Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études de philosophie du langage

 | 
Jacques Bouveresse

L’identité et la signification des noms propres chez Frege et Kripke

Note de l’éditeur

Ce texte est paru initialement, sous le même titre, dans la revue Sigma, no°3, 1978, p. 1-18.

Texte intégral

1Il est bien connu que Frege a été amené à introduire sa fameuse distinction entre le sens (Sinn) et la dénotation (Bedeutung) d’une expression essentiellement pour résoudre certaines apories classiques concernant la relation d’identité. Il s’agissait pour lui de rendre compte de la différence qui existe entre les énoncés d’identité comme « 2 + 2 = 4 » ou « L’étoile du matin = l’étoile du soir », qui véhiculent incontestablement une certaine information, et les énoncés d’identité triviaux du type « L’étoile du matin = l’étoile du matin ». Frege résout le problème en remarquant qu’un énoncé d’identité du type « a = b » est informatif dans la mesure où à la différence des signes correspond une différence dans ce qu’il appelle la « manière d’être donné » de l’objet. Et cette manière d’être donné de l’objet constitue le sens de l’expression qui a pour dénotation l’objet en question. Si « a = b » est vrai, les deux énoncés « a = a » et « a = b » ont la même dénotation, c’est-à-dire la même valeur de vérité ; mais « a = b » peut avoir un sens tout à fait différent de celui de « a = a » si les signes « a » et « b » ont des sens différents. C’est cette différence de sens qui explique que ce que Frege appelle la « valeur de connaissance » (Erkenntniswert) de l’énoncé ne soit pas du tout la même dans les deux cas : alors que « a = a » est une vérité logique qui ne nous apprend rien d’intéressant sur l’objet concerné, « a = b » peut nous apporter réellement une information, qui est obtenue soit a priori, comme dans les cas du type « 2 + 2 = 4 », soit a posteriori (par une identification empirique), comme dans les cas du type « L’étoile du matin = l’étoile du soir ».

  • 1 Chez Frege, la catégorie des noms propres (Eigennamen) ne contient pas seulement les noms propres o (...)

2La théorie de Frege oblige évidemment à attribuer un sens non seulement aux descriptions définies, comme « L’étoile du matin », mais également aux noms propres1. L’énoncé « Shakespeare = Bacon », qu’il soit vrai ou faux, a un sens très différent de celui de l’énoncé « Shakespeare = Shakespeare » ; et cela n’est possible que dans la mesure où les noms propres « Shakespeare » et « Bacon » ont un sens, et un sens différent. En réalité, Frege avait des raisons plus fondamentales et plus générales que celle qui vient d’être évoquée pour attribuer aux noms propres un sens, et non pas seulement une dénotation. Il pourrait sembler naturel, à première vue, de n’attribuer aux noms propres qu’une dénotation (et non un sens) et aux phrases (déclaratives) qu’un sens (et non une dénotation). (C’est, d’une certaine manière, à une théorie de ce genre que Wittgenstein est revenu dans le Tractatus, à ceci près que ses noms propres sont des signes intrinsèquement simples, très différents des noms propres usuels dont il est question ici.). Mais, pour Frege, le sens (resp. la dénotation) d’une expression complexe est une fonction du sens (resp. de la dénotation) des expressions qui la composent. Et il en résulte simultanément qu’une proposition ne peut avoir un sens que si les expressions qui la composent (y compris les noms propres au sens étroit) en ont un, et qu’elle doit avoir elle-même une dénotation si les expressions qui la composent en ont une.

3Frege a été amené à attribuer aux propositions une dénotation, qui est leur valeur de vérité, par des considérations du genre suivant : ce qu’une expression a ou n’a pas, selon que les expressions qui y figurent ont ou n’ont pas de dénotation, doit être la dénotation de la proposition ; et la seule chose qui puisse remplir ce rôle est la valeur de vérité. Comme il l’écrit lui‑même :

  • 2 Gottlob Frege, Nachgelassene Schriften, H. Hermes, F. Kambartel & F. Kaulbach (éd.), Hambourg, Feli (...)

Nous exigeons de tout nom propre qui figure dans une proposition qu’il ait une dénotation, si ce qui nous intéresse est la vérité, si nous nous comportons de façon scientifique. D’un autre côté, nous savons qu’il est indifférent pour le sens de la proposition, la pensée (Gedanke), que les parties de la proposition aient ou n’aient pas de dénotations ; par conséquent, à la proposition doit encore être rattaché un élément différent de la pensée, pour lequel il est essentiel que les parties de la proposition aient des dénotations, et cet élément devra être appelé la dénotation de la proposition. Mais la seule chose pour laquelle cela est essentiel, est ce que j’appelle la valeur de vérité, c’est-à-dire la question de savoir si la pensée est vraie ou fausse. Les pensées dans la légende et la fiction n’ont pas besoin d’avoir une valeur de vérité. Une proposition qui contient un nom propre sans dénotation n’est ni vraie ni fausse ; la pensée qu’elle exprime, s’il y en a une, appartient à la fiction. Dans ce cas la proposition n’a pas de dénotation2.

4Dans la question du sens des noms propres, le raisonnement opère en sens inverse, du sens de la phrase au sens du mot :

  • 3 Lettre à P.E.B. Jourdain, in G. Frege, Wissenschaftlicher Briefwechsel, G. Gabriel et al. (éd.), Ha (...)

Je ne crois pas que nous puissions nous passer en logique du sens du nom ; car il faut qu’une proposition ait un sens, si elle doit être utilisable. Mais la proposition se compose de parties, qui doivent contribuer d’une manière ou d’une autre à l’expression du sens de la proposition, donc doivent elles-mêmes être d’une manière ou d’une autre douées de sens. Prenons la proposition « L’Etna est plus haut que le Vésuve ». Nous y trouvons le nom « Etna », qui figure également dans d’autres propositions, par exemple dans la proposition « L’Etna est en Sicile ». La possibilité que nous avons de comprendre des propositions que nous n’avons encore jamais entendues repose manifestement sur le fait que nous construisons le sens d’une proposition à partir de parties qui correspondent aux mots. Si nous trouvons dans deux propositions le même mot, par exemple « Etna », nous reconnaissons également dans les pensées correspondantes quelque chose de commun qui correspond à ce mot. Sans cela, un langage au sens propre serait impossible. Nous pourrions assurément convenir que certains signes doivent exprimer certaines pensées, comme les signaux dans les chemins de fer (tronçon de voie libre) ; mais, de cette manière, nous serions toujours limités à un domaine très restreint et nous ne pourrions pas former une proposition complètement nouvelle qui soit comprise de quelqu’un d’autre, en dépit du fait qu’une convention particulière pour ce cas n’a pas été préalablement donnée3.

(Remarquons à ce propos que, contrairement à ce que croient certains thuriféraires naïfs, le fameux thème de la « créativité » linguistique n’avait pas été complètement oublié depuis les cartésiens jusqu’à Chomsky : il est au centre de la théorie du langage de Frege et également de celle de Wittgenstein dans le Tractatus.)

5Pour Frege, la signification d’un nom propre n’est donc pas autre chose que l’élément invariant de la contribution qu’il apporte à la signification des différentes phrases dans lesquelles il est susceptible de figurer. Qu’il doive nécessairement fournir une contribution de ce genre, cela n’est guère contestable ; mais cela ne nous dit pas encore ce qu’elle est exactement. Et si l’on considère le comportement des noms propres dans les énoncés d’identité, les choses deviennent, à bien des égards, encore plus compliquées. Si une proposition du type « a = b » a une valeur informative (elle n’en a pas nécessairement une), c’est que les signes « a » et « b » ont un sens différent. Mais la notion d’informativité est manifestement une notion relative et largement pragmatique, qui dépend du système de connaissances et de croyances de l’individu concerné. Or, pour Frege, la valeur d’information d’un énoncé est une propriété aussi objective et aussi peu psychologique que son sens. Son point de vue implique, en effet, la référence à un locuteur-auditeur idéal pourvu d’une connaissance complète de la sémantique du langage considéré ou, pour parler comme Katz et Fodor, d’une théorie sémantique systématique lui permettant d’attribuer à chaque expression de son langage un sens qui soit une fonction compositionnelle du sens de ses parties et de sa structure syntaxique. N’importe quelle reconstruction acceptable de la sémantique de la langue française assignera vraisemblablement aux expressions « L’étoile du matin » et « L’étoile du soir » deux significations qui obligent à considérer comme une information extra-linguistique contingente le fait que ces deux expressions désignent en réalité un seul et même objet (qui n’est d’ailleurs pas une étoile), à savoir la planète Vénus. Mais qu’en est-il exactement dans le cas des noms propres proprement dits ? Si une expression se réfère à un objet déterminé sans faire intervenir une « manière d’être donné » particulière de cet objet ou un critère d’identification particulier pour cet objet, peut-on encore parler du sens de cette expression et d’une connaissance de ce sens susceptible de faire partie de la connaissance du langage auquel elle appartient ?

6Frege s’est parfaitement rendu compte qu’il y avait là une difficulté. Dans une note de Sinn und Bedeutung, il remarque :

  • 4 Gottlob Frege, « Über Sinn und Bedeutung », in G. Frege, Funktion, Begriff, Bedeutung. Fünf logisch (...)

Dans le cas d’un nom propre proprement dit comme « Aristote », les opinions peuvent assurément diverger sur le sens. On pourrait par exemple admettre comme étant le sens : l’élève de Platon et précepteur d’Alexandre le Grand. Celui qui fait cela attachera à la proposition « Aristote était originaire de Stagire » un autre sens que celui qui admettrait comme sens de ce nom : le précepteur, originaire de Stagire, d’Alexandre le Grand. Tant que la dénotation reste la même, ces fluctuations du sens peuvent être tolérées, bien qu’elles soient à éviter dans l’édifice didactique d’une science démonstrative et ne doivent pas se produire dans une langue parfaite4.

Si, pour un individu donné, le fait d’être né à Stagire fait partie de la signification du nom propre « Aristote », l’énoncé « Aristote était né à Stagire » sera pour lui analytique et dépourvu de valeur informative. En revanche, si « Aristote » a pour lui la même signification que la description définie « L’élève de Platon et précepteur d’Alexandre le Grand », l’énoncé « Aristote était né à Stagire » lui apparaîtra comme synthétique et informatif. Comme Frege était particulièrement soucieux de préserver l’invariance et l’objectivité du sens, par opposition aux fluctuations de la représentation psychologique subjective, et ne pouvait certainement pas considérer la détermination du sens d’un mot comme une question d’« opinion », il ne lui restait effectivement guère d’autre solution que de considérer comme une imperfection (supportable) de la langue usuelle le fait que le sens d’un nom propre puisse apparemment varier dans des proportions considérables d’un locuteur à un autre. Frege est évidemment resté jusqu’au bout tributaire du modèle d’un langage idéal (formel) qui non seulement attribuerait à chacun de ses signes une dénotation, mais également les introduirait avec un sens déterminé. De ce point de vue, le fait que la référence soit, de façon générale, plutôt surdéterminée que sous-déterminée par le sens constitue effectivement un inconvénient assurément moins grave que la non-existence de la référence, mais néanmoins réel.

II

7Parmi les arguments qui ont été utilisés pour justifier l’attribution d’un sens aux noms propres figure l’idée traditionnelle que la compréhension et l’extension d’un concept doivent varier en sens inverse. Dans le cas d’un concept d’individu (la « socratité »), la compréhension devrait être maximale, puisque l’extension est minimale. Comme l’écrivait W. S. Jevons :

J’ai montré dans les Elementary Lessons in Logic (p. 41-44) que les noms propres sont certainement connotatifs. Il y aurait une impossible solution de continuité si l’on supposait qu’une fois que l’on a réduit l’extension de « chose » successivement à animal, vertébré, mammifère, homme, Anglais, ayant fait ses études à Cambridge, mathématicien, grand logicien, et ainsi de suite, augmentant ainsi à chaque fois l’intension, la seule étape qui reste, celle qui consiste à ajouter Augustus de Morgan, professeur à University College, Londres, puisse faire disparaître toute la connotation, au lieu de l’augmenter jusqu’au point le plus extrême.

  • 5 Cf. par exemple, Hilary Putnam, « Is Semantics possible ? », in Stephen P. Schwartz (éd.), Naming, (...)

8À cela se rattache également l’idée non moins traditionnelle (aristotélicienne) que l’on ne peut réellement définir un individu. Un concept d’individu, c’est-à-dire susceptible d’individuer complètement son sujet doit avoir un contenu inépuisable. Dans le cas d’un concept général, le sens est fourni, selon les théories sémantiques traditionnelles, par une liste de caractères qui constituent des conditions nécessaires et suffisantes qu’un objet doit remplir pour tomber sous le concept. Il y a de bonnes raisons de douter que la signification d’un nom commun puisse être représentée dans tous les cas par une liste de ce genre5. Mais, dans le cas d’un nom propre, la situation est évidemment bien pire. L’explication du sens devrait mentionner ou bien un ensemble infini de propriétés ou bien un sous-ensemble plus ou moins arbitraire de propriétés « essentielles », par opposition aux propriétés facultatives. D’un côté l’individu Socrate n’a existé qu’une fois et est, si l’on peut dire, à prendre ou à laisser avec toutes ses propriétés. De l’autre, nous admettons probablement tous que Socrate pourrait ne pas avoir été chauve sans cesser pour autant d’être l’individu que nous désignons du nom de « Socrate ».

  • 6 Cf. Paul Ziff, Semantic Analysis, Ithaca, Cornell University Press, 1960, p. 85-89, 93-94, 104-105, (...)

9La solution radicale qui consiste à refuser toute espèce de signification aux noms propres a été rarement adoptée chez les philosophes et les linguistes. Parmi les linguistes, une exception notoire est celle de Paul Ziff, qui considère que, de façon générale, les noms propres n’ont pas de signification, ne sont pas réellement des mots et ne font pas partie de la langue concernée6. Chez les philosophes, l’exception la plus connue est celle de Mill, qui semble s’être inspiré de Reid, pour qui « un nom propre ne signifie rien d’autre que le nom de l’individu dont il est le nom ; et lorsque nous l’appliquons à l’individu, nous n’affirmons ni ne nions rien le concernant », alors que, lorsque nous « appliquons le nom de fils ou de frère à plusieurs personnes, cela signifie et affirme que cet attribut leur est commun à tous ». En d’autres termes, dire « cet homme est Socrate », c’est ne lui attribuer aucune propriété en dehors de celle qui consiste dans le fait de s’appeler « Socrate ». Naturellement, quand Mill soutient qu’un nom propre n’a pas de connotation, mais seulement une dénotation, il ne veut pas dire exactement qu’il est arbitraire, si cela signifie « attribué arbitrairement à son possesseur ». Mill admet évidemment que, lorsque nous donnons, par exemple, un nom propre à un enfant ou à un lieu, il peut y avoir et il y a souvent une raison pour laquelle on a choisi ce nom-là plutôt qu’un autre ; mais il soutient que « le nom, une fois donné, est indépendant de la raison ». Les circonstances et les conditions du « rite baptismal » (pour employer une expression de Ziff) restent extérieures à la signification. Un homme peut avoir été appelé « Jean » parce que c’était le nom de son père, une ville peut avoir été appelée « Dartmouth » parce qu’elle est située à l’embouchure de la Dart. Mais cela ne fait pas partie de la signification du mot « Jean » que le père de la personne en question porte le même nom, ni même de la signification du mot « Dartmouth » que la ville appelée de ce nom soit située à l’embouchure de la Dart. Car la ville pourrait très bien cesser, par exemple si le cours de la rivière se modifiait, d’être à l’embouchure de la Dart, sans pour autant changer de nom.

  • 7 John Stuart Mill, A System of Logic, Ratiocinative and Inductive, Livre 1, Chapitre ii, § 5.

Ce fait, par conséquent – conclut Mill – ne peut pas constituer une partie de la signification du mot ; car, sans cela, lorsqu’il est reconnu que le fait a cessé d’être vrai, plus personne ne songerait à appliquer encore le nom. Les noms propres sont attachés aux objets eux-mêmes, et ne sont dépendants du maintien d’aucun attribut de l’objet7.

10Le choix du nom peut avoir été motivé par une information factuelle plus ou moins caractéristique concernant l’objet, et cette information peut même être présente la plupart du temps à l’esprit de l’utilisateur du nom ; mais elle n’est en aucun cas un constituant de sa signification. Un nom propre joue le rôle d’un sélecteur ou d’un distingueur : il a pour fonction d’introduire une chose comme sujet possible de prédication. Donner un nom propre à un objet, ce n’est pas en dire quelque chose, mais en faire quelque chose dont on peut dire quelque chose. Par conséquent, si l’on considère les deux expressions « Sophronisque » et « le père de Socrate », on peut dire qu’elles ont deux significations (fonctions) tout à fait différentes :

  • 8 Ibid.

Elles sont toutes les deux des noms du même individu, mais leur signification est complètement différente ; elles sont appliquées à cet individu pour deux fins différentes : l’une simplement pour le distinguer d’autres personnes dont on parle ; l’autre pour indiquer un fait qui se rattache à lui, le fait que Socrate était son fils8.

11Une conséquence immédiate de la théorie de Mill est qu’aucune prédication ayant pour sujet un nom propre ne peut être « essentielle ». Les propositions qui affirment des propriétés ou des relations essentielles constituent ce que Mill appelle des propositions « purement verbales » : elles énoncent simplement des conventions concernant la signification des termes. « L’homme est un animal rationnel » est une proposition de ce genre. Mais « Socrate est un homme » ne peut pas être une proposition essentielle, puisque le nom propre « Socrate » n’a pas de signification. On ne peut pas attribuer à Socrate, en disant qu’il est un homme, une propriété qu’on lui aurait déjà attribuée en se référant à lui à l’aide de nom « Socrate », puisqu’on ne lui a attribué, ce faisant, aucune propriété. En langage kantien, aucune proposition ayant pour sujet un nom propre ne peut être analytique :

  • 9 Id., I, vi, 3.

D’après la conception des propositions essentielles exposée plus haut, on ne peut compter comme telle aucune proposition qui se réfère à un individu par un nom, c’est-à-dire dans laquelle le sujet est un nom propre. Les individus n’ont pas d’essence9.

  • 10 Noam Chomsky, Reflections on Language, New York, Pantheon Books, 1975, p. 47.

12Chomsky a contesté cette façon de voir en faisant remarquer qu’un nom propre comme « Nixon » appartient, dans notre langage, à une certaine catégorie linguistique, en l’occurrence celle des noms de personne. Par conséquent, « Nixon est un objet animé » signifie à peu près : « La personne Nixon est un objet animé ». Et c’est une proposition nécessaire, en raison de la vérité nécessaire de la proposition qui énonce que toute personne est un être animé. Cependant, cela n’implique pas l’essentialisme de re. Car « la nécessité de cet énoncé s’ensuit sans aucune attribution de propriétés nécessaires aux individus indépendamment de leur désignation. C’est un cas de modalité de dicto plutôt que de re, un peu comme pour l’énoncé selon lequel l’homme qui vit à l’étage au‑dessus vit à l’étage au-dessus »10.

13Bien entendu, du point de vue de Mill, même des propriétés essentielles de dicto (dépendantes de la manière dont il a été nommé) ne peuvent réellement être attribuées à l’individu Nixon. Cela n’entraîne cependant pas qu’il existe ou qu’il pourrait exister des noms propres purs, c’est-à-dire susceptibles d’être assignés à des objets indépendamment de toute catégorisation explicite ou implicite de ceux-ci. L’information qui intervient lors de l’imposition du nom pourra naturellement comporter et comportera vraisemblablement un élément catégoriel plus ou moins spécifique. Nous ne donnons normalement des noms d’homme qu’à des objets qui ont été reconnus et classés comme étant des hommes. Mais ce que Mill veut dire est que l’objet pourrait également cesser, pour une raison ou pour une autre, d’appartenir à la catégorie concernée, sans que la relation de dénomination cesse pour autant d’exister. Elle est donc indépendante, à ses yeux, même de cet aspect catégoriel qui, par le fait, ne fait pas partie non plus de la signification du nom propre. On peut imaginer que nous apprenions un jour que l’individu Aristote, qui a fait tout ce que nous savons, n’était pas, comme nous l’avons toujours cru, un homme, mais en réalité un demi-dieu ou peut-être un robot extrêmement perfectionné envoyé sur la terre par des habitants d’une autre planète. Il n’en résulterait pas que le nom propre « Aristote » a perdu sa dénotation ou qu’il désigne un autre individu que celui qu’il avait désigné jusqu’ici. Il serait simplement devenu un nom d’homme qui, en l’occurrence, ne désigne pas un homme. (Après tout, un admirateur d’Aristote pourrait très bien choisir d’appeler son chien « Aristote ».) De ce point de vue, il n’est pas absolument évident que l’énoncé « Aristote était un être humain » soit analytique (ce qui ne signifie pas, bien entendu, qu’il soit le moins du monde douteux).

III

14Kripke, qui a adopté sur le problème de la signification des noms propres une conception qui se rapproche jusqu’à un certain point de celle de Mill, est parti, comme Frege, d’une aporie concernant l’identité ; mais, cette fois, dans les contextes modaux. Le principe de substituabilité des identiques (loi de Leibniz) dit que :

(1)  (x) (y) [x = y → (Fx → Fy)]

D’autre part, chaque objet a la propriété d’être nécessairement identique à lui-même :

(2)  (x) N(x = x)

Si l’on admet que la propriété F dans (1) peut être une propriété faisant intervenir un opérateur modal, on obtient comme cas particulier de (1) :

(3)  (x) (y) {x = y → [N(x = x) → N (x = y)]}

De (2) et (3) on peut tirer aisément :

(4)  (x) (y) [x = y → N(x = y)]

En d’autres termes, si « a = b » est un énoncé d’identité vrai, « N(a = b) » est également vrai. Un énoncé d’identité ne peut donc apparemment pas être vrai de façon contingente. Pourtant, que pourrait-il bien y avoir de plus contingent que des identités comme « L’étoile du matin = l’étoile du soir » ou « Le nombre des planètes = 9 » ?

  • 11 Sur ce point, cf. Arthur F. Smullyan, « Modality and Description », in L. Linsky (éd.), Reference a (...)

15Dans le cas des descriptions définies, Kripke résout le problème en utilisant la théorie russellienne classique et la notion (cruciale dans ce genre de contexte) de portée (scope) d’une description définie11. Quand nous disons que l’auteur de Hamlet pourrait ne pas avoir écrit Hamlet ou que l’auteur de Hamlet pourrait ne pas être l’auteur de Hamlet, nous ne nions pas l’identité d’un individu avec lui-même. Nous disons qu’une et une seule personne a écrit Hamlet et que cette personne qui, dans les faits, l’a écrit, pourrait ne pas l’avoir écrit. Nous ne disons pas qu’il se pourrait qu’une personne déterminée ait écrit Hamlet et en même temps ne l’ait pas écrit. Considérons maintenant l’énoncé : « L’inventeur du phonographe était l’inventeur de la photographie en couleur ». Si nous écrivons « P (x) » pour « x a inventé le phonographe » et « Q (x) » pour « x a inventé la photographie en couleur », la transcription russellienne donne :

(5)  (∃x) (∃y) { (z) [P(z) ↔z = x] & (t) [Q(t) ↔ t = y] & x = y}

  • 12 Je néglige ici, évidemment, certaines questions de priorité maintes fois discutées.

C’est un fait indiscutablement contingent qu’un seul individu (Charles Cros) a inventé à la fois le phonographe et la photographie en couleur12. Mais (4) ne nous oblige nullement à admettre le contraire. Car de (4) et (5) nous ne pouvons certainement pas tirer :

(6)  N[(∃x) (∃y) { (z) [P(z) ↔ z = x] & (t) [Q(t) ↔ t = y] & x = y}],

mais seulement :

(7)  (∃x) (∃y) { (z) [P(z) ↔ z = x] & (t) [Q (t) ↔ t = y] & N(x = y)}

Or l’x et l’y dont il est question ici se trouvent être une seule et même personne, Charles Cros, et il n’y a certainement rien de scandaleux dans l’idée que Charles Cros puisse être nécessairement identique à lui‑même.

  • 13 Cf. essentiellement Saul Kripke, « Identity and Necessity », in M.K. Munitz (éd), Identity and Indi (...)

16Appliqué aux noms propres, le même raisonnement atténue déjà considérablement le caractère paradoxal de (4). Car supposons que « Shakespeare = Bacon » soit vrai. Dans ce cas « N (Shakespeare = Bacon) » dit en fait simplement d’un seul et même individu qu’il est nécessairement identique à lui-même. L’étape cruciale et l’idée la plus originale et la plus intéressante de Kripke13 consistent ici à dissocier radicalement les deux notions, traditionnellement confondues, de nécessité et d’apriorité. La distinction nécessaire/contingent appartient à la métaphysique, et la distinction a priori/a posteriori à la théorie de la connaissance. De ce qu’un énoncé est nécessaire (vrai dans tous les mondes possibles), il ne découle pas automatiquement que sa vérité peut être connue a priori (indépendamment de toute expérience). Kripke a, en tout cas, raison de remarquer que cette conclusion ne va pas de soi et demanderait à être réellement justifiée. Il n’y a pas forcément contradiction entre le fait que « a = b » soit une identité nécessaire et le fait que la reconnaissance de cette identité doive faire l’objet d’une découverte empirique.

17Dans la terminologie de Kripke, un désignateur est rigide s’il désigne le même individu dans tous les mondes possibles dans lesquels cet individu existe, non-rigide dans le cas contraire. Les descriptions définies peuvent être des désignateurs rigides (par exemple, « la racine carrée de 25 », qui désigne dans tous les mondes possibles le nombre 5) ou non-rigides (par exemple, « l’inventeur du phonographe », qui désigne dans notre monde Charles Cros (ou, si l’on préfère, Edison), mais pourrait désigner un individu différent dans un autre monde). Mais les noms propres sont tous des désignateurs rigides. Supposons à présent que « a » et « b » soient des noms propres et que « a = b » soit vrai. « a » désigne le même individu dans tous les mondes où cet individu existe, « b » également. Par conséquent, si « a » et « b » désignent le même individu dans le monde réel, ils désignent le même individu dans tous les mondes qui contiennent cet individu. Autrement dit, si « a = b » est vrai dans notre monde, il est vrai dans tous les mondes qui contiennent l’individu concerné, c’est-à-dire nécessairement vrai. Pourtant l’énoncé « a = b » peut être a posteriori et informatif. Car la référence de « a » et celle de « b » peuvent avoir été fixées de deux manières différentes, dont nous avons dû découvrir qu’elles étaient deux manières de fixer la même référence.

  • 14 Contrairement à ce que l’on dit la plupart du temps, je ne crois pas que cela soit réellement la co (...)

18Cela n’oblige nullement à revenir à l’idée que les noms propres ont une signification. Nous pouvons fixer la référence d’un nom propre en mentionnant l’une ou l’autre des propriétés caractéristiques de l’individu concerné. Mais les descriptions définies dont nous nous servons en pareil cas ne sont pas synonymes du nom propre et leur signification n’est pas non plus une partie de son sens. La signification d’un nom propre n’est pas donnée par une description définie ni, comme dans la théorie de Searle14, par une classe de descriptions définies. En fait, les noms propres n’ont pas de signification.

  • 15 « Naming and Necessity », p. 279.

19Il semblerait que nous avons besoin de la signification pour garantir la fixité de la référence. Mais, par ailleurs, nous avons besoin de la fixité de la référence pour pouvoir décrire les différentes choses qui auraient pu arriver à l’individu concerné dans une situation irréelle. Supposons que la signification du nom propre « Aristote » soit constituée par une liste de propriétés caractéristiques Pl, P2,..., Pn. Lorsque nous envisageons, pour l’une ou l’autre de ces propriétés Pi, un monde possible dans lequel Aristote ne l’aurait pas eue, il faut bien, pour que notre supposition ait un sens, que nous continuions à nous référer au même individu Aristote. Comme l’écrit Kripke, « nous utilisons le terme “Aristote” d’une manière telle que, lorsque nous pensons à une situation irréelle dans laquelle Aristote ne se serait livré à aucune des activités et n’aurait réalisé aucune des choses que nous lui attribuons communément, nous n’en continuerions pas moins à dire que ce serait une situation dans laquelle Aristote n’a fait aucune de ces choses15 ». Et lorsque nous disons, par exemple : « Si Moïse n’avait pas existé, alors les Israélites n’auraient pas pu sortir d’Égypte », il faut bien que, d’une certaine manière, nous nous référions à l’individu Moïse, en dépit du fait que nous sommes précisément en train d’envisager une situation dans laquelle il n’aurait pas existerait. Ce n’est pas la non-existence de n’importe quel individu que nous considérons, mais la sienne.

20La notion de « monde possible » comporte une connotation métaphysique traditionnelle, qui pourrait ici aisément induire en erreur. Kripke s’en est rendu compte et a mis en garde son lecteur contre la tentation de concevoir un monde possible comme une contrée plus ou moins éloignée que nous observons à distance à l’aide d’instruments perfectionnés. Par « monde possible », il faut entendre ici simplement une situation irréelle décrite avec les ressources de notre langage, tel qu’il est. Considérons par exemple une situation irréelle possible dans laquelle Nixon aurait perdu l’élection qu’il a gagnée contre Humphrey :

  • 16 Id., p. 267.

Une fois que nous voyons – écrit Kripke – qu’une telle situation est possible, alors il est établi que l’homme qui pourrait avoir perdu l’élection, ou qui a perdu l’élection dans ce monde possible, est Nixon, parce que cela fait partie de la description du monde. Les “mondes possibles” sont stipulés, et non pas découverts à l’aide de puissants télescopes. Il n’y a pas de raison pour laquelle nous ne pourrions pas stipuler que, en parlant de ce qui serait arrivé à Nixon dans une certaine situation irréelle, nous parlons de ce qui lui serait arrivé à lui16.

Les mondes possibles ne sont pas des univers préexistants que nous devons explorer pour déterminer si Nixon y existe ou non. Envisager que certaines choses qui sont arrivées à Nixon aient pu ne pas lui arriver, c’est construire des mondes possibles dans lesquels Nixon existe par stipulation. Parler d’un monde possible dans lequel ces choses ne lui sont pas arrivées, c’est simplement dire, sous une autre forme, qu’elles auraient pu ne pas lui arriver sans qu’il cesse d’être Nixon. S’il y a des choses qui ne pouvaient pas ne pas arriver à Nixon sans qu’il cesse d’être Nixon, nous ne pouvons tout simplement pas décrire une situation (un monde possible) dans lesquels elles ne lui sont pas arrivées.

IV

  • 17 Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, § 50.
  • 18 Cette interprétation de Kripke est discutée de manière détaillée et critique dans Jacques Bouveress (...)

21Kripke ne se contente pas de suggérer qu’une proposition pourrait être nécessaire sans être pour autant a priori. Les deux notions sont, à ses yeux, indépendantes. Il peut également y avoir des propositions qui sont a priori et cependant contingentes. Wittgenstein a fait à propos du mètre-étalon de Paris une remarque déconcertante et énigmatique : c’est, selon lui, la seule chose dont on ne puisse dire ni qu’elle a 1 m de long ni qu’elle n’a pas 1 m de long17. Kripke estime qu’en réalité l’énoncé « La longueur du mètre-étalon de Paris est 1 m » est doué de sens, et qu’il est à la fois a priori et contingent. Il est a priori, puisqu’il ne découle pas de l’expérience, mais d’une stipulation plus ou moins arbitraire. Mais il est contingent, pour la raison suivante. « 1 m » est un désignateur rigide : il désigne la même longueur dans tous les mondes possibles. Il est un désignateur rigide de la longueur qui se trouve être, dans les faits, celle de la barre de métal en question. Mais l’expression « la longueur du mètre-étalon de Paris » n’est pas un désignateur rigide. Elle pourrait désigner une autre longueur dans un monde possible différent du monde réel. Le mètre-étalon de Paris nous sert à fixer la référence du désignateur « 1 m » ; mais la signification de l’expression « la longueur du mètre-étalon de Paris » n’est pas la même que celle de l’expression « 1 m », et elle n’en est pas non plus une partie18.

  • 19 Michael Dummett, Frege : Philosophy of Language, Duckworth, 1973.

22Dans son livre sur Frege19, M. Dummett a entrepris une réfutation systématique des arguments utilisés par Kripke contre les théories à la Frege et leurs variantes. Pour commencer, remarque-t-il, il n’y a aucune raison de supposer que, pour Frege, la signification d’un nom propre est nécessairement donnée par une description définie :

  • 20 Id., p. 110.

Il est vrai que, en donnant des exemples de sens possibles qui peuvent être associés à un nom propre, Frege les exprime à l’aide de descriptions définies ; mais cela devrait être considéré uniquement comme un dispositif permettant une caractérisation brève du sens, plutôt que comme un moyen d’exprimer la thèse que Kripke attribue à Frege. Ce qui est important dans la théorie de Frege est qu’un nom propre, s’il doit être considéré comme ayant un sens déterminé, doit avoir, associé à lui, un critère spécifique pour reconnaître un objet donné comme étant le référent du nom ; le référent du nom, s’il y en a un, est l’objet, quel qu’il puisse être, qui satisfait ce critère. Parfois le critère peut être susceptible d’être transmis à l’aide d’une description définie ; dans d’autres cas, non20.

23En second lieu, que l’on accepte ou non d’identifier le sens d’un nom propre à celui d’une description définie coréférentielle, on n’en est pas moins obligé d’admettre que le comportement des noms propres et celui des descriptions définies présentent, dans les contextes modaux, le même type d’ambiguïté et exigent le même type de traitement. Les contextes modaux ne peuvent donc pas constituer par eux-mêmes une raison suffisante d’introduire une distinction du genre de celle de Kripke entre les noms propres et les descriptions définies (quelles que soient par ailleurs leurs différences). C’est particulièrement évident, aux yeux de Dummett, lorsqu’il s’agit d’expliquer la contingence d’énoncés comme « La longueur du mètre-étalon de Paris est 1 m » ou « Sainte Anne était la mère de la Vierge » :

  • 21 Id., p. 124.

Ce type de contingence ne peut être compris dans les termes de la notion de fait contingent, mais uniquement dans les termes de celle de propriété accidentelle21.

Nous ne devons pas analyser la proposition « Sainte Anne pouvait ne pas être la mère de la Vierge » sous la forme : « Il est possible que sainte Anne n’ait pas été la mère de la Vierge », mais sous la forme : « Sainte Anne possède la propriété qui consiste dans le fait qu’il était possible qu’elle ne soit pas la mère de la Vierge ». Ce que nous devons comprendre n’est pas la contingence d’une proposition, mais ce que c’est pour le prédicat « avoir été la mère de la Vierge » que d’être vrai de façon contingente d’un objet. Nous sommes donc bien forcés de faire intervenir la même notion de portée que dans le cas des descriptions définies.

24Il est clair qu’en fait la théorie de Frege et celle de Kripke n’ont pas été conçues pour résoudre le même type de problème. Frege s’est efforcé de rendre plausible et acceptable une notion objective et stable de signification qui permettrait de rendre compte, dans le cadre d’une théorie sémantique systématique incluant le cas des noms propres eux-mêmes, de notions comme celles de synonymie, analyticité, informativité, etc. Il était, bien entendu, conscient du fait qu’il s’agit d’une idéalisation ; mais il n’est pas certain que cette idéalisation soit tellement plus contestable dans le cas des noms propres que dans les autres cas. Comme l’écrit Dummett :

  • 22 Id., p. 142-143.

Le modèle simple en vertu duquel un nom propre possède un sens unique et spécifique, commun à tous les utilisateurs du nom, qui détermine sa référence, doit être modifié à de nombreux points de vue avant de devenir une image réaliste de notre utilisation effective des noms. Frege ne l’a pas considéré comme une image réaliste de la pratique effective : il savait fort bien que c’était une idéalisation ; mais il le considérait comme une idéalisation qui révèle le mécanisme essentiel du langage, en même temps que comme une idéalisation dont nous devons, pour les besoins de la science, constamment essayer de nous rapprocher. Dans la pratique réelle, les sens sont flous, varient d’un locuteur à un autre, fluctuent avec le temps, de toutes les manières qui ont été décrites et incontestablement d’autres encore. En cela, les noms propres ne sont pas différents des autres mots : toutes les attaques contre la notion de sens, telle qu’elle est appliquée aux noms propres, peuvent être étendues avec autant de raison à de très nombreuses autres classes de mots et, lorsque cette extension a été effectuée, on voit s’annuler leur force. Ce à quoi il faut résister est la tentation de croire que la nécessité d’introduire ces multiples amendements de l’explication simple pour rendre justice à la complexité de la pratique linguistique réelle détruit l’utilité du modèle original, d’après lequel un nom a une référence en vertu de son sens ; car ce modèle exhibe le seul mécanisme par lequel un nom pourrait acquérir une référence, même s’il est vrai que le fonctionnement réel a été simplifié pour les besoins de la clarté. Nous n’avons pas à choisir entre la théorie de Frege et une théorie concurrente : il n’y a pas d’autre théorie22.

25Selon Kripke ; la référence d’un nom propre est donnée, en gros, de la façon suivante. La référence est d’abord fixée par un « rite baptismal » initial, qui fait intervenir l’ostension pure et simple, une description définie ou d’autres procédures. L’usage du nom est ensuite transmis d’individu à individu et de génération en génération par une chaîne causale ; et chaque individu l’utilise avec l’intention de lui donner la même référence que ses prédécesseurs, qui lui ont inculqué son usage. Peut-on estimer que ce genre de « théorie » (Kripke lui-même ne prétend pas, du reste, que c’en est une) est susceptible de concurrencer réellement celle de Frege et de conduire à la solution des problèmes qu’il s’est posés et que les sémanticiens continuent à se poser ? Pour Dummett, la réponse est clairement négative ; et il est bien difficile de ne pas lui donner raison. Cette conclusion n’a évidemment rien de réjouissant et elle n’implique, de ma part, aucun optimisme particulier quant à l’avenir du programme fregéen et de ses variantes récentes.

Notes

1 Chez Frege, la catégorie des noms propres (Eigennamen) ne contient pas seulement les noms propres ordinaires et les descriptions définies, mais, de façon générale, toutes les expressions qui ont un sens complet et une dénotation complète, par opposition aux signes de fonction (Funktionszeichen). Une proposition est un nom propre (d’une valeur de vérité).

2 Gottlob Frege, Nachgelassene Schriften, H. Hermes, F. Kambartel & F. Kaulbach (éd.), Hambourg, Felix Meiner Verlag, 1969, p. 210-211 [Écrits posthumes, traduits sous la direction de Philippe de Rouilhan et Claudine Tiercelin, Jacqueline Chambon, p. 1994, p. 231].

3 Lettre à P.E.B. Jourdain, in G. Frege, Wissenschaftlicher Briefwechsel, G. Gabriel et al. (éd.), Hambourg, Felix Meiner Verlag, 1976, p. 127.

4 Gottlob Frege, « Über Sinn und Bedeutung », in G. Frege, Funktion, Begriff, Bedeutung. Fünf logische Studien, G. Patzig (éd.), Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1966, p. 42, note 2 [Écrits logiques et philosophiques, traduction par Claude Imbert, Le Seuil, 1971, p. 104n].

5 Cf. par exemple, Hilary Putnam, « Is Semantics possible ? », in Stephen P. Schwartz (éd.), Naming, Necessity and Natural Kinds, Ithaca, Cornell University Press, 1977, p. 102-118.

6 Cf. Paul Ziff, Semantic Analysis, Ithaca, Cornell University Press, 1960, p. 85-89, 93-94, 104-105, 173-176.

7 John Stuart Mill, A System of Logic, Ratiocinative and Inductive, Livre 1, Chapitre ii, § 5.

8 Ibid.

9 Id., I, vi, 3.

10 Noam Chomsky, Reflections on Language, New York, Pantheon Books, 1975, p. 47.

11 Sur ce point, cf. Arthur F. Smullyan, « Modality and Description », in L. Linsky (éd.), Reference and Modality, Oxford UP, 1971, p. 35-43.

12 Je néglige ici, évidemment, certaines questions de priorité maintes fois discutées.

13 Cf. essentiellement Saul Kripke, « Identity and Necessity », in M.K. Munitz (éd), Identity and Individuation, New York UP, 1971, p. 135-164 ; et « Naming and Necessity », in D. Davidson and G. Harman (éd.), Semantics of Natural Language, Dordrecht, D. Reidel Publishing Company, 1972, p. 253-355 [La logique des noms propres, traduit de l’américain par P. Jacob & F. Recanati, Minuit, 1980].

14 Contrairement à ce que l’on dit la plupart du temps, je ne crois pas que cela soit réellement la conception de Wittgenstein (certainement pas, en tout cas, sa « théorie »).

15 « Naming and Necessity », p. 279.

16 Id., p. 267.

17 Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, § 50.

18 Cette interprétation de Kripke est discutée de manière détaillée et critique dans Jacques Bouveresse, « Wittgenstein, Kripke et le problème de la longueur du mètre » [1992], qui est repris dans le présent ouvrage.

19 Michael Dummett, Frege : Philosophy of Language, Duckworth, 1973.

20 Id., p. 110.

21 Id., p. 124.

22 Id., p. 142-143.

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540