Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

La mutualisation des savoirs à l’échelle mondiale

Pays émergents : l’émergence de la recherche et de la coopération

Le cas de l’Inde

Marc Fontecave

Entrées d'index

Texte intégral

1La mondialisation a fait entrer les grands pays émergents – au premier rang desquels on trouve la Chine et l’Inde, soit plus de 2 milliards d’habitants – dans un processus de développement économique, technologique et social sans précédent, et elle a bouleversé les équilibres et les rapports de force anciens. Il faut s’en réjouir car cela se traduit par un recul progressif de la misère dans certains de ces pays, même si le mouvement est encore très hétérogène et inégalitaire, dans un monde où encore la moitié de l’humanité vit avec moins de 2 dollars par jour. Ces évolutions, cette révolution, soulèvent, en particulier dans le monde occidental, des interrogations et des inquiétudes multiples. Inquiétudes quant à l’impact d’un développement économique accéléré sur l’environnement (pollution, émissions de CO2, etc.) et sur la consommation accrue des ressources énergétiques et des matières premières, qui sont en quantités limitées. Inquiétudes aussi sur la compétition économique nouvelle exercée par ces pays, qui s’appuient sur un marché interne considérable, une ressource humaine immense et bon marché, et une capacité exportatrice croissante. Inquiétudes, enfin, face au décentrage du monde qui en découle et dont la plus frappante manifestation est ce phénomène de délocalisations de nos activités économiques, qui pèse lourdement sur l’emploi et les salaires.

2Que l’économie soit de plus en plus mondialisée, que les échanges s’accroissent et se diversifient, et que les acteurs de ce mouvement soient de plus en plus nombreux, ce n’est pas tout à fait nouveau. Que les progrès technologiques de la fin du xxe siècle, en particulier dans les technologies de l’information et de la communication, aient accéléré le mouvement, c’est une évidence. La grande nouveauté, de mon point de vue, et qui est je crois insuffisamment prise en compte et analysée, c’est que ces pays dits émergents ne sont plus seulement des espaces potentiels de consommation de masse et de travail à bon marché. La nouveauté, c’est que ces pays ont compris que le potentiel de croissance de leurs économies dépendait d’abord de leur capacité propre à former, au plus haut niveau et en particulier à la recherche et par la recherche, les talents de leur jeunesse, à les retenir sur le territoire national et à les mobiliser autour d’objectifs de plus en plus ambitieux de recherche, de développement scientifique et technologique. Misant avant tout sur la matière grise, ces pays ont engagé au cours des dernières années des efforts sans précédent en matière d’enseignement supérieur et de recherche, de formation des élites à l’innovation technologique. De sorte que nous pouvons logiquement être inquiets car les délocalisations ne concernent plus uniquement les activités subalternes, utilisant une main d’œuvre peu qualifiée, et des tâches à faible valeur ajoutée liées à des technologies anciennes, mais s’étendent de plus en plus à des activités innovantes, à fort contenu scientifique, dans les domaines de l’informatique, de l’environnement, de l’énergie, de la médecine et des biotechnologies… Nous avons vécu longtemps et nous vivons encore aujourd’hui en France avec cette idée, de moins en moins justifiée et de plus en plus arrogante, que notre capacité d’innovation, en raison de l’excellence de nos enseignants, de nos chercheurs et de nos ingénieurs, et de la qualité de nos infrastructures, serait bien supérieure à celle des pays du Sud et de l’Est. Souvenez-vous de la suffisance avec laquelle, il n’y a pas si longtemps, au moment de la première crise pétrolière, nous déclarions : « Nous n’avons pas de pétrole mais nous avons des idées. » Eh bien, il faut se rendre à l’évidence : nous n’avons toujours pas de pétrole mais, de surcroît, nous ne sommes plus seuls à avoir des idées et des capacités à les exploiter sous la forme d’applications concrètes au bénéfice du développement économique et social. Voilà la nouveauté. Il s’agit d’un changement radical et irréversible auquel nous devrons nous adapter. Et cette adaptation passe, je vais en parler, par de nouvelles coopérations.

3Pour être plus concret, je voudrais illustrer mon propos en discutant le cas très particulier de l’Inde, cet immense pays dont on parle étonnamment peu ici et qui nous est donc si étranger. Il est en effet frappant de voir à quel point, malgré quelques efforts, l’Inde et la France pour l’essentiel s’ignorent, ce qui montre combien est relative la perception que chacun a de la centralité, de l’importance, du poids de son pays dans le concert international, et du prestige de ses propres valeurs. Parcourez les quotidiens indiens : avec un peu de chance vous y trouverez les résultats du championnat de France de football comme seul écho de notre existence. Quand parle-t-on de l’Inde dans nos journaux et nos programmes de télévisions ? J’en ai fait l’exercice moi-même, récemment. Entrez dans une grande librairie et demandez à voir les ouvrages consacrés au développement économique, social, scientifique et culturel de l’Inde. Il n’en existe pratiquement pas, alors que les étagères sont remplies d’analyses et d’études sur la Chine. Sans doute la Chine nous effraie-t-elle davantage, alors que l’Inde nous apparaît, comme acteur de l’économie mondialisée, moins solide et donc moins inquiétante.

4Si j’ai choisi de dire quelques mots sur l’Inde, c’est bien sûr en raison de sa fabuleuse croissance économique actuelle, qui concerne plus d’un milliard d’habitants, dont plus de la moitié ont moins de 30 ans, et qui se traduit par des transformations étonnantes de la société indienne ; mais aussi parce que c’est un pays que j’aime, qui me fascine depuis longtemps et que, j’ose le dire, je connais assez bien. J’y ai fait plusieurs visites et séjours, chaque année pendant les 10 dernières années. La première fois, ce fut en 1999, lorsque j’étais conseiller de Vincent Courtillot, alors directeur de la recherche, et que je fus chargé d’une mission d’exploration pour la création de laboratoires franco-indiens en chimie. En passant, j’en profite pour dire que cette action fut productive puisqu’il existe aujourd’hui un Centre franco-indien de synthèse organique (CEFISO) très actif, dont l’idée vit le jour en 1999, au cours de cette mission. D’autres coopérations ont été mises en place à cette époque avec les créations, par exemple, de la Cellule franco-indienne de recherche en sciences de l’eau (CEFIRSE), en 2000, ou le Centre franco-indien de photonique avancée, en 2002. Claude Allègre, alors ministre en charge de la recherche et de la technologie, avait fort justement noté la faiblesse de notre coopération scientifique avec l’Inde et affiché comme une priorité de sa politique internationale une montée en puissance de cette coopération. J’ai ensuite été membre, pendant quatre ans, du conseil scientifique du Centre franco-indien pour la promotion de la recherche avancée (CEFIPRA), qui est un organisme très efficace (malheureusement de moins en moins doté) de soutien à des projets de recherche mis en œuvre à travers des collaborations bilatérales entre laboratoires français et indiens. À cette occasion, j’ai eu l’opportunité de visiter la grande majorité des grands centres de recherche indiens, l’Indian Institute of Science (IIS) ou l’Indian Institute of Technology (IIT), à Delhi, Bombay, Bangalore, Hyderabad et Chennai. Enfin, l’année dernière en 2009, j’ai eu l’honneur d’être invité sur la prestigieuse chaire C.V. Raman – du nom du prix Nobel indien – par l’Académie des sciences de Bangalore, où j’ai passé quelques mois. Ces années m’ont permis de rencontrer des professeurs et des chercheurs indiens brillants, ouverts et ambitieux, et de prendre la mesure de la révolution scientifique et technologique dont je viens de parler.

5L’Inde est un pays d’immenses contrastes. D’un côté, en queue du classement des PIB dans le monde rapportés au nombre d’habitants (au 128e rang), l’Inde se caractérise par une population rurale (70 %), sous le seuil de pauvreté (30 %), avec une espérance de vie moyenne de 64 ans, 350 millions d’illettrés, un taux d’alphabétisation d’à peine 62 % et de sérieux problèmes d’infrastructures et d’équipements. D’un autre côté, l’Inde est située au 6e rang mondial pour le nombre de milliardaires, elle est en fait une puissance nucléaire, et certains de ses secteurs économiques qui sont en pleine croissance et en pleine modernisation, comme l’automobile, l’acier, l’informatique, la médecine, les biotechnologies, deviennent compétitifs à l’échelle internationale. L’Inde est aussi un pays de contrastes si l’on considère, d’une part, l’éducation de masse très déficiente, pour ne pas dire sous-développée, et, d’autre part, l’enseignement supérieur élitiste, soutenu agressivement par les gouvernements, avec, chaque année, 2,5 millions de diplômés dont environ 500 000 ingénieurs ou équivalents et 20 000 docteurs. Le gouvernement actuel a annoncé pour les années 2015-2020 des objectifs, sans doute trop ambitieux et trop difficiles à atteindre, de 5 millions de diplômés du supérieur, 1,4 millions d’ingénieurs et 50 000 docteurs étudiant dans 800 universités (contre 400 aujourd’hui) et 1500 institutions de recherche. Un effort plus particulier est fait en direction des prestigieux Indian Institute of Science (IIS) et Indian Institute of Technology (IIT), qui mettent en œuvre des taux de sélection à l’entrée de l’ordre de 1 %, ce qui explique en partie pourquoi, du point de vue de la qualité des instituts de recherche, l’Inde est placée devant le Brésil et la Chine. Le gouvernement indien a d’ailleurs annoncé la création de huit nouveaux IIT – il en existe sept à l’heure actuelle. Cette politique passe par des budgets de Recherche & Développement en croissance impressionnante, afin de passer rapidement de 1 % à 3 % du PIB : par exemple, le budget 2010 est en augmentation de 18 % par rapport à celui de 2009. Il n’est pas certain que nous ayons pleinement conscience de ces évolutions tant nous voyons encore l’Inde essentiellement comme un pays sous-développé, ce qu’elle n’est évidemment plus.

6Je disais au tout début que le processus continu de mondialisation n’est pas nouveau. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne la science, qui ne doit, depuis toujours, son épanouissement qu’à la mise en place d’échanges et de collaborations à travers le monde, c’est-à-dire à la seule façon de fédérer des compétences différentes et complémentaires au bénéfice de la connaissance. Ces échanges et ces collaborations valent également pour les applications pratiques qui en découlent dans les domaines de l’énergie, de l’environnement, de la gestion de l’eau, et de la santé, qui permettent de résoudre des problèmes majeurs de l’humanité à l’échelle de la planète. La complexité extrême de ces sujets nécessite toujours plus de pluridisciplinarité et de coopérations. La science est donc depuis longtemps, par nature et par nécessité, mondialisée, et son espace est en train de grandir comme jamais, avec l’arrivée de l’Inde et de la Chine, mais aussi d’autres pays comme la Corée ou le Brésil, qui produisent de plus en plus de publications et de brevets. L’Inde est devenue le 13e producteur de connaissances scientifiques dans le monde, avec une croissance supérieure à la moyenne mondiale – mais tout de même inférieure à celle de la Chine.

7Ce que j’ai pu observer au cours de mes visites en Inde, au cours des dix dernières années, objectivement, c’est en effet un véritable désir des laboratoires indiens de diversifier leurs collaborations, de mettre un terme au tropisme anglo-saxon historique qui les attire naturellement vers la Grande-Bretagne et les États-Unis et de rechercher de nouvelles interactions notamment avec l’Europe. Cela se traduit très clairement par une sollicitation croissante des laboratoires français par les étudiants indiens, qui aspirent à rejoindre notre pays pour suivre des enseignements universitaires, préparer une thèse ou effectuer un stage postdoctoral, mais également par une volonté forte des campus indiens d’attirer sur leur sol des centres de recherche de grandes entreprises étrangères. Ceci constitue une opportunité unique de créer de nouveaux liens avec l’Inde, liens notamment personnels dont dépendent tant, finalement, les futures ouvertures du marché indien aux produits français.

8L’intérêt est donc croissant mais son impact est malheureusement encore limité, et ceci pour plusieurs raisons. Tout d’abord, comme cela a déjà été évoqué en filigrane, on ne croit pas vraiment, même dans les plus hautes sphères de l’État et du monde économique français, au décollage de l’Inde. La deuxième contrainte est celle de la langue, même si des progrès sont évidents. La pratique de l’anglais, la langue de la mondialisation, confère aux Indiens, en particulier aux élites, un rapport au monde unique, direct et privilégié. C’est en effet toujours en anglais que sont dispensés les cours dans les prestigieux IIS et IIT. À l’inverse, rares sont les cours qui sont donnés en anglais dans nos universités et cette langue est encore peu pratiquée dans nos laboratoires, même les plus réputés. Dans ces conditions, on comprend qu’un chercheur ou, plus encore, un étudiant indien, recherche d’abord des débouchés aux États-Unis ou en Angleterre. Il me semble donc urgent et nécessaire de réfléchir à l’utilisation de l’anglais pour la communication et l’enseignement scientifiques, y compris au Collège de France. Enfin, le problème de la science en Inde concerne de moins en moins le niveau et la qualité de formation de ses élites, mais l’insuffisante efficacité dans la transition entre résultats fondamentaux et applications technologiques et industrielles. Une récente étude scientométrique sur la capacité des pays dits émergents à créer et à diffuser de nouvelles technologies montre même un recul de l’Inde par rapport au Brésil et à la Chine. De ce point de vue, la France est confrontée aux mêmes difficultés, notamment dans ces nouvelles technologies ; elle n’apparaît donc pas spontanément comme un interlocuteur privilégié et d’autres pays comme les États-Unis, à nouveau, le Japon, la Grande-Bretagne et l’Allemagne en Europe, semblent, en tout cas vus de l’Inde, mieux armés pour résoudre ce problème de transfert de connaissances. Malgré tout, il reste encore cette forte visibilité de notre système de formation des ingénieurs à travers le réseau unique de nos écoles. Je voudrais mentionner le partenariat, exemplaire mais pas encore signé, de la France pour la création de l’IIT Rajasthan. À travers la contribution de professeurs de grandes écoles d’ingénieurs et le soutien financier d’entreprises françaises, des filières franco-indiennes d’ingénieurs seront mises en place, notamment dans le domaine des énergies renouvelables et de l’électronique pour la santé.

9Un autre problème est que nos établissements universitaires et de recherche souffrent d’une incapacité chronique (est-ce culturel ?) à promouvoir leurs enseignements et leurs productions scientifiques par les outils modernes de la communication et de l’information. Ce point est revenu souvent dans nos discussions avec mes collègues indiens. Au fond, ce que recherchent naturellement les meilleurs étudiants et chercheurs indiens, ce sont les lieux d’excellence, et il leur est malheureusement très difficile de savoir s’ils existent en France et où. Là encore les États-Unis et l’Angleterre ont mieux compris que nous l’importance de cet effort de promotion. Anecdotique mais finalement pas tant que ça, et si révélateur de l’écart culturel, l’argument de la gratuité de notre enseignement, dont nous sommes si fiers, est, du point de vue des Indiens avec qui j’en ai parlé, véritablement contre-productif : l’excellence ne peut pas être gratuite.

10Enfin, la collaboration scientifique et la montée en puissance de partenariats impliqueraient de notre part la mise en œuvre d’une politique volontariste et même agressive en ce qui concerne l’accueil des étudiants et des chercheurs étrangers, en particulier indiens, dans nos laboratoires. Malheureusement, nous sommes très loin du compte, comme en attestent la faiblesse des financements associés à la politique de coopération internationale et la médiocrité des conditions d’accueil de nos partenaires étrangers. Je profite de cette tribune pour redire – je le fais chaque fois que j’en ai l’occasion – ma conviction que, malgré nos plans Campus, notre Grand Emprunt, nos laboratoires d’excellence et nos PRES, la recherche française ne jouira pas d’une visibilité internationale accrue si l’on n’accompagne pas ces initiatives d’une politique nouvelle et ambitieuse en matière de ressources humaines, ce qui passe en particulier, mais évidemment pas seulement, par une ouverture franche aux meilleurs étudiants et chercheurs étrangers, à travers des bourses nombreuses et attractives.

11Il n’est pas trop tard pour résoudre ces contraintes. L’Inde sera l’une des grandes nations scientifiques et technologiques du xxie siècle, ne nous y trompons pas. Elle doit donc constituer un axe prioritaire de nos futures politiques de coopération. Mon espoir, optimiste, est dans nos nouveaux établissements universitaires, avec leurs compétences élargies et leur autonomie accrue. C’est là, sans attendre obligatoirement des programmes nationaux de coopération, que se prendront les initiatives les plus adaptées à ce nouveau défi de la mondialisation.

Annexes

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Chimie des processus biologiques

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter