Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface


Texte intégral

1Madame la Rectrice déléguée pour l’Enseignement supérieur, la Recherche et l’Innovation de la région académique Île-de-France (Bénédicte Durand),
Monsieur le Président de l’École des hautes études en sciences sociales (Romain Huret),
Mesdames, Messieurs en vos titres et fonctions,
Chers collègues, chers amis,
Mesdames, Messieurs,

2Nous vivons actuellement le début d’une décennie où beaucoup de valeurs, que nous croyions acquises, sont mises en question, voire contestées : la démocratie, la liberté d’expression, la tolérance, l’approche scientifique du monde et de la société.

3Ces contestations proviennent surtout de courants populistes qui défendent des idées de nationalisme, de suprématisme, et de rejet d’une approche rationnelle de la réalité. Pour faire bref, on pourrait dire que c’est l’héritage des Lumières qui se trouve aujourd’hui questionné, voire rejeté.

4En même temps, on peut remarquer que les Lumières apparaissent souvent comme une notion aux contours assez flous. Leurs défenseurs s’y réfèrent de manière parfois un peu rituelle, comme à un élément fondateur des sociétés démocratiques modernes : c’est aux Lumières que l’on devrait notamment le respect des droits de l’homme, le principe d’une égalité devant la loi, celui d’une tolérance religieuse et morale, etc. Une telle conception patrimoniale des Lumières est certainement estimable, mais elle ne permet pas d’identifier avec précision ce qui constitue ce moment intellectuel fondamental dans l’histoire de la pensée et de la culture occidentales, bien qu’il existe des différences entre les Lumières françaises, l’Illuminismo italien, l’Enlightenment anglais ou écossais, ou encore l’Aufklärung allemande.

5Dans son acception métaphorique, le terme lumière a d’abord une origine religieuse et désigne la lumière d’origine divine : la lumière est cette illumination que Dieu apporte aux êtres humains lorsqu’il les éclaire de son esprit divin. Avec Descartes et Malebranche, cette lumière devient « naturelle », désignant la faculté propre à tout être humain de raisonner et de rechercher la vérité à la lueur de son seul entendement.

6En 1783 paraît, dans la Berlinische Monatsschrift, la contribution d’un pasteur du nom de Johann Friedrich Zöllner dans laquelle il pose la question « Was ist Aufklärung ? », question à laquelle Kant va répondre un an plus tard, en définissant l’Aufklärung, les Lumières, comme étant la sortie de l’être humain hors de l’état de tutelle ou d’immaturité dont il est lui-même responsable.

7Kant n’attribue pas aux Lumières une doctrine spécifique, mais l’idée d’une émancipation de l’esprit humain. La raison doit s’émanciper et revendiquer son droit à tout soumettre à son libre examen, sans se soucier des dogmes de l’Église ou de toute autre tradition. Cette définition laisse toute sa place à la diversité des options philosophiques au sein de la pensée des Lumières.

8Comme l’a remarqué Michel Foucault, le phénomène des Lumières comporte à la fois « des éléments de transformations sociales, des types d’institutions politiques, des formes de savoir, des projets de rationalisation des connaissances et des pratiques, des mutations technologiques qu’il est très difficile de résumer d’un mot1 ».

9Aujourd’hui, les Lumières sont mises en cause non seulement par des populismes nationalistes et réactionnaires, mais aussi par des milieux postmodernes, postcoloniaux qui considèrent que le rationalisme des Lumières fut hégémonique, impérialiste et colonialiste.

10La crise écologique est souvent expliquée comme le résultat d’une foi aveugle dans le progrès scientifique, dont les Lumières se seraient faites l’avocat.

11Ces stéréotypes ne sont guère utiles, et pour cette raison il a paru nécessaire aux professeurs du Collège de France de créer une chaire sur l’histoire des Lumières, une chaire qui n’est pas cantonnée au seul xviiie siècle, mais qui aborde aussi notre actualité, d’où l’intitulé « Histoire des Lumières, xviiie-xxie siècle ».

12Il ne s’agit nullement de glorifier les Lumières, mais de les comprendre dans leurs contextes, comme le dit le titulaire de cette chaire : « Le rôle de l’historien n’est pas de dire ce que doivent être des Lumières adaptées au xxie siècle, mais de montrer que, dans le passé, elles ont nourri des débats beaucoup plus riches et complexes que l’idée que l’on s’en fait parfois, et qu’il est possible de s’en inspirer aujourd’hui2. »

13Antoine Lilti est ancien élève de l’École normale supérieure (ENS) et agrégé d’histoire. En 2003, il soutient à l’université Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Daniel Roche, une thèse sur les salons parisiens au xviiie siècle. Il enseigne d’abord comme maître de conférences à l’ENS Ulm, puis comme directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à partir de 2011. Il a été professeur invité à l’université de Rio de Janeiro (2014), à la New York University (2017), à l’université Keio de Tokyo (2019) et à bien d’autres endroits.

14De 2006 à 2011, il dirige la rédaction de la revue Annales. Histoire, sciences sociales. Depuis 2013, il est directeur de la collection « L’épreuve de l’histoire » aux éditions Fayard. Il est l’auteur de trois livres : Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, qui a reçu deux prix ; Figures publiques : l’invention de la célébrité (1750-1850) (livre pour lequel il fut également couronné de deux prix) ; et encore L’Héritage des Lumières : ambivalences de la modernité3.

15Ses travaux portent sur l’histoire sociale, culturelle et intellectuelle des Lumières. Il a d’abord étudié les pratiques de sociabilité des élites aristocratiques et lettrées, puis s’est attaché à montrer l’émergence, au xviiie siècle, d’une forme nouvelle de reconnaissance, la célébrité, liée aux mutations de l’espace public et des identités individuelles. Depuis, son travail s’est élargi aux héritages multiples des Lumières depuis la Révolution française, et il continuera cet élargissement par ses recherches et ses cours ici au Collège de France. Ce soir, il ouvre son enseignement au Collège de France avec sa leçon inaugurale, intitulée Actualité des Lumières, et nous sommes impatients de l’entendre.

Notes de bas de page

1 Michel Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? » [1984], in : Dits et écrits (1954-1988), tome IV (1980-1988), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1994, p. 562-578.

2 Entretien avec Antoine Lilti mené par Emmanuelle Picaud, Collège de France, 21 novembre 2022 : https://www.college-de-france.fr/fr/actualites/tout-effort-des-lumieres-consiste-penser-les-contradictions-et-les-ambivalences-de-la-modernite.

3 Antoine Lilti, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005. Id., Figures publiques : l’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, coll. « L’épreuve de l’histoire », 2014 ; rééd. [sous le titre : L’Invention de la célébrité : 1750-1850] Fayard, coll. « Pluriel », 2022. Id., L’Héritage des Lumières : ambivalences de la modernité, Paris, Éditions de l’EHESS/Gallimard/Seuil, coll. « Hautes Études », 2019 ; rééd. Points, 2022.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.