Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

L’éthique du chercheur face à la mondialisation

La fraude scientifique

Alain Prochiantz

Entrées d'index

Texte intégral

1S’il y a une chose à laquelle je ne me suis jamais intéressé dans ma vie, c’est bien cette question de la fraude scientifique ; c’est pour cela que, lorsque mes deux collègues m’ont demandé d’intervenir pour en discuter, j’ai pensé que je pourrais répondre, éventuellement, mais je me suis demandé, pourquoi moi ? Comprenez donc que l’exercice auquel je vais me livrer s’appelle, en patinage artistique, « figure imposée », avec le risque évident de terminer à quatre pattes.

2J’aimerais prendre les choses de façon un peu différente. Tout d’abord, je tiens à préciser que je ne suis pas du tout puritain ; moraliste oui, mais puritain non. Je me méfie toujours des manifestations de puritanisme, dans quelque communauté que ce soit, y compris dans celle des savants. Je pense que le puritanisme est tout à fait contraire à l’esprit même de la science, qui est une aventure plaisante, ludique, qui demande de l’imagination, et peut parfois se révéler utile, on peut en tout cas l’espérer, même si cela est – à mes yeux – secondaire.

3Puisque je suis discutant, je n’ai rien préparé. Les discussions préparées à l’avance, comme les impromptus du même type, ne répondent pas à la véracité de l’exercice. C’est un des aspects de la « figure libre ». Mon propos sera donc forcément décousu.

4Je vais commencer par reprendre le thème de la mondialisation (on verra qu’il n’est pas étranger à la question de la fraude). On l’a dit hier, et répété aujourd’hui, la mondialisation n’est pas quelque chose de nouveau. Galilée conversait avec Kepler, même s’ils n’étaient pas d’accord sur la forme des orbites, circulaires pour celui-là, elliptiques pour celui-ci, qui avait raison. Descartes était dans la discussion, mais en est sorti sur la pointe des pieds. Giordano Bruno était mort sur le bûcher une cinquantaine d’années plus tôt – inutile de prendre des risques inconsidérés, l’Inquisition fait réfléchir, on le comprend bien. Ce n’était pas de la fraude, tout juste un silence bienvenu. Qui le lui reprochera ?

5Ce qui a changé, aujourd’hui, d’une certaine façon, ce n’est pas tellement la mondialisation, mais la mise en place d’un mélange de mondialisation et de nationalisation, le surgissement d’un incroyable chauvinisme scientifique. Les classements de Shanghai, ou d’ailleurs, sont un reflet de cette « footballisation » de la science, avec le « mercato » des chercheurs qui l’accompagne, « parce que vous le valez bien ».

6Cette nouvelle scène, internationale et chauvine, avec une attention excessive portée aux enjeux industriels, a transformé l’activité scientifique. La science a, pour une grande part, cessé d’être ce que nous aimions qu’elle soit (ou avons rêvé qu’elle fût) : une conversation entre amis, musclée parfois, mais poursuivie à travers les siècles. Galilée discutait avec Kepler, certes, mais aussi avec Copernic et Ptolémée, j’allais oublier Ptolémée ! Et cette discussion se poursuit encore aujourd’hui, elle fait partie de la beauté de la science. Ce qui m’a frappé en écoutant tout à l’heure parler Gabriele Veneziano1, ce n’est pas la technologie, c’est le souffle, la beauté d’aller chercher dans la structure intime de la matière l’histoire de la Terre. C’est l’illustration de la dimension poétique de la science, parce que la science est fondamentalement une activité poétique, qui fait appel à l’imagination, au risque.

7On parle souvent de la proximité de l’art et de la science, « sci-art » disent nos amis anglo-saxons. Ce que nous avons compris à travers l’exposé de Gabriele, c’est que cette proximité avec l’art n’est pas simplement décorative (de belles – ? – images), elle est intellectuelle. Un humain est là aux prises avec son objet. Eh oui, il y a de la création dans ce métier (est-ce vraiment un métier ?) et, aussi, des sujets de la science.

8Bien entendu, lorsqu’on voit de cette façon son métier, puisque métier il y a (j’ai écouté hier Pierre Joliot2, et je suis en accord avec « une certaine idée de la science » qu’il a défendue), on ne peut même pas comprendre ce qu’est une fraude. Quel peut-être le plaisir à être le premier, voire le seul, si on sait qu’on a fraudé ? C’est absurde, ou fou, ou le signe que la science s’est dévoyée. Et alors ce qui est en cause n’est plus la déontologie mais les nouvelles figures de l’activité scientifique.

9Abordons maintenant de façon frontale cette question de la fraude. Je n’ai pas le temps dans une « réaction » de développer un argumentaire complet. J’indiquerai seulement quelques pistes pour suggérer pourquoi je me trouve, par-delà l’amitié et la collégialité, en désaccord avec Anne Fagot-Largeault3. Je laisse de côté la question des animaux, même si j’aurais personnellement beaucoup à dire sur les propos de notre collègue philosophe concernant ce sujet.

10Commençons par la fraude individuelle. On peut toujours blâmer la pression (mondialisation, compétition, financements, carrières, etc.). Il reste que, dans un même laboratoire, le fraudeur, s’il existe, est l’exception, quand tous sont soumis à des pressions semblables. Ensuite, toujours au niveau individuel, il y a différents types de fraude. Je voudrais simplement souligner que les fraudeurs, qu’ils « arrangent » l’histoire – l’essentiel restant vrai – ou qu’ils la fabriquent, sont toujours dans le vraisemblable. Celui qui « inventerait » une découverte bouleversante – s’il est publié, j’y reviendrai dans un instant – serait immédiatement soumis à un examen si serré des preuves que la supercherie ferait long feu.

11Le bon fraudeur – avis aux amateurs –, choisira quelque chose qui est tout à fait concevable ; quelque chose de très proche de ce que les gens publient tous les jours, avec juste un petit plus, une petite cerise, du sucre en poudre par-dessus. Sa découverte, si j’ose dire, n’étonnera personne, et il n’y aura nulle raison de la mettre en doute. Elle pourra même être poussée parce qu’elle sert les stratégies de pouvoir de mâles ou femelles dominants qui ont placé leurs pions dans les grandes revues en faisant nommer comme éditeurs leurs anciens post-doctorants, ceux qui ont échoué dans le métier, mais qui du fait de leur position ont, paradoxalement, le pouvoir de décider de ce qui est digne d’être publié et de ce qui ne l’est pas. C’est pour cette raison que de grandes revues, qui n’ont souvent pas la place de publier quelque chose de véritablement nouveau et risqué – il n’y a pas de pensée sans risque –, peuvent offrir dans un même numéro plusieurs articles qui disent la même chose, ou n’ajoutent que des fioritures – ou des illustrations, ou des améliorations techniques – à des concepts ayant, depuis longtemps, pignon sur rue.

12Peut-être que le vrai problème réside dans la structure « politique » de la cité scientifique, dans son organisation. Peut-être qu’au-delà des discours moralisateurs et policiers, l’urgence est de s’atteler à l’étude critique de la sociologie du milieu scientifique. Nous avons peut-être trop de censeurs, mais pas assez de chercheurs qui peuvent étudier ce qu’est aujourd’hui le milieu scientifique. Cela ne se fera pas en un jour, mais je suis d’accord pour dire qu’il y a là une véritable urgence. J’ajouterai que ce ne sera pas facile dans la mesure où une telle recherche risque de se heurter à une coalition d’intérêts, ceux des « patrons » du système, ceux aussi d’institutions, parmi lesquelles il faut compter les grandes revues elles-mêmes dont on oublie souvent qu’elles ont – pour nombre d’entre elles – des intérêts commerciaux à défendre. Le terme de « tabloïd » est peut-être trop fort, mais il indique assez la confusion des genres et les conflits d’intérêt qui règnent dans le modèle éditorial dominant.

13Alors, faute d’avoir la volonté de s’interroger sur ce qu’est la science, ou sur les conditions matérielles et politiques de sa production, faute d’avoir le courage de s’attaquer à ces bastilles, on criera « haro sur le baudet », et on créera de nouvelles polices et de nouveaux comités qui rendront notre travail encore plus difficile en rajoutant une couche supplémentaire de bureaucratie – au nom de l’éthique et de la morale, en fait au service d’un puritanisme qui est orthogonal à la science véritable – et qui détourneront notre énergie de la mission qui est la notre : créer des connaissances nouvelles.

14Pour conclure, je répéterai que, pour moi, la science est avant tout une aventure ludique, imaginative, plaisante, qui trouve en son seul exercice sa première récompense. Quand vous faites une belle découverte, fausse ou pas – on peut se tromper, ce n’est pas frauder –, il y a une part de risque, sinon ce n’est pas la peine. Prenons l’exemple des masses de données que l’on ne peut plus analyser sans le développement d’outils informatiques puissants. Faites une expérience de pensée. Mettez toutes les données qu’avait Darwin dans un ordinateur : serait-il en mesure de produire la théorie de l’évolution ? Pas forcément. Il fallait Darwin, un type qui prenait du plaisir dans son travail, qui avait de l’imagination et de l’intuition et qui, vingt ans durant, n’a pensé qu’à cela : proposer un mécanisme rendant compte de l’évolution des espèces.

15C’est une chose extrêmement importante de comprendre qu’il y a encore une aventure individuelle dans la science, un plaisir à prendre, pour soi, dans la science, et je crois que c’est un message que nous devons faire passer. Si nous prenons l’exemple, dans un laboratoire, des collègues dont nous voyons qu’ils ont en eux cette espèce de « force poétique » – je ne vois pas d’autre terme –, et en même temps, cette nécessaire rigueur intellectuelle, bien entendu, je crois que nous aurons résolu une partie du problème de la fraude. S’il est vrai que ce problème est aussi important que certains veulent bien le dire, qui en font leur « gagne-pain ».

Annexes

Notes

1 Gabriele Veneziano, « La mutualisation des savoirs en physique fondamentale » : http://conferences-cdf.revues.org/337

2 Pierre Joliot, « Recherche fondamentale et recherche appliquée » : http://conferences-cdf.revues.org/301

3 Anne Fagot-Largeault, « Petites et grandes fraudes scientifiques » : http://conferences-cdf.revues.org/354

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Processus morphogénétiques

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter