signifie généralement qu’on est disposé à lui attribuer une autre couleur. « On ne peut pas dire que cet objet a telle couleur » implique le plus souvent (mais, il est vrai, pas toujours) « On peut dire qu’il n’a pas cette couleur », autrement dit qu’il a une couleur différente. Et, du même coup, il semble que, si nous nous abstenons d’attribuer la couleur rouge au paradigme lui-même, cela doit vouloir dire qu’il a une couleur qui n’est pas celle-là. Mais c’est évidemment absurde, puisque cela n’a justement pas de sens de supposer que le paradigme pourrait ne pas être rouge. Ne pas asserter qu’il est rouge n’a, en l’occurrence, rien à voir avec asserter ou sous-entendre qu’il n’est pas rouge, qu’il a une couleur autre que le rouge. Ce qui est caractéristique de la manière de Wittgenstein est justement d’essayer de nous persuader de traiter de façon symétrique le cas de la proposition positive et celui de la proposition négative. Si la négation de p exprime quelque chose que l’on n’est pas censé pouvoir se représenter, qu’est-ce qui nous autorise à considérer que p exprime pour sa part quelque chose (un fait particulier) que l’on peut se représenter et que l’on se représente effectivement ? Wittgenstein se demande sur quoi repose exactement ce privilège contestable de la proposition positive :

Qu’est-ce que cela signifie, si nous disons : « Je ne peux pas me représenter le contraire de cela », ou : « Comment serait-ce donc, si c’était autrement ? » — Par exemple, lorsque quelqu’un dit que mes représentations sont privées ; ou que je suis le seul à savoir si je ressens une douleur ; et d’autres choses du même genre.

« Je ne peux pas me représenter le contraire » ne veut naturellement pas dire ici : mon imagination n’y suffit pas. Nous nous défendons en disant cela contre quelque chose qui par sa forme nous fait l’effet d’une proposition d’expérience, mais qui en réalité est une proposition grammaticale.

Mais pourquoi dis-je : « Je ne peux pas me représenter le contraire » ? Pourquoi pas : « Je ne peux pas me représenter ce que tu dis » ?

Exemple : « Toute barre a une longueur ». Cela signifie à peu près : nous appelons quelque chose (ou ceci) « la longueur d’une barre » — mais il n’y a rien que nous appelions « la longueur d’une sphère ». Puis-je à présent me représenter que « toute barre a une longueur » ? Eh bien, je me représente justement une barre ; et c’est tout. Seulement cette image en liaison avec cette proposition a un tout autre rôle qu’une image en liaison avec la proposition « Cette table-ci a la même longueur que celle-là ». Car ici je comprends ce que veut dire se faire une idée du contraire (et il n’est pas nécessaire que ce soit une image mentale [ein Vorstellungsbild]).

Mais l’image qui va avec la proposition grammaticale ne pouvait montrer que quelque chose comme ce qu’on appelle « longueur d’une barre ». Et que devrait être l’image opposée à cela ?

  • 24 PU, § 251.

((Remarque sur la négation d’une proposition a priori.24))

25Wittgenstein dit de la proposition mathématique, par exemple, qu’elle délimite le domaine de ce que l’on peut imaginer (et cela ne veut pas dire, de ce que l’on parvient à imaginer, mais de ce que l’on peut essayer d’imaginer). Or une proposition qui a pour fonction de distinguer ce qui est imaginable de ce qui ne l’est pas n’exprime pas elle-même quelque chose que l’on peut, au sens propre du terme, imaginer. L’image associée à une proposition grammaticale fonctionne plutôt comme l’illustration d’une règle d’usage pour une expression linguistique. Quant à la négation de la proposition, lorsque nous essayons de lui donner un sens, c’est‑à-dire d’imaginer quelque chose qui pourrait la rendre vraie, nous exprimons en fait une réaction de défense (qui est en même temps une réaction d’impuissance) contre une règle de représentation que nous traitons comme si elle était une proposition d’expérience.

  • 25 PU, § 252.

26Wittgenstein observe que « nous pourrions répondre à la proposition “Ce corps a une extension” : “Non-sens.” — mais nous inclinons à y répondre : “Assurément !” — Pourquoi25 ? » La réponse est que, lorsque la proposition est comprise comme elle doit l’être, elle constitue le simple rappel d’une règle linguistique évidente et ne dit rien qui mérite qu’on s’y arrête. Mais, comme elle a par ailleurs la forme typique d’une proposition portant sur un objet, elle donne l’impression d’énoncer un fait important concernant la nature de ce corps (et d’un corps en général), le fait qui a précisément imposé la règle en question. Nous pourrions de la même façon répondre à quelqu’un qui dit que le mètre-étalon a l m : « Non-sens ! ». Et c’est, selon Wittgenstein ce que nous devrions en principe répondre. Mais nous sommes également plutôt enclins à répondre : « Certes ! ». Imaginer que toute barre a une longueur veut dire simplement imaginer une barre. Et, compte tenu du rôle spécial qui a été assigné au mètre-étalon dans notre système de représentation des longueurs, imaginer le fait que le mètre-étalon a une longueur d’un mètre veut dire simplement imaginer le mètre-étalon. Mais, d’un autre côté, nous ne sommes évidemment pas disposés à appeler « 1 m » n’importe quelle longueur que le mètre-étalon pourrait théoriquement avoir. La difficulté provient du fait qu’il est question dans la proposition concernant le mètre-étalon d’un objet physique déterminé, qui, quelle que soit la longueur qu’il se trouve avoir à un moment donné, ne peut l’avoir que de façon contingente. Le statut de la proposition n’est en fait ni celui d’une proposition d’expérience ni celui d’une proposition grammaticale typique. On ne peut pas imaginer une barre qui n’ait pas de longueur ou un corps qui n’ait pas d’extension. Mais on peut parfaitement imaginer des conditions dans lesquelles le mètre-étalon n’aurait pas la longueur déterminée qu’il est supposé représenter, à savoir 1 m.

III

27Puisque l’objet matériel que nous utilisons comme paradigme pour l’attribution d’une certaine propriété P peut également être traité dans d’autres circonstances comme un exemple non privilégié de chose qui possède cette propriété, on peut être tenté de considérer que le véritable paradigme, celui qui permet de dire du paradigme physique lui-même qu’il a ou qu’il n’a pas la propriété en question, doit être quelque chose comme un exemplaire pur de la propriété considérée, un objet d’un type spécial, qui la possède à l’état pur, indépendamment de toute autre propriété. Le véritable paradigme pour l’application de l’expression « 1 m » devrait être finalement la longueur correspondante elle-même, dont il se trouve simplement que nous avons besoin de posséder une exemplification physique privilégiée et incontestable. Cette tendance à la sublimation des paradigmes correspond à l’illusion platonicienne, que Wittgenstein critique de la façon suivante dans les Remarques philosophiques :

Nos propositions ne sont vérifiées que par le présent.

  • 26 Ludwig Wittgenstein, Philosophische Bemerkungen, Suhrkamp, 1984, § 48, p. 81 ; Remarques philosophi (...)

Elles doivent donc être faites de telle façon qu’elles peuvent être vérifiées par lui. Elles doivent avoir le matériel nécessaire pour pouvoir être vérifiées par lui. Dans ce cas, elles ont donc d’une manière quelconque la commensurabilité avec le présent ; et elles ne peuvent pas avoir celle-ci malgré leur nature spatio-temporelle, cette dernière doit au contraire se rapporter à la première comme la corporéité d’une règle graduée à son caractère étendu, grâce auquel elle mesure. Dans ce cas-là, on ne peut pas non plus dire : « De fait, la règle mesure la longueur en dépit de sa corporéité ; assurément, une règle qui n’aurait que la longueur serait l’idéal, serait pour ainsi dire la règle pure. » Non, si un corps a une longueur, alors il ne peut y avoir de longueur sans un corps — et même si je comprends que, dans un sens déterminé, il n’y a que la longueur de la règle qui mesure, ce que je mets dans ma poche n’en reste pas moins la règle, le corps, et n’est pas la longueur26.

28Il ne faut donc pas s’imaginer qu’une propriété comme la longueur apparaît sous forme pure sur le paradigme idéal, et seulement de façon impure et mêlée à d’autres ingrédients sur les objets physiques ordinaires, y compris, bien entendu, ceux que nous utilisons en quelque sorte faute de mieux comme paradigmes. Dans les Remarques sur « Le Rameau d’or » de Frazer, Wittgenstein écrit :

  • 27 Bemerkungen über Frazer’s The Golden Bough/Remarques sur Le Rameau d’or de Frazer, texte allemand e (...)

Exorciser le sort ou faire mourir la mort ; mais, d’autre part, elle est présentée comme un squelette, comme étant elle-même, en un certain sens, morte. « As dead as death ». « Rien n’est aussi mort que la mort ; rien n’est aussi beau que la beauté elle-même. » L’image sous laquelle on se représente ici la réalité consiste à penser que la beauté, la mort, etc., sont les substances pures (concentrées), alors qu’elles sont présentes comme ingrédient dans un objet beau. — Et ne reconnais-je pas ici mes propres considérations sur « objet » et « complexe »27 ?

Il est donc à la fois très difficile et très important de reconnaître que des objets concrets comme le mètre-étalon de Paris peuvent réellement être des éléments de représentation et faire partie de notre langage, que ce sont bien ces objets eux-mêmes, et non les propriétés « pures » qu’ils exemplifient accidentellement et peut-être imparfaitement, qui constituent, en l’occurrence, des instruments de langage. Ce n’est pas en quelque sorte en dépit de leur matérialité, mais bien grâce à elle, qu’ils sont à même de jouer ce rôle.

  • 28 Saul Kripke, La Logique des noms propres [Naming and Necessity, 1972]), traduit de l’américain par (...)

29Cet aspect du problème a une importance cruciale, parce que toute l’argumentation utilisée par Kripke contre Wittgenstein repose sur le fait que, même s’il est vrai que le mètre-étalon de Paris a été utilisé pour fixer la référence de l’expression « 1 m », cette expression désigne de façon rigide une certaine longueur dans tous les mondes possibles, une longueur qui, dans le monde réel, se trouvait être – mais aurait pu très bien ne pas être et pourrait à un moment ou à un autre cesser d’être – celle de la barre de métal considérée. En d’autres termes, le mètre-étalon de Paris sert essentiellement à mettre en contact l’expression « 1 m » avec un objet abstrait, une longueur déterminée, qui est caractérisée par une propriété éminemment accidentelle, à savoir celle d’être la longueur de la barre de métal dont il s’agit à un moment donné et dans des conditions déterminées. Kripke admet que « pour une chose aussi abstraite qu’une unité de longueur, la notion de référence peut n’être pas claire28 » ; mais il suppose qu’elle l’est, suffisamment pour ce qu’il cherche à établir. La situation est, pour Kripke, la même que dans le cas d’un nom propre ordinaire. Si la description « la longueur de la barre S à l’instant t0 » a servi simplement à fixer la référence, et non à donner le sens, de l’expression « 1 m », alors la longueur considérée sera la référence de l’expression dans tous les mondes possibles, de même que, si la description « le meilleur élève de Platon » a été utilisée pour fixer la référence du nom propre « Aristote », ce nom propre désignera le même individu dans tous les mondes possibles, y compris dans des situations que l’on peut décrire en disant, par exemple : « Supposons qu’Aristote n’ait jamais rencontré Platon, n’ait jamais fait de philosophie, etc. »

30Bien entendu, le mètre-étalon de Paris n’est pas utilisé uniquement pour fixer initialement la référence de l’expression « 1 m », au sens indiqué, mais également pour assurer la stabilité de cette référence, en ce sens qu’il est essentiel que cette longueur reste à chaque instant, autant que possible, exactement ce qu’elle était à l’origine. Le paradigme ne nous serait évidemment pas d’une grande utilité, s’il n’était pas là pour assurer en permanence la liaison instaurée au départ entre l’expression et l’objet abstrait qu’elle est supposée désigner. Ce qui est essentiel, aux yeux de Kripke, n’est pas que la barre de métal concernée ait, dans les faits, une longueur aussi invariable que peut jamais l’être celle d’un objet matériel quelconque, mais que l’on puisse décrire très facilement des situations contrefactuelles dans lesquelles elle aurait une longueur différente :

  • 29 Id., p. 43.

Dans certaines situations contrefactuelles, la barre aurait été plus longue et dans d’autres plus courte, si on l’avait étirée ou comprimée. Nous pouvons dire de cette barre, comme de n’importe quelle autre de même substance et de même longueur, que, si on lui avait appliqué une certaine quantité de chaleur, sa longueur aurait augmenté. Un tel énoncé contrefactuel, vrai d’autres barres ayant des propriétés identiques, vaudra aussi de cette barre29.

31Une fois que l’on a réussi, par l’intermédiaire d’un paradigme, à sélectionner une longueur déterminée, on doit pouvoir dire de façon douée de sens de cette longueur qu’elle est ou n’est pas la longueur d’un objet physique quelconque, y compris du paradigme lui-même. Cela semble d’autant plus plausible que rien ne permet d’affirmer que la barre de métal a à un moment quelconque par la suite exactement la longueur déterminée qui a été définie ostensivement par rapport à elle. Dans le langage de Kripke, on peut dire que, même si les expressions « 1 m » et « la longueur de S » désignent le même objet dans le monde réel, la première désigne ce même objet dans tous les mondes possibles d’une façon qui est indépendante de la procédure qui a été utilisée initialement pour fixer sa référence, alors que la deuxième ne le désigne (dans le meilleur des cas) que dans le monde tel qu’il est.

32Ce qui oppose Kripke à Wittgenstein est donc essentiellement une conception platonicienne de choses telles que les longueurs, les couleurs, etc., contre laquelle Wittgenstein cherche précisément à nous mettre en garde. « Le mètre-étalon de Paris a 1 m » ne signifie pas « il y a une longueur (l m) qui se trouve être (mais pourrait ne pas être) celle du mètre-étalon ». Et dire que X a la même longueur que Y ne consiste pas à dire qu’il y a une longueur que X et Y se trouvent posséder tous les deux, mais simplement que les extrémités de X et de Y coïncident, lorsqu’on applique ces deux objets l’un contre l’autre. Si l’un de ces deux objets est le mètre-étalon, c’est la proposition grammaticale « Le mètre-étalon a 1 m » qui nous permet de conclure de cette coïncidence que la longueur du deuxième est 1 m. Mais la proposition grammaticale explique le sens de l’expression « 1 m » et n’attribue elle-même aucune propriété particulière au mètre-étalon.

33Kripke soupçonne Wittgenstein d’avoir, en dépit de ses protestations, attribué une propriété tout à fait étrange et même incompréhensible au mètre‑étalon :

  • 30 Id., p. 42.

C’est là une propriété bien « extraordinaire », en fait, pour une barre. À mon avis, Wittgenstein doit avoir tort. Si la barre mesure, par exemple, 39,37 pouces (je suppose que nous avons un étalon spécial pour les pouces), pourquoi ne mesure-t-elle pas un mètre ? De toute façon, nous supposerons que Wittgenstein a tort et que la barre mesure un mètre30.

34J’ai déjà remarqué que Wittgenstein ne nie certainement pas la chose dont Kripke propose d’admettre sans chercher plus loin qu’elle est vraie, à savoir que le mètre-étalon a bien 1 m. Il dit que l’on ne peut ni affirmer ni nier que le mètre étalon a 1 m. Et il est donc parfaitement absurde de lui imputer l’affirmation que la longueur du mètre-étalon n’est pas 1 m. Le raisonnement de Kripke est que, puisqu’on peut, par exemple, mesurer la barre de métal qui sert de mètre-étalon en pouces et constater qu’elle a 39,37 pouces, on doit pouvoir, en utilisant la règle de conversion « 39,37 pouces = 1 mètre », dire que le mètre-étalon a un mètre. Mais, naturellement, puisque la règle de conversion est une égalité, elle peut être utilisée dans les deux sens, de sorte qu’on doit pouvoir dire également de façon intelligible et vraie du pouce-étalon qu’il a un pouce de long, puisque 1 pouce = 1/39,37 mètre = 2,54 centimètres. On peut mesurer le yard-étalon à l’aide d’un mètre et découvrir qu’il a une longueur de 91,44 centimètres ; mais, bien entendu, c’est alors le mètre qui est utilisé comme étalon de mesure et le yard-étalon traité comme un objet physique ordinaire. Comme le dit Wittgenstein :

  • 31 BGM, III, § 74, p. 199/179.

Est-ce que celui qui mesure la table avec le mètre pliant mesure également le mètre ? S’il mesure le mètre, alors il ne peut pas du même coup mesurer la table31.

35Kripke ne s’interroge évidemment à aucun moment sur les raisons qui ont conduit Wittgenstein à affirmer que la proposition « Le mètre-étalon a 1 m » a (dans l’usage qui est ici le sien) le statut d’une règle, et non d’une proposition proprement dite. Son problème est uniquement le suivant : si l’on admet, comme tout le monde (sauf apparemment Wittgenstein) semble le faire que cette proposition exprime une vérité de l’espèce ordinaire, s’agit-il d’une vérité nécessaire ou d’une vérité contingente ? Si l’on accorde ce point essentiel (celui que justement Wittgenstein conteste), il y a effectivement les meilleures raisons de conclure qu’il s’agit d’une vérité contingente.

36Remarquons à ce propos que, dans l’esprit des gens qui sont a l’origine de l’introduction du système métrique, le choix du mètre comme unité pour la mesure des longueurs était une décision aussi peu conventionnelle qu’il est possible en pareil cas. Et, d’autre part, le mètre-étalon était bel et bien supposé avoir une longueur déterminée, correspondant à une certaine fraction de la longueur du méridien terrestre. Sur le premier point, Laplace écrit dans l’Exposition du système du monde :

  • 32 Pierre Simon de Laplace, Exposition du système du monde, 6ème éd., Paris, Bachelier, 1835, p. 80.

On ne peut voir le nombre prodigieux de mesures en usage, non seulement chez les différents peuples, mais dans la même nation, leurs divisions bizarres et incommodes pour les calculs, la difficulté de les connaître et de les comparer, enfin l’embarras et les fraudes qui en résultent dans le commerce, sans regarder comme l’un des plus grands services que les gouvernements puissent rendre à la société l’adoption d’un système de mesures dont les divisions uniformes se prêtent le plus facilement au calcul, et qui dérivent de la manière la moins arbitraire d’une mesure fondamentale indiquée par la nature elle-même32.

37Sur le deuxième point, on pourrait apporter de l’eau au moulin de Kripke en remarquant que l’on a, en fait, bel et bien commencé par déterminer la longueur exacte qui devait être celle du mètre et ensuite fabriqué une barre de métal de cette longueur précise. Mais cela signifie également que ce n’est pas la description « la longueur de la barre de métal S » qui a servi à fixer la référence de l’expression « 1 m », mais plutôt la description « la dix-millionième partie du quart du méridien terrestre » qui a été utilisée pour fixer la référence de cette expression et, du même coup, déterminer la longueur qu’il convenait de donner à la barre S. Laplace décrit de la façon suivante la procédure qui a été suivie :

  • 33 Id., p82-83.

L’angle droit est la limite des inclinaisons d’une ligne sur un plan, et de la hauteur des objets sur l’horizon ; d’ailleurs, c’est dans le premier quart de la circonférence que se forment les sinus, et généralement toutes les lignes que la trigonométrie emploie et dont les rapports avec les rayons ont été réduits en tables ; il était donc naturel de prendre l’angle droit pour l’unité des angles, et le quart de la circonférence pour l’unité de leur mesure. On le divisa en parties décimales, et pour avoir des mesures correspondantes sur la Terre, on divisa dans les mêmes parties le quart du méridien terrestre, ce qui a été fait dans l’Antiquité ; car la mesure de la Terre citée par Aristote, et dont l’origine est inconnue, donne 100 000 stades au quart du méridien. Il ne s’agissait plus que d’avoir exactement sa longueur. Ici deux questions se présentaient à résoudre. Quel est le rapport d’un arc du méridien, mesuré à une latitude donnée, au méridien entier ? Tous les méridiens sont-ils semblables ? Dans les hypothèses les plus naturelles sur la constitution du sphéroïde terrestre, la différence des méridiens est insensible, et le degré décimal dont le milieu correspond à 50° de latitude est la centième partie du quart du méridien ; l’erreur de ces hypothèses ne pourrait influer que sur les distances géographiques où elle n’est d’aucune importance. On pouvait donc conclure la grandeur du quart du méridien de celle de l’arc qui traverse la France depuis Dunkerque jusqu’aux Pyrénées et qui fut mesuré en 1740 par les Académiciens français. Mais une nouvelle mesure d’un arc plus grand encore, faite avec des moyens plus exacts, devant inspirer en faveur du nouveau système des poids et mesures un intérêt propre à le répandre, on résolut de mesurer l’arc du méridien terrestre compris entre Dunkerque et Barcelone. Ce grand arc, prolongé au sud jusqu’à Formentera et au nord jusqu’au parallèle de Greenwich, et dont le milieu correspond à très peu près au parallèle moyen entre le pôle et l’équateur, a donné la longueur du quart du méridien égale à 5 130 740 toises. On a pris la dix-millionième partie de cette longueur pour le mètre ou l’unité des mesures linéaires. La décimale au-dessus eût été trop grande ; la décimale au-dessous trop petite, et le mètre, dont la longueur est de 0, 513 074, remplace avec avantage la toise et l’aune, deux de nos mesures les plus usuelles33.

38Dans la mesure où l’on entendait par « 1 m » une longueur égale à la dix-millionième partie du quart du méridien terrestre, il était donc tout à fait possible et légitime de se demander si le mètre-étalon mesurait ou ne mesurait pas exactement 1 m. En fait, comme les mesures effectuées par Delambre et Méchain comportaient inévitablement une certaine marge d’erreur, on a pu dire que l’étalon du mètre ne représentait pas exactement la valeur réelle du mètre, que, pour qu’il le fasse, il faudrait, par exemple, le prendre non pas à la température de la glace fondante, mais à une température plus élevée. Ce qui est clair est que, en prenant comme paradigme la longueur l d’un méridien terrestre et en adoptant comme définition

1 m = 1l/40 000 000

on pouvait parfaitement prétendre mesurer en quelque sorte le mètre-étalon et, qui plus est, le mesurer en mètres. La proposition « Le mètre-étalon mesure un peu moins d’un mètre » peut donc parfaitement être utilisée de façon douée de sens et même considérée comme vraie. Wittgenstein ne nie pas cela ; mais fait remarquer simplement que, si l’expression « 1 m » est utilisée d’une manière telle qu’« avoir 1 m » signifie par définition « avoir la longueur (préservée dans des conditions spéciales et présumée constante) du mètre-étalon », alors cela n’a pas de sens de dire du mètre-étalon lui-même qu’il a ou n’a pas 1 m. Ce qui vient d’être dit ne change évidemment rien à la distinction qui doit être faite entre la proposition « 1 m = 0,513 074 T », considérée comme le résultat d’une mesure et indiquant la longueur de la quarante-millionième partie du méridien terrestre, et cette même proposition utilisée comme règle de conversion permettant de passer de l’ancien système de mesure au nouveau, et inversement.

39Vouloir décider si la proposition « Le mètre-étalon a 1 m » est nécessaire ou contingente, a priori ou a posteriori, sans préciser dans quel sens elle est utilisée, semble donc tout à fait problématique. Après avoir établi que cette proposition n’est pas nécessaire mais contingente, Kripke s’efforce de résoudre la deuxième question, qui, selon lui, n’a pas encore été décidée par là : est-elle a priori ou a posteriori ?

  • 34 S. Kripke, op. cit., p44.

Quel est maintenant le statut épistémique de la proposition « La barre S mesure un mètre à t0 », pour quelqu’un qui a fixé le système métrique par référence à la barre S ? Il semble qu’il la connaisse a priori. En effet, s’il est servi de la barre S pour fixer la référence du terme « un mètre », alors, en vertu de ce type de définition (qui n’est pas une définition abréviative ou synonyme), il sait automatiquement, sans recherche supplémentaire, que S mesure un mètre. En revanche, même si S est employée comme étalon du mètre, le statut métaphysique de « S mesure un mètre » sera celui d’un énoncé contingent, dès lors que « un mètre » est traité comme un désignateur rigide : étirée ou comprimée, chauffée ou refroidie, S mesurerait autre chose qu’un mètre même à t0. (Des énoncés comme « L’eau bout à 100°C (au niveau de la mer) » ont un statut analogue.) En ce sens, donc, il y a des vérités contingentes a priori34.

  • 35 . Id., p. 50.
  • 36 . Id., p51, note 26.

40Kripke estime que « la fixation de la référence de “un mètre” est un exemple particulièrement clair où, simplement parce qu’il a fixé la référence d’une certaine façon, quelqu’un peut savoir a priori que cette barre mesure un mètre, sans voir là une vérité nécessaire35 ». Il admet cependant que la thèse selon laquelle toute vérité a priori est nécessaire pourrait peut-être être modifiée ou reformulée de façon à être protégée contre ce genre de contre-exemples apparents. Et il précise dans une note : « Dans la mesure où je n’essaierai pas de reformuler la thèse, j’emploierai le terme “a priori” dans le texte de façon à ce que soient a priori les énoncés dont la vérité résulte d’une définition fixant une référence36. » Toute la question est de savoir dans quelle mesure et en quel sens une vérité obtenue de cette façon peut réellement être dite a priori. Kripke raisonne, de toute évidence, en fonction de la situation de quelqu’un qui aurait eu à un moment donné devant lui la barre de métal S et qui aurait fixé la référence de l’expression « un mètre » à l’aide d’une description utilisée référentiellement (au sens de Donnellan), pour faire référence à la longueur de S au moment considéré. Quelqu’un de ce genre n’a effectivement pas besoin d’une information supplémentaire pour savoir que S mesure un mètre ; mais c’est parce qu’il dispose, par ailleurs, d’une information préalable dont on pourrait difficilement dire qu’elle a été acquise a priori. Qu’en est-il maintenant de quelqu’un qui n’a jamais vu la barre S et qui n’a aucune idée de sa longueur, qui ne sait pas par exemple si celle-ci est de l’ordre de 2 cm ou de 2 m ? D’une personne de ce genre, on peut certainement dire qu’elle sait a priori qu’il est vrai que la longueur de S est un mètre, pourvu qu’elle sache simplement que la barre S est utilisée comme étalon du mètre dans le système métrique. Mais elle ne connaît pas pour autant la vérité qui est exprimée par la proposition « La longueur de S est un mètre ». Pour elle, cette proposition n’exprime, en réalité, pas encore un contenu de connaissance proprement dit, dont on pourrait se demander s’il est accessible a priori ou, au contraire, seulement, a posteriori. En d’autres termes, si la proposition « La barre S mesure un mètre » exprime réellement un fait déterminé contingent concernant la longueur de S, il est pour le moins difficile d’admettre que ce fait est susceptible d’être connu a priori, si l’on veut dire par là indépendamment d’une forme quelconque d’expérience (en l’occurrence, d’expérience de S et de sa longueur). Et pour autant que cette proposition peut être reconnue comme vraie d’une façon qui est indiscutablement a priori, on ne voit pas très bien comment elle pourrait décrire un fait déterminé, qui se trouve être réalisé, mais pourrait aussi bien ne pas l’être (un fait empirique qui n’est pas le simple fait sémantique que la référence de l’expression « un mètre » a été fixée d’une certaine façon, mais qui est supposé en découler directement).

41Kripke est, du reste, conscient de la difficulté, puisqu’il écrit :

  • 37 lbid.

Si quelqu’un fixe un mètre comme étant « la longueur de la barre S à t0 », il sait a priori que la barre S est longue d’un mètre à t0, même si, par cet énoncé, il exprime une vérité contingente. Mais a-t-il, simplement en fixant un système de mesure, appris une information (contingente) au sujet du monde, un fait nouveau qu’il ne connaissait pas auparavant ? La réponse plausible est « non », quand bien même le fait que S mesure un mètre est indéniablement contingent37.

Autrement dit, Kripke lui‑même hésite visiblement à accepter l’idée que l’on peut, simplement en fixant la référence d’un terme, apprendre une vérité nouvelle concernant le monde ; mais il maintient néanmoins que tout se passe comme si un fait contingent pouvait dans certains cas être connu a priori. Et comme celui qui prend connaissance d’un fait contingent qu’il avait jusqu’à présent ignoré semble bien du même coup apprendre quelque chose de nouveau concernant le monde, on peut dire que Kripke nous laisse surtout en présence d’une difficulté sérieuse pour laquelle il n’a pas lui-même de solution réelle à proposer.

IV

42Nathan Salmon concluait sa discussion sur le point qui vient d’être évoqué, dans Frege’s Puzzle, en remarquant que, s’il existe une connaissance qui est typiquement a posteriori, c’est bien celle du fait qu’une barre de métal S donnée a une longueur particulière :

  • 38 Nathan Salmon, Frege’s Puzzle, Cambridge, The MIT Press, 1986, p. 142.

La longueur exacte de S à t0, le fait qu’elle a exactement cette longueur (39,3701 pouces, ou un mètre), ne semble pas être le genre de chose qui pourrait être connu a priori. Quelles que soient les manœuvres linguistiques que l’on effectue, quelle que soit la sémantique que l’on décrète, il semblerait que l’on ne peut pas connaître la longueur précise de S – le fait qu’elle a exactement cette longueur – simplement par une réflexion sur les concepts ou l’objet impliqué, de la manière dont nous connaissons les vérités arithmétiques simples, pas même par une réflexion sur ses propres stipulations concernant le mot « mètre ». La connaissance, concernant une longueur particulière, du fait qu’une certaine barre (si elle existe) a exactement cette longueur semble être le paradigme de la connaissance a posteriori. Il s’agit d’une connaissance qui est obtenue en dernière analyse par la mesure. Il semblerait que, si ce n’est pas a posteriori pour qui que ce soit, alors rien n’est a posteriori pour qui que ce soit38.

  • 39 N. Samon, « How to Measure the Standard Metre », op. cit., p. 205.

43Dans l’article plus récent que j’ai déjà cité, Salmon admet qu’il est sans doute allé trop loin en suggérant que, pour savoir que S a exactement une longueur donnée, il faut l’avoir mesurée soi-même, ou en tout cas savoir qu’elle a été mesuré par quelqu’un à un moment donné. « Mais, dit-il, une certaine expérience sensorielle dans laquelle S joue un rôle crucial semble être requise. La proposition concernant le mètre est apparemment a posteriori, même si une mesure physique n’est pas requise pour sa vérification.39 » En conséquence :

  • 40 Id., p. 198.

Il semblerait que, quelles que soient les stipulations que l’on formule, on ne peut pas connaître sans recourir à l’expérience des choses telles que le fait que S, s’il existe, a précisément telle ou telle longueur particulière à t0. Il semblerait que l’on doive au moins regarder la longueur de S, ou être informé par quelqu’un qu’elle a exactement cette longueur, etc. Par conséquent, il semblerait que la proposition concernant le mètre n’est pas a priori, mais a posteriori40.

44Une proposition qui est souvent citée comme un exemple de proposition contingente, qui est néanmoins connue a priori, est la proposition « J’existe ». Mais il est évident que, si l’on utilise comme paradigme de ce dont on peut avoir une connaissance a priori les vérités arithmétiques simples, il y a les meilleures raisons de dire que la connaissance que l’on a de sa propre existence est, par contraste, le prototype de la connaissance a posteriori. Leibniz soutient que la proposition « J’existe » est, comme n’importe quelle proposition contingente, connaissable a priori par Dieu, qui peut donner de n’importe quelle proposition une preuve a priori, mais qu’elle n’est connaissable et connue de nous qu’a posteriori et « historiquement » :

  • 41 G.W. Leibniz, Nouveaux essais sur l’entendement humain, Jacques Brunschwig (éd.), Flammarion ‘GF’, (...)

On peut toujours dire que cette proposition : j’existe, est de la dernière évidence, étant une proposition qui ne saurait être prouvée par aucune autre, ou bien une vérité immédiate. Et de dire : je pense, donc je suis, ce n’est pas prouver proprement l’existence par la pensée, puisque penser et être pensant est la même chose ; et dire : je suis pensant, est déjà dire : je suis. Cependant vous pouvez exclure cette proposition du nombre des axiomes avec quelque raison, car c’est une proposition de fait, fondée sur une expérience immédiate et ce n’est pas une proposition nécessaire, dont on voie la nécessité dans la convenance immédiate des idées. Au contraire, il n’y a que Dieu qui voie comment ces deux termes, moi et l’existence, sont liés, c’est-à-dire pourquoi j’existe41.

  • 42 Alvin Plantinga, The Nature of Necessity, Oxford, The Clarendon Press, 1974, p. 8.

45D’autre part, il est évident que, comme le fait remarquer Alvin Plantinga, si l’on interprète de façon tout à fait stricte l’expression « connu indépendamment de l’expérience », il y a de bonnes raisons de dire qu’il n’y a pas de vérités que nous connaissions a priori : « Même pour savoir que 7 + 5 = 12, je dois avoir eu une certaine expérience 42. » C’est une chose d’accorder à Kripke, comme cela semble raisonnable, qu’on ne peut pas identifier immédiatement, comme on l’a fait le plus souvent, le nécessaire avec ce qui peut être connu a priori. C’en est une autre d’affirmer qu’il y a des exemples clairs de propositions contingentes qui sont connues a priori. Il est en tout cas particulièrement difficile d’admettre que la proposition « Le mètre‑étalon a 1 m » est un exemple de ce genre, et cela d’autant plus que Kripke donne plutôt l’impression d’avoir formulé sur ce point un paradoxe que lui-même trouve difficilement acceptable que d’avoir établi une conclusion surprenante, mais inévitable.

46Dummett observe que l’on pourrait démontrer, en utilisant le raisonnement de Kripke, que la proposition « Je suis ici » est vraie a priori et pourtant contingente, en dépit du fait que cette proposition, qui est vraie quel que soit l’endroit où je me trouve, ne dit précisément rien sur l’endroit exact où je me trouve. Je peux savoir que je suis ici sans savoir le moins du monde où je suis exactement, tout comme je peux savoir que le mètre-étalon a un mètre sans savoir le moins du monde quelle longueur il a :

  • 43 M. Dummett, Frege : Philosophy of Language, op. cit., p. 122-123.

En un sens, la phrase « Je suis ici » est vraie a priori ; c’est-à-dire que toute personne parlant français sait que, toutes les fois qu’elle prononcera consciemment la phrase « Je suis ici », elle dira quelque chose de vrai. Dans ce cas, si je dis « Je suis ici », est-ce que j’exprime une connaissance a priori d’un fait contingent ? Si l’on raisonne comme le fait Kripke, le fait doit sûrement être considéré comme contingent, puisque je peux dire avec vérité « J’aurais pu ne pas être ici ». C’est évidemment une erreur. En disant « Je suis ici », je peux réussir à dire à quelqu’un qui m’entend où je suis ; mais ma connaissance du fait que je peux toujours dire avec vérité « Je suis ici » est tout à fait compatible avec le fait que, dans une occasion donnée, je n’aie pas la plus petite idée de l’endroit où je me trouve. En sachant que je peux dire avec vérité « Je suis ici », je ne sais rien du tout concernant le lieu où je me trouve moi-même. De même, si quelqu’un n’a absolument aucune idée de la longueur qu’a un mètre, à ceci près qu’il sait que c’est la longueur d’une certaine barre qui se trouve à Paris et qu’il n’a jamais vue, il peut néanmoins savoir a priori que la barre du mètre à 1 mètre de long ; mais, dans un sens intuitif, il ne sait pas quelle est la longueur de la barre d’un mètre et, par conséquent, il n’exprime pas, par sa remarque, la connaissance d’un fait contingent quelconque. Si quelqu’un en 1001 comprend le système de datation et par conséquent est en mesure de dire a priori « Le Christ est né en l’an 1 après J.-C. », mais n’a absolument aucune idée de l’année dans laquelle on est lorsqu’il le dit, alors, à nouveau, il n’exprime pas par sa remarque un fait contingent quelconque. Les choses sont effectivement différentes s’il connaît la date, car dans ce cas il y a un fait dont on peut au moins arguer qu’il est contingent, qui découle de ce qu’il dit en même temps que du fait, qu’il n’a pas énoncé, que l’on est à ce moment-là en 1001 après J.-C., à savoir le fait que le Christ est né 1000 ans auparavant ; mais, dans ce cas, personne ne songerait qu’il connaissait ce fait simplement en vertu de sa compréhension du système de datation43.

47Celui qui sait uniquement que la référence de l’expression « 1 m » a été fixée comme étant la longueur de la barre S (dans des conditions déterminées), sans avoir aucune idée de ce que peut être la longueur de S, ne sait pas quelle est la référence de S et ne dit, par conséquent, d’aucune longueur déterminée qu’elle est la longueur de S, lorsqu’il dit que S a un mètre de long. Autrement dit, Kripke ne parvient à conférer une certaine plausibilité à l’idée qu’il existe des propositions contingentes et néanmoins connues a priori qu’en confondant deux choses que Wittgenstein tient particulièrement à distinguer : la connaissance purement « grammaticale » que peut avoir quelqu’un qui est simplement au courant de certaines caractéristiques du système de représentation, et la connaissance de faits indiscutablement empiriques et contingents qui sont représentés dans ce système. Il est, du reste, déjà probablement abusif de considérer que quelqu’un qui sait simplement que la longueur de S est appelée « 1 m », mais ignore tout de ce qu’elle est, connaît un aspect réellement significatif de la grammaire du système. Il sait, en fait, uniquement que le jeu de langage de la mesure effectuée avec le mètre repose en dernière analyse sur un instrument de langage d’un type particulier, mais ne sait pour ainsi dire rien de cet instrument.

48Dans les discussions sur le statut de la proposition « Le mètre-étalon a un mètre », une certaine ambiguïté provient du fait que l’expression « le mètre-étalon » peut être utilisée soit pour désigner la barre de métal elle-même, soit pour désigner sa longueur. Or c’est une propriété contingente pour la barre de métal en question que d’avoir une longueur particulière à un moment donné. Mais ce n’est certainement pas une propriété contingente pour cette longueur elle-même que d’être la longueur qu’elle est, et donc d’être une longueur d’un mètre, si c’est cette longueur-là que l’on a décidé d’appeler « un mètre ». Si l’on se représente la longueur comme une sorte d’objet éthéré qui a cette longueur, il faudra, bien entendu, considérer que c’est une propriété essentielle de cet objet que d’avoir la longueur en question. Il est évident qu’aucun étalon de mesure n’a jamais été fabriqué d’après un objet de ce genre (une longueur « pure »), utilisé comme paradigme. Mais, si l’on admet qu’en fixant la référence de l’expression « 1 m », on a sélectionné une longueur déterminée, qui se trouvait être celle de la barre S au moment considéré, on peut avoir envie de dire qu’il n’y a en quelque sorte que la longueur désignée elle-même qui a à coup sûr et de façon parfaitement exacte cette longueur. On ne peut même pas dire, semble-t-il, du mètre-étalon qu’il a cette longueur par définition, puisque, pour autant qu’il l’ait à un moment donné, il ne l’a qu’accidentellement et peut très bien ne plus jamais l’avoir exactement par la suite. Il serait évidemment absurde de dire que la barre S a par définition la longueur qu’elle avait au moment t0. Mais il est tout aussi impossible de dire qu’elle mesure un mètre, quelle que soit sa longueur.

49Colin Strang, dans un article consacré à l’argument du Troisième Homme, écrit ceci à propos de la barre en bronze qui fut fabriquée en 1844-1845 pour remplacer l’ancien yard-étalon, qui avait été endommagé en 1834 :

  • 44 32° Farenheit = 0° Celsius.
  • 45 Colin Strang, « Plato and the Third Man », in G. Vlastos (éd.), Plato, A Collection of Critical Ess (...)

Les barres de bronze changent de longueur avec la température. Cependant, n’est-il pas vrai que […] le yard-étalon est long d’un yard, quelle que soit sa longueur ? Non, il n’est pas long d’un yard à 32°F44, ni s’il est supporté uniquement à ses extrémités, ni s’il est tordu ou plié. En fait, il n’a un yard de long que s’il satisfait les conditions, à la fois explicites et sous‑entendues, qui sont spécifiées dans l’Acte [des Poids et Mesures de 1878]. Puisqu’il n’est jamais possible de dire catégoriquement que ces conditions sont exactement remplies, il s’ensuit que la barre étalon est une chose dont on ne peut jamais savoir qu’elle a exactement un yard de long, même par définition. (Mais elle a certainement droit autant, si ce n’est plus, à la description « un yard de long » que n’importe quel autre objet qui peut être mesuré par rapport à elle, et dans le même sens. Ce qui est prédiqué de l’étalon et de ses copies en est prédiqué de façon non équivoque. C’était la doctrine normale de l’Académie […], et à cet égard la théorie paradigmatique n’était pas dans l’erreur45.

  • 46 Id., p190.

50En revanche, « la longueur est prédiquée de l’unité et de la barre de façon équivoque, ce qui revient à dire que la première n’est pas un paradigme de la deuxième 46 ». La longueur unité n’a pas de longueur, en tout cas pas au sens auquel la barre de métal qui a servi à la définir en a une. Mais il est facile de confondre, et on confond souvent, la longueur unité et la barre.

  • 47 Id., p. 192.

Il est facile de les confondre et de croire qu’il y a quelque chose qui est à la fois la longueur unique, invisible et immuable qu’ont les choses longues d’un yard et lui-même long d’exactement un yard, toutes les autres choses longues d’un yard étant des copies ou des reproductions de celle-là47.

Mais si le paradigme réel n’est pas la longueur unique, invisible et immuable, mais l’objet matériel perceptible, changeant et pas nécessairement unique qui la représente, et si la signification de l’expression « être long d’un yard », lorsqu’elle est appliquée à un objet ordinaire, implique en dernier ressort une comparaison avec le paradigme, il est certainement difficile de dire dans le même sens de celui-ci, bien qu’il ait certainement une longueur, qu’il a cette longueur.

51Wittgenstein soutient, comme on l’a vu, que, pour autant que la barre S est utilisée comme paradigme pour l’attribution de la longueur « 1 m », on ne peut pas dire d’elle qu’elle a 1 m de long. Et il est tout à fait clair que c’est de 1’objet physique lui-même, et non de sa longueur, que l’on ne peut, selon lui, dire ce genre de chose. Mais, dans la mesure où l’on peut dire de lui qu’il a cette longueur, c’est-à-dire lorsqu’il cesse de fonctionner comme étalon de mesure pour devenir lui-même mesurable, on peut certainement le dire dans le même sens qu’à propos de n’importe quel autre objet. Selon Baker et Hacker :

  • 48 G. Baker et P.M.S. Hacker, op. cit., p293.

La seule impossibilité réside dans le fait d’utiliser simultanément le mètre-étalon comme un échantillon canonique et de le décrire comme mesurant un mètre de longueur. Il n’y a rien de tel qu’une chose qui mesure toujours et n’est jamais mesurée, mais qui est également quelquefois mesurée et dont on trouve qu’elle a un mètre de long48.

C’est certainement exact. Mais la vérité est sans doute justement qu’il n’y a rien, pas même l’étalon dont nous nous servons pour fabriquer et vérifier nos instruments de mesure ordinaires (ce que Baker et Hacker appellent l’« échantillon canonique »), qui ne soit jamais mesuré en un certain sens. Il n’y a que le paradigme immatériel supposé qui pourrait fonctionner d’une manière telle qu’il soit toujours mesure, et jamais mesuré. Mais c’est précisément parce qu’il n’a pas de longueur et qu’il ne peut être question de le mesurer.

52Wittgenstein a proposé à différentes reprises d’essayer de séparer ce qui a est a priori ou « grammatical » de ce qui est empirique dans une même proposition en faisant une distinction entre les deux assertions : « Cet objet-ci a la même couleur (ou la même longueur) que cet objet-là », et : « La couleur (ou la longueur) de cet objet-ci est la même que celle de cet objet-là ». Dans les entretiens avec le Cercle de Vienne, il observe à propos du cas de la longueur que l’on peut apparemment exprimer des états de choses semblables tantôt à l’aide d’une seule proposition, tantôt à l’aide de deux, entre lesquelles il existe une relation interne :

Par exemple :

A : ——————

B : ———

Je peux dire : A a 2 m de long, B a 1,5 m de long. Alors il apparaît (es zeigt sich) que A est plus long que B.

Ce que je ne peux pas dire est que 2 > 1,5. C’est interne.

Mais je peux également dire : A a 0,5 m de plus en longueur que B.

  • 49 Wittgenstein und der Wiener Kreis/Wittgenstein et le Cercle de Vienne, d’après les notes de Friedri (...)

Dans ce cas, j’ai manifestement une relation externe ; car il serait en vérité tout aussi bien pensable que le segment A soit plus court que le segment B. Pour dire les choses encore plus clairement : de ces deux segments déterminés, il n’est assurément pas pensable que l’un soit plus long ou plus court. Mais si je dis par exemple que le segment qui se trouve à gauche est plus long que celui qui se trouve à droite, alors la relation « plus grand » me communique effectivement quelque chose, – elle est externe 49.

53Un peu plus loin, la même remarque est faite à propos de la couleur :

Je peux bien dire : l’un des habits est plus sombre que l’autre. Mais je ne peux pas dire : une des couleurs est plus sombre que l’autre. Car cela appartient à l’essence de la couleur ; elle ne peut en vérité être pensée sans cela.

  • 50 Id., p. 55/24.

La chose est toujours la même : à tel ou tel endroit de l’espace, il y a une couleur plus sombre qu’à tel autre endroit. Dès que je fais entrer en ligne de compte l’espace, j’ai des relations externes ; mais, entre les qualités de couleur pures, il ne peut y avoir que des relations internes. Je n’ai en fait aucun autre moyen de caractériser la couleur que le moyen en question, qui utilise leur qualité 50.

54Qu’un objet ait la couleur déterminée qu’il a est un fait empirique. Mais que la couleur qu’il a coïncide ou ne coïncide pas avec une autre, soit ou ne soit pas plus sombre qu’une autre, etc., est, pour Wittgenstein, de la grammaire. Dans les leçons des années 1932-1935, il remarque :

  • 51 L. Wittgenstein, Les Cours de Cambridge, 1932-1935, op. cit., p. 85/107.

Si une pièce de vêtement est mise à côté de l’échantillon et se révèle avoir la même couleur, nous pourrions dire que c’est une expérience qui montre que les deux sont identiques. Mais que cette couleur soit la même que celle de l’échantillon n’est pas montré par l’expérience, Qu’elle concorde ou ne concorde pas est déterminé a priori. Il est vrai a priori que, si vous apportez quelque chose de bleu, il concordera ; ce n’est pas quelque chose que vous prédisez51.

Autrement dit :

  • 52 Id., p84/106.

Qu’un vert ou un jaune concorde avec l’échantillon vert fait partie de la géométrie, et non de la dynamique, de vert ; en d’autres termes, c’est une partie de la grammaire de « vert », et non une loi naturelle52.

55Dans les Remarques sur les fondements des mathématiques, Wittgenstein conclut une discussion sur le statut de la proposition grammaticale « Blanc est plus clair que noir » par la suggestion suivante :

  • 53 BGM I, § 105, p. 76/72.

On peut éviter des malentendus en déclarant que c’est un non-sens de dire : « La couleur de ce corps-ci est plus claire que celle de celui-là », que l’on devrait dire : « Ce corps-ci est plus clair que celui-là ». Autrement dit, on exclut la forme d’expression en question de notre langage53.

  • 54 Ibid.

De la proposition « Blanc est plus clair que noir », Wittgenstein dit qu’« elle est intemporelle parce qu’elle n’exprime que la liaison des mots « blanc », « noir » et « plus clair » avec un paradigme54. » La proposition « Le mètre-étalon a un mètre », si elle est utilisée pour formuler une assertion grammaticale (donc impropre), est intemporelle pour la même raison. Elle ne dit pas que le mètre-étalon a un mètre en ce moment ou à un moment quelconque. Elle n’est pas un énoncé sur la barre S, mais sur la liaison spéciale que nous avons instaurée une fois pour toutes entre l’usage de l’expression « un mètre » et cette barre. Il est tout à fait exact qu’un échantillon de couleur peut s’altérer, tout comme la longueur de S peut se modifier de façon plus ou moins importante, et que, pour cette raison, nous ne sommes pas obligés de nous fier inconditionnellement et en toutes circonstances à nos paradigmes. Mais il serait manifestement erroné d’en conclure que nous ne savons pas, en toute rigueur, si le mètre-étalon a bien un mètre, parce que nous ne pouvons jamais être certains que les conditions dans lesquelles il a exactement un mètre sont parfaitement réalisées, et que par conséquent nous ne savons jamais non plus avec certitude si un objet mesuré en mètres a exactement la longueur que nous lui attribuons – comme si une indétermination supplémentaire concernant la longueur exacte du mètre, telle qu’elle est fixée par le paradigme, venait ici en quelque sorte s’ajouter à celle qui résulte des limites imposées nécessairement à la précision d’une opération de mesure quelconque. La proposition « Le mètre-étalon a un mètre » ne dit précisément pas que nous sommes sûrs qu’il a cette longueur, au sens auquel on peut être sûr qu’un objet ordinaire que l’on a mesuré a une longueur donnée.

56Wittgenstein soutient que dire que cette pièce de vêtement concorde avec l’échantillon de couleur est une proposition d’expérience, puisque cela revient à dire que sa couleur est, par exemple, bleue, mais que dire que cette couleur concorde avec celle de l’échantillon a le statut d’une règle concernant l’usage du mot « bleu ». De même, dire que le bord de la table coïncide avec le mètre dont je me sers pour le mesurer est une proposition d’expérience, puisque cela consiste simplement à dire qu’il a un mètre de long et qu’il pourrait très bien avoir une longueur différente. Mais dire que la longueur qui se trouve être celle de cet objet est égale à celle de cet autre objet, ou est plus grande qu’elle, n’est pas une proposition d’expérience. À la relation externe « plus grand que » entre les objets correspond une relation interne entre leurs longueurs ; et cette dernière n’est pas à nouveau une relation entre des objets, mais une relation entre des désignations de longueur dans un système de représentation des longueurs. Si cette longueur s’appelle « 3 mètres » et cette autre « 2 mètres », alors la première est plus grande que la seconde pour la simple raison arithmétique (et donc, au sens de Wittgenstein, « grammaticale ») que 3 est plus grand que 2. Mais la tentation à laquelle on est exposé – et à laquelle il faut, selon Wittgenstein, résister – est de dire que la longueur « 3 m » est « dans » cet objet, la longueur « 2 m » « dans » cet autre, et que c’est parce qu’il est dans la nature de la première longueur d’être plus grande que la seconde que le premier objet est plus grand que le second.

57Wittgenstein a combattu de façon systématique l’idée que, lorsqu’une chose est rouge, le rouge est dans la chose, ce qui implique que le rouge lui-même soit, en un sens privilégié du verbe « être ». On peut appliquer des considérations du même genre au cas de la longueur. Il est tentant de supposer que, lorsqu’une chose a un mètre, le mètre est dans la chose et que, pour cela, il doit posséder un mode d’être tout à fait unique, qui est indépendant de celui de tous les objets ordinaires, y compris de ceux que nous utilisons comme paradigmes pour l’attribution de cette longueur. (Le mètre-étalon est alors supposé avoir servi simplement à donner un nom à un objet dont l’existence et les propriétés sont indépendantes de notre usage d’un paradigme concret et de paradigmes en général). Le mètre prototypique idéal est, sommes-nous tentés de dire, exactement comme le rouge est. Wittgenstein décrit ainsi la situation :

On a utilisé le mot « être » pour une espèce sublimée, éthérée de l’exister. Considérez maintenant la proposition : « Rouge est » (par exemple). Assurément, personne ne l’utilise jamais ; mais si je devais néanmoins m’inventer un usage pour elle, alors ce serait: comme formule d’introduction à des énoncés qui doivent ensuite faire usage du mot « rouge ». En prononçant la formule, je regarde un modèle de la couleur rouge.

  • 55 BGM I, § 72, p. 64/60.

On est tenté de prononcer une phrase comme « Rouge est », lorsqu’on considère la couleur avec attention : donc, dans la même situation dans laquelle on constate l’existence d’une chose (d’un insecte semblable à une feuille, par exemple)55.

58Si l’on voulait inventer un usage pour la phrase « Le mètre est », ce serait sans doute également comme formule d’introduction à des phrases dans lesquelles on fait usage de l’expression « un mètre » pour dire d’un objet qu’il a un mètre ou tant de fois un mètre de long. En prononçant cette formule, on regarde probablement un mètre ordinaire ou, mieux encore, le mètre-étalon lui-même. Et c’est en quelque sorte comme si l’on pouvait regarder directement et uniquement la longueur en soi, en oubliant l’objet physique qui la possède. Lorsqu’une proposition qui constitue une simple préparation à un jeu de langage est traitée comme une proposition utilisable dans le jeu de langage, l’image que nous parvenons à lui associer dans le meilleur des cas se révèle fatalement impropre à illustrer ce qui est en question. L’illustration de faits concernant la nature (c’est-à-dire, pour Wittgenstein, la grammaire) de choses comme la longueur ou la couleur ne devrait, semble-t-il, faire intervenir que la longueur ou la couleur en elles-mêmes, et non pas en tant que propriétés accidentelles d’objets physiques déterminés. Tout se passe donc finalement comme si, en tentant de remonter en deçà du jeu de langage pour dire quelque chose de significatif sur ce qui le précède et le rend possible, on n’avait réussi, en fait, qu’à dire quelque chose qui a une fâcheuse apparence de trivialité sur le jeu de langage qui se joue effectivement et sur les instruments linguistiques qui y sont utilisés.

Notes

1 Lorsqu’il discute la conception philosophique selon laquelle les éléments peuvent uniquement être nommés et non pas décrits de quelque façon que ce soit, Wittgenstein se réfère généralement à un passage caractéristique du Théétète (20le-202c) qu’il cite au § 46 dans les termes suivants : « J’ai entendu dire par certaines personnes que, pour les éléments originels – si je puis m’exprimer ainsi – dont nous et tout le reste sommes composés, il n’y aurait pas d’explication ; car tout ce qui est en soi et pour soi pourrait seulement être désigné par des noms ; aucune autre détermination n’en serait possible, ni celle qui dit que cela est, ni celle qui dit que cela n’est pas. […] Mais il faudrait dénommer ce qui est en soi et pour soi […] sans aucune autre détermination. Il serait donc impossible de fournir une explication d’un élément originel quel qu’il soit ; il n’y aurait pour lui rien d’autre que la pure dénomination ; car l’élément ne posséderait que son nom. Et de même que ce qui se compose de ces éléments originels serait une configuration issue de l’entrelacement, de même les dénominations des éléments deviendraient, lorsqu’elles sont prises dans cet entrelacement, un discours explicatif ; car l’essence de ce discours serait l’entrelacement des noms. » Le problème est évoqué notamment dans la Grammaire philosophique, où Wittgenstein écrit : « “Un objet ne peut, en un certain sens, être décrit” (également chez Platon : “Il ne peut être expliqué, mais seulement nommé”). Par “objet” on entend ici “signification d’un mot qui n’est pas davantage définissable” et par “description” ou “explication” à proprement parler : définition. Car, que l’objet puisse “être décrit de l’extérieur”, que l’on puisse par exemple lui attribuer des propriétés, on ne le nie naturellement pas. Nous pensons donc, avec une phrase comme celle qui est citée plus haut, à un calcul avec des signes indéfinissables – mais, pour dire les choses exactement, non‑définis – les noms, et nous disons d’eux qu’ils ne peuvent pas être expliqués. » (Ludwig Wittgenstein, Philosophische Grammatik, Suhrkamp, 1984, p. 208 ; Grammaire philosophique, traduit de l’allemand par Marie-Anne Lescourret, Gallimard, 1980, p. 271. [Désormais PG.])

2 Ludwig Wittgenstein, Philosophische Untersuchungen / Philosophical Investigations, texte allemand et traduction anglaise de G.E.M. Anscombe, Blackwell, [1953] 1998 ; Recherches philosophiques, traduit de l’allemand par E. Rigal et alii, Gallimard, 2004, § 50. [Désormais PU.]

3 PU, § 50.

4 Ludwig Wittgenstein, Les Cours de Cambridge, 1932-1935, texte anglais établi par A. Ambrose et traduit par E. Rigal, TER, 1992, p. 120/147.

5 Cf. le passage du Théètète cité dans la note 1.

6 PU, § 58.

7 PU, § 57.

8 Ludwig Wittgenstein, Bemerkungen über die Grundlagen der Mathematik, Suhrkamp, 1984, I, § 93-94, p. 71 ; Remarques sur les fondements des mathématiques, traduit de l’allemand par Marie-Anne-Lescourret, Gallimard, 1991, p. 67. [Désormais BGM]

9 Les Cours de Cambridge, 1932-1935, op. cit., p. 70/91.

10 BGM IV, § 4, p. 225/197.

11 BGM VII, § 74, p. 437/345.

12 BGM IV, § 3, p. 224/196.

13 BGM IV, § 5, p. 226/197.

14 BGM IV, § 5, p. 226-227/197.

15 BGM VII, § 2, p. 356/288.

16 BGM VII, § 1, p. 355/287.

17 G.P. Baker and P.M.S. Hacker, Wittgenstein : Meaning and Unterstanding, An Analytical Commentary on the Philosophical Investigations, vol. 1, Oxford, B. Blackwell, 1980, p. 299-300.

18 Nathan Salmon, « How to Measure the Standard Metre », Proceedings of the Aristotelian Society, vol. LXXXVIII, 1988, p. 206.

19 Michael Dummett, Frege : Philosophy of Language, Londres, Duckworth, 1973, p. 112-113.

20 G.E. Moore, « Is Existence a Predicate ? », in Alvin Plantinga (éd.), The Ontological Argument, New York, Anchor Books, Doubleday & Company, Inc., 1965, p. 82.

21 N. Salmon, op. cit., p. 210. Si nous persistions à dire que nous savons exactement quelle est la longueur de S sans avoir eu à la mesurer, « cela rendrait S inexplicablement unique, différent du point de vue de l’accessibilité épistémique de tous les autres objets et de ce qu’il aurait été s’il n’avait pas été choisi comme l’étalon, uniquement en vertu du rôle spécial qu’il en est venu arbitrairement à tenir comme résultat d’un accident de l’histoire et de la culture humaines. Puisque c’est impossible, nous sommes amenés à la conclusion sceptique que nous ne savons pas, et ne pouvons pas découvrir, quelle est la longueur de quoi que ce soit » (ibid., p. 211). Salmon conclut finalement que, « si dire quelque chose qui est trivialement vrai nous amène à dire d’autres choses qui semblent beaucoup plus alarmantes qu’elles ne le sont en réalité, il peut être préférable de ne rien dire » (ibid., p. 216).

22 Baker and Hacker, op. cit., p181.

23 Ibid., p. 200.

24 PU, § 251.

25 PU, § 252.

26 Ludwig Wittgenstein, Philosophische Bemerkungen, Suhrkamp, 1984, § 48, p. 81 ; Remarques philosophiques, traduit de l’allemand par Jacques Fauve, Gallimard, 1975, p. 79. [Désormais PB]

27 Bemerkungen über Frazer’s The Golden Bough/Remarques sur Le Rameau d’or de Frazer, texte allemand et traduction par J-P. Cometti et E. Rigal in Ludwig Wittgenstein, Philosophica III, TER, 2001, p. 35.

28 Saul Kripke, La Logique des noms propres [Naming and Necessity, 1972]), traduit de l’américain par P. Jacob et F. Recanati, Éditions de Minuit, 1982, p. 42-43.

29 Id., p. 43.

30 Id., p. 42.

31 BGM, III, § 74, p. 199/179.

32 Pierre Simon de Laplace, Exposition du système du monde, 6ème éd., Paris, Bachelier, 1835, p. 80.

33 Id., p82-83.

34 S. Kripke, op. cit., p44.

35 . Id., p. 50.

36 . Id., p51, note 26.

37 lbid.

38 Nathan Salmon, Frege’s Puzzle, Cambridge, The MIT Press, 1986, p. 142.

39 N. Samon, « How to Measure the Standard Metre », op. cit., p. 205.

40 Id., p. 198.

41 G.W. Leibniz, Nouveaux essais sur l’entendement humain, Jacques Brunschwig (éd.), Flammarion ‘GF’, 1966, p. 362.

42 Alvin Plantinga, The Nature of Necessity, Oxford, The Clarendon Press, 1974, p. 8.

43 M. Dummett, Frege : Philosophy of Language, op. cit., p. 122-123.

44 32° Farenheit = 0° Celsius.

45 Colin Strang, « Plato and the Third Man », in G. Vlastos (éd.), Plato, A Collection of Critical Essays, I : Metaphysics and Epistemology, New York, Anchor Books, Doubleday & Company, 1971, p. 189.

46 Id., p190.

47 Id., p. 192.

48 G. Baker et P.M.S. Hacker, op. cit., p293.

49 Wittgenstein und der Wiener Kreis/Wittgenstein et le Cercle de Vienne, d’après les notes de Friedrich Waismann, texte allemand établi par Brian McGuiness et traduit par Gérard Granel, TER, 1991, p. 54/23-24.

50 Id., p. 55/24.

51 L. Wittgenstein, Les Cours de Cambridge, 1932-1935, op. cit., p. 85/107.

52 Id., p84/106.

53 BGM I, § 105, p. 76/72.

54 Ibid.

55 BGM I, § 72, p. 64/60.

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540