Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

Patrimoine scientifique et nouvelles technologies

Nouveaux moyens, nouveaux financements, nouvelles problématiques en archéologie

Jean-Paul Demoule

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Parmi les plus récentes : Joëlle Burnouf et al., « L’archéologie en France 1995-2010 : “le tournant (...)

1L’archéologie, dans sa nature comme dans son fonctionnement, a connu au niveau mondial, mais plus encore au niveau français, un essor sans précédent durant les trois dernières décennies, marqué en particulier par le développement de l’archéologie préventive (naguère dite « de sauvetage ») qui a multiplié ses moyens par un facteur dix au moins. Cette évolution a fait l’objet de réflexions régulières de la part des archéologues1. Mais un bref et nouveau bilan dans le présent cadre, et selon le thème et le titre que m’ont proposé les organisateurs de ce colloque, est opportun.

L’archéologie comme science

2En tant que science, l’archéologie possède trois principales caractéristiques visibles :

  • Elle vise à retrouver, enfouis dans le sol, des vestiges des civilisations disparues, et à en assurer la conservation.

  • Elle doit, à partir de ces vestiges retrouvés, produire de la connaissance scientifique concernant ces civilisations.

  • Elle doit aussi diffuser de manière pédagogique ces connaissances auprès du public, sous la forme de musées, de livres ou de documents audiovisuels.

3En cela, l’archéologie ne diffère pas de n’importe quelle autre science. On pourrait argumenter qu’une partie de ses découvertes tient au hasard des travaux dans le sol, qui vont ré-exhumer des monuments et des objets depuis longtemps oubliés. Mais le hasard a aussi sa place dans les découvertes des autres sciences, d’Archimède à Newton ou Fleming. Et surtout, quelle que soit la manière dont des vestiges anciens parviennent à être connus, ils ne deviennent connaissance scientifique que s’ils sont incorporés dans une démarche, classique pour toute science, en six étapes :

  • La définition d’objectifs.

  • La collecte systématique des données pertinentes par rapport à ces objectifs – la fouille archéologique ne constituant que l’une des manières possibles pour ce faire.

  • La description homogène de ces données – à l’instar, par exemple, des systèmes descriptifs des physiciens ou des chimistes.

  • Le traitement de ces données pour leur donner un sens – l’archéologie a été la première, de toutes les sciences humaines et sociales à utiliser l’informatique, dès le début des années 1960, pour décrire et traiter de grandes quantités d’objets.

  • L’interprétation des régularités mises en évidence par ces traitements – souvent en termes de temps, d’espace ou de fonction : définition de phases chronologiques distinctes, d’ateliers stylistiques, de cultures, etc.

    • 2 Jean-Claude Gardin, Une archéologie théorique, Paris, Hachette, 1979.

    Et enfin des processus de validation des interprétations, qui resteraient sinon à l’état d’hypothèses : archéologie expérimentale, par exemple, pour déterminer la fonction d’objets anciens, etc.2

4Ainsi, l’archéologie fonctionne de manière analogue à n’importe quelle autre science « classique », mais elle possède aussi des caractéristiques spécifiques, liées à son mode d’insertion dans la société, qui la distinguent fortement :

  • L’archéologie est un métier qui produit du rêve et de la passion. Elle fait partie des métiers que les enfants rêvent de faire un jour – tout comme pompier, cosmonaute, infirmière, explorateur ou vétérinaire – même s’ils en reviennent ensuite, du moins pour la plupart, à des ambitions plus pragmatiques. Indiana Jones est un héros fort populaire, auquel il est facile de s’identifier. Et l’archéologie est souvent perçue et présentée dans les médias, mais pas seulement, comme une chasse aux trésors : en 2007 encore, les trois grandes expositions archéologiques visibles à Paris s’intitulaient : « Trésors engloutis de l’Égypte » (au Grand Palais), « Afghanistan, les trésors retrouvés » (au musée Guimet) et « L’or des Thraces » (au musée Jacquemart-André). Cette part de rêve qu’apporte l’archéologie pourrait aussi se retourner contre elle, puisqu’on pourrait alors lui dénier tout statut scientifique.

  • En revanche, l’archéologie est l’une des rares disciplines des sciences humaines qui ait droit de cité parmi les revues de vulgarisation scientifique (à la différence de l’ethnologie, de la sociologie, sans même parler de la philosophie), mais en partie pour de mauvaises raisons : notamment parce qu’elle utilise des méthodes empruntées aux sciences de la nature, ce qui n’en garantit pas pour autant la scientificité – on peut faire de l’astrologie par informatique. L’archéologie possède ainsi une fonction de « danseuse » dans ces revues, d’autant que ses textes doivent y être beaucoup plus accessibles pour l’ensemble des lecteurs que ceux des sciences dites « dures » dans ces mêmes revues.

    • 3 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales : Europe xviii-xxe°siècle, Paris, Le Seuil (...)

    L’archéologie, comme toute autre science, n’est pas neutre. Elle joue un rôle important dans la construction et l’entretien des identités et des mythologies nationales. Au cours du xixe siècle, les identités européennes se sont appuyées sur des fouilles, des sites et des musées pour s’ancrer dans un passé, réel ou imaginaire3. Aujourd’hui encore, en Inde, dans les Balkans, au Proche-Orient, etc., les mouvements nationalistes usent d’arguments fondés sur l’archéologie pour asseoir des revendications territoriales, souvent au prix de sanglantes conséquences.

  • Enfin l’archéologie assiste en permanence à la destruction, à un rythme qui va en s’accélérant, de ses objets d’étude, sous le coup du développement économique. C’est un cas rare parmi les sciences : les physiciens ou les chimistes ne manqueront jamais d’atomes (du moins pas avant quelques milliards d’années), ni les mathématiciens de nombres, ou les philosophes de concepts. Les biologistes ont cependant à faire face en partie à la diminution de la biodiversité, tandis que les ethnologues voient les populations traditionnelles disparaître et doivent se reconvertir en sociologues de certaines communautés au sein des pays industrialisés.

La négation du passé et la réforme de l’archéologie préventive

  • 4 Jean-Paul Demoule, « L’archéologie de la France : un refoulement national ? », in : Jean-Paul Demou (...)

5Ces différents points sont d’ailleurs étroitement liés. Au contraire de beaucoup d’autres nations européennes, l’archéologie n’a joué qu’un très faible rôle dans la construction de l’identité nationale française. Les véritables racines revendiquées par les élites de notre pays étaient celles de Rome, de la Grèce et de l’Orient, dont les objets trônent au musée du Louvre, dans l’ancien palais des rois de France, au cœur de la capitale et à l’exclusion de tout objet archéologique issu du sol métropolitain. C’est que les Gaulois furent vaincus, voire « civilisés » à en croire les manuels scolaires d’antan, par les Romains, puis que les Francs, ces Germains dont nous portons le nom, furent absorbés par la population soumise au point qu’ils en perdirent à leur tour leur langue et leur culture. Descendre d’ancêtres vaincus n’est guère glorieux pour une épopée nationale4.

6Aussi le passé matériel, enfoui dans le sol de la nation française, a-t-il été en quelque sorte refoulé, nié, et finalement ravagé pendant des décennies. Si le patrimoine est moins ce que l’on reçoit que ce que l’on transmet, on a plus détruit durant les soixante dernières années que pendant tous les millénaires antérieurs. Jusque dans les années 1980, les grands programmes autoroutiers n’ont été accompagnés d’aucune fouille préalable – alors que l’on découvre en moyenne un site archéologique important tous les kilomètres à l’occasion de la construction de nouvelles autoroutes. Même chose pour la première ligne de TGV, dont on célébrait pourtant en 2011 le trentième anniversaire. Et même chose, évidemment, pour les parkings souterrains, les lotissements, les zones industrielles et même l’agriculture intensive qui retourne profondément le sol. De fait, on aménage chaque année une surface de quelque 600 km2, soit 10 mètres carrés à la seconde, ou encore la surface totale d’un département français tous les dix ans… Sur ces surfaces aménagées, seulement 15 % environ font l’objet de sondages archéologiques préliminaires, et ce n’est que sur 4 à 5 % seulement que de véritables fouilles archéologiques sont effectuées – sur un potentiel estimé pour l’ensemble du territoire à plusieurs millions de sites archéologiques, dont seulement 600 000 sont déjà connus et identifiés.

7S’il y a bien un musée de l’archéologie nationale relégué à Saint-Germain-en-Laye, il est fort peu visité et fort peu doté en crédits, et aucun des « grands travaux présidentiels », institution devenue incontournable de la Ve République, ne s’est jamais proposé de le rénover ou d’en construire un nouveau. Le récent projet présidentiel de « Maison de l’histoire de France » ne prend d’ailleurs pas en compte l’archéologie. C’est pourquoi l’archéologie du territoire français est restée longtemps illégitime, relevant de la curiosité d’amateurs passionnés mais un peu de seconde zone. D’ailleurs, les tribunaux ont longtemps toléré les fouilles clandestines, au besoin aidées de détecteurs de métaux : ils estimaient que tout cela, officiel ou non, relevait d’un innocent passe-temps pas très sérieux. De fait, l’archéologie du territoire français fut jusqu’à la fin des années 1970 essentiellement bénévole, au rebours des missions à l’étranger. C’est pourquoi aussi il a fallu attendre si longtemps pour que la France se dote, en 2001 seulement, et au fil de crises et de rapports successifs, d’une législation appropriée qui oblige les aménageurs à financer les fouilles préalables aux aménagements et qui a créé un institut de recherche, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), doté de moyens conséquents pour réaliser l’essentiel des fouilles préventives – plus d’un siècle et demi après la fondation de l’École française d’Athènes…

  • 5 Jean-Paul Demoule et Christian Landes (dir.), La fabrique de l’archéologie, op. cit.
  • 6 France Normand et Alain Richard, « L’archéologie française en crise », La Recherche, septembre 1974 (...)

8Cette création n’a cependant pas résulté d’une volonté politique affichée par les gouvernements français successifs. Au contraire, et c’est l’une des grandes originalités de l’archéologie en France parmi toutes les autres sciences, elle a été l’œuvre des archéologues eux-mêmes, ceux du baby-boom et leurs successeurs, qui ne supportaient pas, à leur entrée dans la carrière, de voir l’essentiel du patrimoine archéologique partir en silence dans les bennes des camions et sous les lames des bulldozers5. Partant d’une situation de misère éclatante6, les jeunes archéologues ont mené des décennies de lobbying pour faire reconnaître la nécessité de protéger ce patrimoine en voie de rapide dégradation. Ceux du ministère de la Culture, en particulier, ont contraint peu à peu les aménageurs à participer au financement des fouilles nécessaires, en mêlant menace et persuasion, mais en dehors de toute base légale. Ainsi le nombre d’archéologues contractuels a cru peu à peu tout au long des années 1980 et 1990, employés par une agence de moyens du ministère de la Culture, l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan), transformée donc en établissement public en 2001. Dans le même temps, les crédits consacrés à l’archéologie de sauvetage, désormais appelée « préventive », étaient multipliés par un facteur cent. Ce sont donc aujourd’hui à peu près 200 millions d’euros, toutes institutions confondues, que la communauté nationale consacre à l’archéologie préventive, ce qui représente environ 90 %, en crédits et en résultats, de l’ensemble des fouilles sur le territoire français. Quant au nombre total d’archéologues professionnels français, qui était de 600 à peine en 1974, il peut être estimé aujourd’hui à 3 500 au moins, en progression régulière. Peu de sciences auront connu un tel développement !

9La loi de 2001, dans le droit fil de la convention européenne de Malte de 1992 sur la protection du patrimoine archéologique, stipule donc que l’aménageur finance les fouilles archéologiques préventives. Elle confiait la réalisation des fouilles à un établissement monopolistique, l’INRAP, qui devait s’associer aux autres institutions de recherche publiques intéressées par l’archéologie préventive (université, CNRS, services archéologiques de collectivités). Ce dispositif a été validé successivement par le Conseil constitutionnel français, puis par la Commission de Bruxelles (par un avis en date du 2 avril 2003).

Recherche scientifique et concurrence commerciale

10Toutefois, le changement de majorité politique de 2002 a conduit à le bouleverser. L’entrée en vigueur de la loi de 2001 avait fait passer sans transition les aménageurs d’un régime de persuasion à un régime d’obligation, transition qui n’avait pas été accompagnée, en raison des campagnes électorales alors en cours, d’un travail d’explication approfondie auprès des élus et des décideurs économiques. La nouvelle majorité parlementaire a donc remis en cause, dès l’automne 2002, la loi à peine entrée en application. Sans l’abroger, elle l’a modifiée en profondeur en 2003, en créant de toutes pièces et de manière artificielle un « marché » des fouilles, selon l’idéologie libérale en vigueur. L’aménageur était désormais chargé de mettre en concurrence les « opérateurs » de fouille, soit l’INRAP, soit des services archéologiques publics de collectivités territoriales (villes, communautés d’agglomérations, départements), soit – surtout – des entreprises commerciales privées.

11Ces dernières, jusque-là inexistantes en dehors de deux modestes structures, étaient désormais vivement encouragées. Leur création est certes soumise à un agrément du ministère de la Culture, mais dans des conditions très souples. Et pour leur permettre de se développer, le gouvernement plafonna les effectifs de l’INRAP, bridant ses capacités d’intervention – un comble par rapport au dogme de « la concurrence libre et non faussée » des idéologues bruxellois. Le ministère de la Culture intervint même à plusieurs reprises auprès des aménageurs pour leur conseiller de prendre d’autres « opérateurs » que l’INRAP. Et un certain nombre de dérives peuvent dès maintenant s’observer : fouilles inachevées, devis renégociés alors que le coût bas initial avait permis d’emporter le « marché » (pratique effectivement usuelle dans les travaux publics), infractions au droit du travail, etc. Là encore, certains agents du ministère de la Culture, au nom du principe du « diviser pour régner », ont parfois fait preuve d’une singulière inégalité de traitement entre ces entreprises privées et l’institut national – même si ces comportements ne sont pas la règle générale. L’ensemble de la communauté scientifique s’était élevé en 2003 contre ce dispositif, et en particulier le Conseil national de la recherche archéologique, que préside le ministre de la Culture7.

12Plusieurs constations peuvent donc être faites à ce stade, et dont certaines vont même au-delà de la seule situation de l’archéologie :

    • 8 Jean-Paul Demoule, « Archéologie préventive, recherche scientifique et concurrence commerciale », i (...)

    En effet, qu’est-ce qui, dans notre société et dans l’Union européenne, relève de l’intérêt général et qu’est-ce qui relève du marché ? Entre 1945 et 2010, la frontière s’est considérablement déplacée, y compris pour les fonctions régaliennes de la police et de l’armée. Ce débat n’a pourtant jamais eu officiellement lieu lors de la construction européenne, où de grands services publics communautaires unifiés auraient pu être conçus, pour les industries dites « de réseaux » (électricité, télécommunications, chemins de fer, etc.) par exemple. Or deux visions de la société s’affrontent en fait, de manière implicite : soit la société comme communauté de citoyens gérant en commun les biens collectifs nécessaires ; soit au contraire comme collection inorganisée d’individus consommateurs sans liens entre eux et de producteurs en compétition. Touchant l’archéologie, il s’agit de savoir si le patrimoine archéologique national est un bien commun dont la protection relève de la collectivité, ou bien si la fouille préventive est un service comme un autre, mettant en compétition des « opérateurs » au service de « clients » sur un « marché »8.

  • Or le choix de l’aménageur comme maître d’ouvrage repose sur une confusion, sinon un abus de langage : l’aménageur en effet ne souhaite pas acheter la « meilleure » archéologie possible, celle qui ferait avancer la connaissance scientifique, mais seulement l’entreprise la plus rapide et la moins chère. Le « marché » n’est donc nullement un garant de qualité scientifique, comme il peut ou pourrait l’être quant à la qualité technique d’une automobile, d’un poste de télévision ou bien d’un pont. La confusion est également entretenue entre la compétition scientifique, usuelle et normale entre équipes de recherche (et qu’aborde aussi ce colloque dans d’autres champs scientifiques), et la concurrence commerciale, qui n’a rien à voir.

  • Contrairement à ce qui était attendu, ces nouvelles entreprises privées d’archéologie semblent se révéler parfaitement « rentables », d’après les premiers bilans financiers disponibles. Elles dégagent des bénéfices avec une marge appréciable, notamment parce qu’elles interrompent la fouille dès que leur marge de rentabilité risque d’être atteinte, comme il a pu être déjà constaté à plusieurs reprises.

    • 9 Comme l’a rappelé Jean-Paul Clozel, ici même dans ce colloque, dans sa conférence « Recherche acadé (...)

    On objectera que la recherche n’est pas seulement publique et qu’une recherche privée, et rentable, existe bien évidemment. Toutefois, il s’agit normalement de recherche appliquée, à rentabilité immédiate. La recherche pharmaceutique ne s’intéressera jamais aux maladies dont les médicaments ne rapporteraient pas assez et dont les clients potentiels n’auraient pas le pouvoir d’achat suffisant9. De même, les entreprises privées d’archéologie ne s’attacheront pas à des problèmes trop longs à traiter, justement ceux susceptibles d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche. Les entreprises privées en général ont en effet des objectifs différents de ceux d’entreprises publiques, objectifs tournés vers le profit, ce qui n’a rien de répréhensible a priori, mais relève d’une autre logique dont les excès apparaissent régulièrement, des centrales nucléaires japonaises aux compagnies électriques californiennes, des chemins de fer britanniques aux banques de nombreux pays.

  • En outre, la recherche privée n’existe que là où un contrôle a posteriori de qualité est possible : efficacité d’un médicament ou d’une arme, solidité d’un pont ou d’un bâtiment scolaire, etc., ce qui n’est pas le cas pour une fouille archéologique où, une fois les opérations terminées, plus aucun contrôle n’est possible. Cela vaut plus encore pour les opérations dites « de diagnostics », c’est-à-dire les sondages préliminaires destinés à détecter l’existence d’un site. Cela est si vrai que la nouvelle loi de 2003 a réservé ces diagnostics préalables à des services publics (INRAP ou services de collectivités) afin d’éviter, comme le gouvernement l’a expliqué lors du vote de cette loi, que certaines entreprises privées ne se spécialisent dans le fait de ne pas trouver de sites.

  • Ces remarques ne relèvent nullement de fantasmes idéologiques. Là où une archéologie commerciale privée existe depuis un certain temps, comme dans les pays anglo-saxons mais aussi en Italie, s’est mise en place une archéologie à deux vitesses : d’une part une archéologie académique, universitaire, pauvre en crédits mais par compensation très productive en modèles théoriques éthérés ; d’autre part une archéologie commerciale très riche en crédits mais pauvre en productions scientifiques – au point que les archéologues privés sont très peu présents dans les congrès et les publications scientifiques.

  • Enfin ce caractère privé de l’archéologie s’appuie en partie sur une bizarrerie de la législation française sur l’archéologie, et qui remonte au régime de Vichy. À la différence de nombreux pays, en Europe ou ailleurs, la propriété des objets archéologiques appartient pour moitié au propriétaire du terrain, et pour moitié au découvreur. Si la loi de 2001 et ses amendements de 2003 ont apporté quelques améliorations (dans le cas de l’archéologie préventive, le « découvreur » est l’État), il est également urgent de réformer cet archaïsme.

Les institutions de l’archéologie : le paysage et son évolution

  • 10 Jean-Paul Demoule et al., Guide des méthodes de l’archéologie, op. cit.

13On voit donc, contrairement à l’image traditionnelle que l’on peut en avoir, que l’archéologie est à la fois une discipline en plein essor sur le plan des moyens et des budgets, mais aussi en situation instable sur le plan de son fonctionnement. Cette image est plus forte encore lorsque l’on considère l’ensemble des institutions parties prenantes de l’archéologie, qui révèlent un paysage complexe et éclaté10.

14Le CNRS (qui regroupe environ 500 personnes – chercheurs ou techniciens – dans le domaine de l’archéologie) a longtemps été l’institution de référence de la recherche française, enviée par de nombreux chercheurs étrangers. Depuis deux décennies pourtant, un mouvement se dessine pour aligner la France sur le modèle anglo-saxon, du moins tel qu’on l’imagine, où la recherche se fait dans les seules universités, lesquelles bénéficient de crédits publics ou privés, les premiers attribués par une agence nationale et divers intervenants. La création, en 2005, de l’Agence nationale de la recherche (ANR) fut une première étape en ce sens, suivie par la loi de 2007 « relative aux libertés et aux responsabilités des universités » (LRU) qui renforce en particulier les pouvoirs des présidents d’université, selon un modèle d’ailleurs assez éloigné de la réalité académique américaine, ainsi que par la création, en 2007 également, d’une agence d’évaluation distincte, dite « indépendante » et composée de membres nommés, l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES). Cette dernière se substitue aux évaluations par les pairs faites jusque-là par le comité national du CNRS, composé pour les deux tiers de membres élus.

  • 11 Stéphanie Thiébault, Archéologie environnementale de la France, Paris, La Découverte & INRAP, 2010.

15Dans la même perspective, le CNRS a fait l’objet en 2008 d’un éclatement en dix « instituts » autonomes, les sciences humaines étant regroupées à l’intérieur d’un unique Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS), à la différence des sciences « dures », qui bénéficient chacune d’un institut en propre, sans compter la physique, qui en possède deux à elle toute seule. L’archéologie se trouve désormais éclatée, les périodes classiques étant dans l’INSHS, mais les périodes préhistoriques et protohistoriques ayant été curieusement placées dans l’Institut écologie et environnement (INEE), compétent « dans les domaines de l’écologie et de l’environnement, incluant la biodiversité et les interactions hommes-milieux ». Attribution curieuse car les « interactions hommes-milieux » intéressent toutes les sociétés, et pas seulement les plus anciennes, l’archéologie environnementale ayant d’ailleurs connu un fort développement ces dernières années11. En fait, cet éclatement était jadis celui du xixe siècle, avec une archéologie des périodes antiques dans la tradition des humanités, menée dans le champ de l’histoire et de la philologie, et une archéologie préhistorique construite selon un modèle naturaliste et utilisant les méthodes des sciences naturelles. Pour l’archéologie, la situation actuelle et espérons-le provisoire, est donc une régression épistémologique.

16L’archéologie dans les universités françaises regroupe environ 250 enseignants-chercheurs et techniciens. Nos universités, on le sait, sont très peu dotées, très peu autonomes et n’ont guère de politique de recherche autre que la reconduction des équilibres disciplinaires acquis. Détricoter le CNRS au profit des universités pourrait ainsi paraître mettre la charrue avant les bœufs. Par ailleurs, les enseignements universitaires en archéologie n’ont pas encore pris complètement la mesure du marché réel de l’emploi, où l’archéologie préventive est de loin le débouché le plus important, et certains universitaires continuent, au nom des idées reçues, à traiter avec un certain mépris une activité archéologique qui a pourtant révolutionné leur discipline et qu’ils seraient d’ailleurs incapables de pratiquer eux-mêmes concrètement, tant par sa technicité et que par ses contraintes.

17L’archéologie au ministère de la Culture concerne d’abord, au sein de la direction générale des patrimoines, la sous-direction de l’archéologie. Celle-ci emploie environ 250 agents, essentiellement dans les Services régionaux de l’archéologie (SRA) des Directions régionales des affaires culturelles (DRAC). Ces services sont soumis à un double mouvement : d’une part un affaiblissement du siège national, qui compte très peu de scientifiques, d’autre part un renforcement paradoxal, à la faveur de la décentralisation, du pouvoir des préfets en région, dont dépendent aussi les DRAC. Les préfets ont de plus en plus tendance, par exemple, à contrecarrer les prescriptions de fouilles archéologiques de leurs propres services, s’ils les estiment contraires aux intérêts des acteurs économiques locaux. Par ailleurs, ce mouvement général de décentralisation des administrations nationales au profit des collectivités territoriales risque d’atteindre un jour l’archéologie. Déjà, l’Inventaire général du patrimoine culturel a été transféré depuis le ministère vers les régions. Si celles-ci recevaient un jour l’archéologie, les élus locaux, à la fois garants du patrimoine mais aussi aménageurs, se trouveraient placés dans une position manifeste de conflit d’intérêt. Il existe sinon dans les musées français une cinquantaine d’archéologues. À la différence de nombreux autres pays, les musées français jouent un rôle scientifique faible, notamment de par leur séparation d’avec les services patrimoniaux.

18L’Institut national de recherches archéologiques préventives est le principal employeur de l’archéologie métropolitaine, avec près de 2 000 archéologues, chercheurs et techniciens travaillant sur toutes les périodes. Il illustre ainsi l’unité de l’archéologie et intervient également à l’étranger. Nous avons évoqué plus haut les graves problèmes que pose l’introduction artificielle de la concurrence commerciale dans la recherche archéologique. Le financement même de l’archéologie préventive n’est, depuis plus de dix ans, toujours pas stabilisé. Il repose en partie sur une taxe qui a été sous-évaluée par rapport au chiffre visé (de l’ordre de 100 millions d’euros) et, malgré la modestie de ce chiffre au regard du budget de l’État et en dépit de multiples rapports concluant dans le même sens, sa réforme n’a toujours pas été engagée à cette date. Or cette taxe est destinée en particulier à financer les activités de recherches postérieures à la fouille et au rendu des rapports de fouille. Actuellement, le temps de travail consacré à la recherche ne dépasse guère 5 % à 6 % du temps de travail global des chercheurs de l’INRAP. Il est évident que l’enjeu in fine de l’archéologie préventive est bien de produire de la connaissance scientifique, et c’est sur cet objectif que l’ensemble du dispositif sera évalué. Financer la recherche à la hauteur des efforts consentis pour les fouilles est donc fondamental – et hors de portée, faute de temps et de moyens, des autres institutions, même si elles participent évidemment à cet effort.

19Les archéologues de collectivités territoriales (villes, départements, communautés d’agglomération) sont au nombre d’environ 700 et en régulière progression. C’est dire qu’ils constituent une part importante de la recherche archéologique métropolitaine. Ils constituent dans les faits une archéologie de proximité, assurent une bonne diffusion de l’archéologie locale auprès du public mais aussi auprès des élus, dont ils peuvent guider les choix. Leur répartition sur le territoire est très inégale, surtout concentrée dans le nord de la France, en Île-de-France et dans la région PACA. Ces services sont de taille très variable, d’une seule personne dans certaines villes, jusqu’à plus de 50, voire 100 personnes, pour la communauté d’agglomération de Douai, la ville de Chartres ou le service commun aux deux départements alsaciens par exemple.

20Les entreprises privées commerciales d’archéologie disent employer environ 300 archéologues. Il a été dit plus haut sur quel contre-sens reposait la notion d’entreprise privée dans le domaine de la recherche archéologique, et quelles dérives on pouvait constater dans les pays où elles ont été développées, dérives déjà perceptibles en France. Il est juste de dire que ne sont en cause, ni les salariés de ces entreprises, archéologues qui ne peuvent pas être employés par l’INRAP du fait du plafonnement des recrutements de ce dernier, ni même les responsables de ces entreprises, mais bien la logique même de ce système artificiel et imposé.

  • 12 Collectif, Archéologies : Vingt ans de recherches françaises à l’étranger, Paris, Maisonneuve & Lar (...)

21L’archéologie française à l’étranger comporte peu d’archéologues pérennes, ou plus exactement, elle emploie en permanence mais par roulement environ une cinquantaine d’archéologues. Elle repose sur trois niveaux d’organisation12 : les cinq grandes Écoles (Athènes, Rome, Le Caire, Madrid, École française d’Extrême-Orient) sous tutelle du ministère de la Recherche ; le réseau des Instituts français de recherche à l’étranger (Ifre), au nombre de 27 et dont une dizaine concerne plus directement l’archéologie ; et enfin les quelque 150 missions archéologiques annuelles à l’étranger, dirigées par des chercheurs appartenant à d’autres institutions (université, CNRS, ministère de la Culture, INRAP). La tendance a été sur le moyen terme à passer de missions de type « colonial » à de véritables opérations de coopération et de formation avec les chercheurs locaux, tandis que les aléas de la géopolitique ont vu varier considérablement, depuis trois décennies, le périmètre d’action de ces missions.

22Enfin, c’est pour mémoire qu’il faut mentionner les archéologues bénévoles. Ceux-ci formaient jusque dans les années 1970 la majorité des forces de l’archéologie métropolitaine sur le terrain, les archéologues professionnels se concentrant sur les fouilles à l’étranger. Avec la professionnalisation croissante de la discipline, notamment en archéologie préventive, le milieu des archéologues amateurs ne s’est pas renouvelé et a été progressivement marginalisé. Cela est dommageable, d’une part parce qu’a été ainsi rompu le lien avec les élus locaux, qui ont désormais ressenti l’archéologie comme l’une des contraintes étatiques. Mais surtout, d’autre part, parce que certaines parties de l’archéologie, comme la prospection, la surveillance de travaux d’aménagement ou même la diffusion auprès du public, peuvent être pratiquées par des bénévoles – comme c’est le cas, dans d’autres types d’activité, pour la météorologie ou l’astronomie. L’archéologie s’est ainsi privée de forces utiles, et a failli aussi à son rôle culturel et citoyen.

23On voit donc que ce paysage éclaté complique singulièrement l’exercice de la profession. Le projet d’un institut national d’archéologie, comparable à ce qui existe dans d’autres pays et qui réunirait les forces de l’INRAP, du CNRS, des instituts français à l’étranger, entre autres, a été posé à nouveau en 2008, au moment du découpage du CNRS. Il avait déjà été proposé il y a quatre décennies par Henri Seyrig, qui fut directeur de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth. Ce serait sans doute une solution efficace, gage d’économies d’échelle et de rationalité en termes de politique scientifique. Elle reste d’actualité.

  • 13 Katalin Bozoki-Ernyey (dir.), European Preventive Archaeology, Papers of the EPAC Meeting 2004, Vil (...)
  • 14 O. B. Ould Mohammed Naffé et al. (dir.), L’archéologie préventive en Afrique, enjeux et perspective (...)

24Si ce texte se concentre sur la France, c’est à la fois par manque de place et parce qu’on ne saurait étudier en détail l’organisation de l’archéologie dans l’ensemble du globe, même si on peut distinguer, dans les systèmes de recherche, ceux qui sont centrés autour d’instituts nationaux de recherche et ceux qui reposent sur les universités, ainsi que, pour l’archéologie, ceux où l’archéologie commerciale à pris de l’ampleur (pays anglo-saxons, Espagne, Italie) et ceux où elle occupe une place réduite, comme en Europe centrale et orientale. Il en existe néanmoins des bilans, au moins pour l’Europe13. Hors d’Europe, il faut rappeler que le pays industrialisé qui consacre le plus d’argent à son archéologie est le Japon, avec des moyens de l’ordre de cinq à dix fois ceux de la France et organisés autour des services archéologiques publics des départements. Si les pays émergents, tels la Chine ou le Brésil, font des efforts conséquents, la situation est en revanche dramatique pour les pays du Tiers-Monde, où les aménagements ravagent sans aucune précaution le patrimoine archéologique. Un colloque tenu en 2007 à Nouakchott en Mauritanie a lancé un appel en ce sens, afin que les principes de la Convention européenne de Malte puissent être, éventuellement sous l’égide de l’Unesco, étendus à l’ensemble du monde et en particulier pour que les grands travaux d’infrastructures financés par des instances internationales comportent obligatoirement un volet d’archéologie préventive14.

Nouvelles pratiques, nouvelles approches

  • 15 Patrice Brun et al. (dir.), « Une archéologie des réseaux locaux. Quelles surfaces étudier pour que (...)

25L’essor sans précédent de l’archéologie préventive a donc multiplié en trois décennies nos connaissances et nos résultats, tandis que les méthodes et les techniques ne cessaient de gagner en précision et en nouveauté. Elle a changé aussi notre manière de comprendre les sites qui, jusque-là, étaient abordés de manière séparée, en dehors de leur contexte. Avec la fouille préventive de grands espaces, de l’ordre parfois de plusieurs centaines d’hectares (usine Toyota à Onnaing, aéroport de Vatry près de Reims, zones industrielles comme la plateforme de Dourges, « Actiparc » à Arras ou le « parc technologique » de Troyes, tracés linéaires des autoroutes et des TGV, etc.), la conception traditionnelle de l’archéologie, attachée à des sites isolés et spectaculaires, a basculé vers une vision territoriale globale15. La surveillance systématique des vallées alluviales (Aisne, Oise, Marne, Seine) où s’étaient concentrées de tous temps les occupations humaines et où se multiplient désormais carrières de sables et urbanisation, permet d’appréhender l’occupation du paysage sur plus de dix millénaires, les pratiques culturales, la hiérarchie entre les habitats, les voies de communication, l’épuisement régulier des sols, etc. Dans la vallée de l’Aisne en particulier, un programme pionnier mené depuis quatre décennies a assuré la fouille systématique des sites au fur et à mesure de leur destruction et reconstitué tout le mode d’organisation du territoire depuis le début du néolithique jusqu’au Premier Moyen Âge.

26Ces nouvelles approches s’opposent donc aux anciennes, centrées sur un seul site coupé de son contexte. Elles répondent aussi aux objections régulièrement formulées par aménageurs et élus : « mais quand on a fouillé une ferme carolingienne, pourquoi faudrait-il en fouiller dix ? ». Ce n’est pas « La Ferme » carolingienne qui importe, mais les différences entre fermes, leurs modes d’implantation, leurs évolutions dans le temps, etc. Tout comme aux autres objections, certes plus triviales mais qui se rencontrent encore : « Votre site, ce n’est quand même pas Pompéi, ce n’est quand même pas la tombe de Néfertiti ! ».

27Reste que le débat n’est pas tranché, et dont la solution ne peut-être que politique, sur le bon niveau d’archéologie préventive dans notre pays. La réponse dépend en effet de trois facteurs distincts : la capacité économique du pays, les standards scientifiques de la fouille (lesquels augmentent régulièrement, comme il est naturel) et la demande sociale et culturelle. Puisque, on l’a vu, seule une partie des sites détruits chaque année font l’objet de fouilles préventives, la solution serait sans doute que les interventions soient systématiques, d’une part sur les sites dont l’existence est déjà connue, d’autre part sur de grandes fenêtres (de l’ordre de la centaine de kilomètres de côté) découpées dans le territoire, à l’instar de ce qui se fait en écologie sous la forme de « zones-ateliers ».

28Il a été rappelé plus haut que l’archéologie préventive représentait environ 90 % des fouilles en France, et dans la plupart des pays développés. C’est en effet une question de priorité, et même de déontologie : les moyens doivent d’abord se déployer sur les sites qui vont disparaître. Dans certains pays, comme la Hollande, il n’y a d’ailleurs pas d’autres fouilles d’autorisées que préventives. Il n’est cependant pas inutile que certains sites puissent être fouillés sans contraintes de temps, même si les budgets sont en général beaucoup plus faibles, car il est ainsi possible de mettre au point et d’expérimenter des méthodes nouvelles, et aussi de contribuer à la mise en valeur de sites préservés.

29Il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’insister beaucoup sur la batterie de méthodes et de techniques qui ne cessent de se développer dans le champ de l’archéologie. Les techniques de fouilles recourent de plus en plus à certains procédés mécaniques (mini-pelles, brouettes à moteur, tapis roulants, tamisage en batterie, etc.), tout comme les méthodes de détection des sites (prospection électro-magnétique, radar, lidar), ou encore les méthodes d’enregistrement (scanner, etc.) et les traitements informatiques et statistiques (sériations, classifications, analyse spatiale, systèmes d’information géographique, restitutions en 3D, simulations, modélisations, etc.). Physique et chimie enrichissent les méthodes de datation, de plus en plus affinées. L’analyse des provenances des matériaux (argile, pierre, métaux, etc.) permet de retracer les voies et modes de circulation des objets. Les sciences naturelles reconstituent l’environnement (botanique, zoologie, sédimentologie, climatologie, nutrition des hommes et des animaux par les analyses isotopiques, etc.) tandis que les migrations et mobilités anciennes peuvent être pistées par les analyses d’ADN ou encore du strontium des os.

30Bien sûr, ces méthodes en elles-mêmes ne constituent pas l’archéologie en science. Ce sont leur incorporation dans des raisonnements et des interprétations qui le permettent, de même que les archéologues doivent avoir les moyens de contrôler les démarches qui leur sont proposées, sauf à risquer parfois des déboires, comme cela a pu être le cas avec les datations par le radiocarbone ou encore la génétique. Il y a eu d’ailleurs des évolutions au cours des dernières décennies. Les années 1960-1970 étaient dans l’optimisme des apports nouveaux de la physique et de l’informatique, et les archéologues épris de modèles « durs », sur fond d’explications environnementales et économiques et de philosophie des sciences. Puis est venue, après certaines désillusions, la période post-moderne des années 1980-1990, avec l’introduction d’un certain relativisme culturel et une attention plus forte aux explications dans la sphère politique et idéologique. Enfin les années 2000, avec les angoisses écologiques, ont vu revenir, en archéologie comme ailleurs, une certaine part de déterminisme environnemental, sinon climatique, pour rendre compte des grandes ruptures historiques.

  • 16 Jean-Paul Demoule à par. « L’intégration interdisciplinaire en archéologie », in : Sophie Archambau (...)

31Mais les collaborations interdisciplinaires ne concernent pas que les sciences « dures ». Elles sont tout autant nécessaires et effectives, sans entrer dans le détail, avec de nombreuses sciences humaines et sociales, comme l’histoire, l’histoire de l’art, l’ethnologie, la géographie, la sociologie, la linguistique et même la psychologie16.

Nouvelles problématiques

32C’est pourquoi les problématiques et les résultats de l’archéologie, pour chaque période de l’histoire humaine, ne cessent de s’enrichir. L’arbre généalogique de l’humanité se complexifie au fil des années. Ce n’est que depuis mai 2010 qu’une question a été tranchée, et plutôt en opposition aux idées reçues : il y a bien eu des croisements entre l’homme de Néandertal, évolution locale en Europe des homo erectus africains, et l’homme moderne (homo sapiens) venu à son tour d’Afrique. Les premières formes d’activités symboliques ont reculé dans le temps, avec les blocs d’ocre gravés et les coquillages de Blombos en Afrique du Sud, la Vénus de Hohle Fels en Allemagne ou la grotte Chauvet en France. L’apparition de l’agriculture, cette « révolution » sans doute la plus décisive de l’histoire, est de mieux en mieux cernée dans la complexité des facteurs qui lui ont donné naissance, de manière indépendante dans plusieurs endroits du monde, tout comme les relations entre agriculteurs et chasseurs-cueilleurs, ou encore l’une des principales conséquences de cette révolution : la naissance de sociétés inégalitaires et hiérarchisées, et avec elles celle de la « servitude volontaire ». À partir de là, pourtant, les trajectoires divergent. Dans certaines régions, l’on débouche assez vite sur des civilisations étatiques et urbaines, comme en Mésopotamie, en Égypte, dans la vallée de l’Indus, puis en Chine, et finalement dans les Amériques. Dans d’autres, comme en Europe, on oscille entre des sociétés nettement hiérarchisées (mégalithisme atlantique, mondes minoen et mycénien, sociétés princières du Hallstatt) et des moments où les différences sociales s’estompent. L’Europe du premier millénaire avant notre ère elle-même évolue dans l’interaction entre trois « cercles » du sud au nord : celui des cités méditerranéennes, celui des principautés « barbares » (Ibères, Celtes, Macédoniens, Thraces, Scythes, etc.) avec qui elles échangent, et enfin celui des chefferies traditionnelles de l’Europe septentrionale. L’archéologie est également confrontée à la notion de « cultures » et de « peuples », lorsqu’elle commence, avec les premières sociétés historiques, à réfléchir sur l’approche des identités ethniques.

33Le développement des empires antiques, romain en particulier, est l’occasion pour l’archéologie d’observer les formes d’acculturation et de colonisation, les grandes évolutions économiques, la mise en place des nouveaux paysages ruraux et urbains, les crises qui marquent les difficultés puis la fin de ces empires. Quant au Moyen Âge, il permet aussi de poser la question des identités ethniques de la période des Grandes Migrations, que l’archéologie montre bien plus complexes et instables, notamment dans le domaine funéraire, que les textes le laisseraient croire avec leurs « peuples » que l’on imagine par anachronisme sur le modèle des États-nations modernes – de même que la lenteur de la christianisation, observable dans les tombes ou les habitats, contraste avec l’histoire textuelle officielle. Au-delà des textes, la plupart du temps partiels et partiaux, l’archéologie médiévale met aussi en évidence une première « révolution industrielle » qui contredit l’image d’un « âge sombre » et intermédiaire, tout comme elle permet de retracer le développement des villes, complétée par ce qu’on appelle l’« archéologie du bâti », c’est-à-dire l’étude architecturale des bâtiments en élévation.

  • 17 Joëlle Burnouf, L’archéologie médiévale en France. Le Second Moyen Âge (xiie-xvie siècles), Paris, (...)
  • 18 Florence Journot et Gilles Bellan (dir.), Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, (...)

34Les archéologues médiévistes sont ainsi parvenus à ce que l’étude des vestiges du Moyen Âge ne se réduise plus à celle des cathédrales et des châteaux, mais touche tous les domaines de la culture matérielle, les techniques, l’économie, les échanges, les manières de table, l’hygiène, l’alimentation, l’occupation du sol17 ; et, peu à peu, ces problématiques ont descendu le fil du temps et atteint l’histoire moderne et contemporaine18. Les fouilles préventives du Grand Louvre, sous la fameuse pyramide, ont marqué une date en révélant sur plusieurs hectares tout un quartier du Paris des xvie, xviie et xviiie siècles, comprenant aussi bien l’atelier de Bernard Palissy, les restes de la messagerie royale ou le pavillon des Gardes Suisses incendié en août 1792, que tous les témoignages sur la vie quotidienne des Parisiens, grâce en particulier à la fouille méticuleuse de leurs latrines. Dans le même temps, les archéologues anglo-saxons retraçaient les étapes de la colonisation américaine ou australienne en retraçant par les fouilles la vie des pionniers (historical archaeology), là où des textes faisaient la plupart du temps défaut, et cette archéologie coloniale se pratique maintenant aussi dans les départements et territoires d’outre-mer français, dans les plantations ou encore les cimetières d’esclaves, montrant l’état sanitaire et le mode de vie de ces derniers.

  • 19 William L. Rathje et Cullen Murphy, Rubbish ! The archaeology of garbage, Trade Paperback, Tucson, (...)

35De même est née l’archéologie industrielle, qui étudie ces installations du xixe siècle sur lesquels les textes sont souvent lapidaires, mais aussi du xxe siècle, au point que certains hauts fourneaux sont désormais classés « monuments historiques ». Mais aussi l’archéologie des conflits, y compris les plus récents, puisque de la « shoah par balles » jusqu’aux charniers des dictatures et des guerres civiles (Yougoslavie, Rwanda), les méthodes archéologiques permettent de retracer la réalité et le mode opératoire des massacres. Quant à l’étude de la vie quotidienne contemporaine, venue d’abord de certains sociologues comme Jean Baudrillard, elle a été elle aussi enrichie par l’archéologie, notamment celles des poubelles : ainsi l’enquête de William Rathje sur les poubelles de Tucson a éclairé les comportements de gaspillage d’une population américaine, variables d’ailleurs selon les classes sociales et en contradiction avec les enquêtes orales des sociologues19. Les archéologues se sont aussi intéressés à la culture matérielle des sociétés traditionnelles encore vivantes, par la démarche dite de « l’ethnoarchéologie ».

36Ainsi s’est peu à peu imposée une nouvelle définition de l’archéologie, non plus des études disparates des objets d’arts et des trésors anciens, non plus une discipline auxiliaire de l’histoire, mais une science unifiée et autonome des objets et des traces matérielles des sociétés humaines, quelle que soit leur ancienneté, et parallèlement aux autres sciences humaines (histoire, sociologie, psychologie, linguistique, etc.).

37De par cette nouvelle définition assumée, l’archéologie participe de tous les grands débats des sciences humaines, dans le cadre d’une science humaine totale, d’une « anthropologie » au sens propre, à laquelle elle est la seule à pouvoir apporter la profondeur du temps.

38Sans entrer dans le détail, nous pourrions ainsi citer par exemple :

    • 20 Stéphanie Thiébault, Archéologie environnementale de la France, op. cit.

    L’étude de la co-évolution sur le long terme des sociétés humaines et de l’environnement20, ce qui dans les débats actuels sur les changements climatiques et le rôle de l’homme dans la dégradation environnementale est pour le moins d’actualité. L’archéologie montre bien des cas, sinon de « suicides écologiques » (l’Île de Pâques, les Mayas), du moins de surexploitations et d’épuisements réguliers des sols, de seuils d’irréversibilité, mais aussi de résilience.

  • L’évolution sur le long terme des inégalités sociales, des hiérarchies, des violences intra- et intercommunautaires. De ce point de vue, la violence et l’inégalité appartiennent-elles à l’ordre normal des choses ou bien peut-on en dater l’émergence ? À quoi attribuer les « effondrements » qu’ont subis par le passé des sociétés étatiques complexes ? Pourquoi certaines trajectoires sont-elles continues et régulières, et d’autres sinusoïdales ou erratiques, sinon « chaotiques » ?

  • Comment l’archéologie, l’histoire et l’ethnologie convergent-elles pour définir (ou ne pas définir) les identités ethniques et leurs remodelages perpétuels, les cultures, les frontières politiques ou culturelles ?

  • Quelles sont les relations entre l’idéel et le matériel, entre ce qui relève des choix idéologiques et culturels et ce qui revient aux contraintes techniques, environnementales et économiques, dans le fonctionnement des sociétés, entre technique et culture, innovations et blocages ?

  • Que nous apprennent justement les images et les représentations sur le rôle de l’idéel, sur les relations avec le surnaturel, sur les transformations idéologiques qui accompagnent les transformations socio-économiques et politiques ?

    • 21 Paul Salmona et Laurence Sigal (dir.), Archéologie du judaïsme en France et en Europe, Paris, INRAP (...)
    • 22 La préhistoire des autres, colloque INRAP et musée du Quai Branly, 18-19 janvier 2011, publication (...)

    Comment l’archéologie permet-elle d’enrichir nos connaissances historiques sur des sociétés marginales ou marginalisées, comme les communautés juives d’Europe21, comme la présence médiévale arabe en Europe, comme les esclaves coloniaux déjà évoqués, ou encore, pour reprendre le titre d’un récent colloque, comment aborder « la préhistoire des autres », c’est-à-dire des sociétés non occidentales22 ?

    • 23 Cognitive archaeology, evolutionary archaeology : Sophie Archambault de Beaune et al. (dir.), Cogni (...)

    Dans le mouvement des sciences cognitives, l’archéologie apporte l’observation de l’évolution des capacités psychomotrices humaines sur la très longue durée, parfois aussi dans une perspective darwinienne évolutionniste et principalement dans les pays anglo-saxons23.

    • 24 Chris Gosden et al., Substance, Memory, Display. Archaeology and Art, Cambridge, McDonald Institute (...)

    Alors que les archéologues ont beaucoup lutté pour une autonomie de leur discipline vis-à-vis de l’histoire de l’art, dont elle n’était à l’origine qu’une branche, certains d’entre eux se retrouvent désormais aux côtés d’artistes contemporains comme Daniel Spoerri, Marc Dion ou Anne et Patrick Poirier, dans une même réflexion sur le vestige, la ruine, la mémoire24.

39Ainsi l’archéologie possède-t-elle, au sein des sciences, de nombreuses originalités. Elle est l’une des rares à avoir vu, dans les toutes dernières décennies, ses moyens, ses résultats mais aussi ses problématiques connaître un essor sans précédent et dont tous les effets ne se sont pas encore fait complètement sentir – essor obtenu de plus par les chercheurs eux-mêmes. Elle est sans doute aussi l’une des sciences qui pratiquent le plus l’interdisciplinarité, mais également l’une de celles dont l’intégration dans la société est la plus forte, par les enjeux conscients ou non dont elle est l’objet (de la construction et de la déconstruction des mythes nationaux jusqu’à la part de rêve ou de fantasme qu’elle suscite en chacun), par la relation entre les moyens de travail que la société lui donne et les demandes et attentes de cette société, par sa contribution à la réflexion sur le passé mais tout autant sur l’avenir des sociétés humaines. De ce point de vue, les archéologues ne peuvent œuvrer que s’ils sont capables de restituer au public le résultat de leur recherche. C’est parce que l’archéologie en France ne semblait d’aucune utilité sociale, réduite à un simple passe-temps bénévole, qu’elle fut longtemps perçue comme illégitime par les élites politiques et économiques françaises, et donc privée de moyens. Et c’est de la capacité des archéologues à prouver au corps social leur utilité, sans pour autant se faire les otages de revendications identitaires ou simplifier à outrance leur enseignement, que dépendront dans le futur les moyens de la discipline et la poursuite de son essor et de ses succès.

Bibliographie

Archambault de beaune Sophie, Coolidge F. et Wynn T. (dir.), Cognitive Archaeology and Human Evolution, New York, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Blancquaert Geertrui, Malrain François, Stäuble Harald et Vanmoerkerke Jan (dir.), Understanding the Past : a Matter of Surface-Area, Acts of the XIIIth session of the EAA Congress, Zadar 2007 ; British Archaeological Reports IS S2194, Oxford, 2011.

Boissinot Philippe (dir.), L’archéologie comme discipline ? Le Genre Humain, no 50, Paris, Éditions du Seuil, 2011.

Bozoki-Ernyey Katalin (dir.), European Preventive Archaeology, Papers of the EPAC Meeting 2004, Vilnius, Katalin, National Office of Cultural Heritage, Hungary & Council of Europe, Budapest, 2007.

Brun Patrice, Marcigny Cyril et Vanmoerkerke Jan (dir.), « Une archéologie des réseaux locaux. Quelles surfaces étudier pour quelle représentativité ? », Actes de la table ronde des 14 et 15 juin 2005, Châlons-en-Champagne, Les nouvelles de l’archéologie, no 104-105, novembre 2006.

Burnouf Joëlle, L’archéologie médiévale en France. Le Second Moyen Âge (xiie-xvie siècles), Paris, INRAP et La Découverte, 2008.

Burnouf Joëlle, Brun Patrice, de Cazanove Olivier, Demoule Jean-Paul, Étienne Roland et Valentin Boris, « L’archéologie en France 1995-2010 : “le tournant archéologique”, in : Jean-François Sirinelli, Pascal Cauchy et Claude Gauvard (dir.), Les historiens français à l’œuvre 1995-2010, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 95-130.

Collectif, Archéologies : Vingt ans de recherches françaises à l’étranger, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

Demoule Jean-Paul, « Archéologie préventive, recherche scientifique et concurrence commerciale », in : Pierre-Laurent Frier (dir.), Le nouveau droit de l’archéologie préventive, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 199-242.

Demoule Jean-Paul, « L’archéologie de la France : un refoulement national ? », in : Demoule Jean-Paul et Stiegler Bernard (dir.), L’avenir du passé, modernité de l’archéologie, Actes du colloque du Centre Georges Pompidou, Paris, La Découverte, 2008, p. 223-245.

Demoule Jean-Paul, « Bon anniversaire ! », 2011 :
http://jeanpauldemoule.wordpress.com/2011/02/20/bon-anniversaire

Demoule Jean-Paul, « Une science au carrefour des disciplines : L’archéologie du temps présent », Science au Présent 2011, Encyclopaedia Universalis, 2011, p. 237-246.

Demoule Jean-Paul à par. « L’intégration interdisciplinaire en archéologie », in : Archambault de Beaune Sophie (dir.), L’archéologie en mouvement. Hommes, objets, espaces et temporalités, Paris, Actes du colloque INSHS-CNRS, juin 2010 ; Paris, CNRS Éditions (à paraître en 2012).

Demoule Jean-Paul, Giligny F., Le Hroëff A. et Schnapp A., Guide des méthodes de l’archéologie (3e édition), Paris, La Découverte, 2009.

Demoule Jean-Paul et Landes Christian (dir.), La fabrique de l’archéologie, Actes du colloque organisé par l’INHA et l’INRAP, février 2008, Paris, Éditions de La Découverte, 2009.

Gardin Jean-Claude, Une archéologie théorique, Paris, Hachette, 1979.

Gosden Chris, DeMarrais Elizabeth et Renfrew Colin, Substance, Memory, Display. Archaeology and Art, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research, 2004.

Jasmin Mikaël et Norcia Audrey (dir.), Des temps qui se regardent. Dialogue entre art contemporain et archéologie, actes du colloque de l’INHA, 5-6 octobre 2009, Paris, La Part de l’œil, 2011.

Journot Florence et Bellan Gilles (dir.), Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, La Découverte et INRAP, 2011.

Malafouris Lambros et Renfrew Colin (dir.), The Cognitive Life of Things : Recasting Boundaries of the Mind, Cambridge, Mac Donald Institute for Archaeological Research, 2010.

Mithen S. J., Problem-Solving and the Evolution of Human Culture, Londres, Institute for Cultural Research, 1999.

Muscio Hernán Juan et Lopez Gabriel Eduardo José (dir.), Theoretical and Methodological Issues in Evolutionary Archaeology, Toward an unified Darwinian Paradigm / Questions théorétiques et méthodologiques en archeologie, vers un paradigme darwinien unifié, Oxford, British Archaeological Reports, International Series 1915, 2009.

Normand France et Richard Alain, « L’archéologie française en crise », La Recherche, septembre 1974, p. 754-762 (republié in : La Recherche, septembre 2004).

Nouvelles de l’Archéologie, Maison des Sciences de l’Homme (Paris) et Éditions Errance [principale revue professionnelle de l’archéologie, trimestrielle, depuis 1979].

Ould Mohammed Naffé O. B., Lanfranchi Raymond et Schlanger Nathan (dir.), L’archéologie préventive en Afrique, enjeux et perspectives, Actes du colloque de Nouachott, Saint-Maur des Fossés, Éditions Sépia, 2008.

La préhistoire des autres, colloque INRAP et musée du Quai Branly, 18-19 janvier 2011, publication en préparation : Nathan Schlanger et Anne-Christine Taylor (dir.), consultable sur : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Conferences-et-colloques/p-12271-La-Prehistoire-des-autres-Comment-l-archeologie-et-l-anthropologie-abordent-le-passe-des-societes-non-occidentales.htm

Rathje William L. et Murphy Cullen, Rubbish ! The archaeology of garbage, Trade Paperback, Tucson, University of Arizona Press, 1992.

Salmona Paul et Sigal Laurence (dir.), Archéologie du judaïsme en France et en Europe, Paris, INRAP et La Découverte, 2011.

Schlanger Nathan et Aitchison Kenneth (dir.), Archaeology and the global economic crisis—Multiple impacts, possible solutions, Bruxelles, Culture Lab Editions, 2010 : http://ace-archaeology.eu/fichiers/25Archaeology-and-the-crisis.pdf

Thiébault Stéphanie, Archéologie environnementale de la France, Paris, La Découverte & INRAP, 2010.

Thiesse Anne-Marie, La création des identités nationales : Europe xviii-xx°siècle, Paris, Le Seuil, 1999.

Annexes

Notes

1 Parmi les plus récentes : Joëlle Burnouf et al., « L’archéologie en France 1995-2010 : “le tournant archéologique”, in : Jean-François Sirinelli et al. (dir.), Les historiens français à l’œuvre 1995-2010, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 95-130.
Jean-Paul Demoule et al., Guide des méthodes de l’archéologie, Paris, Éditions de la Découverte (3e édition), 2009.
Jean-Paul Demoule et Christian Landes (dir.), La fabrique de l’archéologie, Actes du colloque organisé par l’INHA et l’INRAP, février 2008, Paris, Éditions de La Découverte, 2009.
Philippe Boissinot (dir.), « L’archéologie comme discipline ? », Le Genre Humain, no 50, Paris, Éditions du Seuil, 2011.

2 Jean-Claude Gardin, Une archéologie théorique, Paris, Hachette, 1979.

3 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales : Europe xviii-xxe°siècle, Paris, Le Seuil, 1999.

4 Jean-Paul Demoule, « L’archéologie de la France : un refoulement national ? », in : Jean-Paul Demoule & Bernard Stiegler (dir.), L’avenir du passé, modernité de l’archéologie, Actes du colloque du Centre Georges Pompidou, Paris, La Découverte, 2008, p. 223-245.

5 Jean-Paul Demoule et Christian Landes (dir.), La fabrique de l’archéologie, op. cit.

6 France Normand et Alain Richard, « L’archéologie française en crise », La Recherche, septembre 1974, p. 754-762 (republié in : La Recherche, septembre 2004).

7 Jean-Paul Demoule, 2011 : « Bon anniversaire ! ».

8 Jean-Paul Demoule, « Archéologie préventive, recherche scientifique et concurrence commerciale », in : Pierre-Laurent Frier (dir.), Le nouveau droit de l’archéologie préventive, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 199-242.

9 Comme l’a rappelé Jean-Paul Clozel, ici même dans ce colloque, dans sa conférence « Recherche académique et industrie biotechnologique » (non publiée). Les enregistrements audio/vidéo correspondants sont disponibles en annexe de la présente publication : http://conferences-cdf.revues.org/371#tocto1n3

10 Jean-Paul Demoule et al., Guide des méthodes de l’archéologie, op. cit.

11 Stéphanie Thiébault, Archéologie environnementale de la France, Paris, La Découverte & INRAP, 2010.

12 Collectif, Archéologies : Vingt ans de recherches françaises à l’étranger, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

13 Katalin Bozoki-Ernyey (dir.), European Preventive Archaeology, Papers of the EPAC Meeting 2004, Vilnius, Katalin, National Office of Cultural Heritage, Hungary & Council of Europe, Budapest, 2007.
Nathan Schlanger et Kenneth Aitchison (dir.), Archaeology and the global economic crisis—Multiple impacts, possible solutions, Bruxelles, Culture Lab Editions, 2010 : http://ace-archaeology.eu/fichiers/25Archaeology-and-the-crisis.pdf

14 O. B. Ould Mohammed Naffé et al. (dir.), L’archéologie préventive en Afrique, enjeux et perspectives, Actes du colloque de Nouachott, Saint-Maur des Fossés, Éditions Sépia, 2008.

15 Patrice Brun et al. (dir.), « Une archéologie des réseaux locaux. Quelles surfaces étudier pour quelle représentativité ? », Actes de la table ronde des 14 et 15 juin 2005, Châlons-en-Champagne, Les nouvelles de l’archéologie, no 104-105, novembre 2006.
Geertrui Blancquaert et al. (dir.), Understanding the Past : a Matter of Surface-Area, Acts of the XIIIth session of the EAA Congress, Zadar 2007 ; British Archaeological Reports IS S2194, Oxford, 2011.

16 Jean-Paul Demoule à par. « L’intégration interdisciplinaire en archéologie », in : Sophie Archambault de Beaune (dir.), L’archéologie en mouvement. Hommes, objets, espaces et temporalités, Paris, Actes du colloque INSHS-CNRS, juin 2010 ; Paris, CNRS Éditions (à paraître en 2012).

17 Joëlle Burnouf, L’archéologie médiévale en France. Le Second Moyen Âge (xiie-xvie siècles), Paris, INRAP et La Découverte, 2008.

18 Florence Journot et Gilles Bellan (dir.), Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, La Découverte et INRAP, 2011.
Jean-Paul Demoule, « Une science au carrefour des disciplines : L’archéologie du temps présent », Science au Présent 2011, Encyclopaedia Universalis, 2011, p. 237-246.

19 William L. Rathje et Cullen Murphy, Rubbish ! The archaeology of garbage, Trade Paperback, Tucson, University of Arizona Press, 1992.

20 Stéphanie Thiébault, Archéologie environnementale de la France, op. cit.

21 Paul Salmona et Laurence Sigal (dir.), Archéologie du judaïsme en France et en Europe, Paris, INRAP et La Découverte, 2011.

22 La préhistoire des autres, colloque INRAP et musée du Quai Branly, 18-19 janvier 2011, publication en préparation : Nathan Schlanger et Anne-Christine Taylor (dir.), consultable sur : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Conferences-et-colloques/p-12271-La-Prehistoire-des-autres-Comment-l-archeologie-et-l-anthropologie-abordent-le-passe-des-societes-non-occidentales.htm

23 Cognitive archaeology, evolutionary archaeology : Sophie Archambault de Beaune et al. (dir.), Cognitive Archaeology and Human Evolution, New York, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.
S. J. Mithen, Problem-Solving and the Evolution of Human Culture, Londres, Institute for Cultural Research, 1999.
Lambros Malafouris et Colin Renfrew (dir.), The Cognitive Life of Things : Recasting Boundaries of the Mind, Cambridge, Mac Donald Institute for Archaeological Research, 2010.
Hernán Juan Muscio et Gabriel Eduardo José Lopez (dir.), Theoretical and Methodological Issues in Evolutionary Archaeology, Toward an unified Darwinian Paradigm / Questions théorétiques et méthodologiques en archeologie, vers un paradigme darwinien unifié, Oxford, British Archaeological Reports, International Series 1915, 2009.

24 Chris Gosden et al., Substance, Memory, Display. Archaeology and Art, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research, 2004.
Mikaël Jasmin et Audrey Norcia (dir.), Des temps qui se regardent. Dialogue entre art contemporain et archéologie, actes du colloque de l’INHA, 5-6 octobre 2009, Paris, La Part de l’œil, 2011.

Auteur

Université Paris I, Sorbonne-Panthéon

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter