Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

Patrimoine scientifique et nouvelles technologies

Bibliothèques de recherche et mondialisation

Daniel Renoult

Texte intégral

  • 1 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958 ; nouvelle édi (...)

1« Le livre, ce ferment, cet objet, cette marchandise »1, c’est à cette analyse globale que nous conviait naguère Henri-Jean Martin et à laquelle on peut encore se référer pour décrire les bouleversements qui transforment le monde académique et, partant, les bibliothèques de recherche. Résumons schématiquement trois tendances lourdes qui modifient les conditions de conception des textes scientifiques, les formes qui dominent leur transmission et, par conséquent, les modes de leur réception :

    • 2 Les chiffres cités sur l’édition scientifique proviennent pour l’essentiel du rapport Outsell 2009  (...)

    L’hyperspécialisation de la recherche et de la pensée scientifique, et la diminution du rôle des monographies au profit des revues, et même plutôt des articles de revues, voire d’unités de sens plus réduites encore, avec le risque, souvent évoqué par Roger Chartier, de perte de la notion des contextes, et de toute forme de validation et de qualification des contenus ; cette évolution intellectuelle se double d’une croissance permanente du volume d’informations. Vecteur privilégié des échanges et des confrontations, les revues scientifiques ne cessent de s’accroître, que l’on considère le nombre de leurs titres (+ 3,5 % par an) ou celui des articles publiés (+ 3 % par an)2.

  • La numérisation du monde et la métamorphose des objets (livres, revues, images, sons…) s’accompagnent de la prolifération de leurs modes de production et de diffusion. Témoin de cette numérisation croissante, la publication numérique native tend à s’imposer dans toutes les disciplines. Ainsi, la part des titres scientifiques en ligne, toutes disciplines confondues, dépasse 80 % de la production mondiale de revues. Elle est de 96 % dans les disciplines comme la santé par exemple. À cette édition numérique native, s’ajoute la numérisation rétrospective des documents existants, extraordinaire enjeu pour l’avenir de la recherche.

  • La mondialisation de l’industrie de l’information, en même temps que sa concentration, l’arrivée d’opérateurs globaux, et notamment de grandes entreprises venues de l’informatique, aboutissent à une forme de contrôle de la production éditoriale qui interroge toutes les institutions académiques, au point de remettre en cause l’organisation de la production et de diffusion des résultats de la recherche.

2Comme l’ont montré Henri-Jean Martin et Roger Chartier, ce n’est pas seulement l’analyse des innovations techniques qui permet de comprendre ce que fut la révolution du livre et ce qu’est aujourd’hui celle du numérique, ce sont au contraire les interrelations de phénomènes intellectuels, économiques, sociaux, techniques dans leurs interdépendances. Cette analyse globale, certes difficile et toujours inachevée, s’oppose à une vision techniciste des changements sociaux, conception souvent manipulatrice comme le soulignent de nombreux auteurs, qu’il s’agisse d’annoncer une rédemption (l’avènement de la Bibliothèque universelle et de la République des lettres) ou au contraire de stigmatiser la décadence d’une société par la technologie (la tour de Babel), ou, plus simplement, de promouvoir de façon plus ou moins avouée, un marché commercial où les effets d’annonce font partie des stratégies.

3Quoi qu’il en soit, aujourd’hui et partout dans le monde les bibliothèques, s’agissant de la documentation scientifique vivante, sont confrontées à une remise en cause des notions qui constituaient les bases de leur organisation et le cœur de métier des bibliothécaires : acquisitions, traitement des documents, services au chercheur, constitution et conservation des fonds, tout est bouleversé.

Les mutations de l’information scientifique et les nouvelles stratégies des bibliothèques

4J’énumère quelques exemples, sur certains desquels je reviendrai par la suite.

5Acquisitions. Outre le fait qu’une grande partie de l’édition scientifique est numérique, un fait capital tient à ce que nombre d’éditeurs scientifiques imposent au monde académique des modèles économiques de commercialisation des revues. L’abonnement à ces périodiques scientifiques est majoritairement offert sous la forme d’abonnements groupés ou « bouquets », avec comme alternative les articles vendus à l’unité (pay per view). Ce mode de vente dominant, assorti de contrats d’une grande complexité, réduit les possibilités d’acquisition de titres à l’unité et restreint les choix scientifiques et les marges de manœuvre financières des bibliothèques.

6Le traitement des documents et de l’information peut d’autant moins s’appuyer sur les anciennes notions disciplinaires qui les sous-tendaient que des modes automatisés d’indexation sémantique tendent à les remplacer. Aux critères traditionnels de constitution des catalogues se substituent les métadonnées avec, de la part des usagers, une attente légitime de rebond vers des contenus en texte intégral.

  • 3 Ainsi une enquête de 2003 sur les étudiants en lettres et sciences humaines de la région parisienne (...)

7Quant à la relation interpersonnelle avec l’usager, elle devient de plus en plus virtuelle, car pour nombre de chercheurs, la part de la consultation à distance l’emporte désormais sur la consultation sur place. En réalité, le numérique n’a fait qu’accentuer un phénomène de désintermédiation déjà bien amorcé : la plupart des sondages effectués depuis une quinzaine d’années montrent que les bibliothécaires ne sont cités comme référents que par une très faible part des personnes interrogées3. Le chercheur est un lecteur exigeant mais devenu invisible. De ce fait, l’étude des usages exige désormais des outils qui vont des enquêtes par sondages à l’utilisation d’analyses détaillées des interrogations en ligne (deep log analysis).

8La constitution d’un fonds dont l’accumulation raisonnée crée la valeur des bibliothèques peut maintenant dépendre du maintien de l’abonnement aux revues tandis que le désabonnement correspond à la perte de l’accès aux numéros plus anciens, ce que l’on appelle aujourd’hui les « archives numériques ».

9Enfin, ce n’est pas seulement la documentation contemporaine qui devient numérique mais aussi la documentation rétrospective. Or la notion même de domaine public, sur laquelle repose implicitement une grande partie du fonctionnement et de la gratuité des bibliothèques, est remise en cause par l’appropriation de ce domaine et son exploitation commerciale via la numérisation systématique de fonds réalisée par de grandes entreprises, dont la plus célèbre et la plus puissante est Google.

10Dans ce contexte d’une grande complexité, on se méfiera des généralisations hâtives qui font de bons titres mais de piètres analyses.

11Premier constat, et c’est une conséquence même de la grande diversité des disciplines, ces bouleversements touchent différemment les domaines scientifiques, sciences exactes, sciences de la nature, lettres et sciences humaines et sociales.

12Deuxième constat, ces évolutions sont beaucoup plus rapides que les évolutions institutionnelles, a fortiori celles des institutions publiques. En empruntant au langage de la science-fiction, on pourrait même parler de véritable « décalage temporel ». Continuent donc à coexister des établissements dont l’organisation témoigne de plusieurs âges de la bibliothèque.

13Très schématiquement, on peut distinguer trois catégories de bibliothèques de recherche.

14Les bibliothèques traditionnelles se maintiennent : elles se justifient par d’importantes collections de documents spécialisés, rares et anciens ; elles conservent un grand prestige et une valeur de symbole pour leurs institutions de rattachement. Elles sont essentiellement utilisées par les chercheurs en lettres, sciences humaines et sociales.

15Mais c’est plutôt le modèle des bibliothèques hybrides qui se généralise : celles-ci se caractérisent non seulement par la centralisation de leur gestion mais également par la décentralisation de la diffusion ; elles proposent aussi bien des documents consultables sur place que des informations en ligne accessibles à des usagers dûment identifiés.

16Apparaissent enfin des bibliothèques qui ont fait le choix du tout numérique comme la bibliothèque de Monterey en Californie, ou celle de l’université du Texas à San Antonio, où les salles de lecture sont consacrées aux moyens de connexion et réparties entre espaces individuels et espaces destinés au travail de groupe.

17Troisième constat, il n’y a pas plus d’homogénéité dans le comportement des chercheurs vis-à-vis des bibliothèques : leurs méthodes de travail et leurs comportements vis-à-vis de l’information et des documents sont d’abord corrélés à leur appartenance disciplinaire4. Mais à l’intérieur même de cette segmentation, les usages diffèrent selon le poids relatif accordé à l’enseignement et à la recherche, selon l’appartenance à une seule ou à plusieurs institutions (cas par exemple des chercheurs membres d’une unité mixte de recherche), ou encore selon l’importance de l’activité internationale de chaque chercheur et des facilités d’accès à l’information qu’elle entraîne. Face à la multiplicité de l’offre, les stratégies individuelles des chercheurs sont donc nombreuses.

18Pour toutes ces raisons, on ne peut que jeter un regard critique sur les discours portant sur le livre ou les bibliothèques en général.

19Sans mésestimer cette difficulté méthodologique et cette diversité de situations et d’attitudes, je voudrais montrer de quelle manière la conjugaison de ces bouleversements majeurs influe sur les fonctions et les activités des bibliothèques de recherche. J’entends par ce terme toute bibliothèque qui par son rattachement institutionnel ou son usage appartient en totalité ou en partie au monde de la recherche. Dans cette perspective, les sources disponibles englobent la notion de bibliothèque de recherche, quelle que soit leur taille, dans des catégories comme celle des academic libraries ou celle des university libraries, ces termes ne recouvrant pas exactement les mêmes réalités d’un pays à l’autre.

La mondialisation de l’information scientifique et les effets de la concentration

20À l’heure où les possibilités techniques offertes par l’Internet suscitent tant d’engouement et d’utopies, il faut souligner qu’une grande partie des informations nécessaires à la poursuite de recherches, à la publication de résultats scientifiques, ne sont pour l’essentiel ni libres ni gratuites. À l’illusoire disponibilité universelle des publications s’oppose la dure réalité économique d’un marché mondial de l’information scientifique dont dépendent de manière directe les institutions académiques et, partant, les bibliothèques de recherche.

  • 5 Rapport Outsell 2009, op. cit., et enquête Livres Hebdo (France) coéditée par Buchreport (Allemagne (...)
  • 6 Le chiffre d’affaires global de l’industrie de l’information est évalué à 250 milliards d’euros (20 (...)

21Citons quelques chiffres pour situer les ordres de grandeur. On estime que le marché de l’information scientifique technique et médicale, hors fourniture de données géophysiques, représentait en 2008 environ 10 milliards d’euros5. Si l’on ajoute l’information juridique, fiscale et réglementaire (9,3 milliards d’euros), le chiffre d’affaires global de l’industrie de l’information dans ces seuls domaines est évalué à près de 20 milliards d’euros6. Les lettres et les sciences humaines et sociales constituent un marché plus étroit, et beaucoup plus fragmenté, notamment sur le plan linguistique.

22Les produits de cette industrie sont bien entendu les livres papier, dans une certaine mesure les livres numériques (e-books), mais surtout les bases de données en ligne et les revues sur papier et numériques dont les abonnements sont souvent couplés. À tout cela s’ajoutent de plus en plus de services très élaborés intégrant l’ensemble de ces outils dans une spécialité donnée.

23Les principaux clients sont d’une part les entreprises, le secteur de l’industrie pharmaceutique y occupant une place importante du point de vue du chiffre d’affaires, et d’autre part l’enseignement supérieur et la recherche, les bibliothèques étant généralement en charge des acquisitions documentaires pour le compte de leurs établissements.

24Dans le domaine scientifique, technique et médical, le chiffre d’affaires mondial des revues est estimé à quelque 5 milliards d’euros. Ce marché est principalement celui des bibliothèques académiques qui représentent selon les disciplines entre 68 % et 75 % des acheteurs de revue dans le monde. 

Le changement d’échelle des coûts

25Bien évidemment, les abonnements aux revues scientifiques ont toujours représenté une part importante des acquisitions des bibliothèques de recherche. Mais celles-ci ont dû faire face à une augmentation phénoménale du coût des revues. En France, entre 1980 et 1999, le coût des périodiques étrangers acquis par les bibliothèques universitaires a progressé de 229 % pour les lettres et les sciences humaines, et de plus de 600 % pour la pharmacie. De 2000 à 2007, ce taux d’augmentation a diminué mais il a tout de même atteint 50 % pour les mêmes périodiques étrangers. Aujourd’hui, dans un contexte de crise économique et financière, les bouquets d’abonnements électroniques augmentent en moyenne d’environ 5 % par an.

26Que ce soit en France ou à l’étranger, les universités et les organismes de recherche ont d’autant plus difficilement résisté à ces augmentations considérables que l’édition scientifique est concentrée entre quelques grands groupes internationaux.

  • 7 Enquête Livres Hebdo (France), op. cit.

27Aujourd’hui, trois entreprises réalisent à elles seules 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires7. Il s’agit de Reed Elsevier qui emploie 32 000 salariés et dont les productions dans les domaines des sciences, de la médecine, du droit, et de la gestion sont numériques à 50 % ; de Thomson Reuters, dont les produits et les services numériques dans des disciplines similaires à celles que couvre Reed Elsevier constituent 90 % de l’activité ; et enfin de Wolters Kluwer (Amsterdam). Au-delà de ces trois grandes entreprises, les 100 premiers éditeurs représentent à peu près 67 % de la production mondiale.

  • 8 Le reste des titres se partage entre les sociétés savantes (30 %), les presses d’université ne repr (...)
  • 9 Cf. Short history of Elsevier, brochure publiée à l’occasion du 125e anniversaire de cet éditeur.

28Qui plus est, ces groupes ont racheté peu à peu les grandes revues de référence. Ainsi, sur les 9 360 titres indexés dans le Journal of Citation Report, quasiment les 2/3 sont édités par les grands éditeurs commerciaux8. À titre d’exemple, on peut citer quelques titres appartenant au groupe Elsevier9 comme The Lancet, Cell, Journal of Economic Theory, Journal of Molecular Biology, autant de revues à fort facteur d’impact dans lesquels doctorants et chercheurs souhaitent pouvoir publier. Une analyse des principaux articles téléchargés en France corrobore cette analyse et montre que 45 % des titres consultés par les chercheurs sont commercialisés par quatre des plus grands groupes éditoriaux : Elsevier, Springer, Taylor-Francis et Wiley-Blackwell.

Les stratégies de mutualisation : l’émergence des consortiums de bibliothèques

29Face à ces oligopoles, même le pouvoir de négociation des plus riches universités américaines demeure très relatif. Que dire d’universités françaises dont le budget reste encore modeste au regard de leurs homologues d’outre-Atlantique !

30C’est la raison pour laquelle, depuis une quinzaine d’années, on a vu apparaître aux États-Unis comme en Europe, puis se renforcer des stratégies de mutualisation. Au nombre de ces initiatives, une des plus remarquables et des plus réussies est la création de consortiums régionaux ou nationaux, qui viennent de faire l’objet d’une enquête de Pierre Carbone pour l’Inspection générale des bibliothèques10 et dont je voudrais mentionner certains résultats.

31Un consortium est une association d’universités, d’organismes de recherche dont la direction est en général assurée par des universitaires et la gestion par des bibliothécaires. Cette association peut prendre des formes juridiques diverses. Elle a pour objectif de faciliter le travail en réseau ainsi que la mutualisation des ressources documentaires afin de conjuguer amélioration des services et atténuation des contraintes économiques, en s’adaptant aux nouvelles conditions du marché mondial de l’information.

32Les activités de ces consortiums couvrent un large éventail de missions documentaires qui vont de la gestion de données pour la recherche (Grande-Bretagne), au partage d’acquisitions (Italie, Grande-Bretagne, Suisse), au développement de catalogues collectifs (États-Unis, Galice et Catalogne), ou encore à des programmes de conservation partagée de documents (Pays de Galles, Rhénanie du nord, Westphalie).

33Mais il s’agit surtout de se regrouper pour négocier les tarifs de l’information scientifique avec les éditeurs. Telle est devenue la mission commune et principale de ces consortiums. En France, à l’initiative des universités de Strasbourg, d’Aix-Marseille et d’Angers, a ainsi été créé en 1999 le consortium COUPERIN qui associe 200 universités et organismes de recherche.

34L’action des consortiums a permis au monde académique d’adopter des positions communes vis-à-vis des grands groupes éditoriaux. Dès lors que ces consortiums pouvaient exprimer des positions cohérentes et solidaires au nom d’un nombre significatif d’universités, ils ont obtenu l’amélioration des contrats de licence et de meilleures propositions tarifaires. On notera, à titre d’exemple, que le consortium britannique Eduserv Chest évalue les économies annuelles ainsi réalisées à 29 millions de livres (33 millions d’euros). Mais les avantages ne sont pas seulement juridiques ou économiques, ils sont aussi scientifiques dans la mesure où ces contrats permettent aux chercheurs d’accéder à un bien plus grand nombre de titres. Selon le consortium OHIO LINK (USA), les grandes bibliothèques ont multiplié par dix le nombre de leurs abonnements tandis que les petites bibliothèques passaient d’une dizaine d’abonnements à plusieurs milliers.

35Du côté des éditeurs, le fait d’éviter des négociations multiples représente un double avantage : économique car il permet de réduire les coûts de gestion, mais aussi politique pour autant qu’il facilite l’élaboration d’une stratégie plus cohérente des groupes.

36On se doit cependant de reconnaître que cette forme d’organisation, si elle a limité les augmentations tarifaires, n’a pas contenu l’accroissement continu des coûts de l’information. Dans de nombreux pays, celui-ci atteint un point critique accentué par la crise financière et la restriction des dépenses publiques. Les augmentations annoncées pour 2011 sont de 5 % à 6 % en moyenne. L’entrée dans un nouveau cycle économique, caractérisé pour les États-Unis comme pour l’Europe par un faible taux de croissance en même temps que par la réduction des dépenses publiques, crée un facteur de tension supplémentaire au point que de grandes universités envisagent de rompre les contrats qui les lient aux grands groupes éditoriaux.

  • 11 Cf. rapport Outsell 2009, op. cit., p. 3.
  • 12 Pierre Carbone, op. cit., p. 57.

37Sans vouloir juger ce choix stratégique, il faut remarquer que la crise économique n’atteint pas au même degré les différents champs de l’édition. Certes, la littérature générale connaît des difficultés caractérisées notamment par une baisse des tirages et des ventes et par le recul des réseaux de distribution traditionnels comme les librairies indépendantes. Mais l’édition professionnelle et universitaire a peu souffert de la crise financière. Au contraire, en tête de tous les secteurs, l’information scientifique, technique et médicale devrait selon les prévisions poursuivre son expansion au rythme de 4 % par an. Le développement des marchés de l’information en Asie (Inde, Chine notamment) laisse espérer aux grandes entreprises éditoriales des perspectives de croissance du chiffre d’affaires11. Dans ces conditions, la recherche d’un bras de fer avec les éditeurs qui serait favorable à la recherche américaine et européenne paraît risquée à moyen terme, plus encore si cette épreuve de force est engagée par un petit nombre d’établissements, aussi prestigieux soient-ils sur le plan scientifique. Comme le fait observer Pierre Carbone, « la masse critique nécessaire pour négocier dans les meilleures conditions possibles devient de plus en plus importante »12.

Les archives ouvertes, une alternative

38Depuis une vingtaine d’années, émergent d’autres modèles économiques de production et de diffusion de l’information, encore minoritaires cependant. On peut citer par exemple le site Public Library of Science (PLoS) qui publie notamment en accès libre des revues en biologie, génétique, médecine. On peut mentionner des revues d’autres domaines scientifiques comme le Journal of High Energy Physics, ou le Journal of Cosmology and Astroparticle Physics, qui sont des revues à comités de lecture et à fort facteur d’impact (5,5 à 6) et pour autant librement accessibles aux chercheurs.

39De fait, l’initiative consistant à mettre à la disposition de la communauté scientifique des bases de données libérées des contraintes de l’édition commerciale a été mise en œuvre dès les années 1990 par des chercheurs spécialisés dans la physique des hautes énergies. Connues sous le nom d’« archives ouvertes », ce type d’action a fait de nombreux émules.

40Depuis lors a été développée lOpen archive initiative (OAI), qui a abouti notamment à la définition de protocoles d’interopérabilité. En 2003, lors de la conférence de Berlin, un appel pour le développement international d’archives ouvertes a été lancé par plusieurs organismes de recherche. En France, depuis 2006, une grande partie des organismes de recherche et la Conférence des présidents d’université (CPU) ont signé un protocole d’accord visant à faciliter la coordination au plan national des archives ouvertes.

41S’il fallait encore le démontrer, une étude britannique récente du Joint Information Systems Committee (JISC)13 met en lumière les avantages que revêtirait pour la communauté académique le passage à d’autres structures de production et de diffusion de la connaissance. En effet si l’on intègre l’ensemble des coûts de la recherche (de l’information à la publication), le modèle des archives ouvertes (open archives) paraît bien plus avantageux que le modèle actuel. Fondé sur une enquête portant sur un panel de quatre universités britanniques représentatives, cette étude a évalué non seulement les coûts des bibliothèques mais aussi la totalité des coûts de la recherche induits par la publication d’articles scientifiques. Elle compare ensuite le coût unitaire d’un article scientifique dans différents modèles économiques.

42Dans le cas de la publication dans des revues en libre accès, le coût d’un article scientifique est largement inférieur à la publication par le circuit commercial. Simulant plusieurs modèles alternatifs, l’étude du JISC montre que les établissements du panel réaliseraient des économies, mais celles-ci seraient plus importantes dans le cas d’un open access intégral : entre 300 000 £ et 7 millions de £ selon la taille des universités. Il faut souligner que ces modèles considèrent les économies induites pour l’ensemble du processus de recherche et pas seulement du point de vue de l’acquisition de revues.

43On ajoutera que la généralisation d’archives ouvertes permettrait aux bibliothèques de recherche de devenir plus aisément des agrégateurs de contenus et d’offrir à un coût réduit sur une même plateforme, sur un même portail, avec des outils d’indexation transparents aussi bien les contenus internes de l’organisme de recherche que les contenus externes.

44Force est cependant de constater que le succès des archives ouvertes demeure limité.

45On estime en général que les publications en libre accès ne représentent pas plus de 15 % de la masse globale des articles. Une étude portant sur 1 837 revues à comité de lecture réalisée par la Hanken school of economics d’Helsinki14 évalue cette proportion à un peu plus de 20 %, mais seulement à 8,5 % la part des articles publiés dans des périodiques directement en libre accès. Le foisonnement des initiatives (plus de 150 sites en France) rend difficile une vue d’ensemble.

46Ce succès partiel d’un modèle économique pourtant plus avantageux pour les chercheurs n’est pas sans explications.

47Tout d’abord, la notion d’archives ouvertes ne recouvre pas, d’un site à l’autre les mêmes contenus. Le premier obstacle tient au manque d’homogénéité du concept. Des documents anciens d’intérêt inégal peuvent voisiner avec des thèses récentes, de simples signalements bibliographiques avec du texte intégral.

48Par ailleurs, le développement des archives ouvertes n’a pas le même niveau de maturité selon les disciplines. Très avancé en physique et en mathématiques, il l’est beaucoup moins par exemple en biologie et dans les disciplines de la santé où la dépendance vis-à-vis des revues commerciales reste forte.

49Enfin, et plus profondément, la réticence à déposer systématiquement les nouveaux articles sur des sites ouverts résulte de l’organisation même de la recherche, qui contraint encore les chercheurs à publier dans des revues commerciales à fort facteur d’impact, lesquelles ont les conséquences les plus significatives sur leur carrière.

50Cependant, dans le contexte international actuel, qu’il s’agisse des consortiums ou des archives ouvertes – deux stratégies qui ne sont pas contradictoires –, le fonctionnement en réseau des bibliothèques de recherche, le renforcement des stratégies de mutualisation constitue l’orientation à privilégier. On ne peut que souscrire pleinement aux propos que tenait Gérard Fussman lors de l’ouverture de ce colloque : « Il faut mutualiser les moyens et multiplier les coopérations ».

51Compte tenu de l’ampleur des questions posées, cette problématique ne concerne pas seulement la politique propre de chaque établissement mais aussi celle des États, et il faut souligner que les stratégies de mutualisation sont tributaires des politiques publiques. Ainsi, même s’ils dépendent de cofinancements de leurs membres, partout dans le monde les consortiums ont bénéficié d’un soutien financier de pouvoirs publics nationaux ou régionaux. Dans cette perspective, il est intéressant d’analyser l’évolution récente de la situation française et les mouvements de recomposition de l’enseignement supérieur en cours.

Les stratégies documentaires pour la recherche : perspectives ouvertes par la réorganisation de l’enseignement supérieur

  • 15 Roger Chartier, Le Livre en révolutions, Paris, Textuel, 1997, p. 133.

52Ce que Roger Chartier qualifie dans une heureuse formule de « juxtapositions d’identités singulières crispées sur leurs différences »15 convient malheureusement pour caractériser la situation des établissements français dans le secteur des bibliothèques. Celle-ci se caractérise par des faiblesses structurelles qui entravent la recherche.

53D’une part, au sein même des universités on constate la persistance malencontreuse de services documentaires non coordonnés. Un rapport récent de l’Inspection générale des bibliothèques évaluait à 30 % la part de la documentation dispersée entre les composantes des établissements16. De plus, la faible coordination entre organismes de recherche et universités dans le domaine documentaire constitue un handicap supplémentaire, qui se traduit dans de trop nombreux cas par la dispersion des initiatives et par des dépenses multiples qui auraient pu être évitées.

54Les rapprochements ou regroupements d’établissements actuellement à l’œuvre pourraient donc être l’occasion de mutualiser davantage l’information scientifique au bénéfice de la recherche.

55Cet avantage paraît évident dans le cas des fusions d’établissements. De ce point de vue, la fusion des universités de Strasbourg en un établissement unique est exemplaire : elle a notamment permis l’intégration des services documentaires, et facilité le rattachement de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, établissement public, à cette université. Ce nouvel ensemble constitue un atout remarquable, qu’il s’agisse des conditions de la recherche et ou de la compétitivité internationale du site de Strasbourg. À Montpellier, l’existence d’une structure documentaire unique, interuniversitaire, représente aussi une force, et ce n’est pas un hasard si ces deux sites universitaires obtiennent un rang honorable dans les comparaisons internationales17.

56Autre forme d’alliances entre établissements, les Pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) pourraient jouer le double rôle d’outil de pilotage stratégique et de rationalisation de la gestion documentaire. À ce jour, seuls les PRES de Bordeaux et de Toulouse ont pris partiellement en charge des missions documentaires, chaque université conservant cependant ses structures propres. À Paris cependant, il y a peu de cohérence entre la composition des PRES et la répartition entre les établissements des grandes bibliothèques interuniversitaires.

57Force est de constater que les initiatives visant à fédérer des projets documentaires autour de projets scientifiques communs ne se réalisent pas que très lentement. L’organisation du Réseau national des bibliothèques de mathématiques (RNBM) est un exemple réussi de mutualisation, mais il aura mis une dizaine d’années à obtenir un soutien financier et une quinzaine d’années pour bénéficier d’une reconnaissance officielle. Aujourd’hui structuré sous la forme d’un Groupement de services du CNRS (GDS 2755), ce réseau associe 51 laboratoires de mathématiques et bibliothèques de recherche répartis dans toute la France. Il a engagé un partenariat avec le consortium Couperin, ce qui a notamment permis un accord sur les abonnements avec l’éditeur Springer. Il est dirigé par un directoire associant un mathématicien et une responsable du réseau des bibliothèques.

58On pourrait aussi citer l’exemple de la future Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), qui offrira aux chercheurs en lettres et sciences humaines plus d’un million et demi de volumes. Cette bibliothèque, dont l’ouverture est prévue à l’automne 2011, contribue à fédérer les politiques documentaires d’une dizaine d’établissements d’enseignement supérieur et organismes de recherche. Elle s’appuie sur des conventions de partenariat passées notamment avec le Collège de France et la Bibliothèque nationale de France. Mais la mise en place de ce projet, qui a pris la forme d’un Groupement d’intérêt public (GIP) lequel reste par définition une structure non pérenne, a requis une dizaine d’années de travail et n’est pas encore achevée.

  • 18 Christine Musselin, La Longue Marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001.

59Sans remettre en cause la légitimité d’une politique publique qui vise depuis une vingtaine d’années à conférer aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche davantage d’autonomie et de responsabilités18, une analyse objective de ces diverses situations oblige à s’interroger sur les limites de la notion d’établissement et d’autonomie et du renforcement nécessaire des stratégies de mutualisation.

60En effet, dans le domaine documentaire, l’exacerbation des identités des universités voire des PRES, de même que le développement de logiques concurrentielles qui l’accompagne peuvent aussi bien aboutir à un gel voire à un recul de la mutualisation et, en conséquence, à des résultats désastreux pour la qualité de la recherche et la compétitivité des établissements.

61En raison même du contexte international que nous venons d’évoquer, une intervention des pouvoirs publics ne peut se réduire à un simple transfert de responsabilité aux universités. Compte tenu des compétences de l’État en matière d’enseignement supérieur et de recherche, le principe d’une régulation nationale, sans doute avec des modalités nouvelles, qui soutienne et développe les initiatives et les structures de mutualisation paraît nécessaire. À cet égard, il serait judicieux de considérer avec attention l’exemple de l’Allemagne dont les universités et les organismes de recherche sont de niveau proche des nôtres.

Deux stratégies vis-à-vis des bibliothèques de recherche : France et Allemagne

  • 19 Sur la situation des bibliothèques en Allemagne, cf. Jürgen Seefeldt et Ludger Syré, Des portails s (...)

62Depuis soixante ans, l’Allemagne19 a structuré un réseau d’une cinquantaine de bibliothèques de recherche (23 bibliothèques d’État et bibliothèques universitaires, et 30 bibliothèques spécialisées), ayant chacune une responsabilité nationale. Ces bibliothèques les Sondersammelgebietesbibliotheken, qui jouent le rôle de bibliothèques de référence et de recours pour la recherche scientifique, couvrent ensemble une centaine de disciplines.

63Sur ce modèle, dans les années 1980, la France a créé les Centres d’acquisitions et de diffusion de l’information scientifique et technique (CADIST). Mais en France ce dispositif est resté inachevé, essentiellement bibliothécaire et piloté par l’administration centrale chargée des bibliothèques. Il n’a pas fait l’objet d’une évaluation par le CNRS. Son ancrage dans la réalité de la recherche reste donc inégal. Il est loin de couvrir l’ensemble des disciplines. La mise en application de la loi LRU et la globalisation des subventions de l’État aux universités entraîne un transfert de cette responsabilité particulière aux universités, mais le débat avec les chercheurs sur les conséquences et les conditions de ce transfert reste à ouvrir.

64En Allemagne, ce dispositif est piloté par les universités, certes, mais coordonné sur le plan fédéral par la Deutsche Forschung Gemeinschaft (DFG). Cet organisme, financé par l’État fédéral, les Länder et des organismes privés, mais dont la gouvernance est indépendante, considère les bibliothèques comme d’importantes infrastructures de recherche et les soutient financièrement.

65Pour permettre aux universités et aux organismes de recherche de faire face à la croissance des coûts de la documentation et à la concurrence internationale, la Deutsche Forschung Gemeinschaft a pris en charge des abonnements à des revues scientifiques sous la forme de licences de groupe, appelées communément licences nationales. Le financement de ces licences est passé de 34,3 millions d’euros en 2005 à environ 70 millions d’euros en 2009. Ce soutien permet la mise à disposition d’informations scientifiques de base à l’ensemble de la communauté des étudiants et des chercheurs, à charge de chaque université de faire l’acquisition des ressources électroniques complémentaires.

66En France, la prise de conscience de l’utilité des licences de groupe paraît acquise. On en veut pour preuve les positions prises par la Conférence des présidents d’université depuis décembre 2009 et de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche en 2010. Mais un dispositif semblable, dont on aurait bien vu l’investissement dans le contexte du « grand emprunt », tarde à se mettre en place, et, assez curieusement l’Agence nationale pour la recherche (ANR) ne s’est pas encore investie sur cet objectif.

Un enjeu pour les chercheurs et les bibliothèques : la production et le contrôle des documents numériques du domaine public

67Une autre question primordiale pour les chercheurs comme pour les bibliothèques est celle de la numérisation rétrospective des documents imprimés. Les bibliothèques nationales ont entrepris de vastes programmes de numérisation des imprimés, de photographies, d’estampes et de documents sonores. C’est le cas par exemple de la bibliothèque du Congrès avec le programme American Memory, de la British Library à Londres, de la Bibliothèque nationale de la Diète à Tokyo. Citons encore le projet Europeana qui associe 27 pays de l’Union européenne. Plus près de nous, la Bibliothèque nationale de France propose avec Gallica près de 1,2 million de documents, dont environ 800 000 exemplaires de journaux et de revues et 200 000 livres essentiellement du domaine public. Des programmes de numérisation sont engagés également par de grandes bibliothèques spécialisées comme la National Library of Medecine à Washington ou la Bibliothèque interuniversitaire de médecine à Paris.

68Mais la numérisation du patrimoine imprimé devient elle aussi créatrice d’un nouveau marché commercial et fait l’objet d’une concurrence mondiale entre des entreprises comme Google (167 milliards de dollars de capitalisation boursière), Apple (deuxième capitalisation boursière mondiale avec 266 milliards de dollars) ou Microsoft. Pour ces opérateurs globaux, face auxquels le pouvoir économique des éditeurs traditionnels ou des bibliothèques paraît bien modeste, l’enjeu majeur n’est pas philanthropique : il s’agit de s’approprier un nouveau marché publicitaire mondial, celui de l’Internet et de la téléphonie mobile, et, plus généralement, de tous les appareils de communication nomades. Rappelons que le projet Google Books porte désormais sur 15 millions de volumes !

69La numérisation des collections des bibliothèques par ces entreprises contribue à leur prestige et conforte leur image de marque, mais, comme l’a souligné l’historien et directeur des bibliothèques de Harvard, Robert Darnton, elle fait courir le risque d’utiliser l’Internet comme « un outil de privatisation du savoir public »20.

70En octobre 2010, à l’occasion de la Foire de Francfort, Google a annoncé le lancement de Google Editions, librairie numérique qui devrait proposer d’abord aux USA, puis en Grande-Bretagne environ 400 000 titres. Google, qui a également lancé un programme de partenariat avec des libraires et avec des éditeurs, fait état d’un catalogue de deux millions de titres. Google laisserait aux éditeurs la maîtrise du prix de vente et percevrait de 37 % à 45 % de ce prix selon les modalités de distribution des ouvrages (achat direct sur le site ou librairie).

71À court terme se pose la question de l’exploitation commerciale des œuvres qui se situent dans ce que les spécialistes désignent comme une « zone grise », c’est-à-dire des œuvres encore sous droits d’auteur mais dont les titulaires de droit ne peuvent plus être identifiés ou retrouvés. Ces œuvres, plus d’un million d’ouvrages pour la France, environ 6 millions pour les ouvrages de langue anglaise, se trouvent dans les bibliothèques et sont, pour le moment, librement accessibles mais non numérisées. Sur ce plan, une bataille juridique est engagée qui oppose plusieurs conceptions du droit d’auteur, certains préconisant une exception massive au monopole des auteurs sur les œuvres. Aux États-Unis, l’offensive a déjà mobilisé des moyens considérables (environ 15 millions de dollars selon des sources proches du dossier). En Europe, dans un contexte juridique différent, Google a perdu un certain nombre de procès, mais n’a pas modifié sa stratégie pour autant.

72Or, pour la recherche comme pour l’édition et les bibliothèques, le maintien d’un monde de droit est un élément primordial. Comme l’indique Bruno Patino dans son rapport sur le livre numérique21, la question de la maîtrise des droits de propriété intellectuelle sera décisive : « Finalement le livre numérique, c’est avant tout un droit lié à une œuvre de l’écrit. La question centrale est celle de la détermination du prix d’utilisation de ce droit. » Perdre les droits sur les textes entraînerait l’absence de tout contrôle sur l’économie de l’édition. Il importe donc que l’on se mette d’accord sur une définition juridique du livre numérique par exemple. Mais cela suppose aussi que le rôle des bibliothèques ne soit pas négligé dans la définition des nouvelles règles juridiques que le numérique va immanquablement faire naître.

Quelles bibliothèques pour les chercheurs de demain ?

73Qu’il s’agisse des documents numériques natifs ou des documents numérisés a posteriori, on voit que la question de l’accès se pose de manière très aigüe. Au-delà des bibliothèques de recherche, c’est la notion même d’espace public qui est aujourd’hui en jeu ou, plus exactement, la redéfinition des frontières entre espace public et espace privé. Ce n’est pas le moindre des paradoxes que le développement d’un moyen de communication mondial, l’Internet, puisse se traduire par une marchandisation accrue de l’information et du patrimoine et, par voie de conséquence, par une éventuelle restriction du champ d’intervention des bibliothèques. En regard de cet enjeu, et par rapport à la recherche, par rapport aux jeunes chercheurs, aux doctorants, aux étudiants, la fonction des bibliothèques, qui consiste à lever l’obstacle économique d’accès à l’information et aux documents, constitue bien évidemment une fonction majeure, mais il est essentiel que les bibliothèques demeurent du côté de la démocratisation du savoir.

  • 22 Gérard Berry, Pourquoi et comment le monde devient numérique (leçon inaugurale no 197), Collège de (...)

74Ce paradoxe est cependant loin d’être le seul : il faut rappeler que, même si sur un plan technique rien ne s’oppose à ce que « l’ensemble des livres deviennent consultables de partout22 », la question de la pérennité des données numériques n’est nullement réglée. Rappelons que la NASA a définitivement perdu les données relatives aux premiers vols spatiaux, et que la plupart des supports numériques, dont les formats et les supports physico-chimiques changent constamment, ne sont pas conçus pour une conservation plus longue que quelques années. Contrairement à une idée reçue, le numérique n’est pas une technique de conservation mais en revanche un fabuleux moyen de diffusion. Plus encore que par le passé, l’expansion du numérique appelle des politiques de conservation partagée des collections anciennes, comme celles qu’ont mises en place un certain nombre de consortiums.

75Soulignons enfin que les collections d’imprimés restent, et vont rester pour de longues années encore un soutien irremplaçable pour la recherche. On notera que les institutions les plus réputées se gardent bien de négliger cet atout. Si l’on se réfère au récent classement des universités établi par le Times Higher Education, on voit que les dix premières universités du monde se distinguent certes par l’excellence de leur recherche et de leur enseignement, mais aussi par l’ampleur de leurs bibliothèques, dont les collections seraient davantage comparables à celles de la Bibliothèque nationale de France qu’à celles de nos bibliothèques universitaires. On peut regretter au passage que ce critère ne figure que dans très peu de classements internationaux. L’ambition de ces bibliothèques est aujourd’hui d’offrir aux chercheurs des services en ligne de qualité au moins égale aux services dits « traditionnels ». En France, on estime les principales collections publiques à environ 35 millions de volumes, sachant que ces chiffres n’incluent ni les archives des chercheurs (notes préparatoires, fichiers, recueils de données, correspondances) ni les estampes, ni les photographies, ni les partitions musicales, etc. Seule une faible part de ce patrimoine est numérisée.

76Plus encore qu’au xxe siècle, les bibliothèques de recherche se trouvent donc sous tension. Jamais la question des choix n’a été aussi vive : choix stratégiques entre divers modèles économiques de production et de diffusion du savoir scientifique, choix tout aussi stratégiques des modalités et des lieux de conservation de la documentation et des archives anciennes, choix des modalités d’organisation de la documentation pour la recherche, mais aussi pour les étudiants, futurs chercheurs. Dans tous les secteurs, il ne s’agit plus d’accumuler « pour le cas où » mais de sélectionner. Dans un univers de surproduction de l’information, la bibliothèque de recherche est un espace public de qualification et de validation. Ancrées dans un territoire, dans une communauté de chercheurs, les bibliothèques de recherche se doivent d’être un espace de convivialité et d’interactivité où l’on peut passer de l’information à la connaissance.

Bibliographie

Livres et revues

Actes de la recherche en sciences sociales, no 164 (Économie de la recherche), décembre 2006 : http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2006-4.htm

Berry Gérard, Pourquoi et comment le monde devient numérique (leçon inaugurale no 197), Collège de France/Fayard, 2008, p. 74.

Carbone Pierre, Coûts, bénéfices et contraintes de la mutualisation des ressources électroniques : éléments de comparaison internationale et propositions, Inspection générale des bibliothèques (IGB), octobre 2010 : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-48727

Chartier Roger, Le Livre en révolutions, Paris, Textuel, 1997, p. 133.

Dacos Marin et Mounier Pierre, L’Édition électronique, Paris, La Découverte, coll. « Repères » (no 549), 2010.

Darnton Robert, « Accès public, contrôle privé : la bibliothèque universelle, de Voltaire à Google », Le Monde diplomatique, 1er mars 2009 : http://www.monde-diplomatique.fr/2009/03/DARNTON/16871

Darnton Robert, Apologie du livre, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2010.

Faure Sylvia et Soulié Charles, « La recherche universitaire à l’épreuve de la massification scolaire » (juin 2005), Actes de la recherche en sciences sociales, no 164 (Économie de la recherche), décembre 2006, p. 61-73 [doi:10.3917/arss.164.0061].

Febvre Lucien et Martin Henri-Jean, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958 ; nouvelle édition : coll. « Bibliothèque de l’Évolution de l’humanité », 2000.

Fraisse Emmanuel et Renoult Daniel, « Les enseignants du supérieur et la documentation », Spirale. Revue de recherches en éducation, no 14 (Les savoirs scolaires I), 1995, p. 181-215 : http://spirale-edu-revue.fr/spip.php ?article680

Enquête Livres Hebdo (France) coéditée par Buchreport (Allemagne), Publishers weekly (USA) et The Bookseller (Grande-Bretagne), et réalisée par Rüdiger Wischenbart : Livres Hebdo, no 826, 18 juin 2010, p. 12-21.

Musselin Christine, La Longue Marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001.

Patino Bruno, Le Devenir numérique de l’édition : du livre objet au livre droit, Paris, La Documentation française, 2008. p. 56 : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/084000381/index.shtml

Renoult Daniel, « Les étudiants parisiens et les bibliothèques universitaires », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, no 5 p. 80-86 : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2004-05-0080-001

Seefeldt Jürgen et Syré Ludger, Des portails sur le passé et le futur. Les bibliothèques en Allemagne, 3e édition, Hildesheim, Zürich, New York, Georg Olms Verlag, 2007 : http://www.goethe.de/wis/bib/prj/bde/frindex.htm.

Rapports

Bjork Bo-Christer, Welling Patrik, Laakso Mikael et al., « Open Access to the Scientific Journal Literature : Situation 2009 », PLoS ONE, vol. 5, no 6, juin 2010 [doi:10.1371/journal.pone.0011273].

Outsell, Scientific, Technical & Medical Information: Market Forecast and Trends Report, rapport Outsell 2009.

JISC, Modelling Scholarly Communication Options : Costs and benefits for universities, 2010: http://ie-repository.jisc.ac.uk/442/

Jouguelet Suzanne et Vayssade Claire, Comparaison internationale de bibliothèques universitaires, Inspection générale des bibliothèques, 2010 : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-48213

Renoult Daniel, Dispersion de la documentation universitaire, Inspection générale des bibliothèques, 2008 : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-74

Annexes

Notes

1 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958 ; nouvelle édition : coll. « Bibliothèque de l’Évolution de l’humanité », 2000.

2 Les chiffres cités sur l’édition scientifique proviennent pour l’essentiel du rapport Outsell 2009 : Scientific, Technical & Medical Information : Market Forecast and Trends Report.

3 Ainsi une enquête de 2003 sur les étudiants en lettres et sciences humaines de la région parisienne. Seuls 4 % d’entre eux citent les bibliothécaires comme prescripteurs. Cf. Daniel Renoult, « Les étudiants parisiens et les bibliothèques universitaires », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, no 5 p. 80-86.

4 Cf. par exemple : Actes de la recherche en sciences sociales, no 164 (Économie de la recherche), décembre 2006 ; en particulier le compte rendu de l’enquête effectuée en juin 2005 par Sylvia Faure et Charles Soulié sur les enseignants chercheurs : « La recherche universitaire à l’épreuve de la massification scolaire », p. 61-73 [doi:10.3917/arss.164.0061]. Voir aussi : Emmanuel Fraisse et Daniel Renoult, « Les enseignants du supérieur et la documentation », Spirale. Revue de recherches en éducation, no 14 (Les savoirs scolaires I), 1995, p. 181-215.

5 Rapport Outsell 2009, op. cit., et enquête Livres Hebdo (France) coéditée par Buchreport (Allemagne), Publishers weekly (USA) et The Bookseller (Grande-Bretagne), et réalisée par Rüdiger Wischenbart : Livres Hebdo, no 826, 18 juin 2010, p. 12-21.

6 Le chiffre d’affaires global de l’industrie de l’information est évalué à 250 milliards d’euros (2008).

7 Enquête Livres Hebdo (France), op. cit.

8 Le reste des titres se partage entre les sociétés savantes (30 %), les presses d’université ne représentent que 4 % de l’ensemble.

9 Cf. Short history of Elsevier, brochure publiée à l’occasion du 125e anniversaire de cet éditeur.

10 Cf. Pierre Carbone, Coûts, bénéfices et contraintes de la mutualisation des ressources électroniques : éléments de comparaison internationale et propositions, Inspection générale des bibliothèques (IGB), octobre 2010.

11 Cf. rapport Outsell 2009, op. cit., p. 3.

12 Pierre Carbone, op. cit., p. 57.

13 JISC, Modelling Scholarly Communication Options : Costs and benefits for universities, 2010.

14 Bo-Christer Bjork, Patrik Welling, Mikael Laakso et al., « Open Access to the Scientific Journal Literature : Situation 2009 », PLoS ONE, vol. 5, no 6 [doi:10.1371/journal.pone.0011273].

15 Roger Chartier, Le Livre en révolutions, Paris, Textuel, 1997, p. 133.

16 Daniel Renoult, Dispersion de la documentation universitaire, IGB, 2008.

17 Suzanne Jouguelet et Claire Vayssade, Comparaison internationale de bibliothèques universitaires, Inspection générale des bibliothèques, IGB, 2010.

18 Christine Musselin, La Longue Marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001.

19 Sur la situation des bibliothèques en Allemagne, cf. Jürgen Seefeldt et Ludger Syré, Des portails sur le passé et le futur. Les bibliothèques en Allemagne, 3e edition, Hildesheim, Zürich, New-York, Georg Olms Verlag, 2007.

20 Robert Darnton, « Accès public, contrôle privé : la bibliothèque universelle, de Voltaire à Google », Le Monde diplomatique, 1er mars 2009.

21 Bruno Patino, Le devenir numérique de l’édition : du livre objet au livre droit, Paris, La Documentation française, 2008, p. 56.

22 Gérard Berry, Pourquoi et comment le monde devient numérique (leçon inaugurale no 197), Collège de France/Fayard, 2008, p. 74.

Auteur

Doyen honoraire de l’Inspection générale des bibliothèques, Daniel Renoult a exercé dans diverses bibliothèques avant de devenir sous-directeur des bibliothèques au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche puis directeur général adjoint de la Bibliothèque nationale de France. Auteur de nombreux articles et contributions à des ouvrages, il a notamment collaboré à l’Histoire de l’édition française sous la direction de Henri-Jean Martin et Roger Chartier et à l’Histoire des bibliothèques françaises.
daniel.renoult@orange.fr

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter