Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

La mutualisation des savoirs à l’échelle mondiale

La mutualisation des savoirs en physique fondamentale

L’exemple du CERN

Gabriele Veneziano

Texte intégral

1Il y a environ six ans, j’ai décrit le CERN comme un modèle de coopération scientifique en Europe. Aujourd’hui, je vais essayer d’élargir ces deux sujets : en premier lieu, plutôt que de me concentrer sur le CERN, je parlerai de la physique des particules élémentaires en général ; en second lieu, je passerai de l’échelle européenne à celle de la planète entière.

  • 1 Je vous rappelle, au passage, que le physicien français Georges Charpak, lauréat du prix Nobel de p (...)

2Pourquoi avoir choisi la physique des particules, aussi dite « physique des hautes énergies » (PHE), pour illustrer le sujet de la mutualisation des savoirs à l’échelle mondiale ? Pour répondre à cette question, je vais commencer par décrire ce qu’est la PHE1. En effet, cette branche de la physique est, depuis longtemps, très internationalisée, comme le démontrent de nombreuses conférences internationales en PHE, qui remontent aux années 1950. Comme par hasard, la dernière grande conférence internationale de physique des particules a eu lieu à Paris en juillet 2010.

3La première conférence internationale dans ce domaine a eu lieu en 1950 à Rochester (État de New York). Depuis 1960, cette conférence a lieu tous les deux ans et fait, au fur et à mesure, le tour des différents continents. Elle est en alternance, depuis des décennies, avec une conférence dite « européenne », qui a toujours lieu en Europe avec la participation, pourtant, de physiciens du monde entier. La prochaine conférence européenne aura lieu à Grenoble, la précédente était à Cracovie, tandis que la prochaine conférence internationale se déroulera à Melbourne.

4Quels sont les objectifs de la physique fondamentale en général et de la PHE en particulier ? Il s’agit de repousser nos connaissances des lois ultimes de la nature à ses (ou plutôt à nos) limites. Il existe en effet deux frontières que l’on essaie de repousser le plus loin possible.

5La première, c’est la frontière de l’infiniment grand, c’est-à-dire que l’on essaie de voir toujours plus loin dans l’espace, ce qui veut dire aussi remonter toujours plus loin dans le temps. Pour cela, il faut de grands télescopes, comme le télescope Hubble dont tout le monde a vu les photos magnifiques qu’il a prises.

6La seconde frontière, où se situe la PHE, c’est celle de l’infiniment petit. Son but, c’est d’arriver à voir toujours plus loin dans la structure intime de la matière, donc de regarder dans le « tout petit ». Pour y arriver, il nous faut de grands accélérateurs de particules. Paradoxalement, il nous faut de grands instruments à la fois pour voir le « tout grand » mais aussi pour explorer le « tout petit ».

7La raison de cela, c’est que selon la physique quantique, pour « voir » une structure d’une toute petite taille Δx, il nous faut une énergie inversement proportionnelle à Δx et donc d’autant plus grande que Δx est petit ; c’est la raison pour laquelle, si l’on veut regarder le « tout petit », on a besoin d’une très grande énergie, et donc d’accélérateurs très puissants et, forcement, très grands.

8D’autre part, les hautes énergies caractérisent non seulement les grands accélérateurs, mais également l’Univers primordial, car ce dernier était sans aucun doute très dense et très chaud, et donc plein de particules très énergétiques. Donc ces deux infinis de la physique fondamentale se touchent, et on parle aujourd’hui d’une physique astroparticulaire – je ne sais pas si le mot existe vraiment en français, mais quelqu’un l’a utilisé dernièrement sur le site du CERN.

9C’est pour cela que les microscopes les plus puissants dont on dispose aujourd’hui, sont, en effet, des accélérateurs de particules. Pour donner une grande énergie aux particules accélérées, il faut un accélérateur de très grande taille ; la raison est simple : éviter trop de pertes d’énergie par rayonnement ; or plus la courbure de la trajectoire est grande, plus il y a de rayonnement.

10Aujourd’hui, le record de cette course vers « le grand » se trouve au CERN, le laboratoire européen des recherches en physique des particules tout près de Genève ; le mot nucléaire (le « N » du CERN) est resté mais, en réalité, il ne s’agit pas aujourd’hui d’un laboratoire de physique nucléaire. C’est au CERN que l’on trouve le LHC (Large Hadron Collider), le grand collisionneur hadronique européen, un instrument qui produit des collisions à très hautes énergies entre protons, mais aussi avec (ou entre) des noyaux (ions) lourds, tels que le plomb et l’or. Essayons de décrire un petit peu ce « monstre » en chiffres et en images.

En chiffres

11Le LHC mesure environ 10 km de diamètre, avec un total de presque 10 000 aimants. Les aimants sont refroidis, d’abord avec de l’azote liquide à – 190°C, puis avec de l’hélium, jusqu’à une température très proche du zéro absolu.

12Les faisceaux de particules voyagent dans une cavité avec un vide très poussé pour éviter des collisions avec l’air et une perte conséquente du faisceau. La pression y est de 10-13 atmosphères, c’est-à-dire 10 fois inférieure à la pression sur la Lune.

13À pleine puissance – mais on n’en est pas encore là – il y aura des trillions (mille milliards) de protons lancés à une vitesse proche de celle de la lumière : à cette vitesse, ils vont effectuer, chaque seconde, environ 11 000 fois le tour de l’accélérateur.

14Deux faisceaux de protons vont circuler, en sens opposé, avec une énergie maximale de 7 TeV, ce qui veut dire environ 7 000 fois l’énergie associée à la masse du proton par la formule d’Einstein E = mc2. Cela permettra une collision frontale de 14 TeV. Pour l’instant, on est à mi-chemin avec 7 TeV au total : 3,5 TeV et 3,5 TeV. Cela donnera lieu – et c’est un peu le problème – à quelque 600 millions de collisions par seconde ; il sera donc très difficile de les enregistrer toutes, et on sera obligé de faire une sélection en temps réel.

En images

15Vous voyez là une photographie (fig. 1a) où, à droite, se trouve l’aéroport de Genève – ce n’est pas Charles de Gaulle, et la comparaison est un peu trompeuse – mais vous voyez quand-même la taille de l’anneau ; il est juste dessiné à la main, car il est sous terre. Le deuxième anneau, beaucoup plus petit, était l’un des accélérateurs précédents. Il sert maintenant à injecter des protons (ou des ions) pré-accélérés dans l’anneau principal du LHC.

Figure 1a. Vue d’ensemble des quatre sites des expériences au LHC

Figure 1a. Vue d’ensemble des quatre sites des expériences au LHC

Figure 1b. Vue d’ensemble des quatre sites des expériences au LHC

Figure 1b. Vue d’ensemble des quatre sites des expériences au LHC

Figure 2. Les détecteurs du LHC

Figure 2. Les détecteurs du LHC

16Sur la seconde image (fig. 1b), prise de l’autre côté, on voit aussi la frontière entre la Suisse et la France. La plus grande partie de l’accélérateur est en effet en France. Les deux faisceaux pourraient produire des collisions à huit points d’intersection, mais pour l’instant on n’en utilise que quatre : c’est là que l’on a placé les détecteurs (figure 2) dans des puits à une centaine de mètres sous terre. La figure 3 montre le tunnel avec les aimants et les cavités (beam pipes) où circulent les faisceaux de particules.

Figure 3. Le LHC au niveau du tunnel, environ 100 m sous terre

Figure 3. Le LHC au niveau du tunnel, environ 100 m sous terre

17Afin de reconstruire les événements qui suivent cette collision, il faut des très grands détecteurs (fig. 2) pour contenir tout l’événement et pouvoir mesurer les différents paramètres qui caractérisent le résultat de la collision. Ces détecteurs sont très performants, car ils doivent mesurer le temps de passage d’une particule à quelques milliardièmes de seconde près (et la position des particules au millionième de mètres près). Il faut aussi des ordinateurs très puissants, en raison justement de la complexité des événements. Pour permettre aux physiciens de travailler dans une telle expérience – il s’agit là d’environ 7 000 physiciens du monde entier –, on a construit ce que l’on appelle « la grille », un système d’ordinateurs qui travaillent ensemble, partout sur la planète, et qui sont exploités dans ces réseaux informatiques.

18Voici une image des quatre principales expériences et de leurs détecteurs de particules, chacun avec des caractéristiques un peu différentes ; on voit tout d’abord les deux grandes expériences, ATLAS et CMS ; ensuite ALICE, qui utilisera surtout les collisions d’ions lourds ; et, enfin, LHCb, une expérience dédiée, en particulier, aux quarks de type b.

Figure 4. Expériences générales au LHC

Figure 4. Expériences générales au LHC

(a) ATLAS – 25 m h. × 46 m l. – 7 000 t.
(b) CMS – 15 m h. × 21 m l. – 12 500 t.
(c) ALICE – 16 m h. × 26m l. – 10.000 t.
(d) LHCb – 10 m h. × 21 m l. – 5 600 t.6

19Ces expériences font l’objet de collaborations scientifiques de grande envergure : on n’avait jamais rassemblé autant de physiciens auparavant. Les deux grandes expériences ATLAS et CMS, en particulier, comptent des milliers de physiciens chacune. Prenons l’exemple d’une réunion de la collaboration d’ATLAS (fig. 5) : c’est énorme et je pense que la majorité des physiciens d’ATLAS ne pouvait pas y assister directement, mais seulement par vidéoconférence.

Figure 5 : Une réunion de la collaboration d’ATLAS

Figure 5 : Une réunion de la collaboration d’ATLAS

20Considérons maintenant la liste des laboratoires de la collaboration CMS en juin 2008 (tableau placé en annexe), qui compte 3 600 membres – sans doute davantage aujourd’hui –, 183 laboratoires et 38 pays. Elle contient les pays émergents comme le Brésil et la Chine. La France est assez bien représentée. Si l’on suit l’ordre alphabétique, on voit l’Italie, qui a toujours été très tournée vers ce type de physique ; l’Allemagne et l’Irlande. Je passe quelques pages et j’arrive aux États-Unis. Vous voyez que la représentation de ce pays est très importante : quasiment tous les États des États-Unis participent à cette expérience. Ce tableau vous montre donc le degré d’internationalisation de cette branche de la physique aujourd’hui.

  • 2 Gérard Berry, « La révolution numérique dans les sciences » et Jean-Louis Mandel, «  L’explosion bi (...)

21Je veux vous montrer aussi cette image (fig. 6) parce que, pendant la première journée de ce colloque, il a été question de la simulation numérique2. Or, pendant les longues années que l’on a attendues avant que l’accélérateur démarre, on a testé les détecteurs avec des simulations numériques des données : c’est peut-être la raison pour laquelle les détecteurs ont très bien fonctionné dès le premier jour. Ensuite, on voit sur cette autre photographie (fig. 7), une vraie collision à 7 TeV. Effectivement, les simulations numériques semblent très bien fonctionner par rapport aux données réelles.

Figure 6. Simulation d’une collision au LHC

Figure 6. Simulation d’une collision au LHC

Figure 7. Collision dans CMS à 7 TeV

Figure 7. Collision dans CMS à 7 TeV

22Vous pourrez me poser la question : dans tout cela, que font les théoriciens comme moi ? Les mauvaises langues disent qu’ils passent leur temps sur la terrasse de la cantine du CERN à boire et à bavarder ; c’est en partie vrai, mais on parle en même temps de physique. Le contact entre expérimentateurs et théoriciens est aussi très important. Les théoriciens participent également à des conférences « entre eux » : j’en profite pour dire que l’été dernier, dans la salle juste en face de celle où nous nous trouvons, nous avons eu une conférence sur les aspects phénoménologiques de la théorie des cordes (fig. 8) – je pourrais vous expliquer la signification, pas tout à fait banale, de cette affiche avec une image holographique de la Tour Eiffel, mais cela nous entraînerait trop loin…

Figure 8. La phénoménologie des cordes, affiche de la conférence (Collège de France, Paris, 5-9 juillet 2010)

Figure 8. La phénoménologie des cordes, affiche de la conférence (Collège de France, Paris, 5-9 juillet 2010)

http://stringpheno.cpht.polytechnique.fr

23Qu’ont trouvé jusqu’à aujourd’hui les physiciens avec leurs travaux expérimentaux et théoriques ? À travers des expériences et des calculs très sophistiqués, ils sont arrivés à une description de la matière qui est particulièrement simple. En cassant les atomes, on arrive à découvrir leurs composants les plus élémentaires, pense-t-on : les électrons, qui tournent autour des noyaux, et les protons et les neutrons à l’intérieur des noyaux. Cela on le savait depuis un bon moment. La découverte plus récente, c’est que les protons et les neutrons ne sont pas des particules élémentaires : il y a des structures à l’intérieur, les quarks. Et, finalement, les électrons d’un côté et les quarks de l’autre forment, ensemble, des familles des composants élémentaires de toute la matière que nous connaissons. En plus, on est arrivé, grâce à la théorie des cordes, à une description unifiée des quatre forces fondamentales : la force électromagnétique, la force nucléaire, la force faible (responsable de la radioactivité) et la force gravitationnelle. C’est le sujet de mon cours de cette année.

24La physique des particules et la cosmologie sont étroitement liées. Dans l’Univers primordial, quand la température de l’Univers était très élevée, il n’y avait pas d’atomes : les électrons et les noyaux étaient séparés. Nous pouvons facilement reproduire ce phénomène en laboratoire. Mais, si l’on remonte encore plus loin dans le temps, on trouve une phase dite du « plasma quark-gluon » pendant laquelle les quarks n’était plus liés à l’intérieur des protons et des neutrons, mais libres. C’est l’un des phénomènes de l’Univers primordial que l’on va essayer de reconstruire dans les expériences du LHC. Mais, évidement, nous n’avons pas tout compris. Il reste les mystères de la matière noire et de l’énergie sombre dans l’Univers. C’est surtout sur la matière noire que le LHC essaiera de faire la pleine lumière.

25Alors, pourquoi la mondialisation et la mutualisation en PHE ? Les raisons sont multiples. Il y a des raisons scientifiques évidentes, qui ne sont pas vraiment spécifiques à la physique des particules ; d’abord les problématiques qui sont au centre de la PHE sont d’intérêt universel et non particulièrement pour un pays plus que pour un autre. Par contre, chaque pays peut contribuer avec ses propres spécificités et les points forts de son « savoir-faire » et les interactions entre différentes écoles créent des synergies qui contribuent d’une façon essentielle à la réussite du projet. On doit rappeler que l’accélérateur et les détecteurs sont le résultat de l’assemblage de composants provenant de tous les coins de la planète ; je prends comme exemple les aimants supraconducteurs car, vu leur nombre, il a fallu mettre en marche des usines dans plusieurs pays. Un effort global a été nécessaire pour rassembler tous les aimants en temps utile.

26Cependant, il y a aussi des raisons économiques et politiques à la mondialisation et à la mutualisation. La PHE est une physique chère, et sans doute difficile à vendre, par rapport à la recherche médicale par exemple. Savoir si ça vaut le coup n’est pas évident pour tout le monde – je ne sais pas pour vous.

27Le coût est élevé, autour de 3 milliards d’euros, sans compter le coût des détecteurs, qui est à la charge de différentes collaborations. C’est beaucoup trop, et ce n’est pas facile à promouvoir politiquement pour un seul pays. Si l’on justifie cela dans le cadre d’une collaboration, c’est beaucoup plus facile en revanche. On a donc vu une évolution, ce dernier demi-siècle, à partir des programmes nationaux, vers des efforts multinationaux et finalement planétaires.

28Pour retracer un peu l’histoire, aux États-Unis, après la Seconde Guerre mondiale, on considérait la physique nucléaire et sa « nouveau-née », la physique des particules, non seulement pour leur intérêt scientifique, mais aussi du point de vue stratégique et militaire.

  • 3 « It has only to do with the respect with which we regard one another, the dignity of men, our love (...)

29À la fin des années 1960, on trouve encore des traces de cette attitude dans le Congrès américain. Il y a eu, par exemple, la déposition de Bob Wilson (qui était le directeur de l’actuel Fermilab près de Chicago) devant le sénateur John Pastore, qui lui posait des questions concernant le coût de la construction d’un nouvel accélérateur de particules. À un certain moment, le sénateur lui demanda s’il y avait l’espoir d’obtenir, par ces accélérateurs, des résultats qui pourraient contribuer à renforcer la sécurité du pays. Bob Wilson, lui répondit : « Non, je ne le pense pas. » Il n’y avait donc aucun intérêt de ce point de vue selon Bob Wilson. Le sénateur insista et Wilson répondit avec cette phrase qui est devenue célèbre : « Cela n’a rien à voir directement avec la défense de notre pays, sauf que cela le rend digne d’être défendu »3.

30Plus tard, dans les années 1980, ces raisons de stratégie militaire et de défense ont cédé la place à des raisons de compétition purement scientifiques ; il y avait eu la course vers l’espace et la Lune, en compétition avec l’Union soviétique, et c’est un peu dans ce contexte-là qu’en 1987, le gouvernement américain a approuvé le projet du Superconducting Super Collider (SSC) au Texas, et que l’on a commencé à construire un tunnel pour y installer l’accélérateur.

31Après la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’Union soviétique, en 1993, le gouvernement américain n’hésita pas à annuler le projet du SCC, à la grande déception des physiciens des particules du monde entier et malgré une perte financière considérable. Heureusement, quelques années plus tard, le LHC fut approuvé à Genève, avec le soutien crucial non seulement des États-Unis, mais aussi du Canada, du Japon, de l’Inde et, comme vous l’avez vu, de beaucoup d’autres pays qui se sont rejoints dans cette aventure.

32À cette période, j’étais directeur de division au CERN et, comme tel, j’étais invité aux réunions importantes. Je me rappelle que le projet était souvent très près d’échouer à cause d’obstacles nationaux. Je me souviens en particulier d’un problème sérieux avec l’Allemagne, peu avant l’issue du projet. Cependant, aucun pays ne voulait prendre seul la responsabilité de faire échouer un projet porté par une communauté internationale tant scientifique que politique. Finalement, le projet fut officiellement approuvé en décembre 1994 et cela en grande partie, selon moi, grâce à sa mondialisation.

33La recherche fondamentale est-elle trop chère ? La réponse dépend évidemment des termes de comparaison. Voici quelques chiffres approximatifs pour certains grands projets (fig. 9). On voit clairement que le coût du LHC n’est pas si élevé par rapport à d’autres projets. Cela est notamment dû au fait que le tunnel existait déjà puisqu’il avait logé un accélérateur auparavant ; ce qui réduisit considérablement le coût de construction.

Figure 9. Coût en milliards d’euros (2010)

Manhattan (1942-46)

16 (0.6 % des dépenses US pour la guerre)

Apollo (1960-73)

70

Hubble

4 (coût construction 2)

SSC

12 (->1993) (4,5 déjà en 1987)

LHC (construction accélérateur)

3

Station spatiale internationale

100 (en 30 ans)

Génome humain (1990-2003)

2

34La recherche fondamentale est-elle utile ? C’est bien sûr discutable. Voici ce que dit un républicain de New York à propos du projet américain annulé : « Le SSC ne va pas guérir le cancer, ou donner une solution au problème de la calvitie chez les hommes, ou assurer la victoire des Chicago Cubs ». Mais rappelons-nous la phrase de Bob Wilson…

35En outre, il y a eu des retombées de la PHE dans plusieurs domaines : vous savez sans doute que le World Wide Web est né au CERN à la fin des années 1980 pour répondre aux besoins de partage d’informations entre les scientifiques qui travaillaient à la même expérience dans des instituts et des universités différents.

36Les accélérateurs et les détecteurs des particules font appel à une technologie de pointe. Il y a donc forcément des retombées dans tous les domaines qui utilisent ces mêmes techniques : électronique rapide, ordinateurs dédiés, nouveaux matériaux, supraconductivité, techniques du vide et du froid, hadron-thérapie, IRM (médicale, neurosciences, industrielle), lumière de synchrotron.

37Je me suis posé la question de savoir si la mondialisation de la recherche a des aspects négatifs. Vous savez sans doute que le LHC a eu une panne sérieuse en septembre 2008, qui a tout bloqué pendant plus d’un an. On peut se demander si c’était un effet « tour de Babel », mais je n’ai jamais entendu d’accusations à l’encontre de tel ou tel pays partenaire ni contre le fait que les États-Unis auraient confondu centimètres et pouces.

38À mon avis, il n’y a pas de vrais problèmes liés à la mondialisation, du moins dans ce domaine de la physique. Il existe, certes, des problèmes de taille, mais qui ne sont pas spécifiques à la mondialisation ; il est clair que des collaborations aussi importantes posent quand même quelques problèmes. Même si on a mondialisé la recherche, la compétition existe toujours : par exemple, les quatre expériences effectuées au LHC sont en compétition entre elles pour arriver les premières à la découverte ; on a déjà vu cela avec les analyses des tout premiers résultats.

39Au contraire, je pense que la science a toujours eu une longueur d’avance sur la politique. Et pour conclure, j’aimerais donner l’exemple d’une aventure, appelée « SESAME », qui est une dérivée de la physique des particules, un accélérateur qui produit de la lumière de synchrotron pour toute sorte de recherche appliquée.

40Ce qui est très intéressant, c’est la décision de construire cet accélérateur en Jordanie, avec comme États-membres de la collaboration, l’Iran, l’Irak, Israël, la Jordanie et la Palestine. Il paraît incroyable que ces pays se soient mis à travailler ensemble… Il y a une contrepartie théorique à cela : une conférence qui se tient chaque année en Crète, entre physiciens théoriciens grecs, iraniens, et israéliens. Encore un miracle de la mondialisation…

  • 4 Dante, La Divine Comédie, L’Enfer, chant XXVI, 116-120.

41Pour conclure, je pense, comme Bob Wilson, que le but principal de cette recherche reste quand même celui de la connaissance, et je termine par la citation d’une phrase, sortie, selon Dante, de la bouche d’Ulysse4 :

Fatti non foste a viver come bruti ma per seguir virtute e canoscenza.

Vous n’êtes pas faits pour vivre comme des brutes mais pour suivre la vertu et la connaissance.

42Je pense, effectivement, que la physique des particules satisfait très bien à ces critères ; d’un côté la promotion de la connaissance, de l’autre la collaboration pacifique avec le monde entier, donc la vertu et la connaissance, ensemble.

Annexes

Lien vers la captation vidéo de cette intervention : https://archive.org/​details/​CdF-coll2010_mondialisation-recherche_Veneziano-LePichon

Collaboration CMS (en juin 2008 : 3600 membres, 183 laboratoires, 38 pays)

ALLEMAGNE*

Aix-la-Chapelle – RWTH Aachen University, I. Physikalisches Institut

Aix-la-Chapelle  RWTH Aachen University, III. Physikalisches Institut A

Aix-la-Chapelle – RWTH Aachen University, III. Physikalisches Institut B

Hambourg – Deutsches Elektronen-Synchrotron

Hambourg – University of Hamburg

Karlsruhe – Institut fur Experimentelle Kernphysik

ARMÉNIE**

Yerevan – Yerevan Physics Institute

AUTRICHE*

Vienne – Institut fur Hochenergiephysik der OeAW

BELGIQUE*

Antwerpen – Universiteit Antwerpen

Bruxelles – Vrije Universiteit Brussel

Bruxelles – Université Libre de Bruxelles

Gand – Ghent University

Louvain-la-Neuve – Université Catholique de Louvain

Mons – Université de Mons-Hainaut

BIÉLORUSSIE**

Minsk – Byelorussian State University

Minsk – National Centre for Particle and High Energy Physics

Minsk – Research Institute for Nuclear Problems

Minsk – Research Institute of Applied Physical Problems

BRÉSIL**

Rio de Janeiro – Centro Brasileiro de Pesquisas Fisicas

Rio de Janeiro – Universidade do Estado do Rio de Janeiro

São Paulo – Instituto de Fisica Teorica-Universidade Estadual Paulista

BULGARIE*

Sofia – Central Laboratory of Mechatronics and Instrumentation

Sofia – Institute for Nuclear Research and Nuclear Energy

Sofia – University of Sofia

CHINE**

Pékin – Institute of High Energy Physics

Pékin – Peking University

Hefei, Anhui – University for Science and Technology of China

Shanghai – Shanghai Institute of Ceramics (CMS institute code SHANGHAI-IC)

CHYPRE**

Nicosia – University of Cyprus

COLOMBIE**

Bogotá – Universidad de Los Andes

CORÉE**

Chongju – Chungbuk National University

Chunchon – Kangwon National University

Daegu – Kyungpook National University

Iksan – Wonkwang University

Jeju – Cheju National University

Kwangju – Chonnam National University

Naju – Dongshin University

Namwon – Seonam University

Séoul – Konkuk University

Séoul – Korea University

Séoul – Seoul National University

Séoul – Seoul National University of Education

Séoul – University of Seoul

Suwon – Sungkyunkwan University

CROATIE**

Split – Technical University of Split

Split – University of Split

Zagreb – Institute Rudjer Boskovic

ESTONIE**

Tallinn – National Institute of Chemical Physics and Biophysics

FINLANDE*

Helsinki – Department of Physics, University of Helsinki

Helsinki – Helsinki Institute of Physics

Lappeenranta – Lappeenranta University of Technology

FRANCE*

Annecy-le-Vieux – Laboratoire d'Annecy-le-Vieux de Physique des Particules, IN2P3-CNRS

Gif-sur-Yvette – DSM/DAPNIA, CEA/Saclay

Palaiseau – Laboratoire Leprince-Ringuet, Ecole Polytechnique, IN2P3-CNRS

Strasbourg – Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien, Universite Louis Pasteur Strasbourg, Université de Haute Alsace Mulhouse, CNRS/IN2P3

Villeurbanne – Institut de Physique Nucleaire, IN2P3-CNRS, Université Clauded Bernard Lyon 1

GÉORGIE**

Tbilissi – Institute of High Energy Physics and Informatization, Tbilisi State University

Tbilissi – Institute of Physics Academy of Science

GRÈCE*

Aghia Paraskevi – Institute of Nuclear Physics « Demokritos »

Athènes – University of Athens

Ioannina – University of Ioannina

HONGRIE*

Budapest – KFKI Research Institute for Particle and Nuclear Physics

Debrecen – Institute of Nuclear Research ATOMKI

Debrecen – University of Debrecen

INDE***

Chandigarh – Panjab University

Delhi – University of Delhi

Mumbai – Bhabha Atomic Research Centre

Mumbai – Tata Institute of Fundamental Research – EHEP

Mumbai – Tata Institute of Fundamental Research – HECR

IRAN**

Téhéran – Institute for Studies in Theoretical Physics & Mathematics (IPM)

IRLANDE**

Dublin – University College Dublin

ITALIE*

Bari – INFN Sezione di Bari (a); Universita di Bari (b); Politecnico di Bari (c)

Bologne – INFN Sezione di Bologna (a); Universita di Bologna (b)

Catane – INFN Sezione di Catania (a); Universita di Catania (b)

Florence – INFN Sezione di Firenze (a); Universita di Firenze (b)

Frascati – INFN Laboratori Nazionali di Frascati

Gênes – INFN Sezione di Genova

Milan – INFN Sezione di Milano-Biccoca (a); Universita di Milano-Bicocca (b)

Naples – Istituto Nazionale di Fisica Nucleare de Napoli (INFN)

Padoue – Universita di Padova e Sezione dell' INFN

Pavie – INFN Sezione di Pavia (a); Universita di Pavia (b)

Pérouse – INFN Sezione di Perugia (a); Universita di Perugia (b)

Pise – INFN Sezione di Pisa (a); Universita di Pisa (b); Scuola Normale Superiore di Pisa (c)

Rome – INFN Sezione di Roma (a); Universita di Roma « La Sapienza » (b)

Turin – Universita di Torino e Sezione dell' INFN

Trieste – INFN Sezione di Trieste (a); Universita di Trieste (b)

LITUANIE**

Vilnius – Lithuanian Academy of Sciences

Vilnius – Vilnius University

ÉTATS-UNIS*** – USCMS

Détroit – Wayne State University

Boston – Boston University

Providence – Brown University

Davis – University of California, Davis

Los Angeles – University of California, Los Angeles

Riverside – University of California, Riverside

La Jolla – University of California, San Diego

Santa Barbara – University of California, Santa Barbara

Pasadena – California Institute of Technology

Pittsburgh – Carnegie Mellon University

Boulder – University of Colorado at Boulder

Ithaca – Cornell University

Fairfield – Fairfield University

Batavia – Fermi National Accelerator Laboratory

Gainesville – University of Florida

Miami – Florida International University

Tallahassee – Florida State University

Melbourne – Florida Institute of Technology

Chicago – University of Illinois at Chicago (UIC)

Iowa City – The University of Iowa

Baltimore – Johns Hopkins University

Lawrence – The University of Kansas

Manhattan – Kansas State University

Livermore – Lawrence Livermore National Laboratory

College Park – University of Maryland

Cambridge – Massachusetts Institute of Technology

Minneapolis – University of Minnesota

University – University of Mississippi

Lincoln – University of Nebraska-Lincoln

Buffalo – State University of New York at Buffalo

Boston – Northeastern University

Evanston – Northwestern University

Notre Dame – University of Notre Dame

Columbus – The Ohio State University

Princeton – Princeton University

Mayaguez – University of Puerto Rico

West Lafayette – Purdue University

Hammond – Purdue University Calumet

Houston – Rice University

Rochester – University of Rochester

New York – The Rockefeller University

Piscataway – Rutgers, the State University of New Jersey

Knoxville – University of Tennessee

College Station – Texas A&M University

Lubbock – Texas Tech University

Nashville – Vanderbilt University

Charlottesville – University of Virginia

Madison – University of Wisconsin

* État membre du CERN
** État non-membre du CERN
*** État observateur des activités du CERN

Notes

1 Je vous rappelle, au passage, que le physicien français Georges Charpak, lauréat du prix Nobel de physique en 1992 et récemment disparu, travaillait dans ce domaine.

2 Gérard Berry, « La révolution numérique dans les sciences » et Jean-Louis Mandel, «  L’explosion bioinformatique » (conférences non publiées). Les enregistrements audio/vidéo correspondants sont disponibles en annexe de la présente publication : http://conferences-cdf.revues.org/371#tocto1n2.

3 « It has only to do with the respect with which we regard one another, the dignity of men, our love of culture. It has to do with : Are we good painters, good sculptors, great poets ? I mean all the things we really venerate in our country and are patriotic about. It has nothing to do directly with defending our country except to make it worth defending. »

4 Dante, La Divine Comédie, L’Enfer, chant XXVI, 116-120.

Table des illustrations

Titre Figure 1a. Vue d’ensemble des quatre sites des expériences au LHC
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 1b. Vue d’ensemble des quatre sites des expériences au LHC
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-2.png
Fichier image/png, 950k
Titre Figure 2. Les détecteurs du LHC
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-3.png
Fichier image/png, 388k
Titre Figure 3. Le LHC au niveau du tunnel, environ 100 m sous terre
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-4.png
Fichier image/png, 764k
Titre Figure 4. Expériences générales au LHC
Légende (a) ATLAS – 25 m h. × 46 m l. – 7 000 t. (b) CMS – 15 m h. × 21 m l. – 12 500 t. (c) ALICE – 16 m h. × 26m l. – 10.000 t. (d) LHCb – 10 m h. × 21 m l. – 5 600 t.6
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-5.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Figure 5 : Une réunion de la collaboration d’ATLAS
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-6.png
Fichier image/png, 805k
Titre Figure 6. Simulation d’une collision au LHC
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 7. Collision dans CMS à 7 TeV
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 8. La phénoménologie des cordes, affiche de la conférence (Collège de France, Paris, 5-9 juillet 2010)
Légende http://stringpheno.cpht.polytechnique.fr
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1587/img-9.png
Fichier image/png, 629k

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Particules élémentaires, gravitation et cosmologie

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter