Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Rôle de la nutrition dans la prévention des maladies chroniques. Un enjeu de santé publique

Leçon inaugurale prononcée au Collège de France le mardi 11 avril 2023

p. 9-65

Note de l’éditeur

I. L’ensemble des liens mentionnés dans les notes de bas de page ont été consultés courant octobre 2023.
II. Les enregistrements audio/vidéo des cours, des séminaires et du colloque international mentionnés dans les notes de bas de page sont disponibles sur le site internet du Collège de France : https://www.college-de-france.fr/fr/chaire/mathilde-touvier-sante-publique-chaire-annuelle/events.


Texte intégral

1Monsieur l’Administrateur,
Cher auditoire,

2Nous abordons aujourd’hui un sujet qui nous concerne tous. Un sujet passionnant, au croisement de la socio-anthropologie, de la culture, de la politique, de l’économie, de l’art et, évidemment, de la santé. Un acte du quotidien qui en dit long sur nous, qui occupe une place centrale dans nos sociétés et qui, nous allons le voir, est loin d’être anodin pour notre santé et également pour celle de la planète. Vous l’aurez compris, nous allons aujourd’hui parler d’alimentation et, plus largement, de nutrition, qui englobe également nos comportements en matière d’activité physique et de sédentarité.

3Depuis les premières peintures rupestres illustrant des scènes de chasse jusqu’aux photographies contemporaines, en passant par les portraits fruitiers d’Arcimboldo, La Laitière de Johannes Vermeer et les Boîtes de soupe Campbell d’Andy Warhol, l’alimentation n’a cessé de fasciner nos sociétés et les artistes qui la représentent. Certains d’entre vous connaissent sûrement les célèbres images du photo­graphe Peter Menzel extraites de son ouvrage publié en 2005 et intitulé Hungry Planet: What the World Eats1. Elles représentent les courses alimentaires hebdomadaires de familles à travers le monde, notamment en France, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Tchad. Plus récemment, on peut mentionner également les photographies de Gregg Segal publiées en 2019 dans son livre Daily Bread: What Kids Eat around the World2, qui ont été présentées entre autres lors des Rencontres de la photographie d’Arles en 2020. L’artiste a immortalisé les consommations alimentaires hebdomadaires d’enfants à travers le globe. Au-delà de l’extraordinaire diversité culturelle de ces profils alimentaires d’un point de vue qualitatif, ces photographies illustrent également les disparités mondiales en matière de quantités d’aliments consommés. Cette diversité s’exprime aussi à l’échelle d’un même pays, comme on peut le voir dans sa série photographique consacrée au Brésil. Évidemment liée à des traditions, des cultures et des systèmes de production régionaux, cette diversité s’appuie également sur une multitude de facteurs individuels, notamment socio-économiques et politiques, comme nous le constaterons.

4En France, au cours d’une vie, nous ingérons en moyenne 30 tonnes d’aliments et 50 000 litres de boissons3. Sans que cela ne constitue une preuve scientifique en soi, on imagine aisément que toute cette matière qui va traverser notre organisme au fil des ans puisse avoir un impact majeur sur notre santé. Ces aliments et ces boissons nous apportent non seulement les nutriments essentiels à la vie (protéines, lipides, glucides, vitamines, minéraux), mais également tout un ensemble d’autres composés bioactifs (des polyphénols, des additifs alimentaires, des contaminants liés aux pratiques agricoles ou aux procédés de transformation, etc.) – autant de substances dont nous connaissons encore trop peu l’impact sur la santé, à long terme.

5Même s’il nous reste encore énormément de choses à comprendre et à découvrir quant à l’impact de l’alimentation sur la santé, nous avons tout de même extraordinairement progressé au cours des dernières décennies. Les images d’archives de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) nous rappellent que, jusqu’en 1956, dans les écoles françaises, la consommation d’alcool était autorisée, et même recommandée4. Il a fallu attendre 1981 pour que cette interdiction s’applique également au lycée. Il n’était pas choquant du tout, dans les années 1940-1960, de voir des publicités expliquant combien le beurre « est bon pour la croissance des jeunes Américains », d’autres vantant les mérites de donuts enrichis en vitamines ou de barres chocolatées enrichies en dextrose, ou encore qualifiant les crèmes glacées de « produits laitiers nutritifs » ou promouvant l’image des additifs alimentaires. L’imaginaire collectif relatif au lait et à ses vertus était largement mis à contribution pour véhiculer une image « santé » associée au chocolat au lait. Les industriels du secteur de la viande et de ses produits dérivés n’étaient pas en reste, jouant sur l’image de la vigueur et de la vitalité. Quant aux boissons sucrées, le célèbre soda au cola s’est positionné initialement comme un véritable remède, alors qu’une autre célèbre marque dans les années 1950 suggérait aux mères d’en agrémenter le lait de leurs bébés et enfants pour les faire boire plus facilement.

6En outre, mes recherches pour préparer cette leçon inaugurale m’ont conduite à une publicité des années 1960 vantant les mérites d’un robot de cuisine. Son message est le suivant : « Le robot ménager Chef fait tout sauf cuisiner – les femmes sont faites pour ça », accompagné du slogan « Je donne à ma femme un Kenwood Chef ». Je ne sais pas s’il est possible de trouver plus sexiste, mais c’est en tout cas une illustration qui me paraissait appropriée pour souligner que l’alimentation, en particulier la préparation des repas et les pratiques culinaires, a longtemps été un vecteur d’aliénation pour les femmes. Ce type d’habitudes et de mentalités est tenace. Même si les choses se sont très nettement améliorées en France sur ce plan, le chemin à parcourir reste important ; et dans certains pays, tout reste à faire.

7Revenons-en aux aspects scientifiques des relations entre la nutrition et la santé. Si toutes ces allégations paraissent aujourd’hui décalées et inenvisageables, c’est parce que la connaissance des liens entre alimentation et santé a fortement progressé, et ce, grâce à la recherche. Plus concrètement, comment nous, la communauté scientifique, procédons-nous pour comprendre les impacts positifs ou négatifs de la nutrition sur le risque de développer certaines pathologies5 ?

8Nous procédons par différentes approches. Dans mon équipe, nous travaillons, par exemple, au niveau épidémiologique. Différents types d’études existent :

  • les études écologiques : le niveau d’exposition moyen à un facteur nutritionnel donné et la prévalence ou l’incidence des maladies sont mis en regard et comparés entre différentes populations, à l’échelle globale d’un pays par exemple ;

  • les études cas-témoins : les expositions sont comparées entre un groupe de malades et un groupe de témoins indemnes de la pathologie en question ;

  • les études de cohorte : les expositions des individus (leurs consommations alimentaires ou leurs niveaux d’activité physique par exemple) sont mesurées dans un groupe de population, au départ indemne de la pathologie étudiée et que l’on va suivre dans le temps ; au bout de quelques années, on est en mesure d’observer si les individus qui consomment plus ou moins tel ou tel type d’aliment, de nutriment ou d’autres substances ont plus ou moins de risques de développer telle ou telle pathologie ; la Nurses’ Health Study américaine, Epic (The European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) au niveau européen ou encore NutriNet-Santé en France (dont nous allons parler) sont des exemples de grandes cohortes en population ;

  • les essais contrôlés randomisés : contrairement aux études d’observation précédemment citées, on applique une intervention nutritionnelle à un groupe sélectionné au hasard, un placebo à un autre groupe et on suit dans le temps l’apparition de pathologies, que l’on compare in fine entre les deux groupes ; des exemples emblématiques de ce type d’études sont les essais SU.VI.MAX6 (SUpplémentation en VItamines et Minéraux Anti-oXydants) et SU.FOL.OM37 (SUpplémentation en FOLates et acides gras Oméga 3) en France ou encore PREDIMED8 (Prevención con Dieta Mediterránea) en Espagne.

9Les approches expérimentales sur modèles cellulaires ou animaux, les approches toxicologiques, microbiologiques ou génétiques ont permis quant à elles de mettre en évidence une multitude de mécanismes qui sous-tendent les relations entre alimentation et santé, dont certains comme l’inflammation, l’insulino-résistance, le stress oxydant, des perturbations métaboliques ou encore les dysbioses semblent être partagés par de multiples pathologies chroniques9.

10Ces types d’études sont tous complémentaires. Elles ont chacune leurs forces et leurs limites, et c’est le faisceau d’éléments qu’elles dessinent conjointement, analysé dans le cadre d’expertises collectives, qui permet d’établir des niveaux de preuve solides et des arguments en faveur de la causalité des liens entre un facteur nutritionnel et une pathologie donnés.

11La démarche du Centre international de recherche contre le cancer, le CIRC (ou IARC en anglais, instance de l’Organisation mondiale de la Santé, OMS), est intéressante pour comprendre la manière dont les preuves scientifiques se construisent, notamment à travers leurs mono­graphies, c’est-à-dire les expertises collectives conduites par cette instance pour déterminer le caractère plus ou moins cancérigène d’une substance10.

12Les grandes études épidémiologiques françaises en sciences participatives ont fait nettement progresser les connaissances dans le champ nutrition-santé11, ce qui est également le cas à l’échelle européenne, comme en témoigne la cohorte Epic12.

13Aujourd’hui, nous disposons donc de niveaux de preuve solides pour plusieurs relations nutrition-santé. Si l’on s’intéresse à l’exemple du cancer : les monographies du CIRC ont permis d’identifier plusieurs facteurs cancérigènes (groupe 1) ou cancérigènes probables (groupe 2A), comme les boissons alcoolisées, les charcuteries et les viandes rouges, ou encore certains contaminants ou mycotoxines13.

14Le World Cancer Research Fund (WCRF) et l’American Institute for Cancer Research (AICR) s’intéressent quant à eux non seulement aux facteurs nutritionnels de risque de cancer, mais également aux facteurs protecteurs. Sur la base d’une revue systématique de la littérature, synthétisée sous forme de méta-analyses puis d’expertise collective, ces organismes publient et mettent à jour régulièrement une matrice dont les colonnes représentent les facteurs nutritionnels protecteurs ou délétères et les lignes représentent les localisations de cancers concernées14.

15Une expertise similaire a également été conduite au niveau français15 par l’Institut national du cancer (INCa), avec la participation du réseau Nutrition, activité physique cancer recherche (NACRe). Ce réseau NACRe, coordonné par le docteur Bernard Srour dans mon équipe, a pour mission de fédérer toute la recherche française dans ce domaine, de former les professionnels de santé et de diffuser des connaissances fiables auprès du public. Il produit de nombreux outils didactiques comme des fiches de synthèse par facteur de risque ou facteur protecteur16.

16Ainsi, pour terminer l’illustration de cet exemple du cancer, on sait aujourd’hui, avec un niveau de preuve qualifié de « probable » à « convaincant », que l’activité physique, la consommation de fruits et de légumes, d’aliments contenant des fibres, ou encore de produits laitiers sont des facteurs protecteurs face au risque de plusieurs localisations de cancer listées dans le tableau ci-après (fig. 1a). Le fait d’allaiter est également pour la mère un facteur protecteur vis-à-vis du cancer du sein.

17À l’inverse, le surpoids et l’obésité, la consommation de boissons alcoolisées, de viandes rouges et de charcuteries, de sel et de compléments alimentaires de bêta-carotène à forte dose sont des facteurs de risque avérés de différents cancers (fig. 1b).

Figure 1

Image 1000000000000532000006901E17B2BA75D0F2F1.jpg

Principaux facteurs nutritionnels protecteurs ou délétères vis-à-vis du risque de cancers en France. (a) Facteurs nutritionnels diminuant le risque de cancer avec un niveau de preuve convaincant ou probable. (b) Facteurs nutritionnels augmentant le risque de cancer avec un niveau de preuve convaincant ou probable.

Source : NACRe.

18Tout ceci concernait la prévention primaire, c’est-à-dire le risque de développer un premier cancer. Mais bien entendu les facteurs nutritionnels jouent également un rôle chez les patients, pendant et après leur pathologie (donc dans un contexte de prévention tertiaire), sur le pronostic de la maladie, la survie, mais aussi la qualité de vie, le risque de récidive ou de second cancer. Nous avons publié récemment avec l’INCa et le réseau NACRe une synthèse des connaissances dans ce domaine17. Si l’on retrouve certains facteurs comme le surpoids et l’obésité, n’allant d’ailleurs pas toujours dans le même sens selon les localisations de cancer, on constate qu’il y a encore de nombreuses « cases vides » dans la matrice, car de nombreux liens n’ont pas ou peu été étudiés jusqu’ici.

19Nous avons abordé l’exemple du cancer. Les facteurs nutritionnels jouent également sur un large spectre d’autres maladies. Pour ce qui est du sur­poids et de l’obésité, nous savons aujourd’hui que la marche et, de manière plus générale, l’activité physique, la consommation d’aliments contenant des fibres, un régime de type méditerranéen ou encore le fait d’avoir été allaité sont des facteurs protecteurs. Au contraire, le temps passé devant les écrans, la consommation de boissons sucrées ou l’alimentation de type fast-food sont des facteurs de risque18.

20On retrouve plusieurs de ces facteurs nutrition­nels – aliments complets, fruits et légumes (et d’autres) – comme facteurs protecteurs, cette fois-ci, vis-à-vis du risque de diabète de type 2 ou de maladies cardiovasculaires. De même pour les viandes rouges, les charcuteries ou les boissons sucrées, qui jouent le rôle de facteurs de risque pour ces maladies19.

21Pour ce qui est de l’activité physique, l’expertise collective de l’Inserm publiée en 2019 présente une synthèse de ses bénéfices avérés, à la fois en prévention primaire mais également chez les patients atteints de différentes maladies chroniques20.

22Nous avons parlé de l’impact de la nutrition sur les cancers, les maladies cardiovasculaires, le diabète ou l’obésité. Ce sont les pathologies sur lesquelles nous commençons à avoir le plus de recul dans ce domaine. Plus récemment, des liens ont commencé à émerger entre la nutrition et de multiples autres pathologies qui représentent des enjeux importants en matière de santé publique : maladies inflammatoires du côlon et de l’intestin (MICI), stéatose hépatique non alcoolique (NASH), santé mentale, oculaire, respiratoire ou encore ostéo-articulaire. Les chiffres suivants représentent de manière globale la prévalence ou l’incidence de plusieurs de ces pathologies en France :

  • cancers : 382 000 nouveaux cas en 2018 (INCa) ;

  • maladies cardiovasculaires : 1 million de patients hospitalisés en 2016 (Santé publique France), 140 000 morts par an, 50 000 arrêts cardiaques soudains par an (ministère de la Santé) ;

  • diabète : 3,5 millions de diabétiques traités en 2020, soit 5,3 % de la population (Santé publique France) ;

  • surpoids / obésité :

    • près d’un adulte sur deux en surpoids ou en situation d’obésité (obésité stricte : 17 %) / surpoids ou obésité chez les enfants : 17 % (obésité stricte : 4 %) (Santé publique France, Esteban 2015) ;

    • chiffres similaires pour l’étude Obépi-Ligue contre l’obésité 2020 : 47,3 % en surpoids, dont 17 % en situation d’obésité chez les adultes ;

  • MICI : 8 000 nouveaux cas par an ; l’incidence de la maladie de Crohn ayant augmenté de 5,3 à 7,6 cas pour 100 000 habitants entre 1988 et 2014 (Registre Epimad, Association AFA) ;

  • NASH : prévalence de 18,2 % (cohorte Constances) ;

  • ostéoporose : à l’origine de 400 000 fractures par an / 39 % des femmes de 65 ans et plus (Inserm) ;

  • dépression : 12,5 % des personnes âgées de 18-85 ans auraient vécu un épisode dépressif au cours des 12 derniers mois (Baromètre santé, Santé publique France) ;

  • pathologies pulmonaires : pour l’asthme, 60 000 séjours hospitaliers par an (Santé publique France).

23Ces pathologies sont multifactorielles, donc tous les cas ne sont pas nécessairement dus à un problème nutritionnel. La part, justement, de ces cas dus à tel ou tel facteur est estimée par la notion de fraction de risque attribuable. En France, 142 000 cas de cancers par an, soit plus de 40 % des cas, pourraient être évités car ils sont directement liés à notre mode de vie21. Parmi les dix premiers facteurs en cause, le tabac arrive en tête. Mais juste derrière, on retrouve plusieurs facteurs nutritionnels : alcool, alimentation déséquilibrée, surpoids et obésité, manque d’activité physique et absence d’allaitement.

24Au niveau mondial, et cette fois-ci plus généralement sur le risque de décès, les données que nous avons compilées dans le cadre du réseau Global Burden of Disease montrent l’implication majeure de la nutrition : non seulement une alimentation déséquilibrée, le surpoids et l’obésité, mais aussi les problèmes qui en découlent comme l’hyper­tension artérielle, les dyslipidémies, les perturbations du métabolisme du glucose, etc., arrivant en haut de la liste chez les femmes, et, juste après, le tabac, chez les hommes22. La situation est évidemment très contrastée selon les pays, les facteurs nutritionnels jouant un rôle moindre, en proportion, dans les pays où les causes de décès sont dominées par des maladies infectieuses par exemple. Par ailleurs, au sein de problèmes nutritionnels, certains pays sont plus concernés par des problèmes de carence protéino-énergétique tandis que d’autres, comme la France, sont plus touchés par la « malbouffe » et l’excès de sel, de sucre, etc.

25Sur la base de ces connaissances ont été mises en place les politiques nutritionnelles de santé publique, et notamment en France le Programme national nutrition santé (PNNS). Lancé en 2001 sous la présidence du professeur Serge Hercberg, sous la coordination interministérielle du ministère de la Santé, il a été reconduit en 2006 (PNNS-2), 2011 (PNNS-3) et 2019 (PNNS-4), le président actuel étant le professeur Daniel Nizri. Son objectif général est d’améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition (comprenant l’alimentation, l’activité physique et la sédentarité).

26Une partie importante du PNNS consiste en l’élaboration et en la diffusion de recommandations pour la population, établies sur la base des rapports du Haut Conseil de la santé publique et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et publiées par Santé publique France23. Ces recommandations, vous en connaissez sûrement certaines, comme le fait de consommer au moins cinq portions de fruits et légumes par jour. Mais il y en a d’autres, comme par exemple :

  • consommer des légumes secs (lentilles, pois chiches, etc.) au moins deux fois par semaine, pour leurs protéines végétales et leurs fibres ; une petite poignée de fruits à coque par jour pour la santé cardiovasculaire ; au moins un féculent complet chaque jour ; du poisson deux fois par semaine, dont un gras ; deux produits laitiers par jour ;

  • privilégier les matières grasses de type huile d’olive, de noix ou de colza ;

  • ne pas consommer plus de 500 g de viande rouge et plus de 150 g de charcuterie par semaine ;

  • pratiquer au moins 30 minutes d’activité physique dynamique par jour.

27Ces recommandations sont déclinées pour différentes catégories de population. Des conseils pratiques sont fournis dans des guides et sur le site internet mangerbouger.fr.

28Des initiatives similaires ont été développées aux quatre coins du globe. Ce qui est rassurant, c’est que, malgré d’évidentes spécificités régionales, liées aux traditions culinaires de chaque pays et à certains enjeux sociaux et politiques, ces recommandations sont globalement cohérentes, et pour cause, puisqu’elles s’appuient sur le même socle scientifique. À titre d’illustration, les recommandations mondiales du WCRF et de l’AICR pour la prévention des cancers reprennent les mêmes éléments : favoriser les fruits et légumes, les aliments complets, l’activité physique, limiter l’alcool, les boissons sucrées, les viandes rouges et les charcuteries, etc.24.

29Pour savoir où se situe la population française quant à l’adéquation à ces recommandations, et pour surveiller son évolution dans le temps, les études transversales représentatives de la population générale ou de groupes particuliers sont des outils précieux. Il s’agit notamment de l’Étude nationale nutrition santé (ENNS) et de l’étude Esteban conduites par l’Équipe de surveillance en épidémiologie nutritionnelle (ESEN) de Santé publique France, des études INCA de l’Anses ou encore de la nouvelle étude conjointe en préparation, Albane.

30On sait notamment, grâce à l’étude Esteban, quelles recommandations du PNNS sont plus ou moins bien suivies (fig. 2) : 72 % des français de 18 à 54 ans mangent moins de 5 portions de fruits et légumes par jour, 85 % ne mangent pas de fruits à coque, 63 % mangent plus de 150 g de charcuterie par semaine. Cela permet de mettre en lumière des pistes de progression.

Figure 2

Image 10000000000002BE00000465D149602DA203448B.jpg

Recommandations nutritionnelles du Programme national nutrition santé (PNNS) et adéquation à ces recommandations.

Sources : Santé publique France 2019 et Esteban 2015.

31Ceci étant dit, même lorsque l’on sait ce qu’il faudrait consommer ou limiter en théorie, la pratique est loin d’être évidente et nous sommes confrontés au quotidien à une offre alimentaire pléthorique, dont il n’est pas toujours évident de connaître la qualité nutritionnelle. À l’heure actuelle, les renseignements obligatoires qui figurent à l’arrière ou sur les côtés des emballages ressemblent à des tableaux de chiffres complexes que peu de citoyens consultent lors d’un acte d’achat, qui ne dure généralement pas plus de quelques secondes. Les plus enclins à le faire étant généralement les personnes les plus éduquées et de catégories socio-professionnelles plus favorisées, cela creuse encore les inégalités sociales de santé.

32Pour y remédier, notre équipe de recherche a créé le Nutri-Score25 (fig. 3). Il s’agit d’un logo à 5 lettres / 5 couleurs, situé à l’avant des emballages, qui indique en un coup d’œil la qualité nutritionnelle globale de l’aliment26. Son algorithme, transparent et validé, permet de traduire de manière simple et accessible à tous les informations obligatoires de l’emballage. Il tient compte, pour 100 grammes de produit, des éléments – nutriments et aliments – à favoriser (fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coque, huile de colza, de noix et d’olive) et pénalise au contraire ceux à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel). Un comité scientifique international propose régulièrement des optimisations de l’algorithme pour tenir compte des avancées de la science.

Figure 3

Image 1000000000000184000000F1DA7A891E2854E28A.jpg

Le Nutri-Score : un outil de santé publique basé sur la science.

33Grâce aux travaux de recherche de notre équipe (plus d’une cinquantaine de publications), nous avons pu valider l’algorithme qui sous-tend le Nutri-Score en montrant dans les cohortes SU.VI.MAX, NutriNet-Santé et Epic que les personnes consommant des aliments mieux classés par le Nutri-Score avaient moins de risque de développer des cancers ou un syndrome métabolique, et un moindre risque de mortalité prématurée par maladies chroniques. Nous avons également validé la compréhension de ce logo en population générale ainsi que dans différents groupes de personnes (étudiants, patients, populations défavorisées) et montré que ce logo améliorait efficacement la qualité des paniers d’achat. La communauté scientifique nationale et internationale s’en est emparée et l’on compte à ce jour plus de 110 publications scientifiques démontrant l’intérêt en santé publique du Nutri-Score. Il est donc devenu le logo officiel en France depuis 2017, ainsi que dans six autres pays en Europe (Belgique, Allemagne, Luxembourg, Espagne, Pays-Bas, Suisse). Toutefois, il n’est pas possible pour un État membre de l’Union européenne de rendre obligatoire ce logo. Cette décision doit être prise au niveau européen. Plus de 900 marques se sont déjà engagées auprès de Santé publique France pour apposer le logo sur les emballages. L’Europe doit se prononcer dans le courant de l’année 2024 sur le choix d’un logo harmonisé et obligatoire. Bien entendu, plusieurs industriels puissants dont le portefeuille de produits se situe majoritairement vers les couleurs chaudes du Nutri-Score s’y opposent fermement, soutenus notamment par l’extrême droite italienne. Dans cette rude bataille qui oppose santé publique et intérêts économiques, le Nutri-Score bénéficie d’un fort soutien de la communauté scientifique internationale et de multiples sociétés savantes. Le CIRC (instance de l’OMS) a par exemple pris position en ce sens en 2021, notamment suite aux publications que nous avons réalisées dans la cohorte Epic, montrant un moindre risque de cancer et de mortalité chez les consommateurs d’aliments mieux classés au Nutri-Score27. Un nouveau rapport, signé par des centaines de scientifiques européens et internationaux, vient d’être publié : il synthétise toutes les preuves scientifiques autour du Nutri-Score28. L’Inserm a également mis le Nutri-Score à l’honneur dans le cadre de sa campagne de communication en 2022.

34Vous pouvez retrouver sur le blog Nutri-Score toute une série d’articles, d’outils et de fiches pédagogiques29. On y apprend par exemple, grâce aux enquêtes réalisées par Santé publique France, combien le Nutri-Score est plébiscité par les citoyens (94 % déclarent y être favorables). C’est notamment le cas parmi les plus jeunes citoyens. J’ai eu la chance d’animer un atelier intitulé « Ma recherche en 180 briques » à la Cité des sciences et de l’industrie cette année, auprès d’enfants de 7 à 10 ans, en partenariat avec l’université Sorbonne Paris Nord. Après leur avoir expliqué notre recherche, nous leur avons demandé de la modéliser en Lego. J’ai trouvé admirable ce supermarché (fig. 4) et l’initiative des enfants d’y faire figurer le Nutri-Score (bon, ils n’avaient que 4 plots à disposition, mais l’idée est là). J’ai trouvé particulièrement intéressante leur idée de mettre un seul Nutri-Score devant le rayon pour les aliments en vrac (ce point étant justement en discussion au niveau ministériel pour permettre la transparence nutritionnelle, y compris sur les produits sans étiquetage), ainsi que ces personnes munies de talkie-walkie/téléphones leur permettant de scanner le code-barres des aliments pour obtenir le Nutri-Score. C’est intéressant et prometteur quand on sait combien les enfants peuvent être prescripteurs au sein des familles pour impulser des changements de comportements.

Figure 4

Image 100000000000061D0000035BBA611C07C935CC07.jpg

Atelier « Ma recherche en 180 briques » en partenariat avec l’université Sorbonne Paris Nord et la Cité des sciences et de l’industrie, janvier 2023 (enfants de 7 à 10 ans).

35En attendant qu’il devienne un jour, on l’espère, obligatoire, l’application Open Food Facts permet, en scannant le code-barres des aliments, de connaître le Nutri-Score des produits30. Il s’agit d’une application gratuite à but non lucratif, qui fournit en outre une multitude d’informations sur les aliments, leurs ingrédients (additifs inclus), leur emballage, leur impact environnemental, etc.

36Jusqu’ici on a souligné ce qu’il était nécessaire de faire (selon l’état actuel des connaissances) pour « bien manger, bien bouger » et on a présenté un outil pratique pour aider les consommateurs à faire leur choix en rayon. Ces éléments sont cruciaux mais ne suffisent pas car, comme nous le rappelle Oscar Wilde, « I can resist everything except temptation » (je peux résister à tout sauf à la tentation), il n’est pas évident de faire les bons choix dans un environnement où tout pousse à (sur)consommer des aliments trop gras, trop sucrés et trop salés, en restant sédentaires devant nos écrans… et en visionnant des publicités qui nous donnent envie d’en consommer encore plus.

37Certes, nous avons parcouru du chemin depuis les publicités des années 1940-1960 évoquées précédemment. Mais, en réalité, pas tant que cela… En témoigne le marketing assez osé de certaines publicités actuelles. Une célèbre marque de sucre en poudre nous rappelait par exemple récemment que « le sucre est une plante » (suggérant en cela qu’il pourrait compter comme une des 5 portions de fruits et légumes par jour !). L’argument du grand verre de lait pour vendre une barre de chocolat Nutri-Score E est toujours présent… Autre exemple : une publicité pour vendre un célèbre soda, accompagnée du slogan « Adoptez un mode de vie équilibré », que l’on pourrait qualifier d’oxymore visuel, tant le fait d’en consommer va à l’encontre du conseil énoncé. Il m’est encore arrivé, le mois dernier, de trouver dans une pharmacie un bac de barres chocolatées (certes « hyper protéinées »), venant tenter les consommateurs près des caisses, au milieu des thermomètres et des pastilles pour la gorge, ceci leur conférant indirectement une image « santé ».

38La mauvaise foi de certains industriels (bien évidemment et fort heureusement pas tous !) n’a pas échappé aux humoristes. C’est le cas par exemple dans la série Parks and Recreation, qui porte un regard critique sur la société américaine contemporaine. Dans un épisode (Soda Tax) abordant la problématique des portions de sodas dans les fast-food, une conseillère municipale essaie de protéger les consommateurs, dans une optique de santé publique. Elle interpelle la représentante des dits « fast-food » en lui montrant un gobelet colossal de 15 litres, appelé « taille enfant », et lui demande si l’on peut vraiment parler de « taille enfant ». Son interlocutrice lui répond avec aplomb par l’affirmative, expliquant que la portion a été baptisée « taille enfant » car elle correspondrait au volume d’un enfant de 2 ans si celui-ci était entièrement liquéfié…

39Plus sérieusement, il est donc crucial de ne pas tout miser sur le consommateur, de ne pas le culpabiliser. Certes, il importe de jouer sur les facteurs individuels des choix en matière d’alimentation et d’activité physique, avec des recommandations, une éducation nutritionnelle dès le plus jeune âge, et un étiquetage plus clair. Mais il est aussi fondamental d’intervenir en parallèle sur les facteurs sociétaux, politiques et législatifs plus macroscopiques qui vont modifier l’environnement dans lequel se trouvent les citoyens et l’offre à laquelle ils ont accès, pour leur permettre en pratique de faire les bons choix31.

40La politique nutritionnelle de santé publique en France a également intégré plusieurs mesures importantes en ce sens. Ainsi, depuis 2004, les distributeurs automatiques (de barres chocolatées, de sodas, etc.) sont interdits dans les écoles, dans le premier et le second degré. Depuis 2012, une taxe a été introduite sur les boissons sucrées ; elle est indexée sur le taux de sucre depuis 2018. Les programmes télévisuels pour la jeunesse font l’objet d’interdiction de publicité sur les chaînes publiques et de mesure d’autorégulation des industriels de l’agroalimentaire (mesures encore très insuffisantes, comme on va le voir).

41Voilà où nous en sommes aujourd’hui. À partir de là, quelles sont les perspectives ? Il va s’agir maintenant d’avancer sur deux fronts : celui des politiques de santé publique et celui de la recherche, car le degré de complexité de l’alimentation et de son impact sur la santé est tel que l’on est très loin d’avoir toutes les réponses à ce jour.

42Avec les connaissances d’ores et déjà acquises, et même si l’on ne sait pas tout, on pourrait (on devrait) aller beaucoup plus loin en matière de mesures de santé publique. Il est donc de notre devoir, en tant que chercheurs ou agences sanitaires, de sensibiliser et d’alerter en ce sens, et il est du devoir des politiques de prendre les mesures adaptées. Il est également indispensable d’avoir, malgré une pression forte de la part des lobbys, le courage d’agir politiquement. Ce n’est pas toujours le cas. Cela n’a pas échappé à l’humoriste Guillaume Meurice, qui, dans son spectacle présenté au festival d’Avignon en 2022, force le trait et incarne un candidat à la présidentielle de 2027 recommandant, sous l’influence massive des alcooliers, que le vin soit remboursé par la Sécurité sociale !

43Il est important et urgent d’agir. Certains indicateurs illustrent certes une amélioration depuis deux décennies : c’est le cas depuis le milieu des années 2000 de la prévalence du surpoids et de l’obésité, tant chez les adultes que chez les enfants, qui semble globalement se stabiliser. Néanmoins, cette stabilisation survient à un niveau qui, bien que moins mauvais comparativement à celui de nombreux autres pays européens, demeure trop élevé. En outre, d’autres indicateurs n’évoluent pas de façon favorable32 :

  • la croissance de la prévalence du diabète de type 2 se poursuit ;

  • la pratique d’activité physique tend à décroître, particulièrement chez les femmes et chez les enfants, et reste très insuffisante ;

  • les comportements sédentaires ont fortement augmenté ces dix dernières années ;

  • la consommation de sel, après avoir diminué au début des années 2000, stagne à un niveau beaucoup trop élevé ; celle de sucres est trop importante et la consommation de fruits, de légumes et de fibres est beaucoup trop faible ;

  • la consommation d’alcool, bien qu’en décroissance depuis de nombreuses années, reste trop importante ;

  • la supplémentation systématique en folates de toutes les femmes qui désirent concevoir (4 semaines avant la conception et 8 semaines après), est insuffisamment mise en œuvre ;

  • malgré l’insuffisance de données précises sur ce sujet, la prévalence de la dénutrition demeure élevée, notamment chez les personnes âgées ;

  • le phénomène le plus notable reste l’accroissement des inégalités sociales dans le champ de la nutrition.

44En effet, la nutrition représente un marqueur-clé des inégalités sociales de santé. En voici quelques exemples :

  • d’après l’étude Esteban (2015) : chez les 6 ans et plus, 16 % des enfants d’ouvriers sont en surpoids et 6 % sont en situation d’obésité contre respectivement 7 % et 1 % pour les enfants de cadres ;

  • d’après l’étude Obépi 2020 : chez les adultes, la prévalence de l’excès de poids est de 51,1 % chez les ouvriers, 45,3 % chez les employés, 43 % chez les professions intermédiaires et 35 % chez les cadres ;

  • 28 % des adultes français consomment au moins 5 portions de fruits et légumes par jour (Esteban, 2015) contre seulement 6 % chez les bénéficiaires de l’aide alimentaire (ABENA, 2006).

45Dans l’étude NutriNet-Santé, la consommation de fruits est de 50 % plus élevée chez les participants ayant les plus hauts revenus que chez ceux ayant les plus faibles revenus, idem pour le poisson, et ce chiffre est de 30 % pour les légumes.

46Il est urgent d’agir car nos systèmes alimentaires actuels ont par ailleurs un impact majeur sur l’environnement33. Ils représentent 30 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, et le bétail représente à lui seul 14,5 % de ces émissions. La majorité (environ 60 %) des réserves mondiales de poisson sont pleinement exploitées ou surexploitées (33 %). De multiples autres indicateurs témoignent de cet impact34.

47Quelles pistes avons-nous alors pour le futur de notre alimentation ? S’orienter vers une mondialisation de la consommation d’insectes (comme c’est déjà le cas traditionnellement dans certains pays) ? vers une viande de synthèse ? Quels seront les aliments du futur ? Il y a certainement des solutions à inventer. Le futur nous réserve sûrement des surprises… Mais des solutions concrètes et à fort potentiel d’impact en santé publique existent déjà. Nombre d’entre elles sont présentées dans un rapport du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) de 2017 intitulé Pour une politique nationale nutrition santé à la hauteur des enjeux de santé publique en France35. Une version actualisée de ce rapport et des propositions additionnelles ont été présentées dans le cadre de la contribution du HCSP à la Stratégie nationale alimentation, nutrition, climat (Snanc) 202336.

48Concernant le Nutri-Score, on pourrait par exemple aller beaucoup plus loin. Outre le fait d’être rendu obligatoire partout en Europe pour plus de transparence à l’égard des consommateurs, il pourrait aussi être affiché dans chaque publicité alimentaire, en restauration collective et sur les produits en vrac. Certaines de ces pistes sont sérieusement à l’étude ; il s’agit maintenant de les concrétiser. Le Nutri-Score pourrait également être utilisé au-delà des aspects d’étiquetage, à des fins de régulation économique. À l’instar de la taxe actuelle sur les boissons sucrées, on pourrait imaginer une taxe indexée sur le Nutri-Score. Il pourrait également servir à la régulation du contenu des distributeurs automatiques.

49Il reste énormément à faire aussi pour réguler la publicité et le marketing auxquels sont exposés les enfants. Santé publique France a publié en 2020 une étude sur l’exposition des enfants et des adolescents à la publicité sur les produits gras, sucrés, salés via la télévision et Internet. Les publicités vues à la télévision par les enfants et les adolescents font majoritairement la promotion de produits de plus faible qualité nutritionnelle (53,3 % des publicités alimentaires vues par les enfants concernent des produits Nutri-Score D ou E). Santé publique France préconise donc d’interdire la publicité pour ces produits pendant les tranches horaires où le plus grand nombre de mineurs regardent la télévision (7 h-11 h, 12 h-14 h et 16 h-23 h37). Sans des mesures fermes de ce type, on peine à obtenir la coopération des industriels et des distributeurs.

50Le continuum entre recherche, surveillance, et politique nutritionnelle de santé publique est donc essentiel pour la prévention des maladies liées à la nutrition et la réduction des inégalités sociales de santé38. À cet égard, l’étude ECAIL est une intervention complexe de santé publique qui vise les 1000 premiers jours de vie comme fenêtre d’opportunité pour réduire les inégalités sociales de santé39.

51Et, en matière de recherche en nutrition, où en est-on ? Nous sommes passés de la découverte des vitamines et de la définition des apports recommandés sur la base de la prévention de leurs carences dans les années 1900 à 1950, à des politiques dans les années 1960 visant principalement à assurer la couverture des besoins en énergie et en nutriments de base. Il y eut également la bataille gras versus sucre, la prise en compte dans les recommandations nutritionnelles des années 1980-1990 de la prévention des maladies chroniques (au-delà de la simple prévention des carences) puis, dans les années 2000, l’avènement du concept de « patterns alimentaires » avec l’idée que l’alimentation est un tout et que l’interaction, la synergie entre les facteurs nutritionnels ingérés a également son importance40. Aujourd’hui, nous avons passé un cap supplémentaire et nous nous posons de multiples questions sur d’autres facteurs non nutritionnels véhiculés par notre alimentation, ou encore sur la complexité des mécanismes qui font que la nutrition influence notre santé, avec l’exploration de nouvelles pistes comme celle du microbiote intestinal.

52On sait en effet aujourd’hui que manger trop gras, trop sucré, trop salé, ne pas manger assez de fibres, etc. n’est pas favorable à la santé. Mais qu’en est-il de l’impact des cocktails d’additifs que l’on ingère au quotidien ? des résidus de pesticides ? des régimes divers et variés qui fleurissent sur les réseaux, incluant les pratiques de jeûne intermittent ? Quel est l’impact des compléments alimentaires, massivement vendus dans les supermarchés, les pharmacies et sur Internet ? Doit-on tous devenir végétariens ? La complexité du facteur alimentation est telle que de nombreuses questions restent en suspens. C’est précisément ce sur quoi travaille mon équipe, l’Éren (Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle), au sein du Centre de recherche en épidémiologie et statistiques (Cress). Nous nous intéressons :

  • aux expositions nutritionnelles et aux autres facteurs (additifs, contaminants) véhiculés par notre alimentation, ainsi qu’à l’activité physique ;

  • à leur impact sur la santé humaine, l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, les cancers, de même qu’à un ensemble de pathologies pour lesquelles les liens avec la nutrition sont émergents, comme la santé mentale et cognitive, les pathologies dermatologiques et respiratoires ou l’immunité ;

  • aux mécanismes qui sous-tendent ces relations complexes ;

  • à l’impact également de nos systèmes alimentaires sur la santé planétaire et la durabilité des écosystèmes ;

  • aux déterminants des comportements nutritionnels (socio-démographiques, économiques, psychologiques, géographiques, etc.), comme leviers d’action vers des modes de vie plus sains.

53Cette recherche a pour finalité de proposer et de tester des outils, des mesures de santé publique qui permettent de réduire efficacement le risque de maladies chroniques via la nutrition. Nous travaillons en population générale mais également dans des populations spécifiques comme les étudiants, les femmes enceintes, les végétariens ou des patients atteints de différentes maladies chroniques.

54Pour cela, nous avons mis en place plusieurs études épidémiologiques de grande ampleur, notamment l’étude NutriNet-Santé. Lancée en 2009 en France comme la première « Web cohorte » de cette taille dans le monde, elle réunit aujourd’hui plus de 174 000 participants de 15 ans et plus. Son originalité et sa force résident en une évaluation très détaillée des expositions alimentaires et des nouveaux comportements nutritionnels. Ceux-ci sont mesurés par des outils validés, en particulier des enregistrements alimentaires de 24 heures répétés tous les six mois, auxquels viennent s’ajouter de nombreux questionnaires complémentaires au fil du suivi sur la consommation d’aliments bio, les emballages des aliments, les pratiques de cuisson, la prise de compléments alimentaires, la pratique d’activité physique, mais aussi sur des facteurs non directement liés à l’alimentation, comme des expositions environnementales domestiques ou professionnelles, le tabagisme, ou d’autres paramètres liés aux modes de vie. Cela nous permet de caractériser finement l’exposome (ou les exposomes) des participants. Nous avons également mis en place une biobanque pour un sous-échantillon de 20 000 participants avec du sérum, du plasma, du buffy coat (contenant de l’ADN) et des urines. Nous sommes aujourd’hui en train de démarrer la collecte de selles pour 8000 à 10 000 volontaires dans le cadre du projet NutriGut, piloté par la doctoresse Mélanie Deschasaux-Tanguy. Les participants sont suivis dans le temps (suivi pro-actif par notre équipe et chaînage avec les bases médico-administratives), avec déjà plusieurs milliers de cas incidents de cancers, de maladies cardiovasculaires et de décès. Nous sommes également dans une démarche d’expansion au niveau international : le volet belge de l’étude est d’ores et déjà lancé et pointe directement sur notre plate-forme ; et nous sommes engagés dans une démarche de transfert de savoir-faire auprès d’autres pays pour mettre en place des études NutriNet similaires, au Canada ou au Brésil par exemple. Il s’agit donc d’une infrastructure unique pour la recherche multidisciplinaire en nutrition et santé. Le recrutement est toujours ouvert à l’heure actuelle. Nous invitons donc toute personne de 15 ans ou plus qui souhaite contribuer à faire progresser la recherche publique en nutrition et santé à participer à cette étude. Il suffit pour cela de se connecter à notre site www.etude-nutrinet-sante.fr, accessible sur ordinateur, tablette, smartphone, et de se laisser guider (fig. 5).

Figure 5

Image 100000000000051A000004F44FFB9554785F514F.jpg

Interface du site internet de l’étude NutriNet-Santé : page d’accueil et enregistrements alimentaires de 24 h (www.etude-nutrinet-sante.fr).

55Lors des jours d’enquête alimentaire, il est demandé aux participants de renseigner leurs consommations, qu’il s’agisse des types d’aliments consommés et des tailles de portions, mais également un ensemble d’informations comme la marque des produits, le fait qu’ils soient issus ou non de l’agriculture biologique, ou encore l’heure de chaque prise alimentaire. Nous essayons d’innover en continu pour optimiser ces outils de collecte, faciliter la saisie pour les participants et augmenter la qualité et le niveau de détail des informations collectées. Par exemple, nous avons récemment ajouté un module permettant de scanner les codes-barres des aliments consommés, faisant le lien en direct grâce à une API avec la base de données Open Food Fact. Ceci nous permet de collecter une multitude d’informations précieuses sur la composition des produits, la présence de certains additifs ou encore leurs emballages.

56L’étude NutriNet-Santé a déjà donné lieu à plusieurs centaines de publications scientifiques, de présentations dans des congrès, en France et à l’étranger, et à des milliers de retombées dans les médias et auprès du public, avec plusieurs impacts directs sur les politiques de santé publique. Au-delà du Nutri-Score dont nous avons parlé précédemment, nous présenterons ci-après quelques exemples de résultats de recherche récents.

57Nous nous sommes posé la question suivante : en matière de transformation et de formulation des aliments, sommes-nous allés trop loin ? Quel est l’impact sur notre santé de la consommation massive et régulière de ces aliments dits « ultra-transformés », c’est-à-dire ayant subi d’importants procédés de transformation modifiant largement les matrices alimentaires et/ou contenant des additifs alimentaires ou d’autres substances d’origine industrielle (huiles hydrogénées, maltodextrine, sirop de glucose, etc.) ? Nous avons donc catégorisé tous les aliments consommés par les participants à l’étude NutriNet-Santé ou « Nutrinautes » selon la classification Nova, proposée par l’équipe du professeur Carlos Monteiro au Brésil41.

58Nous avons ainsi pu mettre en évidence pour la première fois un lien entre une part plus importante de ces aliments dits « ultra-transformés » dans le régime alimentaire et un risque accru de plusieurs pathologies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, troubles gastro-intestinaux, symptômes dépressifs, diabète de type 2, surpoids/obésité) et de mortalité. Ces travaux, publiés dans de grands journaux médicaux, ont fait l’objet d’un important retentissement dans les médias et auprès du public au niveau international. Ils ont conduit à la mise en place d’une enquête parlementaire en 2018 dédiée à l’impact de l’alimentation industrielle sur la santé, puis à diverses auditions à l’Assemblée nationale et au Sénat. Ils ont également contribué à une modification des recommandations dans différents pays du globe, notamment en France, où le fait de limiter la consommation de ces aliments et de privilégier le « fait-maison » et la consommation d’aliments pas ou peu transformés fait maintenant partie des recommandations officielles du PNNS. Ces travaux ont été synthétisés en français dans les Cahiers de nutrition et de diététique42.

59Aujourd’hui, plusieurs dizaines d’études épidémiologiques à travers le monde ont confirmé ces résultats. Nous en avons publié la synthèse dans The Lancet Gastroenterology & Hepatology l’été dernier, dans un article écrit en collaboration avec nos collègues de l’équipe du docteur Benoît Chassaing à l’unité U1016 de l’Inserm, qui ont présenté un tour d’horizon des mécanismes potentiellement impliqués, notamment ceux faisant intervenir des perturbations du microbiote intestinal43.

60Notre objectif aujourd’hui est de démêler les fils de cette pelote complexe dans le cadre d’un grand programme de recherche soutenu par l’European Research Council (ERC), l’INCa, le ministère de la Santé, l’université Paris Cité et la fondation Bettencourt-Schueller44. Quels sont les caractéristiques de ces aliments ultra-transformés qui, au-delà de leur profil nutritionnel, pourraient expliquer leur impact sur la santé : le rôle des additifs alimentaires, des contaminants créés lors des procédés de transformation ou provenant des emballages, la modification de la matrice et de la structure des aliments qui joue sur la vitesse d’ingestion, la biodisponibilité et la digestibilité des constituants ? Autant de pistes que nous commençons à explorer dans le cadre d’un programme multidisciplinaire associant épidémio­logie nutritionnelle (avec les cohortes NutriNet-Santé et Epic), épidémiologie mécanistique (pour explorer les mécanismes impliqués grâce à des biomarqueurs d’inflammation, de stress oxydant, de perturbation métabolique ou du microbiote45) et recherche expérimentale toxicologique in vivo et in vitro en collaboration avec nos partenaires.

61Nous avons ainsi pu quantifier pour la première fois les expositions aux additifs consommés par les Nutrinautes et identifier les principaux mélanges auxquels nous sommes exposés. Nous allons pouvoir maintenant étudier les liens entre ces mélanges, leurs possibles effets « cocktail » et le risque de diverses pathologies chroniques. Ce gros travail, qui a mobilisé et qui mobilise encore notre équipe de diététiciens, d’informaticiens, de data-manageurs et de scientifiques, a été rendu possible grâce au degré de finesse des données de NutriNet-Santé. En effet, nous avons l’avantage d’avoir collecté depuis le lancement de la cohorte le nom commercial ou la marque des produits consommés, ce qui est fondamental du fait de la forte variation de composition entre les différentes marques pour un même type d’aliment. Un biscuit au chocolat peut contenir de 0 à 10 additifs différents par exemple.

62Nous avons commencé à explorer certaines classes d’additifs pour lesquels des études expérimentales suggéraient des impacts sur la santé, mais avec pas ou peu de données au niveau épidémiologique chez l’être humain. Nous avons par exemple montré que les apports en additifs nitrités (nitrite de sodium E250) étaient associés à un risque plus élevé de diabète de type 246 (mais également d’hypertension artérielle47 et de cancers48). Nous avons également mis en évidence des liens entre les apports en édulcorants intenses (dont l’aspartame et l’acésulfame potassium) et le risque accru de cancer toutes localisations confondues, de cancer du sein, et de cancers liés à l’obésité49. Nous avons également observé des liens entre exposition aux édulcorants intenses et risque accru de maladies cardiovasculaires50. Comme pour les cancers, les analyses de substitution n’ont pas suggéré qu’il pourrait y avoir un bénéfice lié au remplacement du sucre par des édulcorants pour ces pathologies.

63Nous avons également montré que la consommation d’acides gras trans (qui proviennent de l’hydrogénation des huiles, un procédé utilisé dans la pâtisserie industrielle par exemple) était associée à un risque accru de diabète de type 2 dans NutriNet-Santé51. C’était le cas pour les acides gras trans industriels, mais pas pour les acides gras trans naturellement présents dans les produits laitiers par exemple.

64Si les effets délétères des boissons sucrées sur la santé cardiométabolique, les caries dentaires ou encore la stéatose hépatique non alcoolique (Nonalcoholic steatohepatitis ou NASH en anglais) sont bien connus, leur impact sur le risque de cancer l’est moins. Nous avons montré que la consommation de boissons sucrées était positivement associée au risque de cancer global et de cancer du sein dans la cohorte NutriNet-Santé. Les jus de fruits 100 % pur jus (très riches en sucre malgré leur image « santé ») étaient également concernés. Nos résultats suggèrent en outre que ces associations ne seraient pas uniquement dus à une prise de poids au cours du suivi mais que d’autres mécanismes pourraient entrer en jeu52.

65Les chercheuses et chercheurs de mon équipe, notamment de l’Inrae, portent également un axe de recherche très complet sur l’impact santé de la consommation d’aliments issus de l’agriculture bio­logique et de l’exposition aux résidus de pesticides, sur la végétalisation des consommations et plus généralement sur la durabilité des systèmes alimentaires53. Le projet BioNutriNet a notamment permis de mettre en évidence des liens entre la consommation d’aliments issus de l’agriculture biologique et un moindre risque de cancer toutes localisations confondues, mais également de cancer du sein et de lymphomes non hodgkiniens54. Bien entendu, cette étude, comme les autres de ce type, prend en compte, en particulier par des « ajustements » statistiques, un ensemble de caractéristiques des individus, liées à leur mode de vie, leur tabagisme, leurs choix alimentaires, etc. et compare le risque de développer un cancer associé aux différents niveaux de consommation de « bio », toutes choses égales par ailleurs. En outre, le risque de diabète de type 2 était de 35 % moindre chez les plus forts consommateurs d’aliments biologiques par rapport aux non-consommateurs55.

66Pour aller plus loin et pour mieux comprendre ces relations, nous avons estimé les expositions aux résidus de pesticides présents dans l’alimentation des Nutrinautes, incluant une validation, dans un sous-échantillon, grâce à des marqueurs urinaires. Nous avons observé une association entre une composante représentant un mélange de résidus de pesticides (fortement corrélée au chlorpyriphos, à l’imazalil, au malathion, au thiabendazole) et un risque accru de cancer du sein post-ménopausique, spécifiquement chez les femmes en surpoids et obèses56. Ces résultats pourraient être expliqués par de potentielles propriétés cancérigènes de certaines de ces molécules ainsi que des mécanismes de perturbation endocrinienne suggérés par la recherche expérimentale. Chez les femmes, un mélange caractérisé par une exposition plus importante aux résidus de pesticides de type imazalil, profenofos, thiabendazole, chlorpyriphos, était associé à un risque accru de diabète de type 257.

67En matière de durabilité et d’impact environnemental de l’alimentation, la cohorte NutriNet-Santé a par exemple permis de tester un régime alimentaire récemment proposé dans la littérature internationale, le « régime alimentaire planétaire » ou Planetary Health Diet de la commission EAT-Lancet, et de montrer qu’une meilleure adéquation à ce régime était aussi associée à un risque moindre de maladies chroniques58.

68Les données de NutriNet-Santé ont également permis de tester des modèles d’optimisation de la diète vers des régimes plus durables et de montrer que plusieurs scénarios répondent aux enjeux environnementaux, tout en restant économiquement accessibles et en couvrant les principaux besoins nutritionnels59.

69Enfin, grâce au dynamisme de l’équipe opérationnelle de NutriNet et des chercheurs, nous avons pu nous organiser, en lien avec les autres grandes cohortes françaises en population générale, pour collecter en quelques semaines à peine et en situation de confinement, dès mars 2020, une multitude d’informations sur le vécu de la crise sanitaire, ses conséquences sur la santé physique et mentale, sur l’alimentation et l’activité physique de dizaines de milliers de citoyens. Nous avons aussi organisé une collecte de sang sur buvard par la Poste pour réaliser des sérologies Covid-19, dans le cadre du projet SAPRIS piloté par le professeur Fabrice Carrat et la doctoresse Nathalie Bajos. Dans ce cadre, nous avons par exemple pu observer que la consommation de fruits et légumes (et de manière cohérente, les apports en fibres, vitamines B9, C et K correspondants) était associée à une moindre probabilité d’infection par le SARS-CoV-2 (objectivée par séroprévalence), et ce, en tenant compte des comportements individuels comme le respect des gestes barrières, le nombre de sorties par semaine, etc.60.

70Je n’ai évidemment pas le temps de développer dans le cadre de cette leçon inaugurale l’ensemble des autres thèmes de recherche de l’équipe, et ils sont nombreux (déterminants psychologiques des comportements, végétarisme et véganisme, stigmatisation de l’obésité, allaitement, rythmes nutritionnels circadiens notamment)61.

71Quelques éléments pour conclure. Le premier est que nous avons besoin d’une recherche publique forte dans le domaine de la nutrition-santé. Ses résultats permettront, au cours des prochaines années :

  • de renforcer des niveaux de preuve encore à l’état d’hypothèses à l’heure actuelle ;

  • d’identifier de nouveaux facteurs de risques ou de nouveaux facteurs protecteurs véhiculés par notre alimentation ;

  • d’optimiser les recommandations nutritionnelles ;

  • d’optimiser le Nutri-Score, en incluant potentiellement d’autres dimensions comme celle de l’(ultra-)transformation, au fil de l’évolution des connaissances ;

  • d’améliorer la fiabilité des informations fournies par les applications ;

  • plus généralement, de guider et d’orienter les politiques de santé publique afin d’améliorer à la fois la santé des populations et la durabilité des écosystèmes.

72Il y a bien entendu de nombreux domaines dans lesquels les partenariats entre recherche et industrie peuvent être adaptés et propices à des valorisations économiques mais, en matière de nutrition et de santé publique, de nombreux travaux démontrent le risque de biais liés au financement de la recherche par l’industrie agroalimentaire62. Par exemple, parmi les revues de la littérature sur la question de l’impact des boissons sucrées sur la prise de poids, celles présentant des conflits d’intérêts étaient cinq fois plus susceptibles de conclure à l’absence d’association positive que celles qui n’en présentaient pas63. Une recherche publique forte et sans conflit d’intérêts est donc fondamentale dans ce domaine. Sur cette question du poids des lobbys agro-industriels en santé publique, je ne peux que vous recommander l’ouvrage passionnant du professeur Serge Hercberg Mange et tais-toi. Un nutritionniste face au lobby agroalimentaire64.

73Dans un monde boulimique d’informations, où les fake news font légion, sur les réseaux sociaux, sur Internet, dans la presse et à la télévision, nous avons une responsabilité collective, en tant que chercheurs, institutions publiques et médias, de véhiculer des messages basés sur des preuves scientifiques en faveur de la santé des citoyens. Il est important, en matière de nutrition et de santé publique, de promouvoir les sources d’information institutionnelles fiables, comme Santé publique France, l’Inserm, le ministère de la Santé, le réseau NACRe, l’INCa, le site MangerBouger.fr, le WCRF, l’Anses, l’Inrae, le CIRC, l’OMS. Certains ouvrages, comme le livre Fake news santé65 de l’Inserm, nous y aident également66.

74Ce sera donc ma conclusion et l’objet des cours développés dans le cadre de cette chaire : transmettre aux citoyens ce que l’on sait, expliquer ce que l’on ne sait pas encore et les pistes que l’on explore, comment se construisent les savoirs dans ce domaine et comment avancer, pour faire progresser ensemble notre santé, celle de nos enfants et des générations futures.

Remerciements

Je tiens à remercier très chaleureusement tous les collègues de mon équipe, l’Éren : les ingénieurs, les techniciens, les personnels administratifs, les chercheurs, les doctorants, les post-doctorants et les stagiaires, pour leur formidable travail. Le professeur Serge Hercberg et la doctoresse Pilar Galan pour le formidable héritage qu’ils nous ont laissé et les moyens, les compétences et l’envie qu’ils nous ont transmis pour poursuivre cette magnifique aventure. Je remercie également nos institutions de tutelle, les organismes publics et associatifs qui financement nos recherches, le Cress, notre centre de recherche et sa direction, qui nous permettent de travailler dans un cadre stimulant intellectuellement, un cadre qui promeut une recherche éthique et responsable, et ce, tout en laissant aux équipes une grande liberté pour organiser et piloter nos activités. Un grand merci à tous les collègues avec qui nous avons le plaisir de collaborer en France et à travers le monde. Toute l’équipe s’associe à moi pour rendre hommage aux volontaires de nos études épidémiologiques et notamment aux Nutrinautes qui, en donnant un peu de leur temps, rendent tout cela possible. Je remercie évidemment mes proches et surtout mon extraordinaire famille pour son soutien. Tous ces repas que nous partageons ensemble et les discussions qui les accompagnent nourrissent au sens propre comme au sens figuré l’envie de poursuivre cette exploration, peut-être infinie, des liens entre la nutrition et la santé humaine et planétaire.

Notes de bas de page

1 Peter Menzel, Hungry Planet: What the World Eats, Berkeley (Calif.), Ten Speed, 1re éd., 2005.

2 Gregg Segal, Daily Bread: What Kids Eat around the World, Brooklyn (N.Y.), powerHouse Books, 2019.

3 Estimations réalisées à partir des études nationales représentatives de consommation alimentaire en  France : étude Esteban conduite par l’agence Santé publique France, 2015 (https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/articles/les-resultats-de-l-etude-esteban-2014-2015) ; étude INCA3 conduite par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail/Anses, 2015 (https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2014SA0234Ra.pdf). Pour les liens cités, voir note de l’éditeur I.

4 Vidéo disponible sur le site officiel de l’INA : https://www.youtube.com/watch?v=n_Ez2RMjwuA&pp=ygUNYWxjb29sIMOpY29sZQ%3D%3D.

5 Mathilde Touvier, « Des modèles cellulaires jusqu’aux approches épidémiologiques en population : comment établit-on les preuves scientifiques en matière de lien nutrition-santé ? », Collège de France, cours du 11 avril 2023 (voir note de l’éditeur II).

6 Serge Hercberg, Pilar Galan, Paul Preziosi et al., « The SU.VI.MAX Study: A randomized, placebo-controlled trial of the health effects of antioxidant vitamins and minerals », Archives of Internal Medicine, vol. 164, no 21, 2004, p. 2335-2342, https://doi.org/10.1001/archinte.164.21.2335.

7 Pilar Galan, Emmanuelle Kesse-Guyot, Sébastien Czernichow et al., « Effects of B vitamins and omega 3 fatty acids on cardiovascular diseases: A randomised placebo controlled trial », British Medical Journal, vol. 341, 2010, c6273, https://doi.org/10.1136/bmj.c6273.

8 Ramón Estruch, Emilio Ros, Jordi Salas-Salvadó et al., « Retraction and republication: Primary prevention of cardiovascular disease with a Mediterranean diet. N Engl J Med 2013; 368:1279-90 », New England Journal of Medicine, vol. 378, no 25, 2018, p. 2441-2442, https://doi.org/10.1056/NEJMc1806491.

9 Ida Judyta Malesza, Michał Malesza, Jarosław Walkowiak et al., « High-fat western-style diet systemic inflammation and gut microbiota: A narrative review », Cells, vol. 10, no 11, 2021, p. 3164, https://doi.org/10.3390/cells10113164.

10 Mary Schubauer-Berigan, « IARC monographs: Evidence evaluation for cancer hazard identification », Collège de France, séminaire du 11 avril 2023.

11 Mathilde Touvier, « De SU.VI.MAX à NutriNet-Santé : les grandes études épidémiologiques françaises en science participative qui ont fait progresser les connaissances dans le champ nutrition-santé », Collège de France, cours du 18 avril 2023.

12 Elio Riboli, « The role of nutrition and metabolic factors in cancer causation and prevention: Lessons learned from EPIC and other large population cohort studies », Collège de France, séminaire du 18 avril 2023.

13 https://monographs.iarc.who.int/fr.

14 « Interactive Cancer Risk Matrix », WCRF, 2018, https://www.wcrf.org/diet-activity-and-cancer/interactive-cancer-risk-matrix.

15 Nutrition et prévention primaire des cancers : actualisation des données, rapport INCa/NACRe, 2015, https://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Nutrition-et-prevention-primaire-des-cancers-actualisation-des-donnees.

16 « Les facteurs nutritionnels en lien avec le risque de cancer », NACRe, 2021, https://www6.inrae.fr/nacre/Actualites/Nouvelle-rubrique-facteurs-nutritionnels-prevention-cancer.

17 Impact des facteurs nutritionnels pendant et après cancer, INCa, rapport d’octobre 2020, https://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Impact-des-facteurs-nutritionnels-pendant-et-apres-cancer-Rapport.

18 « Be a healthy weight », WCRF, https://www.wcrf.org/diet-activity-and-cancer/cancer-prevention-recommendations/be-a-healthy-weight.

19 Matthias B. Schulze, Miguel A. Martínez-González, Teresa T. Fung, Alice H. Lichtenstein et Nita G. Forouhi, « Food based dietary patterns and chronic disease prevention », British Medical Journal, vol. 361, 2018, p. k2396, https://doi.org/10.1136/bmj.k2396.

20 Activité physique : prévention et traitement des maladies chroniques, Inserm, expertise collective, 2019.

21 Kevin D. Shield, Heinz Freisling, Marie-Christine Boutron-Ruault, Mathilde Touvier et al., « New cancer cases attributable to diet among adults aged 30-84 years in France in 2015 », British Journal of Nutrition, vol. 120, no 10, 2018, p. 1171-1180, https://doi.org/10.1017/S0007114518002544.

22 « GBD 2019 Risk Factors Collaborators. Global burden of 87 risk factors in 204 countries and territories, 1990-2019: A systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2019 », The Lancet, 17 octobre 2020, https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30752-2.

23 L’essentiel des recommandations sur l’alimentation, Santé publique France, 2019, https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/documents/depliant-flyer/l-essentiel-des-recommandations-sur-l-alimentation.

24 « Cancer Prevention Recommendations », WCRF, https://www.wcrf.org/diet-activity-and-cancer/cancer-prevention-recommendations.

25 Mathilde Touvier, « Nutri-Score : le logo nutritionnel simplifié et validé pour guider les consommateurs vers des choix alimentaires favorables à la santé », Collège de France, cours du 30 mai 2023.

26 « Nutri-Score », Santé publique France, 2021, https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/articles/nutri-score.

27 « Nutri-Score: harmonized and mandatory front-of-pack nutrition label urgently needed at the European Union level and beyond », CIRC, 2021, https://www.iarc.who.int/news-events/nutri-score.

28 Why the European commission must choose the Nutri-Score nutritional label – a public health tool based on rigorous scientific evidence – as the mandatory nutrition label for Europe, rapport du 12 mai 2023, https://nutriscore-europe.com/wp-content/uploads/2023/01/NS_rapport-EU-V10_230202.pdf.

29 https://nutriscore.blog

30 Pierre Slamich et Stéphane Gigandet, « Données, intelligence artificielle et technologies du futur : quel potentiel pour révolutionner la recherche et l’action de santé publique de demain en nutrition et santé, l’exemple d’Open Food Facts », Collège de France, séminaire du 13 juin 2023.

31 Obésité : comprendre, aider, prévenir, rapport no 8 (2005-2006), Sénat, 5 octobre 2005, https://www.senat.fr/rap/r05-008/r05-00816.html.

32 https://www.mangerbouger.fr/ressources-pros/le-plan-national-nutrition-sante-pnns/qu-est-ce-que-le-pnns.

33 Mathilde Touvier, « Durabilité et impact environnemental de l’alimentation, effets sur la santé de la consommation de bio et de l’exposition aux résidus de pesticides », Collège de France, cours du 23 mai 2023.

34 Hannah Ritchie, Pablo Rosado et Max Roser, « Environmental impacts of food production », Our World in Data, 2022, https://ourworldindata.org/environmental-impacts-of-food.

35 Pour une politique nationale nutrition santé à la hauteur des enjeux de santé publique en France (PNNS 2017-2021), HCSP, 2017, https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=632.

36 Avis relatif à l’élaboration de la Stratégie nationale alimentation, nutrition, climat (Snanc), HCSP, 2023, https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=1308.

37 « Exposition des enfants et des adolescents aux publicités des produits gras, salés et sucrés : quelles préconisations d’encadrement ? », Santé publique France, 2020, https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2020/exposition-des-enfants-et-des-adolescents-aux-publicites-des-produits-gras-sales-et-sucres-quelles-preconisations-d-encadrement.

38 Mathilde Touvier, « Recherche, surveillance, politique nutritionnelle de santé publique : un continuum pour la prévention des maladies liées à la nutrition et à la réduction des inégalités sociales de santé », Collège de France, cours du 6 juin 2023.

39 Sandrine Lioret-Suteau et Benjamin Cavalli, « Les 1 000 premiers jours : une fenêtre d’opportunité pour réduire les inégalités sociales de santé. Exemple de l’étude ECAIL, une intervention complexe de santé publique », Collège de France, séminaire du 6 juin 2023.

40 Dariush Mozaffarian, Irwin Rosenberg et Ricardo Uauy, « History of modern nutrition science – implications for current research, dietary guidelines, and food policy », British Medical Journal, vol. 361, 2018, https://doi.org/10.1136/bmj.k2392.

41 Euridice Martinez-Steele, Neha Khandpur, Carolina Batis, Maira Bes-Rastrollo et al., « Best practices for applying the Nova food classification system », Nature Food, no 4, 2023, p. 445-448, https://doi.org/10.1038/s43016-023-00779-w.

42 Charlotte Debras, Bernard Srour, Eloi Chazelas, Chantal Julia et al., « Aliments ultra-transformés, maladies chroniques et mortalité : résultats de la cohorte prospective NutriNet-Santé », Cahiers de nutrition et de diététique, vol. 57, no 3, 2021, p. 222-234, https://doi.org/10.1016/j.cnd.2021.08.004.

43 Bernard Srour, Melissa Kordahi, Erica Bonazzi, Mélanie Deschasaux-Tanguy, Mathilde Touvier* et Benoît Chassaing*, « Ultra-processed foods and human health: From epidemiological evidence to mechanistic insights », The Lancet Gastroenterology & Hepatology, vol. 7, no 12, 2022, p. 1128-1140, https://doi.org/10.1016/S2468-1253(22)00169-8 (*contributions égales).

44 Mathilde Touvier, « Ultra-transformation, ultra-formulation et additifs alimentaires : est-on allés trop loin ? Quels impacts sur notre santé ? », Collège de France, cours du 9 mai 2023.

45 Benoît Chassaing, « Impact des additifs et UPF sur le microbiote », Collège de France, séminaire du 9 mai 2023.

46 Bernard Srour, Eloi Chazelas, Nathalie Druesne-Pecollo, Younès Esseddik et al., « Dietary exposure to nitrites and nitrates in association with type 2 diabetes risk: Results from the NutriNet-Santé population-based cohort study », Plos Medicine, vol. 20, no 1, 2023, e1004149, https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1004149.

47 Bernard Srour, Eloi Chazelas, Léopold K. Fezeu, Guillaume Javaux et al., « Nitrites, nitrates, and cardiovascular outcomes: Are we living “La Vie en Rose” with pink processed meats? », Journal of the American Heart Association, vol. 11, no 24, 2022, e027627, https://doi.org/10.1161/JAHA.122.027627.

48 Eloi Chazelas, Fabrice Pierre, Nathalie Druesne-Pecollo, Younès Esseddik et al., « Nitrites and nitrates from food additives and natural sources and cancer risk: Results from the NutriNet-Santé cohort », International Journal of Epidemiology, vol. 51, no 4, 2022, p. 1106-1119, https://doi.org/10.1093/ije/dyac046.

49 Charlotte Debras, Eloi Chazelas, Bernard Srour, Nathalie Druesne-Pecollo et al., « Artificial sweeteners and cancer risk: Results from the NutriNet-Santé population-based cohort study », Plos Medicine, vol. 19, no 3, 2022, https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1003950.

50 Charlotte Debras, Eloi Chazelas, Laury Sellem, Raphaël Porcher et al., « Artificial sweeteners and risk of cardiovascular diseases: Results from the prospective NutriNet-Santé cohort », British Medical Journal, vol. 378, 2022, e071204, https://doi.org/10.1136/bmj-2022-071204.

51 Gaëlle Wendeu-Foyet, Alice Bellicha, Véronique Chajès, Inge Huybrechts et al., « Different types of industry-produced and ruminant trans fatty acid intake and risk of type 2 diabetes: Findings from the NutriNet-Santé prospective cohort », Diabetes Care, vol. 46, no 2, 2023, p. 321-333, https://doi.org/10.2337/dc22-0900.

52 Eloi Chazelas, Bernard Srour, Elisa Desmetz, Emmanuelle Kesse-Guyot et al., « Sugary drink consumption and risk of cancer: Results from NutriNet-Santé prospective cohort », British Medical Journal, vol. 366, 2019, https://doi.org/10.1136/bmj.l2408.

53 Emmanuelle Kesse-Guyot et Julia Baudry, « Durabilité des régimes alimentaires : enseignements de l’étude NutriNet-Santé », Collège de France, séminaire du 23 mai 2023.

54 Julia Baudry, Karen E. Assmann, Mathilde Touvier, Benjamin Allès et al., « Association of frequency of organic food consumption with cancer risk: Findings from the NutriNet-Santé prospective cohort study », JAMA International Medicine, vol. 178, no 12, 2018, p. 1597-1606, https://doi.org/10.1001/jamainternmed.2018.4357.

55 Emmanuelle Kesse-Guyot, Pauline Rebouillat, Laurence Payrastre, Benjamin Allès et al., « Prospective association between organic food consumption and the risk of type 2 diabetes: Findings from the NutriNet-Santé cohort study », International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity, vol. 17, no 1, 2020, p. 136, https://doi.org/10.1186/s12966-020-01038-y.

56 Pauline Rebouillat, Rodolphe Vidal, Jean-Pierre Cravedi, Bruno Taupier-Letage et al., « Prospective association between dietary pesticide exposure profiles and postmenopausal breast-cancer risk in the NutriNet-Santé cohort », International Journal of Epidemiology, vol 50, no 4, 2021, p. 1184-1198, https://doi.org/10.1093/ije/dyab015.

57 Pauline Rebouillat, Rodolphe Vidal, Jean-Pierre Cravedi, Bruno Taupier-Letage et al., « Prospective association between dietary pesticide exposure profiles and type 2 diabetes risk in the NutriNet-Santé cohort », Environmental Health, vol. 21, no 1, 2022, p. 57, https://doi.org/10.1186/s12940-022-00862-y.

58 Florine Berthy, Joséphine Brunin, Benjamin Allès, Léopold K. Fezeu et al., « Association between adherence to the EAT-Lancet diet and risk of cancer and cardiovascular outcomes in the prospective NutriNet-Santé cohort », The American Journal of Clinical Nutrition, vol. 116, no 4, 2022, p. 980-991, https://doi.org/10.1093/ajcn/nqac208.

59 Louise Seconda, Hélène Fouillet, Jean-François Huneau, Philippe Pointereau et al., « Conservative to disruptive diets for optimizing nutrition, environmental impacts and cost in French adults from the NutriNet-Santé cohort », Nature Food, vol. 2, 2021, p. 174-182, https://doi.org/10.1038/s43016-021-00227-7.

60 Mélanie Deschasaux-Tanguy, Bernard Srour, Laurent Bourhis, Nathalie Arnault et al., « Nutritional risk factors for SARS-CoV-2 infection: A prospective study within the NutriNet-Santé cohort », BMC Medicine, vol. 19, no 1, 2021, p. 290, https://doi.org/10.1186/s12916-021-02168-1.

61 Pour approfondir, il est possible de consulter l’ensemble de mes cours sur le site internet du Collège de France, en particulier celui du 13 juin 2023 portant sur les grandes perspectives en nutrition, de la recherche à l’optimisation des politiques de santé publique.

62 Lenard I. Lesse, Cara B. Ebbeling, Merrill Goozne, David Wypij et David S. Ludwig, « Relationship between funding source and conclusion among nutrition-related scientific articles », PLoS Medicine, vol. 4, no 1, 2007, e5, https://doi.org/10.1371/journal.pmed.0040005. Nicholas Chartres, Alice Fabbri et Lisa A. Bero, « Association of industry sponsorship with outcomes of nutrition studies: A systematic review and meta-analysis », JAMA International Medicine, vol. 176, no 12, 2016, p. 1777-1769, https://doi.org/10.1001/jamainternmed.2016.6721.

63 Maira Bes-Rastrollo, Matthias Schulze, Miguel Ruiz-Canela et Miguel A. Martinez-Gonzalez, « Financial conflicts of interest and reporting bias regarding the association between sugar-sweetened beverages and weight gain: a systematic review of systematic reviews », PLoS Medicine, vol. 10, no 12, 2013, e1001578, https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1001578.

64 Serge Hercberg, Mange et tais-toi. Un nutritionniste face au lobby agroalimentaire, Paris, humenSciences, coll. « Débat », 2022. Voir aussi le séminaire du 30 mai 2023 : Serge Hercberg, « Lobby agroalimentaire versus santé publique ; la saga du Nutri-Score ».

65 Inserm, Fake news santé, Paris, Le Cherche Midi, 2021.

66 Voir à ce sujet mon cours du 16 mai 2023, qui passe en revue ces idées reçues en nutrition pour démêler le vrai du faux, et le séminaire de Marie Préau le même jour, au sujet de l’approche psycho-sociale des fake news dans le domaine de l’alimentation.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.