Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

L’éthique du chercheur face à la mondialisation

La recherche face aux stratégies de gouvernance internationale

L’exemple du sida

Peter Piot

Texte intégral

1Un nouvel ordre scientifique mondial se met déjà en place, comme on l’a vu hier et aujourd’hui. Qu’il y ait un rôle désintéressé du chercheur dans cette promotion, j’en doute sincèrement ; je n’ai encore rencontré aucun chercheur désintéressé. Cela n’implique pas nécessairement d’être intéressé par son gain personnel car, si on est chercheur, c’est avant tout parce que l’on est intéressé, passionné par la matière.

  • 1 Ben Wildavsky, The Great Brain Race: How Global Universities are Reshaping the World, Princeton Uni (...)

2Des réseaux et des alliances stratégiques et institutionnels se mettent en place, à un rythme accéléré, comme en témoigne actuellement un des bestsellers du milieu académique aux États-Unis : The Great Brain Race (la grande course au cerveau) de Ben Wildavsky1. Cet ouvrage traite en effet de la place de l’enseignement supérieur, de l’académie et de la recherche dans le cadre de la mondialisation, et explique qu’en tant qu’institution de recherche et d’enseignement supérieur, nous devons définir nos stratégies aussi bien au niveau mondial qu’au niveau national. Il suffit d’aller à Singapour pour constater qu’en Europe, nous sommes plus ou moins en train de manquer « cette course au cerveau », parce que nous nous soucions uniquement, souvent pour des raisons budgétaires, de nos réformes locales.

3Une des implications de notre intégration complexe du monde est le besoin croissant de la gouvernance internationale, essentiellement normatif, où la recherche est considérée comme un bien public, mondial, comme diraient les économistes. Ce qui est également essentiel, de notre point de vue de chercheurs, c’est que ces politiques soient fondées non seulement sur le respect des droits de l’homme mais aussi sur les données scientifiques.

4Comme dans tout processus politique, il existe une tension entre pouvoir et savoir et je suis tout à fait d’accord avec ce qui vient d’être dit ; on en vient à l’essentiel du problème. Il existe en effet très peu d’interactions entre la recherche et la gouvernance internationale. Ces interactions sont souvent individuelles, personnelles, mais trop rarement institutionnelles malgré les comités d’experts de la FAO, de l’Unesco, de l’OMS. Notons cependant quelques exceptions notoires, par exemple sur la question du changement climatique : le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) n’a pas seulement reçu le prix Nobel de la paix, ce qui est un réel pas scientifique, mais il a vraiment eu un impact fondamental sur les politiques actuelles, malgré une résistance assez forte du mouvement révisionniste.

5Pour une fois, la science était unifiée, dans ce groupe intergouvernemental très complexe à gérer, ce qui est rare puisque, pour les décideurs, les scientifiques, par définition, ne sont pas toujours d’accord entre eux. C’est pourtant la raison pour laquelle il faut faire de la recherche. Alors comment savoir qui a raison et qui n’a pas raison ?

  • 2 On a découvert ensuite que le tabac avait aussi une incidence sur les maladies cardiovasculaires.

6Mon expérience dans le domaine de la santé et du sida montre qu’on trouve le pire et le meilleur dans l’apport de la science, pour les politiques, au niveau mondial. Il ne faut pas oublier qu’en fin de compte, toutes les décisions de ce genre-là sont politiques, et donc fondées sur le pouvoir. Par exemple, c’est en 1950 que des chercheurs d’Oxford et de la London School of Hygiene and Tropical Medicine ont démontré que le tabac causait le cancer du poumon. La première et la seule convention sur le contrôle du tabac a été conclue, il y a quelques années seulement, en 2002 et encore bien des pays ne l’ont toujours pas adoptée. Cela fait un délai de plus de cinquante ans entre la première observation scientifique, qui était déjà très forte, et cette date2. Mais nous avons maintenant la preuve que l’industrie du tabac a essayé d’influencer, de façon plus ou moins directe, y compris par la corruption, les comités scientifiques qui conseillaient l’OMS pour les politiques de santé.

7Par ailleurs, dans un ordre complètement différent, l’OMS n’est jamais sortie des débats liés à la reproduction, notamment à cause de l’avortement, qui est un sujet tabou dans beaucoup d’États membres. Les débats sur la propriété intellectuelle et leur utilisation au niveau de la santé, ne sont toujours pas terminés. Enfin, il est également question de savoir qui décide des priorités d’une organisation comme l’OMS où les maladies infectieuses – en tant qu’infectiologue, je peux le dire – sont toujours la priorité alors que ce sont les maladies cardiovasculaires, le diabète, et les troubles de la santé mentale qui sont responsables de la majorité des décès dans le monde3.

8Comme on vient de le rappeler, j’occupais une place assez unique dans le système international, parce que j’étais, dans ce que l’on appelle le « conseil exécutif du secrétariat général des Nations Unies ». Les autres membres étaient diplomates, politiciens, de plus en plus des premiers ministres et d’anciens présidents – pour trouver un travail après leur mandat –, et de grands commis de l’État. J’y ai constaté que le savoir ne suffisait pas, et que si l’on ne savait pas faire du « marketing » du savoir, c’était complètement négligé.

9Je crois que la lutte contre le sida a non seulement redéfini la gouvernance internationale, avec l’inclusion d’acteurs qui ne sont pas des acteurs des États mais de la société civile, mais qu’elle a aussi réussi à donner la primauté du droit à la santé, sur le schéma classique du développement international, qui était dominé par le consensus de Washington et par des contraintes budgétaires de pays à hauts revenus.

10C’est probablement parce qu’il s’agissait d’un phénomène nouveau que l’apport de la science a été le plus grand. Les pouvoirs n’ont pas eu le temps de se mettre en place pour s’organiser : ceux qui étaient au pouvoir, nous les avons pris par surprise.

11Je voudrais mentionner cinq tensions que j’ai moi-même constatées entre pouvoir et savoir. La première concerne la reconnaissance du problème : il a fallu presque 15 à 20 ans pour que les pays les plus gravement touchés par l’épidémie, c’est-à-dire des pays d’Afrique sud-saharienne, reconnaissent qu’il y avait un problème. Les scientifiques n’ont été d’aucune aide puisque dans les articles et dans les communications, il y avait toute une culture pour blâmer les Africains sur la sexualité et la pauvreté, considérées alors comme les causes du sida. Ce n’est en fait qu’en 2001 que les dirigeants africains ont reconnu le problème et se le sont approprié. Comment a-t-on résolu ce problème ? Il a fallu un travail très long pour montrer qu’il n’y avait aucune raison de blâmer qui que ce soit, et que, pour être infecté par le VIH, ou n’importe quelle autre maladie, d’autres facteurs entraient en jeu.

12La deuxième tension relève d’un cas extrême d’antiscience : des scientifiques, pourtant très respectés à l’époque dans leur domaine, comme Peter Duesberg et ses collègues de la très respectable université de Berkeley, niaient non seulement l’existence du sida et du VIH, mais également l’existence d’un lien entre les deux. C’était un phénomène très périphérique, jusqu’au moment où le président de l’Afrique du Sud Thabo Mbeki a découvert une nuit, en surfant sur le web, que le sida n’existait peut-être pas, et a épousé cette cause. Cela a abouti à des politiques négationnistes sur le sida en Afrique du Sud ; paradoxalement et cyniquement, c’est le pays le plus touché par l’épidémie du sida, avec maintenant 6 millions de personnes vivant avec le VIH, sur une population estimée entre 45 et 50 millions de personnes. Une étude de l’université de Harvard a montré que cette politique de refus d’introduire le traitement, par exemple, mais aussi le choix de ne pas mettre l’accent sur la prévention, alors que 25 à 30 % des jeunes femmes sont infectées par le VIH, a amené environ 300 000 à 400 000 morts, que l’on aurait pu prévenir. C’est donc un cas extrême et ce n’est qu’après le départ du président Mbeki que les choses se sont améliorées. Aujourd’hui, l’Afrique du Sud, sous la conduite du président Jacob Zuma, s’est doté du plus grand programme au monde pour le traitement du VIH.

13La troisième tension, qui est plus commune et à laquelle j’ai été confronté, ce sont les stratégies préconisées par plusieurs experts, ou fondées sur des questions idéologiques. La plus difficile concerne la question du VIH parmi les consommateurs de drogue, alors qu’il existe des preuves scientifiques, depuis presque deux décennies, qu’une stratégie de réduction des risques, un traitement de substitution, diminue énormément les risques de contamination chez les toxicomanes. Dans tous les pays de l’ex-Union soviétique, à l’exception de l’Ukraine, ces stratégies ne sont pas admises. Pendant des années aussi, aux États-Unis, l’échange de seringues ne pouvait pas être financé par des budgets de l’État fédéral, selon une loi signée par Bill Clinton – on ne pouvait pas dire que c’était Georges Bush, dans ce cas-là. Mentionnons aussi les controverses soulevées par le Vatican concernant l’usage du préservatif, et je pourrais vous citer bien d’autres exemples. Quoi qu’il en soit, je me suis toujours posé comme garant des données scientifiques ; ce qui n’était pas sans problème, car on peut se définir, selon les jours, comme une entité politique ou une entité technique, en fonction du problème.

14Quatrième problème, et c’est la question fondamentale dans les relations internationales : qui définit l’agenda, qui détient le pouvoir ? Et d’où vient le savoir ? En ce qui concerne le sida, ce sont les questions biomédicales qui prédominent, alors que les recherches sur le comportement sont négligées ; pourtant celles-ci sont fondamentales dans le contexte structurel quand on aborde les questions de la prévention. Il s’agit également de voir que cette recherche est menée à peu près à 80 % aux États-Unis ou par des équipes américaines. Le budget public pour la recherche sur le sida est de 3 à 4 milliards de dollars par an, ce qui représente environ 90 % du budget mondial de la recherche sur le sida.

15En termes de décisions pour la société, il y a non seulement la science et les données scientifiques mais également les valeurs et les droits – et c’est la cinquième tension. C’est la primauté du droit, dans le sens des Droits de l’homme, qui a été le moteur de la lutte contre le sida, et c’est grâce à cela qu’on a pu introduire, à grande échelle, l’accès au traitement dans les pays en développement. Un des grands défis pour les décideurs est de juger en très peu de temps à quels résultats scientifiques se fier. Même si en milieu scientifique, par le système de l’évaluation par les pairs, on a en général une idée de ce qu’est une opinion de majorité, pour un non-initié, qui doit s’occuper de je-ne-sais-combien de problèmes, cela est très difficile. De plus, on a tendance à promettre beaucoup trop. Un bon appui scientifique est essentiel au pouvoir politique ; au Royaume-Uni, c’est la fonction des Chief Scientific Advisers dans chaque ministère. J’ai même été confronté à de fortes résistances contre l’introduction du traitement antirétroviral, non pas ici en France, mais dans beaucoup d’autres pays : les experts en santé publique ou en développement, ainsi que des économistes, s’y opposaient et, alléguant la défaillance des services de santé et les coûts, apportaient des preuves scientifiques à l’appui.

16Pour terminer, comment renforcer l’apport du savoir à la formulation des politiques internationales ? Oublions l’illusion qu’on puisse éliminer les questions de pouvoir. Mais, je crois qu’on peut faire beaucoup mieux, tout d’abord en travaillant au niveau national. Il ne faut pas oublier que la gouvernance mondiale et internationale est la résultante des intérêts nationaux et qu’il s’agit d’institutions intergouvernementales. Quand je vois comment des délégations de pays hautement développés sont préparées au débat, au niveau international, sans aucun apport scientifique ou technique, c’est effrayant ; il faut que nous commencions, nous-mêmes, dans nos propres pays.

17Ensuite, nous devons nous organiser beaucoup mieux en tant que scientifiques. Plutôt que d’essayer de pousser notre « lobby », nos résultats, je crois qu’il faut essayer de développer, sur les questions importantes, un consensus. On ne doit pas se mettre d’accord sur tout, mais si on se met d’accord sur plusieurs points, que l’on défendra tous ensemble, cela peut fonctionner. Une occasion qui se présente à nous est la session à haut niveau de l’assemblée générale des Nations unies sur les maladies chroniques. Si chacun dans la communauté scientifique essaie d’y influencer chacun en faveur de sa propre maladie, ce sera un échec ; mais si nous nous associons, nous pourrons vraiment et utilement exercer une influence sur l’agenda.

18Enfin, il nous faut mieux communiquer en tant que scientifiques, en réfléchissant bien aux implications de nos communications – en dehors des communications scientifiques, où, là, on peut développer les aspects techniques, aller dans le détail. Finalement – pour paraphraser Philippe Kourilsky – il nous faut plus de recherche, je suis d’accord, mais aussi davantage de translation et d’interaction entre science et politique. Comment faire pour qu’il y ait un plus grand impact du rendement de la recherche ? Je suis maintenant, à Londres, en Angleterre, où le gouvernement évalue tous les cinq ans la qualité de la recherche, de toutes les institutions de recherche, le financement, et pour le prochain « round », l’impact de la recherche sur l’économie, les politiques, la santé, l’environnement et la politique sociale. Ce dont on se rend compte, c’est que l’on manque d’instruments pour mesurer cet impact. J’espère que cela va engendrer un nouveau domaine de recherche, dont on a fortement besoin aussi pour démontrer au public que la science a un rôle fondamental à jouer, non seulement dans l’augmentation de nos connaissances mais aussi pour la société, de façon plus directe.

Bibliographie

Wildavsky Ben, The Great Brain Race : How Global Universities are Reshaping the World, Princeton University Press, 2010.

Annexes

Lien vers la captation vidéo de cette intervention : https://archive.org/​details/​CdF-coll2010_mondialisation-recherche_Delmas-Piot

Notes

1 Ben Wildavsky, The Great Brain Race: How Global Universities are Reshaping the World, Princeton University Press, 2010.

2 On a découvert ensuite que le tabac avait aussi une incidence sur les maladies cardiovasculaires.

3 Pierre Corvol, « La recherche médicale et pharmaceutique » : http://conferences-cdf.revues.org/311

Auteur

Directeur de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, Grande-Bretagne. Directeur de l’ONUSIDA (1995-2008). Professeur au Collège de France titulaire de la chaire internationale Savoirs contre pauvreté (2009-2010).

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter