Version classiqueVersion mobile

Un rêve culturel : l’Europe au pluriel

 | 
Mieke Bal

Préface

Thomas Römer

Texte intégral

Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

1Je suis très heureux de pouvoir vous accueillir pour inaugurer la deuxième année de la chaire annuelle L’invention de l’Europe par les langues et les cultures, qui a vu le jour en 2021 grâce au soutien du ministère de la Culture, via la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, et à l’action de Paul de Sinety. Cette chaire porte sur les enjeux contemporains de la création intellectuelle et artistique au sein d’un ensemble dont l’évolution et l’identité ont été, tout au long de son histoire, profondément marquées par la pluralité des formes d’expression et la diversité des patrimoines. Alors que la France a assuré en 2022 la présidence du Conseil de l’Union européenne et que les enjeux européens sollicitent à juste titre de toute part le débat public, le détour par la façon dont les créateurs et penseurs d’aujourd’hui vivent et approfondissent l’expérience européenne en prenant en compte dans leur travail cette histoire plurielle et cette diversité linguistique, artistique et culturelle, ce détour par ce qu’ils pensent et expriment de l’Europe, est une condition nécessaire de sa meilleure appropriation.

2Le premier titulaire de cette chaire a été Alberto Manguel, romancier, essayiste et érudit, pour un enseignement consacré à l’Europe comme mythe fondamental, et aux œuvres fondatrices de la littérature européenne.

3La deuxième titulaire est donc cette année Mieke Bal que je suis heureux d’accueillir ici au Collège de France.

4Il est difficile de présenter Mieke Bal en quelques minutes. Vous pouvez consulter son curriculum vitæ et sa liste de publications comportant plus de cent trente pages sur le site du Collège de France1. Mieke Bal est une théoricienne néerlandaise de la culture, artiste, vidéaste, professeure de théorie littéraire et d’esthétique à l’université d’Amsterdam et à l’Académie royale néerlandaise des arts et des sciences. Auparavant, elle a enseigné dans de nombreuses autres institutions, comme l’université d’Utrecht ou l’université de Rochester (New York), et elle a été professeure invitée dans un très grand nombre d’universités y compris en France. Mieke Bal a dirigé quatre-vingt thèses de doctorat dans des domaines très divers.

5Elle a en effet toujours cultivé une interdisciplinarité, la narratologie et la sémiotique étant ses ressources et méthodes principales. Cette combinaison lui a permis d’étudier des objets culturels de provenances, de médias, d’idéologies et de périodes très variés.

6Son travail porte sur une quantité de sujets qui traversent nos sociétés : je ne nommerai que l’esthétique de l’art du xviie siècle en rapport avec l’art contemporain, le féminisme, les troubles mentaux, les formes de la narration et la Bible. Il est impossible d’énumérer tous ses livres, qui sont au nombre de quarante-six et qui ont été publiés en français, en anglais, en espagnol et en néerlandais. On peut encore mentionner un ouvrage en langue chinoise qui présente ses idées dans le domaine de l’analyse culturelle.

7Parmi ses livres je voudrais en citer quelques-uns : son dernier ouvrage s’intitule Image-Thinking: Artmaking as Cultural Analysis (Edinburgh University Press, 2022), ou encore Narratology in Practice (University of Toronto Press, 2021). Mieke Bal a publié également des livres très importants d’analyse de récits bibliques, notamment sur le Livre des Juges. En français, on peut citer Meurtre et différence : méthodologie sémiotique de textes anciens (Éditions XYZ, 1995) et Femmes imaginaires : l’Ancien Testament au risque d’une narratologie critique (Éditions Hurtubise, 1986). Sa trilogie de livres sur la Bible a été récompensée en 1991 par le prix du meilleur livre sur l’Ancien Testament de la Société d’archéologie biblique (Biblical Archaeology Society).

8En plus de ses ouvrages classiques, Mieke Bal a développé toute une œuvre originale de vidéaste, où elle crée ce qu’elle nomme des « vidéos-essais » d’une grande perfection formelle, notamment fondées sur de grands classiques européens : Don Quichotte et Madame Bovary par exemple. Ces films sont tournés dans plusieurs pays européens avec des comédiens de toutes nationalités. Chaque acteur y parle sa langue maternelle.

9Les travaux de Mieke Bal ont été largement récompensés sur le plan international. On lui a conféré, entre 1996 et 2021, six doctorats honoris causa, et elle est membre étranger de l’Académie norvégienne des sciences et des lettres.

10Il n’y a pas à douter qu’elle illustrera de manière originale et remarquable cette chaire portant sur « L’invention de l’Europe par les langues et les cultures ».

11Comme pour toutes les chaires annuelles, l’enseignement de Mieke Bal consistera en une leçon inaugurale, huit cours, un certain nombre de séminaires avec des invités extérieurs et enfin un colloque international. Le thème majeur dont elle traitera donne son titre à sa leçon inaugurale : « Un rêve culturel : l’Europe au pluriel ». Il s’agira d’analyser, à travers les œuvres culturelles, l’aspiration à vivre ensemble d’un continent paradoxalement uni par les différences entre les cultures nationales, et où l’altérité est devenue une condition du lien.

12Chère Mieke Bal, nous sommes heureux de vous avoir parmi nous pour cette année, et je vous laisse donc la parole.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search