Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface


Texte intégral

1Mesdames, Messieurs en vos titres et fonctions,
Chères et chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

2La question de l’origine de la vie fait partie des grandes questions que se posent les humains depuis longtemps. De nombreux récits mythologiques des différentes civilisations de notre planète mettent en place une ou des divinités qui, de toutes sortes de manières, fabriquent les animaux et les êtres humains. Dans ces récits, on trouve souvent déjà l’idée que les animaux se différencient selon leur habitat. Mais on trouve également, dans ces mythes, la question de la différenciation des êtres humains par rapport aux dieux et par rapport aux animaux. Selon certains récits, les êtres humains ont en eux quelque chose de divin : du sang divin, du souffle, et même, ils naissent des larmes ou d’autres effluves de la divinité. La question de la différence des humains face aux animaux se pose également très tôt et provoque de nombreuses réponses, qui, souvent, admettent une très grande proximité entre humains et animaux, proximité qui se reflète dans l’idée d’êtres hybrides, comme des sphinx ou encore des hommes-scorpions dans L’Épopée de Gilgamesh.

3Assez récemment, les récits mythologiques ont laissé place à un autre discours, celui de l’évolution qui est à la base de la biologie moderne. L’évolution établit que la vie commence avec des formes très simples et qu’elle se différencie de plus en plus. Les êtres humains apparaissent ainsi comme une sorte d’aboutissement de l’évolution.

4Mais qu’en est-il alors des différences qui existent entre les êtres vivants ? Pourquoi les éléphants ont-ils une trompe et pas d’autres animaux ? On a longtemps pensé que cela s’expliquait par le fait qu’il existe chez les éléphants un gène de la trompe. Cette conception était entretenue par une certaine vision de l’évolution et de la génétique qui associait un gène à une caractéristique propre. Mais, comme l’a montré la recherche biologique récente, cette idée ne fonctionne pas. Le titulaire de la chaire que nous inaugurons ce soir et que je vous présenterai dans un instant joue un rôle important dans les recherches sur la différenciation des embryons. On sait aujourd’hui, grâce notamment à la découverte des gènes Hox chez les vertébrés, que les animaux partagent des gènes similaires.

5L’analyse des génomes à la fin du siècle passé montra que, si des différences existaient entre les génomes d’espèces distinctes, le nombre de gènes et la façon dont ils sont régulés étaient très similaires entre les espèces. Nous portons en nous l’histoire des animaux. Comment se fait-il alors que les animaux soient si différents les uns des autres, alors qu’ils partagent tellement de leur ADN ? Un champ de recherche incroyable s’est ouvert à cette époque, toujours en chantier, et notre nouveau collègue, Denis Duboule, est un des maîtres qui y travaillent.

6Je dis « nouveau collègue », ce qui n’est que partiellement correct, puisque Denis Duboule connaît fort bien le Collège de France. Il y a occupé, entre 2017 et 2022, une chaire internationale intitulée « Évolution des génomes et développement ». La chaire pérenne, dont il prononcera la leçon inaugurale dans un instant, porte l’intitulé « Évolution du développement et des génomes » et s’inscrit donc clairement dans la continuité de la chaire internationale.

7Les contributions scientifiques de Denis Duboule touchent, vous l’avez compris, à la génétique moléculaire du développement des vertébrés, à l’iinterface de la génétique médicale, de la biologie de l’évolution et de la régulation de la transcription. Depuis 1985, il a publié plusieurs découvertes liées au développement et à l’évolution du plan du corps des vertébrés, plus particulièrement concernant la famille des gènes Hox. En 1986, son laboratoire publie le clonage et l’organisation du premier grand cluster génomique de gènes Hox chez la souris.

8En 1989 et 1991, le même système génétique (gènes Hox) est coopté et recyclé par son équipe pour la spécification de plusieurs structures axiales, en particulier des membres et des organes génitaux externes. Denis Duboule émet l’hypothèse que les gènes Hox agissent comme une horloge. Depuis 1997, il a approché la question des mécanismes qui sous-tendent la colinéarité des gènes Hox en utilisant la génétique moléculaire de la souris.

9Son laboratoire met alors au point des techniques qui conduiront aux concepts de « paysages » ou d’« archipels » de régulation et qui mettent en œuvre les mécanismes de colinéarité pendant le développement des membres. Denis Duboule a également étudié en détail le processus de l’horloge Hox pendant la formation de l’axe principal du corps.

10Denis Duboule a commencé ses recherches en dirigeant un groupe de recherche au Laboratoire de génétique moléculaire des eucaryotes (CNRS/INSERM) à Strasbourg (1986-1988), puis au Laboratoire européen de biologie moléculaire à Heidelberg (Allemagne, 1988-1993). En 1993, nommé professeur de biologie à l'université de Genève, il dirige le département de Génétique et Évolution pendant vingt ans. Il devient également professeur de biologie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et professeur du Collège de France, entre 2017 et 2021 sur une chaire internationale.

11Ses recherches lui ont valu de nombreuses distinctions, notamment le prix Louis-Jeantet de médecine (1998), ou encore les prix Marcel Benoist (2003) et le Prix international de l’Inserm (2010). Il a obtenu le doctorat honoris causa de l’École normale supérieure de Paris. Il est chevalier de l’Ordre national du Mérite et de la Légion d’honneur. Il est membre d’un grand nombre de sociétés savantes : la Royal Netherlands Academy of Arts and Science (2000), l’Académie suisse des sciences médicales (2005), l’Académie des sciences (Institut de France) (2005) ; il est membre étranger de la Royal Society (2012) et membre étranger de la National Academy of Sciences des États-Unis (2012).

12Il est auteur et coauteur d’un nombre impressionnant de publications (plus de 250 titres). Parmi ses livres, citons sa leçon inaugurale de 2018, Le Génome et ses Embryons (Éditions Collège de France/Fayard) et A Guidebook to Homeobox Genes (Oxford University Press, 1994).

13Denis Duboule est également actif dans la dissémination de la connaissance scientifique auprès du grand public à travers de nombreux médias ainsi que dans le financement de la recherche par des instances nationales, européennes ou par des fondations.

14Cher Denis, nous nous réjouissons que vous continuiez vos recherches et vos enseignements ici au Collège de France : je vous souhaite la bienvenue et vous laisse la parole.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.