Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

Les évolutions de la recherche. Nouveaux outils, nouveaux concepts

Sommes-nous enfin dotés d’un cérébrascope et si oui, pour quoi faire ?

Claudine Tiercelin

Texte intégral

  • 1 Comme en font la remarque Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, « fMRI : A Modern Cerebrasco (...)
  • 2 Voir en particulier Hilary Putnam, Representation and Reality, Cambridge, Mass., MIT Press, 1988 ; (...)
  • 3 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit.

1Il est de bon ton, depuis les années 1950, chez les philosophes des sciences et les philosophes de l’esprit, de faire l’hypothèse d’un « cérébrascope », d’une machine qui pourrait lire l’activité du cerveau en la corrélant à la cognition correspondante1. Les philosophes sont friands de ces dispositifs qui leur permettent, sans quitter leur fauteuil, de faire toutes sortes d’expériences de pensée – par exemple sur l’identité personnelle, ou encore sur l’identité d’une eau que l’on découvrirait sur Terre Jumelle et qui aurait toutes les caractéristiques de notre bonne vieille eau terrienne, à ceci près qu’elle ne serait pas composée d’H2O mais d’XYZ2. Si nous avions accès à nos neurones au moment où ils se déclenchent, nous disposerions de manifestations, voire de parallèles physiques de nos pensées, et, qui sait, peut-être aurions-nous alors accès pour de vrai à ces pensées elles-mêmes. Nous rêvons aux possibilités qu’offrirait la comparaison des outputs d’une machine de ce genre, appliquées à plusieurs individus ou encore à un seul, mais sur le long terme : nous saurions enfin si nous avons affaire à de multiples manifestations ou de la même pensée ou de pensées différentes, ou bien si, en fin de compte, chacune de nos pensées est totalement idiosyncrasique3. Or voici que, depuis peu, l’hypothèse a pris forme, la fiction est devenue réalité, et de quelle manière ! Certes, par l’observation de patients cérébrolésés en particulier, nous avions déjà une petite idée de la spécialisation fonctionnelle du cerveau et de ses zones d’activation en fonction de telles ou telles de nos pensées. Mais, jusqu’à une date récente, l’exploitation de ces données était malaisée et limitée.

2Des progrès majeurs ont désormais été réalisés grâce à l’électro-encéphalographie (EEG), à la tomographie par émission de positrons (TEP), à la magnéto-encéphalographie (MEG) et, plus encore, à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Il n’est plus seulement possible, par l’imagerie structurelle (IRM, scanner X), de produire des images « anatomiques » ou statiques très précises des structures cérébrales (matière grise et matière blanche) et, par là-même, de localiser des lésions cérébrales pour en poser le diagnostic et en déterminer les suites chirurgicales éventuelles. On peut désormais observer in vivo le cerveau engagé dans des activités cognitives telles que, par exemple, celle d’imagerie4 et obtenir, en quelque sorte, des cartographies du cerveau en fonctionnement. En règle générale, la méthode est simple : on fait effectuer une tâche cognitive à un individu, et l’on mesure le signal produit par l’activité cérébrale. Selon les techniques et les outils mathématiques employés, on peut alors retrouver avec plus ou moins de précision, quelle région du cerveau était particulièrement active à tel ou tel moment de la tâche cognitive5. En partant du principe que le cerveau n’est pas un organe homogène mais qu’il s’organise plutôt en régions spécialisées dans telle ou telle fonction, on peut, grâce à l’IRMf par exemple, montrer l’activité de ces différentes structures, non pas certes en observant directement les neurones (il est aujourd’hui impossible de descendre à cette échelle), mais en prenant au moins indirectement en compte l’augmentation locale et transitoire du débit sanguin consécutive à l’activité de telle ou telle région. En mesurant les changements constatables dans les réponses métaboliques de sujets occupés à telle ou telle tâche cognitive, la neuroimagerie fournit donc désormais un instrument rapide, sûr, non invasif et de haute résolution, qui nous permet, en quelque sorte, de regarder notre cerveau au travail ou, pour reprendre les termes de Stanislas Dehaene et Lionel Naccache, de mieux observer et comprendre notre « espace de travail neuronal global »6.

  • 7 Voir les travaux de Denis Le Bihan qui fut l’un des premiers à suggérer que l’IRM pourrait être uti (...)
  • 8 Voir en particulier les travaux de Stanilas Dehaene : sa leçon inaugurale (Vers une science de la v (...)
  • 9 P. Smith-Churchland, Neurophilosophy, Cambridge, Mass., MIT Press, 1986 ; traduction française sous (...)
  • 10 C’est-à-dire, en résumant les choses, à la double thèse suivante : 1) Les états mentaux sont totale (...)
  • 11 Tye Michael, The Imagery Debate, Bradford Books, The MIT Press, 1991.
    Pascal Engel, États d’esprit, (...)
  • 12 Colin Klein, « Philosophical issues in Neuroimaging », Philosophy Compass, vol. 5, no 2, février 20 (...)
  • 13 J. D. Greene et al., « An FMRI Investigation of Emotional Engagement in Moral Judgment », Science, (...)
  • 14 Adina Roskies, « Neuroscientific Challenges to Free Will and Responsibility », Trends in Cognitive (...)
  • 15 Sanfey Alan G. et al., « The Neural Basis of Economic Decision-Making in the Ultimatum Game », Scie (...)
  • 16 Todd A. Hare et al., « Self-Control in Decision-Making Involves Modulation of the VmPFC Valuation S (...)
  • 17 Dan Llyod, « Functional MRI and the Study of Human Consciousness », Journal of Cognitive Neuroscien (...)
  • 18 Martha J. Farah, « Emerging Ethical Issues in Neuroscience », Nature Neuroscience, vol. 5, no 11, 2 (...)

3On doit, comme on le sait, à cette combinaison de qualités, des avancées thérapeutiques considérables en médecine7. Sur le plan théorique, cela a fourni aux neurosciences cognitives des outils cruciaux, et renforcé les liens entre la psychologie cognitive et les modèles traditionnels des neurosciences8. Mais la neuroimagerie a aussi suscité un réel intérêt auprès des philosophes, et pas dans le seul courant de la neurophilosophie dont certains représentants, comme Patricia Smith-Churchland ou John Bickle9, sont spontanément favorables au matérialisme éliminatif10. Dans les années 1980-1990, elle avait fait l’objet de vives discussions sur les images mentales aussi bien auprès des cognitivistes qu’auprès des connexionnistes11, divisés entre un modèle « pictorialiste » de l’esprit (Kosslyn) et un modèle plutôt « descriptionnaliste » (Pylyshyn). Mais, comme y insiste Colin Klein12, la neuroimagerie semble aujourd’hui offrir aussi des voies prometteuses pour l’examen de problèmes philosophiques des plus traditionnels, qui ont trait, par exemple, à la délibération morale13, au libre arbitre14, au choix rationnel15, à la faiblesse de la volonté16, à la douleur, ou encore à la conscience17, en d’autres termes, à toute une série de questions dont les enjeux éthiques, juridiques et sociaux18 n’échapperont à personne.

4Cet espoir est-il ou non justifié ? Que peut-on attendre de façon raisonnable de la neuroimagerie ? Peut-on considérer, par exemple, que « l’IRMf est à la neuroscience ce que le télescope de Galilée fut à l’astronomie »19 ou que l’on est parvenu enfin à découvrir par observation directe la « boîte noire » de l’esprit20 ? En vérité, et même si elle suscite beaucoup d’espoirs, la neuroimagerie soulève aussi des interrogations sur le genre de preuves empiriques qu’elle produit, sur la manière dont elle le fait, et sur la légitimité des inférences qu’elle en tire. Je commencerai donc, dans ce qui suit, par noter quelques-unes des difficultés le plus souvent relevées à propos des objets et des méthodes de la neuroimagerie, lesquelles du reste ont pu conduire certains à conclure qu’en définitive elle ne révolutionnait rien du tout. J’indiquerai ensuite pourquoi on aurait tort de sous-estimer ses avancées thérapeutiques mais aussi théoriques, qui obligent à une réflexion aiguë sur la nature et la portée des enjeux épistémologiques et éthiques ainsi mis au jour, avant de suggérer, pour finir, quelques pistes qui mériteraient, à mon sens, d’être plus amplement explorées.

Difficultés théoriques et méthodologiques de la neuroimagerie

  • 21 Je me permets de renvoyer au traitement que j’ai mené de cette question dans « Le concept d’image »(...)
  • 22 Ludwig Wittgenstein, Philosophical Investigations, Oxford, Blackwell, 1953, p. 54 : « I see a pictu (...)
  • 23 « Ainsi, imaginer, c’est fixer l’esprit sur la chose ; penser, c’est viser non la chose elle-même, (...)

5N’importe quelle image, en tant que telle, présente des difficultés21. Et elles ne sont pas minces. Car une image n’est jamais qu’une image. Comme le rappelle Wittgenstein, si je vois une image représentant un vieil homme remontant le long d’une pente, appuyé sur un bâton, qu’est-ce qui m’empêche de penser qu’il est en train de la redescendre ? Tant que je n’ai pas la règle, l’image reste ambiguë22. Si j’énonce la proposition « l’homme remonte la pente », je supprime l’ambiguïté. Pas si je me contente de le dessiner. Charles Sanders Peirce avait beaucoup insisté sur ce point. Une image est bien, au même titre qu’un index ou un symbole, un signe. Mais c’est seulement renvoyé à son interprétation que le signe, en sa dimension d’image (ou d’icône) mais aussi en sa dimension indexicale, acquiert une valeur dénotative, donne une information, prend, en d’autres termes, son sens de signe. En elle-même, une image (pas plus d’ailleurs qu’un index) n’affirme rien. Elle indique, mais elle ne signifie pas. En même temps, l’image va toujours vers ce qui n’est pas elle. C’est ce que disait déjà Pierre Abélard, qui insistait sur le rôle médiateur de l’image. Lorsque je perçois une statue d’Achille, je ne la perçois pas en tant que chose mais en tant que ressemblance, parce qu’elle « oriente l’esprit vers l’Achille réel ». En d’autres termes, « je vise dans l’image autre chose » (aliud in ipsa attendo). Il s’effectue ainsi une sorte de visée à travers les images (attentio rerum per imagines) qui me fait passer du stade encore confus et « stupide » de l’imagination (où je me contente d’accueillir simplement la chose, sans considérer encore en elle nature ni propriété) à celui proprement dit de l’intellection (intellectus) ou de l’action de l’âme, qui « vise une chose imaginaire ou feinte que l’esprit fabrique, pour soi, quand il veut et telle qu’il la veut »23. On sait la fortune qu’aura cette analyse pour des auteurs comme Husserl ou Sartre, qui insisteront sur l’importance du remplissement de l’image par la visée intentionnelle de la conscience imageante. Mais, une fois de plus, pour qu’il y ait visée, encore faut-il en avoir la règle de traduction, que cette règle soit donnée par « une conscience imageante » ou par quoi que ce soit d’autre.

  • 24 Hilary Putnam, Reason, Truth and History, Cambridge, Cambridge University Press, 1981 ; traduction (...)

Une fourmi marche sur le sable. En se déplaçant, elle dessine une ligne. Elle trace des courbes, revient en arrière, de sorte que par un pur hasard son parcours finit par ressembler à une caricature de Winston Churchill. La fourmi a-t-elle dessiné un portrait de Winston Churchill, une image qui dépeint Winston Churchill ? La plupart des gens, après un instant de réflexion, diraient que non. La fourmi après tout, n’a jamais vu Churchill, ni même un portrait de Churchill, et elle n’avait nullement l’intention de dépeindre Churchill. La fourmi a simplement tracé une ligne (ce qui était déjà involontaire), une ligne que nous nous pouvons « voir » comme un portrait de Churchill24.

  • 25 Ibid., p. 13.

[…] Le seul fait de « ressembler » à Churchill ne fait pas du « dessin » un vrai dessin ni une représentation de Churchill. À moins que la fourmi ne soit intelligente (ce qu’elle n’est pas) ou qu’elle sache qui est Churchill (ce qu’elle ne sait pas), son tracé n’est ni un portrait ni une représentation de rien25.

  • 26 Ibid., p. 13-14.

[…] Supposons qu’il existe quelque part une planète sur laquelle des êtres humains ont évolué (ou ont été déposés par des extraterrestres, ou n’importe quoi d’autre). Supposons que ces êtres humains, qui sont par ailleurs semblables à nous, n’ont jamais vu d’arbres. Supposons qu’ils n’ont jamais imaginé d’arbres (les seules formes de vie végétale sur leur planète sont peut-être des champignons). Supposons qu’un jour un dessin d’un arbre est accidentellement déposé sur leur planète par un vaisseau spatial qui n’entre pas en contact avec eux. Imaginons-les en train de s’interroger sur le dessin. Qu’est-ce que ça peut bien être? Toutes sortes d’idées leur viennent à l’esprit. Un bâtiment ? Un baldaquin ? Un animal d’une espèce inconnue ? Mais supposons qu’ils ne se doutent jamais de la vérité. Pour nous, le dessin est une représentation d’un arbre. Pour ces humains, le dessin ne représente qu’un objet étrange, nature et fonction inconnues. Supposons que l’un d’eux, parce qu’il a regardé le dessin, entretienne une image mentale identique à une de mes images mentales d’un arbre. Son image mentale n’est pas une représentation d’un arbre. Ce n’est qu’une représentation de l’étrange objet (quel qu’il soit) que représente le mystérieux dessin26.

  • 27 Ibid., p. 15.

[…] Même un système de représentations vaste et complexe, verbal et visuel, n’a pas de rapport intrinsèque, incorporé, magique, avec ce qu’il représente – un rapport qui serait indépendant de la façon dont il a été produit, et de ce que sont les dispositions du locuteur ou du penseur. Et ceci reste vrai, que le système de représentations (les mots et les images, par exemple) soit physiquement réalisé – les mots étant écrits ou prononcés, les images étant des images physiques – ou qu’il soit seulement réalisé dans la pensée. Les images mentales et les mots pensés ne représentent pas intrinsèquement ce dont ils sont la représentation27.

6On ne le répétera donc jamais assez : l’image n’est pas la réalité. C’est même ce qui faisait dire à Sartre dans L’imagination (1936) et dans L’imaginaire (1940) que l’image est d’une « pauvreté essentielle », et que nous savons parfaitement faire la différence entre le Pierre qui est bien là en chair et en os devant nous et l’image de ce Pierre que nous renvoie la photographie accrochée au mur ou, désormais, la vidéo que nous passons de lui. Retenons donc de ces premières remarques, d’une part, que l’image n’est pas la réalité et, d’autre part, qu’elle n’est rien sans la règle qui permet d’en préciser la fonction, d’en donner la traduction ou, plus souvent encore, d’en proposer une interprétation.

7En tant qu’elles sont des images, les neuroimages n’échappent donc pas à la règle et ne sont pas à l’abri des difficultés que cela pose, en termes de traduction, de signification et d’interprétation qu’on peut être amené à en proposer. Mais les neuroimages en ont aussi d’autres, et qui leur sont propres. Prenons le cas d’une photographie. Celle-ci a toujours un lien causal, observationnel, qui la met en relation directe (aussi bien indexicale qu’iconique) avec une expérience. Il suffit d’ailleurs de se livrer au jeu des photographies presque identiques dont vous modifiez juste quelques détails pour vérifier ce type de présence. Dans le cas des neuroimages, au contraire, on a affaire aux produits de tests statistiques opérés sur la base de signaux, au demeurant fort bruyants et dont le décours temporel est complexe. De façon plus générale, lorsqu’on tente de mieux comprendre comment marche le cerveau et d’inférer, à partir de telle ou telle activité cognitive, telle ou telle fonction cérébrale, on se heurte à toute une série de problèmes méthodologiques qu’on peut, en suivant les suggestions de Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, résumer comme suit. Tout d’abord, peut-on dire tout de go que des facteurs BOLD sont la même chose qu’une « cognition » (au sens purement et simplement d’une « identification ») ? Les scientifiques s’appuient sur les augmentations locales de flux sanguin et sur les mesures d’oxygénation microvasculaire, qui sont ensuite reportées sous forme de changements d’intensité de pixel dans une image (ce qu’on appelle l’effet BOLD (Blood Oxygen Level Dependence).

  • 28 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 187.

[Mais] des changements d’intensité de pixel, de cohérence de phase de spin, une homogénéité locale du champ magnétique, des niveaux d’oxygène dans le sang, ou même une activité cérébrale locale ne sont de toute évidence pas la même chose que le fait d’avoir une pensée ou de faire telle ou telle expérience phénoménale. Même en admettant qu’il y ait des liens étroits entre des pensées et des changements de la chimie sanguine voisine, encore faut-il montrer très précisément en quoi consistent au juste et dans chaque cas ces connexions. Pour le moment, nous supposons juste la connexion mais sans l’adosser vraiment à des données réelles ou à une théorie détaillée28.

  • 29 Ibid., p. 186.

8Derrière tous ces principes, il y a l’idée que l’activation corticale est la cause de la vasodilatation, assortie d’une augmentation faible ou non concomitante de l’oxygène en train de se métaboliser. Par ailleurs, l’augmentation de l’intensité de l’image locale va énormément dépendre de l’architecture des vaisseaux concernés (de leur diamètre, de leur orientation, et de leur degré d’ouverture vasculaire). Or, que de tels présupposés soient parfaitement justifiés ou non est sujet à controverse29.

9Deuxième difficulté : nous avons dit que les images supposent une règle de traduction et d’interprétation. Dans les neuroimages, quelle est au juste la part de données et la part de manipulation (une image en haute résolution en exige beaucoup) voire de création des données ? Il y a tout un art pour faire les belles images colorisées de l’IRMf, mais il y a aussi tout un art pour interpréter ces images. Quelle part de l’artiste intervient au juste dans la création d’images douées de sens, c’est là une question que les neurosciences doivent encore se poser30. Pour mesurer à quel point les neuroimages sont « chargées de théorie »31, imaginons que nous cherchions à savoir, par cette technique, quelle partie du cerveau est concernée par le fait de penser à de l’argent. Pour ce faire, on a souvent recours en IRMf à la méthode dite de « soustraction », qui consiste à rechercher les différences d’activité cérébrale entre deux tâches, afin de mettre en évidence les aires cérébrales manifestant une activation propre à l’une des tâches effectuées. Imaginons donc qu’on fasse passer un scanner à des sujets au moment où ils vérifient leur compte bancaire et au moment où ils résolvent des problèmes arithmétiques aussi ardus mais dénués de toute connotation financière. Supposons que, sur l’image qui en résulte, nous voyions des aires actives uniquement au moment où le sujet est en train de vérifier l’état de son compte et que nous interprétions cela comme montrant la partie du cerveau engagée dans des réflexions de type financier. Cela suppose à l’évidence que l’image n’est interprétable que si l’on sait quelles tâches spécifiques sont effectuées et que si l’on fait certains présupposés sur le type de cognition à l’œuvre dans le modèle expérimental. Si, par exemple, vous n’estimez pas que le fait pour quelqu’un de vérifier son compte implique pour lui de penser à de l’argent, vous n’aurez alors aucune raison de penser que l’image montre des aires cérébrales engagées dans ce type de tâche. Or rien de tout cela n’est dit, à proprement parler, par l’image32.

  • 33 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 187.

10Troisième difficulté : l’usage de voxel (contraction de « volumetric pixel ») comme outil d’analyse est « très artificiel ». En quoi ce qui n’est somme toute qu’une unité de mesure d’images digitales est-il lié à quoi que ce soit de particulier et de réel dans le cerveau, bref nous assure que nous ayons « coupé la nature aux bonnes articulations »33 ?

  • 34 Ibid.

11Quatrième difficulté, sur laquelle Denis Le Bihan et Stanislas Dehaene ont souvent eux-mêmes insisté : celle qui a trait au décours temporel, qui est bien trop grand. En effet, les neuroimages ne montrent pas l’activité cérébrale comme telle, mais plutôt le résultat de l’activité et, qui plus est, d’une activité rapide du cerveau (les potentiels d’actions arrivent en millisecondes). Or cette temporalité est un obstacle, car la technologie n’enregistre pas de changements précis dans l’activation cérébrale ou le métabolisme ; elle fait des corrélations entre telle et telle augmentation du taux métabolique dans telle région du cerveau avec tel apport sanguin dans cette région. Même avec les équipements les plus rapides, ce que l’on peut encore au mieux mesurer, c’est une poignée de secondes. Comme on ne dispose que de clichés de la phase terminale, on a donc encore du mal à mesurer le temps que met la progression ou le calcul de la cognition34.

12Enfin, difficultés sur lesquelles tous s’accordent : celles qui ont trait à la méthode de soustraction à laquelle on a recours, et qui peut conduire à laisser de côté des données cruciales. Comment inférer à partir d’une zone sombre que la région n’est pas active, ou d’une zone lumineuse, au contraire, qu’elle l’est ? Est-il sûr que le cerveau ne fasse rien et ne continue pas à traiter de l’information sur le monde qui l’entoure, alors même qu’il ne s’active pas sur l’écran ? Comment conclure d’une tache sombre ou lumineuse que le reste du cerveau ne travaille pas35 ?

  • 36 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 187-188.

13À ces problèmes méthodologiques majeurs s’ajoutent des difficultés propres à l’analyse de certains phénomènes ; s’agissant par exemple de la douleur, celle-ci provoque une baisse globale du flux sanguin cérébral, ce qui induit des signaux statistiquement plus faibles et d’une durée moins constante que les taches que l’on voit pour analyser, par exemple, les phénomènes de vision : ils ont même tendance à disparaître avant la fin du stimulus. En outre, en raison de la proximité entre les récepteurs nociceptifs et tactiles, il est difficile de séparer le système de traitement de la douleur du système d’activation du système tactile ; en d’autres termes, de créer de la douleur sans toucher aussi le corps, ou sans que le sujet pense aussi à sa douleur lorsqu’elle survient. Enfin, on assiste à un éparpillement des cellules nociceptives dans le cortex sensitif, qui peuvent masquer la sensibilité des méthodes de soustraction36. D’où les résultats souvent contradictoires qu’on retrouve dans les études de l’IRMf et d’énormes différences individuelles dans les niveaux de douleur rapportés pour les même stimuli.

  • 37 Ibid., p. 184.
  • 38 Henri Kotobi (La Douleur dite « physique », trois tomes, Paris, L’Harmattan, 2009) considère pour s (...)

14Dans le même temps, en effet, on note assez peu de corrélations entre la nociception et la perception de la douleur : les interactions entre les systèmes de traitement et d’inhibition de la douleur font que nos sensations de douleur sont construites, en quelque sorte, en temps réel. L’effet que fait une douleur, si tant est qu’elle en ait un, dépend de la manière dont l’information nociceptive est intégrée dans l’environnement du cerveau – ce que les sujets croient, ce à quoi ils font attention, les émotions qu’ils ressentent, tout cela dépend aussi de l’environnement physique et social de l’organisme37. Certains vont même jusqu’à dire que n’importe quel événement, dans n’importe quelle aire du cortex, a le potentiel d’influencer la perception de la douleur. Ce qui permettrait d’aller dans le sens d’un certain nombre de faits cliniques « discordants », comme ceux que recense Henri Kotobi dans le beau livre qu’il consacre aux traitements contemporains de la douleur : effet placebo, hypnose, torture, douleur chez l’enfant, algohallucinose, automutilation, fakirisme, acupuncture, masochisme, douleur et sport, maladies « psychosomatiques », douleur du grand brûlé38. Ce sont des considérations de ce genre qui avaient pu conduire aux recommandations de l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), qui concluait en 1986 que :

  • 39 International Association for the Study of Pain (IASP), Classification of Chronic Pain, Description (...)

La douleur est toujours subjective. […] De nombreuses personnes rapportent de la douleur en l’absence de lésion tissulaire ou de toute autre cause pathophysiologique ; généralement, cela se produit pour des raisons psychologiques ; il n’y a habituellement aucun moyen de distinguer leur expérience de celle qui est due à une lésion des tissus, si nous tenons compte de ce qu’ils rapportent subjectivement. [… La douleur] est toujours un état psychologique39.

  • 40 Comme l’a bien montré Denis Le Bihan, ce qui apparait clairement quand on regarde les études d’imag (...)

15Face aux difficultés que l’on vient de résumer, certains en ont conclu que, si l’IRMf permettait assurément de faire voir bien des choses, elle ne disait pas finalement beaucoup plus que ce que l’on savait déjà par les investigations cliniques et la psychologie. S’agissant par exemple de la douleur, sans doute cela nous a-t-il permis de mieux identifier les mécanismes et les systèmes d’inhibition de la douleur, d’avoir un meilleur sens de la localisation des réseaux, et une confirmation de la manière dont les choses se passent, notamment de souligner à quel point on a affaire à un système éminemment distribué (qui inclut l’insula contralatérale, le cortex cingulaire antérieur, le thalamus, le cortex prémoteur, et le vermis cérébelleux)40.

  • 41 Murat Aydede (dir.), Pain, New Essays on Its Nature and the Methodology of Its Study, MIT, Cambridg (...)

16Mais les avancées de la science rendent aussi modeste. On sait mieux aujourd’hui combien est ardue la détermination des différents seuils douloureux : celui de la sensation, mais aussi celui de la perception, de la tolérance, ou encore de la tolérance avec encouragement. On sait mieux aussi combien il est difficile de trancher entre ces deux pôles que seraient la douleur somatique et/ou la douleur psychogène, et que le problème majeur est plutôt d’établir, pour la douleur d’une personne donnée, l’épaisseur des liens qu’entretiennent, dans la durée, ces deux pôles. Au cours des dix dernières années, c’est l’épistémologie de la douleur qui a pris le relais41, en soulignant les difficultés inhérentes à la définition scientifique de la douleur comme « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite dans les termes évoquant une telle lésion ». Entre autres : la douleur est-elle bien une « sensation » comme une autre ? Ne faut-il pas revenir sur le lien entre la douleur et son stimulus, sur le type d’état psychologique dont elle relève ? Certes, mettre la douleur sur le même plan que la sensation ou la perception permet d’intégrer la douleur dans une théorie plus générale. Mais cela va-t-il de soi ? Et, à supposer que la douleur soit une forme de perception ordinaire, restent les difficultés inhérentes à toute théorie de la perception (directe, indirecte). Que penser du contenu (représentationnel ou non) de la douleur ? Supposons que la douleur soit d’abord une émotion, cela la range-t-il nécessairement du côté du pur « affectif » ? Non, diront ceux qui soutiennent (et ils sont nombreux aujourd’hui) le caractère foncièrement cognitif de l’émotion. Même si on souligne l’aspect affectif, désagréable, de la douleur et son lien non nécessaire (ou indirect) avec tel endroit du corps, avec telle lésion ou tel stimulus, on voit mal comment la dissocier de toute localisation (je n’attends pas – du moins pas d’emblée – du médecin que je vais voir, avec un mal de dent, qu’il m’opère du pied…) : mais alors comment penser ce rapport ? On voit mal aussi comment ne pas soulever le problème méthodologique de savoir si l’on peut se fier à ce point à l’introspection (dont on a vu dans l’histoire les limites). Enfin, comment ne pas s’interroger sur les moyens dont on dispose pour analyser, de manière objective, le caractère qualitatif de la douleur (ainsi qu’en témoignent certaines explorations récentes menées du côté de l’approche « phénoménologique-expérientielle » par Donald Price ou Murat Aydede) ?

  • 42 M. Coltheart, « What has Functional Neuroimaging Told us about the Mind (so far) ? », Cortex, vol.  (...)

17Il est donc exact que plusieurs questions restent en suspens. Pourquoi une douleur chronique est-elle chronique (les céphalées) ? Qu’est-ce qu’une douleur céphalée ? Pourquoi une douleur dure-t-elle plus ou moins longtemps ? Certes, on voit mieux qu’il y a des différences réelles entre les cas, mais on ne parvient pas beaucoup mieux à comprendre pourquoi il y a tant de différences individuelles manifestes dans les rapports ou sensations de douleur entre les individus, pas plus qu’on n’a appris (on le savait déjà) que les émotions ou l’attention affectent la douleur : tout au plus peut-on dire que l’on voit mieux les effets de la douleur sur les différentes aires impliquées dans le réseau ; mais on peut se demander si l’on a fait beaucoup plus que coloriser la matière blanche et la matière grise ou le film en noir et blanc que l’on avait déjà. Pour le reste, il n’y a pas lieu de considérer qu’ait été accomplie une immense rupture conceptuelle et théorique avec ce que l’on savait auparavant42. Faut-il toutefois en rester à ce constat mitigé ?

18Ce serait assurément sous-estimer les progrès rendus possibles par la neuroimagerie, mais aussi se rendre coupable de ne pas mesurer la portée théorique, éthique et sociale qui est la sienne.

La portée thérapeutique, théorique et sociale de la neuroimagerie

19Sur le plan thérapeutique, tout d’abord, il serait irresponsable de minimiser le rôle crucial que joue la neuroimagerie dans le diagnostic. Qui songerait à contester les avancées de la science et de la société dans l’apprivoisement de la douleur : meilleure connaissance des mécanismes d’acheminement du message douloureux, conscience plus aiguë de l’importance des procédures de contrôle dans la modulation de l’influx nerveux, multiplication des théories (pattern périphérique, sommation centrale, portillon) ouvrant des voies thérapeutiques inédites et l’apparition conjointe des centres antidouleur, de la notion de multidisciplinarité en médecine, mais aussi de nouveaux concepts comme celui de pain clinic, inaugurant des modèles distincts de la guérison, selon qu’on en a une conception plutôt technique ou plutôt « gestionnaire ». Quiconque est attentif aux progrès intervenus dans le traitement de la douleur sait à quel point la neuroimagerie permet notamment de mieux comprendre des cas anormaux de douleur ou d’inhibition de la douleur, ce que ne pouvaient faire les physiologues et les neurologues avant de disposer des images. Ainsi, au lieu de reléguer systématiquement dans le domaine des maladies « psychosomatiques » ou des désordres mentaux les troubles d’un patient, on peut démontrer leur réalité, et ce n’est pas rien ! Il semblerait, par exemple, que la douleur chronique modifie le cortex de ceux qui souffrent43. On peut aussi voir une activité accrue dans le cortex frontal et cingulaire, et parfois dans le cortex insulaire et l’hypothalamus, ainsi que des différences dans la manière dont le thalamus ipsilatéral et contralatéral répond à la douleur chronique, par opposition à une douleur aiguë44. On ne sait pas encore à quoi correspondent ces différences dans le cerveau en termes de persistance de la douleur chronique ; mais le seul fait de savoir qu’il y a bel et bien des différences est une incitation pour les neurologues à poursuivre des explorations plus spécifiques chez les patients atteints de douleur chronique. Notons encore les progrès réalisés dans le domaine de l’hyperalgésie ou de la fibromyalgie. Dans chacun de ces cas, le scan de l’IRM nous a incontestablement appris quelque chose que nous ignorions auparavant et, en particulier, l’existence de réelles différences entre des patients qui souffrent et des sujets normaux, ouvrant ainsi la perspective de corrélations (aussi compliqué, variable et nuancé que soit le processus) avec les différences que l’on peut constater dans les comptes rendus ou autres indicateurs de la douleur.

  • 45 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 194. C’est un point qui a été énormément (...)

20La portée de la neuroimagerie ne s’arrête pas là. Comme on l’a vu, elle apporte de nouveaux éclairages sur la manière dont on doit comprendre un certain nombre de phénomènes et abandonner des modèles qui ne sont plus tenables. On sait mieux désormais pourquoi la douleur n’est pas un ensemble à double voie de circuits sériels, mais un réseau parallèle qui opère dans des portions significatives de l’esprit. Ce qui se passe dans le cortex lorsqu’on souffre est très compliqué, et les théories précédentes ne sont tout simplement plus adaptées aux données dont nous disposons. De même, les études d’imagerie rappellent à quel point les variations individuelles sont au moins aussi importantes que les points communs entre les sujets. On se tromperait donc gravement en les sous-estimant. Au passage, cela indique aussi que le modèle épistémologique à suivre pour la neuroimagerie sera sans doute un modèle qui devra moins s’attacher à des généralisations qu’à l’exploration de détails bien spécifiques aux individus examinés et, par là-même, que les théories des neurosciences n’auront peut-être pas les mêmes visées que celles des sciences physiques soumises au principe de clôture nomologique et causal du physique. Plus qu’à l’unification, elles devront s’attacher à la description de la manière dont des différences dans l’anatomie et la physiologie produisent des différences en termes de cognition et d’expérience45.

  • 46 Cité par Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 194-195.
  • 47 Voir notamment le numéro de Neuroethics mis en ligne en juin 2010 qui opposait les néo-wittgenstein (...)
  • 48 Carl F. Craver Carl et Robins Sarah K., « No Nonsense Neuro-Law » (une réponse à Pardo & Patterson) (...)

21Mais il serait aussi tout à fait irresponsable de se cacher les incidences éthiques, juridiques et sociales sur lesquelles certains ont aujourd’hui raison de mettre l’accent en alertant en particulier sur les utilisations (ou dérives) qui sont faites des progrès ainsi réalisés ; il suffit pour cela d’évoquer les nombreux débats qui se déroulent autour de la neuroéthique sur les risques suscités par une utilisation inconsidérée du détecteur de mensonge ou encore sur la manière dont on assiste, dans certains États ou pays, à un déplacement de la définition, par exemple, de la douleur. À la définition de la douleur par l’ASP (que nous avons évoquée plus haut) qui présente celle-ci comme étant « toujours subjective, toujours un état psychologique » et qui affirme que nous devons toujours identifier la douleur à partir de ce que les gens en disent et non à partir de la condition physique dans laquelle ils se trouvent, on a pu voir se substituer, en 2004, au niveau du National Research Council du Canada, Institute for Biodiagnostics, quelque chose de fort différent. Il était clairement indiqué que le but ultime de cet institut était de soutenir la neuroimagerie de la douleur et de « développer un instrument clinique de RM qui permette au clinicien d’établir […] si oui ou non un patient fait vraiment l’expérience de la douleur (soit de façon aiguë intermittente, soit de manière chronique) »46. La douleur, comme on le voit, est passée ici du stade de la description purement mentaliste (la douleur comme sensation subjective) à celui de la description purement physique (la douleur comme activité cérébrale). Idéalement, nous pourrions donc déterminer si les gens souffrent uniquement en fonction de ce qui se passe dans leur cerveau et non pas en fonction de l’expérience phénoménale qu’ils prétendent avoir. Ce changement d’approche représente évidemment une transformation complète de la manière dont nous pensons généralement à la douleur. Si quelqu’un affirme qu’il souffre, alors, considère-t-on généralement, il souffre : on est là en présence d’un principe quasiment analytique ; c’est en vertu de ce principe que Wittgenstein pouvait dire de quelqu’un qui dirait, non pas « j’ai mal » mais « je sais que j’ai mal », qu’il ferait un énoncé qui n’aurait pas de sens ou qui relèverait de l’erreur de catégorie. On n’utilise le terme de « savoir » appliqué à la douleur que de manière indirecte, lorsqu’il s’agit par exemple de répondre à quelqu’un qui met en doute votre douleur. On mesure sans peine ce que voudrait dire un tel changement de la définition ainsi proposée – en termes non seulement philosophiques mais éthiques, juridiques et sociaux – s’agissant, par exemple, de l’évaluation et du traitement dont pourraient faire l’objet des patients qui souffrent, dès lors qu’éprouver de la douleur et agir comme si on souffrait ne suffiraient plus pour bénéficier d’un traitement. On peut ainsi comprendre la réaction de ceux qui, fortement inspirés par des considérations comme celles que nous venons d’évoquer, s’opposent aux inférences souvent rapides que croient pouvoir tirer certains en s’appuyant sur les progrès rendus possibles par la neuroimagerie, en neuroscience ou dans une certaine psychologie cognitive, pour expliquer des phénomènes comme la faiblesse de la volonté, la prise de décision, le mensonge, le choix rationnel, la conscience ou la douleur47. Sans doute la voie est-elle ici étroite entre un certain rejet justifié du scientisme des premiers mais qui se fait parfois aussi au prix d’un certain néopyrrhonisme latent (qu’ont bien identifié Craver et Robins48) et le matérialisme de plusieurs partisans des neurosciences lorsque leur attitude s’approche moins du réel esprit scientifique (attentif, notamment, aux enseignements que l’on peut tirer de la psychologie cognitive, de la psychologie du développement, en collaboration étroite avec la philosophie des sciences et de l’esprit) qu’elle ne s’apparente à un éliminativisme pur et simple. Cette voie, il faut néanmoins la rechercher, et la rechercher ardemment, car il serait tout aussi irresponsable, sur le plan aussi bien personnel que social, de réduire le phénomène de la douleur à sa trace physique lumineuse sur un scanner (sans tenir aucun compte de l’effet que cela fait d’avoir mal) ou de s’appuyer sur cet unique engin pour « détecter » les menteurs (avec toutes les conséquences éthiques, juridiques et sociales qu’on peut imaginer), que de refuser de se ruer à l’hôpital le plus proche, alors qu’on vient d’être victime d’un accident vasculaire cérébral, sous prétexte qu’on jugerait « dénuées de sens » ou que l’on n’aurait pas confiance dans les récentes avancées théoriques et thérapeutiques spectaculaires qu’a permises l’IRM fonctionnelle. Aussi suggérerai-je pour finir quelques pistes à poursuivre dans cette direction.

Quelques suggestions sur les pistes à explorer

22De façon générale, les neuroimages nous montrent bien certains faits concernant des activations différentielles : qu’une région a été plus active qu’une autre dans telle situation plutôt que dans telle autre. Mais est-ce la meilleure preuve ou la seule dont nous disposions pour comprendre l’organisation cérébrale fonctionnelle ? Car, même si les régions cérébrales sont fonctionnellement spécialisées, elles interagissent aussi beaucoup entre elles ; ce pourquoi, du reste, on s’accorde à considérer que des combinaisons multiples et complexes de conditions (et de données quantitatives) seront nécessaires pour établir l’importance fonctionnelle de telle ou telle région du cerveau49.

  • 50 J. Fodor, The Modularity of Mind, Cambridge, MIT Press, 1983.
  • 51 Étienne Koechlin et Christopher Summerfield, « An Information Theoretical Approach to Prefrontal Ex (...)
  • 52 Jacqueline N. Wood et Jordan Grafman, « Human Prefrontal Cortex : Processing and Representational P (...)
  • 53 Tobias Egner, « Prefrontal Cortex and Cognitive Control : Motivating Functional Hierarchies », Natu (...)
  • 54 Cathy Price et Karl J. Friston, « Functional Ontologies for Cognition: The Systematic Definition of (...)
  • 55 Carl F. Craver, Explaining the Brain. Mechanisms and the Mosaic Unity of Neuroscience, USA, Oxford (...)

23En d’autres termes, que voulons-nous dire en affirmant que la neuroimagerie montre que tels processus cognitifs sont « associés » à telles aires cérébrales ? S’il est entendu, comme y a insisté Stanislas Dehaene, que nous sommes loin de la néophrénologie dont la visée serait de pure localisation, il reste à déterminer ce qui est au juste montré par la neuroimagerie : des corrélats neuraux de modules mentaux50 ? Auquel cas, cela signifierait que maintes aires cérébrales effectuent des calculs simples, informationnellement encapsulés et à visée spécifique. Mais, d’une part, la modularité est une thèse contestée et, d’autre part, il ne faut pas confondre localisation ou centres d’activation et modularité. Les centres d’activation peuvent parfaitement correspondre aux parties les plus actives d’un système distribué. Enfin, il n’est pas facile de déterminer ce qui est au juste indiqué par l’activation d’une région : par exemple, l’activité accrue du cortex préfrontal signale-t-elle une spécialisation de la région dans le traitement de certains types spécifiques d’information51, ou bien indique-t-elle que la région représente l’information pertinente pour la tâche52 plutôt qu’elle n’effectue un traitement spécialisé53 ? Dans bien des cas encore, les expériences de neuroimagerie attribuent non pas une mais plusieurs fonctions à une seule et même région. C’est le cas du gyrus fusiforme latéral postérieur gauche, que l’on a associé au traitement d’informations visuelles de formes de mots, à la détection des attributs visuels des animaux, à la désignation de couleurs, au décodage du Braille, à l’imagination d’objets, et à la prise de décisions d’agir sur des objets familiers54. Si on privilégie telle fonction en particulier, on commet une inexactitude : la région fait plus que cela. Mais si l’on dit qu’elle assure toutes ces fonctions, alors ce n’est guère éclairant non plus car, comme le remarque Colin Klein, le propre d’une bonne théorie, c’est d’unifier nos observations, voire de les hiérarchiser, autrement dit, de les décrire au niveau d’abstraction adéquat, non d’en dresser la liste55.

24Étant entendu que la neuroimagerie repose sur des interprétations de données et sur des inférences, il est donc souhaitable de chercher à progresser sur au moins trois fronts.

  • 56 Colin Klein, « Philosophical issues in Neuroimaging », op. cit., p. 192.

25(1) Il faudra tout d’abord être particulièrement attentif à la valeur épistémologique exacte des inférences que l’on estime possible de faire à partir des données dont on dispose. Quelle valeur théorique peut-on donner aux inférences que l’on peut faire relativement à ce qui nous est donné à voir ? Le philosophe des sciences et de la connaissance peut ici se révéler utile. Colin Klein a proposé, à cet égard, plusieurs suggestions intéressantes. Il fait tout d’abord remarquer qu’il est douteux que l’on puisse accorder à de telles inférences une valeur déductive, sauf à admettre des sortes d’invariants psychologiques permettant, par exemple, d’affirmer que telle ou telle région est activée si et seulement si un sujet est engagé dans une activité consciente de raisonnement. Or, comme on l’a vu, la même région du cerveau peut effectuer toute une série de fonctions différentes ; de plus, l’activité des régions cérébrales est souvent dépendante du contexte et peut être modulée en fonction d’autres tâches cognitives ; en d’autres termes, il n’y pas d’isomorphisme strict biunivoque entre la fonction cognitive et la structure cérébrale56.

  • 57 Ibid., p. 193.
  • 58 Ibid.

26Supposons que nous raisonnions à présent en nous appuyant sur des critères de cohérence et sur la valeur prédictive respective de plusieurs théories rivales, en cherchant à savoir laquelle est la meilleure. Malheureusement, cela voudrait dire qu’il est possible de faire des prédictions directes à partir de telle ou telles fonctions cérébrales ; par exemple, de s’appuyer sur le rôle du cortex préfrontal ventromédian dans le raisonnement moral pour prédire tels ou tels jugements émotionnels en réponse à des dilemmes moraux ou pour affirmer que ces jugements entrent en conflit avec des jugements plus utilitaristes, ou encore que le CPFvm (cortex préfrontal ventro-médian) est responsable de sentiments moraux prosociaux. Comme le note Colin Klein, ce sont là des théories à l’évidence distinctes, et aussi cohérentes les unes que les autres et en accord avec les données ; et l’honnêteté oblige à dire qu’il est impossible de trancher en faveur de l’une plutôt que de l’autre57. Cela n’a rien de surprenant : tout philosophe des sciences sait que, si l’on doit renoncer à toute théorie qui entre en conflit avec les faits (selon l’exigence falsificationniste), cette dernière ne permet pas en revanche de décider entre des théories qui n’ont pas été falsifiées : on peut même rendre la plupart des théories consistantes en ajoutant les hypothèses auxiliaires appropriées. À quoi il faut ajouter que « les neuroimages sont chargées de théories et que ces théories mêmes, qui sont testées, peuvent aussi être à l’origine des contrastes qui produisent les neuroimages elles-mêmes. L’effet de cette dépendance est encore mal compris. On ne peut donc estimer que les analyses en termes de cohérence, aussi populaires soient elles, constituent une base solide pour faire des inférences sur le fonctionnement cognitif »58.

  • 59 Ibid., p. 193-194.

27En revanche, une approche probabiliste de type bayesien semble plus prometteuse : dans une telle approche, on considère que des données de neuroimagerie D n’étayent une hypothèse H que dans le cas où cela rend plus vraisemblable le fait que cette hypothèse soit vraie ; en d’autres termes, H est étayée si et seulement s’il était plus vraisemblable que nous verrions des donnés D si H était vrai, que si H était faux. On attend d’une telle approche qu’elle rende informatives les données et nous aide donc à peser en faveur de telles hypothèses plutôt que de telles autres, en augmentant la probabilité d’une théorie relativement aux théories rivales. Cela permet enfin de tester plus finement la théorie psychologique, même si l’on ne doit jamais sous-estimer ni la difficulté qu’il y a à attribuer des probabilités relatives ni le fait que, si une telle approche est relativement convaincante pour le traitement d’informations sensorielles simples, elle l’est beaucoup moins pour des tâches cognitives plus complexes59.

28(2) En deuxième lieu, il n’est peut-être pas inutile de se pencher d’un peu plus près, de nouveau, sur l’importance et le rôle exacts des neuroimages en tant que ce sont des images tout court, avec tous les problèmes que nous avons évoqués, s’agissant de déterminer leur place dans le complexe symbolique général, et les confusions dont nous pouvons être victimes relativement à la force iconique ou indexicale qui est celle des images. Cela permettrait peut-être d’analyser plus précisément ce qui est en jeu lorsqu’on cherche, par exemple, à comprendre, ce qu’est une image mentale ou ce qui se passe au juste lorsqu’on s’interroge sur ce que voit quelqu’un qui a l’image mentale d’un chat. Dès lors qu’on est sorti d’une conception qui serait purement et simplement magique, quelle est la part d’information mais aussi de simulation ou de recréation de la fonction imageante ?

  • 60 Claudine Tiercelin, Le Ciment des Choses, op. cit., p. 156-186.

29(3) En troisième lieu, les difficultés d’analyse rencontrées rendent urgente une réflexion plus large sur le type de modèle épistémologique qui serait le plus approprié pour le travail à mener. Si les structures impliquées sont éminemment complexes, il faudra sûrement s’appuyer, plutôt que sur des généralisations, sur des analyses de détail, à l’inverse de ce à quoi on est habitué dans le domaine des sciences physiques. Il faudra aussi utiliser toutes les ressources des différentes sciences impliquées : neurosciences, psychologie cognitive, philosophie de l’esprit, métacognition, épistémologie. Il faudra enfin réfléchir au modèle réductionniste le plus adéquat pour faire face aux difficultés qui se présentent, en évitant aussi bien l’éliminativisme pur et simple que le repli systématique vers un consensus antiréductionniste mou60.

30Tout ceci nous permet de voir quelques pistes fructueuses se dessiner. Il conviendra de considérer que le travail de la neuroimagerie est plus un travail exploratoire que de confirmation ou d’infirmation des théories, où il s’agit davantage de creuser des hypothèses plutôt que de statuer sur des données. Partant, il serait imprudent de dire trop vite que telle ou telle théorie cognitive va opérer un découpage correct du monde mental : il n’est pas évident que le cerveau soit le miroir exact des articulations de notre esprit.

  • 61 Pascal Engel, « Niveaux du mental : subdoxa, doxa, metadoxa et surdoxa », in Élisabeth Pacherie et (...)
  • 62 John Bickle, Philosophy and Neuroscience : A Ruthlessly Reductive Account, Boston, Kluwer Academic (...)

31D’où l’importance d’une démarche qu’on pourrait qualifier de véritable ontologie cognitive exploratoire, qui consisterait à déterminer moins à quoi dans le cerveau correspond telle activité mentale que ce dont on parle lorsqu’on considère qu’il y a certains processus mentaux qui se déroulent61. Il me semble clair que ce genre d’ontologie cognitive reposera sur une tâche en partie empirique et en partie conceptuelle, beaucoup plus conforme du reste aux enseignements de la philosophie des sciences contemporaine, qui montre que le modèle de réductionnisme explicatif correct est beaucoup plus un modèle non pas éliminatif mais conservatif62 ; bref, qu’il y un mouvement de va-et-vient interthéorique entre les disciplines, qu’on voit déjà à l’œuvre, du reste, aussi bien chez les psychologues cognitifs que chez les philosophes des sciences et de l’esprit qui travaillent ensemble. Pierre Jacob écrivait en 2004 :

Les neurosciences n’ont pas vocation à satisfaire l’espoir chimérique des philosophes qui rêvent d’ériger une épistémologie révolutionnaire débarrassée des concepts généraux traditionnels comme ceux de savoir, science, théorie ou vérité63.

32Cette recommandation reste d’actualité. On a donc tout intérêt à envisager une collaboration interdisciplinaire dynamique entre les différents domaines du savoir (dont je n’exclus pas, on l’aura compris, les philosophes). Une collaboration qui devrait aussi bien, du côté des scientifiques, se méfier d’un certain impérialisme et de tentations éliminativistes, et, du côté des philosophes, d’une complaisance trop immédiate pour l’analyse conceptuelle a priori et l’antiréductionnisme systématique. Dans les deux cas, la règle commune sera d’éviter l’arrogance et le mépris mutuel, plus que ce n’est encore d’usage.

33Comme le note Glenn Harrison :

  • 64 Glenn W. Harrison, « Neuroeconomics : A Critical Reconsideration », Economics and Philosophy, vol.  (...)

Il est clair qu’il y a beaucoup de travail conceptuel à mener avant de faire chauffer le scanner64.

34Mais il est tout aussi clair, s’agissant des philosophes, qu’ils devront quitter de temps à autre leur fauteuil ou le Quartier latin pour rendre plus souvent visite, sans attendre la construction du métro, aux laboratoires du Neurospin de Saclay.

Bibliographie

Abélard Pierre, Die Logica Ingredientibus, in : Bernhard Geyer (éd.), Peter Abaelards philosophische Schriften, tomes 1-3, Münster, Aschendorffschen, 1919-1927 (en libre accès sous différents formats sur Internet Archive : http://www.archive.org/details/peterabaelardsph00abel). Traduction française : Abélard ou la Philosophie dans le langage, présentation, choix de textes et bibliographie par Jean Jolivet, Paris, Seghers, coll. « Philosophes de tous les temps », 1970.

Aydede Murat (dir.), Pain, New Essays on Its Nature and the Methodology of Its Study, MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 2006.

Baertschi Bernard, La Neuroéthique. Ce que les neurosciences font à nos conceptions morales, La Découverte, 2009.

Bechtel William, Mental Mechanisms : Philosophical Perspectives on Cognitive Neuroscience, Londres, Routledge, 2008.

Bechtel William, « Decomposing the Mind-Brain : A Long-Term Pursuit », Brain and Mind, no 3, 2002, p. 229-242.

Bechtel William, Mental Mechanism : Philosophical Perspectives on Cognitive Neuroscience, Londres, Routledge, 2008.

Bechtel William et Mundale Jennifer, « Multiple Realizability Revisited: Linking Cognitive and Neural States », Philosophy of Science, vol. 66, n° 2, juin 1999, p. 175-207.

Bickle John (éd.), The Oxford Handbook of Philosophy and Neuroscience, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Bickle John, Philosophy and Neuroscience : A Ruthlessly Reductive Account, Boston, Kluwer Academic Publishers, 2003.

Bouveresse Jacques, La Parole malheureuse, Paris, Minuit, 1971.

Bouveresse Jacques, Le Mythe de l’Intériorité, Paris, Minuit, 1976.

Camerer Colin, Loewenstein George et Prelec Drazen, « Neuroeconomics: How Neuroscience can Inform Economics », Journal of Economic Literature, vol. 43, no 1, 2005, p. 9-64 : http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.63.2976&rep=rep1&type=pdf

Coghill Robert C., Sang Christine N., Maisog Jose Ma., et Iadarola Michael J., « Pain intensity processing within the human brain : a bilateral, distributed mechanism », Journal of Neurophysiology, vol. 82, no 4, 1999, p. 1934-1943 : http://jn.physiology.org/content/82/4/1934.full

Coltheart, M. « What has Functional Neuroimaging Told us about the Mind (so far) ? », Cortex, vol. 42, no 3, 2006, p. 323-331.

Craver Carl F., Explaining the Brain. Mechanisms and the Mosaic Unity of Neuroscience, USA, Oxford University Press, 2007.

Craver Carl F. et Robins Sarah K., « No Nonsense Neuro-law » (a response to Pardo & Patterson), Neuroethics, publié en ligne le 16 juillet 2010 [doi:10.1007/s12152-010-9085-1].

Dehaene Stanislas, « La méthode de soustraction », in Dehaene Stanislas (éd.), Le cerveau en action. Imagerie cérébrale fonctionnelle en psychologie cognitive, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 97-123.

Dehaene Stanislas et Naccache Lionel, « Towards a Cognitive Neuroscience of Consciousness : Basic Evidence and a Workspace Framework », Cognition, no 79, 2001, p. 1-37 [doi:10.1016/S0010-0277(00)00123-2].

Dehaene Stanislas (éd.), Le cerveau en action. Imagerie cérébrale fonctionnelle en psychologie cognitive, Paris, Presses universitaires de France, 1997.

Dehaene Stanislas, Vers une science de la vie mentale, leçon inaugurale no 186, Paris, Collège de France / Fayard, 2006.

Egner Tobias, « Prefrontal Cortex and Cognitive Control : Motivating Functional Hierarchies », Nature Neuroscience, vol. 12, no 7, 2009, p. 821-822 [doi:10.1038/nn0709-821].

Engel Pascal, États d’esprit, Arles, Alinéa, 1992.

Engel Pascal, Introduction à la philosophie de l’esprit, Paris, La Découverte, 1994.

Engel Pascal, « Niveaux du mental : subdoxa, doxa, metadoxa et surdoxa », in Élisabeth Pacherie et Joëlle Proust (éd.), La Philosophie cognitive, Paris, Ophrys / MSH, 2004, p. 71-83.

Engel Pascal, « Qui a peur du réductionnisme? » préface à l’édition française de Jaegwon Kim, Philosophy of Mind (2e éd., Westview Press, 2006) : Philosophie de l’esprit, traduit de l’américain par David Michel-Pajus, Mathieu Mulcey et Charles Théret, Éditions d’Ithaque, 2008, p. ix-xvii.

Evers K., Neuroéthique : quand la matière s’éveille, Éditions Odile Jacob, 2009.

Farah Martha J., « Emerging Ethical Issues in Neuroscience », Nature Neuroscience, vol. 5, no 11, 2002, p. 1123-1129 [doi:10.1038/nn1102-1123] : http://repository.upenn.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1007&context=neuroethics_pubs

Fodor J., The Modularity of Mind, Cambridge, MIT Press, 1983.

Fodor J., The Mind Does’nt Work That Way, Cambridge, Mass., MIT Press, 2000 ; traduction française de Claudine Tiercelin : L’esprit, ça ne marche pas comme ça, Paris, Éditions Odile Jacob, 2003.

Friston Karl J., Price Cathy J., Fletcher P., Moore C., Frackowiak R. S. et Dolan R. J., « The Trouble With Cognitive Subtraction », Neuroimage, vol. 4, no 2, octobre 1996, p. 97-104 [doi:10.1006/nimg.1996.0033].

Greene Joshua D. et al., « An FMRI Investigation of Emotional Engagement in Moral Judgment », Science, vol. 293, no 5537, 2001, p. 2105-2108 [doi:10.1126/science.1062872].

Greene Joshua D., Nystrom Leigh E., Engell Andrew D., Darley John M. et Cohen Jonathan D., « The Neural Bases of Cognitive Conflict and Control in Moral Judgment », Neuron, vol. 44, no 2, 2004, p. 389-400 [doi:10.1016/j.neuron.2004.09.027].

Greene Joshua D., Sommerville R. Brian, Nystrom Leigh E., Darley John M. et Cohen Jonathan D., « An FMRI Investigation of Emotional Engagement in Moral Judgment », Science, vol. 293, no 5537, septembre 2001, p. 2105-2108 [doi:10.1126/science.1062872].

Hardcastle Valerie G. et Stewart C. Matthew, « fMRI : A Modern Cerebrascope ? The Case of Pain », Oxford Handbook of Philosophy and Neuroscience, Oxford University Press, 2009, p. 179-199.

Hare Todd A., Camerer F. Colin et Rangel Antonio, « Self-Control in Decision-Making Involves Modulation of the VmPFC Valuation System », Science, vol. 324, no 5927, 2009, p. 646-648 [doi:10.1126/science.1168450].

Harrison Glenn W., « Neuroeconomics : A Critical Reconsideration », Economics and Philosophy, vol. 24, no 03, novembre 2008, p. 303-344 [doi:10.1017/S0266267108002009].

Henson Richard, « What can Functional Neuroimagining Tell the Experimental Psychologist ? », Quarterly Journal of Experimental Psychology, section A : Human Experimental Psychology, vol. 58, no 2, 2005, p. 193-233 [doi:10.1080/02724980443000502].

Hohwy Jacob, « The Search for Neural Correlates of Consciousness », Philosophy Compass, vol. 2, no 3, mai 2007, p. 461-474 [doi:10.1111/j.1747-9991.2007.00086.x].

International Association for the Study of Pain (IASP), Classification of Chronic Pain, Descriptions of Chronic Pain Syndromes and Definitions of Pain Terms, rapport publié dans la revue Pain, supplément no 3, 1986, p. 1-225.

Jacob Pierre, « Philosophie et neurosciences : le cas de la vision », in Élisabeth Pacherie et Joëlle Proust (éd.), La Philosophie cognitive, Paris, Ophrys / MSH, 2004, p. 201-221.

Jacobs A., « Do I Love My Wife ? An Investigative Report », Esquire, 18 mai 2009, p. 120-125. Version électronique : http://www.esquire.com/features/mri-of-love-0609

Klein Colin, « Philosophical issues in Neuroimaging », Philosophy Compass, vol. 5, no 2, février 2010, p. 186-198 [doi:10.1111/j.1747-9991.2009.00275.x].

Koechlin Étienne et Summerfield Christopher, « An Information Theoretical Approach to Prefrontal Executive Function », Trends in Cognitive Sciences, vol. 11, no 6, juin 2007, p. 229-235 [doi:10.1016/j.tics.2007.04.005].

Kotobi Henri, La Douleur dite « physique », trois tomes, Paris, L’Harmattan, 2009.

Le Bihan Denis, « L’imagerie fonctionnelle par résonance magnétique », in Dehaene Stanislas (éd.), Le cerveau en action. Imagerie cérébrale fonctionnelle en psychologie cognitive, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 57-70.

Le Bihan Denis, « Voir le cerveau penser », UTLS, Paris, France, 26 octobre 2002 : http://www.tous-les-savoirs.com/index.php?op=conferenciers&f=441&a=video

Le Bihan Denis, « The Wet Mind : Water and Functional Neuroimaging », Physics in Medicine and Biology, vol. 52, no 7, 2007, p. R57-R90 [doi:10.1088/0031-9155/52/7/R02].

Le Bihan Denis, « Intravoxel Incoherent Motion Perfusion MR Imaging : A Wake-up Call », Radiology, vol. 249, no 3, 2008, p. 748-752 [doi: 10.1148/radiol.2493081301].

Le Bihan Denis, « See the thinking brain : a story about water », Bulletin et mémoires de l’Academie royale de médecine de Belgique vol. 163, no 1-2, 2008, p. 105-121 ; discussion p. 121-122.

Le Bihan Denis, « Le crâne de cristal », Université Lumière Lyon 2, 18 septembre 2008 : http://www.univ-lyon2.fr/actualite/podcasts/le-crane-de-cristal-342170.kjsp

Le Bihan Denis, « L’importance de l’eau dans les milieux biologiques », Académie des sciences, Paris, 31 mars 2009 : http://www.canalacademie.com/L-importance-de-l-eau-dans-le.html

Le Bihan Denis, Poupon Cyril, Amadon Alexis et Lethimonnier Franck, « Artifacts and pitfalls in diffusion MRI », Journal of Magnetic Resonance Imaging, vol. 24, no 3, 2006, p. 478-488 [doi:10.1002/jmri.20683].

Le Bihan Denis (éd.), Magnetic Resonance Imaging of Diffusion and Perfusion : Applications to Functional Imaging, Lippincott-Raven Press, New York, 1995. 

Lieberman Matthew D., « Social Cognitive Neuroscience : A Review of Core Processes », Annual Review of Psychology, vol. 58, 2007, p. 259-289 [doi:10.1146/annurev.psych.58.110405.085654].

Llyod Dan, « Functional MRI and the Study of Human Consciousness », Journal of Cognitive Neuroscience, vol. 14, no 6, 2002, p. 818-831, [doi:10.1162/089892902760191027].

Moll Jorge et De Oliveira-Souza Ricardo, « Moral Judgments, Emotions and the Utilitarian Brain », Trends in Cognitive Sciences, vol. 1, no 8, 2007, p. 319-321 [doi:10.1016/j.tics.2007.06.001].

Pacherie Élisabeth et Proust Joëlle (éd.), La Philosophie cognitive, Paris, Ophrys / MSH, 2004.

Pardo Michael S. et Patterson Dennis, « Minds, Brains, and Norms », Neuroethics, publié en ligne le 20 juin 2010 [doi:10.1007/s12152-010-9082-4].

Peirce Charles Sanders, « Questions Concerning Certain Faculties Claimed for Man », Journal of Speculative Philosophy2, 1868, p. 103-114 ; traduction française de Claudine Tiercelin : « Questions concernant certaines facultés que l’on prête à l’homme », in Tiercelin Claudine et Thibaud P. (dir.), C. S. Peirce. Œuvres philosophiques, volume 1 : Pragmatisme et pragmaticisme, Paris, Cerf, 2002, p. 15-35.

Price Cathy J. et Friston Karl J., « Cognitive Conjunctions : A new approach to Brain Activation experiments », Neuroimage, vol. 5, no 4, mai 1997, p. 261-270 [doi:10.1006/nimg.1997.0269].

Price Cathy J. et Friston Karl J., « Functional Ontologies for Cognition: The Systematic Definition of Structure and Function », Cognitive Neuropsychology, vol. 22, no 3, 2005, p. 265-267 [doi:10.1080/02643290442000095].

Price D. et Aydede M., « The Experimental Use of Introspection in the Scientific Study of Pain and its Integration with Third-Person Methodologies : The Experiential-Phenomenological Approach », in : Aydede Murat (dir.), Pain, New Essays on Its Nature and the Methodology of Its Study, MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 2006, p. 243-274.

Price D. et Aydede M., « Introspection and Unrevisability : Reply and Commentaries », in : Aydede Murat (dir.), Pain, New Essays on Its Nature and the Methodology of Its Study, MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 2006, p. 315-324.

Proust Joëlle, « La philosophie de l’esprit a-t-elle besoin d’experts en cognition ? » in Élisabeth Pacherie et Joëlle Proust (éd.), La Philosophie cognitive, Paris, Ophrys / MSH, 2004, p. 35-70.

Putnam Hilary, Reason, Truth and History, Cambridge, Cambridge University Press, 1981 ; traduction française de A. Gerschenfeld : Raison, vérité et histoire, Paris, Minuit, 1984, p. 11.

Putnam Hilary, Representation and Reality, Cambridge, Mass., MIT Press, 1988 ; traduction française de Claudine Tiercelin : Représentation et Réalité, Paris, Gallimard, 1990.

Rescorla Michael, « Cognitive Maps and the Language of Thought », British Journal for the Philosophy of Science, vol. 60, no 2, 2009, p. 377-407 [doi:10.1093/bjps/axp012].

Roskies Adina, « Neuroscientific Challenges to Free Will and Responsibility », Trends in Cognitive Sciences, no 10, vol. 9, 2006, p. 419-423 [doi:10.1016/j.tics.2006.07.011]

Roskies Adina, « Are Neuroimages Like Photographs of the Brain ? », Philosophy of Science, no 74, 2007, p. 860-872 [doi:10.1086/525627].

Sachse Christian, Reductionism in the Philosophy of Science, Francfort, Ontos Verlag, 2007.

Sanfey Alan G., Rilling James K. et al., « The Neural Basis of Economic Decision-Making in the Ultimatum Game », Science, vol. 300, no 5626, juin 2003, p. 1755-1758 [doi:10.1126/science.1082976].

Sanfey Alan G., Loewenstein George  F., McClure S. M. et Cohen J. D., « Neuroeconomics : Cross-Currents in Research on Decision-Making », Trends in Cognitive Sciences, vol. 10, no 3, 2006, p. 108-116 [doi:10.1016/j.tics.2006.01.009].

Searle John, The Construction of Social Reality, New York, Free Press, 1995 ; traduction française de Claudine Tiercelin : La Construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard, 1998.

Sinnott-Armstrong W. (éd.), Moral Psychology, vol. 3 : The Neuroscience of Morality, Cambridge, MIT University Press, 2008.

Smith-Churchland P., Neurophilosophy, Cambridge, Mass., MIT Press, 1986 ; traduction française sous la direction de M. Siksou, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

Tiercelin Claudine, La Pensée-Signe, Nîmes, éditions J. Chambon, 1993.

Tiercelin Claudine, « La métaphysique et l’analyse conceptuelle », Revue de Métaphysique et de Morale, vol. 36, no 4 (Métaphysique et ontologie : perspectives contemporaines), 2002, p. 559-584 [doi:10.3917/rmm.024.0529].

Tiercelin Claudine, « Le concept d’image », conférence de l’Université de tous les savoirs, 2004 : http://www.canalu.tv/producteurs/universite_de_tous_les_savoirs/dossier_programmes/les_conferences_de_l_annee_2004/image_fixe_image_mouvante/le_concept_d_image

Tiercelin Claudine, préface à Kotobi Henri, La Douleur dite « physique », Paris, L’Harmattan, 2009, tome 2.

Tiercelin Claudine, Le Ciment des Choses, Paris, Éditions d’Ithaque, 2011.

Tye Michael, The Imagery Debate, Bradford Books, The MIT Press, 1991.

Wiech K, Preissl H. et Birbaumer N., « Neural Networks and Pain Processing : New Insights from Imaging Techniques », Anaesthesist, vol. 50, no 1, 2001, p. 2-12 [doi:10.1007/s001010050956].

Wittgenstein Ludwig, Philosophical Investigations, Oxford, Blackwell, 1953.

Wittgenstein Ludwig, On Certainty, G. E. M. Anscombe et G.H. von Wright (ed.), Oxford, Blackwell, 1969 ; traduction française de J. Fauve : De la certitude, Paris, Gallimard, 1971.

Wood Jacqueline N. et Grafman Jordan, « Human Prefrontal Cortex : Processing and Representational Perspectives », Nature Reviews Neuroscience, vol. 4, no 2, 2003, p. 139-147 [doi:10.1038/nrn1033].

Annexes

Notes

1 Comme en font la remarque Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, « fMRI : A Modern Cerebrascope ? The Case of Pain », Oxford Handbook of Philosophy and Neuroscience, Oxford University Press, 2009, p. 179.

2 Voir en particulier Hilary Putnam, Representation and Reality, Cambridge, Mass., MIT Press, 1988 ; traduction française de Claudine Tiercelin : Représentation et Réalité, Paris, Gallimard, 1990, p. 65 sq. Sur les bénéfices théoriques que permet, dans le cadre de l’analyse conceptuelle, cette méthode de travail philosophique appliquée, notamment à l’éthique et à la métaphysique, voir Claudine Tiercelin, « La métaphysique et l’analyse conceptuelle », Revue de Métaphysique et de Morale, vol. 36, no 4 (Métaphysique et ontologie : perspectives contemporaines), 2002, p. 559-584 [doi:10.3917/rmm.024.0529].

3 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit.

4 Que se passe-t-il, pour reprendre l’un des exemples proposés par Denis Le Bihan, lorsque nous voulons nous représenter ou simuler l’image d’un chat ? Quand on y ajoute certains détails (des oreilles pointues, etc.) ?

5 L’IRMf et la TEP ont toutes deux une bonne résolution spatiale ainsi qu’une bonne résolution temporelle puisque leur usage ne repose pas sur la durée de vie d’un produit. Mais toutes deux ont aussi des inconvénients : innocuité inconnue et méthode invasive ; le patient doit être allongé et la machine fait un bruit infernal. L’EEG et la MEG ne sont pas invasives car elles ne contraignent que fort peu le sujet, l’application des électrodes étant indolore. Elles offrent aussi une bonne résolution temporelle, moins bonne, en termes de résolution spatiale.

6 Stanislas Dehaene et Lionel Naccache, « Towards a Cognitive Neuroscience of Consciousness : Basic Evidence and a Workspace Framework », Cognition, no 79, 2001, p. 1-37 [doi:10.1016/S0010-0277(00)00123-2].

7 Voir les travaux de Denis Le Bihan qui fut l’un des premiers à suggérer que l’IRM pourrait être utilisée de manière thérapeutique et non plus seulement de manière diagnostique (1995, 1997, 2002, 2007, 2008, 2009).

8 Voir en particulier les travaux de Stanilas Dehaene : sa leçon inaugurale (Vers une science de la vie mentale, Paris, Collège de France / Fayard, 2006) et ses cours du Collège de France de 2006 (en ligne sur le site du Collège de France).

9 P. Smith-Churchland, Neurophilosophy, Cambridge, Mass., MIT Press, 1986 ; traduction française sous la direction de M. Siksou, Paris, Presses universitaires de France, 1999.
John Bickle, Philosophy and Neuroscience : A Ruthlessly Reductive Account, Boston, Kluwer Academic Publishers, 2003 ; et, du même auteur (éd.), The Oxford Handbook of Philosophy and Neuroscience, Oxford, Oxford University Press, 2009.

10 C’est-à-dire, en résumant les choses, à la double thèse suivante : 1) Les états mentaux sont totalement réductibles à (ou « rien d’autre et rien de plus que », pour reprendre la formule de J. C. Smart) des états physiques (des états cérébraux), la réduction s’appliquant, non seulement au cas par cas (token-token), mais de type à type ; 2) une fois que la science a expliqué de quelle manière s’opère cette réduction, il est alors possible d’éliminer tous les termes et concepts mentalistes, jugés désormais inutiles. De même que la chimie de Lavoisier a permis d’éliminer le phlogistique, on devrait donc pouvoir réserver le même sort à des concepts comme ceux de conscience, de désir, de croyance, ou autres états mentaux.

11 Tye Michael, The Imagery Debate, Bradford Books, The MIT Press, 1991.
Pascal Engel, États d’esprit, Arles, Alinéa, 1992 et Introduction à la philosophie de l’esprit, Paris, La Découverte, 1994.

12 Colin Klein, « Philosophical issues in Neuroimaging », Philosophy Compass, vol. 5, no 2, février 2010 [doi:10.1111/j.1747-9991.2009.00275.x], p. 186.

13 J. D. Greene et al., « An FMRI Investigation of Emotional Engagement in Moral Judgment », Science, vol. 293, no 5537, septembre 2001, p. 2105-2108 [doi:10.1126/science.1062872].
J. D.  reene et al., « The Neural Bases of Cognitive Conflict and Control in Moral Judgment », Neuron, vol. 44, no 2, 2004, p. 389-400 [doi:10.1016/j.neuron.2004.09.027].
Sinnott-Armstrong W. (éd.), Moral Psychology, vol. 3 : The Neuroscience of Morality, Cambridge, MIT University Press, 2008.

14 Adina Roskies, « Neuroscientific Challenges to Free Will and Responsibility », Trends in Cognitive Sciences, no 10, vol. 9, 2006, p. 419-423 [doi:10.1016/j.tics.2006.07.011].

15 Sanfey Alan G. et al., « The Neural Basis of Economic Decision-Making in the Ultimatum Game », Science, vol. 300, no 5626, juin 2003, p. 1755-1758 [doi:10.1126/science.1082976].
Sanfey
Alan G. et al., « Neuroeconomics : Cross-Currents in Research on Decision-Making », Trends in Cognitive Sciences, vol. 10, no 3, 2006, p. 108-116 [doi:10.1016/j.tics.2006.01.009].
Colin Camerer et al., « Neuroeconomics: How Neuroscience can Inform Economics », Journal of Economic Literature, vol. 43, no 1, 2005, p. 9-64.

16 Todd A. Hare et al., « Self-Control in Decision-Making Involves Modulation of the VmPFC Valuation System », Science, vol. 324, no 5927, 2009, p. 646-648 [doi:10.1126/science.1168450].

17 Dan Llyod, « Functional MRI and the Study of Human Consciousness », Journal of Cognitive Neuroscience, vol. 14, no 6, 2002, p. 818-831, [doi:10.1162/089892902760191027].
Jacob Hohwy, « The Search for Neural Correlates of Consciousness », Philosophy Compass, vol. 2, no 3, mai 2007, p. 461-474 [doi:10.1111/j.1747-9991.2007.00086.x].

18 Martha J. Farah, « Emerging Ethical Issues in Neuroscience », Nature Neuroscience, vol. 5, no 11, 2002, p. 1123-1129 [doi:10.1038/nn1102-1123].
Matthew D. Lieberman, « Social Cognitive Neuroscience : A Review of Core Processes », Annual Review of Psychology, vol. 58, 2007, p. 259-289 [doi:10.1146/annurev.psych.58.110405.085654].

19 (« The MRI is to brain science what Galileo’s telescope was to astronomy. ») A. Jacobs, « Do I Love My Wife ? An Investigative Report », Esquire, 18 mai 2009, p. 121.

20 Colin Camerer et al., « Neuroeconomics: How Neuroscience can Inform Economics », op. cit.
Colin Klein, op. cit., p. 187.

21 Je me permets de renvoyer au traitement que j’ai mené de cette question dans « Le concept d’image », conférence de l’Université de tous les savoirs, 2004.

22 Ludwig Wittgenstein, Philosophical Investigations, Oxford, Blackwell, 1953, p. 54 : « I see a picture ; it represents an old man walking up a steep path leaning on a stick. – How ? Might it not have looked just the same if he had been sliding downhill in that position ? Perhaps a Martian would describe the picture so. I do not need to explain why we do not describe it so ».

23 « Ainsi, imaginer, c’est fixer l’esprit sur la chose ; penser, c’est viser non la chose elle-même, mais sa nature ou sa propriété... Ainsi ce que l’image avait d’abord perçu indistinctement et n’avait informé d’aucune nature ou propriété, l’intellection qui s’y superpose le peint en quelque façon, en le visant dans quelque nature ou propriété. Il n’y a donc pas d’intellection sans imagination, parce que l’imparfait est nécessaire pour que le parfait existe : si la moitié de la maison n’existe pas, la maison ne peut exister. » (Die Logica Ingredientibus, in : Bernhard Geyer éd., Peter Abaelards philosophische Schriften, Münster, Aschendorffschen, 1919-1927, tome 3, p. 312-318 ; traduction française : Abélard ou la Philosophie dans le langage, présentation, choix de textes et bibliographie par Jean Jolivet, Paris, Seghers, coll. « Philosophes de tous les temps », 1970, p. 132-133. Voir aussi la traduction de J. Jolivet, ibid. p. 126-133, et son commentaire, ibid., p. 58-59).

24 Hilary Putnam, Reason, Truth and History, Cambridge, Cambridge University Press, 1981 ; traduction française de A. Gerschenfeld : Raison, vérité et histoire, Paris, Minuit, 1984, p. 11.

25 Ibid., p. 13.

26 Ibid., p. 13-14.

27 Ibid., p. 15.

28 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 187.

29 Ibid., p. 186.

30 Ibid., p. 187.

31 Roskies Adina, « Are Neuroimages Like Photographs of the Brain? », Philosophy of Science, no 74, 2007, [doi:10.1086/525627], p. 867.

32 Colin Klein, op. cit., p. 187.

33 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 187.

34 Ibid.

35 Michael Rescorla, « Cognitive Maps and the Language of Thought », British Journal for the Philosophy of Science, vol. 60, no 2, 2009, p. 377-407 [doi:10.1093/bjps/axp012].

36 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 187-188.

37 Ibid., p. 184.

38 Henri Kotobi (La Douleur dite « physique », trois tomes, Paris, L’Harmattan, 2009) considère pour sa part que ces « paradoxes cliniques » sont le plus souvent abordés à partie d’une approche foncièrement « dualiste » « arrogante » qui cimente encore selon lui la médecine occidentale et oblige à une remise en cause de ce modèle de la douleur – maladie ou mal absolu – au profit d’une approche non plus duelle mais foncièrement « globale » ou « totale » de la douleur-souffrance.

39 International Association for the Study of Pain (IASP), Classification of Chronic Pain, Descriptions of Chronic Pain Syndromes and Definitions of Pain Terms, rapport publié dans la revue Pain, supplément no 3, 1986, p. 217 ; cité par Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 184.

40 Comme l’a bien montré Denis Le Bihan, ce qui apparait clairement quand on regarde les études d’imagerie sur la douleur c’est que même si on ne capture qu’une partie de l’activité pertinente, c’est un processus éminemment distribué. On voit assez nettement que la simple dichotomie qu’on faisait à l’origine entre les chemines sensoriels de discrimination et les chemins affectifs et motivationnels était trop simple. Nos réseaux de douleur sont trop interconnecté pour qu’on puisse la limiter à deux ou même trois chemins. En fait, la conservation de l’information de l’intensité sur de multiples aires suggère que nous avons affaire à tout un réseau de douleur et cette possibilité expliquerait que des patients puissent continuer à éprouver de la douleur alors que de multiples lésions dans leurs voies de douleur ont été allégées. A l’inverse, ne pas penser aux stimuli douloureux fait décroître les sensations de douleur : ainsi des joueurs de foot peuvent continuer à jouer avec des os cassés et des soldats peuvent continuer à se battre en dépit de leurs blessures.

41 Murat Aydede (dir.), Pain, New Essays on Its Nature and the Methodology of Its Study, MIT, Cambridge, Mass., 2006.

42 M. Coltheart, « What has Functional Neuroimaging Told us about the Mind (so far) ? », Cortex, vol. 42, no 3, 2006, p. 323-331.

43 K. Wiech et al., « Neural Networks and Pain Processing : New Insights from Imaging Techniques », Anaesthesist, vol. 50, no 1, 2001, p. 2-12 [doi:10.1007/s001010050956].

44 Robert C. Coghill et al., « Pain intensity processing within the human brain : a bilateral, distributed mechanism », Journal of Neurophysiology, vol. 82, no 4, 1999, p. 1934-1943.

45 Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 194. C’est un point qui a été énormément souligné, à partir des années 1980, par les philosophes de l’esprit attentifs au « dilemme du physicaliste » et à la clôture nomonologique du physique, mais également soucieux de reconnaître une certaine autonomie des sciences spéciales (ce qu’on a appelé à la suite de Ned Block, le « consensus matérialiste anti-réductionniste. Voir, pour le détail : Claudine Tiercelin, Le Ciment des Choses, Paris, éditions d’Ithaque, 2011, chap. 2, p. 133-150.

46 Cité par Valerie G. Hardcastle et C. Matthew Stewart, op. cit., p. 194-195.

47 Voir notamment le numéro de Neuroethics mis en ligne en juin 2010 qui opposait les néo-wittgensteiniens M. S. Pardo et D. Patterson à C. Craver, S. Robins, W. Glennon et Th. Nadelhoffer, autour de l’article des deux premiers auteurs sur « Minds, Brains and Norms » [doi:10.1007/s12152-010-9082-4].

48 Carl F. Craver Carl et Robins Sarah K., « No Nonsense Neuro-Law » (une réponse à Pardo & Patterson), Neuroethics, publié en ligne le 16 juillet 2010 [doi:10.1007/s12152-010-9085-1].

49 Cathy J. Price et Karl J. Friston, « Cognitive Conjunctions : A new approach to Brain Activation experiments », Neuroimage, vol. 5, no 4, mai 1997, p. 261-270 [doi:10.1006/nimg.1997.0269].
Richard Henson, « What can Functional Neuroimagining Tell the Experimental Psychologist ? », Quarterly Journal of Experimental Psychology, section A : Human Experimental Psychology, vol. 58, no 2, 2005, p. 193-233 [doi:10.1080/02724980443000502].

50 J. Fodor, The Modularity of Mind, Cambridge, MIT Press, 1983.

51 Étienne Koechlin et Christopher Summerfield, « An Information Theoretical Approach to Prefrontal Executive Function », Trends in Cognitive Sciences, vol. 11, no 6, juin 2007, p. 229-235 [doi:10.1016/j.tics.2007.04.005].

52 Jacqueline N. Wood et Jordan Grafman, « Human Prefrontal Cortex : Processing and Representational Perspectives », Nature Reviews Neuroscience, vol. 4, no 2, 2003, p. 139-147 [doi:10.1038/nrn1033].

53 Tobias Egner, « Prefrontal Cortex and Cognitive Control : Motivating Functional Hierarchies », Nature Neuroscience, vol. 12, no 7, 2009, p. 821-822 [doi:10.1038/nn0709-821].

54 Cathy Price et Karl J. Friston, « Functional Ontologies for Cognition: The Systematic Definition of Structure and Function », Cognitive Neuropsychology, vol. 22, no 3, 2005, p. 265-267 [doi:10.1080/02643290442000095].

55 Carl F. Craver, Explaining the Brain. Mechanisms and the Mosaic Unity of Neuroscience, USA, Oxford University Press, 2007, chap. 6.

56 Colin Klein, « Philosophical issues in Neuroimaging », op. cit., p. 192.

57 Ibid., p. 193.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 193-194.

60 Claudine Tiercelin, Le Ciment des Choses, op. cit., p. 156-186.

61 Pascal Engel, « Niveaux du mental : subdoxa, doxa, metadoxa et surdoxa », in Élisabeth Pacherie et Joëlle Proust (éd.), La Philosophie cognitive, Paris, Ophrys / MSH, 2004, p. 71-83.

62 John Bickle, Philosophy and Neuroscience : A Ruthlessly Reductive Account, Boston, Kluwer Academic Publishers, 2003.
Christian Sachse, Reductionism in the Philosophy of Science, Francfort, Ontos Verlag, 2007.

63 Pierre Jacob, « Philosophie et neurosciences : le cas de la vision », in Élisabeth Pacherie et Joëlle Proust (éd.), La Philosophie cognitive, Paris, Ophrys / MSH, 2004, p. 221.

64 Glenn W. Harrison, « Neuroeconomics : A Critical Reconsideration », Economics and Philosophy, vol. 24, no 3, novembre 2008, p. 321 [doi:10.1017/S0266267108002009].

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Métaphysique et philosophie de la connaissance

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter