Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface


Texte intégral

Mesdames les Ministres, chère Christine Albanel, chère Aurélie Filippetti,
Madame la Présidente du Centre national du livre, chère Régine Hatchondo,
Monsieur le Président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, cher Dominique Garcia,
Monsieur le Recteur de l’académie de Strasbourg, cher Olivier Faron,
Mesdames et Messieurs en vos titres et fonctions,
Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

1Le mot crise compte certainement parmi les mots les plus utilisés dans les analyses sociologiques de notre société, voire de l’état du monde. Nous sommes actuellement confrontés à toutes sortes de crises : écologique, sanitaire, énergétique, démocratique, sociale, avec la progression des inégalités et des conflits qui en découle.

2Il est intéressant de noter, à la suite du sociologue Armin Steil, que le terme crise est entré dans les langues européennes à partir du xviie siècle dans le contexte des grands bouleversements économiques et sociaux qui ont abouti à la Révolution française1.

3Face à cette crise, on observe très vite trois attitudes très différentes. Selon Jean-Jacques Rousseau, la crise est nécessaire pour qu’advienne une société plus juste. Dans le contexte de la Révolution française apparaît une vision diamétralement opposée de la crise, prônant le retour aux valeurs anciennes qui auraient été ébranlées par les grands bouleversements sociétaux ; pour Edmund Burke, la crise doit alors servir à une purification et un retour à l’ordre antérieur. Enfin, l’entrée du mot crise dans les langues européennes fait aussi naître la sociologie et l’historiographie. Le comte de Saint-Simon se propose ainsi d’élaborer une sorte de science de la crise. Pour Saint-Simon, la crise fait partie des lois de l’évolution de l’histoire. Il est suivi par Auguste Comte et aussi par Jakob Burckhardt qui, dans ses Weltgeschichtliche Betrachtungen, souligne que la crise est une potentialité constante de l’histoire. Elle n’est ni prévisible ni a priori négative ou positive. Avant d’émettre des jugements de valeur, il importe de comprendre les raisons et les origines d’une crise.

4La leçon inaugurale que notre collègue Didier Fassin prononcera ce soir est justement intitulée « Sciences sociales par temps de crise ». Les sciences sociales peuvent en effet aider à comprendre les crises contemporaines et même à y apporter des solutions, mais elles doivent aussi interroger le langage de la crise, en montrant le décalage entre la réalité et sa représentation ; un discours de crise ne correspond pas forcément à une vraie situation de crise, comme il existe des situations critiques non qualifiées de « crise ». Désigner ou ignorer une crise a ainsi des conséquences politiques importantes, que les chercheuses et chercheurs sont appelés à éclairer de leurs recherches empiriques et de leurs analyses théoriques.

5L’assemblée des professeurs du Collège de France a jugé nécessaire de créer une chaire sur les questions morales et leurs enjeux politiques dans les sociétés contemporaines, et nous sommes très heureux d’avoir pu confier cette chaire à Didier Fassin qui, de fait, prononce aujourd’hui sa seconde leçon inaugurale au Collège de France ; il a, en effet, été titulaire de la chaire annuelle Santé publique ; il a ouvert cette chaire en janvier 2020 avec une conférence sur l’inégalité des vies2.

6La chaire que Didier Fassin inaugure ce soir se situe à l’interface entre la question morale et la question politique. Contrairement aux philosophes et aux juristes qui pensent le bien et le mal ou la morale en termes normatifs, les historiens, les anthropologues ou les sociologues ne se demandent pas comment les choses devraient être, mais comment elles sont en réalité. Pour ce faire, ils étudient des sociétés, des groupes, des institutions, des individus, et s’attachent à comprendre comment ils évaluent concrètement ce qui est moral et ce qui ne l’est pas et comment ils appliquent cette évaluation à leurs actions.

7Dans une société, il y a des questions morales qui émergent, souvent en lien avec des enjeux politiques — d’où le titre de la chaire, « Questions morales et enjeux politiques dans les sociétés contemporaines ». Ainsi, la réalité de la pratique pénale — ce qu’est une infraction, comment il faut la punir, à qui l’appliquer — repose certes sur des présupposés moraux, mais dépend aussi du contexte politique.

8Notre nouveau collègue Didier Fassin est ce que les Allemands appellent un « savant universel », puisqu’il est anthropologue, sociologue et médecin et habilité à diriger des recherches en santé publique et en sciences sociales. Il a été professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study de Princeton et directeur d’études en anthropologie politique et morale à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a été professeur invité dans de nombreuses universités, dont celles de Hong Kong, Chengdu, Melbourne, Johannesburg, Buenos Aires, Cambridge et Bruxelles.

9Cofondateur de l’Iris (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux), il en a été le premier directeur. Ancien membre du conseil scientifique de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et des comités d’éthique de l’Inra (Institut national de recherche agronomique) et de l’Institut Pasteur, il fait partie du conseil scientifique de la Ville de Paris et du Comité consultatif national d’éthique. Ancien vice-président de Médecins sans frontières, il préside aujourd’hui le Comede (Comité pour la santé des exilé·e·s).

10Ses travaux et ses engagements lui ont valu un nombre impressionnant de récompenses. Il a reçu en 2016 la médaille d’or de l’anthropologie de la Société Suédoise d’Anthropologie et de Géographie et il a été, en 2018, le premier chercheur en sciences sociales à recevoir le Nomis Distinguished Scientist Award. En 2019, un prix de recherche de la Fondation Croix-Rouge française lui a été décerné pour sa contribution à l’étude de l’humanitaire. Didier Fassin a également reçu le 19 novembre 2021 le titre de docteur honoris causa de l’université de Liège.

11Il a publié une cinquantaine d’ouvrages, traduits dans de nombreuses langues, de l’allemand au chinois. Je ne citerai ici que les titres suivants : Mort d’un voyageur. Une contre-enquête (Paris, Seuil, 2020) ; La Vie. Mode d’emploi critique (Paris, Seuil, 2018) ; Punir. Une passion contemporaine (Paris, Seuil, 2017, 2e éd. 2020) ; L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale (Paris, Seuil, 2015, 2e éd. 2017) ; ou encore Inégalité et santé (Paris, La Documentation française, coll. « Problèmes politiques et sociaux », 2009).

12Ces titres témoignent de champs d’intérêt et de recherche très larges et diversifiés. Nous sommes très heureux, cher Didier Fassin, de vous accueillir au Collège de France, et je vous donne la parole.

Notes de bas de page

1 Armin Steil, Krisensemantik: Wissenssoziologische Untersuchungen zu einem Topos moderner Zeiterfahrung, Opladen, Leske & Budrich, 1993.

2 Didier Fassin, De l’inégalité des vies, Paris, Collège de France/Fayard, coll. « Leçons inaugurales », no 293, 2020 ; édition numérique : Paris, Collège de France, 2020, https://books.openedition.org/cdf/10078.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.