Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pluralité interprétative

 | 
Alain Berthoz
, 
Carlo Ossola
, 
Brian Stock

Pluralité et tolérance : le changement de point de vue

Qu’est-ce que c’est pour vous ?

Perspectives spatiales dans le langage et le cerveau

Mikkel Wallentin

Entrées d'index

Texte intégral

1Le présent chapitre passe en revue les études d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) relatives au rappel, indicé verbalement, des propriétés spatiales d’images vues ; ou de phrases lues précédemment. La mise en place de références contextuelles durant un discours est un élément essentiel de la fonction linguistique. Le référentiel en est l’un des aspects. Dans le domaine spatial, il est démontré que le rappel de caractéristiques spatiales d’expériences passées recourt à des régions du cerveau impliquées dans le traitement spatial non linguistique. Un sous-ensemble de celles-ci, le champ oculaire frontal, se révèle particulièrement impliqué dans le changement de référentiel spatial. Ceci est interprété dans un cadre de simulation, où des mouvements oculaires simulés provoquent des manipulations de l’espace de représentation. Un lien supposé avec l’empathie sociale est suggéré.

Introduction

  • 1 Rubin,1915.
  • 2 Tomasello, 2003.
  • 3 Leech, et al., 2001.
  • 4 Talmy, 2000.

2Déterminer ce qui est au centre de l’attention et ce qui est censé être à l’arrière-plan est une partie essentielle de la cognition1. C’est également un aspect très important de la communication2. Les pronoms personnels tels que « he / she / it / you » (il / elle / ça / tu / vous) figurent tous parmi les mots les plus couramment utilisés en anglais3. Ces mots sont principalement utilisés comme des repères servant à établir les relations figure / fond4. Par conséquent, ils ne sont réellement significatifs que dans le contexte d’un discours où ils référencent des éléments, soit dans l’environnement perceptuel, soit dans un contenu mémorisé (par exemple une phrase précédente). Une phrase telle que « Il est devant elle » a un sens très différent de « Elle est devant lui » car, dans la première phrase, « il » est la figure sur laquelle se concentre l’attention, tandis que « elle » constitue le point de référence par rapport auquel « il » est positionné. Dans la seconde phrase, c’est exactement le contraire qui se produit. Par conséquent, même des phrases très symétriques telles que : « Il est à côté d’elle » et « Elle est à côté de lui » signifient deux choses différentes, dans la mesure où l’une concentre l’attention sur « il » et l’autre sur « elle », mais aussi – et c’est important – parce qu’elles ont des points de référence différents (le premier étant « elle » et le second « lui »).

Trois systèmes de référence spatiale

  • 5 Kemmerer, 2006 ; Levinson, 2003.

3Les êtres humains semblent adopter dans le langage trois principaux systèmes référentiels à travers les cultures5 : un système référentiel « relatif », un système référentiel « intrinsèque » et un système référentiel « absolu ». Si quelqu’un dit : « Il est devant elle », cela peut être interprété dans le système référentiel intrinsèque en étudiant l’orientation intrinsèque du marqueur linguistique de référence, dans le cas présent « elle ». Les objets (tels que les êtres humains) référencés par le pronom personnel « elle » ont habituellement un avant et un arrière intrinsèques. Il est par conséquent possible de localiser l’objet situé « devant » l’objet référence, suivant l’axe créé par cette structure intrinsèque. On peut aussi interpréter « Il est devant elle » dans un référentiel relatif. Cela ne dépend pas de la structure interne d’un objet quelconque mais localise « devant » comme une position située entre l’objet référence et le locuteur/auditeur ; par conséquent, dans ce cadre, « il » est « devant elle » s’il est placé entre « moi/toi » et « elle », indépendamment de son orientation à « elle ». Enfin, on peut dire « Il est situé au nord d’elle » auquel cas l’on adopte un référentiel absolu (en l’occurrence, l’axe nord/sud). Le référentiel relatif est également désigné par le terme de référentiel égocentrique, du fait qu’il utilise ego pour instancier la perspective, tandis que les référentiels intrinsèque et absolu sont tous deux des référentiels allocentriques, du fait qu’ils sont indépendants de l’orientation du locuteur/auditeur.

  • 6 Par exemple : Haun et al., 2006 ; Majid et al., 2004.
  • 7 Levinson, 2003, p. 35.
  • 8 Ibid.

4Il a été montré qu’à travers les langues, ces référentiels spatiaux utilisés linguistiquement impactent la manière dont les gens construisent des relations spatiales, y compris dans des contextes non linguistiques6. Certaines langues telles que le Tzeltal (langue maya) et le Guugu Yimithirr (parlé en Australie) ne possèdent aucune expression recouvrant la signification de ce que nous appelons « gauche / droite » ou « avant / arrière »7. En fait, ces éléments semblent être absents dans une proportion élevée de langues, jusqu’à un tiers d’entre elles8. Les locuteurs de ces langues adoptent donc principalement des stratégies allocentriques pour résoudre des tâches spatiales. Toutefois, les bases neuronales de cette relation ne sont pas bien connues.

L’espace dans le cerveau

  • 9 Wolbers et al., 2008.

5Une hypothèse est que l’adoption d’une perspective spatiale donnée, à partir des informations linguistiques, implique des régions du cerveau chargées de réactualiser le point de vue durant un déplacement de soi réel ou perçu9. En d’autres termes : il se peut que les régions impliquées dans la planification ou la réalisation de changements dans l’attention spatiale et/ou les mouvements oculaires contribuent également à l’instanciation d’une perspective dans une représentation indicée linguistiquement.

  • 10 Ungerleider & Mishkin, 1982.
  • 11 Par exemple Andersen et al., 1997 ; Constantinidis & Procyk, 2004 ; Ungerleider et al., 1998.

6Le traitement visuel semble être réalisé par l’intermédiaire de deux principaux flux de traitement, un flux « quoi » principalement impliqué dans la reconnaissance des objets et un flux « où » impliqué dans le traitement des emplacements et déplacements des objets10. D’après la physiologie du singe11, on sait que le système « où » implique des régions du cortex pariétal postérieur, des régions du cortex prémoteur (telles que le champ oculaire frontal, impliqué dans les mouvements volontaires des yeux) et des régions du cortex temporal (comme la zone MT/V5, intervenant dans le traitement du mouvement).

  • 12 Corbetta & Shulman, 2002 ; Nobre et al., 2004 ; Ungerleider et al., 1998.
  • 13 Wolbers et al., 2008.

7Il a été constaté que le même réseau d’aires cérébrales sous-tend l’attention spatiale et la mémoire de travail chez les humains12 ainsi que la réactualisation spatiale lors d’un déplacement de soi13.

Recouvrement de systèmes

  • 14 Tomasello, 2003.

8La perception et la mémoire de perception doivent être au centre de toute théorie cognitive relative au traitement du langage. Lorsque les enfants atteignent l’âge de 12 mois environ, ils commencent à apprendre les associations entre les sons du langage et leurs références. Ceci se produit de façon co-occurrente au développement, chez l’enfant, de la capacité à suivre du regard et de la capacité d’attention conjointe, c’est-à-dire de l’aptitude à savoir où regarde la personne qui s’occupe de lui14. Cette aptitude est nécessaire pour apprendre qu’il existe une association entre un énoncé (information auditive) et son sens (information visuelle), et cette capacité est bien entendu étroitement liée à la perception. Nos conceptions les plus élémentaires ont par conséquent une origine ontogénétique perceptuelle. Ce n’est que bien plus tard que l’enfant sera capable d’extraire seul le sens d’un énoncé de son contexte linguistique.

  • 15 Hebb, 1949 ; Pulvermuller, 1999.
  • 16 Talmy, 2000.
  • 17 Barsalou, 2008 ; Barsalou et al., 2003 ; Kemmere, publication en cours.

9Ainsi, suivant une théorie hebbienne générale relative à la formation de la mémoire dans le cerveau15 et populairement traduite sous la forme « les cellules qui se déchargent ensemble se lieront ensemble » (« cells that fire together, wire together »), nous sommes poussés à émettre l’hypothèse d’une implication importante des régions du cerveau intervenant dans le traitement de la perception et prenant aussi part au traitement de connaissances conceptuelles concrètes, étant donné que cela repose sur la spécification de la perception, aussi bien durant l’apprentissage que durant la communication directe. Cela a été dénommé « hypothèse de recouvrement des systèmes16 » (« overlapping systems hypothesis ») ou cadre de « simulation17 ». Nous faisons par conséquent l’hypothèse que les régions du cerveau impliquées dans le traitement spatial non linguistique joueront également un rôle dans le traitement du langage spatial.

  • 18 Postle et al., 2006.
  • 19 Colby & Goldberg, 1999.

10On trouve un signe comportemental indiquant que le système visuo-spatial « où » pourrait également être impliqué dans la formation et le maintien des représentations spatiales dans la découverte du fait que les mouvements oculaires volontaires perturbent la mémoire de travail spatiale18. De façon similaire, en l’absence de stimulus visuel, le champ oculaire frontal pourrait contribuer à l’adoption et au maintien de référentiels dans l’espace de représentation. Ce processus ne peut être accompagné que par des mouvements oculaires simulés, par exemple des intentions plutôt que des actions motrices19.

  • 20 Williams et al., 1961.
  • 21 Par exemple Pinker, 1994.
  • 22 Bellugi et al., 1988.
  • 23 Fodor, 1983.
  • 24 Phillips et al., 2004.

11Un autre élément intéressant indiquant une interaction entre la perception et la formation des concepts provient de patients souffrant du syndrome de Williams20. Ces patients ont servi à démontrer l’existence d’un module linguistique distinct21. Les patients atteints du syndrome de Williams présentent des troubles de l’apprentissage légers à modérés. Leurs capacités visuo-spatiales sont particulièrement affectées, tandis que les aptitudes linguistiques sont relativement épargnées. Ces faits ont été considérés comme un argument en faveur d’un système linguistique fonctionnant indépendamment d’autres capacités cognitives22, c’est-à-dire comme un module encapsulé23. Mais les études ont en fait montré que les patients atteints du syndrôme de Williams possèdent un langage spatial significativement plus pauvre que les autres enfants d’âge mental comparable24, alors que leur langage non spatial est à un niveau comparable. Ceci suggère que les déficiences touchant des domaines non verbaux, comme la perception spatiale, ont un impact sur la capacité linguistique à gérer le domaine sémantique associé.

Un lien supposé avec la « mentalisation »

  • 25 Amodio & Frith, 2006.
  • 26 Frith & Frith, 2006.
  • 27 Tomasello et al., 2007.
  • 28 Tomasello, 2003.

12Il est possible qu’il existe un lien entre l’adoption d’une perspective spatiale et l’empathie (prise de perspective sociale), même si ce n’est que de la spéculation. Là encore, les yeux et leurs mouvements semblent être cruciaux. En surveillant, par exemple, les expressions du visage, nous pouvons reconnaître des changements dans l’état cognitif d’une autre personne (par exemple une émotion). Mais si nous voulons « mentaliser » davantage25, c’est-à-dire lire dans l’esprit de cette personne pour y découvrir les causes de ce changement dans ses émotions, un bon point de départ consiste à suivre son regard26. Il est probable qu’on trouvera la raison d’un changement émotionnel donné – ou un signe de cette raison –là vers où ce regard est dirigé. Les êtres humains ont, en réalité, des yeux très visibles, par comparaison avec leurs cousins primates, notamment à cause de la sclère blanche qui entoure l’iris. Une hypothèse est que cette caractéristique a évolué précisément pour des raisons sociales, c’est-à-dire pour permettre à autrui de suivre plus facilement notre regard au cours d’interactions communicatives27. L’attention conjointe est, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, vitale pour l’acquisition du langage28, c’est-à-dire qu’elle requiert une surveillance visuo-spatiale pour savoir à quel objet ou à quelle situation fait référence un élément de langage donné. La première étape pour savoir ce que pense quelqu’un, et être capable de partager ses pensées, consiste donc à savoir dans quelle direction il regarde.

Le langage spatial dans le cerveau

  • 29 Wallentin et al., 2008a ; Wallentin et al., 2006.

13Pour étudier l’implication du système « où » dans le traitement des stimuli linguistiques, nous avons conçu une étude de la mémoire de travail29, où les sujets se voyaient présenter une image constituée de trois objets : un objet « il » (he), un objet « elle » (she) et un objet « ça » (it) (voir la figure 1). Ensuite, quatre questions étaient posées à chaque candidat pour rappeler des types spécifiques d’informations relatives à l’image :

Information spatiale allocentrique : « Est-ce que il/elle/ça était devant lui/elle/ça ? »

Information spatiale égocentrique : « Est-ce que il/elle/ça était devant vous ? »

Information non spatiale allocentrique : « Est-ce que il/elle/ça était plus vieux que lui/elle/ça ? »

Information non spatiale égocentrique : « Est-ce que il/elle/ça était plus vieux que vous ? »

  • 30 Note du traducteur : Les questions comportaient le même nombre de syllabes en anglais, mais la trad (...)

14Les questions spatiales demandaient toujours « Est-ce que X était devant Y ? » (Was X in front of Y ?). Les questions non spatiales demandaient toujours « Est-ce que X était plus vieux que Y ? » (Was X older than Y ?). Par conséquent, toutes les phrases comportaient le même nombre de syllabes et avaient exactement la même durée30. Les questions étaient posées aux sujets par le biais d’écouteurs. Le fait que la remémoration intervenait à un moment où les sujets n’avaient pas le moindre stimulus visuel à traiter garantissait que l’activation du système « où » observée ne pouvait pas être attribuée à un traitement visuel en cours.

Figure 1. Stimulus d’exemple de Wallentin et al. (2006, 2008a).

Figure 1. Stimulus d’exemple de Wallentin et al. (2006, 2008a).

Les sujets se voyaient présenter des images comme celle-ci et répondaient par la suite à quatre question, spatiales et non spatiales, présentées oralement, suivant un plan factoriel 2x2. Deux questions sondaient la mémoire des relations spatiales du contenu, et deux questions sondaient la mémoire des relations non spatiales. Deux questions portaient sur une relation allocentrique (c’est-à-dire une relation entre objets dans l’image) et deux question sur une relation égocentrée (c’est-à-dire une relation entre un objet et l’observateur). Les sujets répondaient aux questions en appuyant sur un bouton. L’ordre des questions était aléatoire sur l’ensemble des événements. Le paradigme avec rappel indicé verbalement à partir de la mémoire de travail a permis d’étudier la manipulation de référentiels visuo-spatiaux en l’absence de stimulus visuel.

  • 31 Wallentin et al., 2008b.

15Lorsque nous avons comparé tous les événements de rappel spatial avec tous les événements de rappel non spatial, nous avons trouvé une différence significative dans le réseau « où » de certaines régions du cerveau incluant le cortex pariétal postérieur et le champ oculaire frontal (figure 2A). Ce résultat a été ultérieurement reproduit dans une étude purement linguistique31, au cours de laquelle les sujets lisaient une phrase, et répondaient ensuite à des questions relatives au contenu spatial et non spatial de cette phrase (figure 2B). Ces régions sont très similaires à celles observées dans les études non linguistiques de l’attention spatiale et de la mémoire de travail, ce qui suggère par conséquent que ces régions jouent un rôle dans la construction des représentations spatiales, y compris à partir de données purement linguistiques.

Figure 2

Figure 2

Des études portant sur les singes et sur les humains ont révélé l’existence d’un réseau distinct de régions du cerveau sous-tendant l’attention spatiale et la mémoire de travail spatiale. On a également découvert que celui-ci était activé par des informations linguistiques ayant un contenu spatial : A) Wallentin et al. (2006), « Verbally cued recall of spatial aspects of an image versus recall of non-spatial aspects », NeuroImage ; B) Wallentin et al. (2008), « Verbally cued recall of spatial aspects of a sentence versus recall of non-spatial sentence content », Human Brain Mapping.

  • 32 Wallentin et al., 2005.

16Ces résultats sont compatibles avec une étude précédente32 au cours de laquelle nous avons montré que les phrases possédant un contenu concret (par exemple « L’homme entre dans la maison ») génèrent également une activité dans le cortex pariétal postérieur, relatif aux phrases dotées d’un contenu abstrait (par exemple « L’homme entre en politique »). Là encore, cela tend à suggérer que les régions « où » du cerveau sont plus actives durant le traitement d’un contenu linguistique possédant une connexion sémantique directe avec un contenu perceptif, par comparaison avec des énoncés pouvant essentiellement être interprétés dans un cadre interne davantage linguistique.

Référentiels spatiaux dans le cerveau

17La différence entre des questions du type « Est-ce qu’il était devant elle ? » et « Est-ce qu’il était devant vous ? » se traduit en une différence entre un référentiel intrinsèque et un référentiel relatif (voir plus haut). Le référentiel intrinsèque est un système de référence allocentrique qui utilise un autre objet (dans ce cas, « elle ») comme point de départ de la représentation.

  • 33 Burgess, 2006.
  • 34 Par exemple David et al., 2006 ; Schmidt et al., 2007 ; Vogeley et al., 2004.

18Un problème, toutefois, dans l’étude des différents référentiels, expérimentalement et à l’aide de la neuro-imagerie en particulier, est qu’ils ne sont pas aussi difficiles l’un que l’autre à obtenir. Si l’on accepte l’intuition selon laquelle la perspective égocentrique est (du moins, dans la culture occidentale) plus fondamentale que la perspective allocentrique dans les relations à court terme, tandis que les relations allocentriques sont plus fiables dans le maintien à long terme des représentations de relations spatiales33, alors il va sans dire qu’un changement de perspective dans un paradigme soit à court terme, soit à long terme, sera accompagné d’un changement de difficulté de la tâche. Les problèmes de difficulté de tâches sont notoirement ardus à aborder en neuro-imagerie, du fait qu’il devient très compliqué de distinguer quels effets neuraux sont causés par la différence étudiée (par exemple le changement de référentiel) et quels effets sont causés par des changements non spécifiques dans le traitement, du fait de la stimulation causée par la difficulté supérieure de la tâche (fonctions exécutives). Bon nombre, sinon la plupart des études ayant porté sur le changement de référentiels égocentrique et allocentrique ont été confrontées à ce problème34.

  • 35 Voir Wallentin et al., 2008a, pour plus de détails.

19Ce fut également le cas dans l’étude où nous avons demandé aux sujets de se rappeler une image suivant différents référentiels (figure 1). Se rappeler la scène d’une perspective égocentrique était significativement plus simple que de lier les éléments entre eux. Pour contourner ce problème, nous avons examiné la variation de performance entre sujets sur les tâches. Mais, tout d’abord, nous avons limité notre région de recherche. Nous avons déterminé qu’il y avait une différence entre le traitement d’élément spatiaux et non spatiaux (figure 2A), puis nous avons déterminé quelles zones à l’intérieur de ce réseau étaient plus actives durant le traitement allocentrique que durant le traitement égocentrique35. Comme indiqué précédemment, cet effet pouvait être causé par la difficulté plus importante de la tâche ; toutefois, lorsque nous avions ajouté une contrainte pour inclure uniquement les régions où les sujets efficaces faisaient apparaître une différence entre processus spatiaux allocentriques et égocentriques plus importante que les sujets moins efficaces, il était alors peu probable que l’effet combiné fût causé par la difficulté de la tâche. Si la difficulté plus élevée d’une tâche provoque une différence moyenne plus importante sur l’ensemble des sujets, alors pourquoi les sujets efficaces auraient-ils une activation plus importante que les sujets moins efficaces ? On peut supposer que les sujets efficaces trouvent la tâche plus facile que les sujets inefficaces et, par conséquent, la différence devrait être moindre si elle était causée par la difficulté de la tâche. La juxtaposition de ces contraintes nous laisse trois régions semblant être impliquées dans l’obtention efficace d’un référentiel allocentrique, à savoir le champ oculaire frontal (FEF) bilatéralement et une région latéralisée à gauche du cortex pariétal postérieur (figure 3). Le champ oculaire frontal semble donc intervenir dans le changement de notre « vision » des choses, même dans le cadre de scénarios imaginés/remémorés évoqués par des données linguistiques.

Figure 3

Figure 3

Le champ oculaire frontal a été identifié comme étant plus actif chez les sujets : (1) lorsque ceux-ci se remémoraient des aspects spatiaux de la scène, que lorsqu’ils se remémoraient des aspects non spatiaux ; (2) lorsque ceux-ci se remémoraient des aspects spatiaux avec un référentiel allocentrique, que lorsqu’ils se remémoraient des informations spatiales avec un référentiel égocentrique ; (3) qui se rappelaient efficacement des références spatiales allocentriques, que chez les sujets moins efficaces (en termes de précision et de temps de réponse).

20Ceci suggère que le champ oculaire frontal est effectivement impliqué dans la construction de référentiels allocentriques en l’absence de stimulus visuel.

  • 36 Blanke et al., 2000 ; Lobel et al., 2001.

21Surtout, il semble peu probable que l’activation observée dans le champ oculaire frontal soit causée par des mouvements oculaires réels. Il est connu que les mouvements des yeux sont corrélés à l’activité du FEF36 ; toutefois, dans notre étude, nous avons étudié les mouvements des yeux dans un sous-ensemble des sujets participant à notre expérience et nous n’avons trouvé, dans les motifs de mouvements oculaires, aucune différence entre conditions allocentriques et égocentriques qui pourrait expliquer nos résultats. De fait, nos sujets ont à peine bougé leurs yeux durant la remémoration. Notre conception du modèle avait également veillé à ce qu’il n’y eût en fait rien à voir durant la tâche de remémoration. Ainsi, même s’il y avait eu des mouvements oculaires réels, ceux-ci auraient dû être interprétés comme un résultat du changement de référentiel de la représentation plutôt que l’inverse. Nous sommes, par conséquent, assez confiants dans le fait que nos résultats montrent une implication du champ oculaire frontal dans le passage d’un référentiel égocentrique à un référentiel allocentrique, intrinsèque.

Conclusions

  • 37 Par exemple : Barsalou et al., 2003 ; Pulvermuller, 2005 ; Talmy, 2000.
  • 38 Barsalou, 2008 ; Barsalou et al., 2003.
  • 39 Byrne et al., 2007.

22Le rappel indicé verbalement de contenus linguistiques spatiaux (figure 2B) a fait appel au même réseau de régions cérébrales que le rappel indicé verbalement d’informations spatiales tirées d’une image (figure 2A). « Où » dans le traitement linguistique semble par conséquent être au moins partiellement équivalent à « où » dans la perception en termes de signal de neuro-imagerie. Ceci est cohérent avec une théorie de « chevauchement de systèmes » de la fonction linguistique37. Le champ oculaire frontal semble jouer un rôle durant la construction du référentiel dans le contenu de la mémoire de travail. Un changement de référentiel (d’un référentiel égocentrique vers un référentiel allocentrique) génère plus d’activité dans le champ oculaire frontal. Ceci est cohérent avec les théories de la simulation38 ou les « signaux efférents moteurs simulés »39 prévoyant des mouvements corporels et oculaires réels durant un changement de référentiel dans la mémoire de travail. Bien que cela relève de la spéculation, il se peut qu’il y ait un lien entre ce système d’adoption d’un nouveau référentiel spatial et la capacité sociale à se mettre à la place de quelqu’un. Mais confirmer cela nécessite d’approfondir les recherches.

Bibliographie

Amodio D.M. & Frith C.D., 2006, « Meeting of minds : the medial frontal cortex and social cognition », Nature Reviews Neuroscience, 7(4), 268-77.

Andersen R.A, Snyder L.H., Bradley D.C. & Xing J., 1997, « Multimodal representation of space in the posterior parietal cortex and its use in planning movements », Annual Review of Neuroscience, 20(1), 303-330.

Barsalou L.W., 2008, « Grounded cognition », Annual Review of Psychology, 59, 617-645.

Barsalou L.W., Simmons W.K., Barbey A.K. & Wilson C.D., 2003, « Grounding conceptual knowledge in modality-specific systems », Trends in Cognitive Sciences, 7(2), 84-91.

Bellugi U., Marks S., Bihrle A. & Sabo H., 1988, « Dissociation between language and cognitive function in Williams syndrome », in Bishop D. & Mogford K. (éd.), Language Development in Exceptional Circumstances, London, Churchill Livingstone, 177-189.

Blanke O., Spinelli L., Thut G., Michel C.M., Perrig S., Landis T. & Seeck M., 2000, « Location of the human frontal eye field as defined by electrical cortical stimulation : anatomical, functional and electrophysiological characteristics », NeuroReport, 11(9), 1907-1913.

Burgess N., 2006, « Spatial memory : how egocentric and allocentric Combine », Trends in Cognitive Sciences, 10(12), 551-557.

Byrne P., Becker S. & Burgess N., 2007, « Remembering the past and imagining the future : a neural model of spatial memory and imagery », Psychological Review, 114(2), 340-375.

Colby C.L. & Goldberg M.E., 1999, « Space and attention in parietal cortex », Annual Review Of Neuroscience, 22, 319-349.

Constantinidis C. & Procyk E., 2004, « The primate working memory networks », Cognitive, Affective, & Behavioral Neuroscience, 4(4), 444-465.

Corbetta M. & Shulman G.L., 2002, « Control of goal-directed and stimulus-driven attention in the brain », Nature Reviews Neuroscience, 3(3), 201-215.

David N., Bewernick B.H., Cohen M.X., Newen A., Lux S., Fink G.R., Shah N.J. & Vogeley K., 2006, « Neural representations of Self versus Other : visual-spatial perspective taking and agency in a virtual ball-tossing game », Journal of Cognitive Neuroscience, 18(6), 898-910.

Fodor J., 1983, The Modularity of Mind, Cambridge, MIT Press ; tr. fr. : La Modularité de l’esprit, Paris, Minuit, 1986.

Frith C.D & Frith U., 2006), « The neural basis of mentalizing », Neuron, 50(4), 531-4.

Haun D.B., Rapold C.J., Call J., Janzen G. & Levinson S.C., 2006, « Cognitive cladistics and cultural override in hominid spatial cognition », Proceedings of the National Academy of Science, 103(46), 17568-73.

Hebb D.O., 1949, The Organization of Behavior. A Neuropsychological Theory, New York, John Wiley.

Kemmerer D., 2006, « The semantics of space : integrating linguistic typology and cognitive neuroscience », Neuropsychologia, 44(9), 1607-1621.

Kemmerer D., sous presse, « How words capture visual experience : the perspective from cognitive neuroscience », in Malt B. & Wolff P.(éd.), Words and the World : How Words Capture Experience, Oxford, Oxford University Press.

Leech G., Rayson P. & Wilson A., 2001, Word Frequencies in Written and Spoken English : Based on the British National Corpus, London, Longman.

Levinson S.C., 2003, Space in Language and Cognition, Cambridge, Cambridge University Press.

Lobel E., Kahane P., Leonards U., Grosbras M.-H., Lehericy S., Le Bihan D. & Berthoz A., 2001, « Localization of human frontal eye fields : anatomical and functional findings of functional magnetic resonance imaging and intracerebral electrical stimulation », Journal of Neurosurgery, 95(5), 804-15.

Majid A., Bowerman M., Kita S., Haun D.B.M. & Levinson S.C., 2004, « Can language restructure cognition ? The case for space », Trends in Cognitive Sciences, 8(3), 108-114.

Nobre A.C., Coull J.T., Maquet P., Frith C.D., Vandenberghe R. & Mesulam M.M., 2004, « Orienting attention to locations in perceptual versus mental representations », Journal of Cognitive Neuroscience, 16(3), 363-373.

Phillips C.E., Jarrold C., Baddeley A.D., Grant J. & Karmiloff-Smith A., 2004, « Comprehension of spatial language terms in Williams syndrome : evidence for an interaction between domains of strength and weakness », Cortex, 40(1), 85-101.

Pinker S,, 1994, The Language Instinct, Harmondsworth, Allen Lane ; tr. fr. : L’Instinct du Langage, Paris, Odile Jacob, 1999.

Postle B.R., Idzikowski C., Sala S.D., Logie R.H. & Baddeley A.D., 2006, « The selective disruption of spatial working memory by eye movements », Quarterly Journal of Experimental Psychology, 59(1), 100-120.

Pulvermuller F., 1999, « Words in the brain's language », The Behavioral and Brain Sciences, 22(2), 253-279 ; 280-336.

Pulvermuller F., 2005, « Brain mechanisms linking language and action », Nature Reviews. Neuroscience, 6(7), 576-582.

Rubin E., 1915, Synsoplevede figurer, Copenhagen, Gyldendalske boghandel.

Schmidt D., Krause B.J., Weiss P.H., Fink G.R., Shah N.J., Amorim M.-A., Muller H.W. & Berthoz A., 2007, « Visuospatial working memory and changes of the point of view in 3D space », NeuroImage, 36(3), 955-68.

Talmy L., 2000, Toward a Cognitive Semantics, Cambridge, MIT Press.

Tomasello M., 2003, Constructing a Language : A Usage-based Theory of Language Acquisition, Harvard, Harvard University Press.

Tomasello M., Hare B., Lehmann H. & Call J., 2007, « Reliance on head versus eyes in the gaze following of great apes and human infants : the cooperative eye hypothesis », Journal of Human Evolution, 52(3), 314-20.

Ungerleider L.G., Courtney S.M. & Haxby J.V., 1998, « A neural system for human visual working memory », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 95(3), 883-890.

Ungerleider L.G. & Mishkin M., 1982, « Two cortical visual systems », in Ingle D., Goodale M., Mansfield R., (éd.), Analysis of Visual Behavior, Cambridge, MIT Press.

Vogeley K., May M., Ritzl A., Falkai P., Zilles K. & Fink G.R., 2004, « Neural correlates of first-person perspective as one constituent of human self-consciousness », Journal of Cognitive Neuroscience, 16(5), 817-827.

Wallentin M., Østergaard S., Lund T.E., Østergaard L. & Roepstorff A., 2005, « Concrete spatial language : see what I mean ? », Brain and Language, 92(3), 221-233.

Wallentin M., Roepstorff A. & Burgess N., 2008a, « Frontal eye fields involved in shifting frame of reference within working memory for scenes », Neuropsychologia 46(2), 399-408.

Wallentin M., Roepstorff A., Glover R. & Burgess N., 2006, « Parallel memory systems for talking about location and age in precuneus, caudate and Broca's region », NeuroImage, 32(4), 1850-1864.

Wallentin M., Weed E., Østergaard L., Mouridsen K. & Roepstorff A., 2008b, « Accessing the mental space - linguistic and visual spatial memory processes overlap in precuneus », Human Brain Mapping, 29(5), 524-532.

Williams J.C.P., Barratt-Boyes B.G. & Lowe J.B., 1961, « Supravalvular aortic stenosis », Circulation, 24, 1311-1318.

Wolbers T., Hegarty M., Buchel C. & Loomis J.M., 2008, « Spatial updating : how the brain keeps track of changing object locations during observer motion », Nature Neuroscience, 11(10), 1223-1230.

Notes

1 Rubin,1915.

2 Tomasello, 2003.

3 Leech, et al., 2001.

4 Talmy, 2000.

5 Kemmerer, 2006 ; Levinson, 2003.

6 Par exemple : Haun et al., 2006 ; Majid et al., 2004.

7 Levinson, 2003, p. 35.

8 Ibid.

9 Wolbers et al., 2008.

10 Ungerleider & Mishkin, 1982.

11 Par exemple Andersen et al., 1997 ; Constantinidis & Procyk, 2004 ; Ungerleider et al., 1998.

12 Corbetta & Shulman, 2002 ; Nobre et al., 2004 ; Ungerleider et al., 1998.

13 Wolbers et al., 2008.

14 Tomasello, 2003.

15 Hebb, 1949 ; Pulvermuller, 1999.

16 Talmy, 2000.

17 Barsalou, 2008 ; Barsalou et al., 2003 ; Kemmere, publication en cours.

18 Postle et al., 2006.

19 Colby & Goldberg, 1999.

20 Williams et al., 1961.

21 Par exemple Pinker, 1994.

22 Bellugi et al., 1988.

23 Fodor, 1983.

24 Phillips et al., 2004.

25 Amodio & Frith, 2006.

26 Frith & Frith, 2006.

27 Tomasello et al., 2007.

28 Tomasello, 2003.

29 Wallentin et al., 2008a ; Wallentin et al., 2006.

30 Note du traducteur : Les questions comportaient le même nombre de syllabes en anglais, mais la traduction ne permet pas de rendre cette information. Pour cette raison, nous avons indiqué entre parenthèses le texte des questions en anglais.

31 Wallentin et al., 2008b.

32 Wallentin et al., 2005.

33 Burgess, 2006.

34 Par exemple David et al., 2006 ; Schmidt et al., 2007 ; Vogeley et al., 2004.

35 Voir Wallentin et al., 2008a, pour plus de détails.

36 Blanke et al., 2000 ; Lobel et al., 2001.

37 Par exemple : Barsalou et al., 2003 ; Pulvermuller, 2005 ; Talmy, 2000.

38 Barsalou, 2008 ; Barsalou et al., 2003.

39 Byrne et al., 2007.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Stimulus d’exemple de Wallentin et al. (2006, 2008a).
Légende Les sujets se voyaient présenter des images comme celle-ci et répondaient par la suite à quatre question, spatiales et non spatiales, présentées oralement, suivant un plan factoriel 2x2. Deux questions sondaient la mémoire des relations spatiales du contenu, et deux questions sondaient la mémoire des relations non spatiales. Deux questions portaient sur une relation allocentrique (c’est-à-dire une relation entre objets dans l’image) et deux question sur une relation égocentrée (c’est-à-dire une relation entre un objet et l’observateur). Les sujets répondaient aux questions en appuyant sur un bouton. L’ordre des questions était aléatoire sur l’ensemble des événements. Le paradigme avec rappel indicé verbalement à partir de la mémoire de travail a permis d’étudier la manipulation de référentiels visuo-spatiaux en l’absence de stimulus visuel.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 2
Légende Des études portant sur les singes et sur les humains ont révélé l’existence d’un réseau distinct de régions du cerveau sous-tendant l’attention spatiale et la mémoire de travail spatiale. On a également découvert que celui-ci était activé par des informations linguistiques ayant un contenu spatial : A) Wallentin et al. (2006), « Verbally cued recall of spatial aspects of an image versus recall of non-spatial aspects », NeuroImage ; B) Wallentin et al. (2008), « Verbally cued recall of spatial aspects of a sentence versus recall of non-spatial sentence content », Human Brain Mapping.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 3
Légende Le champ oculaire frontal a été identifié comme étant plus actif chez les sujets : (1) lorsque ceux-ci se remémoraient des aspects spatiaux de la scène, que lorsqu’ils se remémoraient des aspects non spatiaux ; (2) lorsque ceux-ci se remémoraient des aspects spatiaux avec un référentiel allocentrique, que lorsqu’ils se remémoraient des informations spatiales avec un référentiel égocentrique ; (3) qui se rappelaient efficacement des références spatiales allocentriques, que chez les sujets moins efficaces (en termes de précision et de temps de réponse).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

Center for Semiotics and Functionally Integrative Neuroscience, Aarhus University Hospital, Danemark

© Collège de France, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr