Version classiqueVersion mobile

Expérience, science et lutte contre la pauvreté (presque) quinze ans après

 | 
Esther Duflo

Expérience, science et lutte contre la pauvreté (presque) quinze ans après

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 24 novembre 2022

Esther Duflo

Texte intégral

Monsieur l’Administrateur,
Chers collègues,
Chers amis,

If economists could manage to get themselves thought of as humble, competent people on a level with dentists, that would be splendid.
John Maynard Keynes

1Il y a presque quinze ans, j’ai eu l’insigne honneur d’être invitée à prononcer une leçon inaugurale, dans ce même amphithéâtre. J’avais alors saisi cette opportunité afin d’appeler de mes vœux, pour l’économie et la politique économique, une approche plus pragmatique et plus humaine de la pauvreté, une troisième voie entre la tentation de baisser les bras devant l’ampleur des problèmes liés à la grande pauvreté dans le monde et la séduction illusoire de solutions à l’emporte-pièce.

2J’ouvrais la conférence sur une série de constats déprimants :

  • 1 Esther Duflo, Expérience, science et lutte contre la pauvreté, Paris, Collège de France/Fayard, col (...)

En 2005, 1,4 milliard de personnes vivaient avec moins d’un dollar par jour ; chaque année, au moins 27 millions d’enfants ne reçoivent pas les vaccinations essentielles, 536 000 femmes meurent en couches, et plus de 6,5 millions d’enfants meurent avant leur premier anniversaire ; plus de la moitié des enfants scolarisés en Inde sont incapables de lire un texte d’un paragraphe1.

« Nous ne détenons pas la clé de la fin de la pauvreté », disais-je alors, « mais il est possible de lutter mieux contre les maux qu’elle engendre. Le savoir a sa place dans cet effort : il doit nous aider à proposer des solutions et à en évaluer la pertinence ».

3Concrètement, je proposais la méthode expérimentale et en particulier l’expérimentation créative pour aider à élaborer et à tester des solutions concrètes à des problèmes précis. Cette méthode, qui s’inspire des essais cliniques, évalue une (ou plusieurs) interventions dans les conditions de la vie réelle, mais en choisissant de manière aléatoire les participants et les non-participants. Par exemple, un programme de soutien scolaire peut être mis en place dans cent villages choisis au hasard parmi trois cents, avec un suivi des performances des enfants dans l’ensemble des villages. Le hasard assure que les écoles « traitées » et les écoles « contrôles » sont similaires et que toute différence entre les performances des élèves peut être attribuée au programme.

  • 2 J-PAL (Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab) est un laboratoire d’action contre la pauvreté fondé (...)

4Pour être tout à fait honnête, en janvier 2009, cette méthode était encore à sa genèse. J-PAL2, le réseau que j’ai fondé, avait alors cent projets en cours ou terminés, ce qui était certes respectable, mais pas encore suffisant pour créer une vraie différence dans la vie d’un grand nombre de gens. Les expériences randomisées étaient encore perçues comme quelque peu exotiques dans la science économique. Mon optimisme quant à son potentiel tenait peut-être à l’arrogance de la jeunesse. (Presque) quinze ans, un mariage, deux enfants, quelques livres et quelques rides plus tard, où en sommes-nous ? Le monde a-t-il progressé ou régressé dans la lutte contre la pauvreté et les maux qu’elle engendre ? La méthode expérimentale a-t-elle tenu les promesses que je faisais pour elle ?

Tout va mieux

5Commençons par les bonnes nouvelles. Entre 1990 et 2019, jusqu’à la crise du Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne dont nous ne connaissons pas encore les conséquences économiques de long terme, la qualité de la vie des plus pauvres s’est considérablement améliorée.

6En 2019, 8,7 % de la population mondiale (soit « seulement » 668 millions d’individus) vivaient avec moins de 1,90 dollar par jour et par personne. La part de la population mondiale vivant sous ce seuil avait presque été divisée par deux depuis 2010 (15,8 %)3. Et contrairement à ce que l’on entend souvent, la réduction de la pauvreté extrême n’est pas seulement due à la Chine et à l’Inde. Entre 2000 et 2015, 802 millions de personnes sont passées au-dessus du seuil de consommation de 1,90 dollar par jour et par habitant dans quinze pays4. La Chine et l’Inde (où le nombre d’individus vivant dans la pauvreté extrême a baissé respectivement de 494 et 162 millions) en font évidemment partie, mais on compte aussi plusieurs pays d’Afrique et d’autres pays d’Asie… Par exemple, entre 2000 et 2011, le taux de pauvreté a chuté de 86 % à 49,1 % en Tanzanie (ce qui représente 5,3 millions de personnes). Au Tadjikistan, au Tchad, dans la République du Congo, le taux de pauvreté a baissé de 3 % par an. Au Vietnam, en Indonésie, au Pakistan, plusieurs dizaines de millions de personnes sont sorties de la pauvreté extrême. En somme, dans un monde où les inégalités ont par ailleurs explosé depuis les années 1980, les plus pauvres ont pu (modestement) tirer leur épingle du jeu, comme l’ont illustré les travaux de la Word Inequality Database : la croissance des revenus aux différents déciles de la distribution mondiale des revenus suit une courbe en forme d’éléphant, avec une grande trompe5 (fig. 1) ; les 50 % les plus pauvres ont capté 9 % de la croissance mondiale entre 1980 et 2020 (et les 1 % les plus riches, 29 %).

Figure 1

Figure 1

La courbe de l’éléphant, 1980-2020. D’après Lucas Chancel, Thomas Piketty, Emmanuel Saez, Gabriel Zucman et al., « World inequality report 2022 », World Inequality Lab, 2021, p. 61.

7On pourrait répondre à ces chiffres qu’extraire les gens de la pauvreté extrême n’est ni tellement difficile ni tellement impressionnant : la ligne est si basse qu’il ne faut pas grand-chose pour la dépasser. Mais les plus pauvres ont également connu une amélioration de leurs conditions de vie. Les indicateurs de santé se sont fortement améliorés. De 2000 à 2017, le taux de mortalité maternelle a baissé de 38 % : de 342 morts pour 100 000 naissances à 211 morts pour 100 000 naissances6. C’est encore presque 300 000 décès maternels en 2017, mais c’est un grand progrès7. Dans la même période (2000-2017), le taux de mortalité infantile est passé de 76 pour 1 000 à 40 pour 1 000, une chute de 47 %8. En 1990, un enfant sur 11 mourait avant 5 ans. En 2020, ce n’était plus qu’un enfant sur 27.

8En 2019, il restait 60 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire non scolarisés, après un rapide déclin de ce chiffre entre 1990 et 20059. La scolarisation primaire est aujourd’hui quasiment universelle, sauf en Afrique sub-saharienne où un enfant sur 5 ayant l’âge d’aller en primaire ne va pas à l’école10. Certains indicateurs ont fait moins de progrès. Les performances en termes d’apprentissage restent peu reluisantes : en Inde, la moitié des enfants du niveau CM2 ne savent toujours pas lire un paragraphe11.

9Ces progrès ont ceci de remarquable qu’ils ont eu lieu y compris dans des pays où la croissance économique n’a pas été au rendez-vous. Si la mortalité maternelle est de loin la plus élevée en Afrique sub-saharienne, elle a néanmoins chuté de 39 % entre 2000 et 201712 (une baisse moins rapide qu’en Asie du Sud, mais similaire à la moyenne mondiale). Les pays dans lesquels la mortalité maternelle ou infantile a le plus diminué depuis 2000 (Biélorussie, Bangladesh, Cambodge, Kazakhstan, Malawi, Maroc, Mongolie, Rwanda, Timor oriental ou Zambie) se trouvent sur tous les continents, ont des régimes politiques différents et des réussites économiques différentes13. Sans qu’il soit possible d’établir avec certitude un lien de cause à effet, un facteur commun à ces pays a été un investissement important dans les soins prénataux, un des facteurs qui permettent d’anticiper et de prévenir les difficultés durant l’accouchement14.

10L’amélioration sensible des indicateurs de développement humain traduit, au moins pour une part, un plus grand pragmatisme, à la fois dans les pays en développement et chez les bailleurs bilatéraux ou multilatéraux. Les dix « objectifs du millénaire » des Nations unies, remplacés par les bien plus nombreux et plus atomisés « objectifs de développement durable » (Sustainable Development Goals), ont eu le mérite de réorienter au moins une partie de l’attention des gouvernements depuis des objectifs de croissance économique vers des objectifs chiffrés en termes de santé, d’éducation, etc. – et sans doute également de déplacer la pression de l’extérieur depuis des objectifs purement macroéconomiques (le fameux « consensus de Washington », axé sur la réduction des déficits, l’ouverture au commerce international, la stabilité macroéconomique) vers des critères humains.

11Cette transition a eu deux effets vertueux. Le premier est de nous libérer de l’illusion que la croissance est synonyme de bien-être. « On ne tombe pas amoureux d’un taux de croissance », comme l’écrivait la génération de mes parents en 1968. La croissance économique, le contrôle des budgets, la dette, sont (au mieux) des outils qui peuvent conduire à un bien-être plus élevé (ou pas, si toute la croissance est captée par les plus riches, ou si la réduction des déficits s’opère en coupant dans les dépenses de protection sociale). La réduction de la mortalité infantile ou maternelle, en revanche, est un gain en soi.

12Le second est le fait que les problèmes concrets et bien posés appellent plus facilement des réponses précises. Quinze ans après ma première leçon inaugurale, où je notais le déboire des efforts statistiques pour trouver les facteurs qui pourraient prédire la croissance économique, nous n’avons toujours pas percé ses secrets. Les taux de croissance dans les pays les moins riches continuent à fluctuer pour des raisons que personne ne comprend tout à fait et qui n’ont que peu à voir avec ce que font leurs dirigeants. Mais nous avons désormais, sur nombre de sujets qui concernent directement la vie et la mort, une compréhension beaucoup plus précise des actions qui se révèlent efficaces et de celles qui le sont moins. Depuis quinze ans, ces connaissances se sont accumulées à un rythme impressionnant, grâce notamment à la multiplication des expérimentations.

13Dans le même temps, les décideurs politiques des pays du Sud se sont trouvés réceptifs envers ce type de données, sans doute précisément parce qu’ils voulaient faire des progrès plus rapides sur des problèmes précis.

14Sous l’effet de ces deux tendances, le rôle de l’approche expérimentale dans la politique publique s’est transformé et considérablement accru.

L’influence des expériences

  • 15 Lant Pritchett, « It pays to be ignorant: A simple political economy of rigorous program evaluation (...)

15Au début des années 2000, certaines critiques des évaluations randomisées suggéraient que celles-ci n’intéresseraient jamais les décideurs politiques, car ce n’était pas dans leur intérêt. Je citais dans ma leçon l’article de Lant Pritchett, « L’ignorance paie », qui prédisait un manque d’intérêt pour les résultats expérimentaux15. Si vous êtes le président, à quoi bon risquer de découvrir que votre programme idéal ne fonctionne pas ? Ne vaut-il pas mieux rester ignorant ? C’est mal comprendre le quotidien des hommes et des femmes qui travaillent sur le terrain. Certes, ils ont parfois des programmes de prédilection et la tentation de l’inertie est forte. La connaissance n’est pas nécessairement une alliée si le programme doit continuer quelles que soient les circonstances. Mais l’expérimentation peut les convaincre qu’ils pourraient mieux mettre en œuvre les politiques auxquelles ils tiennent, et ils sont souvent ouverts aux suggestions pour les améliorer. Par ailleurs, il y a également les nombreux problèmes qu’ils doivent résoudre quotidiennement et sur lesquels ils n’ont pas toujours beaucoup d’idées préconçues. Sur de tels sujets, ils peuvent être disposés à écouter.

  • 16 Jonas Hjort et al., « How research affects policy: Experimental evidence from 2,150 Brazilian munic (...)

16Pour savoir si les responsables politiques s’intéressaient aux résultats des études, une équipe de chercheurs en a fait son sujet de recherche16. Lors d’une conférence des maires du Brésil, elle a commencé par convier les élus à mener une expérience de pensée, leur demandant s’ils étaient prêts à sacrifier une partie de la prime de participation qui leur avait été accordée afin d’obtenir les résultats d’expériences randomisées portant sur des programmes pour la petite enfance. La réponse des maires témoigne de leur intérêt pour les résultats : non seulement ils étaient prêts à payer (environ 30 dollars), mais ils faisaient également preuve d’une certaine sophistication. Ils étaient prêts, par exemple, à payer davantage pour des études aux échantillons plus larges et pour des études plus précises. Dans une autre expérience, les chercheurs ont invité 881 maires (choisis au hasard parmi plus de 1 600) à une session d’information destinée à leur présenter les résultats d’études montrant que des lettres de rappel envoyées aux contribuables étaient efficaces pour les inciter à payer leurs impôts. Trente-sept pour cent des maires acceptèrent l’invitation. Entre un an et demi et deux ans plus tard, les maires qui avaient été invités à la session d’information étaient plus nombreux à avoir adopté les lettres de rappel.

17Je suis la première à me méfier des intuitions, mais ces résultats correspondent à mon expérience personnelle : dans ma vie professionnelle, je suis amenée à rencontrer des décideurs politiques et je trouve souvent des personnes à l’écoute, qui veulent choisir les interventions efficaces plutôt que celles qui ne le sont pas et qui sont prêtes à expérimenter au pied levé quand les données ne leur semblent pas suffisantes pour prendre une décision. J’en ai fait l’expérience au cœur de la crise du Covid-19. Fin mars, je recevais un e-mail urgent de M. Shegun Bakari, un conseiller du président du Togo (que je n’avais alors jamais rencontré). Le Togo voulait mettre en place un programme de soutien à la population dans les régions qu’il fallait confiner pour limiter la pandémie, et le gouvernement souhaitait obtenir quelques conseils. Au cours de notre rendez-vous, qui se déroula par téléphone, M. Bakari m’annonça que leur intention était de distribuer des paniers alimentaires. Je pus immédiatement lui déconseiller cette solution : nous disposons de nombreuses études montrant qu’à l’exception des régions extrêmement lointaines où la nourriture n’arrive pas facilement, l’effet des transferts financiers sur la consommation alimentaire est similaire à celui des transferts de nourriture, alors que ces derniers sont bien plus difficiles et onéreux à déployer. En période de pandémie, la logistique d’une livraison d’aliments promettait d’être encore plus compliquée. Je suggérai plutôt au conseiller de mettre en place un système de transferts de monnaie électronique, en utilisant les portefeuilles digitaux sur téléphones mobiles qui se sont répandus en Afrique depuis quelques années.

  • 17 Voir le site Internet officiel du programme, https://novissi.gouv.tg/.
  • 18 Selon le FMI, le Togo a connu une croissance de 1,8 % de son PIB en 2020 et de 5,3 % en 2021, https (...)

18Après m’avoir posé quelques questions, M. Bakari m’a indiqué qu’il se renseignerait sur ce qu’ils pouvaient faire. Quelques jours plus tard, il m’a rappelée. Avec la ministre de la transformation numérique, Mme Cina Lawson, ils allaient lancer le programme. Pouvais-je les aider à le mettre en œuvre ? En particulier, comment identifier les ménages qui avaient vraiment besoin d’aide ? J’ai alors pu les mettre en contact avec une équipe des universités de Berkeley et de Northwestern ainsi qu’avec l’organisation Innovations for Poverty Action (IPA). Le programme Novissi a été développé de toutes pièces en quelques semaines par une petite équipe technique réunie autour de M. Bakari et Mme Lawson17. Tous les opérateurs téléphoniques se sont entendus pour collaborer sur une seule plateforme. Les bénéficiaires s’enregistrent au moyen d’un téléphone. Après avoir saisi leurs informations sur un menu USSD, ils reçoivent immédiatement le transfert. Le programme a touché les premiers bénéficiaires en avril 2020 dans les villes principales. Précurseur dans son genre, il est à présent l’un des exemples favoris d’une protection sociale réussie pendant la pandémie. Le président du Togo, que j’ai pu rencontrer quelque temps plus tard, lui a attribué la gestion relativement aisée de la pandémie dans le pays, qui n’a pas connu de récession pendant cette période18.

  • 19 « Togo’s Novissi cash transfer: Designing and implementing a fully digital social assistance progra (...)

19L’intérêt du gouvernement togolais pour la recherche ne s’est pas arrêté à la seule prise en compte des résultats. Une limite à laquelle les pouvoirs publics ont été confrontés dès le début est le manque de données pour cibler le programme. Le dernier recensement datait de 2011 et le Togo ne disposait alors d’aucune base recensant les personnes éligibles à des transferts sociaux. La pandémie n’était pas le moment opportun pour aller collecter ces données. En octobre 2020, cependant, un partenariat avec l’organisation GiveDirectly (qui finance des transferts financiers) a permis une extension de Novissi à des zones rurales. À cette occasion, une recherche-action a été conduite afin d’évaluer si un système de ciblage s’appuyant sur l’intelligence artificielle pour exploiter, d’une part, des données satellitaires (en vue d’identifier les régions et les villages pauvres) et, d’autre part, les données d’utilisation des téléphones (en vue d’identifier les individus pauvres) permettrait de mieux cibler les ménages que d’autres méthodes qui auraient pu être mises en œuvre pendant la pandémie. Un an plus tard, environ 24 millions d’euros avaient été déboursés, touchant plus de 800 000 bénéficiaires, et le Togo était devenu un leader de l’innovation dans les politiques sociales19. Cet exemple est particulièrement gratifiant compte tenu de l’importance de la question qui m’était posée et de la réactivité des ministres, mais il n’est pas isolé. Les chercheurs de J-PAL et des nombreuses autres organisations de l’écosystème de l’évaluation d’impact qui se sont développées dans son sillage (IPA, IDinsights, CEGA/Center for Effective Global Action, DIL/Development Impact Lab) entretiennent des relations institutionnelles ou individuelles, formelles ou informelles avec des instances gouvernementales dans de nombreux pays et sont impliqués dans l’innovation sociale et l’évolution des politiques publiques à tous les niveaux. Nous y reviendrons plus loin.

20Le résultat de la combinaison de ces deux tendances (des problèmes plus concrets et davantage de solutions) est clair : l’influence des expérimentations sur le choix des politiques publiques est aujourd’hui réelle et n’a fait qu’augmenter depuis quinze ans. Le réseau mondial J-PAL calcule le nombre de vies impactées positivement par des programmes ou des interventions que des chercheurs de J-PAL ont évalués et dont ils ont déterminé l’efficacité. Certains de ces programmes ont ensuite été repris par des gouvernements, des organisations, voire des entreprises privées, ce qui leur a permis de toucher un grand nombre de vies.

21Il est difficile de suivre l’impact de tous les projets et le recensement est loin d’être complet, mais nos calculs montrent que 540 millions de personnes ont été touchées par un de ces programmes (à la date de novembre 2022)20. On trouve des personnes affectées sur tous les continents : en France, où Pôle emploi a incorporé les résultats expérimentaux dans son approche21 ; en Afrique, où des millions d’enfants reçoivent un traitement préventif contre les vers intestinaux, suite à des travaux d’Edward Miguel et Michael Kremer montrant leur efficacité à court et long terme22 ; en Amérique latine, où des chercheurs ont aidé à monter un programme de soutien aux ménages pendant la crise du Covid-1923 ; aux États-Unis, où Facebook a envoyé gratuitement des millions de messages pour encourager ses usagers à ne pas voyager pendant le pic de la crise sanitaire24 ; en Indonésie, où 15,5 millions de ménages ont reçu une carte leur indiquant les programmes auxquels ils avaient droit25 ; en Inde, où des millions d’enfants apprennent mieux à l’école grâce à l’extension du programme d’enseignement ciblé26, et la liste pourrait s’étendre.

  • 27 Charles Kenny et Justin Sandefur, « Can Silicon Valley save the world? », Foreign Policy, vol. 201, (...)

22Cinq cent quarante millions de personnes, c’est déjà beaucoup. Mais cela ne représente qu’une faible partie des programmes évalués par J-PAL (cinq d’entre eux ont touché plus de 10 millions de vies après leur évaluation ; à lui seul, le programme de déparasitage systématique a touché 292 millions de vies). Certains considèrent que c’est un signe de l’échec de l’ambition de J-PAL27. Il est bon, néanmoins, de noter qu’il est normal que tout ne passe pas à l’échelle. Par définition, la plupart des projets innovants échouent ! Cela est vrai aussi bien pour l’innovation commerciale que pour l’innovation sociale. L’important (pour un fonds d’investissement ou pour une organisation comme J-PAL) est d’obtenir quelques réussites suffisamment significatives pour justifier l’investissement total dans le portefeuille (réussites et échecs).

  • 28 Michael Kremer et al., « Is development innovation a good investment? Which innovations scale? Evid (...)

23Une étude réalisée par Michael Kremer et l’équipe de DIV (Development Innovation Ventures), un programme qui finance des projets innovants et leur évaluation aléatoire (sur le modèle de ce que fait J-PAL), apporte une réponse systématique à cette question en calculant le taux de rendement social du portefeuille des 41 projets financés par DIV (pour un total de 19 millions de dollars). L’étude prend en compte le fait que, dans de multiples situations, le nombre de personnes touchées n’est pas connu (le passage à l’échelle prend du temps) et/ou les bénéfices sont difficiles à calculer. Mais elle montre que le passage à l’échelle de dix de ces 41 innovations a touché plus d’un million de gens. Sur ces dix, quatre ont des bénéfices sociaux relativement faciles à calculer (en termes de vies sauvées ou de gains économiques) : combinées, elles représenteraient, d’après les estimations de l’étude, un bénéfice social de 86 millions de dollars sur huit ans pour un taux de rendement annuel de 77 %, bien supérieur au taux de rendement sur le marché financier et à l’objectif de 15 % que s’était fixé DIV28.

24Et pourtant, ces chiffres, bien qu’impressionnants, ne révèlent qu’une infime partie de l’influence de l’expérimentation. Souvent, ce sont les leçons tirées des expériences qui se répandent dans le monde des décideurs, sans qu’on puisse faire le décompte exact du nombre de personnes touchées par la généralisation directe d’un programme ayant été évalué dans une recherche. J’avais relaté dans ma première leçon inaugurale l’exemple des moustiquaires imprégnées. Un débat faisait rage au début des années 2000 entre Jeffrey Sachs, charismatique professeur d’économie à l’université de Columbia, et William Easterly, non moins charismatique professeur à l’université de New York, sur la manière la plus appropriée de distribuer des moustiquaires imprégnées d’insecticide pour lutter contre le paludisme29. Sachs proposait de les distribuer massivement et gratuitement. Dans la mesure où elles produisent des effets d’externalités positives (s’il y a suffisamment de moustiquaires imprégnées dans une région, les moustiques n’ont plus de quoi se nourrir), il relève du bon sens de subventionner au moins en partie l’achat des moustiquaires. Mais jusqu’à quel point ? Selon William Easterly, il était préférable de vendre les moustiquaires à un prix faible et non de les donner. Une des raisons avancées est qu’un prix faible, mais non nul, décourage les personnes qui n’en ont pas l’usage d’en acquérir une « au cas où » : ce dispositif permet de s’assurer que les moustiquaires soient attribuées à ceux qui en ont vraiment besoin. Un autre argument relève de la psychologie : le simple fait de payer pour quelque chose le rend plus précieux. Pour ces deux raisons, les personnes ayant acheté une moustiquaire auraient donc une probabilité plus importante de l’utiliser.

25Avec différents collaborateurs, une jeune économiste française, Pascaline Dupas, avait testé ces hypothèses dans une série d’expériences et montré que les prix positifs découragent fortement les achats de moustiquaires, mais que les moustiquaires gratuites sont tout aussi bien utilisées que les autres30. Ces résultats avaient fini par remporter le débat. Depuis, de nombreux organismes importants (dont l’OMS) mettent en avant l’élimination des frais pour les usagers des services de soins préventifs, dont les moustiquaires. En 2009, le gouvernement anglais citait l’étude de Cohen et Dupas pour justifier un appel en faveur de la gratuité totale des soins préventifs. Les donateurs privés, comme l’organisation GiveWell, ont suivi, citant également J-PAL pour justifier leur financement et leur recommandation d’Against Malaria Foundation (AMF), un organisme qui distribue des moustiquaires31.

26En avril 2008, le partenariat Roll Back Malaria (une plateforme de cinq cents partenaires incluant des organisations internationales, des gouvernements, des ONG et le secteur privé) lançait une initiative dont l’objectif était la couverture universelle de moustiquaires dans les régions à risque en utilisant tous les canaux possibles, y compris les distributions massives gratuites et les services de routine. Dans certains cas, comme pour Population Service International (PSI), un leader dans la lutte contre le paludisme, adopter la gratuité a représenté un changement complet de stratégie. Alors que PSI avait historiquement défendu la pratique consistant à faire payer pour les moustiquaires, l’organisme a rejoint Roll Back Malaria et promeut aujourd’hui les distributions massives. Grâce à ce changement de stratégie, les moustiquaires se sont répandues rapidement en Afrique. En 2019, l’OMS estimait que 68 % des ménages africains possédaient au moins une moustiquaire imprégnée, contre environ 5 % en 200032. Dans le même temps, le nombre de morts du paludisme est passé de 736 000 en 2000 à 409 000 en 2019 et l’incidence du paludisme a chuté de 27 % entre 2000 et 2015. Cette chute a bien sûr de nombreuses causes, mais en l’absence d’autres armes (jusqu’à l’arrivée très récente d’un vaccin), la distribution des moustiquaires a joué un rôle clé. Les estimations les plus crédibles, dont un article publié par la revue Nature, font état de 450 millions de cas de paludisme et 4 millions de morts évités grâce aux moustiquaires33.

27Même William Easterly, qui ne témoigne en général de sympathie ni pour l’approche expérimentale ni pour Jeff Sachs, s’est trouvé contraint d’admettre sa défaite. Dans un tweet publié le 28 août 2017, il déclarait (pour accompagner un graphique montrant la baisse des cas de paludisme en Afrique) :

  • 34 « Il semble que @JeffDSachs ait eu davantage raison que moi sur l’efficacité de la distribution mas (...)

Looks like @JeffDSachs got it more right than I did on effectiveness of mass bed net distribution to fight malaria in Africa34.

28Dans les statistiques de J-PAL, seuls les quelques millions de moustiquaires distribuées par AMF sont considérés comme le produit d’un passage à l’échelle. Mais le discours et la politique ont changé de manière plus générale, grâce à la recherche. Au-delà des moustiquaires, c’est l’idée de la gratuité totale des soins et des services préventifs que cette recherche, avec une série d’autres expériences, a permis de promouvoir.

Peintre pointilliste ou plombier ? Comment les choses se passent en réalité…

29Cependant, aussi séduisant (et important) que se révèle cet exemple où une idée et une intervention spécifique font leur chemin grâce à un petit nombre de démonstrations expérimentales, il n’est pas réellement représentatif de la manière dont l’approche expérimentale a été incorporée dans la décision publique. Le chemin est bien souvent plus tortueux.

  • 35 Angus Deaton et Nancy Cartwright, « Understanding and misunderstanding randomized controlled trials (...)
  • 36 Rachael Meager, « Understanding the average impact of microcredit expansions: A Bayesian hierarchic (...)

30Tout d’abord, c’est souvent tout un groupe de projets qui est nécessaire pour faire évoluer un consensus. Cela est bien naturel : les résultats d’une seule étude pourraient être dus au hasard ou à des conditions particulièrement favorables (ainsi que l’ont fait remarquer les critiques de la méthode, tel Angus Deaton35). C’est donc une accumulation d’expériences dans des contextes différents qui permet de formuler des conclusions généralisables. Après l’enthousiasme dont il a fait l’objet dans les années 2000 puis le sévère retour de bâton qui a suivi, le microcrédit, par exemple, est aujourd’hui davantage perçu comme un outil parmi d’autres dans la lutte contre la pauvreté, avec ses atouts et ses faiblesses. Cela est dû en particulier à l’accumulation de sept expériences randomisées, réalisées sur plusieurs continents, dans des contextes différents et par des équipes différentes, mais publiées ensemble et analysées conjointement avec des méthodes économétriques modernes par Rachael Meager36. Cet ensemble d’études nous offre une conclusion solide qui n’aurait pu être aussi ferme si une seule étude avait été réalisée : ni miracle, ni désastre, le microcrédit ne tient pas ses promesses d’être la solution permettant au plus grand nombre de sortir de la pauvreté, même si certaines personnes peuvent en bénéficier.

  • 37 Abhijit Banerjee, Rukmini Banerji, James Berry, Esther Duflo, Harini Kannan, Shobhini Mukerji, Marc (...)
  • 38 Ibid.

31Ensuite, pour passer de l’expérimentation contrôlée à une politique généralisable, il ne suffit pas d’une note de synthèse bien écrite : le passage à l’échelle nécessite des adaptations et des évolutions, qui requièrent elles-mêmes leur propre expérimentation pour être évaluées37. Un programme initialement mis en œuvre par des personnes très motivées doit maintenant faire partie de la routine, entrer dans la culture d’un gouvernement. Un programme passé à l’échelle peut aussi avoir des effets globaux sur l’économie (par exemple, les bénéfices pour chaque individu scolarisé seront différents si très peu de personnes vont au lycée ou bien si toute une classe d’âge y accède). La première expérience aléatoire à laquelle j’ai participé, qui est aussi l’exemple que j’avais choisi pour illustrer la méthode lors de ma leçon de 2009, était le programme de soutien scolaire de Pratham. Pour passer de cette expérience concluante à un programme généralisable, il a fallu quinze ans d’évolution et d’évaluation38 (ce qui n’a pas empêché Pratham de travailler entretemps, bien évidemment).

  • 39 Esther Duflo, « The economist as plumber », American Economic Review, vol. 107, no 5, 2017, p. 1-26 (...)

32Enfin, ce que recherchent souvent les décideurs politiques, ce sont moins des idées radicalement nouvelles que des informations pratiques sur la manière de mieux exécuter les politiques qui leurs sont chères. Dans ma leçon inaugurale de 2009, j’introduisais pour la première fois une métaphore que j’ai trouvée très utile (tant et si bien que j’en ai fait le titre d’une conférence que j’ai donnée devant l’American Economic Association39) de l’économiste comme plombier.

33J’écrivais alors :

  • 40 Esther Duflo, Expérience, science et lutte contre la pauvreté, op. cit., p. 38-39.

Il est donc utile de penser aux économistes, non comme à de purs scientifiques, mais comme à des techniciens, des ingénieurs ou même des plombiers qualifiés. Dans un certain nombre de domaines, les économistes ont une expertise et des modèles qui peuvent servir de guide pour proposer des réponses à des problèmes spécifiques ou pour analyser et évaluer théoriquement les solutions proposées par des acteurs de terrain40.

  • 41 Voir par exemple Rema Hanna, Sendhil Mullainathan et Joshua Schwartzstein, « Learning through notic (...)

34Or il se trouve que les questions de politique économique impliquent souvent une bonne part de plomberie : les grandes idées, les réformes structurelles, attirent peut-être plus facilement les hommes et les femmes politiques, ainsi que nombre de leurs conseillers (y compris les économistes), mais dès lors qu’il est question de mettre en œuvre une politique sur le terrain, les questions et les détails pratiques se multiplient, et ce sont ces détails qui peuvent faire la différence entre un succès et un échec. Les grandes orientations sont souvent données par un cadre idéologique ou politique clair (parfois fourni par le type d’économiste relevant davantage du « scientifique » que du plombier) ; les procédures, dans les grandes lignes, par les ingénieurs ou les bureaucrates. Cependant, les détails sont trop souvent ignorés, d’abord parce que la tendance à ne pas y prêter entièrement attention (même à ceux qui pourraient être importants) est profondément humaine41, mais également parce que les économistes et les hommes politiques sont particulièrement sujets à ces oublis.

  • 42 Matthew Smith, « Leave voters are less likely to trust any experts–even weather forecasters », YouG (...)

35La formation des économistes, en général, leur enjoint précisément d’ignorer les détails. L’art de la modélisation consiste en effet à simplifier la réalité pour découvrir la logique interne d’hypothèses essentielles. La lumière est dirigée de manière à illuminer les principes généraux, et non des détails qui pourraient être hautement spécifiques à une situation particulière. Ces derniers sont des distractions. Pour mieux se concentrer sur les principes généraux, l’économiste-scientifique va négliger ces détails agaçants. Cela explique pourquoi le niveau de confiance dans les économistes est au plus bas (ce sont les experts les moins fiables, d’après un sondage réalisé par YouGov au Royaume-Uni en 201742).

  • 43 James C. Scott, Seeing Like a State [1998], Yale, Yale University Press, 2008 ; traduction français (...)

36Les politiciens sont souvent victimes de l’illusion du « haut modernisme » de l’État, décrite par James Scott dans L’Œil de l’État43. Ils ont une tendance à simplifier les problèmes auxquels ils sont confrontés jusqu’à les faire coïncider avec la notion préconçue de ce que leurs administrés devraient vouloir, ce dont ils devraient avoir besoin ou ce qu’ils devraient être. Le livre de Scott décrit des épisodes où cette approche moderniste s’est révélée particulièrement catastrophique, mais la tentation de réduire la complexité des citoyens jusqu’à pouvoir les modéliser selon une image idéale affecte les politiciens de manière plus générale.

  • 44 Esther Duflo et Abhijit V. Banerjee, Repenser la pauvreté, Paris, Seuil, 2012.

37L’absence d’expérimentation, la difficulté de se concentrer sur les détails et la puissance de l’idéologie se combinent dans ce que nous avons appelé, avec Abhijit Banerjee, les « 3 I » : idéologie, ignorance, inertie44. Les décideurs politiques mettent en place des programmes fondés sur l’idéologie de l’époque (ou la leur), dans l’ignorance des détails, et une fois que les politiques sont en place, elles le restent.

38Ce manque d’intérêt pour les détails n’est bien sûr pas propre à nous réjouir. L’enfer des politiques est pavé de bonnes intentions où les réalisations n’ont pas suivi. Mais il ouvre par la même occasion un boulevard pour les économistes-plombiers : si les détails ne sont pas particulièrement importants, personne n’y est trop attaché. Là où il peut être extrêmement difficile de persuader un gouvernement, des inspecteurs ou des enseignants de changer d’approche pédagogique, même avec une solide démonstration expérimentale, les chercheurs sont reçus à bras ouverts s’ils savent se rendre utiles humblement pour améliorer la mise en place d’un projet existant (comme Keynes l’appelait de ses vœux). À tous les niveaux, les décideurs prennent conscience du fait que ces collaborations augmentent leurs chances de succès pour les programmes qu’ils voulaient mettre en place. Cela ouvre la possibilité de collaborations passionnantes entre des bureaucrates désireux de faire au mieux et instruits des possibilités administratives et des chercheurs modestes bénéficiant de l’expertise de base de la discipline, d’expériences acquises dans d’autres contextes et de la maîtrise des outils de l’expérimentation pour guider la prise de décision sur les détails, sans se substituer aux gouvernements sur la définition des grandes lignes.

39Un projet au Maroc, qui a cette fois-ci un rapport direct avec la plomberie, illustre bien les avantages d’une telle collaboration45. Le gouvernement voulait faire bénéficier les ménages les plus pauvres d’un accès à l’eau. Pour cela, il avait bien conçu le cadre général du programme : les entreprises qui souhaitaient obtenir l’exploitation du réseau d’eau et d’assainissement dans les grandes villes devaient s’engager à faire les travaux nécessaires pour que les ménages pauvres puissent accéder au réseau. L’entreprise Véolia, qui avait gagné l’appel d’offre pour Tanger, avait réalisé les gros travaux pour amener l’eau et l’assainissement dans les ruelles du vieux centre. L’État avait également conçu un abonnement sans frais d’accès : le prix des travaux du raccordement individuel était inclus dans un prêt à taux zéro, remboursé chaque mois avec la facture d’eau. Tout était donc en place : la volonté politique, les travaux des ingénieurs civils, le montage financier. Mais les clients ne venaient pas ! La demande pour le raccordement était très faible. C’est alors que j’ai rencontré Olivier Gilbert, de Véolia. Il s’intéressait à cette énigme. Je m’intéressais de mon côté à l’impact possible d’un raccordement à l’eau potable sur la vie et la santé des habitants. Nous avons entrepris de travailler ensemble.

40L’équipe de Véolia nourrissait des idées (parfaitement raisonnables) sur les barrières qui empêchaient les ménages de demander le raccordement : conflits entre propriétaires et locataires, manque de fonds, conflits entre membres de la famille élargie. Mais en circulant dans la ville et en interrogeant les habitants, nous avons découvert une autre barrière, plus facile à ouvrir : la procédure de candidature, comme c’est souvent le cas pour les programmes gouvernementaux dans le monde entier, était compliquée. Tout candidat au raccordement devait se présenter en personne dans un bureau du centre administratif, assez éloigné de son domicile, avec une pile de documents – et s’il manquait un document, il devait revenir. La plupart des habitants avaient simplement abandonné.

  • 46 « Dématérialisation et inégalités d’accès aux services publics », Défenseur des droits, 2019 : http (...)
  • 47 Vivi Alatas, Ririn Purnamasari, Matthew Wai-Poi, Abhijit Banerjee, Benjamin A. Olken et Rema Hanna, (...)

41Ce type de course d’obstacles pour l’obtention d’un droit, qu’on rencontre aussi bien dans les pays riches que dans les pays pauvres (en France, le rapport du Défenseur des droits sur la manière dont la dématérialisation des démarches administratives – mais pas leur simplification – a creusé les inégalités est sans appel46), est parfois intentionnel. Faire franchir des obstacles est une manière de s’assurer que seuls ceux qui ont vraiment besoin d’un service (ou d’une aide) vont entreprendre la démarche, ce qui est un moyen de cibler implicitement47. Mais le plus souvent, c’est simplement le sous-produit d’un effort de surveillance trop poussé et de la méfiance des fonctionnaires à l’égard de leurs administrés. De nouvelles strates de documentation et de vérifications sont superposées aux anciennes, sans jamais en enlever aucune.

  • 48 Florencia Devoto, Esther Duflo, Pascaline Dupas, William Parienté et Vincent Pons, « Happiness on t (...)

42En l’occurrence, à Tanger, la complexité de la procédure n’était pas entièrement intentionnelle. Quand nous avons proposé d’envoyer une équipe pour rendre visite aux habitants à domicile et photographier les documents chez eux, leur évitant ainsi plusieurs voyages, Véolia et le gouvernement ont accepté. Nous avons donc conçu une expérience où un habitant sur deux recevait une visite à la maison pour lui proposer une connexion. La demande a explosé, de moins de 10 % à 69 %48. La connexion a permis de libérer un temps considérable aux familles, ce qui s’est traduit par une amélioration de la santé mentale et du bien-être et une réduction des tensions familiales. Tout cela pour une petite dépense supplémentaire qui a permis de rentabiliser tout l’effort d’infrastructure qui avait été consenti.

  • 49 « Enhancing local public service delivery through financial reform of India’s employment guarantee  (...)
  • 50 « Fund flow reform for social program delivery », J-PAL, 2020, https://www.povertyactionlab.org/cas (...)
  • 51 « Property tax experiment in Punjab, Pakistan: Testing the role of wages, incentives and audit on t (...)
  • 52 « Gujarat adopts reforms after impact study shows they reduce pollution », J-PAL, 2015, https://www (...)
  • 53 Abhijit Banerjee, Esther Duflo, Clément Imbert, Santhosh Mathew et Rohini Pande, « E-governance, ac (...)

43Au cours des quinze dernières années, les études réalisées en collaboration étroite avec les partenaires (souvent des gouvernements) se sont multipliées, créant un lien rapide entre l’expérimentation et l’adoption à grande échelle, court-circuitant parfois même ce lien en créant directement une expérience à grande échelle. Certaines d’entre elles, comme celle de Véolia, ciblent l’utilisateur final avec une forme de nudge (une petite modification visant à rendre le comportement désiré plus automatique, par exemple une distribution de cartes aux bénéficiaires d’un programme pour limiter la corruption en les informant de leurs droits). D’autres visent plutôt les canalisations profondes, les tuyaux enterrés de la politique, tout autant ignorés et tout aussi importants : les flux financiers et les autorisations administratives pour le financement d’un programme complexe d’emplois garantis en Inde49, les modes de paiement des usagers pour ce même programme50, les promotions des agents fiscaux au Pakistan51, le système de sélection des auditeurs pour une obligation d’audit environnemental au Gujarat52, etc. Dans leur phase expérimentale, ces projets touchent souvent déjà des millions de personnes. Portés par un haut fonctionnaire, ils sont ensuite plus facilement étendus : ainsi, la réforme des flux financiers du programme d’emploi garanti en Inde a été testée dans un État, puis après quelques heurts, généralisée à tout le pays53.

44Le projet politique que j’avais ébauché en 2009 s’accomplit donc, à un rythme paisible, mais sûr (il n’a rien de révolutionnaire et ne peut avancer que de cette façon…). Mais l’ambition était également intellectuelle : j’appelais à faire de l’économie différemment. La pratiquer comme une science véritablement humaine : humaniste, pétrie d’erreur, une science de l’homme. Mettre l’expérimentation au cœur de la démarche n’est pas anodin, car elle nous force à confronter nos hypothèses à la réalité de terrain.

45Cette transformation intellectuelle du domaine a-t-elle eu lieu ?

46Il me semble qu’on peut répondre par l’affirmative. L’économie a considérablement évolué en quinze ans, pour devenir cette science plus pragmatique et plus expérimentale, moins sûre de ses conclusions et plus humaniste que j’appelais de mes vœux. Il serait insupportablement arrogant d’attribuer cette évolution entièrement, ou même largement, à notre action, mais il me semble malgré tout que les changements d’attitude qui ont émergé à partir de l’économie du développement ont ensuite fait tache d’huile dans la profession.

L’influence des expériences sur la recherche en économie

  • 54 « AEA RCT Registry », American Economic Association, 2023, https://www.socialscienceregistry.org/.
  • 55 Abhijit V. Banerjee, Esther Duflo et Michael Kremer, « The influence of randomized controlled trial (...)

47L’influence des évaluations randomisées en développement a explosé : J-PAL compte aujourd’hui 1 152 évaluations en cours ou complètes (plus de dix fois le chiffre de 2009) ; le registre de l’American Economic Association pour les expériences randomisées (qui ne couvre pas seulement le développement) recense près de 7 000 projets enregistrés dans 163 pays54 ; les évaluations randomisées ont fait leur entrée dans les conférences importantes, les revues les plus prestigieuses, les évaluations recensées par les méta-analyses55. Quand j’ai commencé ce type de travail, les collègues me regardaient avec admiration (peut-être était-elle feinte) pour mon courage d’entreprendre des projets si ambitieux, risqués et exotiques. Récemment, un confrère se plaignait de l’excès de prudence et du manque d’originalité d’un jeune collègue dans son approche empirique : « il ne fait que des évaluations aléatoires ». Très clairement, ce qui était autrefois le Far West de la science est aujourd’hui le mainstream et, parmi les étudiants, font figure de rebelles ceux qui ne veulent pas mener d’expériences randomisées. Se sentir un peu comme l’arrière-garde conservatrice est un effet de l’âge, bien sûr, mais également, dans une certaine mesure, de la reconnaissance institutionnelle.

48Cette explosion est allée de pair avec un changement de la nature du travail expérimental, qui a exploré de nouvelles directions, dont je ne citerai que trois ici.

  • 56 Emily Breza et al., « Effects of a large-scale social media advertising campaign on holiday travel (...)

49Une de ces directions est celle des expériences à très grande échelle, souvent réalisées en partenariat avec des gouvernements, mais pas toujours. Pendant la crise du Covid-19, j’ai pu travailler avec Facebook pour toucher 35 millions d’utilisateurs avec des messages les incitant à ne pas voyager en 2021 à l’occasion des fêtes de Thanksgiving et de Noël, dans le cadre d’une randomisation réalisée au niveau géographique56.

50À l’autre extrême, on trouve les expériences extrêmement contrôlées, destinées à mieux comprendre des comportements, à éclairer non seulement une relation de cause à effet, mais aussi un mécanisme. Ces expériences s’inscrivent dans le cadre de « l’expérimentation créative » que j’évoquais déjà en 2009, mais elles vont beaucoup plus loin.

51Enfin, l’économétrie des expériences est un domaine en plein essor : l’idée est de combiner les avancées dans la science des données avec le domaine expérimental, pour conduire à des expériences plus riches, plus utiles et mieux analysées, faisant ainsi reculer peu à peu certaines des limites bien connues des expériences.

52Cette normalisation de l’approche expérimentale a occasionné un effet d’entraînement sur l’ensemble de la discipline.

53Pour les économistes empiriques, elle a élevé le niveau d’exigence quant à la charge de la preuve. Puisque l’organisation de l’expérience « idéale » est, en principe, devenue possible la plupart du temps, seules une expérience naturelle ou une autre stratégie d’identification crédible deviennent acceptables. Là où les économètres pouvaient auparavant espérer qu’introduire quelques variables de contrôle soit suffisant pour persuader leurs lecteurs, il leur faut aujourd’hui beaucoup mieux justifier leurs décisions. Cela les a contraints à considérablement améliorer leur travail, sans nécessairement abandonner les « grandes » questions ou l’étude du temps long, mais en prenant au sérieux l’attribution causale.

  • 57 Voir Olivier Coibion, Yuriy Gorodnichenko et Michael Weber, « Fiscal policy and households’ inflati (...)

54Pour les théoriciens, l’apport des expériences est double. Tout d’abord, celles-ci peuvent être mises en place pour évaluer les implications d’une théorie qui seraient très difficiles à tester dans la vie réelle. Même les macroéconomistes mènent aujourd’hui des expériences aléatoires pour tenter d’estimer des paramètres essentiels à la prédiction des impacts des politiques macroéconomiques, comme la perception de l’inflation par les ménages57.

55Les résultats expérimentaux, par ailleurs, peuvent s’accumuler et conduire à remettre en cause des théories établies, parfois même si bien établies qu’elles inspirent, de manière plus ou moins consciente, la politique économique.

  • 58 Selon Abhijit V. Banerjee, Rema Hanna, Gabriel E. Kreindler et Benjamin A. Olken, « Debunking the s (...)

56Pour finir, un aller-retour peut se produire entre les deux, un résultat surprenant donnant lieu à une autre théorie potentielle, suivie d’une autre expérience. Par exemple, plusieurs études ont révélé un étonnant manque de réaction de l’offre de travail à la générosité des aides sociales (à commencer par les célèbres expériences sur la negative income tax qui avaient été mises en place précisément pour vérifier si les bénéficiaires d’une garantie de revenu minimal seraient découragés de travailler, et plus récemment les différentes expériences sur les transferts sociaux conditionnels58). Au-delà des implications pour la politique publique, ce résultat remet en question tout un pan de notre modèle de l’Homo economicus de base, qui voudrait gagner le plus d’argent possible en travaillant le moins possible. Cela a conduit les chercheurs à se poser de nouvelles questions et former de nouvelles hypothèses à propos de l’effet du revenu sur la psychologie, lesquelles ont été testées dans de nouvelles expériences. À l’opposé de celles menées à très grande échelle, les expériences « super contrôlées », très riches, très structurées, qui combinent la précision des expériences de laboratoire avec les conditions de vie réelles des expériences de terrain, sont aujourd’hui privilégiées par nombre de jeunes chercheurs.

57Plus fondamentalement, la richesse et les surprises des résultats expérimentaux sont peut-être finalement en train de nous contraindre à abandonner l’utopie d’un modèle simple (ou même complexe) qui pourrait couvrir toutes les situations. Le monde économique n’est pas le monde physique et la science économique ne peut aspirer à devenir comme la physique. Chaque situation requiert son propre modèle pour aider à la déchiffrer et à la simplifier. Et ce modèle doit être testé, il ne doit jamais être considéré comme évident seulement parce que c’est un « classique » que tous les économistes ont étudié à l’université.

  • 59 Frank Schilbach, « Alcohol and self-control: A field experiment in India », American Economic Revie (...)
  • 60 Frank Schilbach, Heather Schofield et Sendhil Mullainathan, « The psychological lives of the poor » (...)
  • 61 Matthew Ridley, Gautam Rao, Frank Schilbach et Vikram Patel, « Poverty, depression, and anxiety: Ca (...)

58L’exploration de domaines de plus en plus variés nous a partiellement libérés de la question couperet : « est-ce vraiment de l’économie, ce que vous faites ? » qui m’a poursuivie une grande partie de ma carrière (sans me troubler outre mesure, mais j’ai eu la chance de me trouver dans un département de recherche prêt à soutenir toutes mes aventures). L’éducation, est-ce bien de l’économie ? Monter des expériences d’impact, ne serait-ce pas plutôt le travail de la Banque mondiale ? La place des femmes en politique, n’est-ce pas une question un peu « woke » ? Aujourd’hui, un économiste comme Frank Schilbach, au MIT, peut étudier l’alcoolisme59, l’impact du sommeil60, la santé mentale61… et les jeunes économistes, expérimentaux ou non, se préoccupent du climat, de la discrimination raciale, des questions de genre, des manifestations, de la désinformation sur les réseaux sociaux – et la liste pourrait s’étendre. Le public ne s’est pas encore tout à fait rendu compte de la diversité des travaux et des champs d’action des économistes, ce qui contribue à notre image de marque désastreuse. Mais la profession couvre un champ large et varié.

  • 62 Damon Jones et Ioana Marinescu, « The labor market impacts of universal and permanent cash transfer (...)

59Les conclusions parfois surprenantes des expériences ont également libéré la parole sur les résultats « attendus » ou « inattendus » (et donc a priori suspects). En mai 2022, Ioana Marinescu et Damon Jones publiaient un article démontrant l’absence totale d’effet sur l’offre de travail de l’Alaska Permanent Fund (un versement non conditionnel de 1 000 à 2 000 dollars par an environ à chaque résident adulte de l’Alaska)62. Recevoir un revenu garanti et sans conditions n’avait pas découragé les gens de travailler. L’article utilisait des méthodes économétriques traditionnelles, mais les résultats, quant à eux, ne l’étaient pas. Sans la littérature qui l’avait précédé (y compris les expériences sur la negative income tax), il n’est pas certain que l’article aurait été publié ou pris au sérieux. La diversité des questions étudiées et des conclusions a fait du champ économique une profession bien moins homogène politiquement et intellectuellement, même si notre profession a encore de nombreux progrès à accomplir en ce qui concerne la diversité des origines, du genre et des classes sociales.

Tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles

60Certains lecteurs commencent sans doute à se demander où j’ai bien pu passer les trois dernières années (voire les quinze dernières) pour en sortir optimiste à propos des progrès réalisés dans les pays les moins riches et de l’avènement, dans de nombreux pays (au moins localement), d’une forme de pragmatisme en politique. Aurais-je oublié l’explosion des inégalités ? Le délitement de la politique, les excès des réseaux sociaux, l’invasion des robots, la montée des tyrans et, bien sûr, la pandémie et la guerre ? Non… Abhijit Banerjee et moi-même avons, après tout, publié un livre intitulé Économie utile pour des temps difficiles en avril 2020 en France (et en novembre 2019 aux États-Unis). Ce livre, rédigé sur une période de deux ans, de 2017 à 2019, entre Paris et Boston, reflète l’état d’esprit de notre époque : le nôtre, celui de nos collègues, celui des médias que nous lisons avec trop d’attention pour notre santé mentale. Plusieurs dizaines de fois, notre éditeur nous a fait effacer le mot inquiet qui apparaissait trop souvent à son goût.

61Mais cette inquiétude concerne essentiellement le monde le plus riche : pour revenir à la courbe en éléphant, les 50 % les plus pauvres du monde ont vu leur revenu augmenter, tout comme les 1 % les plus riches63. Ce sont les 49 % du milieu, autrement dit les classes populaires et moyennes des pays riches, qui ont vu leur situation se dégrader. Évidemment, la vie des plus pauvres dans le monde reste bien plus difficile sur tous les plans (politique, humain, économique) que celle des classes moyennes des pays riches, et il subsiste des poches de catastrophes. Mais cette vie s’est dans l’ensemble améliorée, au moins jusqu’à la crise du Covid-19 dont on mesure encore mal les conséquences de long terme. Ni assez, ni assez vite, mais améliorée tout de même. La souffrance des plus pauvres de France ou des États-Unis me touche, en tant que citoyenne. Mais en ce qui concerne les plus pauvres du monde, objet de ma vie professionnelle, je peux poursuivre le travail avec la satisfaction de savoir que les choses vont plus ou moins dans le bon sens.

62Et pourtant, si tout va mieux, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Mon inquiétude de citoyenne a fini par rattraper ma vie professionnelle, car le monde dans lequel nous habitons s’éloigne rapidement du meilleur monde possible. Il se réchauffe de rapport sur le climat en rapport sur le climat sans que les actions des gouvernements soient à la mesure du problème. Et cela crée une nouvelle difficulté : le risque que les gains réalisés par les plus pauvres soient éliminés par les conséquences du changement climatique, sans que ces populations aient les moyens de l’en empêcher.

63La situation, si elle n’est pas inédite, rappelle davantage la colonisation que la période récente que nous avons connue, dans laquelle il semblait possible pour les pays pauvres de prendre leur destin en main : les victimes sont au sud, mais les coupables sont au nord.

64Commençons par les coupables.

65Il est clair, comme le font valoir les pays pauvres depuis de nombreuses années, que les pays du Nord sont responsables de la grande majorité des émissions cumulées64. Depuis 1850, le monde a émis 2 500 milliards de tonnes de CO2. En 1900, 90 % des émissions venaient d’Europe et des États-Unis65. Il est possible d’estimer combien de CO2 chaque pays a émis depuis et donc sa contribution historique au problème actuel. Les États-Unis à eux seuls sont responsables de 25 % des émissions cumulées (presque deux fois plus que la Chine, le numéro deux, avec 14 %) et le continent nord-américain dans son ensemble, de 28 %. L’Europe est responsable de 31 % des émissions historiques, l’Asie, de 32 %, l’Afrique et l’Amérique du Sud, de seulement 3 % chacune et l’Océanie, de 1,2 %. Plusieurs des pays qui émettent beaucoup aujourd’hui (l’Inde, le Brésil) ne font pas partie des gros contributeurs, d’un point de vue historique. Cela conduit à la question des réparations (Loss and Damage) qui était à l’agenda de la COP 27 en novembre 2022 : les pays riches devraient-ils payer la facture du changement climatique qui existe déjà pour les pays pauvres, puisqu’ils en sont responsables ?

  • 66 Voir Marie Slavicek, « Haïti : comment la France a obligé son ancienne colonie à lui verser des ind (...)

66Ce raisonnement en termes de réparations possède des ramifications politiques qui en font un terrain particulièrement miné. Si les États du Nord l’acceptaient, ils devraient également commencer à se poser la question de la responsabilité historique vis-à-vis de la colonisation, de l’esclavage. La France doit des réparations à Haïti pour la dette ignoble qu’elle lui a imposée66, la Belgique au Congo, l’Angleterre à l’Inde, les Blancs des États-Unis aux descendants des esclaves… et l’on ne fait qu’explorer la surface.

67Mais quoi qu’on pense de la question des réparations pour les actions passées, la réalité est que la responsabilité des émissions actuelles, celles sur lesquelles il est possible d’agir, pèse également beaucoup plus sur les citoyens des pays riches que les statistiques brutes ne le laissent paraître au premier regard. Depuis 1950, la part de l’Asie, et en particulier de la Chine, dans les émissions globales a fortement augmenté. En 2021, l’Asie émettait 22 milliards de tonnes de CO2, soit 58 % des émissions annuelles mondiales67. La Chine, avec 11 milliards de tonnes de CO2, représentait à elle seule 27 % des émissions globales devant les États-Unis (5 milliards), l’Union européenne des Vingt-Huit (3,1 milliards), l’Inde (2,7 milliards) et la Russie (1,7 milliard). Les émissions territoriales croissent tous les ans en Chine et en Inde, tandis que l’Europe et les États-Unis ont passé un pic. On pourrait alors penser que c’est à ces deux pays d’agir, ainsi qu’à ceux dont les émissions sont en croissance rapide depuis 1990 (outre la Chine et l’Inde qui sont les champions : la Corée du Sud, le Brésil, l’Afrique du Sud). Mais c’est ignorer la différence entre le lieu où les émissions sont produites et au service de qui elles le sont : en d’autres termes, où (et par qui) sont consommés les biens produits en Chine ou en Inde ? Dans quelle mesure les inégalités de revenus entre pays et à l’intérieur des pays se traduisent-elles en inégalités d’émissions de gaz à effet de serre (carbone, méthane et autres) ?

  • 68 Lucas Chancel, « Global carbon inequality over 1990-2019 », Nature Sustainability, vol. 5, no 11, 2 (...)
  • 69 World Inequality Database (WID), https://wid.world/fr/accueil/.

68La difficulté est que nous ne possédons pas les données sur la consommation individuelle qui pourraient nous permettre de faire ce calcul. Les enquêtes de consommation microéconomiques ne sont pas disponibles pour tous les pays et ne sont pas représentatives des plus riches. Les comptes nationaux macroéconomiques sont un peu trop stylisés. Lucas Chancel68 a cependant développé une méthodologie combinant les forces de l’approche microéconomique et de l’approche macroéconomique pour estimer les inégalités de consommation de CO2 à la fois entre les pays et à l’intérieur des pays, qu’il met en œuvre avec les données de la Word Inequality Database (WID)69 à la Paris School of Economics (dont il a longtemps été le directeur exécutif). En utilisant les estimations fondées sur les données microéconomiques de l’élasticité des émissions par rapport au revenu dans chaque pays et les données très détaillées sur les inégalités produites par le WID, il peut calculer, pour chaque pays, la contribution aux émissions de CO2 de chaque groupe (en termes de pourcentage de revenu). La méthodologie, bien entendu, repose toujours sur des hypothèses fortes, mais les ordres de grandeur sont frappants.

69Les résultats se résument bien par un outil mnémotechnique simple : la règle des 10-50. En 2019, les 10 % des citoyens du monde les plus riches sont (par leur consommation) responsables de (presque) 50 % des émissions de gaz à effet de serre (48 % pour être précis) et les 50 % les plus pauvres sont responsables de (un peu plus de) 10 % (12 % pour être précis). Au niveau mondial, les inégalités d’émissions par personne entre les régions sont considérables : les citoyens des États-Unis, avec 20,8 tonnes par personne et par an, émettent plus de deux fois plus que la Russie et l’Asie centrale (9,9) et l’Europe (9,8). L’Asie de l’Est (y compris la Chine) ne vient qu’en troisième position (8,6) et l’Asie du Sud (dont l’Inde) est loin derrière (2,6). Au sein de chaque région, on constate des inégalités importantes entre les émissions par niveau de revenu. Par exemple, si les Européens sont en moyenne moins gourmands que les Américains, les 10 % les plus riches des Européens émettent largement plus que la classe moyenne américaine (les 40 % compris entre les 50 % les plus pauvres et les 10 % les plus riches).

70Pour résumer, les émissions de gaz à effet de serre sont réparties de manière très inégale dans le monde et sont essentiellement le fait des citoyens les plus riches des pays les plus riches. Indépendamment de la question morale, d’un point de vue purement pratique, c’est donc d’eux que doit venir le plus grand changement. Ce n’est pas en adoptant un mode de vie plus sobre que les Bangladais ou les habitants du Niger pourront éviter la catastrophe climatique.

71Venons-en aux victimes : les coûts du changement climatique sont, eux aussi, répartis de manière inégale mais dans la direction inverse.

  • 70 Tamma A. Carleton et al., « Valuing the global mortality consequences of climate change accounting (...)

72Prenons l’exemple de l’effet direct de l’élévation des températures, bien qu’il ne représente qu’une partie des dégâts liés au climat. Un article récent du Climate Impact Lab, le centre de Michael Greenstone à l’université de Chicago, calcule l’augmentation de la mortalité liée aux changements de température prévus entre aujourd’hui et 2100 dans tous les pays du monde70. L’élévation des températures occasionne un effet disproportionné dans les pays pauvres pour deux raisons. Tout d’abord, ces derniers ont tendance à se situer dans des régions plus vulnérables, parce qu’ils sont déjà chauds. Sujets au même changement climatique, ils subiront ainsi davantage de jours de chaleur extrême (au-delà de 35 °C), ceux où la température produit un effet sur la santé et la survie. Ensuite, la relation entre la température et la mortalité est plus forte pour les plus pauvres, qui ont moins de capacité d’adaptation (par exemple, un moindre accès à la climatisation). Greenstone et son équipe combinent ces deux facteurs pour estimer l’augmentation de mortalité due au changement climatique dans chaque région. Même en prenant en compte le fait que la croissance économique nous permettra de limiter les dégâts (en augmentant nos capacités d’adaptation), les augmentations de mortalité seront importantes, particulièrement dans les pays pauvres.

73Au total, en considérant un scénario pessimiste sur les émissions, la hausse des températures pourrait augmenter le taux de mortalité de 73 pour 100 000 d’ici 2100. C’est autant que le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme combinés. Ces coûts seront particulièrement importants dans les pays pauvres. Au Ghana, au Soudan, au Pakistan et au Bangladesh, les hausses de températures pourraient causer 200 morts pour 100 000 personnes en 2100. La mortalité augmentera dans 74 % des pays les moins développés. Par contre, dans les pays riches, la réduction des vagues de froid sera souvent bénéfique, les chercheurs ne prédisant une augmentation de la mortalité que dans 35 % d’entre eux. Il ne fait aucun doute que l’inégalité des capacités d’adaptation se reproduira au niveau individuel : les plus pauvres sont plus dépendants du climat, travaillent plus souvent dehors et sont moins souvent équipés en climatiseurs.

74Une situation dans laquelle les pays et les citoyens les plus riches doivent agir pour limiter la casse mais où la casse, au premier ordre, ne les concerne pas, soulève un problème politique particulièrement épineux. Et le monde n’a pas montré une grande alacrité à venir en aide aux pays pauvres pendant la crise du Covid-19.

75En 2020 et 2021, pendant que les pays riches dépensaient près de 20 % de leur PIB en mesures fiscales pour soutenir leurs populations, les pays pauvres, incapables de s’endetter pour financer une attitude du « quoi qu’il en coûte », n’en dépensaient que 2 %71. Ni la Banque mondiale, ni l’Union européenne, ni le FMI, ni les bailleurs bilatéraux n’ont déclenché de plan Marshall pour les pays pauvres, ce qui aurait été à la fois nécessaire et parfaitement finançable avec une petite partie de ce que les pays riches dépensaient pour eux-mêmes. Bien que la maladie elle-même n’ait pas été plus grave dans les pays pauvres (et bien souvent moins grave, autant qu’on puisse le dire), les répercussions sociales et économiques furent bien pires : écoles fermées pendant près de deux ans, campagnes de vaccination infantile à l’arrêt, moustiquaires non distribuées, remontée de la pauvreté. Une partie des gains contre la pauvreté dont nous nous réjouissions au début de cette leçon se sont envolés. Nous ne savons pas encore combien de temps il faudra pour remonter la pente, d’autant plus que la tourmente économique qui a suivi, avec l’augmentation des prix du pétrole, de l’alimentation et l’envolée du dollar, ne crée pas des conditions favorables à la reprise.

  • 72 L’objectif affiché de l’opération Warp Speed était de produire 300 millions de doses pour les Améri (...)
  • 73 Chelsea Clinton et Katelyn J. Yoo, « Is COVAX to blame for failing to close global vaccination disp (...)
  • 74 Kristalina Georgieva, Gita Gopinath et Ruchir Agarwal, « Une proposition pour mettre fin à la pandé (...)

76Après n’avoir pas brillé par sa générosité financière, le monde occidental s’est ensuite illustré par son incapacité totale à organiser la distribution des vaccins dans les pays pauvres, malgré les beaux discours des dirigeants sur notre destinée commune face à la pandémie. Les capacités de production prévues par l’opération Warp Speed aux États-Unis devaient dès le départ uniquement pourvoir aux besoins des États-Unis (et non du monde entier), ce qui a créé par là même les conditions d’une pénurie à plus grande échelle qui était parfaitement évitable72. Les pays riches, après avoir financé le dispositif Covax pour acheter des vaccins à destination des pays pauvres, se sont précipités sur les doses existantes, au-delà de leurs besoins, empêchant Covax d’acheter les doses nécessaires73. En mai 2021, avant une réunion du G7, une analyse du FMI chiffrait l’énorme bénéfice financier que permettrait le déblocage des fonds nécessaires pour vacciner le monde rapidement74. Le G7 ne prit aucune décision.

  • 75 Abhijit Banerjee et Esther Duflo, « If we can vaccinate the world, we can beat the climate crisis » (...)

77Il s’agit d’un exemple inquiétant ; organiser la vaccination rapide dans les pays pauvres (ou au moins la livraison d’un nombre suffisant de doses) aurait permis d’illustrer la bonne volonté des pays riches et leur capacité à travailler pour le bien commun (nous l’avions alors suggéré dans un article du Guardian avec Abhijit Banerjee75). Au contraire, ayant démontré notre incapacité à aider les pays pauvres sur un problème relativement simple, nous commencions la COP 26 à Glasgow avec un déficit de confiance très clair.

  • 76 « Les vrais chiffres des financements climat : où en est-on de l’engagement des 100 milliards de do (...)

78La déduction logique qu’en tirent les pays pauvres, c’est qu’ils ne peuvent faire confiance aux pays riches pour respecter leurs engagements vis-à-vis des émissions (et donc de la limitation du réchauffement) ou de l’aide financière destinée à faire face aux problèmes. En outre, s’ils avaient un doute sur la question, il a pu être levé pendant la conférence de Glasgow : l’engagement de 100 milliards de dollars annuels dévolus aux projets réalisés dans les pays pauvres, pris plusieurs années auparavant à Copenhague (et qui n’a jamais été effectivement atteint), n’a même pas été renouvelé76.

  • 77 « Climat : les rendez-vous manqués de la COP 26 », Le Monde, éditorial, 15 novembre 2021, https://w (...)

79Par ailleurs, parmi les fonds disponibles, la majorité est destinée à des projets ayant pour objectif de limiter les changements futurs, plutôt que d’aider à l’adaptation ou d’indemniser les victimes de dommages. La réaction naturelle des pays en développement est de considérer que, si personne ne leur vient en aide, la stratégie la plus efficace pour protéger leurs citoyens est de s’enrichir et s’équiper le plus rapidement possible. D’où le revirement de dernière minute de l’Inde à Glasgow qui refusait, avec la Chine, de signer une promesse d’abandonner à terme le charbon77, ou encore les remarques d’un pays comme le Gabon qui ouvre aujourd’hui sa forêt tropicale à l’exploitation pétrolière en relevant que personne n’est bien placé pour lui faire la leçon.

  • 78 « La COP 27 parvient à un accord décisif sur un nouveau fonds “pertes et préjudices” pour les pays (...)

80Pour la première fois, au sommet de la COP 27, en Égypte, l’accord final incluait la mention d’un fonds pour aider les pays pauvres à réparer les dégâts des catastrophes naturelles liées au climat78. Mais aucun objectif chiffré n’était affiché et aucun mécanisme de financement de ce fonds n’était proposé. On peut craindre qu’il ne reste qu’une coquille vide.

  • 79 Thomas Piketty, Une brève histoire de l’égalité, Paris, Seuil, 2021, chapitre 9.

81Il est donc absolument nécessaire aujourd’hui de s’engager à mettre en place un processus spécifique et pérenne de levée de fonds à destination des pays pauvres, tel un impôt international sur les très hauts revenus (comme l’a proposé Thomas Piketty79) ou une imposition des entreprises qui pourrait être liée à leur bilan carbone. Ce mécanisme serait plus populaire qu’une taxe carbone généralisée car il serait explicitement progressif, et comme la consommation de carbone est directement liée aux revenus, il aurait un impact immédiat sur les émissions. En principe, il réglerait la question épineuse de la contribution de la Chine : il y a, en Chine, des entreprises et des individus très riches.

82Ce fonds devrait être bien supérieur aux 100 milliards prévus initialement, qui sont insuffisants, et devrait être utilisable sous forme de dons (pas de prêts) pour des projets de mitigation, d’adaptation et pour la compensation vis-à-vis des citoyens qui font déjà face à des catastrophes (le Pakistan ne devrait pas avoir à compter sur notre générosité pour aider les victimes de ses inondations).

83J’ai bien conscience que l’histoire récente ne nous donne guère de raison d’être optimistes quant à la capacité des pays riches à s’organiser pour mettre en place un tel outil. Néanmoins, l’idée d’une taxation internationale n’est pas nécessairement hors d’atteinte, puisque les pays du G20 se sont déjà accordés pour une taxation minimale des entreprises. Ce qui serait différent ici, c’est que les sommes ne reviendraient pas aux États des pays riches, mais devraient être déposées dans un fonds afin d’être dépensées au sein des pays pauvres. Apparaîtraient immédiatement des dizaines de questions techniques : comment dépenser les fonds ? comment les pays font-ils valoir leurs droits ? et tant d’autres. Je ne prétends pas avoir la réponse à toutes.

84Mais l’important est de sortir du domaine de la charité et du volontariat. Nous avons démontré, COP après COP, notre incapacité à faire preuve de solidarité et de générosité sur la base du volontariat : il faut maintenant accepter de faire face à nos responsabilités, et de mettre en place un mécanisme contraignant. Ce ne sera pas facile… En empruntant à l’économie comportementale, peut-être serait-il possible de prévoir aujourd’hui les règles pour une application d’ici dix ans ? Il est important de rappeler que ces responsabilités ne sont pas seulement historiques, et que les fautes ne sont pas celles de nos ancêtres. Il ne s’agit donc pas exclusivement de faire amende pour des fautes passées. Notre comportement d’aujourd’hui est tout aussi inégalitaire.

Mais nous devons continuer à « cultiver notre jardin »

85Face à ce problème politique épineux demandant un niveau de coordination et de bonne volonté internationale qui semble difficile à atteindre, est-il temps d’abandonner l’approche pragmatique qui a été la mienne jusqu’ici ? Une de mes étudiantes s’est sérieusement interrogée : devait-elle arrêter sa thèse pour devenir une activiste du climat ? La question est légitime. Les activistes sont indispensables pour faire avancer les décisions politiques. Peut-être que faire quoi que ce soit d’autre, c’est perdre son temps.

86Il est au moins deux raisons pour lesquelles cette approche me paraîtrait inadéquate. La première, c’est qu’un grand nombre de personnes très pauvres aujourd’hui pourraient voir leur existence considérablement s’améliorer ici et maintenant. Nous ne pouvons négliger les risques sur les vies des pauvres de 2100. Mais il n’y a aucune raison non plus de négliger les pauvres d’aujourd’hui en oubliant de continuer à rechercher les interventions susceptibles d’améliorer leurs conditions de vie (si possible, sans ruiner le futur des générations à venir) : l’adaptation aux conditions climatiques déjà plus dures en fait partie, bien évidemment, mais également l’éducation, la santé, etc. Actuellement, un enfant a plus de risque de mourir d’une maladie qui pourrait être facilement évitée par un vaccin que des effets du climat. Nous devons continuer à travailler sur tous ces problèmes de front.

87D’autre part, en ce qui concerne les solutions pour atténuer le réchauffement climatique ou pour nous y adapter, il y a tant de choses que nous ignorons. Le monde du changement climatique est dominé, comme l’était celui de la pauvreté il y a quinze ans, par le mirage des solutions « gagnant-gagnant » et le manque criant d’évaluation sur le terrain de solutions proposées par les ingénieurs. La plupart des « crédits carbone » achetés par les entreprises vont probablement aujourd’hui à des projets de « greenwashing » qui ne contribuent pas vraiment à limiter le changement climatique. Si le fonds que j’appelle de mes vœux existait, il nous faudrait bien davantage d’initiatives à déployer sur tous ces fronts pour pouvoir l’utiliser au mieux.

88Comme dans la lutte contre la pauvreté, il n’existe aucune solution magique pour faire face au changement climatique. Mais nous savons comment apprendre et remplir notre boîte à outils, un projet après l’autre. Quand les problèmes paraissent trop lourds, trop urgents, trop complexes, il faut les couper en morceaux, en choisir un, faire au mieux pour le régler et passer au suivant. Ce n’est pas très glorieux, et la peur que cela ne soit pas suffisant pour enrayer la catastrophe est toujours présente. Mais c’est indispensable.

  • 80 Jenny C. Aker et Jack Kelsey, « Harvesting the rain: The adoption of environmental technologies in (...)
  • 81 Voir par exemple Seema Jayachandran et al., « Cash for carbon: A randomized trial of payments for e (...)

89Mon étudiante qui se demandait si elle allait abandonner sa thèse mène aujourd’hui des expériences pour comprendre comment motiver les gens pour se mobiliser politiquement en faveur du climat. Un projet au Niger apprend aux fermiers à remettre la terre aride en production en l’aménageant pour qu’elle absorbe mieux l’eau de pluie80. En Ouganda, les fermiers conservent les arbres en échange d’un revenu de survie81. Et tout un mouvement de chercheurs, de volontaires dans des ONG, d’activistes, de fonctionnaires, contribuent comme ils le peuvent. Ce n’est pas suffisant, mais c’est déjà quelque chose, et tout ce que l’on peut espérer, c’est que la boule de neige continue à grossir et que les progrès s’accumulent, comme cela s’est produit dans la lutte contre la pauvreté.

90« Si les économistes pouvaient être considérés comme des gens humbles, compétents, un peu comme les dentistes, ce serait formidable », disait Keynes. Monsieur l’Administrateur, chers collègues, chers amis, j’espère pouvoir vous montrer au cours de mon enseignement que cela est possible. Et que des économistes humbles et compétents peuvent faire une différence dans la vie du plus grand nombre.

Je voudrais remercier mes collègues, en particulier Philippe Aghion et l’Administrateur du Collège de France Thomas Römer, pour m’avoir fait la confiance de m’inviter à nouveau parmi eux. Mes remerciements vont aussi à Louis-Maël Jean et Simon Yaspo pour leur travail bibliographique, à Colas Duflo pour sa relecture attentive, ainsi qu’à Abhijit Banerjee pour toutes les années de travail et de complicité qui se retrouvent dans ces pages.

Notes

1 Esther Duflo, Expérience, science et lutte contre la pauvreté, Paris, Collège de France/Fayard, coll. « Leçons inaugurales », 2009, p. 9 ; édition numérique, Paris, Collège de France, https://books.openedition.org/cdf/2693.

2 J-PAL (Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab) est un laboratoire d’action contre la pauvreté fondé en 2003 au sein du département d’économie du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

3 Selon la plateforme Pauvreté et inégalités de la Banque mondiale, https://ourworldindata.org/from-1-90-to-2-15-a-day-the-updated-international-poverty-line.

4 « Year in review: 2019 in 14 charts », Banque mondiale, 2019, https://www.worldbank.org/en/news/feature/2019/12/20/year-in-review-2019-in-charts.

5 Selon le rapport « World inequality » de 2018, figure A3, p. 295, https://wir2018.wid.world/files/download/wir2018-full-report-english.pdf ; Christoph Lakner et Branko Milanovic, « Global income distribution: From the fall of the Berlin Wall to the Great Recession », The World Bank Economic Review, vol. 30, no 2, 2016, p. 203-232 ; Facundo Alvaredo et al., « Global inequality dynamics: New findings from WID.World », American Economic Review, vol. 107, no 5, 2017, p. 404-409.

6 Selon une compilation des données de la Banque mondiale, de l’OCDE et de Gapminder, https://ourworldindata.org/grapher/maternal-mortality?tab=chart&time=2000.latest&country=~OWID_WRL.

7 Selon les données du Global Health Observatory Data Repository de l’OMS, https://ourworldindata.org/grapher/number-of-maternal-deaths-by-region.

8 Selon les indicateurs de développement de la Banque mondiale, https://ourworldindata.org/grapher/child-mortality-mdgs.

9 Selon l’Institut de statistiques de l’Unesco, https://ourworldindata.org/grapher/out-of-school-children-of-primary-school-age-by-world-region?time=1976.latest.

10 « Éducation en Afrique », Institut de statistiques de l’Unesco, 2023, https://uis.unesco.org/fr/topic/education-en-afrique.

11 Selon le rapport de l’Annual Status of Education Report Centre (ASER) pour 2018, http://img.asercentre.org/docs/ASER%202018/Release%20Material/aserreport2018.pdf.

12 Selon une compilation des données de la Banque mondiale, de l’OCDE et de Gapminder, https://ourworldindata.org/grapher/maternal-mortality?tab=chart&-stackMode=relative&country=~Sub-Saharan+Africa+%28WB%29.

13 Ibid., https://ourworldindata.org/grapher/maternal-mortality?country=.

14 Selon le rapport « Levels and trends in child mortality: 2019 » de l’Unicef, https://data.unicef.org/resources/levels-and-trends-in-child-mortality/.

15 Lant Pritchett, « It pays to be ignorant: A simple political economy of rigorous program evaluation », The Journal of Policy Reform, vol. 5, no 4, 2002, p. 251-269.

16 Jonas Hjort et al., « How research affects policy: Experimental evidence from 2,150 Brazilian municipalities », American Economic Review, vol. 111, no 5, 2021, p. 1442-1480.

17 Voir le site Internet officiel du programme, https://novissi.gouv.tg/.

18 Selon le FMI, le Togo a connu une croissance de 1,8 % de son PIB en 2020 et de 5,3 % en 2021, https://www.imf.org/external/datamapper/NGDP_RPCH@WEO/OEMDC/ADVEC/WEOWORLD/TGO.

19 « Togo’s Novissi cash transfer: Designing and implementing a fully digital social assistance program during Covid-19 », Innovations for Poverty Action, 2021, https://www.poverty-action.org/sites/default/files/publications/Togo-Novissi-Cash-Transfer-Brief-August%202021.pdf.

20 « Evidence to policy », The Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL), 2022, https://www.povertyactionlab.org/evidence-policy.

21 « Using rigorous impact evaluation to help people find jobs », J-PAL, 2022, https://www.povertyactionlab.org/case-study/using-rigorous-impact-evaluation-help-people-find-jobs.

22 « Déparasitage dans les écoles primaires au Kenya », J-PAL, 2023, https://www.povertyactionlab.org/fr/evaluation/deparasitage-dans-les-ecoles-primaires-au-kenya.

23 « The impact of emergency cash assistance in a pandemic », J-PAL, 2023, https://www.povertyactionlab.org/evaluation/impact-emergency-cash-assistance-pandemic.

24 « Reducing Covid-19 infections and holiday travel through social media campaigns in the United States », J-PAL, 2023, https://www.povertyactionlab.org/evaluation/reducing-covid-19-infections-and-holiday-travel-through-social-media-campaigns-united.

25 « Targeted information to improve social assistance », J-PAL, 2020, https://www.povertyactionlab.org/case-study/targeted-information-improve-social-assistance.

26 « Teaching at the right level to improve learning », J-PAL, 2020, https://www.povertyactionlab.org/case-study/teaching-right-level-improve-learning.

27 Charles Kenny et Justin Sandefur, « Can Silicon Valley save the world? », Foreign Policy, vol. 201, 2013, p. 72-77, citation p. 72.

28 Michael Kremer et al., « Is development innovation a good investment? Which innovations scale? Evidence on social investing from USAID’s development innovation ventures », document de travail, 2019, https://scholar.harvard.edu/files/kremer/files/sror_div_19.12.13.pdf.

29 Voir « The Jeffrey Sachs & William Easterly saga », World Bank Blogs, 2007, https://blogs.worldbank.org/psd/the-jeffrey-sachs-william-easterly-saga.

30 Voir Jessica Cohen et Pascaline Dupas, « Free distribution or cost-sharing? Evidence from a randomized malaria prevention experiment », The Quarterly Journal of Economics, vol. 125, no 1, 2010, p. 1-45 ; et Pascaline Dupas, « Short-run subsidies and long-run adoption of new health products: Evidence from a field experiment », Econometrica, vol. 82, no 1, 2014, p. 197-228.

31 Voir sur le site Internet de GiveWell, https://www.givewell.org/charities/amf.

32 Selon l’OMS dans son rapport « World malaria » de 2020, p. 60, https://www.who.int/publications/i/item/9789240015791.

33 Voir par exemple Samir Bhatt et al., « The effect of malaria control on Plasmodium falciparum in Africa between 2000 and 2015 », Nature, vol. 526, 2015, p. 207-211 ; Joshua O. Yukich et al., « Costs and consequences of large-scale vector control for malaria », Malaria Journal, vol. 7, no 1, 2008, art. 258 ; Janna Wisniewski et al., « Systematic review and meta-analysis of the cost and cost-effectiveness of distributing insecticide-treated nets for the prevention of malaria », Acta Tropica, vol. 202, 2020, art. 105229.

34 « Il semble que @JeffDSachs ait eu davantage raison que moi sur l’efficacité de la distribution massive de moustiquaires pour lutter contre le paludisme en Afrique », voir https://twitter.com/bill_easterly/status/898606621361713153.

35 Angus Deaton et Nancy Cartwright, « Understanding and misunderstanding randomized controlled trials », Social Science & Medicine, vol. 210, 2018, p. 2-21.

36 Rachael Meager, « Understanding the average impact of microcredit expansions: A Bayesian hierarchical analysis of seven randomized experiments », American Economic Journal: Applied Economics, vol. 11, no 1, 2019, p. 57-91. Cette méta-analyse se fonde sur sept articles : (1) Augsburg et al., 2015 ; (2) Tarozzi, Desai et Johnson, 2015 ; (3) Banerjee, Duflo, Glenneister et Kinnan, 2015 ; (4) Angelucci, Karlan et Zinman, 2015 ; (5) Attanasio et al., 2015 ; (6) Crépon et al., 2015 ; (7) Karlan et Zinman, 2011.

37 Abhijit Banerjee, Rukmini Banerji, James Berry, Esther Duflo, Harini Kannan, Shobhini Mukerji, Marc Shotland et Michael Walton, « From proof of concept to scalable policies: Challenges and solutions, with an application », Journal of Economic Perspectives, vol. 31, no 4, 2017, p. 73-102.

38 Ibid.

39 Esther Duflo, « The economist as plumber », American Economic Review, vol. 107, no 5, 2017, p. 1-26, https://www.aeaweb.org/articles?id=10.1257/aer.p20171153.

40 Esther Duflo, Expérience, science et lutte contre la pauvreté, op. cit., p. 38-39.

41 Voir par exemple Rema Hanna, Sendhil Mullainathan et Joshua Schwartzstein, « Learning through noticing: Theory and evidence from a field experiment », The Quarterly Journal of Economics, vol. 129, no 3, 2014, p. 1311-1353.

42 Matthew Smith, « Leave voters are less likely to trust any experts–even weather forecasters », YouGov, 17 février 2017, https://yougov.co.uk/topics/politics/articles-reports/2017/02/17/leave-voters-are-less-likely-trust-any-experts-eve.

43 James C. Scott, Seeing Like a State [1998], Yale, Yale University Press, 2008 ; traduction française, L’Œil de l’État. Moderniser, uniformiser, détruire, Paris, La Découverte, 2021.

44 Esther Duflo et Abhijit V. Banerjee, Repenser la pauvreté, Paris, Seuil, 2012.

45 « Raccordement à l’eau des ménages à Tanger, au Maroc », J-PAL, 2023, https://www.povertyactionlab.org/fr/evaluation/raccordement-leau-des-menages-tanger-au-maroc.

46 « Dématérialisation et inégalités d’accès aux services publics », Défenseur des droits, 2019 : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/rapports/2019/01/dematerialisation-et-inegalites-dacces-aux-services-publics.

47 Vivi Alatas, Ririn Purnamasari, Matthew Wai-Poi, Abhijit Banerjee, Benjamin A. Olken et Rema Hanna, « Self-targeting: Evidence from a field experiment in Indonesia », Journal of Political Economy, vol. 124, no 2, 2016, p. 371-427.

48 Florencia Devoto, Esther Duflo, Pascaline Dupas, William Parienté et Vincent Pons, « Happiness on tap: Piped water adoption in urban Morocco », American Economic Journal: Economic Policy, vol. 4, no 4, 2012, p. 68-99.

49 « Enhancing local public service delivery through financial reform of India’s employment guarantee », J-PAL, 2023, https://www.povertyactionlab.org/evaluation/enhancing-local-public-service-delivery-through-financial-reform-indias-employment.

50 « Fund flow reform for social program delivery », J-PAL, 2020, https://www.povertyactionlab.org/case-study/fund-flow-reform-social-program-delivery.

51 « Property tax experiment in Punjab, Pakistan: Testing the role of wages, incentives and audit on tax inspectors’ behavior », J-PAL, 2023, https://www.povertyactionlab.org/evaluation/property-tax-experiment-punjab-pakistan-testing-role-wages-incentives-and-audit-tax.

52 « Gujarat adopts reforms after impact study shows they reduce pollution », J-PAL, 2015, https://www.povertyactionlab.org/updates/gujarat-adopts-reforms-after-impact-study-shows-they-reduce-pollution.

53 Abhijit Banerjee, Esther Duflo, Clément Imbert, Santhosh Mathew et Rohini Pande, « E-governance, accountability, and leakage in public programs: Experimental evidence from a financial management reform in India », American Economic Journal: Applied Economics, vol. 12, no 4, 2020, p. 39-72.

54 « AEA RCT Registry », American Economic Association, 2023, https://www.socialscienceregistry.org/.

55 Abhijit V. Banerjee, Esther Duflo et Michael Kremer, « The influence of randomized controlled trials on development economics research and on development policy », in Kaushik Basu, David Rosenblatt et Claudia Sepúlveda, The State of Economics, the State of the World, Cambridge, The MIT Press, 2019, p. 439-498.

56 Emily Breza et al., « Effects of a large-scale social media advertising campaign on holiday travel and COVID-19 infections: A cluster randomized controlled trial », Nature Medicine, vol. 27, no 9, 2021, p. 1622-1628.

57 Voir Olivier Coibion, Yuriy Gorodnichenko et Michael Weber, « Fiscal policy and households’ inflation expectations: Evidence from a randomized control trial », document de travail, National Bureau of Economic Research, 2021, art. 28485, https://www.nber.org/papers/w28485.

58 Selon Abhijit V. Banerjee, Rema Hanna, Gabriel E. Kreindler et Benjamin A. Olken, « Debunking the stereotype of the lazy welfare recipient: Evidence from cash transfer programs », The World Bank Research Observer, vol. 32, no 2, 2017, p. 155-184.

59 Frank Schilbach, « Alcohol and self-control: A field experiment in India », American Economic Review, vol. 109, no 4, 2019, p. 1290-1322.

60 Frank Schilbach, Heather Schofield et Sendhil Mullainathan, « The psychological lives of the poor », American Economic Review, vol. 106, no 5, 2016, p. 435-440.

61 Matthew Ridley, Gautam Rao, Frank Schilbach et Vikram Patel, « Poverty, depression, and anxiety: Causal evidence and mechanisms », Science, vol. 370, no 6522, 2020, art. eaay0214.

62 Damon Jones et Ioana Marinescu, « The labor market impacts of universal and permanent cash transfers: Evidence from the Alaska Permanent Fund », American Economic Journal: Economic Policy, vol. 14, no 2, 2022, p. 315-340.

63 Selon le rapport « World inequality » de 2018, figures A1 et A2, p. 293-294, https://wir2018.wid.world/files/download/wir2018-full-report-english.pdf.

64 Simon Evans, « Analysis: Which countries are historically responsible for climate change? », Carbon Brief, 5 octobre 2021, https://www.carbonbrief.org/analysis-which-countries-are-historically-responsible-for-climate-change/.

65 Selon le Global Carbon Project, https://ourworldindata.org/grapher/share-of-cumulative-co2.

66 Voir Marie Slavicek, « Haïti : comment la France a obligé son ancienne colonie à lui verser des indemnités compensatoires », Le Monde, 23 mai 2022, https://www.lemonde.fr/international/article/2022/05/23/haiti-comment-la-france-a-oblige-son-ancienne-colonie-a-lui-verser-des-indemnites-compensatoires_6127378_3210.html et Thomas Piketty, Capital et idéologie, Paris, Seuil, 2019, partie 2, chapitre 6.

67 Selon le Global Carbon Project, https://ourworldindata.org/grapher/annual-co2-emissions-per-country. Seules les émissions de CO2 liées à la combustion des énergies fossiles et à l’industrie sont comptabilisées, le changement d’usage des sols n’est pas inclus.

68 Lucas Chancel, « Global carbon inequality over 1990-2019 », Nature Sustainability, vol. 5, no 11, 2022, p. 931-938.

69 World Inequality Database (WID), https://wid.world/fr/accueil/.

70 Tamma A. Carleton et al., « Valuing the global mortality consequences of climate change accounting for adaptation costs and benefits », The Quarterly Journal of Economics, vol. 137, no 4, 2022, p. 2037-2105.

71 Selon la base de données des mesures fiscales du FMI : https://www.imf.org/en/Topics/imf-and-covid19/Fiscal-Policies-Database-in-Response-to-COVID-19.

72 L’objectif affiché de l’opération Warp Speed était de produire 300 millions de doses pour les Américains : https://www.nihb.org/covid-19/wp-content/uploads/2020/08/Fact-sheet-operation-warp-speed.pdf. Voir aussi Juan Camilo Castillo et al., « Market design to accelerate COVID-19 vaccine supply », Science, vol. 371, no 6534, 2021, p. 1107-1109. Ou encore Arthur Baker, Esha Chaudhuri et Michael Kremer, « Accelerating vaccinations », Fonds monétaire international, 2021, https://www.imf.org/en/Publications/fandd/issues/2021/12/Accelerating-Vaccinations-Baker-Chaudhuri-Kremer.

73 Chelsea Clinton et Katelyn J. Yoo, « Is COVAX to blame for failing to close global vaccination disparities? », Health Affairs Forefront, 14 juin 2022, https://www.healthaffairs.org/do/10.1377/forefront.20220609.695589/.

74 Kristalina Georgieva, Gita Gopinath et Ruchir Agarwal, « Une proposition pour mettre fin à la pandémie de Covid-19 », IMF Blog, 21 mai 2021, https://www.imf.org/fr/Blogs/Articles/2021/05/21/blog052121-a-proposal-to-end-covid19-pandemic.

75 Abhijit Banerjee et Esther Duflo, « If we can vaccinate the world, we can beat the climate crisis », The Guardian, 5 juin 2021, https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/jun/05/poorer-nations-climate-promises-vaccines-vaccinating-covid.

76 « Les vrais chiffres des financements climat : où en est-on de l’engagement des 100 milliards de dollars ? », Oxfam, 2020, https://oxfamilibrary.openrepository.com/bitstream/handle/10546/621066/bp-climate-finance-shadow-report-2020-201020-fr.pdf.

77 « Climat : les rendez-vous manqués de la COP 26 », Le Monde, éditorial, 15 novembre 2021, https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/11/15/climat-les-rendez-vous-manques-de-la-cop26_6102131_3232.html.

78 « La COP 27 parvient à un accord décisif sur un nouveau fonds “pertes et préjudices” pour les pays vulnérables », United Nations Climate Change, 2022, https://unfccc.int/fr/news/la-cop-27-parvient-a-un-accord-decisif-sur-un-nouveau-fonds-pertes-et-prejudices-pour-les-pays.

79 Thomas Piketty, Une brève histoire de l’égalité, Paris, Seuil, 2021, chapitre 9.

80 Jenny C. Aker et Jack Kelsey, « Harvesting the rain: The adoption of environmental technologies in the Sahel », document de travail, National Bureau of Economic Research, 2021, art. 29518, https://www.nber.org/papers/w29518.

81 Voir par exemple Seema Jayachandran et al., « Cash for carbon: A randomized trial of payments for ecosystem services to reduce deforestation », Science, vol. 357, no 6348, 2017, p. 267-273.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende La courbe de l’éléphant, 1980-2020. D’après Lucas Chancel, Thomas Piketty, Emmanuel Saez, Gabriel Zucman et al., « World inequality report 2022 », World Inequality Lab, 2021, p. 61.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search