Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pluralité interprétative

 | 
Alain Berthoz
, 
Carlo Ossola
, 
Brian Stock

Pluralité et tolérance : le changement de point de vue

Interpréter le discours de l’autre : projections et déviances

Anne Andronikof

Entrées d'index

Mots clés :

interprétation

Texte intégral

1Interpréter est au cœur du métier de psychologue clinicien : lorsqu’une personne est aux prises avec une souffrance psychique et qu’elle vient solliciter un spécialiste du psychisme, le travail de celui-ci va consister à mettre du sens et du lien sur des objets épars, à mettre de l’ordre là où règne le chaos. Pour ce faire, le psychologue va devoir interpréter le discours du consultant. Mais quel est le sens, ici d’interpréter ? En première approche, il s’agit de transposer une matière verbale d’un registre à un autre : du registre expérientiel et factuel à un registre conceptuel et opératif. Pour mieux cerner la problématique de l’interprétation dans ce champ, il me semble nécessaire de distinguer deux notions, que j’appellerai respectivement traduction et interprétation.

2Traduire consisterait à transcrire un message d’un code à un autre code. Il s’agirait de dire la même chose dans une autre langue, de passer d’une écriture à une autre, d’un encodage à un autre. L’éthique du traducteur serait alors le respect du sens initial du texte, éventuellement de son style, et l’abstention de tout ajout, de toute déformation et de toute personnalisation du texte. En somme, le traducteur veille précisément à ne pas « interpréter » le texte. L’interprétation, en revanche, ne vise pas la reproduction du même. Interpréter consiste, au contraire, à donner une nouvelle forme et, partant, un autre sens au matériau originel. L’interprétation va modifier le texte initial en y introduisant des paramètres et une logique qui lui sont extérieurs, inconnus du sujet qui parle, non prévus par lui.

3On pourrait dire que la traduction relève d’une technique, l’interprétation, d’un art. Ainsi, en musique, transposer une pièce écrite pour un orchestre en un morceau pour piano, c’est faire œuvre de traducteur. Jouer une composition, c’est vraiment l’interpréter. En interprétation (je veux parler ici du métier d’interprète de conférence), la simultanée est de la traduction, la consécutive est déjà de l’interprétation. Changement de code, changement de sens. Une traduction est bonne ou mauvaise, une interprétation est juste ou fausse.

4La nécessité d’interpréter une chose (vs traduire) dépend de deux conditions : d’une part, du statut de la chose (information, interlocution, matière) ; d’autre part, du contexte épistémologique de la communication (conversation, soliloque ou dialogue, séance de psychothérapie cognitive ou de psychanalyse, etc.).

5Statut. Lorsque quelqu’un dit : « je suis né telle date », il s’agit d’une information ; il n’y a rien à interpréter. S’il dit : « je crois bien être né à tel endroit », on est dans l’interlocution ; cette phrase appelle une réaction. S’il prononce des mots abscons ou sans suite logique apparente, il y a matière à interprétation.

6Contexte. Si cette même phrase, « je suis né telle date », est prononcée au cours d’une séance de thérapie, elle peut être encore une information, ou déjà un moyen interlocutoire ou, enfin, une matière à interprétation. Le consultant peut, par exemple, se demander pourquoi cette information lui est donnée à ce moment précis, quelle était l’intentionnalité, consciente ou inconsciente, du patient, et quel sens lui attribuer dans le rapport qu’il a avec son patient et dans le rapport de celui-ci à lui-même et au monde.

7Ainsi donc nous repérons une première déviance possible de l’interprétation, celle qui serait faite « hors cadre », c’est-à-dire hors du contexte consensuel qui la fonde et la légitime. Dans ce cas, l’interprétation fait violence au locuteur lui-même et à l’éthique de l’interprète.

8Le contexte, qui va conférer sa légitimité à l’interprétation, est défini par plusieurs paramètres. Il s’agit, d’une part, comme nous venons de l’évoquer, du contrat qui lie l’interprète à l’interprété. Ce contrat doit être explicite et, dans la mesure du possible, librement consenti. Dans la mesure du possible, parce qu’il peut s’agir d’une thérapie pratiquée dans le cadre d’une injonction de soin, ou auprès d’une personne qui ne jouit pas, en début de contrat, de toute sa raison. Un autre paramètre est celui du modèle d’interprétation choisi par l’interprète. C’est ce modèle qui définira le registre de l’interprétation et en fixera les règles. Au passage, je souligne que l’interprétation, si elle prétend à être « juste », doit respecter certaines règles. Enfin, le dernier paramètre de la légitimité de l’interprétation dans le champ de la psychologie clinique est ce qui constitue le fondement de l’éthique de l’interprète, à savoir non seulement, comme en médecine, de « ne pas nuire » (à la santé du patient), mais en outre de « ne pas manipuler ».

9On mesure mal, dans la relation entre le psychothérapeute et son patient, l’importance du pouvoir de suggestion du premier sur le second. Ce pouvoir lui est conféré bien sûr, d’une part, en raison de la dissymétrie des savoirs entre les deux interlocuteurs (Michel Foucault), et, d’autre part, en raison de l’état de faiblesse dans lequel se trouve le demandeur de soins. Plus encore que de faiblesse, il s’agit d’impuissance – impuissance à se sortir de ses problèmes par lui-même, impuissance à se libérer de ses symptômes, impuissance au bien-être. Il est inévitable que le thérapeute, tout thérapeute, exerce un ascendant sur son patient, et celui-ci doit disposer de garanties contre les dérives, c’est-à-dire les abus de pouvoir par ascendant et la manipulation mentale.

10Permettez-moi d’introduire ici une remarque incidente à propos du terme de manipulation. Il ne me semble pas que ce terme soit ambigu, bien au contraire. Le problème de son emploi me paraît venir de l’objet auquel on l’applique : manipuler des objets (objets physiques ou concepts) est tout à fait approprié, alors que manipuler des personnes ne l’est pas. C’est d’ailleurs tout le problème des sciences psychologiques, qu’elles soient fondamentales ou appliquées. Ne pas manipuler est sans aucun doute l’injonction fondamentale que le thérapeute, c’est-à-dire l’interprète, doit se donner à lui-même. Il ne peut respecter cette injonction que s’il a une éthique chevillée au corps, une formation sérieuse, et de l’humilité. Cette dernière consiste à régulièrement se remettre en question, à considérer en permanence l’intérêt du patient, à reconnaître qu’on peut se tromper, enfin à ne pas être militant pour une cause. La « cause » ici est généralement un modèle théorique particulier que l’on veut promouvoir ou que l’on a épousé, ou encore un principe moral que l’on veut défendre. Dans ces cas, le thérapeute semble avoir oublié qu’il pratique un métier et pense qu’il accomplit un sacerdoce.

11Si la promotion d’un modèle théorique (la conviction qu’en dehors de mon approche, point de salut pour le patient) est une dérive facile à comprendre, et aujourd’hui la plus dénoncée sur la place publique, l’autre dérive est probablement plus secrète et plus difficile à débusquer. On peut prendre comme exemple le psychologue qui est persuadé que tout déséquilibre psychique, tout symptôme, tout trouble de la conduite, s’origine dans un traumatisme infantile. Dans le cours de la thérapie, il s’attendra à ce qu’un traumatisme soit évoqué, et, s’il ne l’est pas directement ou s’il tarde à venir, il aura tôt fait d’interpréter dans ce sens ce qu’il prend pour des signes. Là, enfin, on tient l’explication ! (« Le poumon, vous dis-je ! ») Et le traumatisme clé, aujourd’hui, c’est évidemment d’avoir été sexuellement abusé. D’où la multiplication des procès rétroactifs que l’on a vu d’abord aux États-Unis, mais qui envahissent aujourd’hui l’Europe, où des membres de la famille (généralement des pères) sont traînés dans la boue, voire incarcérés, pour des souvenirs de leur progéniture qui relèvent plus souvent de fantasmes que de la réalité. D’où aussi la contre-attaque des scientifiques qui ont démontré et démonté les mécanismes du « souvenir induit », ou faux souvenir. Dans cet exemple de déviance, le principe moral et la théorie se rejoignent, comme souvent d’ailleurs. Nous avons donc pointé ici un autre exemple des dérives possibles de l’interprétation.

12Je disais que l’interprétation était au cœur de l’exercice du psychologue. On a vu qu’elle était à la base de la psychothérapie d’orientation dynamique ou de l’analyse. Elle l’est aussi dans l’exercice de l’évaluation psychologique, autre spécialité du clinicien.

13Une évaluation psychologique consiste à confronter le sujet à une série de situations, généralement standardisées, c’est-à-dire des tests, à recueillir les réponses du sujet, puis à les interpréter. La panoplie des tests qui sont à la disposition du clinicien comporte deux types de situations : celles qui font appel à des performances (résoudre un problème, mettre des images dans un ordre logique, faire des puzzles ou encore répondre à des questions précises), et celles qui sollicitent une expression (verbale ou graphique), une prise de position du sujet à partir d’un matériel ou d’une consigne relativement vagues. C’est dans cette dernière catégorie que se trouvent les tests à expression graphique (par exemple, « dessine-moi une famille » ou « dessine ce que tu veux »), le Rorschach (le fameux test des taches d’encre) et les tests projectifs de récits sur des images. Si le premier type de test ne demande aucune interprétation (la performance est bonne ou mauvaise, rapide ou lente, logique ou absurde ; les résultats sont chiffrés, par exemple, dans les tests de QI), le second au contraire repose entièrement sur l’interprétation. Celle-ci y est, en outre, comme le langage, doublement articulée : le sujet lui-même doit interpréter la situation pour fournir sa réponse, et le psychologue va interpréter cette interprétation, c’est-à-dire tenter de remonter du produit final à sa source, en en supputant les modes de fabrication, c’est-à-dire les mécanismes de pensée sous-jacents, voire les contenus même du psychisme. Mais cet exercice est particulièrement risqué.

14On trouve parfois, dans des comptes rendus psychologiques, des interprétations assurément « sauvages », qui, le plus souvent, ne prêtent pas à conséquence (froncer les sourcils, hausser les épaules, partir d’un grand éclat de rire), mais qui, dans certaines circonstances, peuvent avoir un impact redoutable. Pour vous citer un exemple concret, j’ai lu, dans un rapport d’expertise judiciaire remis à un juge aux affaires familiales, la phrase suivante : « Cet enfant ne doit en aucun cas être confié à la garde de son père parce que, à telle planche du Rorschach, il a vu un monstre. » On peut aussi tirer des exemples de certaines expertises au procès d’Outreau où des psychologues avaient interprété telle particularité de dessins d’enfant comme « prouvant » qu’ils avaient été abusés.

15En tant que psychologue, suis-je libre d’interpréter les réponses du sujet ? Toute interprétation a-t-elle la même valeur ? Toute interprétation est-elle valable ? Y a-t-il des limites à l’interprétation ?

16Avant de tenter de répondre à cette question, je voudrais faire un détour par la psychopathologie. Celle-ci, en effet, dispose d’un paradigme de l’interprétation : la paranoïa, et d’un modèle expérimental : les phénomènes hallucinatoires.

17La paranoïa, c’est la maladie de l’interprétation. Le paranoïaque est quelqu’un qui se trouve en parfaite possession de sa raison, qui est bien inséré socialement, bref qui est à tous égards « normal », sauf qu’il se considère victime de la malveillance des autres, ou d’un autre, ce qui est plus grave. Cette malveillance, il la constate dans ses effets, il la repère dans les gestes, les regards et les paroles de l’autre, il la débusque dans les intentions, enfin il la prouve par un raisonnement vicieux – au sens de cercle vicieux, c’est-à-dire un raisonnement défectueux où l’on donne pour preuve ce qu’il faut démontrer. Tout ou presque pour le paranoïaque devient signifiant – non pas signe de quelque chose qui pourrait advenir, ce qui est le mécanisme de la superstition, mais bien preuve d’une intention de nuire qui préexistait à l’action (le geste, la parole, etc.). Si le voisin a claqué sa porte avec fracas, c’est pour m’empêcher de dormir. Si, au contraire, il ne fait pas de bruit, c’est évidemment qu’il prépare un mauvais coup. Ainsi se constitue chez le paranoïaque un délire de persécution, fondé sur une pratique folle de l’interprétation. (Curieusement, on ne connaît pas de forme de délire d’interprétation positive, quelqu’un qui interpréterait tout de manière bienveillante, l’envers de la paranoïa en somme. Même pas le délire mystique qui présente d’autres caractéristiques pathologiques. Peut-être l’érotomanie.)

18Le modèle proposé par Sigmund Freud pour expliquer la paranoïa me semble intéressant à évoquer ici. Freud invoque un autre mécanisme, qui serait à la base de l’interprétation de malveillance : celui de la projection, elle-même fondée sur le déni. En termes psychanalytiques, la projection consiste à renvoyer sur le monde extérieur des objets ou des attitudes que l’on refuse de reconnaître à l’intérieur de soi. Généralement, ce que l’on ne veut pas reconnaître en soi, ce sont ses mauvais côtés, et particulièrement ses propres pulsions agressives. On dénie donc ce qui fâche à l’intérieur de soi et qui risquerait de porter atteinte à la bonne image que l’on a de soi, et on projette sur quelqu’un d’autre ses propres intentions mauvaises. Occultées à l’intérieur, elles deviennent visibles une fois extériorisées. À partir de ce modèle, on peut faire l’hypothèse que la dérive de l’interprétation chez l’être humain repose sur la volonté (inconsciente et incontrôlée) de faire dire à l’autre ce que l’on pense soi-même sans se l’avouer.

19Qu’est-ce qui peut arrêter ce processus vertigineux de l’interprétation ? Quelles sont les balises qui permettraient de distinguer l’interprétation saine de la malsaine ? Car, en fin de compte, tous les rapports humains sont peu ou prou fondés sur l’interprétation mutuelle de nos intentions, toute perception même est déjà interprétation comme l’ont montré les philosophes de l’Antiquité. J’en reviens donc à la question que j’ai posée plus haut : toute interprétation est-elle valable ? Doit-on tolérer toute forme d’interprétation ?

20J’ai annoncé que la psychopathologie disposait d’un paradigme de l’interprétation, la paranoïa, mais aussi d’un modèle expérimental, les phénomènes hallucinatoires. J’en viens donc aux hallucinations, et j’expliquerai pourquoi je l’appelle un modèle expérimental.

21Une hallucination, c’est une illusion de perception (on dit traditionnellement une « perception fausse »). C’est-à-dire que quelqu’un est persuadé de percevoir, de percevoir vraiment, sensoriellement, quelque chose que personne d’autre alentour ne perçoit. Ce peut être une voix, un son, des créatures, des odeurs, des sensations corporelles ; bref, tout ce qui passe par les sens peut faire l’objet d’une hallucination. Les causes des hallucinations sont multiples, et elles ne sont pas toujours dues ou associées à une maladie mentale. Citons, comme causes possibles, l’ingestion de champignons, justement dits hallucinogènes, une grosse fièvre, un état alcoolique ou des états de dissociation psychique.

  • 1 Oliver Sacks, L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau et autres récits cliniques, Paris, Le Se (...)

22Dans ses travaux, Oliver Sacks, l’auteur de L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau1, a découvert un phénomène neuronal étrange, mis en évidence par imagerie cérébrale fonctionnelle : il semble qu’au moment d’une hallucination, la zone cérébrale dédiée à la perception entre en action ; le sujet « perçoit » effectivement comme venant de l’extérieur ce qu’il produit lui-même. Il ne s’agirait donc pas d’une interprétation erronée, mais bien d’une perception véritable, ce qui renverse les rapports de la perception à l’interprétation.

23Pour la psychologie sociale, comme pour la psychanalyse d’ailleurs, interpréter et expliquer se confondent : c’est parce qu’il a besoin de s’expliquer ce qu’il perçoit que l’être humain construit des scénarios (pour la psychologie sociale) ou des fantasmes (pour la psychanalyse). C’est parce qu’il veut expliquer les bruits qu’il entend dans la chambre des parents que le petit enfant va construire le fantasme de la « scène primitive ». Ou peut-être est-ce parce que le psychanalyste veut expliquer ce qui se passe dans la tête d’un enfant qui n’est pas encore en âge de comprendre la sexualité, qu’il va fantasmer le fantasme de scène primitive.

24La psychologie sociale décrit comment nous nous expliquons les situations en fonction des théories que nous avons échafaudées, ce qu’on appelle les « théories profanes » : nous « interprétons » les situations à partir d’un canevas qui nous est propre. Ainsi en va-t-il du psychologue clinicien qui interprète les productions de son client en fonction des théories qu’il a adoptées ; mais cette interprétation ne vaut explication que dans le cadre de cette théorie. L’interprétation aura alors une efficace si le client adhère à la même théorie. Pour être juste, l’interprétation doit être métaphore, c’est-à-dire reposer sur une analogie partagée.

25Avant de conclure, je voudrais réagir à certains exposés présentés dans ce colloque, dont la richesse a déclenché en moi tout un train de réflexions.

26Des recherches récentes de mon laboratoire ont montré que, chez l’enfant, la capacité à reconnaître la pluralité de points de vue, acquise comme l’a rappelé le professeur Alain Berthoz, entre 8 et 10 ans, ne suffisait pas à assurer le développement intellectuel de l’enfant et l’ouverture sociale sur la tolérance. Nous avons testé des enfants de 9 ans qui avaient le même QI, disposaient des même capacités cognitives (y compris dans leur « théorie de l’esprit » [si mal nommée], leur capacité à se décentrer et à voir le point de vue de l’autre, ou du point de vue de l’autre), qui fréquentaient les même classes avec les même professeurs, qui appartenaient aux mêmes milieux socio-culturels, mais qui, pour certains, réussissaient bien en classe, alors que d’autres présentaient des difficultés d’apprentissage, avec leur train de problèmes annexes qui généralement prennent la forme soit de la dépression et de l’inhibition, soit de troubles du comportement.

27Notre hypothèse, classique, était que les enfants en difficulté, à capacité cognitives égales, présentaient des troubles affectifs. Ce n’est pas du tout ce que nous avons trouvé. Ce qui faisait la différence entre ces deux groupes d’enfants, c’était la présence ou l’absence de la capacité à reconnaître et supporter un conflit, cognitif et affectif. Autrement dit, ce n’est parce qu’ils auraient été capables d’inhiber leur point de vue pour laisser place au point de vue de l’autre, mais bien parce qu’ils étaient capables de maintenir les deux présents simultanément, de les confronter et de douter – ainsi que de supporter l’inconfort affectif que ce doute entraîne – que certains de ces enfants avançaient à pas de géants dans leurs apprentissages comme dans les rapports sociaux. Piaget lui-même, abondamment cité, a placé au cœur du mouvement de maturation progressive de l’enfant la notion de déséquilibre. Si j’inhibe ma pensée pour m’ouvrir à celle de l’autre, alors, quand l’autre sera parti, soit je retomberai dans mon point de vue premier, soit j’adopterai celui de l’autre, perdant du coup mon identité.

28Pour le psychologue clinicien, c’est lorsqu’il pense qu’il peut tout comprendre de l’autre que son interprétation devient dérive et violence.

29De même que la philosophie naît de la capacité d’émerveillement, de même l’interprétation naît avec l’incompréhension. C’est parce qu’on ne sait pas, ou qu’on craint de ne pas comprendre, ou que l’on doute de comprendre, que l’on est acculé à interpréter. L’interprétation s’origine dans la distance, dans le mystère, le mystère de cet autre qui m’est irréductible et que je ne comprendrai jamais tout à fait.

30Profondément, on pourrait dire que la question de l’interprétation pose la question de l’identité et, au-delà, de la vérité.

Notes

1 Oliver Sacks, L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau et autres récits cliniques, Paris, Le Seuil, 1988.

Auteur

Université Paris Ouest

© Collège de France, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr