Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

Patrimoine scientifique et nouvelles technologies

L’archéologie française à l’étranger

Michel Gras

Entrées d'index

Texte intégral

1Vous avez tous remarqué que Jean-Paul Demoule vient de faire un exposé d’une demi-heure sur l’archéologie, sans vous montrer une seule image. Comme je le connais depuis quarante ans, je pense ne pas me tromper beaucoup en disant qu’il y a de sa part un peu de provocation, que je partage. Rappelons en effet que l’image médiatique de l’archéologie diffusée par les principaux médias n’est pas nécessairement le reflet de la science archéologique telle que nous voulons en parler aujourd’hui, bien qu’il y ait depuis longtemps – et le responsable de la communication de l’INRAP ne me démentira pas –, un excellent journalisme archéologique et qu’un certain nombre de nos partenaires fassent un très bon travail d’un point de vue médiatique.

2Quant à moi, je ne vous présenterai qu’une seule image, que je commenterai très brièvement. Je voudrais vous montrer, sur l’espace de travail qui est celui de l’École française de Rome – à savoir l’Italie, le Maghreb, les pays du Sud-Est européen (Albanie, Croatie, Serbie) –, les principaux lieux où l’École a travaillé depuis trente ans, et continue d’opérer. Pour le Maghreb, il s’agit d’une action plus que séculaire d’une remarquable continuité.

Carte des chantiers de l’École française de Rome

Carte des chantiers de l’École française de Rome

3Jean-Paul Demoule a rappelé l’éclatement institutionnel de l’archéologie et a rappelé que la proposition de Henri Seyrig – pour les cinéphiles, c’est le père de Delphine – en 1968, n’a jamais abouti : on ne peut pas refaire l’histoire, mais que se serait-il passé depuis quarante ans, avec un Institut national d’archéologie ? Ce que l’on peut dire, en revanche – parce que notre génération l’a expérimenté au quotidien – c’est qu’un certain nombre d’entre nous se sont efforcés de coordonner l’action des différents ministères en charge de l’archéologie – Affaires Étrangères, Enseignement supérieur et Recherche, Culture – ; et les organismes comme le CNRS et l’INRAP (le dernier né) avancent, à un moment donné, dans la même direction et avec des objectifs à peu près semblables. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas les alternances politiques qui ont fait entrave à ce projet mais plutôt la difficulté d’un dialogue interministériel.

4Jean-Paul Demoule vous a donné un certain nombre de chiffres, et j’en ajoute quelques-uns pour vous donner une idée du déploiement de l’archéologie à l’étranger. On peut considérer qu’il y a environ 150 missions actives dans le monde, financées en totalité ou en partie par le ministère des Affaires étrangères, avec la collaboration de grands organismes et de grandes Écoles à l’étranger. Environ un tiers de ces missions sont situées autour de la Méditerranée (y compris le Proche-Orient) ; l’Asie est un second pôle important, tandis que les Amériques sont couvertes de manière plus faible.

5Si on regarde l’Europe aujourd’hui – parce qu’il nous faut y prêter davantage attention, et c’est l’un des messages que je voudrais transmettre –, il y a environ 40 instituts, de tailles tout à fait différentes, qui travaillent sur le patrimoine archéologique. Dans ces instituts, 350 chercheurs stables travaillent, bien entendu, avec l’apport de partenaires plus occasionnels. Récemment, l’Agence nationale de la recherche (ANR) est entrée en jeu, puisqu’elle a décidé, il y a deux ans, de financer des opérations de terrain, alors que ce n’était pas prévu dans sa charte première. Naturellement, cela nous permet de monter en puissance sur le plan des moyens à affecter et sur les possibilités d’insertion professionnelle des jeunes générations.

6Nous devons faire émerger une politique européenne de l’archéologie, au-delà des politiques nationales des pays européens. Ce n’est pas facile en raison des traditions de rapport aux territoires, des législations complexes de chaque pays, et aussi parce qu’une articulation voire une synthèse reste à faire à cet égard. Nous sommes en droit de rêver à une législation européenne pour le patrimoine archéologique. Il existe des associations d’archéologues engagées dans ce domaine qui donnent souvent l’impression d’être plus actives que Bruxelles. Le Conseil de l’Europe à Strasbourg a œuvré sur les questions de restauration, mais le milieu ne se sent pas soutenu par Bruxelles, si ce n’est pour des financements ponctuels en liaison avec des questions d’environnement – certes importantes. Il faut, en particulier, faire émerger des réseaux européens transnationaux. C’est l’Italie qui a inventé la protection du patrimoine archéologique, depuis que le peintre Raphaël a été au service des Papes à la Renaissance ; aujourd’hui, on voit pourtant que c’est dans ce pays que la politique du patrimoine est attaquée par l’État avec le plus de force. La France a toujours imité l’Italie, en tout cas jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, et nous espérons qu’elle ne suivra pas ce modèle à l’avenir.

7Une autre évolution extrêmement souhaitable, lorsque nous parlons du monde extra-européen, c’est d’arriver à une mutation fondamentale pour que les missions que nous envoyons dans ces pays ne soient plus des missions nationales mais des missions plurinationales. Alors qu’en Europe nous pouvons travailler avec les Allemands, les Britanniques, les Espagnols, les Italiens, il est complètement absurde de voir que lorsque nous traversons la Méditerranée, après une heure d’avion, ou deux heures et demie de bateau, nous nous rangeons tous derrière les drapeaux de nos propres pays. Ce n’est pas ici une critique contre le drapeau, mais contre le fait que nous nous inscrivons inconsciemment dans un modèle d’origine coloniale qui ne fonctionne plus depuis longtemps. Il faut que nous arrivions à convaincre nos partenaires du Maghreb, ou des pays du Sud-Est européen, d’avoir des partenariats larges avec plusieurs nationalités.

8Ensuite, nous avons un problème d’articulation entre l’archéologie hexagonale et l’archéologie française à l’étranger. Très souvent, on a l’archéologue qui travaille en France et celui qui travaille à l’étranger, comme si ce n’était pas le même métier, comme si l’expérience internationale n’allait pas être un élément essentiel de l’activité professionnelle en France, et comme si ne faire des fouilles qu’à l’étranger ne risquait pas de conduire, d’une certaine manière, à une certaine marginalisation.

9Nous avons aussi des institutions et des missions qui sont souvent des rassemblements d’individus. Il y a aujourd’hui une tendance à privilégier les individus, à remettre le chercheur au centre de l’attention, à valoriser les parcours individuels. Tout cela est bien, à condition que l’on n’oublie pas les stratégies institutionnelles et la recherche collective : les compétences nécessaires pour progresser dans n’importe quel domaine sont aujourd’hui de plus en plus collectives et nos collègues des sciences dites « dures » le savent bien. Certes, il ne s’agit pas de brimer l’activité créatrice de chacun, et chaque chercheur veut et doit avoir sa petite parcelle de création autonome, mais à long terme, tout cela n’a de sens qu’inscrit dans des stratégies. En archéologie, l’articulation entre les missions (groupes d’individus) et les instituts qui se trouvent à l’étranger doit nécessairement être mieux pensée et reste encore à construire.

10Jean-Paul Demoule vous a parlé des territoires. Je voudrais y consacrer quelques minutes, parce qu’il y a là, je crois, un vrai enjeu pour l’avenir, que l’on soit dans l’Hexagone ou à l’étranger.

11Le travail pour faire émerger une science du patrimoine va de pair avec une approche du paysage ; il n’y a pas d’un côté le paysage, et de l’autre le patrimoine. Pour simplifier, je dirai ceci : « quel sens cela aurait-il de protéger un site archéologique, d’investir pour le restaurer, au milieu d’un paysage complètement dégradé » ? On voit bien que cela n’aurait pas de sens. De ce côté-là, toute la dimension environnementale vient épauler la protection, la valorisation par la recherche du patrimoine.

12Nous avons l’expérience que, parfois, les décideurs et les politiques font preuve de quelque naïveté à l’égard de ce que nous appelons « la carte archéologique ». La carte archéologique, que ce soit pour la France, l’Italie, ou n’importe quel pays du monde, c’est l’état de nos connaissances sur le patrimoine archéologique de la région concernée. Très souvent, on entendait dire, dans les années 2001-2003 : « quand aurons-nous une carte archéologique fiable de la France » ? Cela sous-entendait, pour ceux qui s’exprimaient ainsi, que lorsqu’on aura déterminé qu’il y a de l’archéologie ici ou là, on saura qu’entre les deux, il n’y a pas d’archéologie et que par conséquent, les grands travaux peuvent se développer librement, que les communes n’ont pas à s’en préoccuper. Il s’agit là d’une vision extrêmement naïve – enfantine même, permettez-moi de le dire – et très simpliste, pour une raison simple : l’archéologie, c’est la recherche et la compréhension de toutes les interventions humaines qui ont eu lieu sur notre territoire. Vous pouvez dire que c’est utopique. C’est en fait un enjeu, un challenge. Dans un pays humanisé comme le nôtre, il s’agit, bien entendu, de protéger les grands sites, de mettre en valeur les monuments prestigieux que nous avons (châteaux, palais, cathédrales), mais il s’agit – et là, la science archéologique internationale a acquis les moyens de le faire au niveau scientifique – d’arriver, le plus possible, à comprendre l’activité humaine sur ces territoires. On peut commencer par des actions modestes : le comblement d’un fossé, la plantation d’un pommier, le creusement d’une rigole ou d’un puits, le fossé que quelqu’un a creusé un jour pour y déposer un animal familier après sa mort. Tous ces gestes insignifiants en apparence sont, au niveau historique, les petits chaînons nécessaires pour comprendre et reconstruire l’activité humaine, la vie des hommes et leurs traces, même très faibles, dans le cours de l’histoire.

13Que cela se fasse par de grands décapages, dans le cas de l’archéologie préventive, que cela se fasse à la truelle dans le petit sondage de l’archéologie programmée – cette opposition est trop schématique, c’est pour aller vite que je dis cela, parce que l’archéologie préventive sait aussi, parfois, utiliser la truelle, et l’archéologie programmée devrait, de temps en temps faire de grands décapages –, ce sont des moyens variés pour arriver à un même objectif.

14Je n’ai pas le temps d’évoquer les territoires sous-marins. Vous savez que les grands enjeux aujourd’hui, et nous avons les moyens de les atteindre, sont d’avoir des cartes des épaves. Or, le seul obstacle pour « diffuser » les cartes des épaves, ou pour accélérer la recherche de celles-ci, c’est que nous avons peur de donner trop d’armes à la recherche clandestine et au démantèlement du patrimoine par les clandestins. Quand nous aurons des services qui pourront protéger suffisamment les espaces maritimes où nous travaillons, nous pourrons donner beaucoup plus de données au grand public qui, légitimement, mériterait de les connaître.

15Le futur est donc à une archéologie du territoire, dans un dialogue et un partenariat avec les collectivités territoriales, en évitant les micro-gestions de territoires. Récemment, en août 2010, une réglementation nouvelle est apparue pour un territoire qui m’est cher, la Sicile, et nous sommes très inquiets, parce qu’à partir du moment où des provinces sont mitées par des micro-territoires qui sont gérés directement, toutes les interventions politiques sont faites pour protéger tel ou tel électeur qui veut passer outre l’application de la loi : on voit bien que l’on est alors dans un cadre de démantèlement de la puissance étatique.

16Le milieu archéologique international a énormément évolué depuis un siècle. À l’époque, les consuls faisaient de l’archéologie dans tous les pays de la Méditerranée ; les diplomates étaient archéologues, à côté de voyageurs et d’antiquaires. Aujourd’hui, nous avons affaire à des anthropologues, à des carpologues, à des archéomètres, à toute une chaîne de spécialistes qui contribuent à des résultats plus performants.

17Nous avons un gros problème avec la formation des jeunes, dans la mesure où l’archéologie n’a jamais eu d’agrégation ; les archéologues, traditionnellement, passaient l’agrégation d’histoire, de grammaire ou de lettres classiques. Aujourd’hui, l’évolution des sciences et des savoirs fait que les jeunes archéologues performants ne peuvent plus passer ces concours, qui ne sont pas faits pour eux ; et avoir un double cursus ou une double formation est tout de même difficile de nos jours : outre l’absence de la sécurité de l’emploi, des post-doctorants, malgré dix ans d’investissement intellectuel après le baccalauréat, se retrouvent parfois en grande difficulté.

18Le retour sur la société, c’est la publication, et là nous avons aussi un problème particulier, parce que la manipulation des données est plus compliquée que dans les sciences exactes, pour une raison simple : les données ne se manipulent pas en laboratoire, elles ne se transportent pas facilement. Il faut aller les étudier sur les lieux, ou à proximité des lieux de découverte. Elles demandent des restaurations lourdes, qui durent parfois des années ; et les archives du sol sont plus difficiles à gérer que les archives de l’État.

19C’est aussi un métier difficile, physiquement, et c’est sûrement, dans le champ des sciences humaines et sociales, l’un des métiers les plus durs ; un archéologue qui travaille dix mois sur douze dans des pays à climat non méditerranéen le sait et en mesure l’impact sur sa propre santé. Cela a aussi des conséquences sur l’organisation du milieu.

20Je voudrais terminer par l’archéologie préventive. On a fait un grand saut en passant d’une archéologie de sauvetage à une archéologie préventive. L’archéologie de sauvetage, c’était la course derrière les bulldozers, alors que l’archéologie préventive, comme son nom l’indique, consiste à intervenir avant et non après la destruction ; et les résultats sont, bien entendu, plus performants. Ensuite l’archéologie préventive est déclenchée par un événement extérieur, comme la recherche médicale face à la maladie, et à partir d’une situation donnée qui met en place un certain nombre de questionnements pour résoudre le problème posé. L’archéologie préventive, elle aussi, construit un protocole de recherche ; c’est ce qui fait son importance et sa force.

21Il y a une archéologie qui est déclenchée seulement par des questionnements théoriques ; c’est une archéologie qui répond aux questionnements, les plus actuels, de la recherche. Le reste, la découverte, sporadique, c’est un épisode qui ravit les médias mais qui n’est souvent pour nous qu’une anecdote, et en aucun cas un modèle.

22Nous sommes donc un milieu qui, en quarante ou cinquante ans, a évolué très rapidement, et l’archéologie est une discipline qui, aujourd’hui, est inclassable dans les champs du savoir. Je ne vous ai pas parlé de ses rapports avec l’histoire, pour savoir en particulier s’il s’agit d’une discipline ou d’une sous-discipline. Toutes ces questions-là sont à mes yeux en grande partie formelles et donc complètement dépassées ; je regardais, ce matin, la liste des chaires du Collège de France, et rares sont maintenant celles qui calquent une discipline. Cette évolution-là, nous la connaissons aussi à l’intérieur de l’archéologie.

23Il nous faut surtout convaincre la société. L’archéologue ne peut pas être le « gendarme du patrimoine ». Nous n’avons pas de goût particulier pour cet exercice. La recherche archéologique et la protection, par la recherche, du patrimoine, qu’il soit français ou international, passe par l’adhésion de la société, par cette protection collective d’un bien qui est à tous.

Annexes

Table des illustrations

Titre Carte des chantiers de l’École française de Rome
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

Auteur

Directeur de l’École française de Rome

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter