Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface


Texte intégral

1Madame la Directrice générale de Santé publique France, chère Caroline Semaille,
Mesdames, Messieurs en vos titres et fonctions,
Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

2C’est un grand plaisir de vous retrouver ici ce soir pour inaugurer la chaire annuelle Santé publique qui sera occupée cette année par notre collègue Mathilde Touvier.

3La chaire annuelle Santé publique a été créée en partenariat avec l’agence nationale Santé publique France. Son but est d’encourager l’excellence de la recherche et le débat intellectuel au meilleur niveau sur les questions de santé publique ; d’en rendre sensibles les enjeux contemporains, en France et dans le monde, non seulement auprès de la communauté médicale et scientifique, mais aussi du grand public, par l’invitation sur la chaire d’une personnalité différente chaque année.

4Cette année, cette chaire est dédiée au lien entre la nutrition et les maladies chroniques. Manger et boire sont des actes indispensables à notre vie, mais saviez-vous qu’au cours d’une vie nous ingérons environ 30 tonnes d’aliments et 50 000 litres de boissons ?

5La nutrition, englobant au sens large l’alimentation et l’activité physique, est aujourd’hui reconnue comme l’un des principaux facteurs modifiables intervenant dans le déterminisme des maladies les plus répandues dans le monde industrialisé : l’obésité, les cancers, les maladies cardiovasculaires, le diabète, etc. Au niveau mondial, une alimentation déséquilibrée est un des principaux facteurs de risque de mortalité ; il existe évidemment des problématiques nutritionnelles très contrastées selon les pays du globe. Si l’on veut pouvoir agir pour protéger le consommateur, il faut, en effet, se poser la question des actions ciblées à entreprendre en matière de réglementation alimentaire et de santé publique. Ces actions devraient se situer à la fois à l’échelle de l’individu, mais aussi au niveau de l’offre à laquelle il est soumis et de l’environnement dans lequel il évolue.

6Un des problèmes réside dans le fait que tout le monde se saisit du sujet de l’alimentation ; puisque nous mangeons tous, nous sommes tous concernés. Avec les réseaux sociaux notamment, le risque est grand que toutes les voix soient mises sur le même plan.

7Nous sommes heureux d’avoir pu recruter l’une des meilleures spécialistes de ces questions sur la chaire annuelle Santé publique, Mathilde Touvier1.

8Mathilde Touvier est directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Elle dirige l’étude NutriNet-Santé qui, depuis 2009, vise à évaluer le lien entre les habitudes alimentaires et la santé. Un des fruits de son travail est l’étiquetage nutritionnel des aliments, et, notamment, le Nutri-Score, qui a été inventé et proposé par son équipe. Il s’agit, comme vous le savez, d’un indicateur simple et didactique, sur la face avant de l’emballage, qui permet d’obtenir l’information en un coup d’œil. Quand son équipe a proposé le Nutri-Score, il s’est produit une levée de boucliers, des pressions qui se retrouvent dès que l’on souhaite faire passer la santé publique devant les intérêts économiques de grandes entreprises.

9Mathilde Touvier est diplômée d’AgroParisTech et docteure en épidémiologie et santé publique. Après six ans à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et un an comme chercheuse invitée à l’Imperial College de Londres, elle a rejoint l’Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Éren), dont elle a pris la direction en 2019. Elle coordonne des recherches sur les liens entre nutrition et santé (ex.-investigatrice principale d’un projet ERC Consolidator Grant 2020-2025 sur alimentation industrielle, additifs, process alimentaires et santé), avec plus de trois cent vingt-cinq publications dans ce domaine.

10Mathilde Touvier est membre du conseil scientifique du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a reçu le prix Recherche Inserm en 2019 et un prix de la fondation Bettencourt Schueller en 2021. Elle est experte auprès de plusieurs institutions, notamment l’Institut national du cancer (INCa), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (comité de pilotage France 2030), le réseau international Global Burden of Disease.

11Elle va nous parler du rôle de la nutrition dans la prévention des maladies chroniques : état des connaissances scientifiques et recommandations.

Notes de bas de page

1 Voir l’entretien avec Mathilde Touvier mené par William Rowe-Pirra, Collège de France, 21 mars 2023 : https://www.college-de-france.fr/fr/actualites/la-nutrition-au-carrefour-de-facteurs-culturels-economiques-et-ecologiques.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.